Archives quotidiennes : 7 juillet 2016

L’histoire honteuse arrivée à un mec qu’je connais…

(Photo : ancêtre du radar de recul. Quand ça grouine, t’es trop près du mur. #merciAudi #cestlavie #désolé #jaipastrouvédautresphotos) Alors voilà, il est possible qu’un jeune médecin (qui n’est pas moi) ait récemment écrit une tribune sur le massacre de Orlando. Il est possible que ce médecin (qui n’est pas moi) ait reçu suite à […]

The post L’histoire honteuse arrivée à un mec qu’je connais… appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur L’histoire honteuse arrivée à un mec qu’je connais…

Classe de lutte

Je voulais répondre à JM et à sa note sur un article de MW à propos de la lutte des classes en médecine. J’avais plein d’idées et au moment d’écrire tout est parti. Je comprends la réaction de JM mais … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans médecine | Commentaires fermés sur Classe de lutte

Tennis et tragédie : l’étrange symptomatologie de Marion Bartoli qui craint pour sa vie

Bonjour Une championne et une énigme. Tous les lecteurs de L’Equipe ont connu et se souviennent de Marion Bartoli, 31 ans. Née au  Puy-en-Velay (Haute-Loire) elle fut joueuse de tennis professionnelle de février 2000 à août 2013. Le 30 janvier 2012, elle se hisse au 7e rang mondial, son meilleur classement. Gloire nationale. Le 6 juillet 2013, pour sa deuxième finale en Grand Chelem, elle remporte Wimbledon face à […] Continuer la lecture

Publié dans Eurosport, ITV, L'Equipe, M6 | Commentaires fermés sur Tennis et tragédie : l’étrange symptomatologie de Marion Bartoli qui craint pour sa vie

Parole de sarcopène CO Exmed 8-10 juillet 16

Parole de sarcopène
En vérité, jusqu’à hier, et avant d’avoir lu Les Échos, je vivais heureux. Je ne savais pas encore que mes soixante seize printemps me condamnait à une toute nouvelle maladie. Son nom est ronflant : la sarcopénie. Bon, il y a une petite odeur de sarcophage, juste de quoi faire prendre l’affaire au sérieux. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de la perte de poids musculaire inhérente au vieillissement physiologique. Mes anciens patients parlaient de «vieuture».

Et bien, c’est devenu, ne souriez-pas, «un problème de santé publique». Comme par hasard, les industriels, attirés par un fabuleux marché ( tous les vieux ), se sont lancés dans la course au remède capable de traiter  la «nouvelle maladie». Vieux futurs et actuels, mes frères, ouvrez les yeux. Une fois encore, une fois de trop, les laboratoires pharmaceutiques, sous couvert d’études épidémiologiques qu’ils financent, inventent une maladie pour placer mondialement la molécule qu’ils vendent. Se faire manipuler de la sorte, en actionnant notre peur de la maladie, de la vieillesse-naufrage en faisant miroiter les miracles de la chimie devient de moins en moins supportable. La conscience écologique se développe, et elle saura se manifester de plus en plus. Si, sarcopènes comme normopathes, nous cessons de laisser faire et de tout gober comme des enfants.


F-M Michaut CO d’Exmed 8-10 juillet 2016
Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Parole de sarcopène CO Exmed 8-10 juillet 16

Comment dit-on «viol» en langue allemande, après les agressions sexuelles de Cologne ?

Bonjour Brexit ou pas, le Vieux Continent vaque à ses occupations ; les législateurs nationaux légifèrent au sein de leurs frontières. Hier, en France, on votait pour interdire la fessée. Aujourd’hui, 7 juillet, l’Allemagne commence à revenir sur sa définition du viol. C’est une affaire complexe, éminemment dérangeante, très allemande. Le vote au Bundestag fait suite […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, Code pénal | Commentaires fermés sur Comment dit-on «viol» en langue allemande, après les agressions sexuelles de Cologne ?

Jour seize. Motif : épillet ?

Jour seize.

Motif : Épillet ?

Cette journée n’en finit pas. Non qu’elle ait été très chargée. Quelques consultations ce matin, dont un cas vraiment compliqué qui m’a occupé en fin de matinée puis a rogné quarante minutes de ma pause. Des bricoles en début d’après-midi, des contrôles, un vaccin de chiot, avec ses innombrables questions posées, et ses non moins nombreuses questions non posées. Un suivi de chimio, qui commence à déconner. Un cas de dermato. Un retrait de points. Des coups de fils pour appeler suite à des résultats, pour rappeler ceux qui m’ont laissé des nouvelles. Un dernier rendez-vous à 17h, pour un vaccin, et puis plus rien. Cet après-midi, à chaque début de consultation, j’ai regardé le planning et espéré ce dernier rendez-vous. Et puis quand il s’est achevé, et que j’ai pensé me poser, un autre est arrivé. Ulcère cornéen. Et un autre. Un bobo. Et encore un autre. Un épillet.

Est-ce que je suis seulement capable de m’en occuper ? D’être disponible, patient, souriant ? Attentif à l’animal et à son maître ? De trouver la douleur, et la soulager ? Bon, un épillet, je devrais y arriver. Je le sens, je commence à me mécaniser. Je fais attention en disant bonjour, je fais attention en serrant la main. Il faut que je me réveille. Je fais attention en soulevant Foxie, en la posant sur la table. J’essaie de ne pas me précipiter sur la blessure, de prendre le temps, de la caresser, de l’explorer. De discuter. Anamnèse, commémoratifs. Tous ces petits riens qui n’ont rien à voir avec le sujet. Fox est un border terrier, enfin une, et sous sa bouille griffonnée et ses airs de modèle pour publicité se dissimulent un caractère de cochon, option têtue comme une bûche.

Je la retourne sur le dos, pour observer la blessure signalée. Elle gigote, se trémousse, râle, grogne, pédale et griffe. J’ai eu le temps de mettre un coup de tondeuse. Sa propriétaire a du rattraper sa bretelle de soutien-gorge à moitié arrachée par Foxie en furie. Je laisse tomber. Me passe la main sur le visage, soupire, et appelle une ASV.

– Perrine, j’ai besoin d’aide s’il-te-plaît. Il va falloir six mains pour tenir cet engin.
Perrine est à l’accueil, en train de finir d’expliquer à une dame que castrer son chat serait une bonne idée.
– Boudu, six kilomètres, mon chat il a fait six kilomètres pour sauter une minette ! Docteur, vous en connaissez des gars qui feraient six kilomètres pour sauter une minette ?

J’en reste pantois.

– Je suppose que oui.
– Bouduuuu, moi j’en ai pas connu ! Au revoir !

Perrine se cache derrière le comptoir. Comme si personne ne la voyait se marrer.

Nous saisissons Foxie. Mme tient les pattes arrière, je prends un antérieur, Perrine un autre. Il y a effectivement un trajet fistuleux, sous-cutanée. Du pus sourd. Ce n’est pas très douloureux. Foxie pédale, mais sans conviction. Coincée. Sa maîtresse protège ses bretelles de soutien-gorge, je commence à presser. Un couinement, peu convaincant. Un peu de pus. Je suis persuadé qu’il y a un épillet. Nous sommes sous l’aisselle, le poil est long et emmêlé, cette saleté de graine au profil de harpon a du se planter. En biais. Filer par ici. J’explore. Avec ma pince, je m’enfonce dans la cavité de l’abcès. Foxie pédale un peu. Je pourrais l’anesthésier, au moins localement, mais les piqûres feront plus mal que mon exploration. J’en ai pour un instant. Il doit être… Là ! Je l’ai attrapé. Quatre centimètres de long, mais il a eu le bon goût de rester dans un axe sous-cutané. Je désinfecte, Foxie peut se relever. Une pommade, et il n’y aura plus besoin d’en parler.

C’est le troisième épillet de la journée. Les deux précédents étaient dans une oreille. Enfin, dans deux oreille. Une chacun. Mais comme je le détaille à la propriétaire de Foxie qui le regarde d’un air horrifié, nous en avons déjà trouvé dans l’abdomen, dans le vagin, entre les plèvres, et bien sûr dans les yeux ou dans les espace interdigités, voire entre les gaines tendineuses des avant-bras… La saison vient à peine de commencer.

Continuer la lecture

Publié dans chien, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour seize. Motif : épillet ?

Jour seize. Motif : épillet ?

Jour seize.

Motif : Épillet ?

Cette journée n’en finit pas. Non qu’elle ait été très chargée. Quelques consultations ce matin, dont un cas vraiment compliqué qui m’a occupé en fin de matinée puis a rogné quarante minutes de ma pause. Des bricoles en début d’après-midi, des contrôles, un vaccin de chiot, avec ses innombrables questions posées, et ses non moins nombreuses questions non posées. Un suivi de chimio, qui commence à déconner. Un cas de dermato. Un retrait de points. Des coups de fils pour appeler suite à des résultats, pour rappeler ceux qui m’ont laissé des nouvelles. Un dernier rendez-vous à 17h, pour un vaccin, et puis plus rien. Cet après-midi, à chaque début de consultation, j’ai regardé le planning et espéré ce dernier rendez-vous. Et puis quand il s’est achevé, et que j’ai pensé me poser, un autre est arrivé. Ulcère cornéen. Et un autre. Un bobo. Et encore un autre. Un épillet.

Est-ce que je suis seulement capable de m’en occuper ? D’être disponible, patient, souriant ? Attentif à l’animal et à son maître ? De trouver la douleur, et la soulager ? Bon, un épillet, je devrais y arriver. Je le sens, je commence à me mécaniser. Je fais attention en disant bonjour, je fais attention en serrant la main. Il faut que je me réveille. Je fais attention en soulevant Foxie, en la posant sur la table. J’essaie de ne pas me précipiter sur la blessure, de prendre le temps, de la caresser, de l’explorer. De discuter. Anamnèse, commémoratifs. Tous ces petits riens qui n’ont rien à voir avec le sujet. Fox est un border terrier, enfin une, et sous sa bouille griffonnée et ses airs de modèle pour publicité se dissimulent un caractère de cochon, option têtue comme une bûche.

Je la retourne sur le dos, pour observer la blessure signalée. Elle gigote, se trémousse, râle, grogne, pédale et griffe. J’ai eu le temps de mettre un coup de tondeuse. Sa propriétaire a du rattraper sa bretelle de soutien-gorge à moitié arrachée par Foxie en furie. Je laisse tomber. Me passe la main sur le visage, soupire, et appelle une ASV.

– Perrine, j’ai besoin d’aide s’il-te-plaît. Il va falloir six mains pour tenir cet engin.
Perrine est à l’accueil, en train de finir d’expliquer à une dame que castrer son chat serait une bonne idée.
– Boudu, six kilomètres, mon chat il a fait six kilomètres pour sauter une minette ! Docteur, vous en connaissez des gars qui feraient six kilomètres pour sauter une minette ?

J’en reste pantois.

– Je suppose que oui.
– Bouduuuu, moi j’en ai pas connu ! Au revoir !

Perrine se cache derrière le comptoir. Comme si personne ne la voyait se marrer.

Nous saisissons Foxie. Mme tient les pattes arrière, je prends un antérieur, Perrine un autre. Il y a effectivement un trajet fistuleux, sous-cutanée. Du pus sourd. Ce n’est pas très douloureux. Foxie pédale, mais sans conviction. Coincée. Sa maîtresse protège ses bretelles de soutien-gorge, je commence à presser. Un couinement, peu convaincant. Un peu de pus. Je suis persuadé qu’il y a un épillet. Nous sommes sous l’aisselle, le poil est long et emmêlé, cette saleté de graine au profil de harpon a du se planter. En biais. Filer par ici. J’explore. Avec ma pince, je m’enfonce dans la cavité de l’abcès. Foxie pédale un peu. Je pourrais l’anesthésier, au moins localement, mais les piqûres feront plus mal que mon exploration. J’en ai pour un instant. Il doit être… Là ! Je l’ai attrapé. Quatre centimètres de long, mais il a eu le bon goût de rester dans un axe sous-cutané. Je désinfecte, Foxie peut se relever. Une pommade, et il n’y aura plus besoin d’en parler.

C’est le troisième épillet de la journée. Les deux précédents étaient dans une oreille. Enfin, dans deux oreille. Une chacun. Mais comme je le détaille à la propriétaire de Foxie qui le regarde d’un air horrifié, nous en avons déjà trouvé dans l’abdomen, dans le vagin, entre les plèvres, et bien sûr dans les yeux ou dans les espace interdigités, voire entre les gaines tendineuses des avant-bras… La saison vient à peine de commencer.

Continuer la lecture

Publié dans chien, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour seize. Motif : épillet ?

Jour seize. Motif : épillet ?

Jour seize.

Motif : Épillet ?

Cette journée n’en finit pas. Non qu’elle ait été très chargée. Quelques consultations ce matin, dont un cas vraiment compliqué qui m’a occupé en fin de matinée puis a rogné quarante minutes de ma pause. Des bricoles en début d’après-midi, des contrôles, un vaccin de chiot, avec ses innombrables questions posées, et ses non moins nombreuses questions non posées. Un suivi de chimio, qui commence à déconner. Un cas de dermato. Un retrait de points. Des coups de fils pour appeler suite à des résultats, pour rappeler ceux qui m’ont laissé des nouvelles. Un dernier rendez-vous à 17h, pour un vaccin, et puis plus rien. Cet après-midi, à chaque début de consultation, j’ai regardé le planning et espéré ce dernier rendez-vous. Et puis quand il s’est achevé, et que j’ai pensé me poser, un autre est arrivé. Ulcère cornéen. Et un autre. Un bobo. Et encore un autre. Un épillet.

Est-ce que je suis seulement capable de m’en occuper ? D’être disponible, patient, souriant ? Attentif à l’animal et à son maître ? De trouver la douleur, et la soulager ? Bon, un épillet, je devrais y arriver. Je le sens, je commence à me mécaniser. Je fais attention en disant bonjour, je fais attention en serrant la main. Il faut que je me réveille. Je fais attention en soulevant Foxie, en la posant sur la table. J’essaie de ne pas me précipiter sur la blessure, de prendre le temps, de la caresser, de l’explorer. De discuter. Anamnèse, commémoratifs. Tous ces petits riens qui n’ont rien à voir avec le sujet. Fox est un border terrier, enfin une, et sous sa bouille griffonnée et ses airs de modèle pour publicité se dissimulent un caractère de cochon, option têtue comme une bûche.

Je la retourne sur le dos, pour observer la blessure signalée. Elle gigote, se trémousse, râle, grogne, pédale et griffe. J’ai eu le temps de mettre un coup de tondeuse. Sa propriétaire a du rattraper sa bretelle de soutien-gorge à moitié arrachée par Foxie en furie. Je laisse tomber. Me passe la main sur le visage, soupire, et appelle une ASV.

– Perrine, j’ai besoin d’aide s’il-te-plaît. Il va falloir six mains pour tenir cet engin.
Perrine est à l’accueil, en train de finir d’expliquer à une dame que castrer son chat serait une bonne idée.
– Boudu, six kilomètres, mon chat il a fait six kilomètres pour sauter une minette ! Docteur, vous en connaissez des gars qui feraient six kilomètres pour sauter une minette ?

J’en reste pantois.

– Je suppose que oui.
– Bouduuuu, moi j’en ai pas connu ! Au revoir !

Perrine se cache derrière le comptoir. Comme si personne ne la voyait se marrer.

Nous saisissons Foxie. Mme tient les pattes arrière, je prends un antérieur, Perrine un autre. Il y a effectivement un trajet fistuleux, sous-cutanée. Du pus sourd. Ce n’est pas très douloureux. Foxie pédale, mais sans conviction. Coincée. Sa maîtresse protège ses bretelles de soutien-gorge, je commence à presser. Un couinement, peu convaincant. Un peu de pus. Je suis persuadé qu’il y a un épillet. Nous sommes sous l’aisselle, le poil est long et emmêlé, cette saleté de graine au profil de harpon a du se planter. En biais. Filer par ici. J’explore. Avec ma pince, je m’enfonce dans la cavité de l’abcès. Foxie pédale un peu. Je pourrais l’anesthésier, au moins localement, mais les piqûres feront plus mal que mon exploration. J’en ai pour un instant. Il doit être… Là ! Je l’ai attrapé. Quatre centimètres de long, mais il a eu le bon goût de rester dans un axe sous-cutané. Je désinfecte, Foxie peut se relever. Une pommade, et il n’y aura plus besoin d’en parler.

C’est le troisième épillet de la journée. Les deux précédents étaient dans une oreille. Enfin, dans deux oreille. Une chacun. Mais comme je le détaille à la propriétaire de Foxie qui le regarde d’un air horrifié, nous en avons déjà trouvé dans l’abdomen, dans le vagin, entre les plèvres, et bien sûr dans les yeux ou dans les espace interdigités, voire entre les gaines tendineuses des avant-bras… La saison vient à peine de commencer.

Continuer la lecture

Publié dans chien, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour seize. Motif : épillet ?

«Vague de suicides» : Orange France Télécom bientôt jugée pour «harcèlement moral» ?

Bonjour Huit ans plus tard c’est une affaire importante qui rebondit – et qui fera du bruit. L’Agence France Presse vient d’annoncer qu’après sept ans d’enquête, le parquet de Paris a demandé le renvoi en procès pour harcèlement moral de France Télécom Le ministère public reproche à l’entreprise, devenue Orange, d’avoir mis en place dès […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, le Monde, Slate.fr | Commentaires fermés sur «Vague de suicides» : Orange France Télécom bientôt jugée pour «harcèlement moral» ?

Lyrica® : antalgique, anxiolytique, très souvent utilisé comme euphorisant. Qui fait quoi ?

Bonjour A Saint-Denis, dans l’ombre immense du Stade de France et de la petite basilique : l’ANSM, environ 1000 salariés et 2000 experts réguliers. Depuis le boulevard Haussmann Le Figaro nous affirme que cette jeune agence indépendante et publique en charge de la sécurité nos médicaments est en effervescence. C’est bien possible mais rien ne filtre, […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Lyrica® : antalgique, anxiolytique, très souvent utilisé comme euphorisant. Qui fait quoi ?

Les mauvaises pratiques, parfois identifiées, ne sont pas dénoncées par les auteurs des revues systématiques

Les auteurs de revues systématiques (RS), seraient-ils complices des chercheurs qui ont de mauvaises pratiques ? Cette question mérite réflexion quand les auteurs de RS ne dénoncent pas les manipulations mises en évidence. Faire une RS met les auteurs dans une position privilégiée pour découvrir des pratiques de recherche parfois inacceptables. Les doubles publications sont le plus souvent identifiées. Les… Continuer la lecture

Publié dans fraude, Revue systématique Méta Analyse | Commentaires fermés sur Les mauvaises pratiques, parfois identifiées, ne sont pas dénoncées par les auteurs des revues systématiques