Archives quotidiennes : 6 juillet 2016

Accord Toltèque N°2 : N’en faites jamais une affaire personnelle

Quoiqu’il arrive. 
L’introduction c’est ici 
Le premier accord : avoir une parole impeccable, c’est par là 
Si je vous vois dans la rue et que je vous dis « Hé, espère d’idiot ! » sans même vous connaître, ce que je dis ne vous concerne pas ; cela me concerne moi. Si vous en faites une affaire personnelle, vous allez peut-être croire que vous êtes idiot. Peut-être même vous demanderez-vous : Comment a-t-il deviné ? Est-il clairvoyant, ou est-ce que tout le monde voit à quel point je suis idiot ?

Vous faites une affaire personnelle de ce qui vous est dit parce que vous y donnez votre accord.

Ce n’est plus la réalité ou la vérité qui ont fini par compter mais le crédit qu’on donne aux mots d’inconnus ou de gens qui n’ont parfois aucune importance dans nos vies. Le pli qu’on a pris de croire autrui parce que « l’autre est toujours mieux que moi » si sombre con soit-il. Toutes ces rengaines à base de « je ne suis pas assez ceci, cela » qu’on se répète sans cesse sont autant de perches tendues à qui voudrait nous faire mal. « Je le savais que j’étais nulle ». A tel point qu’on oublie de se demander s celui qui émet cet avis est réellement en capacité/en droit de juger. 
Au cours de notre éducation, de notre domestication (conformisation au système de croyance pré-établi), nous apprenons à tout prendre pour soi. Nous pensons être responsable de tout.

Vous n’êtes aucunement responsable de ce que les autres font
Même lorsque vous vous faites insulter, cela n’a rien à voir avec vous. Ce que les gens disent, ce qu’ils font et les opinions qu’ils émettent dépendent seulement des accords qu’ils ont conclu dans leur propre esprit.


Si quelqu’un vous donne son opinion en disant « Qu’est ce que tu as l’air gros ! » n’en faites pas une affaire personnelle parce qu’en vérité, cette personne est confrontée à ses propres sentiments, croyances et opinions. Elle essaie de vous envoyer du poison et si vous en faites une affaire personnelle alors vous le recevez et vous vous l’appropriez. (…) Vous devenez une proie facile pour tous les prédateurs.
On pourrait remplacer le « gros » à l’infini, par toutes les caractéristiques physiques ou non dont vous pourriez douter chez vous et dont l’étalon peut-être différent chez chacun d’entre nous puisque chacun  a son propre système de croyance. Je suis sûre que l’image du « gros » qui vous est venue en tête n’est pas la même que la mienne ou que celle du twitto d’à côté. 
Aussi vrai qu’il suffit qu’une personne vous trouve beau pour vous rendre heureux même si dans le référentiel de tous les autres ce n’était pas le cas. 
Aussi vrai qu’on peut être très intelligent dans son domaine d’étude mais se retrouver complètement bête devant le rayon shampooings du supermarché ou à côté de la plaque pour réconforter un ami. Et vice-versa. Pourquoi croire l’avis de quelqu’un dont vous ne connaissez pas l’échelle sur laquelle il vous juge ? Pourquoi le laisser nous blesser par rapport à SES propres critères s’ils ne sont pas les nôtres ?

L’immunité au poison, en plein enfer, est le cadeau que vous offre (que vous vous offrirez) avec cet accord. Lorsque vous faites une affaire personnelle de ce qui vous arrive, vous vous sentez offensé et votre réaction consiste à défendre vos croyances ce qui provoque des conflits.

Vous pouvez me dire : Miguel (Ruiz. L’auteur), ce que tu dis me blesse. Mais ce n’est pas ce que je vous dis qui vous blesse : ce sont vos propres plaies intérieures qui réagissent lorsqu’elles sont touchées par mes propos. Vous vous blessez vous-même.

Grâce à twitter et tous ces parents qui s’y posent des milliers de questions, qui m’en font poser à mon tour, vous pourriez me dire ce que vous voulez sur ma façon de regarder grandir mon beau-fils et l’accompagner au mieux, cela ne me blessera pas. Je sais la valeur de ce qu’on lui apporte. Je ne suis pas parfaite mais je fais de mon mieux, je me plie le cerveau en 4 et il est heureux. J’aime la façon dont j’investis ce rôle. Vous ne me ferez pas douter de ce que JE vaux mais seulement de la quantité de richesse que je lui apporte. Vous ne pourrez que m’enrichir. 
Depuis ce livre, je ne suis plus blessée par ce qui peut se passer sur la route. Moi qui ai eu du mal avec la conduite dès le début et pendant des années. Chaque signe d’impatience, chaque geste mal placé me blessait. Il ravivait cette plaie intérieur du sentiment de handicap à ne pas conduire « comme les autres », du besoin de me fondre dans la masse et pourquoi MOI je n’y arrive pas. D’être nulle.

Aujourd’hui, je n’ai pas changé grand chose et pourtant je suis fière de ma façon de conduire. J’aime la conductrice que je suis. Je suis cohérente avec les valeurs qui m’importent sur la route. Je respecte les règles, je montre à mon petit combien elles sont essentielles. « Bah tu sais Leyaaa, untel il téléphone quand il conduit LUI » (kill me now) Je ne lui montre pas qu’on peut les outrepasser pour son plaisir personnel parce que ce n’est pas ce que je veux lui transmettre. Ma famille est en sécurité quand je suis au volant. Je suis paisible et mesurée. Faites les gestes que vous voudrez ils ne m’atteignent plus. J’ai une parole impeccable, basée sur la vérité et les idées qui me sont chères. Je conduis mieux que vous.

Je ne suis pas sûre par contre de tenir aussi bien face à un reproche sur ma qualité de femme, d’épouse ou de sœur par exemple. Chaque jour son combat.

Je suis votre prétexte pour vous mettre en colère. Et cette colère est provoquée par votre peur. Si vous n’avez pas peur, il n’est pas possible d’être irrité contre moi (…) que vous me haïssiez. Si vous n’avez pas peur vous ne serez pas jaloux ou triste. SI vous vivez sans peur, si vous aimez, ces émotions n’ont aucune place en vous. (…) Il est logique que vous vous sentiez bien. Et quand tout ce qui vous entoure est bien, tout vous rend heureux. Parce que vous vous appréciez tel que vous êtes. Parce que vous êtes content de votre vie.

Lorsqu’on voit vraiment comment sont les gens, sans jamais réagir de façon personnelle, rien de ce qu’ils peuvent dire ou faire ne peut nous blesser. Même si l’on vous ment, cela ne fait rien. Celui qui agit ainsi le fait parce qu’il a peur.  Peur que vous découvriez qu’il n’est pas parfait. C’est douloureux de retirer son masque social.

Et toc. Pif. Paf. Poum. Qu’est ce que je disais hier ? Quand j’ai commencé à détricoter tout ça, j’ai douloureusement compris qu’à force d’endosser sans cesse les masques qui comme je le supposais, me rapporterais le plus d’amour et d’attention, je n’étais plus vraiment quelqu’un tout au fond. Je n’étais que celle qui plairait à mon avis et qui changeait en fonction des attentes supposées de l’interlocuteur. Pas d’unité. Pas de fil conducteur. Un masque. Plein de masques. Cette vie de mensonges (pour lesquels je culpabilisais du coup sinon c’est trop simple) n’avait pas pour but de blesser qui que ce soit.
Votre colère, votre jalousie et votre envie disparaîtront, et même votre tristesse s’en ira si vous ne prenez rien personnellement…

C’est vrai. Vrai quand je conduis, vrai quand je regarde des gens s’écharper sur l’éducation. Plus de poison, plus de sentiments négatifs. Du factuel. De la sérénité. Si vous saviez comme c’est reposant et combien je vous le souhaite… 


Si vous respectez cet accord, personne ne peut vous blesser. Vous pouvez dire je t’aime sans crainte du ridicule ou du rejet. Vous pouvez demander ce dont vous avez besoin. Vous pouvez dire oui ou non selon ce que vous choisissez, sans culpabilité ni jugement de soi. Vous pouvez choisir de toujours suivre votre cœur…

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Accord Toltèque N°2 : N’en faites jamais une affaire personnelle

Emotion

Depuis une quinzaine de jours, j’écoute en boucle deux albums. Le premier est le nouvel opus en trio de Brad Mehldau: « Blues and Ballads « . Le deuxième est le dernier disque du quartet de Branford Marsalis avec pour invité Kurt … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans beatles, jazz, marsalis, mehldau, musique, STING | Commentaires fermés sur Emotion

Consentement sur écran : avant de mourir, devenez donneur d’organes sur iPhone et iPad

  Bonjour Marchandisation et désacralisation. Glané sur un blog du Monde : la prochaine version d’iOS, le logiciel central des iPhones et iPad, permettra de s’inscrire  en quelques secondes  comme « donneur d’organe ». C’est ce que vient d’annoncer Apple dans un long communiqué. Il ne suffit plus que d’attendre iOS 10, qui doit sortir cet automne. Les acheteur […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde | Commentaires fermés sur Consentement sur écran : avant de mourir, devenez donneur d’organes sur iPhone et iPad

Je veux être vulgaire

L’image grésille et se fixe. C’est un canapé miteux avec un sourire figé. « Ça marche ? » J’apparais dans le cadre. J’ai passé un temps à faire des recherches. Cela fait plus d’une semaine que je tourne en rond dans cet espace pausé, les zygomatiques crispées de Gudule pour seule compagnie. « Ceci est […] Continuer la lecture

Publié dans journal | Commentaires fermés sur Je veux être vulgaire

Atteindre l’ivresse à toute vitesse ? Plus fort encore que le binge drinking, voici l’alcoolorexie

Bonjour Puis le moment de la première cigarette au saut du lit. L’heure du blanc limé (ou pas) avant le café. Aubes tristes. C’est, bien souvent, l’avant-dernier stade. Il en est d’autres tant l’imprégnation alcoolique peut réserver des surprises. Nous avions ainsi appris, ces derniers temps, à découvrir les pratiques du « binge drinking », ces alcoolisations […] Continuer la lecture

Publié dans Medscape.com | Commentaires fermés sur Atteindre l’ivresse à toute vitesse ? Plus fort encore que le binge drinking, voici l’alcoolorexie

Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Jour quinze.

Motif : Boit beaucoup

– Vous comprenez, mon voisin dit qu’il est diabétique. Alors du coup, il s’en est débarrassé : il me l’a donné ! De toute façon, ça change rien : c’est moi qui la nourrit, cette pauvre bête. Quand on était fâchés, avec le voisin, je lui balançais même les croquettes en cachette par-dessus le grillage. Notez, j’ai peut-être abusé. Il est grassouillet, non ?

Grassouillet ? Oui, c’est un euphémisme. Ce n’est pas une barrique, mais 28kg pour un poids idéal que j’estime à 22kg… très grassouillet.

– Il boit dix litres d’eau par jour ! J’ai mesuré avec le seau !

M. Beuve ponctue chacune de ses phrases d’un grand geste de la main, de haut, en bas. Dix litres ! Pim ! J’ai mesuré ! Pam ! C’est la première fois que je vois ces deux oiseaux. Ils habitent dans le même village qu’un véto retraité que je connais bien, qui n’avait manifestement pas envie de prendre parti dans leurs querelles de voisinage. Donc le diabète, il n’a rien voulu savoir. Je crois que c’est pour cela que M. Beuve tient autant à me convaincre.

– Diabétique !

De haut, en bas.

J’ai marmonné quelques mots et tenté de discuter un peu, mais M. Beuve ne m’écoute pas. Je chausse mon stéthoscope et me réfugie dans le silence concentré du praticien. M. Beuve agite encore un peu le bras, puis se tait. L’examen clinique ne révèle rien de particulier. « Le chien » – il n’a pas de nom – est un croisé de bergers divers et variés. Il a une dizaine d’années, il est plutôt en bon état, je ne relève qu’un discrète dermite allergique aux piqûres de puces et un testicule vaguement plus petit et plus mou que l’autre. Pas de quoi crier à la tumeur secrétant des hormones à tire-larigot.

M. Beuve est silencieux. J’en profite.

– Quand il boit, il vide toutes les gamelles, tout le temps, comme s’il ne pouvait pas faire autrement ?
– Non, il y revient 10 fois, 20 fois dans la journée. Mais il en laisse. M. Beuve secoue la tête.
– Et l’appétit, augmenté, diminué ?
– Oh ben normal, je dirais. Il mange, mais pas comme un glouton.

J’attrape le lecteur de glycémie, pique à l’oreille, fait sourdre une goutte de sang et vérifie. 0,95 gramme par litre.

– Il n’est pas diabétique.

Mon annonce assied M. Beuve. Littéralement.

– Mais… avec tout ce qu’il boit ?
– C’est une cause fréquente. La plus fréquente. Mais pas la seule.
– Je… je vais devoir le rendre ? Y m’l’a donné parce qu’il était malade, vous voyez. Parce qu’il avait du diabète.
– Ben il est toujours malade, jusqu’à preuve du contraire. Dix litres par jour, ce n’est pas rien.

Je suis désolé pour M. Beuve. Il m’irritait, il me peine, désormais. Le chien ne le lâche pas d’une semelle, tremblant de trouille mais rassuré par son nouveau (?) maître.

– Mais si c’est pas le diabète, docteur, c’est quoi ?

Pour ce corniaud de dix ans ? Une pré-insuffisance rénale, mais cela me semble trop. Trop d’eau. Un syndrome de Cushing, trop de cortisol produit par la glande surrénale ? Ou un diabète insipide[1], un dérèglement du fonctionnement d’une hormone régulant la production d’urine ? Ou juste un trouble du comportement ?
Le fait de mentionner les reins a fini de déprimer M. Beuve. Il voit très bien où aboutit une insuffisance rénale. Je remets le chien sur la table et prélève des urines. Un long tuyau dans l’urètre, une seringue, j’aspire. Le chien n’a même pas remarqué le sondage. Je lui lève la tête, tonds son cou, Perrine vient m’aider. Une prise de sang, un tube vert, un tube violet. Le chien ne bouge pas plus que pour le sondage urinaire. Je le repose au sol, il retourne se réfugier entre les jambes de M. Beuve. J’espère pouvoir les aider, ces deux là.

Tandis que l’analyseur réfléchit au taux de créatinine de l’échantillon que je viens de prélever, j’analyse les urines. Jaunes, très pâles, limpides. Quelques gouttes sur une bandelette, quelques autres dans le réfractomètre. Densité 1,006. Quasiment de la flotte. Dix litres, oui, peut-être. Je verse de l’acide nitrique au fond d’un tube en verre, et fait couler un millilitre d’urine dessus. Oui, une bonne réaction de Heller. Pas un disque blanc bien franc, mais un voile nuageux sur toute la hauteur de mes urines. Il y a des protéines. Beaucoup ? L’analyseur me le dira, en mesurant le rapport protéines sur créatinine urinaires. Le taux de créatinine sanguin, lui est normal. Quelques minutes plus tard, j’ai mon RPCU. 3,97. C’est trop, mais pas explosé. Une tubulopathie ?

– M. Beuve ?

M. Beuve se lève, tandis que je passe ma tête par la porte de la salle de consultation.

– Il n’est pas insuffisant rénal. Mais il y a d’importantes anomalies dans ses urines. Et pour l’instant, je ne sais pas exactement pourquoi.

M. Beuve hoche la tête. Me demande des précisions. Je lui dessine un glomérule, une hanse de Henlé, un tubule, un bassinet. Je lui explique d’où peuvent venir les protéines, lui précise d’où je pense qu’elles viennent, en insistant plusieurs fois : je n’ai pas de certitude, je n’ai pas de traitement magique, cela peut être grave. Et j’ai une question :

– Quels sont vos moyens financiers ? Parce qu’on peut lancer plein de choses, tout de suite. Là, on a fait l’indispensable dans l’immédiat. On sait qu’il n’est pas diabétique, qu’il n’est pas insuffisant rénal, on sait qu’il a des protéines dans les urines. On peut commencer par faire un traitement pour éliminer certaines causes, et vérifier dans une semaine. Ou alors je lance des analyses plus poussées, mais il faut que j’envoie ça à un laboratoire, que je vous envoie chez l’échographiste, que… bon on pourrait même faire des biopsies, des prélèvements de rein, mais ce ne serait sans doute pas très utile.

M. Beuve baisse les yeux.

– Comprenez-moi bien : le chien est malade. Ce n’est pas un diabète, et, bonne nouvelle, ce n’est pas une « crise d’urée ». Il a besoin de vous. Il a besoin de soins. Mais il n’y a pas d’urgence. On peut très bien commencer par ce traitement, voir son effet, et décider ensuite de ce que nous ferons. Ce n’est pas « mal le soigner ».

M. Beuve relève les yeux.

– Je vous propose qu’on lui donner des antibiotiques, pendant une semaine pour commencer. S’il a une infection urinaire – je pense à une leptospirose subclinique, malgré l’absence de glycosurie – il y aura beaucoup moins de protéines dans une semaine, et on pourra espérer le guérir, même s’il restera sans doute des séquelles. Si cela ne change rien, il sera toujours temps d’aller chercher plus loin.

J’aimerais vraiment faire cette électrophorèse des protéines urinaires. Mais on va attendre un peu. De toute façon, cela fait six mois qu’il boit trop.

– Vous savez docteur, moi, ce chien, je veux le soigner !

Pim !

Note

[1] Pour les p’tits curieux au fond : le diabète sucré et le diabète insipide ont été définis par le symptôme majeur (diabète signifie « passer à travers » en grec, ou un truc approchant, avec l’eau qui sort comme elle entre) et par le goût des urines, sucrées ou non. Contrairement à la légende, les médecins, pas plus dévoués à l’époque qu’aujourd’hui, ne goûtaient pas les urines de leurs patients. Ils regardaient si les mouches s’intéressaient aux urines. La galerie des glaces devait être un endroit merveilleux.

Continuer la lecture

Publié dans argent, chien, diabète sucré, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Jour quinze.

Motif : Boit beaucoup

– Vous comprenez, mon voisin dit qu’il est diabétique. Alors du coup, il s’en est débarrassé : il me l’a donné ! De toute façon, ça change rien : c’est moi qui la nourrit, cette pauvre bête. Quand on était fâchés, avec le voisin, je lui balançais même les croquettes en cachette par-dessus le grillage. Notez, j’ai peut-être abusé. Il est grassouillet, non ?

Grassouillet ? Oui, c’est un euphémisme. Ce n’est pas une barrique, mais 28kg pour un poids idéal que j’estime à 22kg… très grassouillet.

– Il boit dix litres d’eau par jour ! J’ai mesuré avec le seau !

M. Beuve ponctue chacune de ses phrases d’un grand geste de la main, de haut, en bas. Dix litres ! Pim ! J’ai mesuré ! Pam ! C’est la première fois que je vois ces deux oiseaux. Ils habitent dans le même village qu’un véto retraité que je connais bien, qui n’avait manifestement pas envie de prendre parti dans leurs querelles de voisinage. Donc le diabète, il n’a rien voulu savoir. Je crois que c’est pour cela que M. Beuve tient autant à me convaincre.

– Diabétique !

De haut, en bas.

J’ai marmonné quelques mots et tenté de discuter un peu, mais M. Beuve ne m’écoute pas. Je chausse mon stéthoscope et me réfugie dans le silence concentré du praticien. M. Beuve agite encore un peu le bras, puis se tait. L’examen clinique ne révèle rien de particulier. « Le chien » – il n’a pas de nom – est un croisé de bergers divers et variés. Il a une dizaine d’années, il est plutôt en bon état, je ne relève qu’un discrète dermite allergique aux piqûres de puces et un testicule vaguement plus petit et plus mou que l’autre. Pas de quoi crier à la tumeur secrétant des hormones à tire-larigot.

M. Beuve est silencieux. J’en profite.

– Quand il boit, il vide toutes les gamelles, tout le temps, comme s’il ne pouvait pas faire autrement ?
– Non, il y revient 10 fois, 20 fois dans la journée. Mais il en laisse. M. Beuve secoue la tête.
– Et l’appétit, augmenté, diminué ?
– Oh ben normal, je dirais. Il mange, mais pas comme un glouton.

J’attrape le lecteur de glycémie, pique à l’oreille, fait sourdre une goutte de sang et vérifie. 0,95 gramme par litre.

– Il n’est pas diabétique.

Mon annonce assied M. Beuve. Littéralement.

– Mais… avec tout ce qu’il boit ?
– C’est une cause fréquente. La plus fréquente. Mais pas la seule.
– Je… je vais devoir le rendre ? Y m’l’a donné parce qu’il était malade, vous voyez. Parce qu’il avait du diabète.
– Ben il est toujours malade, jusqu’à preuve du contraire. Dix litres par jour, ce n’est pas rien.

Je suis désolé pour M. Beuve. Il m’irritait, il me peine, désormais. Le chien ne le lâche pas d’une semelle, tremblant de trouille mais rassuré par son nouveau (?) maître.

– Mais si c’est pas le diabète, docteur, c’est quoi ?

Pour ce corniaud de dix ans ? Une pré-insuffisance rénale, mais cela me semble trop. Trop d’eau. Un syndrome de Cushing, trop de cortisol produit par la glande surrénale ? Ou un diabète insipide[1], un dérèglement du fonctionnement d’une hormone régulant la production d’urine ? Ou juste un trouble du comportement ?
Le fait de mentionner les reins a fini de déprimer M. Beuve. Il voit très bien où aboutit une insuffisance rénale. Je remets le chien sur la table et prélève des urines. Un long tuyau dans l’urètre, une seringue, j’aspire. Le chien n’a même pas remarqué le sondage. Je lui lève la tête, tonds son cou, Perrine vient m’aider. Une prise de sang, un tube vert, un tube violet. Le chien ne bouge pas plus que pour le sondage urinaire. Je le repose au sol, il retourne se réfugier entre les jambes de M. Beuve. J’espère pouvoir les aider, ces deux là.

Tandis que l’analyseur réfléchit au taux de créatinine de l’échantillon que je viens de prélever, j’analyse les urines. Jaunes, très pâles, limpides. Quelques gouttes sur une bandelette, quelques autres dans le réfractomètre. Densité 1,006. Quasiment de la flotte. Dix litres, oui, peut-être. Je verse de l’acide nitrique au fond d’un tube en verre, et fait couler un millilitre d’urine dessus. Oui, une bonne réaction de Heller. Pas un disque blanc bien franc, mais un voile nuageux sur toute la hauteur de mes urines. Il y a des protéines. Beaucoup ? L’analyseur me le dira, en mesurant le rapport protéines sur créatinine urinaires. Le taux de créatinine sanguin, lui est normal. Quelques minutes plus tard, j’ai mon RPCU. 3,97. C’est trop, mais pas explosé. Une tubulopathie ?

– M. Beuve ?

M. Beuve se lève, tandis que je passe ma tête par la porte de la salle de consultation.

– Il n’est pas insuffisant rénal. Mais il y a d’importantes anomalies dans ses urines. Et pour l’instant, je ne sais pas exactement pourquoi.

M. Beuve hoche la tête. Me demande des précisions. Je lui dessine un glomérule, une hanse de Henlé, un tubule, un bassinet. Je lui explique d’où peuvent venir les protéines, lui précise d’où je pense qu’elles viennent, en insistant plusieurs fois : je n’ai pas de certitude, je n’ai pas de traitement magique, cela peut être grave. Et j’ai une question :

– Quels sont vos moyens financiers ? Parce qu’on peut lancer plein de choses, tout de suite. Là, on a fait l’indispensable dans l’immédiat. On sait qu’il n’est pas diabétique, qu’il n’est pas insuffisant rénal, on sait qu’il a des protéines dans les urines. On peut commencer par faire un traitement pour éliminer certaines causes, et vérifier dans une semaine. Ou alors je lance des analyses plus poussées, mais il faut que j’envoie ça à un laboratoire, que je vous envoie chez l’échographiste, que… bon on pourrait même faire des biopsies, des prélèvements de rein, mais ce ne serait sans doute pas très utile.

M. Beuve baisse les yeux.

– Comprenez-moi bien : le chien est malade. Ce n’est pas un diabète, et, bonne nouvelle, ce n’est pas une « crise d’urée ». Il a besoin de vous. Il a besoin de soins. Mais il n’y a pas d’urgence. On peut très bien commencer par ce traitement, voir son effet, et décider ensuite de ce que nous ferons. Ce n’est pas « mal le soigner ».

M. Beuve relève les yeux.

– Je vous propose qu’on lui donner des antibiotiques, pendant une semaine pour commencer. S’il a une infection urinaire – je pense à une leptospirose subclinique, malgré l’absence de glycosurie – il y aura beaucoup moins de protéines dans une semaine, et on pourra espérer le guérir, même s’il restera sans doute des séquelles. Si cela ne change rien, il sera toujours temps d’aller chercher plus loin.

J’aimerais vraiment faire cette électrophorèse des protéines urinaires. Mais on va attendre un peu. De toute façon, cela fait six mois qu’il boit trop.

– Vous savez docteur, moi, ce chien, je veux le soigner !

Pim !

Note

[1] Pour les p’tits curieux au fond : le diabète sucré et le diabète insipide ont été définis par le symptôme majeur (diabète signifie « passer à travers » en grec, ou un truc approchant, avec l’eau qui sort comme elle entre) et par le goût des urines, sucrées ou non. Contrairement à la légende, les médecins, pas plus dévoués à l’époque qu’aujourd’hui, ne goûtaient pas les urines de leurs patients. Ils regardaient si les mouches s’intéressaient aux urines. La galerie des glaces devait être un endroit merveilleux.

Continuer la lecture

Publié dans argent, chien, diabète sucré, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Jour quinze.

Motif : Boit beaucoup

– Vous comprenez, mon voisin dit qu’il est diabétique. Alors du coup, il s’en est débarrassé : il me l’a donné ! De toute façon, ça change rien : c’est moi qui la nourrit, cette pauvre bête. Quand on était fâchés, avec le voisin, je lui balançais même les croquettes en cachette par-dessus le grillage. Notez, j’ai peut-être abusé. Il est grassouillet, non ?

Grassouillet ? Oui, c’est un euphémisme. Ce n’est pas une barrique, mais 28kg pour un poids idéal que j’estime à 22kg… très grassouillet.

– Il boit dix litres d’eau par jour ! J’ai mesuré avec le seau !

M. Beuve ponctue chacune de ses phrases d’un grand geste de la main, de haut, en bas. Dix litres ! Pim ! J’ai mesuré ! Pam ! C’est la première fois que je vois ces deux oiseaux. Ils habitent dans le même village qu’un véto retraité que je connais bien, qui n’avait manifestement pas envie de prendre parti dans leurs querelles de voisinage. Donc le diabète, il n’a rien voulu savoir. Je crois que c’est pour cela que M. Beuve tient autant à me convaincre.

– Diabétique !

De haut, en bas.

J’ai marmonné quelques mots et tenté de discuter un peu, mais M. Beuve ne m’écoute pas. Je chausse mon stéthoscope et me réfugie dans le silence concentré du praticien. M. Beuve agite encore un peu le bras, puis se tait. L’examen clinique ne révèle rien de particulier. « Le chien » – il n’a pas de nom – est un croisé de bergers divers et variés. Il a une dizaine d’années, il est plutôt en bon état, je ne relève qu’un discrète dermite allergique aux piqûres de puces et un testicule vaguement plus petit et plus mou que l’autre. Pas de quoi crier à la tumeur secrétant des hormones à tire-larigot.

M. Beuve est silencieux. J’en profite.

– Quand il boit, il vide toutes les gamelles, tout le temps, comme s’il ne pouvait pas faire autrement ?
– Non, il y revient 10 fois, 20 fois dans la journée. Mais il en laisse. M. Beuve secoue la tête.
– Et l’appétit, augmenté, diminué ?
– Oh ben normal, je dirais. Il mange, mais pas comme un glouton.

J’attrape le lecteur de glycémie, pique à l’oreille, fait sourdre une goutte de sang et vérifie. 0,95 gramme par litre.

– Il n’est pas diabétique.

Mon annonce assied M. Beuve. Littéralement.

– Mais… avec tout ce qu’il boit ?
– C’est une cause fréquente. La plus fréquente. Mais pas la seule.
– Je… je vais devoir le rendre ? Y m’l’a donné parce qu’il était malade, vous voyez. Parce qu’il avait du diabète.
– Ben il est toujours malade, jusqu’à preuve du contraire. Dix litres par jour, ce n’est pas rien.

Je suis désolé pour M. Beuve. Il m’irritait, il me peine, désormais. Le chien ne le lâche pas d’une semelle, tremblant de trouille mais rassuré par son nouveau (?) maître.

– Mais si c’est pas le diabète, docteur, c’est quoi ?

Pour ce corniaud de dix ans ? Une pré-insuffisance rénale, mais cela me semble trop. Trop d’eau. Un syndrome de Cushing, trop de cortisol produit par la glande surrénale ? Ou un diabète insipide[1], un dérèglement du fonctionnement d’une hormone régulant la production d’urine ? Ou juste un trouble du comportement ?
Le fait de mentionner les reins a fini de déprimer M. Beuve. Il voit très bien où aboutit une insuffisance rénale. Je remets le chien sur la table et prélève des urines. Un long tuyau dans l’urètre, une seringue, j’aspire. Le chien n’a même pas remarqué le sondage. Je lui lève la tête, tonds son cou, Perrine vient m’aider. Une prise de sang, un tube vert, un tube violet. Le chien ne bouge pas plus que pour le sondage urinaire. Je le repose au sol, il retourne se réfugier entre les jambes de M. Beuve. J’espère pouvoir les aider, ces deux là.

Tandis que l’analyseur réfléchit au taux de créatinine de l’échantillon que je viens de prélever, j’analyse les urines. Jaunes, très pâles, limpides. Quelques gouttes sur une bandelette, quelques autres dans le réfractomètre. Densité 1,006. Quasiment de la flotte. Dix litres, oui, peut-être. Je verse de l’acide nitrique au fond d’un tube en verre, et fait couler un millilitre d’urine dessus. Oui, une bonne réaction de Heller. Pas un disque blanc bien franc, mais un voile nuageux sur toute la hauteur de mes urines. Il y a des protéines. Beaucoup ? L’analyseur me le dira, en mesurant le rapport protéines sur créatinine urinaires. Le taux de créatinine sanguin, lui est normal. Quelques minutes plus tard, j’ai mon RPCU. 3,97. C’est trop, mais pas explosé. Une tubulopathie ?

– M. Beuve ?

M. Beuve se lève, tandis que je passe ma tête par la porte de la salle de consultation.

– Il n’est pas insuffisant rénal. Mais il y a d’importantes anomalies dans ses urines. Et pour l’instant, je ne sais pas exactement pourquoi.

M. Beuve hoche la tête. Me demande des précisions. Je lui dessine un glomérule, une hanse de Henlé, un tubule, un bassinet. Je lui explique d’où peuvent venir les protéines, lui précise d’où je pense qu’elles viennent, en insistant plusieurs fois : je n’ai pas de certitude, je n’ai pas de traitement magique, cela peut être grave. Et j’ai une question :

– Quels sont vos moyens financiers ? Parce qu’on peut lancer plein de choses, tout de suite. Là, on a fait l’indispensable dans l’immédiat. On sait qu’il n’est pas diabétique, qu’il n’est pas insuffisant rénal, on sait qu’il a des protéines dans les urines. On peut commencer par faire un traitement pour éliminer certaines causes, et vérifier dans une semaine. Ou alors je lance des analyses plus poussées, mais il faut que j’envoie ça à un laboratoire, que je vous envoie chez l’échographiste, que… bon on pourrait même faire des biopsies, des prélèvements de rein, mais ce ne serait sans doute pas très utile.

M. Beuve baisse les yeux.

– Comprenez-moi bien : le chien est malade. Ce n’est pas un diabète, et, bonne nouvelle, ce n’est pas une « crise d’urée ». Il a besoin de vous. Il a besoin de soins. Mais il n’y a pas d’urgence. On peut très bien commencer par ce traitement, voir son effet, et décider ensuite de ce que nous ferons. Ce n’est pas « mal le soigner ».

M. Beuve relève les yeux.

– Je vous propose qu’on lui donner des antibiotiques, pendant une semaine pour commencer. S’il a une infection urinaire – je pense à une leptospirose subclinique, malgré l’absence de glycosurie – il y aura beaucoup moins de protéines dans une semaine, et on pourra espérer le guérir, même s’il restera sans doute des séquelles. Si cela ne change rien, il sera toujours temps d’aller chercher plus loin.

J’aimerais vraiment faire cette électrophorèse des protéines urinaires. Mais on va attendre un peu. De toute façon, cela fait six mois qu’il boit trop.

– Vous savez docteur, moi, ce chien, je veux le soigner !

Pim !

Note

[1] Pour les p’tits curieux au fond : le diabète sucré et le diabète insipide ont été définis par le symptôme majeur (diabète signifie « passer à travers » en grec, ou un truc approchant, avec l’eau qui sort comme elle entre) et par le goût des urines, sucrées ou non. Contrairement à la légende, les médecins, pas plus dévoués à l’époque qu’aujourd’hui, ne goûtaient pas les urines de leurs patients. Ils regardaient si les mouches s’intéressaient aux urines. La galerie des glaces devait être un endroit merveilleux.

Continuer la lecture

Publié dans argent, chien, diabète sucré, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour quinze. Motif : boit beaucoup.

Futur sans si


Futur sans si


Agacement auditif persistant devant ce travers d’utilisation de la langue française . L’utilisation du futur après un si.  Exemple : si demain vous viendrez, je serai pas là. Il va gagner l’étape s’il pédalera plus vite que les autres.
Prurit de puriste rétrograde ? Ce ne serait rien.
Bien plus grave, faute majeure contre la logique. Ce qui adviendra ne pourra qu’être ou ne pas être. Hamlet, au secours !

Soumettre cette réalité à venir à  la réalisation d’une condition quelconque n’a tout simplement pas de sens.
« Si j’aurais sû, j’aurais pas venu» , c’est du même tonneau.
Nous voici avec Petitgibus dans « La guerre des boutons» ! Choisissons d’en rire, ce serait, et ce sera aussi,  le meilleur remède.

F-M Michaut CO d’Exmed 6-7 juillet 2016
Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Futur sans si


Orléans -Zagreb : comment devenir un médecin sans peine dans l’Union européenne ?

Bonjour Les chiffres viennent de tomber : plus de 80% de ceux qui l’ont passé sont, déjà, des bacheliers. Plus que l’an passé. Qui en doutait ? Et après ? Combien, parmi eux, de « S » ? Combien, parmi eux, feront médecine ? Et combien seront médecins ? Combien accepteront d’aller visser leur plaque dans les déserts ? Existera-t-il encore des plaques de […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République du Centre-Ouest | Commentaires fermés sur Orléans -Zagreb : comment devenir un médecin sans peine dans l’Union européenne ?

Comment travaillent les copyeditors du Lancet pour détecter les mauvaises pratiques, et surtout les spin ?

Lors du congrès de EASE à Strasbourg, H Penny, deputy managing editor du Lancet a décrit son travail pour détecter et supprimer les spin. Le thème du congrès était  » Le titre de sa communication : « The role of technical copyeditors as watchdogs and negotiators: DETECTING AND REMOVING SPIN » dont les diapositives sont accessibles. L’une de ses diapos est reprise… Continuer la lecture

Publié dans Cours et congrès, Medical Writing, Rédaction des revues, Spin | Commentaires fermés sur Comment travaillent les copyeditors du Lancet pour détecter les mauvaises pratiques, et surtout les spin ?