Archives mensuelles : février 2016

En France, ayez une maladie rénale, c’est la meilleure spécialité

Il est devenu comme un petit rituel, le classement des CHU et des spécialités en fonction du choix des internes venant de passer l’ECN. C’est devenu le pendant du classement des hôpitaux par le point et les autres magazines qui … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans classement, ECN, Médecine humeur, Néphrologie, spécialités | Commentaires fermés sur En France, ayez une maladie rénale, c’est la meilleure spécialité

20 % des essais randomisés publiés dans les revues prestigieuses ont un objectif marketing (seeding trials) : pas d’interprétations hâtives

Publication en janvier 2016 d’une étude présentée partiellement lors du peer-review congress de Chicago en 2013. Les auteurs sont les mêmes sur l’abstract de 2013 et la publication de 2016 : bravo, si vous voyez ce que je veux dire (trop souvent les auteurs changent entre abstract de congrès et publication) !!! Le titre de cet article publié le 26… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Promotions diverses | Commentaires fermés sur 20 % des essais randomisés publiés dans les revues prestigieuses ont un objectif marketing (seeding trials) : pas d’interprétations hâtives

Suicide de l’hôpital européen Georges-Pompidou : l’AP-HP va devoir céder la place à l’IGAS

Bonjour Deux mois après. Marisol Touraine vient d’annoncer qu’elle venait de « prendre connaissance » du rapport de la mission « relative aux conflits à l’Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) ». C’est là une formule qui se rapporte très précisement au suicide par défenestration du Pr Jean-Louis Mégnien survenu le 17 décembre dernier  sur le lieu de travail de […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Suicide de l’hôpital européen Georges-Pompidou : l’AP-HP va devoir céder la place à l’IGAS

Petite supplique à notre ministre de l’Enfance: effacer une ardoise de 9000 euros pour du lait qui a sauvé un bébé

Bonjour Cuir épais ou pas, il est des histoires que l’on n’accepte pas. Ainsi, aujourd’hui, celle rapportée dans Le Figaro par  notre confrère Cyrille Vanlerberghe : « Une facture de 9000 euros de lait pour sauver un bébé ». Hier encore nous nous serions adressés à Marisol Touraine. Mais le Palais a remanié et il faut désormais demander l’huissier […] Continuer la lecture

Publié dans Le Figaro | Commentaires fermés sur Petite supplique à notre ministre de l’Enfance: effacer une ardoise de 9000 euros pour du lait qui a sauvé un bébé

Cannabis: la leçon de l’Académie de médecine au Pr Bertrand Dautzenberg. Les provocations de The Economist

  Bonjour Après  l’église de Saint-Germain-des-Prés il faut, l’hiver, un certain courage s’enfoncer dans la nuit de la rue Bonaparte. Rues Jacob, Visconti, des Beaux-Arts. On ne retrouvera le jour qu’au port des Saint-Pères, face aux brouillards du quai François-Mitterrand, entre le pont des Arts et le pont Royal. Le voyageur  aura dû laisser, sur […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde, Le Parisien/Aujourd'hui en France, The Economist | Commentaires fermés sur Cannabis: la leçon de l’Académie de médecine au Pr Bertrand Dautzenberg. Les provocations de The Economist

Zika peut franchir le placenta. L’énigme microcéphalique reste entière. Les rumeurs progressent

Bonjour La quête se poursuit, la cartographie virale se complète. Dans une publication de The Lancet Infectious Diseases 1 des chercheurs brésiliens expliquent avoir identifié la présence  du virus Zika dans le liquide amniotique de deux femmes enceintes. Ce travail a été mené chez deux femmes enceintes âgées de 27 et 35 ans vivant dans […] Continuer la lecture

Publié dans The Lancet Infectious Diseases, The New York Times | Commentaires fermés sur Zika peut franchir le placenta. L’énigme microcéphalique reste entière. Les rumeurs progressent

Greffes de trachée artificielle recouverte de cellules souche : fraude ou pas au Karolinska Institute ?

Une affaire pas claire concerne un chirurgien du Karolinska Institute, Stockholm, Suède, depuis assez longtemps.. Le Monde daté du 16 février 2016 titre « L’institut Karolinska éclaboussé par une affaire de fraude » mais les informations sont contradictoires, et pour l’instant rien n’est établi très formellement. Des suspicions fortes et une réouverture des investigations relancent cette histoire. Depuis juillet 2015, RetractionWatch a… Continuer la lecture

Publié dans Ethique, fraude, Grand public | Commentaires fermés sur Greffes de trachée artificielle recouverte de cellules souche : fraude ou pas au Karolinska Institute ?

La lumière, l’été, l’hiver.

Pour Catherine B. Alors voilà, quand elles entrent, ça se met à sentir la confiture d’abricot dans le bureau. L’image qui me revient en écrivant ça c’est « la femme et l’enfant sont entrées comme si elles poussaient l’Été devant elles ».J’ausculte les poumons de sa fille, la femme la tient par devant, enfouissant son visage dans […]

The post La lumière, l’été, l’hiver. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La lumière, l’été, l’hiver.

Essai mortel de Rennes: le mystère est total, le cannabis n’est plus mentionné, les travaux se poursuivent

Bonjour Daté du 16 février 2016 le document est intitulé « Relevé de conclusions ». Et ces conclusions ne manquent pas de troubler. Deux mille deux cents signes, espaces compris, signés du « Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST) sur les inhibiteurs de la FAAH (Fatty Acid Amide Hydrolase) » qui s’est réuni le 15 février 2016 dans les locaux […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Essai mortel de Rennes: le mystère est total, le cannabis n’est plus mentionné, les travaux se poursuivent

Les ventes de tabac progressent, celles des cigarettes électroniques se tassent. Cherchez l’erreur

Bonjour C’est un message dont Marisol Touraine ministre de la Santé pourrait ne pas prendre connaissance 1. Un message officiel, daté de ce 17 février 2016 et signé de  l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Extraits : « Pour la première fois depuis 2010, les ventes de tabac en France métropolitaine dans le réseau des […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les ventes de tabac progressent, celles des cigarettes électroniques se tassent. Cherchez l’erreur

Mourir au bon moment…

J’observe (malheureusement) depuis des années des patients malades et leurs familles, leurs réflexions, leurs réactions, face à une mort, imminente ou non. Je suis le témoin de leur étonnement, j’écoute leurs inquiétudes. Je mesure leur sentiment d’injustice toujours présent, quelles que soient les circonstances. 

Les proches des gens endeuillées tentent d’atténuer leur malheur. Mais ces tentatives sont souvent irrecevables: il était âgé, il souffrait, il buvait trop…Voire carrément déplacées: tu trouveras quelqu’un d’autre, tu es encore jeune…ou pire la remarque subie par le personnage joué par Jessica Chastain dans The tree of Life: tu as d’autres enfants…

Je me suis donc posée cette question. Quand peut-on considérer mourir au bon moment, alors qu’on a toujours le temps, et que ce n’est jamais le bon moment? Jamais?

Quelle mort nous paraît acceptable? A 80 ans après une embolie pulmonaire et sans avoir souffert?  Si notre état physique est jugé trop insupportable et qu’il n’est plus compatible avec la vie? Si l’on devient dépendant?

Cela dépend-t-il de l’âge, de nos réalisations, des problèmes médicaux en cours, des conditions du décès, des gens qu’on va laisser? Qui mérite de vivre longtemps et selon quels critères? 

Je repense à une patiente de 69 ans dont je m’occupais à l’hôpital. Elle avait une atteinte lymphomateuse cutanée puis une extension  avec de multiples métastases, pulmonaires, cérébrales.. Elle s’était battue jusque là, mais la maladie avait pris le dessus. Elle glissait vers le coma, petit à petit. Elle s’enfonçait. Son fils était prévenu, il allait arriver. Son manteau encore sur le dos, il a juste eu le temps de l’embrasser sur le front, de lui dire qu’il l’aimait, de lui dire au revoir, puis elle s’est arrêté de respirer et nous avons prononcé son décès. Comme si elle avait attendu ce moment pour partir.

Plus récemment, dans mon cabinet, j’ai reçu une vieille dame de 90 en très bon état général, sans antécédent, sans aucun traitement, sans aucun suivi. 

Son sein droit était dur comme la pierre, rétracté, couvert de métastases cutanées, une forme avancée de cancer du sein.On percevait également une métastase axillaire. Elle a senti mon désarroi mais ne m’a rien dit. Son médecin traitant lui avait pris rendez-vous sans son accord avec un cancérologue pour sa prise en charge. 

Puis j’ai reçu un message de ce cancérologue, interloqué, quelques jours plus tard me disant qu’elle ne s’était pas présentée en consultation. Elle ne m’avait pas prévenu de sa décision de ne rien faire, puisqu’elle avait facilement deviné qu’il n’y avait véritablement rien à faire, d’efficace à terme, tout du moins. Elle avait préféré choisir plutôt que de subir. Qui pourrait l’en blâmer?  Doit-on toujours tout faire pour retarder ce moment? 

Et, bien évidemment, je n’évoque pas ici l’environnement violent de certaines morts, car je n’ai que très peu côtoyé le contexte criminel en médecine légale. 
Celui qui fauche la vie d’un jeune homme, comme Ilan il y a déjà 10 ans, torturé à mort parce que juif, qui continue de hanter les vies et les nuits d’un pays tout entier.

F Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Mourir au bon moment…

Allergique aux vibrations

Scie à chaîne.png

Vibrations engendrées par le maniement d’une scie à chaîne.

 

L’annonce de la découverte des ondes gravitationnelles a provoqué il y a quelques jours une énorme secousse dans la communauté scientifique. Pour la première fois, des vibrations de l’espace-temps, prédites il y a 100 ans par Albert Einstein, ont été détectées sur Terre grâce à des équipements ultrasophistiqués. Parallèlement à cette fantastique percée de la connaissance, une découverte, certes plus modeste mais non moins intéressante, a été publiée le 8 février dernier dans le prestigieux New England Journal of Medicine. Elle concerne la dermato-allergologie.

Cette avancée médicale concerne la cause d’une urticaire

Continuer la lecture

Publié dans Santé | Commentaires fermés sur Allergique aux vibrations

Pensée du jour alimentaire

12. Nous condamnons au plus grand malheur et declarons Fréres initiés ceux qui, par avarice et sauf cas de force majeure (auquel cas la loi ne s’applique pas), achètent au marché les denrées les moins chères, comme si un médecin, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans littérature, médecine, Médecine humeur, nutrition, quevedo | Commentaires fermés sur Pensée du jour alimentaire

Michel Sapin chez Jean-Jacques Bourdin: ce quinquennat ne fera rien contre le tabac

Bonjour Tout le reste sera littérature. Mardi 16 février Michel Sapin, ministre des Finances et proche de François Hollande, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin. M. Bourdin, journaliste, officie sur RMC-BFMTV. Chaque matin un responsable politique va chez lui comme on se rend à confesse. Il les rudoie, ils sourient. C’est toujours à qui sera le […] Continuer la lecture

Publié dans LCI, lemondedutabac.com, RMC; BFMTV | Commentaires fermés sur Michel Sapin chez Jean-Jacques Bourdin: ce quinquennat ne fera rien contre le tabac

Colloque universitaire sur l’intégrité scientifique à Bordeaux fin janvier 2016 : l’essai est loin d’être transformé !

Le colloque de Bordeaux sur l’intégrité scientifique a réuni 130 personnes pendant une journée (29 janvier 2016). C’est un bon début, et je félicite l’Université de Bordeaux, et ses représentants pour tout le boulot qu’ils ont fait… BRAVO à tous. Il y a du boulot pour développer l’intégrité scientifique ; je ne suis pas persuadé que les présidents d’Université (sauf… Continuer la lecture

Publié dans Intégrité scientifique | Commentaires fermés sur Colloque universitaire sur l’intégrité scientifique à Bordeaux fin janvier 2016 : l’essai est loin d’être transformé !

Trois égorgements familiaux, suicide à la scie électrique. Pas d’antécédents psychiatriques. Des alertes sur Facebook, des traces de cannabis

Bonjour Commune de Neuville-aux-Bois , richesse de la Beauce, à une vingtaine de kilomètres au nord d’Orléans.  Dépêche de l’Agence France Presse. Un jeune père de famille a égorgé sa femme et ses deux enfants, âgés de 6 ans et 10 mois, dans la nuit du 15 au 16 février. Il s’est ensuite suicidé au […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, La République du Centre | Commentaires fermés sur Trois égorgements familiaux, suicide à la scie électrique. Pas d’antécédents psychiatriques. Des alertes sur Facebook, des traces de cannabis

FGF23 et Polynucléaires Neutrophiles

L’actualité me donne l’occasion de parler à nouveau d’une cellule un peu méprisée, le polynucléaire neutrophile (PNN). Autant (ou au temps?) le lien avec l’insuffisance rénale chronique de ma précédente note ne sautait pas aux yeux, aujourd’hui c’est une évidence. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans fgf23, infection, insuffisance rénale chronique, IRC, médecine, MRC, Néphrologie, PNN, polynucléaire neutrophile, Science | Commentaires fermés sur FGF23 et Polynucléaires Neutrophiles

«Nous avons prélevé ses organes puisqu’il n’était pas sur le registre automatisé prévu à cet effet»

  Bonjour Réparer les vivants, certes, mais à quel prix ? Petit papier incisif dans Le Monde de cet après-midi (Pascale Santi). On y apprend, en direct, que le nombre  de greffes d’organes a, en France, augmenté de 7  % en  2015 par rapport à 2014. Soit 5 746 greffes réalisées – dont 60  % de […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde | Commentaires fermés sur «Nous avons prélevé ses organes puisqu’il n’était pas sur le registre automatisé prévu à cet effet»

Zika et microcéphalies : des écologistes accusent l’insecticide utilisé pour détruire les moustiques

  Bonjour Tout bien pesé la nature humaine a horreur du vide scientifique. Résumons. Dans l’immense majorité des cas, Zica n’est pas dangereux pour l’homme. Pourtant Zika fait peur. Cette peur résulte, pour l’essentiel, d’une hypothèse : l’infection de la femme enceinte par ce virus serait responsable de malformations fœtales à type de microcéphalies. Cette hypothèse […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, theecologist.org | Commentaires fermés sur Zika et microcéphalies : des écologistes accusent l’insecticide utilisé pour détruire les moustiques

Cigarette électronique : les fumées et les vapeurs du Haut Conseil de la Santé Publique

Bonjour Nous ne sommes certes pas au Vatican, mais c’est bien un conclave. Un conclave sanitaire. Dans quelques jours, quelques semaines peut-être, le « Haut Conseil de la Santé Publique » (HCSP) dira ce qu’il pense de la cigarette électronique. Le HCSP est une institution pratiquement ignorée du grand public. C’est une « instance d’expertise » qui fêtera bientôt […] Continuer la lecture

Publié dans Pourquoi docteur ?, vapyou.com | Commentaires fermés sur Cigarette électronique : les fumées et les vapeurs du Haut Conseil de la Santé Publique

Le BMJ s’engage fortement pour l’intégrité de la recherche, et propose des modules e-learning pour apprendre la recherche

L’intégrité de la recherche est un des objectifs du BMJ qui est décliné assez souvent : Sur le site de la London School of Economics, un billet de Trish Groves, rédactrice ne chef de BMJ Open sur la problématique du gaspillage de la recherche : 85 % des budgets de recherche seraient gaspillés ; ce sont des hypothèses suggérées il… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Intégrité scientifique, Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur Le BMJ s’engage fortement pour l’intégrité de la recherche, et propose des modules e-learning pour apprendre la recherche

Les actes pédophiles d’un prêtre catholique : nouvelle affaire judiciaire et de santé publique

Bonjour Du Boston Globe à Lyon (Rhône), comme une très lointaine résonance hexagonale du film Spotlight 1. Au départ c’est un témoignage  que l’on peut trouver sur BFMTV . L’une des victimes d’agressions sexuelles d’un prêtre dans les années 1990 a décidé de porter plainte contre l’archevêque de Lyon, Mgr  Philippe Barbarin, primat des Gaules. Avec son association […] Continuer la lecture

Publié dans BFMTV, Boston Globe, La Croix, libération, Lyon Capitale, Slate.fr, The Guardian, The Independant | Commentaires fermés sur Les actes pédophiles d’un prêtre catholique : nouvelle affaire judiciaire et de santé publique

Une rencontre #2

Le début est à lire ici.
Jour J. Heure H. Nous avons rendez-vous à 17h.

Il est l’heure dans quelques minutes et je retrouve Charlie (@CharlieIsDark) devant le Ministère de la Santé. Je crois qu’on est aussi stressées l’une que l’autre! Entrée, passage sous le portique de sécurité, présentation des pièces d’identité… ça devient sérieux là. Plusieurs personnes attendent avec nous, je reconnais Solange (@Soskuld) mais je n’ose demander aux autres qui ils sont. Nous n’attendons pas longtemps. Après quelques minutes, on nous conduit dans un salon, dont la grande table ovale est chargée de viennoiseries. Bon, au moins on ne mourra pas de faim, et soit dit en passant, la vue sur Paris est splendide. Madame Rossignol arrive, suivie par quatre conseillères, et nous nous installons autour de la table.
On se présente. Je note consciencieusement les noms et les blogs associés, il y en a deux que je ne connais pas, ça m’offre une occasion de les découvrir.
La suite, ce sont trois heures de discussion, racontées ici :

http://marreaboutdficelle.blogspot.fr/2016/02/la-douce-melodie-du-rossignol.html

http://www.aide-soignant.com/article/aide-soignant/as/laurence-rossignol-ecoute-soignants-aidants

et dans les tweets de @CTrivalle, ici :

 

 Trois heures au lieu des deux initialement prévues, on a été bavards!
 En vrai, même quand j’avais les cheveux longs, je n’ai jamais fait de tresses pour aller bosser… je m’appelle pas Laura Ingalls 😉
 
 
Marie Bertrand a raconté certaines anecdotes vécues en EHPAD, on serait parfois crus dans un autre monde.

Ça traduit une certaine réalité. La profession aide-soignante est majoritairement féminine, tout comme le secteur de l’aide à la personne en général.
 C’est dommage d’ailleurs, parce qu’elle a un beau blog et plein de choses à y raconter…
 Ici, la discussion portait sur la solitude des travailleurs à domicile, et sur le manque de communication avec le reste de l’équipe soignante (IDEL, kinés, médecins…)
 Traduction : pour pouvoir entrer en EHPAD, il vaut mieux être en bonne santé.
 Ici, on a parlé d’Humanitude…
Chiche?
En effet, c’est encore trop peu. Et la qualité de l’accompagnement s’en ressent.
 En principe, la TVA appliquée aux produits d’incontinence (protections) a baissé, mais cela ne change pas grand chose au reste à charge pour le moment.
À cet instant précis, je l’avoue, j’ai failli dégringoler de ma chaise! (« manque de curiosité intellectuelle », gnagnagna…)
 Ce point est un peu flou. Pour passer en niveau IV il faut allonger le temps de formation. Qui paye? Et une fois le diplôme obtenu, il faut de toute façon revaloriser les salaires… mais le public et le privé doivent s’harmoniser, et ça risque d’être compliqué. Bref, c’est pas pour tout de suite.
Autre point délicat. Les aides-soignants en libéral pourraient faire du domicile, hors c’est déjà possible avec les SSIAD, qui présentent l’avantage d’être gérés par des IDE. Une collaboration AS/IDEL pourrait être un consensus.
La dépendance, ça coûte cher…
Bon ben là, euh, forcément, j’ai l’avantage d’être orpheline (pardon)!
 20 heures, fin des discussions, la Tour Eiffel s’illumine et nous nous précipitons aux fenêtres pour admirer le spectacle. Avant de partir, nous prenons le temps de faire une photo de groupe, histoire d’immortaliser ce temps d’échange. Ce fut une belle rencontre, on remet ça un de ces jours?

Continuer la lecture

Publié dans Aidants, aide-soignante, auxiliaire de vie, bientraitance, domicile, EHPAD, Ethique, Laurence Rossignol, solidarité, Vieillesse | Commentaires fermés sur Une rencontre #2

Essai clinique mortel de Rennes : la transparence scientifique est en marche. Jusqu’où ira-t-elle ?

Bonjour C’est aujourd’hui lundi 15 février 2016 que se réunit le « comité scientifique spécialisé temporaire » (CSST) créé par l’ANSM pour (tenter de) faire la lumière sur l’essai clinique mortel de Rennes. Hasard ou fatalité des calendriers, nous sommes précisément un mois après la première alerte publique sur cette affaire : « ‘’Accident lors d’un essai clinique de […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Essai clinique mortel de Rennes : la transparence scientifique est en marche. Jusqu’où ira-t-elle ?

Offerts sur un plateau: trois cabinets médicaux dans le pôle santé de Saint-Sulpice-de-Pommeray

Bonjour Nous sommes dans le Loir-et-Cher, périphérie nord de Blois : moins de 20% de plus de  60 ans. Saint-Sulpice-de-Pommeray, environ 1800 habitants. Sans être palpitante la vie n’est pas usante Pour 180 000 euros, à débattre, vous pouvez devenir propriétaire de cette « Maison rénovée » : « En retrait de toute nuisance et avec une proximité immédiate aux commodités. […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, libération | Commentaires fermés sur Offerts sur un plateau: trois cabinets médicaux dans le pôle santé de Saint-Sulpice-de-Pommeray

Dragi Webdo n°84: pravastatine (WOSCOPS), bisphosponates: quelle durée de traitement? , vitamine K chez l’enfant (nouvelles reco)

Bonjour! L’avenir appartenant à ceux qui se lèvent tôt, je vais publier ce Dragi Webdo tôt, mais en retard… (La logique de cette phrase me semble douteuse…) Bref, bonne lecture!


1/ Cardio-vasculaire
Le journal Circulation refait le point sur l’étude WOSCOPS après 20 ans de suivi des patients. C’est cette étude contrôlée randomisée en prévention primaire qui a montré les bénéfices de la pravastatine 40mg chez des hommes traités pendant 5 ans en moyenne. En effet, le traitement actif a montré une diminution de 13% (HR=0.87) de la mortalité totale, essentiellement liée à la mortalité cardiovasculaire, et une diminution des évènements cardiovasculaire. En chiffres absolus, on retrouve 34,7% de décès sous traitement et  37% sous placebo soit un NNT de 44 patients! C’est là qu’il faut se rappeler que les résultats sont donnés à 20 ans, donc, le NNT en 20 ans est de 44, mais si on veut un NNT annuel c’est 880 patients qu’il faut traiter. Je me demande ce que ça donne dans une patientèle d’un médecin généraliste. Disons qu’avec une patientèle de 800 patients, 200 patients sont à risque cardiovasculaire élevé, et en exerçant  40 ans, la pravastatine « sauvera » environ  10 patients, si mes calculs ne sont pas trop faux… 

2/ Rhumatologie
Les américains ont mis à jours leurs recommandations sur l’ostéoporose se concentrant sur la durée du traitement par bisphosphonate. La société savante recommande des « vacances thérapeutiques » après 5 ans de traitements en l’absence de fracture grave si le T-score est supérieur -2,5. Cependant, en dehors de cette situation précise, le groupe ne donne pas de conduite à tenir autre que « réévaluer la balance bénéfice/risque ».
Le JAMA Internal Medicine a publié une revue de la littérature sur la lombalgie. La méta-analyse qui en découle retrouve que l’exercice physique réduirait de 35% le risque de survenue de lombalgie aiguë, et de 45% lorsque l’exercice est associé à une éducation du patient. Le port de ceinture lombaire ne permettait pas de diminuer le risque de lumbago.
3/ Pédiatrie
Il y a peu, des recos sur la prescription de vitamine K chez le nourrisson avaient été mises en place, avec une administration à J1, entre J4 et J7 et à M1. La société française de néonatalogie les modifie légèrement en recommandant la 2ème administration entre 72 et 96 heures de vie, donc avant de quitter la maternité. La 3ème dose n’est pas obligatoire en cas d’allaitement artificiel.
4/ Urologie
Un article s’est intéressé à l’évolution du dépistage de la prostate depuis les recommandations de l’USPSTF de ne pas dépister en  2012 aux États Unis. Les pratiques des médecins généralistes et des spécialistes ont été comparées. Il semble que les généralistes soient plus réceptifs aux recommandations que les urologues. Est-ce que ces derniers ont vu les courriers de recos se perdre dans les méandres de l’US Postal ou est-ce Big Pharma avait des courriers bien plus « motivants » pour eux? Bien que les conditions du prélèvement de PSA aient été recueillies, il est possible que des bilan PSA pour le suivi de pathologies et non pour du dépistage aient été pris en compte. Ceci peut expliquer pourquoi les urologues dont le dépistage ne représente probablement qu’une faible part de l’activité, semblent ne pas avoir grandement diminuer leurs prescriptions de PSA.
C’est tout pour cette semaine (enfin pour la semaine dernière étant donné qu’on est déjà lundi…). A très vite et encore merci de me lire!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, DragiWebdo, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°84: pravastatine (WOSCOPS), bisphosponates: quelle durée de traitement? , vitamine K chez l’enfant (nouvelles reco)

Pensée du jour

11. De même; à cause des querelles et des violences, des scandales et des vengeances, des morts et des trahisons qui en bande on individuellement se produisent, nous interdisons les armes dangereuses et nuisibles que sont les pistolets, les épées … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans littérature, médecin, Médecine humeur, quevedo | Commentaires fermés sur Pensée du jour

Manuel de style 27 : Journal style and format

Ce billet présente le chapitre 27 du livre « Scientific Style and Format » (pages 485 à 519) intitulé « Journal Style and Format ». C’est la 4ème partie de ce livre « Technical elements of publications » Le chapitre décrit le fonctionnement des revues, en considérant surtout les revues de l’ancien monde. La part consacrée aux revues électroniques existe, mais sans beaucoup de détails. Les… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Style scientifique | Commentaires fermés sur Manuel de style 27 : Journal style and format

Suicide : alerte lancée vis-à-vis de Abilify® et de ses génériques (aripiprazole)

Bonjour Avec les précautions d’usage (« mise en garde ») c’est bel et bien une alerte que vient de lancer l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Elle « souhaite rappeler » les indications en France de l’aripiprazole (Abilify® et génériques) administré par voie orale. Pourquoi ce rappel ? Car une « utilisation hors du cadre » […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Suicide : alerte lancée vis-à-vis de Abilify® et de ses génériques (aripiprazole)

Aucune contraception ne peut être « interdite » par un.e professionnel.le de santé – par Marc Zaffran/Martin Winckler

Sur Twitter, une internaute hèle médecins et sages-femmes en demandant : « Est-ce que le diaphragme et la cape cervicale sont interdites aux nullipares ? »

C’est une question légitime, et pas du tout ridicule. Même si vous connaissez la réponse, ça ne veut pas dire que tout le monde la connaît. Et même si vous connaissez la réponse, vous êtes en droit de vous la poser aussi – pour vous assurer que ce que vous croyez est la bonne réponse, ou est bien toute la réponse.

Dans mon esprit, en matière de santé, il n’y a pas de question « ridicule » ou « stupide ». On sait, ou on ne sait pas. Si on ne sait pas, on est en droit de poser la question. Rien ne peut être su spontanément. Il faut qu’on nous l’ait appris. A une question simple, répondre « Tu devrais le savoir » est au minimum paternaliste et supérieur, au maximum insultant et méprisant. Quand quelqu’un vous (par « vous », j’entends « une personne réputée savoir ») pose une question, la moindre des choses est de le prendre comme une marque de confiance et d’y répondre au mieux. C’est à dire, d’abord en essayant de savoir pourquoi elle pose la question – afin de lui donner la réponse la plus appropriée pour elle.

Dans un premier temps (parce que j’avais été « hélé » par une autre internaute), j’ai répondu : « Aucune contraception n’est interdite aux nullipares. »
Mais derrière cette question, j’en ai entendu deux autres. L’une que pose l’internaute. L’autre, que je me pose.

1° « Est-il médicalement valide qu’une femme nullipare (qui n’a jamais mené de grossesse à terme) utilise un diaphragme ou une cape cervicale ? »

2° « Qu’est-ce qu’une contraception interdite ? » Le mot « interdit » est fort. A lui seul il en dit long sur la nature des relations entretenues par certain.e.s professionnel.le.s de santé avec les patient.e.s qui les consultent. (Vous observerez que je n’écris pas « leurs » patient.e.s, tout comme je n’écris plus « mes » patient.e.s depuis longtemps.)

*

Répondons brièvement à la première question : OUI, un diaphragme ou une cape cervicale sont des contraceptions parfaitement valides pour une femme qui n’a pas eu d’enfant. Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’état actuel des connaissances.

Diaphragme, cape cervicale et préservatifs féminins sont les équivalents du préservatif masculin : des méthodes dites « barrière », qui s’opposent au passage des spermatozoïdes. Rien ne s’oppose à ce qu’une femme les utilise, on peut même dire qu’il y a probablement très peu de situations qui rendent leur utilisation impossible. S’il y en avait, la responsabilité du médecin consisterait à les énumérer à la patiente qui lui demande conseil, afin de faciliter son choix.

Vous noterez que l’âge ou le fait d’avoir ou non mené une grossesse à terme n’ont rien à voir avec leur utilisation. Médicalement parlant, toute femme qui a des rapports sexuels et qui se croit susceptible d’être enceinte est en droit de se protéger d’une grossesse non désirée. (Certaines parfois ne le font pas par « inconscience » mais parce qu’elles ne peuvent pas, ou pensent sincèrement que le risque de grossesse n’existe pas.) Cependant, la culture ambiante favorise – ou s’oppose – à l’utilisation de ces méthodes selon que l’information et la prescription contraceptives sont ou non contrôlées par les seuls médecins. 

Car dans les pays où la contraception est enseignée et disponible à qui la veut, ces méthodes sont utilisées librement par toute femme qui le désire (je pense aux Pays-Bas, à l’Angleterre, aux pays scandinaves, en particulier). Dans ces pays-là, on considère que c’est à la femme de choisir sa contraception.

*

Voyons la seconde question : Qu’est-ce qu’une contraception interdite ?

La réponse est simple : aucun traitement ne peut être interdit par un médecin ou un.e professionnel.le de santé. Il ou elle peut le déconseiller ou refuser de le prescrire, mais pas « l’interdire ». C’est la loi qui interdit. Les professionnels n’ont pas ce pouvoir : la loi s’applique aussi à eux. Et ils ne peuvent pas « interdire » à la place du législateur.

Il est, par exemple, interdit à un citoyen lambda d’acheter des morphiniques sans ordonnance. C’est la loi. Le pharmacien ne peut pas transgresser la loi, il ne peut donc pas lui en délivrer : c’est un médicament à prescription contrôlée (pour éviter toxicomanie et trafics). Mais un médecin, en revanche, a le droit de prescrire ce qu’il veut – tout en respectant la loi. S’il prescrit de la morphine à quelqu’un qui dit souffrir, il est en droit de le croire. S’il lui prescrit de la morphine en sachant que le patient va la revendre, alors il enfreint la loi en participant sciemment à un trafic de stupéfiants.

Autre exemple, il est tout à fait possible pour un médecin de prescrire des diurétiques ou des hormones thyroïdiennes à un.e patient.e pour les faire maigrir. Ce n’est pas spécifiquement interdit par la loi, mais c’est tout de même une faute professionnelle parce que c’est une prescription dangereuse et inefficace ; si le/la patient.e qui les prend fait un accident ou une complication liés à cette prescription, il/elle sera en droit de porter plainte et de demander réparation. Et il/elle gagnera.

Dans cette même circonstance, et en l’absence de tout accident, un patient, un médecin ou un pharmacien sont parfaitement en droit de signaler à l’autorité de tutelle (la sécu, par exemple) que le médecin se conduit de manière anti-professionnelle. Et ce sera juste.

Ces deux exemples pour montrer que les « interdictions » ne sont jamais énoncées par les médecins eux-mêmes. Elles découlent des données de la science et inscrites dans les recommandation de bonne conduite professionnelle. Elle découlent aussi de principes d’éthique. (« D’abord, ne pas nuire. »)

En médecine comme dans d’autres domaines, les interdictions strictes ne peuvent donc être que légales ou, à la rigueur réglementaires (dans le cadre d’une institution ou d’une école, par exemple). Elle ne peuvent pas être décrétées unilatéralement par un individu, car la loi ou les réglements s’appliquent en principe à tou.te.s.

*

Revenons à la contraception. Un médecin peut-il interdire à une femme d’employer telle ou telle méthode ? Vous savez désormais que la réponse est NON.

C ontrôler sa fertilité, ça n’est pas interdit par la loi. (1)  L’avortement clandestin est interdit ; mais l’avortement dans le cadre d’un centre d’IVG ne l’est pas.
Certaines méthodes contraceptives (les préservatifs, le diaphragme, la cape cervicale, la contraception d’urgence) sont accessibles sans ordonnance. D’autres méthodes (pilule, DIU, implant…) ne sont accessibles que sur ordonnance, mais elles ne sont pas soumises au même régime restrictif que les stupéfiants ou les amphétamines, par exemple. Dans de nombreux pays, on débat pour savoir si les pilules ne devraient pas être en vente libre en pharmacie, sans ordonnance. Et l’auto-pose de DIU est actuellement à l’étude.

En matière de contraception, un médecin peut conseiller ou au contraire déconseiller fortement, voire refuser de prescrire une méthode (ou refuser de pratiquer une IVG). Tout ça fait partie de ses prérogatives. Mais il ne peut en aucun cas « interdire ». En revanche, et c’est plus grave, il peut choisir de désinformer la femme ou diaboliser son choix de contraception.

Déconseiller : un professionnel peut déconseiller vivement à une patiente de prendre une pilule contenant des estrogènes après 35 ans si elle fume. Il peut également refuser de la lui prescrire.

En théorie, il peut cependant, après avoir dûment informé cette patiente des risques (phlébite, embolie pulmonaire), la lui prescrire parce que 1° elle dit comprendre les risques ; 2° le risque d’être enceinte lui est beaucoup plus intolérable ; 3° elle ne peut ou ne veut pas utiliser d’autres méthodes, et c’est son droit le plus strict.

Si je parle de la pilule estroprogestative, c’est parce qu’à l’heure actuelle, c’est la seule contraception qui comporte un risque grave (accident vasculaire) ou mortel (décès par embolie). Aucune autre contraception (non, pas même le DIU) ne peut, à elle seule, provoquer un décès du seul fait de son utilisation.

Et cependant malgré le risque, un médecin peut la prescrire. Ce  n’est ni criminel (il s’agit d’un risque, pas d’une certitude) ni crapuleux (a priori, s’il ne « monnaie » pas sa prescription, le médecin ne gagnera rien de plus à la prescrire qu’à ne pas le faire), ni contraire à l’éthique : si la patiente est informée des risques, il est éthique de l’aider à prendre une décision risquée ; tout comme il serait parfaitement éthique, par exemple, d’accompagner dans sa grossesse une femme qui veut la poursuivre alors même que sa vie est en danger. C’est ce qu’on appelle une décision partagée. (Je vous conseille cet excellent billet sur le sujet.)

Pour le dire plus simplement : un médecin ou une sage-femme sont habilité.e.s à laisser une patiente choisir entre deux risques celui qui, pour elle, est le plus acceptable. Il suffit de comparer la probabilité d’être enceinte à 35 ans et celle d’avoir un accident thrombo-embolique sous pilule pour comprendre que certaines femmes puissent choisir de courir le second risque plutôt que le premier. (Rappelons que le risque thrombo-embolique existe aussi pendant la grossesse, et qu’il est supérieur à celui de la prise de pilule…)

Refuser de prescrire : un médecin ou une sage-femme qui refuse (calmement) de prescrire une pilule estroprogestative à une femme de (mettons) quarante-cinq ans, qui fume et a déjà fait une phlébite ne prononce pas une « interdiction », il/elle se contente de dire : « Le risque que je vous ferais courir est supérieur aux avantages que vous pourriez en tirer, et c’est contraire à mes obligations. »
Notez que ses obligations lui imposent aussi de lui proposer toutes les autres méthodes disponibles, de les lui expliquer, de l’aider à en choisir une et de les mettre à sa disposition. S’il se contente de lui dire : « Non je vous prescrirai pas votre pilule » et de la laisser en plan, il commet une faute professionnelle – non par son refus de prescrire, par son refus de l’informer des alternatives.

Désinformer ou diaboliser : entre désinformation et diabolisation, la nuance peut être ténue.

La désinformation peut être, tout simplement : « Un diaphragme ou une cape cervicale, ça n’est pas une contraception efficace pour une femme sans enfant. »

C’est faux (l’efficacité dépend de la femme et de ses conditions de vie, pas seulement de la méthode), et c’est contre-productif. Pour une femme donnée, toute contraception peut être une bonne méthode si elle la choisit en pesant le pour et le contre d’un ensemble de facteurs : efficacité théorique, confort d’utilisation, adéquation à la fréquence de ses rapports sexuels, etc.

A l’opposé, affirmer par exemple : « Les DIU provoquent des grossesses extra-utérines, des infections et une stérilité » est une contre-vérité scientifique et donc, une diabolisation : aucune femme n’aura envie d’y recourir dans ces conditions.

Dans un cas comme dans l’autre, désinformer un peu ou beaucoup peut suffire à interdire l’accès d’une méthode.

Que signifie, pour un.e professionnel.le de santé, d’ « interdire » à une femme l’accès à une méthode de contraception ? 

Un professionnel de santé, nous l’avons dit, n’a pas à « interdire » quoi que ce soit. Il ne peut que rappeler la loi ou les réglements. Et le faire loyalement – c’est à dire sans mentir ou désinformer à leur sujet.

Par conséquent, « interdire » à une femme l’accès à une méthode qu’elle pourrait utiliser sans danger est une contre-vérité scientifique et une faute éthique, et de ce fait une faute professionnelle.
Plus précisément, un refus de soin. Et, dans le cas précis des femmes nullipares, leur refuser une méthode au seul motif qu’elles n’ont pas eu d’enfant, c’est une discrimination.

Or, le refus de soin et la discrimination sont interdits par la loi. 
Ce n’est pas moi qui le dis, mais le Code de la Santé publique.

Marc Zaffran/Martin Winckler

(1) En France, depuis 2001, même la stérilisation volontaire est clairement autorisée par la loi. Si son accès est si compliqué, c’est que beaucoup de médecins en interdisent l’accès aux personnes qui la demandent. 

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Aucune contraception ne peut être « interdite » par un.e professionnel.le de santé – par Marc Zaffran/Martin Winckler

Le mirage de l’expérience thérapeutique

L’Evidence Based Medecine (EBM, traduit en français par Médecine Fondée sur les Preuves) est définie au travers de trois composantes : les meilleurs preuves disponibles l’expérience du médecin les valeurs ou préférences du patient Ce qui concerne les meilleures preuves … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, autobio, ebm, expérience du clinicien, expérience du médecin, formation, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Le mirage de l’expérience thérapeutique

LEM 950 Comme des enfants en bas âge

Voici le troisième (sur cinq) volet de Philippe Guillemant consacré à l’exposition de sa théorie de la double causalité qui remet totalement en question notre perception de la notion de temps.
Lire la LEM 950 et donnez votre avis sur le site.
Continuer la lecture

Commentaires fermés sur LEM 950 Comme des enfants en bas âge

Vaccins : que diriez-vous d’un grand référendum pour ou contre l’usage de l’aluminium ?

Bonjour C’est le sujet écologique du jour : l’abcès de Notre-Dame-des-Landes. Une vieille question aéroportuaire travaillée sous toutes les coutures, des oppositions radicales et infranchissables, une guerre moderne et médiatique. Nous en étions là, aux antipodes du consensus quand soudain, le chef de l’Etat sortit, en direct et à la télévision, une nouvelle carte : un […] Continuer la lecture

Publié dans Egora, le Monde, sud-ouest, The Lancet | Commentaires fermés sur Vaccins : que diriez-vous d’un grand référendum pour ou contre l’usage de l’aluminium ?

Newsletter de janvier 2016 envoyée le 1 février avec le titre « Tous complices ? Données non fiables ni reproductibles »

Des trucs pas normaux…. ne rien faire, c’est être complice ! ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Trois billets alertent sur des pratiques peu vertueuses : Un article de PLOS ONE a été rétracté de la littérature 3 mois après sa publications : 10 raisons majeures pour le retirer… avec des auteurs chinois… qui va traiter les causes ? Arrêtez, arrêtez de publier de mauvaises… Continuer la lecture

Publié dans Newsletter mensuelle | Commentaires fermés sur Newsletter de janvier 2016 envoyée le 1 février avec le titre « Tous complices ? Données non fiables ni reproductibles »

Avec qui se marient les médecins ?

Un outil de visualisation plus amusant que où meurent les médecins sur le site de bloomberg: Qui se marie avec qui ? Je vous mets le résultat pour les médecins et chirurgiens aux USA. Le résultat est sans ambiguïté. En … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans endogamie, mariage, médecine | Commentaires fermés sur Avec qui se marient les médecins ?

Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

L’ambiguité à propos du passage de tests psychotechniques en fonction de la durée de la suspension du permis de conduire est enfin levée par la publication du décret n° 2016-39 du 22 janvier 2016 qui a modifié plusieurs articles du Code … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans annulation, Aptitude à la conduite des véhicules, avis, médical, permis de conduire, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, suspension | Commentaires fermés sur Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

L’ambiguité à propos du passage de tests psychotechniques en fonction de la durée de la suspension du permis de conduire est enfin levée par la publication du décret n° 2016-39 du 22 janvier 2016 qui a modifié plusieurs articles du Code … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans annulation, Aptitude à la conduite des véhicules, avis, médical, permis de conduire, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, suspension | Commentaires fermés sur Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

L’ambiguité à propos du passage de tests psychotechniques en fonction de la durée de la suspension du permis de conduire est enfin levée par la publication du décret n° 2016-39 du 22 janvier 2016 qui a modifié plusieurs articles du Code … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans annulation, Aptitude à la conduite des véhicules, avis, médical, permis de conduire, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, suspension | Commentaires fermés sur Suppression de l’obligation de tests psychotechniques pour les suspensions de permis de conduire de moins de 6 mois

Révolution ?

Une des grande obsession du XXIé siècle est de changer la médecine ou de changer les médecins. Ce désir remonte à plus longtemps mais il attend une acmé en ce début de siècle. Il ne se passe pas une semaine, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans 2.0, bracelet connecté, changement, darwinisme, Evolution, médecine, mesure, révolution, Science | Commentaires fermés sur Révolution ?

Zika : l’OMS se refuse encore à établir un lien de causalité avec le syndrome de Guillain et Barré

Bonjour Le chaud et le froid. Après avoir décrété, toutes affaires cessantes,  qu’il s’agissait d’une urgence sanitaire de dimension mondiale, l’OMS met en garde contre une trop grande précipitation. Elle dit et redit que le lien de causalité avec les microcéphalies n’est pas encore scientifiquement établi. Et elle assure aujourd’hui qu’il en va de même […] Continuer la lecture

Publié dans BBC, The Guardian | Commentaires fermés sur Zika : l’OMS se refuse encore à établir un lien de causalité avec le syndrome de Guillain et Barré