Archives quotidiennes : 27 février 2016

Une question de point de vue

Service de Psychiatrie.
Le repas vient de se terminer et quelques patients sont encore à table. Ils se sont servis un café et parlent de tout et de rien. Sur la table d’à côté, ils ont laissé traîner des origamis commencés ce matin, ainsi que quelques bonbons. Sophie, l’ASH (ASH = Agent de Service Hospitalier), montre des signes d’impatience. Elle aimerait que les tables soient débarrassées pour pouvoir faire la vaisselle et nettoyer la salle. Je ne comprends pas trop son irritation, il n’y a pas de départ prévu aujourd’hui et l’après-midi sera calme, alors on n’est pas à un quart d’heure près. Nous en discutons dans la cuisine.
– Je trouve ça plutôt bien qu’ils traînent un peu, ils discutent, ils rient, ça leur fait du bien aussi non? dis-je avec une naïve bonne volonté.
– Mais justement, non! Ils ne sont pas là pour créer des liens entre eux et s’installer comme s’ils étaient à la maison! Ils sont là pour se recentrer, réfléchir à ce qui les a amenés ici, et sortir de ce service le plus rapidement possible! me répond Sophie du tac au tac.

Trois petites phrases pour échanger sur les valeurs du soin. Et toc!
L’hôpital psychiatrique, lieu de soin et lieu de vie, mais aussi lieu de rencontre entre patients, soignants et valeurs du soin… Finalement, où se trouve le « juste soin »?

PS : je ne sais pas si l’une d’entre nous a raison. Je ne sais pas non plus ce qui est le mieux pour les patients (ce n’est d’ailleurs pas à moi de le savoir). Mes propres valeurs m’encouragent à privilégier le bien-être et la convivialité. Cependant, j’entends également le raisonnement qui fait dire à ma collègue que le lieu de soin ne doit rester qu’un lieu de passage, et qu’il faut avoir envie de le quitter.

Continuer la lecture

Publié dans aide-soignante, bientraitance, bienveillance, emploi, Hôpital, Maltraitance, psychiatrie | Commentaires fermés sur Une question de point de vue

La Dépakine chez le psychanalyste

Nous pensons avec des mots, et donc les mots sont importants. C’est la raison pour laquelle les hommes politiques parlent de croissance négative plutôt que de récession ! L’affaire de la DEPAKINE, médicament antiépileptique dont la toxicité chez le foetus n’a été pleinement révélée au public que tardivement, en apporte une preuve supplémentaire.


Médicaments

/
Continuer la lecture

Publié dans Médicaments à risque | Marqué avec | Commentaires fermés sur La Dépakine chez le psychanalyste

Travail et déchéance : le grand trouble identitaire socialiste vu depuis le Jardin de la France

Bonjour Face à cet effacement des repères est-il trop tôt pour oser porter un diagnostic ? Les gazettes ne s’en privent guère et l’éventail va de la fracture  au trouble identitaire – pour ne pas parler de schizophrénie. Les historiens oubliés évoquent le Congrès de Tours 1 dont on fêtera peut-être, dans quatre ans, le premier siècle. […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République du Centre-Ouest | Commentaires fermés sur Travail et déchéance : le grand trouble identitaire socialiste vu depuis le Jardin de la France