Archives quotidiennes : 20 février 2016

Sang, laïcité et religion : peut-on aller contre la volonté d’un malade qui refuse une transfusion ?

Bonjour Quelques gazettes en ont parlé : l’Observatoire de la laïcité a adopté,  mardi 16 février son «4e guide pratique» 1. C’est un document original et important : il est consacré à la «gestion du fait religieux dans les établissements publics de santé». Face aux « difficultés pratiques », l​’Observatoire de la laïcité a ​fait dans le pragmatique ; un pragmatique encadré […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Sang, laïcité et religion : peut-on aller contre la volonté d’un malade qui refuse une transfusion ?

Le prix des visites médicales du permis de conduire a changé au 1 mai 2017

L’arrêté du 1er février 2016 indexe le prix des visites médicales du permis de conduire sur la lettre C. La revalorisation de la lettre C en mai 2017 revalorise donc le prix des visites médicales, à la fois en commission préfectorale et au … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans agréés, arrêté, commission, conduire, départementale, honoraires, médecins, médicale, médicales, permis, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, ville, visites | Commentaires fermés sur Le prix des visites médicales du permis de conduire a changé au 1 mai 2017

Risques psychosociaux et bullshit management


« Les paradoxes ça rend fou.» Vincent de Gaulejac

Individualisation du risque santé au travail et crise de la gouvernance des systèmes de santé


Introduction : la ré-ingénierie sociale centralisée


« À l’individualisation du risque maladie fait écho celle du risque santé (note personnelle : cela s’applique autant à la « santé au travail »). Le renforcement de l’administration de la santé publique française depuis vingt ans n’a pas empêché la montée en puissance d’une lecture individualisante des problèmes de santé. (…) 
L’épidémiologie sociale, qui s’alimente à la biostatistique et souvent aux sciences sociales, reste peu reconnue en regard de l’épidémiologie des facteurs de risque (riskfactorology) qui inspire l’épidémiologie dominante (Peretti-Wattel & Moatti 2009). La catégorie du risque, désormais au cœur des institutions de la santé publique française, est souvent entendue dans son acception individualisante : la génétique ou les comportements dits “à risque” sont plus incriminés que les milieux. Ces connaissances sous-tendent des politiques de normalisation et de moralisation de comportements “individuels” au lieu d’aménager les environnements (Buton 2008). Des campagnes d’information censées inciter les individus à abandonner leurs inclinations ou leurs valeurs culturelles – la santé publique moderne penche vers le culturalisme – prônent l’adoption rationnelle des modes de vie jugés plus “sains”.» 

« Bien sûr qu’il y a des gens qui vont mal et que le travail joue un rôle majeur dans ce malaise. Sauf qu’on utilise le psychologue pour faire du contrôle social, pour adapter les humains à des contextes hostiles ! » ​Souffrance au travail : oubliez le psychologue !

​« il n’y a rien à attendre de la fréquentation des pervers narcissiques, on peut seulement espérer s’en sortir indemne » Paul Claude Racamier

Les médecins, la souffrance au travail et le harcèlement


La qualité de vie au travail des médecins salariés ou libéraux est de plus en plus souvent altérée, tout comme celle des autres professions des soins de santé, par les nouvelles pratiques managériales et les injonctions paradoxales qui en résultent. Loin de l’opposition traditionnelle entre libéraux et républicains, des sociologues de l’action publique et des économistes évoquent aujourd’hui les méfaits d’une bureaucratisation néolibérale (Béatrice Hibou).  Nous pouvons tous être confrontés un jour ou l’autre à la question des risques psychosociaux au travail (RPS). L’analyse des RPS oscille entre une psychologisation extrême qui personnalise la difficulté d’adaptation à un contexte de travail en méconnaissant les facteurs organisationnels et managériaux liés aux politiques de santé ou à l’inverse la mise en avant systématique des déterminants économiques, sociaux et politiques au risque de ne pas repérer des situations nécessitant une approche centrée sur la personne ou l’encadrement de véritables pervers narcissiques, dont peut difficilement nier qu’ils existent.
Sur les effets des politiques publiques sur la gouvernance et le management des systèmes de santé, on lira Maya Beauvallet, Henry Mintzberg, Frédéric Pierru, Nicolas Belorgey, Christian Morel, François Dupuy,Béatrice Hibou, Valérie Isles, David Giauque, Vincent de Gaulejac, Michela Marzano
Il faut se méfier des concepts valises, tant ils sont aisément intégrés et instrumentalisés par la gestion attrape-tout. Mais quand les langues se délient, il apparaît qu’au delà de simples situations conflictuelles inhérentes aux organisations, les médecins, qu’on a longtemps cru mieux protégés que les autres soignants, sont de plus en plus souvent en difficulté.
  • Non seulement il sont de plus en plus en situation de souffrance au travail (travail en sous effectifs médical ou paramédical, défaillances du pilotage des activités, défaut de reconnaissance au travail, défaut d’information et de participation aux processus de décision, empêchement de faire, perte d’autonomie dans l’organisation des soins, injonctions paradoxales…) 
  • Mais ils sont aussi de plus en plus souvent en situation de harcèlement, par leur hiérarchie, des coalitions internes et/ou l’administration. Si l’on parle parfois de « claques cliques et clans », le rapport sur les conflits à l’HEGP parle de « lobby » et de « cabinet noir ». Si la pression managériale tend à individualiser le risque a détriment de l’influence du milieu, s’il ne faut pas méconnaître les facteurs individuels, nombreux sont les arguments qui mettent en évidence les méfaits des modèles prescriptifs du Nouveau Management Public, promu dans l’ensemble des systèmes de santé par les organisations internationales. L’injonction simultanée à la compétition de tous contre tous pour la concurrence efficiente et à la coopération pour l’intégration des soins nous mène à la catastrophe. L’hôpital se transforme en « arène politique » au sens de Mintzberg, la pire forme d’organisation politique.

Webographie:


Rapport de la mission sur les conflits à l’HEGP 

« La mission fait suite au suicide de Monsieur Jean-Louis Mégnien, professeur de médecine à l’université Paris-Descartes et praticien hospitalier au sein du pôle Cœur-Vaisseaux-Reins-Métabolisme (CVRM), sur son lieu de travail, l’Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), le 17 décembre 2015. »

Suicide de l’hôpital européen Georges-Pompidou : l’AP-HP va devoir céder la place à l’IGAS Jean-Yves Nau

« Le rapport de la commission interne confirme que « la souffrance [du professeur Mégnien] a été révélée par plusieurs alertes qui n’ont pas été prises en compte de façon appropriée ». Il ajoute que la réponse apportée « s’est limitée à la recherche d’une solution au conflit. Aucun entretien n’a été proposé au professeur Mégnien, les médecines du travail universitaire et hospitalière n’ont pas été sollicitées et aucun contact n’a été établi par la suite avec l’université en vue de faire appel à un médecin agréé ou à un comité médical ».

Pourquoi le management peut rendre fou, par Vincent de Gaulejac (Vidéo)

​De Gaulejac insiste en permanence sur la distinction entre prescripteurs d’en haut et management de terrain. Il décrit les causes macro, les effets méso sur le comportement des petits soldats du management et les désastreuses conséquences sur les micro-systèmes cliniques. Au delà du choix entre « exit, loyalty or voice » le risque est la résignation cynique et la complicité soumise.

Travail : peut-on résister aux injonctions paradoxales sans péter un boulon ? (à propos de Vincent de Gaulejac)

Les petits soldats du nouveau management

Pourquoi le monde du travail est-il si déboussolé et anxiogène ? Plusieurs ouvrages expliquent la dérive progressive des directions d’entreprise (note personnelle: et institutions publiques), et comment nombre d’entre elles ont délégué l’élaboration de méthodes qui confinent parfois à l’absurdité.

Recension: Yves Clot et Michel Gollac, Le Travail peut-il devenir supportable ?, Armand Colin, 2014, 240 p.

​Souffrance au travail : oubliez le psychologue !

Le burn-out n’est pas un diagnostic médical rappelle l’academie de médecine

Frédéric Pierru : «Il y a un absentéisme massif, signe d’une crise collective forte»

Dossier: Considérations sur les risques psychosociaux à l’hôpital (dans la lettre PHARe n°70)

Journal du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes-Réanimateurs Élargi – n° 70 – Décembre 2014 

Peut-on attendre quelque chose des commissions régionales paritaires?

Etat des lieux de la santé et des risques psycho sociaux au travail des médecins hospitaliers 

(ARS Île-de-France)Relevé de Discussion Commission Régionale Paritaire Réunion du 28 mai 2015

L’impact du lean sur le risque psychosocial vu par un médecin du travail

Les méthodes d’organisation du travail : le Lean en question

Les recompositions paradoxales de l’État sanitaire français Transnationalisation, étatisation et individualisation des politiques de santé

La reconnaissance du harcèlement moral au travail : une manifestation de la « psychologisation » du social ? Laïla Salah-Eddine

Florilège ubulogique:


Effets des politiques publiques sur la gouvernance et le management des systèmes de santé, lire:
Maya Beauvallet, Henry Mintzberg, Frédéric Pierru, Nicolas Belorgey, Christian Morel, François DupuyBéatrice Hibou, Valérie Isles, David Giauque, Vincent de Gaulejac, Michela Marzano

Plus sur les RPS
Risques psychosociaux ou malaise dans l’organisation?

Continuer la lecture

Publié dans Action publique, gestion des risques, gouvernance, Nouveau Management Public | Commentaires fermés sur Risques psychosociaux et bullshit management