Archives quotidiennes : 8 mars 2015

Dragi Webdo n°40: angines bactériennes, surdiagnostic, alcool, paracetamol, benzo (HAS), statines, IPP, ROSP (CNGE)

Bonjour! BEAUCOUP d’articles cette semaine, alors, on ne va pas perdre trop de temps et je commence tout de suite (surtout qu’on est déjà dimanche soir, et que je voudrais dormir un peu!)
1/ Pharmaco-vigilance:
Le premier article a déjà fait amplement parler de lui. Le « monde » découvre que le paracetamol est un médicament et donc que son utilisation peut s’accompagner d’effets indésirables. La méthodologie de l’article n’est pas mauvaise, on y découvre les méfaits du paracetamol à pleine dose: augmentation de la mortalité, des évènements cardio-vasculaires, des saignements digestifs et diminution de la fonction rénale et hépatique. Le problème de ces articles portant sur la douleur, est celui des traitements associés. En effet, laisser les patients non soulagé sans co-antalgiques n’est pas éthique; ainsi, les patients prenant des fortes doses de paracetamol ont probablement plus recours à des AINS, par exemple, surtout dans des essais non randomisés, car les études reprises dans l’article sont des études de cohorte. Le paracetamol n’en n’est pas moins un médicament avec des effets indésirables, mais il reste celui qui en a le moins.
Une étude s’est intéressée au effets secondaires sous traitement prescrit hors AMM en pédiatrie par les médecins généralistes français. Près de  40% des enfants avaient reçu un traitement hors AMM, que ce soit un problème d’indication ou de posologie. Malheureusement, on doit se débrouiller comme on peut avec les petits bouts! Point rassurant, malgré les 1,5% d’effets secondaires liées aux prescriptions hors AMM, ils n’étaient pas significativement augmentés.
On continue. La HAS a publié une fiche de bon usage des benzodiazépines dans les troubles du sommeil. Il y a certains grand messages qui s’en dégagent: une prescription limitée à 4 semaines, car aucun traitement médicamenteux n’est adapté à l’insomnie chronique, l’importance de tout mettre en oeuvre pour arrêter les traitements longs et inutiles, sachant qu’un baisse de posologie est déjà un bon point, et enfin, que le sujet âgé prenant un traitement depuis des années peut également avoir plus d’effets négatif en cas de sevrage que de bénéfice, il faut donc en tenir compte avant de les supprimer des ordonnances. Et peut-être peut on dire aux patient que l’effet attendu est un gain d’ une petite heure de sommeil par nuit, seulement.
Les statines et le risque de diabète ont été encore étudiés. La population concerné était des hommes exclusivement et leur risque de diabète a été augmenté de 46% par l’utilisation de statines. La corrélation avec la posologie a été confirmée, avec un doublement du risque entre les faible posologies de simvastatine/atorvastatine et les hautes doses.
Enfin, la revue Minerva a étudié les effets à long terme des IPP et des anti-histaminiques H2 (indiqué dans le reflux gastro œsophagien) . Ces deux classes médicamenteuses viennent s’ajouter à la metformine dans la liste des traitements responsables de carence en vitamine B12. Information à garder dans un coin de la tête…
2/ Cardio-vasculaire:
Cibler les patients à risque pour une prise en charge spécifique. Ne pas larguer des médicaments à tout le monde pour espérer un bénéfice. C’est peut être ce qui sera possible dans les prochaines années. En attendant, une étude du Lancet, tirée des grandes étude de prévention primaires et secondaires sur les statines, a retrouvé qu’il fallait traiter environ 60 patients à risque génétique faible, 45 à risque intermédiaire et 25 à risque élevé pour prévenir 1 évènement cardiologique à 10 ans en prévention primaire.
3/ Infectiologie
L’article le plus intéressant de ce Dragi Webdo est sans doute celui ci. Combien de fois a-t-on vu des jeunes patients avec une angine à streptatest négatif qui ont du mal à être soulagé. On dit que c’est viral (vu que le test négatif), puis parfois ont tente un peu d’antibio parce que ça ne passe pas, ou même parce que ça s’est abcédé. En effet, entre 15 et 30 ans, les angines bactériennes sont majoritairement dues au Fusobacterium necrophorum à  20% contre 10% pour les streptocoques A. Pour mémoire, cette bactérie anaérobie peut également se compliquer exceptionnellement de syndromes de Lemierre…  La bactérie est généralement sensible à l’amoxicilline, mais pas toujours… Dans ce cas, l’association à l’ac. clavulanique est efficace. En attendant un test, on peut y penser devant une angine ulcéreuse! (une présentation intéressante ici)
4/ Oncologie
Le BMJ a publié un article intéressant sur le ressenti des patients à propos du surdiagnostic. J’avoue être friand de ce trop rare type d’article qui s’intéresse au patient. On peut voir que les patients de plus de 50 ans et donc les cibles privilégiées des dépistages des cancers sont acceptent moins le surdiagnostic, au contraire des patients avec un niveau d’éducation. Mais le plus « choquant », c’est que seulement 29% des patients avaient déjà entendu parler de surdiagnostic avant!
Les MGUS sont des anomalies qui nécessitent un suivi car les patients atteints sont à risque de développer un myélome. Cette étude a montré que les patients ayant développé un myélome ont une survie améliorée si un MGUS était suivi précédemment. Cependant, cette différence est faible, a peine  8 mois et demi.
5/ Addictologie
La société française d’addictologie a publié un document sur la prise en charge des mésusages de l’alcool. Le guide répond à des question progressivement, passant du questionnaire de dépistage Audit-C aux possibilités de traitements, ambulatoire ou hospitalier, et quels traitments (utilisation des benzodiazépines, acamprosate, baclofène…) avec une place importante des psychothérapies. Concernant la vitaminothérapie B1 en prophylaxie, la société recommande  5 jours de traitement à 500mg par jour puis 250mg pendant 15 jours, et la vitamine B6 ne doit pas être prolongée au delà d’un mois pour cause de neuro-toxicité.
Pour finir sur le sujet, minerva a également publié sur les traitements préventif de rechute dans la dépendance à l’alcool. L’acamrosate, traitement de 1ere intention, ainsi que la naltrexone, le topiramate et le nalméfène diminuent la récidive quand ils sont associé aux psychothérapies.
6/ Diabétologie
 Je conclurai sur la communication du CNGE sur le ROSP et les objectifs liés aux patients diabétiques. Tout est tellement bien dit dans le communiqué, que je vous laisse le lire ICI. J’espère que nos autorités de santé auront bien vent de ce message!
Comme je vous l’avais dit, beaucoup de choses encore, en cette semaine de reprise après les vacances. Alors, reposez vous bien, et si vous voulez utiliser Twitter pour faire une veille documentaire, voilà une présentation des plus intéressante pour vous y mettre!
A bientot sur la Twitosphère et à la semaine prochaine.
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, cnge, DragiWebdo, médecine, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°40: angines bactériennes, surdiagnostic, alcool, paracetamol, benzo (HAS), statines, IPP, ROSP (CNGE)

Affaires étrangères

Chers collègues, Le National Health Service touché par la régionalisation ? La région de Manchester aura une autonomie de gestion du système de soins en 2016 (voir ici, ici et là). Une réforme vantée par certains, crainte par d’autres, mais intéressante à suivre, puisqu’en France, autre … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans DNF | Commentaires fermés sur Affaires étrangères

Les hôpitaux saignés de trois milliards d’euros sans toucher aux effectifs ? Libération contredit la ministre de la Santé

Bonjour Hier à l’horizon des tornades hospitalières se rapprochent de l’actualité. Reprise du contexte et explication de texte. En avril 2014 Marisol Touraine, ministre de la Santé annonçait la douloureuse : elle présentait les grandes lignes d’un plan destiné à  dégager dix milliards d’euros d’économies pour l’Assurance maladie d’ici à 2017 – dont 2 milliards pour […] Continuer la lecture

Publié dans Challenges, Le Parisien/Aujourd'hui en France, libération | Commentaires fermés sur Les hôpitaux saignés de trois milliards d’euros sans toucher aux effectifs ? Libération contredit la ministre de la Santé

La vie moderne : ne plus jamais manger de viande ou jeûner par intermittence ?

Bonjour La table fait toujours recette. Prenez Libération, vieux journal qui fut rouge : à la veille de la Journée internationale de la femme 2015 il nous poussait à réfléchir à notre rapport au steack : « Treize raisons de manger moins de viande : Steack ou encore ? » Libération-gloutons Avec un éditorial paradoxal, contrition et confession, intitulé « Gloutonnerie » et […] Continuer la lecture

Publié dans Cell Stem Cell, libération, PNAS | Commentaires fermés sur La vie moderne : ne plus jamais manger de viande ou jeûner par intermittence ?

Venez comme vous êtes (mais sans votre utérus)

Premier jour de stage, laïus du patron aux internes, l’une de nous est en surnombre pour grossesse : « Bon, les filles, j’espère que personne ne compte tomber enceinte ce semestre ! » Je suis PH. Comme chaque année depuis cinq ans, je demande … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accouchement, Après la thèse, Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), Blague de merde, Café du commerce, Carrière, Centre Hospitalo-Universitaire (CHU), Chantage, Congé de paternité, Congé maternité, CONTRACEPTION, démographie médicale, enfants, externat, Faculté, Foutage de gueule, Gastro-entérite, grossesse, Gynécologie-Obstétrique, Hôpital, internat, Maltraitance, maternité, médecine libérale, médecins blogueurs, paternalisme, Pr Formol, Pr Pustule, Prématurité, PUPH, Recherche / science, Rentrée des classes, respect, Serviettes hygiéniques, Sexisme ordinaire, Temps de travail, Têtes à claque, TMTC | Commentaires fermés sur Venez comme vous êtes (mais sans votre utérus)

Pour un dimanche

Si vous ne savez pas quoi faire en ce dimanche, je vous conseille d’écouter le très stimulant Gérard Berry en conversation avec Étienne Klein. Quand deux amoureux des mots et des ambiguïtés du langage se donnent rendez vous c’est très … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans berry, danone, eau, informatique, klein, maffesoli, maladie rénale chronique, Médecine humeur, Néphrologie, pataphysique, pseudo-science, Science, sociologie, witz, world kidney day | Commentaires fermés sur Pour un dimanche

Le NHS commente la publication sur les dangers supposés du paracétamol

Traduction de la mise au point du NHS (Service de santé du Royaume-Uni) à propos de la publication d’une étude suggérant un toxicité du paracétamol au doses thérapeutiques. Le paracétamol est l’antidouleur le plus utilisé. Il est réputé très sûr aux posologies préconisées, mais connu comme toxique en cas de surdosage. Une publication récente suggère la possibilité d’effets indésirables graves survenant lors de sa prise prolongée ne dépassant pas la dose maximale recommandée.


Médicaments

/
Continuer la lecture

Publié dans Médicaments à risque | Marqué avec | Commentaires fermés sur Le NHS commente la publication sur les dangers supposés du paracétamol

Le NHS commente la publication sur les dangers supposés du paracétamol

Traduction de la mise au point du NHS (Service de santé du Royaume-Uni) à propos de la publication d’une étude suggérant un toxicité du paracétamol au doses thérapeutiques.


Médicaments

/
Continuer la lecture

Publié dans Médicaments à risque | Marqué avec | Commentaires fermés sur Le NHS commente la publication sur les dangers supposés du paracétamol

BONNE JOURNÉE MESDAMES !

8mars : Journée internationale de la femme.
 
Hormis partager une petite bouffonnerie comme l’illustration qui suit, que peut raconter un médecin sur un blog médical à ce sujet ?

 
Derrière l’humour, il y a souvent un questionnement. Se questionner fait avancer. C’est donc important de rire ! Ici, l’illustration m’amène à la question de l’égalité homme-femme. Et même si c’est mal de dire ça aujourd’hui, arrêtons de se la raconter, il y a des femmes aussi sinon plus connes que certains hommes. Voilà, boum, paf, ça commence, mal, très mal, mais un partout, égalité !
 
 
Plus sérieusement, on parle de la Journée internationale pour le droit des femmes. Dans notre pays, les femmes n’auraient-elles donc pas les mêmes droits que les hommes ? En auraient-elles moins ? En gagner permettrait-il de diminuer ces inégalités ?
 
L’égalité ? Légalité ?
 
Illégalité ? Inégalités ?
 
C’est par le prisme étroit de ma subjectivité d’homme médecin, en distillant quelques dates mêlant droit, médecine, et femmes, que je vais tenter quelques réflexions en cette occasion.

D’abord femme et médecine ?

C’est en 1875 que pour la première fois en France une femme, Madeleine Brès, devient médecin. A l’époque, comme toute femme mariée, jugée irresponsable par le droit français, elle dut obtenir le consentement de son mari pour s’inscrire à un diplôme. Inconcevable aujourd’hui, en terme de droit… Quant aux facultés de médecine elles sont désormais remplies de jeunes femmes et n’en déplaise à certains, c’est tant mieux !

Sautons un siècle plus tard. 1975, cela fait environ trente ans que le droit de vote est accordé aux femmes. Et c’est une femme non médecin qui entre dans l’histoire. Alors ministre de la santé, Simone Veil se bat pour la loi qui portera son nom, texte dépénalisant l’avortement.

Avant 1975 et la loi Veil, que se passait-il ?

Au Moyen Âge, l’avortement était considéré comme un crime puni de la peine de mort. Au XVIII ème siècle, on assouplit la peine pour l’avorteur (pas pour l’avortée…) qui risque alors vingt ans de réclusion. En 1820, le code pénal punit de réclusion les personnes qui pratiquent, aident ou subissent un avortement. Les médecins et pharmaciens sont condamnés aux travaux forcés. En 1920, la Première Guerre Mondiale a frappé, beaucoup de soldats sont morts, on observe une augmentation de la mortalité infantile, il faut relancer la natalité. Une loi est alors votée pour interdire la contraception, la propagande anticonceptionnelle et l’avortement considéré comme un crime passible de la Cour d’Assise. En 1939, des brigades policières chargées de traquer les faiseuses d’anges (avorteuses) sont créées. En 1942, l’avortement est un crime d’État puni de mort. En 1943, une avorteuse est exécutée.

Encore aujourd’hui certains souhaiteraient interdire l’Interruption Volontaire de Grossesse. Au nom des Droits de l’Homme… sur la femme ?

Droit d’étudier, droit de vote, droit à la contraception, droit d’avorter, que de droits gagnés mesdames ! Auriez-vous encore des combats à mener , d’autres défis à relever ? Pour vous libérer de quelles chaînes ? Puisqu’on parle de la Journée internationale du droit des femmes, y aurait-il des droits non respectés, non acquis ?

Il s’agit peut-être d’évoquer par exemple le droit à même rémunération que les hommes à diplôme et expérience équivalents ?
 
 
Il s’agit aussi sans aucun doute de pointer du doigt le droit de ne plus mourir sous les coups de son conjoint. Une femme meurt tous les trois jours en France suite à des violences conjugales. Je répète : une femme perd la vie tous les trois jours, aujourd’hui dimanche, la prochaine mercredi, puis samedi, mardi, vendredi, et ainsi de suite. Le calendrier de l’enfer. Silence. Tic-tac angoissant du pendule doré d’une vieille horloge aux sombres boiseries vermoulues. Compte à rebours assassin. Droite-gauche. Dernier round. Silence. Les souvenirs. Quelques gouttes de sang séché. Absence de larme dans un océan de chagrin. Crève-cœur-120 battements par minute-180-la chute infernale-40-10-dernier coup frappé-anesthésie des émotions-Silence.
Aux sombres héros de l’amer qui ont su traverser les océans du vide…
 
 
Un décès toutes les 72 heures. Un chiffre terrifiant, laissant imaginer l’ampleur du nombre de femmes qui ne meurent pas mais souffrent en silence durant des années, des décennies. Silence… La loi du silence. Le silence de la loi. L’égalité, légalité ? Illégalité, inégalités ?
Rêvons un instant qu’à travers le monde plus aucune femme ne subisse tortures, barbaries, et viols. Imaginons une minute que l’on efface les différences de droits, de traitements, de rémunérations entre hommes et femmes et que d’un coup de baguette magique tout ceci soit véritablement appliqué. Pourrait-on supprimer cette journée du 8 mars ? Y aurait-il encore des raisons de la préserver, d’autres défis à relever ?
La femme, prisonnière de l’image ?

Il est aujourd’hui impossible de vivre sans être quotidiennement intoxiqué par l’image de la femme dite « parfaite ». Fantasme de l’homme, cauchemar de la femme.

Télévision, internet, magazines, publicités, sensualité, décolleté, nudité, sexualité, gourous de la mode, impossible d’y échapper.

Quel impact sur la femme ET l’homme en devenir ? L’estime de soi ? Le respect de l’autre ? Se comparer, s’identifier, se construire, se moquer, se renfermer, se détruire…

Exemple de rencontre possible en feuilletant un magazine :

Peut-être la femme « parfaite » d’aujourd’hui? La grâce.
 
Voilà comment pouvait-être représentée la femme dans les années 1745. La grasse.

Œuvre : L’odalisque brune de François Boucher.
Dans trois siècles, ni grâce ni grasse? Plus que peau et os ?

 
Peut-être qu’il ne faudra pas attendre si longtemps car désormais, la femme « parfaite » est prise quasiment au berceau.

 
Donc oui sans aucun doute le combat a des raisons de continuer. Femmes, déchaînez-vous ! Non, c’est nul. Est-ce un combat que seules les femmes ont à mener ? L’égalité.
 
Femmes, hommes, déchaînons-nous !
Incisons d’un coup de scalpel les tentacules de cette pieuvre spirituelle !
Clouons le bec aux inquisiteurs de la plastique !
Il y eut autrefois des faiseuses d’anges, il y a aujourd’hui des faiseurs d’anorexiques.
Et que penser de ceux qui gonflent leurs bourses sans scrupule en vendant des strings à des gamines de dix ans ? Est-ce vraiment ce genre de société que l’on souhaite pour nos enfants, futurs adultes ?
Soyons tous conscients que certains jouent aux fléchettes sur la cible de notre inconscient, en plein dans le mille.
 
Détendons légèrement l’atmosphère en chapardant quelques paroles pour chanter :
 
« Être une femme libérée, tu sais c’est pas si facile« 
 
« Femmes, je vous AIIIme ! »
 
La musique adoucirait les mœurs. Si elle ne réussit pas, la brigade veille.
Les mots. Le silence.
La violence des mots. Les mots-la libération-la liberté.
La douceur du silence. L’angoisse-un silence de mort.
Le jour-la nuit. Le blanc-le noir. Le méchant-le gentil. C’est tellement plus simple de lire la vie ainsi.
 
Ainsi, par le prisme étroit de sa subjectivité, tantôt ami de femmes, tantôt ennemi, soignant, blessant, toujours amoureux d’une femme, sa femme, parfois agacé par les propos et comportements de femmes, souvent atterré par l’extrémisme de certaines féministes en même temps qu’il admire le combat d’autres, voilà ce que peut raconter, questionner, chanter, improviser, blablater un homme médecin sur un blog médical en ce 8 mars 2015.
 
Bonne journée et même excellente journée Mesdames !

 
 

Continuer la lecture

Publié dans histoire de femmes, histoire de réflexions, ivg, journée de la femme, violences conjugales | Commentaires fermés sur BONNE JOURNÉE MESDAMES !

Droits de la femme : 3000 euros la congélation de ses ovocytes en Espagne. Interdite en France.

Bonjour Les hommes lisent-ils la presse féminine ? Question d’actualité : aujourd’hui 8 mars la France célèbre en grandes pompes la Journée internationale de la femme 2015. Parité à tous les étages élyséens. Déclinaisons médiatiques sans fin. Aucune critique en vue. Le mensuel Santé Magazine se présente comme « Le féminin qui fait du bien ». Le numéro de mars […] Continuer la lecture

Publié dans Santé Magazine | Commentaires fermés sur Droits de la femme : 3000 euros la congélation de ses ovocytes en Espagne. Interdite en France.