Archives quotidiennes : 16 août 2014

Ebola : Le Kenya place l’Afrique de l’Ouest en quarantaine

Qui commande dans le ciel africain ? Samedi 16 août le Kenya a officiellement annoncé interdire l’entrée sur son territoire  à compter de mercredi 20 août) à tous les voyageurs venant des pays les plus touchés par l’épidémie d’Ebola (Guinée, Libéria et Sierra Leone). La compagnie nationale Kenya Airways – qui n’effectue pas de liaison avec […] Continuer la lecture

Publié dans AFP, BBC, Reuters | Commentaires fermés sur Ebola : Le Kenya place l’Afrique de l’Ouest en quarantaine

Ebola : « L’idée n’est pas de prendre n’importe quoi et d’aller l’inoculer aux malades » (OMS)

Bonjour Où va l’OMS ? Elle s’appelle Marie-Paule Kieny et elle détient quelques unes des clefs qui nous manquent pour comprendre les impasses dans lesquelles semblent s’engager l’OMS. Mme Kieny est sous-directrice générale adjointe de l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation. Elle occupe ce poste depuis novembre 2012. Elle exerçait auparavant  la même […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Ebola : « L’idée n’est pas de prendre n’importe quoi et d’aller l’inoculer aux malades » (OMS)

Simon Leys est mort.

Simon Leys est mort le 11 août dernier à l’âge de 78 ans.
Cet homme courageux est le chaînon manquant.
Courageux : continuateur des whistleblowers il a été le premier à dénoncer, non d’un point de vue idéologique mais de manière factuelle, l’imposture formidable de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne et de la voie chinoise du communisme. C’était en 1971 « Les habits neufs du Président Mao ».
Chaînon manquant : il a permis aux hommes et aux femmes de gauche (pas tous, malheureusement) de mettre une distance définitive entre eux et le communisme moscovite ou pékinois et d’en finir avec le négationnisme des crimes du communisme (et pas seulement du stalinisme et du maoïsme) défendu encore au nom, pour les uns, de la lutte contre le nazisme, et, pour les autres, de la lutte contre l’impérialisme américain. C’est le chaînon manquant qui permet de faire comprendre aux hommes et aux femmes de gauche qu’il n’y a pas de honte à ne pas être communiste, qu’il n’y a pas de honte à ne pas parler aux communistes négationnistes, qu’il n’y a pas de honte à ne pas les frayer tant qu’ils n’ont pas reconnu les crimes dont ils sont ou dont ils ont été complices. 
Mais son courage, celui d’avoir résisté aux « chiens », celui de ne pas avoir cédé devant les prophètes de l’Homme Nouveau, celui d’avoir résisté aux dénonciations, celui d’avoir continué de dire ce qui se passait contre les psychopathes de la gauche prolétarienne (je ne dirais pas les noms de Serge July, Olivier Rolin, André Glucksman, Gérard Miller, Jean-Claude Milner ou Marin Karmitz), contre les psychotiques de Tel Quel et apparentés (dont je tairais encore les noms comme ceux de Philippe Sollers, Julia Kristeva, Marcelin Pleynet, Roland Barthes, sans oublier Michel Foucauld – qui, égal à lui-même, soutint plus tard un autre autoritarisme, celui de l’Ayatollah Khomeini, ou Jean-Paul Sartre, l’homme qui se trompa sur tout…), son courage fut de continuer à écrire, à décrire… Mais il y a encore l’inénarrable Alain Badiou qui continue de « tout » justifier « pour ne pas céder à la réaction »… 
Le plus étonnant, finalement, ce sont les justifications actuelles des maoïstes de l’époque, ces hommes qui ont toujours eu raison, c’est leur obscurantisme, c’est leurs maigres justifications qui permettent de douter du moindre mot qu’ils peuvent prononcer sur n’importe quel sujet, en dépit, sans doute, de la common decency.
C’est le chaînon manquant qui permet, à distance, de relier Georges Orwell, Arthur Koestler, Albert Camus à la « grande » littérature, celle de Conrad, Michaux, Borges, Kafka ou Kundera. 
Mais il est aussi le chaînon manquant nous permettant de « comprendre » le génocide cambodgien et comment, de façon anecdotique, un diplomate français à Phnom Penh refusa qu’un journaliste français se mariât à une Cambodgienne pour lui sauver la vie parce qu’il savait qu’il était déjà marié… Et lire Leys renvoie à Rithy Pahn, homme admirable dont j’ai déjà parlé deux fois en ce blog. Un article de ce jour lu dans le journal Le Monde parle encore LA de la folie de la période. 
Simon Leys, dont la lecture devrait faire partie de l’hygiène de l’homme du vingt-et-unième siècle, a écrit de nombreux livres dont en 2012 « Le Studio de l’inutilité », recueil de textes dont chacun des paragraphes, ou presque, pourrait alimenter la réflexion d’humains curieux de leur monde. Mais le reste de ses écrits mérite de l’attention, de la relecture, de la culture, de la documentation et, comme dirait Kundera, de la lenteur. Son admiration pour Georges Orwell mérite également toute notre attention de la part d’un écrivain que je qualifierais « à l’ancienne » de réactionnaire, mais c’est une autre histoire.
Vous pouvez lire une courte biographie de lui dans La Libre Belgique : LA.
Vous pouvez le voir à Apostrophes montrer son calme, son intelligence, et faire de MA Macciochi, ex communiste moscovite, au début pleine de suffisance, une vulgaire crétine ICI.
Pierre Assouline en dresse un portrait flatteur : ICI.
(Vous pourrez lire ici ou là des polémiques concernant Simon Leys. Ne vous en épargnez pas. Personne n’est parfait.)
(Vous remarquerez que Wikipedia est peu loquace à son sujet… ou peu disert… ou très étique…)
Je ne résiste pas, dans la série psychiatrie pratique, catégorie les psychopathes alzheimériens, à vous communiquer un texte laudateur, avec de nombreux extraits, sur le « Studio de l’inutilité » publié par des amis de Philippe Sollers. Le monde est fou. LA

Continuer la lecture

Publié dans CHAINON MANQUANT, LEYS SIMON, NEGATIONNISME | Commentaires fermés sur Simon Leys est mort.

Ebola : qui va recevoir les « dix à douze doses » de ZMapp offertes par les Etats-Unis au Libéria ?

Bonjour  Il suffit de jeter un œil au Daily Mail on line pour comprendre. On y voit notamment les images du transport du ZMapp sur un vol commercial de la Delta Airlines entre New York et Monrovia. C’est là une bien triste mise en scène pour une histoire qui ne l’est pas moins. La démonstration, […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Ebola : qui va recevoir les « dix à douze doses » de ZMapp offertes par les Etats-Unis au Libéria ?

Peut-on encore vivre sa grossesse en toute quiétude ?

Ne fais pas ça. Ne mange pas ça. Mange ceci. Évite de faire cela. Non, personne n’est en train de dire à un enfant quoi faire. Seulement en train de dire à une femme enceinte ce qu’elle devrait faire. Avoir … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans épigénétique, grossesse, médecine, média, Santé, Sciences sociales, Société | Commentaires fermés sur Peut-on encore vivre sa grossesse en toute quiétude ?