Archives quotidiennes : 23 juillet 2014

Delta Charlie Delta

« Je vois des gens qui sont morts… »

Première astreinte de week-end comme médecin généraliste remplaçant. Sans filet.
Première astreinte, premier appel du 15.
We are young !
We are strong !
We’re not looking for where we belong !*
Les pompiers m’attendent sans gyrophare. Autour de nous cette pesanteur moite qui précède l’orage. Ils sont 3 ou 4 sur le palier. L’appartement est au deuxième étage et dans le couloir flotte cette odeur puissante de fruit blet. J’entre et malgré l’ambiance générale je me lance dans une partie de marelle entre les amas de crotte. Un chien me renifle gaiement les guibolles. Ma patiente est affalée sur sa chaise, silencieuse dans sa petite cuisine. Elle ne fait pas un geste tandis que son chien déjà très envahissant me saute dessus. Elle ne dit rien. Sa bouche entrouverte retient un liquide saumâtre à la surface duquel bourgeonne occasionnellement quelques bulles timides. Ses yeux clos sont comme deux œufs cireux que l’on aurait placé derrière. Ma patiente joue dangereusement avec la gravité : elle penche d’un côté et son bras gît en pendule immobile. La face que l’attraction a inévitablement attiré a noirci et sur son cuir chevelu viennent pousser quelques fleurs blanches minuscules. Je m’approche. Une fenêtre est ouverte quelque part. Je dépose la membrane du stéthoscope sur cette peau qu’un instant je frôle. Frissons. Une peau froide, tendue à craquer. Rien. Je garde un œil sur la montre pendant une minute pleine. Une longue, très longue minute. Cette minute de silence que seul l’ignorance guillerette du chien vient rompre par quelques coups de museau sur mon jean. J’inspecte professionnellement les lividités. Je dois maintenant remplir son constat de décès, dernière démarche administrative que la patiente accomplit sous la bille de mon stylo. Je ne sais pas où m’asseoir. Je sors, avale l’air frais. Je n’ai aucune idée de la date du décès, sinon que la patiente a été aperçue vivante trois ou quatre jours plus tôt. Des constats de décès, j’en ai remplis plusieurs en service hospitalier. Neurologie. Gériatrie. Décès survenu le …, à …. Sur les conseils d’un ami médecin légiste appelé en prévention quelques minutes avant mon arrivée sur les lieux, je raye la mention survenu pour griffonner un constaté entre deux lignesJe ne sais pas quoi dire à la famille présente tandis que je remplis le certificat. Je bredouille un toutes mes condoléances. Je suis gauche, furieusement maladroit dans chacun des gestes que j’imprime sur cette scène de deuil. Je rentre abriter mon indélicatesse au poste de garde sous une pluie bienvenue. Il me semble que je dispense toute la journée cette ambiance glauque autour de moi. Je me surprends même à griffonner le visage de ma patiente sur mes carnets de croquis. La garde s’achève. Je laisse en verrouillant la porte du cabinet le spectre de cette femme assis sur la chaise que j’ai quitté quelques minutes plus tôt. Ses yeux clos m’observent, comme si j’avais laissé là une tâche inachevée. Des yeux clos comme deux œufs cireux. Je ferme la porte en espérant qu’elle n’effraiera pas trop le prochain médecin de garde.
We are young !
We are strong !
We’re not looking for where we belong !
We’re not cool !
We’re free !
And we’re runnning with blood on our knees !
La mairie me rappellera en début de semaine pour venir compléter le certificat de décès : ils veulent absolument qu’apparaissent une date de décès. La tâche est désormais achevée. Je peux revenir serein au cabinet de garde parce que je sais qu’elle repose maintenant en paix : l’administration en a fini avec elle.

* Mika. BO Kick Ass : We are young ! Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Delta Charlie Delta

Un enfant conçu avec un seul père et deux mères biologiques : la Grande-Bretagne a presque dit oui

Bonjour L’affaire est presque conclue : un enfant naîtra bientôt outre Manche porteur de l’ADN de deux femmes. Aucun problème technique, ici. Seuls des considérants éthiques freinent encore la mise en œuvre d’un projet présenté comme une solide avancée thérapeutique. Et un nouvel obstacle éthique vient d’être levé au terme d’un processus démocratique dont seule la […] Continuer la lecture

Publié dans BBC, Gènéthique.org, Nature | Commentaires fermés sur Un enfant conçu avec un seul père et deux mères biologiques : la Grande-Bretagne a presque dit oui

Rationnement et triage en médecine

Rationnement et triage appliqués aux AVC


« Votre doute peut devenir une qualité si vous l’éduquez. Il doit se faire connaissance, il doit devenir critique. (…) Exigez des arguments ; attentif, conséquent, agissez de la sorte dans chaque cas en particulier ; et le jour viendra où il cessera d’être destructeur pour devenir l’un de vos meilleurs travailleurs – peut-être le plus intelligent de tous ceux qui travaillent à bâtir votre vie ».  Rainer Maria Rilke (cité par Sophie Crozier)
La question est traitée par Sophie Crozier dans cette belle thèse que je me permets de qualifier d’ubulogique dès lors qu’elle contribue à la généalogie de la gidouille managérialiste en santé. On note en effet 61 occurrences du mot « rationnement » et 46 du mot « triage ». Vous qui entrez ici, préparez vous à quitter le pays des bisounours de la santé publique.

« Mais l’implication des citoyens dans les choix faits et le souci de transparence a ses limites, car en réalité, les micro et macro-rationnement sont choisis pour qu’ils soient acceptés par la population. Ils sont fondés sur des valeurs non controversées (mais pas toujours justifiées en terme d’utilité) avec le souci que les contraintes soient le moins visibles possible et perçues comme limitées et rares par les citoyens. « 
Cette réflexion doit être  étendue aux SSR et à l’ensemble des « parcours ». La question est traitée par Sophie à partir de la typologie des patients  de la conférence de 2008 sur l’orientation des AVC. Conférence d’experts avec audition publique.(1)
Cette typologie, calquée sur les autorisations de 2008, ne pose pas la question essentielle du rationnement de la réadaptation (2), ni celle de la pertinence des paramètres d’orientation. Ces questions sont étroitement liées à la segmentation des soins post-aigus en France marquée par l’occultation des logiques de réadaptation face à la logique de fluidité des filières. 
La fin ou à tout le moins le recul majeur du paradigme de réadaptation apparaît intimement liée en France à la mise en cause du modèle national de la solidarité qui se traduit par une fragmentation croissante entre soins et social, entre cure (méthodes de diagnostic et de traitement des maladies) et care (continuité des soins adaptée aux nouveaux déterminants de santé), entre différentiation technique et intégration des « parcours ». Cette dernière étant de plus en plus orientée, sous couvert de défragmentation, vers une marchandisation au profit des assureurs privés par la « politique du salami » qui détruit lentement la « sécu » en augmentant inégalités d’accès aux soins et reste à charge (Tabuteau). Malheureusement le monde du handicap, acquis aux modèles anglo-saxons de l’autonomie, a contribué à ce recul en opposant le concept de « réadaptation » jugé obsolète et fleurant trop la « bienfaisance » à celui de « participation » inspiré du modèle du self anglo-saxon. Nous avons évoqué cette question et les répercussions en matière d’accès aux soins dans l’article sous ce lien.
Pourtant les organisation internationales plaident, contre cette vision dichotomique, pour un modèle paradoxal à la fois intégratif et participatif de la santé, le seul moyen de ne pas tomber dans les travers du workfare (opposé du welfare), de ce « consumer empowerment » qui devient illusoire pour ceux qui n’ont pas les capabilités (Amartya Sen) pour s’insérer dans le grand terrain de jeu de l’entreprise de soi et des autres et qu’on promet, après les avoir culpabilisés et rendus responsables de des « infortunes que leurs vices ont produit » (Tocqueville) au filets de sécurités ordo-libéraux.
Partout à l’étranger où l’on cherche à rendre ces critères plus robustes se pose la question du conflit entre « medical necessity » (indications selon les assureurs, règles du contrôle externe, logique des payeurs) et « medical appropriateness » (logique des cliniciens) 
La question éthique du rationnement et du triage, si elle est pertinente en réanimation et en UNV, ne l’est pas moins en aval, comme le souligne fort bien Sophie Crozier.
  • Qui bénéficiera d’interventions dédiées à l’amélioration fonctionnelle en situation de ressources rares et de redéfinition des contours de la protection sociale? Comment gérer la difficulté d’évaluer le potentiel d’amélioration fonctionnelle ou pronostic fonctionnel? Qui bénéficiera plutôt de soins et d’accompagnement dédiés essentiellement à la « dépendance »? L’organisation et le financement des soins sont alors bien différents.
  • En quoi la prévision des séjours longs, l’évitement des « impasses hospitalières » et les nouvelles pratiques de bed management  industriel dans un système hyper-fragmenté modifie les décisions d’orientation et l’organisation des soins?
  • Comment les business models ont entraîné la reconfiguration des filières de soins post-aigus (diaporama CALASS Rennes 2013)
  • La plupart des pays étrangers (3) ont segmenté leurs soins post-aigu selon les finalités médicales principales de prise en charge, la France les a segmenté selon les catégories médicales de l’aigu, la distinction entre polyvalent et spécialisé, mal définie, ne repose pas sur cette clé de spécification des activités. Réforme du PMSI SSR et poursuite de la spécification des activités restent essentielles.
  • Je joins un diaporama sur le potentiel d’amélioration fonctionnelle (4); la réflexion peut s’appliquer à toutes les disciplines intervenant en SSR et pas seulement à la mienne.

1. Situation cliniques selon la conférence de 2008 sur l’orientation des AVC.


 Cinq situations cliniques sont décrites et des critères et propositions formulés pour :

− Les AVC sévères (hématome ou infarctus massif avec ou sans craniectomie, accident 

du tronc cérébral et « locked-in syndrom », malformation vasculaire compliquée) ;
− Les patients à orienter vers le SSR spécialisé en affections neurologiques ;
− Les patients à orienter vers les SSR non spécialisés ou spécialisés en affections de la 
personne âgée polypathologique dépendante ou à risque de dépendance ;
− Les patients à orienter vers le domicile ;
− Les patients à orienter vers un EHPAD

On voit dans cette conférence, comme souvent en France, que les textes définissent les concepts dès lors hypostasiés, et que le raisonnement fonctionne en boucle auto-référentielles autour des autorisations SSR. les enceintes mentales construites au niveau « macro » semblent infranchissables.
2. Définition internationale de la réadaptation (OMS – banque mondiale)
« un ensemble de mesures qui aident des personnes présentant ou susceptibles de présenter un handicap à atteindre et maintenir un fonctionnement optimal en interaction avec leur environnement .»
3. Système étrangers (raccrochons notre pays au monde!)

International casemix and funding models: lessons for rehabilitationTurner-Stokes et al. Clin Rehabil 2012 26: 195   –   Télécharger en pdf

Modèle de détermination des coûts de revient des usagers (patients) référés dans un programme de réadaptation en déficiences physiques (Coulmont, Roy, Fougeyrollas) 2004

USA

Quality and Outcome Measures for Rehabilitation Programs Carl V Granger, MD; Chief Editor: Rene Cailliet, MD (en pdf )

Development of Function-Related Groups Version 2.0: A Classification System for Medical Rehabilitation – Stineman et al. Health Serv Res. Oct 1997; 32(4): 529–548.

Canada

Méthodologie de regroupement des patients en réadaptation

Institut canadien d’information sur la santé – Rehabilitation Patient Group (RPG) Grouping Methodology and Weights

Méthodologie de regroupement GPR et pondérations des coûts en réadaptation

4. Quelle place pour le potentiel d’amélioration fonctionnelle ?

Esculape vous tienne en joie

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Rationnement et triage en médecine

Ebola : ne plus utiliser les de chauves-souris séchées dans les soupes épicées

Bonjour L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’intéresse, elle aussi, à l’épidémie d’infection par le virus Ebola qui progresse en Afrique de l’Ouest. Et elle « s’inquiète du danger que représente la consommation de chauves-souris frugivores, le réservoir le plus probable du virus Ebola ». Dans le même temps temps la BBC nous apprend que le […] Continuer la lecture

Publié dans BBC, FAO | Commentaires fermés sur Ebola : ne plus utiliser les de chauves-souris séchées dans les soupes épicées

Dormir et « bayer aux corneilles » : la dernière proposition politique de M. Mélenchon

Bonjour Co-chef du « Parti de Gauche », Jean-Luc Mélenchon est un cabot. Dernier tribun en lice dans l’arène politique il exerce des fonctions de thérapeute collectif. Il le sait. Il en use. Il en jouit. Jean-Luc Mélenchon est un Fabrice Luchini qui haïrait Céline et qui n’aurait pas encore réussi. Les vacances de l’été 2014 sont […] Continuer la lecture

Publié dans Hexagones, Littré | Commentaires fermés sur Dormir et « bayer aux corneilles » : la dernière proposition politique de M. Mélenchon

La méthode PQRST pour évaluer la recherche biomédicale : encore du boulot

C’est rassurant de constater que des experts proposent d’avancer dans les méthodes d’évaluation de la recherche, trop souvent simplistes car basées uniquement sur le facteur d’impact (un indicateur de la notoriété des revues). Il faut aller contre la marée des ces revues qui publient n’importe quoi contre un paiment par les auteurs…. Il s’agit d’un éditorial du JAMA (online first… Continuer la lecture

Publié dans Facteur d'impact, Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur La méthode PQRST pour évaluer la recherche biomédicale : encore du boulot