Archives quotidiennes : 17 juillet 2014

Des news de Dallas

Après une période initiale de manque, mon fan-club serait, selon mes sources, en train de creuser gentiment l’ulcère. So. Telle une adolescente partie avec 3 de ses congénères loin de tout moyen de communication (à part le téléphone, internet, la … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Bibiland | Commentaires fermés sur Des news de Dallas

Un quart d’heure bien rempli. Histoire de consultation 174

Madame A, 56 ans, est diabétique non id, hypertendue, et elle est « en invalidité » deuxième catégorie au décours d’un accident domestique (fracture grave de la cheville droite opérée, compliquée, neuro algodystrophie, douleurs, oedème, impotence fonctionnelle avec périmètre de marche très réduit) qui a entraîné une boiterie…
Madame A est charmante.
« Aujourd’hui », me dit-elle, « je viens vous embêter ».
Elle a pris rendez-vous, elle est arrivée à l’heure, je suis à l’heure, et je grimace.
Elle est en effet coutumière du fait (je le lis dans le dossier et mon caractère s’en ressent déjà), et je ne sais pas encore qu’elle a quatre motifs de consultation que je vais les découvrir au fur et à mesure car c’est une maligne.
  1. Remplir le dossier MDPH pour « son » invalidité.
  2. Prolonger son ALD pour diabète non id.
  3. Lui represcrire ses médicaments.
  4. Lui fournir le matériel et la paperasse pour le test hemoccult.
N’oublions pas non plus que Madame A est avant tout un patiente et non un dossier administratif, il est donc nécessaire de l’interroger, de mesurer sa PA…
Le remplissage du dossier MDPH a été brillamment abordé par une collègue en son blog (LA). Elle a raison, la collègue, de nous expliquer tout cela, cela m’a gravement culpabilisé mais cela n’a pas rassuré mon cerveau rationnel. 
Nous ne sommes pas des assistantes sociales ! Ce n’est pas une déclaration de haine ou de dédain pour les AS, non, c’est tout le contraire : la complexité de l’affaire mériterait que les AS, au lieu de dire, dans 97,32 % des cas (plus les chiffres sont « précis » plus ils sont faux), « Voyez avec votre médecin, c’est lui le manitou, y sait, y va vous remplir ça en moins de deux… » (et ne me dites pas, je vous vois venir, ce sont des propos de patients, il ne faut pas les croire, ils inventent, ils travestissent ce qu’ils ont entendu, parce que les patients racontent toujours la même chose et rapportent toujours les mêmes dires des AS quand ils déposent le dossier MDPH sur mon bureau — quand ils ne le déposent pas sur le bureau de la secrétaire en lui demandant que je le remplisse, il me connaît, et fissa–, à moins bien entendu qu’il n’y ait un site Internet qui explique au patient, quand ils vont voir leur médecin traitant avec le dossier MDPH sous le bras, quels sont les éléments de langage pour  raconter ce que racontent les AS et rendre le médecin furibard…), les AS au lieu de nous « balancer » le patient et son dossier, elles devraient nous écrire un mot d’explication pour que l’on sache exactement pourquoi on est censé faire les choses. 
Donc, le dossier MDPH, c’est dans l’immense majorité des cas, d’un casse-pied absolu. Cela prend du temps, on ne sait pas par qui ce sera lu, dans quel contexte, quels sont les critères d’attribution, et cetera, malgré les explications du docteur Millie que je remercie encore pour ce billet éclairant. Dernier point : Madame A n’a pas rapporté les photocopies du dossier précédent effectué il y a 5 ans, document qui permet de se resituer par rapport à l’état antérieur de la patiente. Donc : médecin de mauvais poil.
Madame A est arrivée à un moment de l’après-midi où le remplissage en ligne des ALD n’est pas possible pour cause de je ne sais quoi. Il y a donc un imprimé CERFA à remplir… Ce qui va vite quand le dossier de la patiente est à jour. 
Represcrire les médicaments : nous entrons dans le sublime. 
Madame A refuse les génériques. 
Enfin, c’est plus compliqué que cela. 
Je dis en passant que les génériques sont une des plus grosses arnaques de la pharmacie et du néo libéralisme que je connaisse. Mais ce serait long à expliquer. Je m’y attellerai un jour. 
Pourquoi c’est complexe : Madame A refuse les génériques d’Hemi Daonil, ils lui donnent mal à la tête, les génériques du Renitec, ma tension monte, et… les génériques de la metformine… 
On s’explique ? C’est moi qui ai initié les traitements il y a longtemps. Pour l’Hemi Daonil, la dci (glibenclamide) a toujours été confusante pour moi avec celle du Diamicron (gliclazide), médicament Servier, qui a investi le champ de prescription des spécialistes de Mantes pour des raisons que la décence m’interdit d’expliquer ici, c’est pourquoi je continue de prescrire en nom de marque (et, promis, je ne me rappelle pas le ou la visiteuse médicale qui me l’avait présenté). Pour le Renitec, je ne sais même pas la dci par coeur (enalapril) et c’est un médicament que je prescris depuis plusieurs siècles… Le sublime pour la fin : le trio infernal glucophage / stagid / metformine est peut-être un problème médical mais c’est sans nul doute un problème sociétal complexe. Je résume le cas de Madame A : j’ai prescrit d’emblée de la metformine et elle la supporte bien tant est si bien qu’elle pense que le princeps, c’est la metformine et pas le Glucophage… qu’un médecin lui a prescrit ensuite un jour où je n’étais pas là et cela lui avait déclenché une diarrhée… Ainsi, contre toute logique, mais la logique des médecins est tout aussi mystérieuse, elle a un traitement composé de princeps et de génériques et elle ne veut pas changer. D’ailleurs, comme elle dit, « Je veux bien payer un supplément pour avoir ‘mon’ médicament. » Le sous-entendu que j’ai entendu de nombreuses fois étant : les génériques c’est pour les pauvres, les « vrais » médicaments c’est pour les riches. Ne me demandez pas pourquoi cette patiente diabétique n’a pas de statine dans sa collection. Elle est intolérante complète aux statines quelles qu’elles soient. Bon, le LDL se ballade mais des petits malins m’ont dit que le LDL allait disparaître des esprits.
Fournir le matériel pour le dépistage du cancer du colon par test hemoccult. C’est un geste de prévention. Discuté : voir ICI et plus récemment LA dans le NEJM où l’on voit que le dépistage n’influe pas sur la mortalité globale. Cela prend un peu de temps pour les gens qui l’ont déjà fait et beaucoup, surtout les analphabètes de ma patientèle, quand c’est la première fois. Et c’est pas rémunéré ou très peu (je ne me rappelle même pas combien).
Que croyez-vous qu’il arriva ? 
J’ai rempli le dossier MDPH en râlant parce qu’elle ne m’avait pas rapporté le dossier précédent « resté sur la table du salon » …
Pour l’ALD, j’ai mis quelques instants à remplir l’imprimé (mes dossiers sont à peu près tenus mais j’ai peur que la non mention de la statine et un taux de LDL supérieur à 1 ne collent des boutons au médecin conseil… on verra…).
Pour le reste : elle avait encore quinze jours de médicaments. Elle ira donc voir ma remplaçante, « Oui mais docteur je l’aime pas… », et moi : « D’abord elle est super sympa, ensuite, c’est toujours bien d’avoit un oeil neuf sur un dossier. » On voit que je suis également un malin. « Mais, j’y pense, vous avez rapporté les résultats de votre prise de sang ? – Non, je les ai oubliés… – Sans doute sur la table du salon… – Mais je croyais que le laboratoire vous les adressait… – C’était avant… » Elle prendra donc rendez-vous avec ma remplaçante.
Pour l’hemoccult, je lui demande de repasser à la rentrée.
Elle a fait semblant de comprendre la situation.
Elle n’a pas payé car j’ai fait tiers-payant sur l’ALD.
Commentaire de mon voisin : De quoi vous plaignez-vous ? C’est quand même votre boulot de répondre aux besoins des patients pendant une consultation. Cette malade croyait bien faire et voulait vous éviter du travail. Les médecins ne sont pas pauvres. Arrêter de vous plaindre.
Enfin : On comprend ici que la médecine générale est compliquée et demande deux ou trois neurones, ce qui n’est pas donné à tout le monde et entraîne des complications relationnelles avec les patients qui n’ont qu’un rapport très lointain avec la médecine qui a été enseignée sur les bancs de la Faculté. 
(J’avais pensé dédier cette consultation et ce quart d’heure de célébrité à Arnaud Montebourg qui parle, qui parle, contre les professions réglementées, mais, en bon Français, je ne me suis pas senti concerné, quant aux notaires et aux greffeiers de justice, j’en suis moins certain et, quand même, ce Montebourg, c’est un type de gauche qui a quand même une tête de mec de droite.)
Notes
(1) J’ai déjà rapporté, ICI, que l’économie du cabinet de médecine générale (libéral) dans lequel j’exerce avec une associée et dont le personnel comporte une secrétaire et une femme de ménage est fondé sur une réalité incontournable : les consultations durent en moyenne 15 minutes et sont rémunérées 23 euro. 
On sait également que des rémunérations annexes s’ajoutent à ces 23 euro. Visites à domicile par exemple (dans 99 % des cas, j’exerce en ville, 33 euro) ; consultations pour les nourrissons (23 + 5 = 28 euro), pour les enfant entre 2 et 5 ans (23 + 3 = 26 euro) ; consultations et visites à domicile chez les patients de plus de 85 ans (et maintenant au premier juillet de plus de 80 ans) (soit respectivement 23 + 5 = 28 euro et 33 + 5 = 38 euro) (280 euro par trimestre ) ; forfait annuel médecin traitant (1640 euro) et j’en oublie.
Une rémunération pour les patients dont je suis le médecin traitant et qui disposent de l’ALD (les affections de longue durée) : 40 euro par patient et par an.
La sécurité sociale a ajouté le ROSP ou rémunération à la performance dont j’ai déjà parlé LA et qui rémunèrent un certain nombre d’items tenant à la fois à l’organisation du cabinet et à des critères de santé publique (sic) : j’ai touché 3400 euro en 2013 (je n’avais pas atteint mon seuil de télétransmission en raison de pannes itératives de mon logiciel Hellodoc et de l’incapacité d’Hellodoc à calibrer les cartes santé des remplaçants). Donc, en gros j’ai touché à peine un euro de plus par C. Et la Cour des Comptes pond un rapport ce jour pour critiquer cet euro (LA). 
Ilustration : Molière : Le Médecin Malgré Lui. 1666.

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, CONTENU DE CONSULTATION, génériques, QUART D'HEURE | Commentaires fermés sur Un quart d’heure bien rempli. Histoire de consultation 174

Rustineuse

J’ai parfois l’impression d’avoir manqué un épisode. J’ai fait médecine pour aider les gens. J’ai appris pas mal de choses pour les soigner, et je continue d’apprendre et de travailler. En partie parce que j’aime bien apprendre de nouvelles choses. … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans anti-poinçonneur des Lilas, MEDECINE GENERALE, Pivot du système de santé bla bla bla, rameuse, Rustine, Système de santé, Un peu de tout | Commentaires fermés sur Rustineuse

Chikungunya : 115 000 cas (et 39 morts) en six mois. Responsabilité politique ou pas ?

Bonjour Plus de cent mille cas en six mois. Plus précisément 115.000 cas de chikungunya recensés aux Antilles françaises et 39 décès prématurés comptabilisés depuis janvier. Bilan InVS. Des chiffres qui ont été présentés aujourd’hui 17 juillet  par l’Agence régionale de santé de la Guadeloupe à Marisol Touraine, ministre de la Santé actuellement « en déplacement […] Continuer la lecture

Publié dans Radio Caraïbe Internationale | Commentaires fermés sur Chikungunya : 115 000 cas (et 39 morts) en six mois. Responsabilité politique ou pas ?

Autour des premiers représentants du genre Homo

C’est l’été, et pourquoi pas l’occasion de faire un peu de ménage sur mon bureau et d’enfin me débarrasser de tous les onglets Firefox gardés ouverts dans l’espoir constamment renouvelé que j’aurai le temps de les lire, tous, bientôt. Je … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Evolution, homininé, Passé | Commentaires fermés sur Autour des premiers représentants du genre Homo

2 ans 11 mois

On est le 17! Bilan du mois, plein de choses que je vous épargne, je vais me contenter de parler d’un livre/un film/une chanson Un livre: « les nymphéas noirs » de Michel Bussi, rien d’extraordinaire, juste que je viens de finir … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur 2 ans 11 mois

Exercice mathématique et mercatique autour de l’Alzheimer

La probabilité d’avoir une maladie d’Alzheimer après 75 ans est de 15%. En épidémiologie, il s’agit d’un pourcentage énorme, surtout pour une maladie aussi invalidante. Piètre réconfort : elle survient à un âge avancé, presque toujours supérieur à 65 ans. Cet … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Maladie d'Alzheimer, médecine, mercatique, prévention, statistiques | Commentaires fermés sur Exercice mathématique et mercatique autour de l’Alzheimer

« Médecins du Monde » demande à être respectée chez les galeux de Calais

Bonjour Jeudi 17 juillet. La température monte sur la France. Dans les salles de rédaction et sur la Toile on apprend que François Hollande est sur la voie de réussir l’un de ses paris : réduire le « train de vie » de l’Elysée. C’est du moins, dit  Le Monde, la conclusion du rapport inhabituellement élogieux publié mercredi 16 […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde, libération | Commentaires fermés sur « Médecins du Monde » demande à être respectée chez les galeux de Calais

Mort de l’enfant de la colonie de vacances : gouvernement mobilisé, rien à déclarer

Bonjour Le temps passe vite mais on se souvient : un enfant était mort le 9 juillet dans une colonie de vacances. La France quelques secondes en état de choc. Pourquoi ? Où est le coupable ?  C’était avant le défilé du 14 juillet. Avant la finale du Mondial et le triomphe de l’Allemagne. (« Un mort en colonie […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Mort de l’enfant de la colonie de vacances : gouvernement mobilisé, rien à déclarer

La petite robe.

Photo : ICI L’anecdote c’est L., L’écriture c’est moi. Merci miss ! Spécial hommage aux aides-soignant(e)s aujourd’hui. Merci d’être là… Alors voilà Mme Chanel. Un jour, un crabe bleu vint poser ses bagages sous le joli corsage de la brunette/coquette/fluette Mme Chanel. « Un crabe ? Dans mon corsage ? Et qui pourrait grandir en plus […]

The post La petite robe. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La petite robe.

Comment s’entraînent les champions

Cette semaine est paru dans PLOS One un article de l’équipe norvégienne de Stephen Seiler décrivant une année d’entrainement de leurs meilleurs champions de ski de fond et de biathlon. Ils décrivent l’organisation de l’entrainement l’année où les athlètes ont gagné une médaille d’or aux Jeux Olympiques ou aux championnats du monde. Les VO2max oscillent […] Continuer la lecture

Publié dans endurance, entrainement, periodization, plannification, polarisation, ski, sport, tapering | Commentaires fermés sur Comment s’entraînent les champions

Après l’ivresse du Mondial, les larves du Brésil

Bonjour Passées les ivresses de la Coupe, à quoi faut-il s’attendre? Des spécialistes de la médecine des voyages et des maladies infectieuses ont voulu répondre à cette question et leurs réponses peuvent intéresser les centaines de milliers de personnes (joueurs et arbitres compris) qui ont fait le voyage au Brésil entre les 12 juin et […] Continuer la lecture

Publié dans Clinical Infectious Diseases, Slate.fr, The Lancet Infectious Diseases | Commentaires fermés sur Après l’ivresse du Mondial, les larves du Brésil

La rétractation des 2 articles STAP de Nature mettrait-elle en cause le système du peer review ou plutôt le laxisme des institutions qui n’ont pas d’assurance qualité ?

Nous avons évoqué plusieurs fois ces 2 articles de Nature publiés fin janvier 2014 sur les cellules souches STAP. La première auteure avait avoué des malversations, et le RIKEN (Japon) conduisait une investigation. Ces 2 articles ont été rétractés par Nature, et voici les notes de rétractation de l’un et de l’autre. Ce sont les auteurs qui signent et détaillent… Continuer la lecture

Publié dans fraude, Rétractation | Commentaires fermés sur La rétractation des 2 articles STAP de Nature mettrait-elle en cause le système du peer review ou plutôt le laxisme des institutions qui n’ont pas d’assurance qualité ?