Archives mensuelles : mars 2014

Pourquoi la folie du facteur d’impact persiste ? Une épidémie qui associe la valeur d’une recherche à la notoriété de la revue..

A Casadevall et FC Fang, biologistes de New York, ont défrayé la chronique par 2 excellents articles repris par le New york TImes en avril 2012 sous le titre « La science est pourrie ». Sur ce blog, nous avons plusieurs fois constaté que la science était pourrie… Eh bien, ces auteurs récidivent en évoquant la folie autour du facteur d’impact dans… Continuer la lecture

Publié dans Facteur d'impact, Intégrité scientifique | Commentaires fermés sur Pourquoi la folie du facteur d’impact persiste ? Une épidémie qui associe la valeur d’une recherche à la notoriété de la revue..

Commentaires sur Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux par Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. | Coffee break science

[…] ← Précédent Suivant → […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux par Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. | Coffee break science

Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux | Coffee break science

[…] ← Précédent […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux | Coffee break science

Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux

Dans mon billet précédent, je parlais d’une étude récemment parue dans Nature Medicine qui rapportait l’identification d’un panel de lipides dont la concentration sanguine pouvait prédire si un individu allait développer des troubles de la mémoire (ou un début de … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Maladie d'Alzheimer, médecine, Neurosciences, Santé, sensibilité, spécificité, valeur prédictive | Commentaires fermés sur Valeur prédictive d’un test de dépistage – Ou comment un test avec une précision de 90% peut générer un résultat positif qui a 68% de chances d’être faux

De la poudre aux yeux (2ème partie) : héroïne d’un jour

Résumé de l’épisode précédent : . Jeudi 29 novembre 2001, Marne-La-Vallée, Seine-et-Marne. 17H51 : A Disneyland Paris®©™, la parade lumineuse s’apprête à démarrer et Kevina, dans son uniforme de Cast member, s’emmerde ferme dans l’arrière-boutique du « Disney Magic Shopping Dreams of Princess®©™. » … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Al-Qaïda, alerte, Anthrax, APHP, Ariel, Astreinte, Bacillus anthracis, Banlieue, Bernard Kouchner, Bigdil, CHU, Continuité des soins, Dessicant, Disneyland Paris, DRASS, Écouvillon, Foutage de gueule, Guerre bactériologique, Histoire de patient, Infectiologie, internat, Jessifer, Kassandrine, Kevina, La Cité de la Peur, Loft Story, Mademoiselle Mangin, Oussama Ben Laden, Paranoïa, peur, pompiers, Princesse Sarah, protocole, Pyjama, réanimation, Rhume, SAMU, Secret médical, Selfie, Somalie, Terrorisme, Urgences, Val de Seine-Saint-Yvelines, Villefranche-sous-Bois, Virose | Commentaires fermés sur De la poudre aux yeux (2ème partie) : héroïne d’un jour

Être au monde

Chaque malade atteint d’une pathologie lourde et potentiellement mortelle ou « dégradante », possède sa petite planète. Il partage plein de choses avec ses acolytes : des bonheurs, des malheurs, des souffrances, des fatigues, des moments de grâce, des changements de perspectives, des…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans avenir, cancer, handicap, maladie chronique, Passé, présent, Sum, ergo cogito | Commentaires fermés sur Être au monde

Drogués aux opiacés : trafics de Subutex (L’Express) et éclairages du Dr Lowenstein (SOS Addictions)

Bonjour Depuis un siècle l’opiomanie moderne. Depuis 1996, en France,  le Subutex ou chlorydrate de bupénorphine.  Voilà ce qu’en dit le gouvernement. C’est un médicament « exclusivement réservé au traitement de substitution des pharmacodépendances majeures aux opiacés, dans le cadre d’un suivi médical et psycho-social, fondé sur un accord entre le patient et son médecin ». Ce traitement […] Continuer la lecture

Publié dans l'Express, SOS Addictions | Commentaires fermés sur Drogués aux opiacés : trafics de Subutex (L’Express) et éclairages du Dr Lowenstein (SOS Addictions)

Drogués aux opiacés : trafics de Subutex (L’Express) et éclairages du Dr Lowenstein (SOS Addictions)

Bonjour Depuis un siècle l’opiomanie moderne. Depuis 1996, en France,  le Subutex ou chlorydrate de bupénorphine.  Voilà ce qu’en dit le gouvernement. C’est un médicament « exclusivement réservé au traitement de substitution des pharmacodépendances majeures aux opiacés, dans le cadre d’un suivi médical et psycho-social, fondé sur un accord entre le patient et son médecin ». Ce traitement […] Continuer la lecture

Publié dans l'Express, SOS Addictions | Commentaires fermés sur Drogués aux opiacés : trafics de Subutex (L’Express) et éclairages du Dr Lowenstein (SOS Addictions)

Cannabis : alerte rouge à l’épidémie. Mesures drastiques proposées pour l’endiguer

Bonjour On ne rit plus. La question n’est plus de savoir si cette drogue est toujours douce. (« 2014. Le cannabis est-il toujours une drogue douce ? » L’urgence est à l’endiguement de sa consommation expansive. C’est tout le sens du communiqué adressé à la presse en ce matin du 26 mars 2014 par l’Académie nationale de médecine […] Continuer la lecture

Publié dans Académie nationale de médecine | Commentaires fermés sur Cannabis : alerte rouge à l’épidémie. Mesures drastiques proposées pour l’endiguer

La réponse: un rein sigmoïde

Il fallait voir un rein sigmoïde. Il s’agit d’une forme d’ectopie croisée du rein. Ici il y a ectopie du rein gauche qui passe à droite. Il y a une fusion de la face externe du rein gauche à la … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Histoires de patients, janus, Jeu, malformation, Néphrologie, rein sigmoide | Commentaires fermés sur La réponse: un rein sigmoïde

Urgent : cherche directeur général pour Travaux d’Hercule et du Médicament

Bonjour Il est des propositions de CDD plus discrètes : une pleine page « rédactionnelle » dans Le Monde daté du 26 mars. Le dernier des quotidiens du soir y fait publiquement état des impasses dans le recrutement du futur directeur général de l’Agence de sécurité du médicament (Ansm). Le poste est ouvertement vacant et la situation  sans réel précédent. […] Continuer la lecture

Publié dans ANSM, Conseil d'Etat, le Monde | Commentaires fermés sur Urgent : cherche directeur général pour Travaux d’Hercule et du Médicament

Les rédacteurs des revues vétérinaires devraient connaître les recommandations ARRIVE et REFLECT pour écrire les articles

Les revues vétérinaires en général ont ce que l’on peut qualifier d’une grande marge d’amélioration. Les revues vétérianires sont peu nombreuses, et les rédacteurs de ces revues encore peu groupés, ne particpant preque pas aux congrès de rédaction. L’association des rédacteurs vétérianires a jsute 10 ans et se réunit sur des congrès de rédacteurs biomédicaux. La prochaine réunion de IAVE… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les rédacteurs des revues vétérinaires devraient connaître les recommandations ARRIVE et REFLECT pour écrire les articles

Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par Aurelie

Contente de savoir que vous l’avez trouvé intéressant, merci! Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par Aurelie

Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par typhaine.com

Merci pour cet article très intéressant ! Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Commentaires sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait. par typhaine.com

«Toboggan eugéniste » : l’appel du pied du Dr Alexandre (DNAVision) au Pr Ameisen (CCNE)

Bonjour Le Dr Laurent Alexandre (l.alexandre@dnavision.be) est une personnalité atypique dans le paysage industriel, médiatique et bioéthique. Ancien chirurgien urologue, fondateur en 2000 (avec le Dr Claude Malhuret)  du célèbre Doctissimo (revendu au groupe Lagardère) il est aujourd’hui président de la société belge DNAVision spécialisée dans le séquençage du génome humain et ses innombrables déclinaisons. […] Continuer la lecture

Publié dans CCNE, DNAVision, Jean-Claude Lattès, le Monde, Naive | Commentaires fermés sur «Toboggan eugéniste » : l’appel du pied du Dr Alexandre (DNAVision) au Pr Ameisen (CCNE)

Au fil des demandes d’avis, un petit jeu

Ce matin, demande d’avis pour une insuffisance rénale aigüe, dossier un peu difficile, mon interne m’interroge. Je regarde les images du patient. J’ai l’habitude quand c’est compliqué de reprendre un peu tout. Je ne m’étendrai pas ici sur la cause … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Histoires de patients, Jeu, rein bizarre | Commentaires fermés sur Au fil des demandes d’avis, un petit jeu

Hypertension des personnes âgées

Impudent qui oserait contester un traitement contre l’hypertension chez quelque patient, car les plus prestigieuses revues en ressassent la nécessité. Le nombre de patients hypertendus approche le milliard, et malgré l’abondance des traitements, ce fléau s’aggrave à en croire les … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans chutes, effets indésirables, gériatrie, hypertension, hypotension, médecine | Commentaires fermés sur Hypertension des personnes âgées

Les comptables de la pollution atmosphérique font une croix sur le tabac. Pourquoi ?

Bonjour L’OMS récidive. Dans une étude publiée ce mardi 25 mars elle chiffre à plus de 7 millions le nombre des personnes décédées en 2012 en raison de la pollution de l’air. Et contrairement à ce que pourraient penser les citadins occidentaux intoxiqués ce sont les régions de l’Asie et du Pacifique qui sont les plus touchées […] Continuer la lecture

Publié dans Slate.fr | Commentaires fermés sur Les comptables de la pollution atmosphérique font une croix sur le tabac. Pourquoi ?

Ethique des publications : encore un guide, utile mais parfois c’est désespérant car tous les acteurs abusent du système

Bonne nouvelle avec la publication de la secondé édition des recommandations de bonnes pratiques de publications de Wiley. Il est toujours important de diffuser les bonnes pratiques et ce document est consultable en ligne, et peut-être télécharger. Le document pdf fait pages car il y a aussi les diagrammes de COPE. C’est intéressant de les avoir dans un seul document,… Continuer la lecture

Publié dans Ethique, Recommandations | Commentaires fermés sur Ethique des publications : encore un guide, utile mais parfois c’est désespérant car tous les acteurs abusent du système

Les sites web d’analyse de l’entrainement sportif 2/3

Après le descriptif de Smashrun.com, je vais vous causer de Training Peaks (TP). C’est probablement le site anglo-saxon le plus prisé des sportifs à haut niveau d’entrainement comme les triathlètes. TP permet en effet de lister toutes vos activités sportives et se montre particulièrement attentif à la course à pied, le vélo et la natation. […] Continuer la lecture

Publié dans allure au seuil, ATL, avis, CTL, français, IF, sport, test, threshold pace, training peaks, triathlon, TSB, TSS, web | Commentaires fermés sur Les sites web d’analyse de l’entrainement sportif 2/3

Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait.

Une équipe de recherche américaine a récemment rapporté dans Nature Medicine avoir identifié un panel de dix molécules dont les concentrations dans le sang pouvaient prédire si un participant de leur étude allait ou non développer des signes de la … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, Maladie d'Alzheimer, médecine, Neurosciences, Santé | Commentaires fermés sur Un test sanguin pour dépister la maladie d’Alzheimer? Pas tout à fait.

Les professionnels du tabac sont-ils vraiment coupables d’un « holocauste » ?

Bonjour La polémique couvait, la voici qui commence à enfler. Le symptôme est bien visible, aujourd’hui, sur le site lemondedutabac.com. On le distingue ici. Ce site s’en prend sans nuance aucune à l’un de ses meilleurs ennemis : le Pr Gérard Dubois. ce dernier fut l’un des cinq membres titulaires de la dream team des ayatollahs […] Continuer la lecture

Publié dans France 5, France-Inter, le Monde, Le Point, libération | Commentaires fermés sur Les professionnels du tabac sont-ils vraiment coupables d’un « holocauste » ?

Ici, là-bas

Ici, il y a une équipe pluridisciplinaire, comme là-bas.
Ici, il y a des chambres individuelles, comme là-bas.

La comparaison s’arrête là.

Ici, il y a du respect entre soignants et résidents.
Ici, il y a un projet d’établissement qui parle d’Humanitude.
Ici, il y a un cuisinier qui fait les repas sur place, et on mange bien. Mine de rien, c’est important la bouffe!
Ici, il y a des soignants formés en médiation animale, avec un chien et des cochons d’Inde (même que c’est une super idée pour quand je serai diplômée mais ça coince un peu à la maison).
Ici, il y a un salon de coiffure, un vrai, et une esthéticienne qui passe toutes les semaines.
Ici, il y a aussi une bibliothèque et une médiathèque.
Ici, tout le monde mange dans la grande salle de restaurant, on ne sépare pas ceux qui sont autonomes au repas des autres.
Ici, il y a des douches accessibles dans les chambres, et une pièce réservée aux bains thérapeutiques.
Ici, il y a des vrais gants et des vraies serviettes.
Ici, il y a des projets de vie pour les résidents, réévalués en équipe toutes les six semaines.
Ici, il y a des sorties : plage, balade, crêperie…
Ici, il y a des écoliers qui viennent.
Ici, les familles peuvent aller voir leurs parents avec leur chien.
Ici, on se donne les moyens d’avoir un « temps-résident », pour que personne ne soit délaissé.
Ici, on prend sa pause par roulement, ça permet de ne pas laisser les résidents livrés à eux-mêmes.
Ici, on parle aux gens, on les regarde, on les touche. Tout est communication.
Ici, on ne force pas.
Ici, on ne contentionne pas « pour être tranquille » ou « pour leur bien ».
Ici, tout est douceur, respect, écoute.
Ici, on accueille les stagiaires avec bienveillance. On leur apprend des choses et on accepte qu’ils nous en apprennent aussi (parce que oui, parfois, le stagiaire peut avoir une idée sympa).
Ici, on offre le repas aux stagiaires, et mine de rien ça a son importance.
Ici, on répond aux questions des stagiaires et on leur laisse assez d’autonomie pour qu’ils prennent confiance en eux.
Ici, on ne se moque pas des questions parfois saugrenues que lesdits stagiaires peuvent poser.

Ici, il n’y a pas plus de soignants qu’ailleurs, pas plus de temps qu’ailleurs, pas plus d’argent non plus.
Ici, il y a juste une volonté de bien faire. Et ça fait toute la différence. Continuer la lecture

Publié dans aide-soignante, bientraitance, Stage | Commentaires fermés sur Ici, là-bas

Chronique, dernière semaine de mars 2014

D’un certain point de vu, rien dans cette chronique ne sera vraiment différent de ce que j’ai écris la semaine dernière. En effet, j’ai fait assez peu de choses. J’attends. Mais je ne peux pas me permettre de mettre un point final à mes élucubrations chroniques après moins de 50 mots. C’est comme si je […] Continuer la lecture

Publié dans Chronique | Commentaires fermés sur Chronique, dernière semaine de mars 2014

2014. Le cannabis est-il toujours une drogue douce ?

Bonjour Toutes celles et ceux qui s’intéressent au cannabis devraient être, demain mardi 25 mars, à deux pas du Flore et des Deux Magots. Rue Bonaparte, un peu avant la Seine, le vieil  amphithéâtre de l’Académie de médecine leur tendra les bras. Cannabis au menu du jour. Sous toutes ses formes et coutures avec quelques-uns […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur 2014. Le cannabis est-il toujours une drogue douce ?

De l’art d’avoir toujours raison.

Alors voilà, nous étions avec le chef de gynécologie obstétricale et nous recevions les patientes enceintes dans son bureau. Chaque fois, lors de la consultation du premier mois, je le voyais poser sa main sur le ventre de madame Issue ou de madame Desecours, de madame Porte ou de madame Desortie, prendre un air très […]

The post De l’art d’avoir toujours raison. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur De l’art d’avoir toujours raison.

Générez vos articles avec un ordinateur : SCIgen, et vous augmenterez facilement vos publications

Vous avez probablement entendu parler des ces études inventées et qui ont fait le buzz. Il s’agit d’abord d’un logiciel de MIT et que vous pouvez découvrir : SCIgen. Allez tester pour générer des articles rapidement. Cela a été raconté dans Nature le 14 février 2014. Un informaticien français, Cyril Labbé de Grenoble, a donné l’alerte et plus de 100… Continuer la lecture

Publié dans fraude | Commentaires fermés sur Générez vos articles avec un ordinateur : SCIgen, et vous augmenterez facilement vos publications

Premières impressions de la Fenix 2

Séduit par les fonctions de la dernière née de Garmin j’ai choisi de basculer vers la Fenix 2. Je me suis donc rendu dans ma boutique préférée pour en faire l’acquisition après avoir salivé devant la revue de Ray Maker. La première sensation est bonne, la montre est moins massive que je ne l’imaginais au […] Continuer la lecture

Publié dans avis, fenix, garmin, matériel, montre, sport, test | Commentaires fermés sur Premières impressions de la Fenix 2

Cœur -Carmat® : « court-circuit » schizophrénique au Journal du Dimanche

Bonjour, L’affaire Carmat® soumet la rédaction du Journal du Dimanche à un exercice bien difficile. Il y a  une semaine l’hebdomadaire dominical jouissait d’un double scoop. Tout d’abord il révélait les images et le nom du premier homme implanté avec le cœur du Pr Alain Carpentier et de la société Carmat. La famille avait donné […] Continuer la lecture

Publié dans Europe 1, Journal du Dimanche | Commentaires fermés sur Cœur -Carmat® : « court-circuit » schizophrénique au Journal du Dimanche

Poussez plus …

  L’avant-dernier billet a suscité quelques vives réactions. Vous m’en voyez presque ébahie. Soit les femmes que j’accompagne et celles qui me lisent ne sont pas les mêmes, soit je me suis très mal exprimée. Alors j’y reviens. Je me défie d’un abord purement mécaniste de la mise au monde : contractions /dilatation /descente /poussée […] Continuer la lecture

Publié dans naissance, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Poussez plus …

Carpe diem

« Il y a plein d´enfants qui se roulent sur la pelouse, il y a plein de chiens. Il y a même un chat, une tortue, des poissons rouges, il ne manque rien.
On dirait le Sud, le temps dure longtemps et la vie sûrement plus d´un million d´années. Et toujours en été.
Un jour ou l´autre il faudra qu´il y ait la guerre, on le sait bien. On n´aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire, on dit c´est le destin » (Le sud, Nino Ferrer)

Il y a quelques jours, mon zèbre m’a demandé d’enregistrer le documentaire « Apocalypse » sur France 2.
Il doivent le regarder à l’école en principe.
Ca tombe bien, je n’ai pas eu le temps de le regarder au moment de sa diffusion, et j’aurai la possibilité d’y jeter un œil aussi.
J’ai donc enregistré le programme sur l’ordinateur et l’ai ensuite converti en format DVD.
Soit. Je ne vais pas faire un billet sur « comment convertir un fichier wtv en DVD », rassurez-vous.

C’est juste qu’en vérifiant si la gravure avait fonctionné, je suis tombé sur des images qui m’ont fait l’effet d’une sacré claque.
On y voyait un enfant, une petite fille de 5 ou 6 ans, jouant à la plage, avec le sable et les vagues.
Sorties du contexte, ces images pourraient donner lieu d’images d’archives sur les années 30, la façon de vivre, les vacances. Quasiment une valeur ethnologique finalement.

Sauf que le titre du documentaire était « Apocalypse ».
Cette fillette jouait, insouciante comme toutes les fillettes de 6 ans. Comme ma petite zébrette.

« Elle allait à l’école au village d’en bas. Elle apprenait les livres elle apprenait les lois. Elle chantait les grenouilles et les princesses qui dorment au bois. Elle aimait sa poupée elle aimait ses amis, surtout Ruth et Anna et surtout Jérémie, et ils se marieraient un jour peut-être à Varsovie.
Comme toi […] Comme toi que je regarde tout bas. Comme toi qui dort en rêvant à quoi ?
Comme toi […]

 
Elle s’appelait Sarah, elle n’avait pas huit ans, sa vie c’était douceur rêves et nuages blancs, mais d’autres gens en avaient décidé autrement. Elle avait tes yeux clairs et elle avait ton âge, c’était une petite fille sans histoire et très sage, mais elle n’est pas née comme toi ici et maintenant » (Comme toi, Jean-Jacques Goldman)

Même si cette chanson a été écrite en rapport à la deuxième guerre mondiale, je n’ai pu m’empêcher de l’entendre résonner dans ma tête immédiatement.
D’autant plus que cette première apocalypse n’a pas été suffisante et qu’elle a donné lieu à cette deuxième là.

Tous ces enfants insouciants, jouant sans imaginer la suite de leur vie. Sans imaginer que certains ne reverraient jamais leur père, leur mère, leurs proches à cause de ces guerres…

Je n’ai pas envie de me la jouer Miss France, j’aimerais qu’il n’y ait plus de guerre dans le monde, mais les évènements ne semblent pas prendre ce chemin.
Je suis habituellement d’un naturel optimiste, mais je ne peux m’empêcher d’y penser de plus en plus.

Nous avons la chance d’être nés dans un pays en paix, et d’être libres.

« J´avais oublié l´ironie de notre histoire. J´avais oublié qu´on a si peu de mémoire. Combien de larmes, combien de haines, combien de hontes, combien de murs se cachent derrière un mur qui tombe?
Est-ce que c´est moi qui deviens fou? Répondez-moi, mes yeux sont flous. Au nom de qui fait-on le choix de l´innocence? Au nom d´ quelle liberté, de quelle transparence ? » (Combien de murs, Patrick Bruel)

J’ai un pincement au cœur, je vois la vie par mes yeux d’adultes et de père. Saura-t-on éviter un troisième opus ? Puis-je dormir en me disant que l’optimisme reste de mise et qu’il faut faire confiance en l’humain ?

J’aimerais me dire que les nouvelles technologies de l’information permettront d’éviter le pire, que la propagande sera rapidement mise à mal et que les peuples se parleront.
J’aimerais que le « plus jamais ça » soit vraiment dit et entendu.
La vie est trop courte pour penser la raccourcir encore, non ?

« In Europe and America, there’s a growing feeling of hysteria. Conditioned to respond to all the threats in the rhetorical speeches of the Soviets. […] We share the same biology regardless of ideology. What might save us, me, and you is if the Russians love their children too » (Russians, Sting)

(En Europe et en Amérique, un sentiment d’hystérie grandit. Conditionnés à répondre à toutes les menaces de la rhétorique des discours des Soviétiques. Nous partageons la même biologie, quelle que soit l’idéologie. Ce qui pourrait nous sauver vous et moi, c’est que les Russes aiment aussi leurs enfants)

En attendant, je vais continuer à sourire.
Zébrette me parle de princesses en souriant et en riant.
L’insouciance se cultive, je pense. Comme le père dans le film « La vie est belle ».

Carpe diem. Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Carpe diem

Femme morte des urgences de Cochin : l’espoir de l’autopsie

Bonjour Pourquoi un tel silence ? Qui ces questions dérangent-elles ? On se souvient : il y a peu plus d’un mois une anonyme âgée de 61 ans mourait à Paris. Elle mourait  dans la plus extrême et la plus paradoxale des solitudes. Une aide-soignante la retrouvait morte vers 23 heures dans la salle de surveillance des urgences […] Continuer la lecture

Publié dans France-Inter, Le Parisien, Le Quotidien du médecin, Slate.fr | Commentaires fermés sur Femme morte des urgences de Cochin : l’espoir de l’autopsie

L’Âge de Glace

À peine remise d’une longue entrevue avec Morphée, j’ai réalisé l’autre jour, transie d’effroi d’admiration, que certains de mes collègues avaient débuté leur carrière de SMUR à une époque où les smartphones n’existaient pas. Ça fout les jetons. [Note pour moi-même : … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Connerie fulgurante | Commentaires fermés sur L’Âge de Glace

L’Âge de Glace

À peine remise d’une longue entrevue avec Morphée, j’ai réalisé l’autre jour, transie d’effroi d’admiration, que certains de mes collègues avaient débuté leur carrière de SMUR à une époque où les smartphones n’existaient pas. Ça fout les jetons. [Note pour moi-même : … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Connerie fulgurante | Commentaires fermés sur L’Âge de Glace

Louis-Ferdinand Céline, Knock, Dr Petiot et le formidable « Grand Cabinet des curiosités médicales»

Bonjour «On a dit qu’il se passait des choses épouvantables dans notre caverne. Il s’y passe encore bien d’autres choses qu’il faut être médecin pour voir et comprendre.» Deux phrases écrites par Louis-Ferdinand Destouches. Elles figurent dans la préface (inédite) à la célèbre thèse qu’il a consacrée à la vie et à l’œuvre de Semmelweis, […] Continuer la lecture

Publié dans Revue médicale suisse | Commentaires fermés sur Louis-Ferdinand Céline, Knock, Dr Petiot et le formidable « Grand Cabinet des curiosités médicales»

Maria.

– Allo? Bonjour, c’est Madame F. J’appelle pour prendre rendez-vous pour ma belle-mère pour son renouvellement. Elle a des médicaments jusqu’à la fin de la semaine. On préfèrerait venir en début d’après-midi, parce qu’après, on va voir mon mari.

Madame F. m’a appelée hier soir pendant la consultation. D’une voix tremblante, elle m’a annoncé que son mari avait eu un accident vasculaire cérébral la nuit précédente, qu’elle avait appelé le 15, qu’il étaient venus vite et lui avaient fait un traitement « pour dissoudre les caillots dans le cerveau » qu’il était hospitalisé depuis en neurologie et ne bougeait plus du tout son côté gauche.

J’ai compris AVC, fibrinolyse, hémiplégie gauche résiduelle.

Pour ce patient plutôt jeune et sa famille plutôt précaire, c’est une catastrophe. Pour qui ne le serait-ce pas?

J’ai senti dès le début de son coup de fil l’émotion trop forte, sa voix tremblante. Je suis sortie de mon bureau dans le couloir pour ne pas que la patiente en face de moi à ce moment-là ne puisse entrevoir ce qui se jouait, et pour pouvoir parler avec Madame F. sans stratégie. Je n’ai pas eu le temps de quoi que ce soit: Madame F. m’a livrée l’information, puis a raccroché immédiatement, peut-être pour pleurer.

Un rapide coup de fil dans le service de neurologie le soir m’a permis d’avoir la confirmation de ce qu’elle m’avait annoncé.

Au moment où elle me joint pour prendre rendez-vous pour sa belle-mère, deux enfants sont en train de mettre le bazar dans mon bureau malgré les invectives et les promesses par une Maman dépassée de mise au coin au retour à la maison.

J’hésite à lui demander des nouvelles de son mari.

Je le dis? Je ne le dis pas? Je dis quoi?

Je ne dis rien.

Le contexte s’y prête trop peu, ces enfants impatients, le bruit de fond, cette mère agacée me dissuadent.

Madame F. a pris rendez-vous pour le lendemain en début d’après-midi. Tout ce que je peux faire, c’est prévoir un rendez-vous long, ne mettre personne d’autre dans la demi-heure qui suit, pour la laisser parler si elle en ressent le besoin.

Le lendemain matin, je reçois un autre appel de Madame F.: même émotion, même voix tremblante.

Elle m’explique que son mari allait mieux, et qu’il s’est mis à aller moins bien. Elle dit qu’il « s’est mis dans le coma », qu’on l’a transporté dans une clinique proche, qu’on lui a « ouvert le crâne pour aérer le cerveau, parce que ça saignait encore et qu’il n’avait plus assez de place ». Elle me remercie et raccroche immédiatement.

Je suis perplexe. J’ai compris complication hémorragique de la fibrinolyse, peut-être menace d’engagement cérébral, orientation en neurochirurgie, car seule cette clinique dans notre secteur pratique cette spécialité, mais je n’ai jamais conçu que l’exposition de l’encéphale à l’air libre ait un effet essentiellement bénéfique. Je n’ai pas la certitude de savoir exactement en quoi a consisté l’intervention.

Je n’ai pas le temps d’appeler le service de réanimation, car un médecin dudit service m’appelle très peu de temps après.

Il me raconte tout depuis le début, et confirme ce que j’avais compris, jusqu’à l’intervention. Il m’explique que le mari de Madame F. continuait de saigner, qu’il présentait un oedème cérébral, et que les chirurgiens ont effectué une crâniotomie de décompression, pour éviter un engagement cérébral et un décès rapide.

Les choses sont plus claires pour moi, mais je me demande encore pourquoi le réanimateur m’appelle, je crois bien que c’est la première fois que ça arrive. Je suis habituellement gratifiée d’un courrier-fleuve dans les semaines qui suivent le passage des patients dans leur service.

Il poursuit dans le déroulement des événements.

Malgré l’intervention, le mari de Madame F. a continué à s’aggraver, et ils se sont rendu compte que le saignement ne s’arrêtait pas. Ils pensent que Monsieur F. est très probablement en état de mort cérébrale depuis cette nuit. Le médecin ne lui a pas encore fait d’électro-encéphalogramme pour le confirmer, il en a prévu un pour le lendemain matin, et un autre quelques heures plus tard.

Il en vient à la finalité de son appel.

Monsieur F est relativement jeune. Le réanimateur ne connait pas sa position ni celle de sa famille vis-à-vis de la greffe, mais il commence à faire les démarches préalables à un éventuel don d’organes. Il appelle pour connaître en détail les antécédents de Monsieur F. dans cet optique.

Je réponds à ses questions, et il m’explique qu’il va faire un premier électro-encéphalogramme ce matin,confirmera certainement le diagnostic de mort encéphalique, qu’il pense qu’il puis recevoir la famille de Monsieur F. dans son bureau en milieu d’après-midi pour leur expliquer et demander leur accord pour les prélèvements.

Je réalise que je vais recevoir la famille de Monsieur F. avant lui, et qu’elle n’est pas au courant.

L’après-midi, je reçois donc Maria, la mère de Monsieur F. Le motif officiel de consultation est « renouvellement de traitement ».

Maria est arrivée du Portugal depuis quelques mois, et elle a une insuffisance cardiaque importante. Les consultations sont souvent un peu compliquées avec elle, car elle tient à espacer les visites pour les renouvellements comme elle le faisait au Portugal, mais attend d’être très gênée au niveau respiratoire pour venir. Elle arrive chaque fois en pleine décompensation. Malgré des explications répétées, elle attribue sa toux à la bronchite et la prise de poids à l’excès de nourriture, en m’exhibant des oedèmes qui remontent parfois jusqu’aux cuisses.

Craignant que l’argument financier soit la cause de son retard de prise en charge, j’ai très vite pratiqué le tiers-payant avec elle, puisque sa pathologie permettait une prise en charge totale par l’Assurance-Maladie, mais rien n’a changé. Maria ne venait qu’en bout de course.

Donc, cet après-midi, elle arrive en soufflant bruyamment à chaque pas, et en m’expliquant qu’elle a encore la bronchite et qu’elle a probablement trop mangé.

En la voyant, je pense à son fils, parce que c’est lui qui l’amène d’habitude, et je pense à ma conversation avec le réanimateur.

Je lui dis? Je lui dis pas? Je dis quoi?

Je ne dis rien.

Elle a pris rendez-vous pour elle, je ne vais pas commencer en lui parlant de son fils.

La consultation se déroule sur le début comme toutes les autres: elle se sent essoufflée depuis une semaine, ou deux, elle ne sait plus, et n’est pas d’accord avec sa belle-fille, qui l’a amenée cette fois, et qui dirait plutôt trois. Elle pense qu’elle a pris du poids, et avoue avoir certainement trop mangé. La balance affiche deux kilos de plus que la dernière fois, les oedèmes sont remontés aux genoux, les bases de ses poumons crépitent. Je reprends comme chaque fois: limiter le sel, ré-augmenter les diurétiques, qu’elle avoue avoir négligés, parce qu’elle allait aux toilettes tout le temps le matin…

On repart pour l’explication avec Maria et avec sa belle-fille, parce que je sais que c’est la belle-fille qui gère son traitement et le stock de médicaments. Cette consultation ressemble finalement furieusement à toutes les précédentes.

Je prépare l’ordonnance, dans le silence.

On n’a pas parlé de son fils.

Je le dis? Je le dis pas? Je dis quoi?

Je ne dis rien.

Je ne sais pas si elles veulent en parler avec moi.

Je laisse traîner le silence, j’ai prévu le temps pour, et j’attends qu’il se passe quelque chose.

Et Maria commence. Elle me dit qu’elle va aller voir son fils cet après-midi, et qu’elle compte rencontrer le médecin qui s’occupe de lui.

Je suppose qu’on ne lui a pas encore parlé de don d’organe, d’après le médecin qui m’a jointe ce matin. Elle ne m’en parle pas.

Je le dis? Je le dis pas? Je dis quoi?

Je ne dis rien.

Le médecin de ce matin m’a parlé de « mort cérébrale », mais n’avait pas encore fait les deux électro-encéphalogrammes espacés de quatre heures qui attestent ce diagnostic. Je ne sais pas s’il s’agit là de méfiance ou d’espérance, mais je n’ose pas m’avancer avant que les examens n’aient été faits. Après tout, dans ce métier, on assiste parfois à des surprises de taille.

Maria fond en larmes. Elle dit que c’est dur de perdre un enfant, que c’est injuste. Son mari est parti il n’y a pas longtemps, il était âgé, très malade, ne quittait plus son lit, c’était dur, mais dans l’ordre des choses. Elle ne trouve pas normal que son fils parte avant elle. Elle va voir son fils cet après-midi, mais elle sait que « ça ne va pas durer comme ça très longtemps ».

J’en déduis qu’elle a compris le pronostic, mais je ne sais toujours pas si elle est au courant que la question d’un prélèvement d’organes en vue d’une greffe va certainement se poser dans les heures qui viennent.

Je le dis? Je le dis pas? Je dis quoi?

Je ne dis rien.

Je n’ai jamais fait cette annonce. Le médecin que j’ai eu au téléphone m’a parlé principalement au conditionnel.

Par expérience, je sais qu’annoncer une nouvelle grave, c’est s’apprêter à recevoir une foule de questions. Et là, je ne saurais répondre quasiment à aucune de ces questions. Quels organes? Comment? quand? Pour qui? Et après? Je ne peux répondre à aucune de celles que j’imagine, et il doit y en avoir encore d’autres que je n’imagine même pas. J’ai peur de commettre un impair, dire des âneries, ou marcher sur les plates-bandes du réanimateur. Je sais que l’équipe de ce service compte des membres bien plus compétents que moi pour aborder ce thème avec les familles des patients. Je me sens démunie et j’ai peur de blesser.

Alors je ne dis rien de ce que je crois savoir.

Je laisse Maria parler, et elle écourte d’elle-même:

– On va y aller, je voudrais voir mon fils et parler avec le médecin de là-bas.

Je ne peux que me lever et la raccompagner:

– Allez-y, il va vous recevoir, c’est important.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Maria.

Brève identificatoire.

– J’ai vu le Docteur… Euh… Je ne sais plus son nom… Mais vous devez le connaître. Vous savez, il a une Audi, et sa femme est cardiologue!

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Brève identificatoire.

Il n’y a plus de Lévothyrox® dans les pharmacies françaises ! Faut-il en parler au « 20 heures » ?

Bonjour Faut-il laisser les médias « grand public » dramatiser les ruptures de stocks de médicaments ? Des ruptures de plus en plus fréquentes. C’est l’un des sujets abordés, sur France-Culture, avec la dernière livraison de Science Publique de Michel Alberganti – émission qui peut être écoutée ici (1). Emission qui démontre une nouvelle fois à quel point les […] Continuer la lecture

Publié dans France Télévisions, France-Culture, Slate.fr, TF1 | Commentaires fermés sur Il n’y a plus de Lévothyrox® dans les pharmacies françaises ! Faut-il en parler au « 20 heures » ?

Semaine 12

Médecine Histoire de la bandelette urinaire, car il est important de savoir que les bonnes idées sont anciennes. Pour une vision un peu plus moderne, c’est là. Amusant et triste, quand les associations de patients découvrent que les promesses n’engagent … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans revue de web | Commentaires fermés sur Semaine 12

Indisponible

Hier les sages-femmes étaient en grève. Jeudi noir qu’on a dit. Dans les médias, tout semblait se cristalliser autour des hospitalières qui réclament au sein de leurs établissements un statut médical, conforme au code de la santé publique. Sage-femme libérale, j’étais pourtant en grève aussi. Ces revendications ne me concernent pas directement mais 5 mois […] Continuer la lecture

Publié dans Militer, Pffffff, Profession sage-femme | Commentaires fermés sur Indisponible