Archives quotidiennes : 30 mars 2014

Les petits sémaphores

Les petits sémaphores – texte écrit en réponse au billet de LiliSiflayme , « Colère » Moi aussi cette conversation twittérale m’a fait cogiter ma Lili. Voici, en vrac également, ce qu’elle a soulevé alors que je toilettais mon jardin en ce début…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans blog, colère, Sum, ergo cogito | Commentaires fermés sur Les petits sémaphores

Le dieu des Rhino-pharyngites.

Alors voilà j’aime bien les personnes âgées, mais pas quand elles pètent dans mon bureau. (quelle entrée en matière !… courte, efficace, un brin trop naturaliste, j’en conviens, mais nous sommes des machines à vapeurs et quiconque a une formation scientifique et connait son « cycle de krebs » sait à quel point la vie toute entière […]

The post Le dieu des Rhino-pharyngites. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur Le dieu des Rhino-pharyngites.

Sur le tas

Previously, on retro

 

3ème année, nous avons enfin le droit de faire nos premiers pas dans le grand CHU. Nous allons pouvoir apprendre à faire le café, avoir des reponsabilités (recopier les examens, trouver la radio perdue), intégrer une équipe et collaborer tous ensemble autour du patient pour oeuvrer à sa prise en charge.

 

MOUAHAHA.

 

On nous fera vite comprendre que les externes, et encore moins nous les stagiaires, ne faisons partie de la moindre équipe. Nous sommes là, on nous tolère parce qu’on n’a pas le choix, mais nous sommes avant tout d’horripilants petits glandeurs imbus de leur personne qui thrombosons les couloirs.

Pour le coup, on thrombose oui. Nous sommes ici dans le GRRRAND service de CHIRRRUUURRGIE du GRRRRAND professeur. Une fois par semaine, Dieu fait homme vient faire la visite professorale dans le service. Il est important que la cour soit prête lors qu’il sort de son bureau dont la porte est ornée d’une superbe affiche « Les hommes ont prié Dieu pour avoir des miracles, et Dieu leur envoya les chirurgiens ».

S’en suit alors un passage en revue en règle de chaque cas. Ici point de nom, Monsieur est le PAC x 4 de jeudi, Madame la valve mitrale de mardi. Le ponte entre, suivi des sous-pontes, de la cadre qui lutte pour maintenir sa bonne place dans la cour, des assistants-chefs de clinique, des internes – ou du moins de l’interne responsable de la chambre, des infirmières, et – là y’a plus de place dans la chambre – les 10 externes/stagiaires. Le temps qu’on arrive à entrer le ponte était déjà ressorti et nous nous contentions d’un « Bonjour-heu-au-revoir-je-vous-remet-votre-drap » sans avoir rien entendu. Nous avons vite cessé de lutter, et étions pour beaucoup gênés du défilé indécent et restions en général dehors à attendre patiemment, ce qui sera rapidement taxé de manque de motivation à apprendre, d’arrogance, de fénéantise.

Et de thrombose de couloir – y’en a qui bossent merde.

 

Mr P. venait de loin. Il venait de faire 200km depuis son petit village pour venir se faire opérer au CHU, il avait quand même un peu peur, une opération du coeur vous pensez bien. Il était arrivé la veille, et avait bien suivi toute ses consignes, il était à jeun, avait pris sa douche à la bétadine – même que pour les cheveux c’est quand même pas top – et avait mis sa blouse-cul-nul toute propre. Il est tout stressé, et c’est pas les 20 personnes en blouse blanche qui viennent de débarquer dans sa chambre qui le rassurent. Il a plusieurs questions à poser au grand chef mais lui n’en a qu’une – et c’est lui qui pose les questions ici. « Vous êtes allé chez le dentiste ? »

Mr P. balbutie, bredouille, c’est à dire que non, lui c’est pour le coeur qu’il vient et… « Bon il rentre chez lui, on l’opère pas » et le ponte de sortir de la chambre sans daigner répondre aux questions de Mr P. et de son épouse qui croit à une mauvaise blague. Soupirs de certains devant ce bouseux même pas capable de faire son bilan bucco-dentaire avant une opération aussi risquée.

 

Je n’ai pas encore vu d’opération, mais déjà je raye mentalement « chirurgien » de la liste de mes avenirs potentiels, il était pourtant tout en haut.

 

Les chirurgiens, c’est mort, mais les infirmières, y’a encore moyen que ça se passe bien quand même. Si elles sont comme ça, c’est sûrement qu’elles ont eu affaire juste avant nous à un odieux connard, ça peut arriver, mais nous on est sympa et plein de bonne volonté, donc ça va être cool.

Justement, une de mes collègues n’a pas eu la même chance que moi lors de son stage infirmier : ils étaient si nombreux qu’elle n’a pas vraiment eu l’occasion d’apprendre à faire des prises de sang. En voilà une bonne entrée en matière pour prendre contact avec l’équipe. Je la prend par la main et l’entraîne en salle de soins.

« Bonjour, nous sommes stagiaires en médecine, c’est notre premier jour, et nous aurions aimé pouvoir faire des prises de sang… Enfin moi j’ai déjà eu l’occasion d’apprendre mais ma collègue non… »

Notre interruption semble profondément les agacer. « Oui ben les prises de sang c’est le matin à 6h hein, et bon, vous êtes pas là en général… » petit gloussement méprisant.

Je ne me départis pas de mon sourire « oui bien sûr je sais bien, mais ça arrive parfois qu’il y ait un bilan à piquer dans la journée, si vous pouviez passer nous prevenir dans notre bureau si c’est le cas ça serait très gentil »

Devant une telle dose de sourire bright et de candeur, l’infirmière ne peut qu’acquiescer.

Il ne fallut qu’une demi-heure avant de la voir repasser, armée de son plateau à prélèvements, alors que nous apprenions à recopier la natrémie dans la colonne de la natrémie.

Je bondis sur mes pieds. « Elle se fout de nous, allons-y ! » Ma collègue, moins rebelle que moi, protesta, et m’enjoignit à rester là à faire ce qu’on attendait de nous, et d’attaquer plutôt la colonne de la kaliémie.

Bien décidée à ne pas me laisser faire, je la pousse dans le sillage de l’infirmière. Elle refermait la porte de la chambre lorsque nous sommes arrivées. Je frappais et entrais. Sourire ultra-bright.

« Pardon, vous nous aviez dit que nous pourrions apprendre à faire les prises de sang, on vous a vu passer, vous avez dû oublier de nous prévenir ! »

L’infirmière nous fusilla du regard. « Ah ben moi je veux bien, mais faut ptet demander au patient ! » Regard goguenard.

Il est vrai que l’entrée en matière ne mettaient pas spécialement le patient en confiance. « Bien sûr !

Bonjour Monsieur, nous sommes étudiantes en médecine, est-ce que ça vous dérange si c’est ma collègue qui fait votre prise de sang ? »

Regard bienveillant du patient « Mais bien sûr ! Vous savez, moi aussi je suis médecin alors j’ai connu ça, faut bien apprendre ! »

 

Ma collègue réalisa avec succès sa première prise de sang. Les infirmières nous détestaient encore plus.

J’avais été prevenue qu’il nous faudrait apprendre sur le tas. Je comprenais aussi qu’il ne suffirait pas de vouloir apprendre, il faudrait aussi qu’on veuille bien nous apprendre.

Continuer la lecture

Publié dans Rétro | Commentaires fermés sur Sur le tas

François Hollande personnellement interpellé dans l’affaire du Gardasil®

Bonjour L’affaire vient d’être révélée par Le Journal du Dimanche (voir ici). Et elle est relayée par l’Agence France Presse  (AFP) – ce qui lui garantit crédibilité et large diffusion, nationale et internationale. Résumons-là. Sous la forme d’une pétition  420 médecins réclament  la création d’une mission parlementaire pour évaluer « l’opportunité » de la  vaccination aujourd’hui officiellement […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, Formidep, Le Journal du Dimanche | Commentaires fermés sur François Hollande personnellement interpellé dans l’affaire du Gardasil®

Médecin + Patient = 3

  S’informer, partager (pour des soins de qualité).  Sur Twitter #9Conseils Tout citoyen, tout patient doit pouvoir accéder à des informations médicales de qualité. Pour lui permettre de trouver les réponses […] Continuer la lecture

Publié dans Accueil, guide, internet, médecin, NTIC, patient, Patients, recherche, Santé, WEB 2.0 | Commentaires fermés sur Médecin + Patient = 3

Création franco-américaine du premier chromosome synthétique. Applaudissements, aucune critique. Les Verts sont en politique

Bonjour Dimanche 30 mars 2014. Second tour des élections municipales. Défaite de la gauche annoncée et, en pointillé « triomphe » (terme justement contesté) du Front national. La France est au spectacle et le spectacle est politique. D’autres, ailleurs, regardent vers le scientifique, celui qui façonne aujourd’hui le politique de demain. C’est le cas de The Economist […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Création franco-américaine du premier chromosome synthétique. Applaudissements, aucune critique. Les Verts sont en politique