Archives quotidiennes : 2 mars 2014

La brochure du Formindep

Au cours de l’assemblée générale du Formindep de novembre 2013, un des ateliers de réflexion était consacré à un flyer promotionnel de notre association mis au point pour l’occasion. En voici la restitution avec accès direct au téléchargement de la première version de ce dépliant pour une appropriation par le plus grand nombre. Partant du constat que l’influence des firmes constitue un facteur de risque sanitaire, au même titre que le tabac pour le fumeur ou le non respect de l’hygiène des mains pour un (…)


Bibliothèque Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La brochure du Formindep

Visites médicales d’embauche : jurisprudence

La visite médicale d’embauche doit avoir lieu avant la fin de la période d’essai, elle a pour but d’apprécier si le salarié est apte … Continuer la lecture

Publié dans cassation, cour, dommages, embauche, employeur, intérêts, jurisprudence, médicale, préjudice, réparation, salarié, visite, Visites médicales : jurisprudence | Commentaires fermés sur Visites médicales d’embauche : jurisprudence

"Au bord du monde".

Il y a quelques années, j’ai assuré quelques consultations au sein d’une ONG en France.

J’avais été contactée par une amie qui y effectuait des vacations, et qui avait eu vent de mes expériences auprès d’associations en France et à l’étranger. Elle me proposait de venir de temps en temps assurer bénévolement une permanence de consultations sans rendez-vous au local de l’association, pour des patients qui ne bénéficiaient pas de l’Assurance Maladie.

Je venais de faire un travail particulièrement intense auprès des Gens du Voyage par l’intermédiaire d’une association d’entre-aide, avec l’aide de médiateurs et d’un ethnologue, dans le cadre de ma thèse.

Friande de nouvelles expériences, enthousiasmée à l’idée de pouvoir exercer dans un contexte moins conventionnel que celui d’un cabinet, et désireuse de rendre service, j’ai accepté sans hésitation.

Je me suis retrouvée dans un petit bureau au centre d’une ville moyenne, pas très loin de la gare, pour recevoir en consultation des patients dont une grande partie vivait dehors.

Je n’avais eu de contact avec eux que lors de ma formation, de façon épisodique et particulièrement violente du point de vue humain: on usait du terme de « SDF » ou « SeuDeuFeu » ou parfois « Clodo » pour désigner ces patients que la Police déposait aux urgences le soir parce qu’ils étaient « alcoolisés ». Le personnel des urgences était unanime pour dire qu’ils n’avaient rien à faire là: « Ici, c’est pour soigner ». Ces patients étaient amenés contre leur gré, dans un état qui ne leur permettait pas de partir. Ils protestaient donc légitimement, on s’occupait d’eux malgré eux, malgré nous, sans aucune conviction, et avec l’amer sensation de participer à une maltraitance collective.

La vie dans la rue est destructrice. Pas besoin de se pencher longtemps sur ceux qui la vivent pour trouver des pathologies à soigner, des problèmes infectieux, psychologiques, dermatologiques ou respiratoires qui puisse justifier une hospitalisation. Mais tous ces problèmes sont intriqués entre eux, et le principal à prendre en charge pour arriver à aborder les autres est celui qui les a amené dans la rue. L’interne que j’étais se trouvait coincée entre trois injonctions différentes:

– Il est trop saoûl pour rester dehors ou rester au poste, occupez-vous-en, ce n’est pas de notre ressort, disait la police.

– Foutez-moi la paix, disait le patient.

– Je suis là pour traiter et orienter des patients, mais pour ceux-là, on ne peut rien, me disaient les médecins-séniors.

Il va sans dire qu’aucun enseignant dans ma formation ne s’est jamais lancé dans un cours qui pourrait s’intituler « le patient désocialisé », par exemple: en fac, on apprend à reconnaître et soigner des maladies, pas à prendre des patients dans leur contexte.

C’est donc aussi pleine de bonnes intentions et peut-être de défiance vis-à-vis de l’institution formatrice que j’ai participé quelques années plus tard à ces consultations.

J’étais satisfaite de pouvoir recevoir ces patients avec leur assentiment cette fois-ci, dans un espace plus neutre, avec très peu de moyen technique, mais la possibilité d’avoir plus de temps et une approche un peu plus humaine.

J’ai vite déchanté, toujours aux prises avec cette sensation d’incompréhension mutuelle. Je ne connaissais rien à l’univers de ceux qui vivent dans la rue, et je les recevais dans un bureau avec pour mission de leur donner un accès à des soins conventionnels, souvent en faisant abstraction de ce qu’ils vivaient le reste du temps à l’extérieur par manque de temps, méconnaissance de leur univers, ou par incompréhension mutuelle.

Je buttais dès le début des consultations sur leur motif.

Quand un patient se présente aux urgences, on lui demande à l’entrée d’expliquer brièvement le problème qui l’a décidé à venir, et toute la procédure de soin qui va suivre découle du motif qu’il a indiqué en arrivant.

Je me suis trouvée face à des patients qui ne pouvaient pas expliquer aussi clairement ce qui les avait fait venir à moi, et qui en même temps présentaient une somme colossale de problématiques que je ne parvenais pas à hiérarchiser. Je me trouvais de nouveau démunie pour entreprendre quoi que ce soit avec eux.

Cette incompréhension associée à une sensation d’impuissance totale m’ont poussée à mettre un terme à ma collaboration, avec un fort sentiment d’échec: je n’ai pas su ou pu me mettre sur le bon registre et développer la bonne écoute.

Des années plus tard, je viens de visionner les merveilleux film de Claus Drexel « Au bord du monde », et je suis émue de voir que le réalisateur s’est magistralement attaché à mettre en valeur ce à côté de quoi nous étions tous passés avec les autres médecins de l’équipe: la propre parole de ces personnes.

Je ne peux qu’encourager les soignants et les autres à voir ce film.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur "Au bord du monde".

Brève rhumatologique.

– Docteur, j’ai regardé sur Internet, j’ai vu que j’allais finir toute tordue de partout!

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Brève rhumatologique.

La mort en Zamonie en 3057

En 3057, en Zamonie, la mort est devenue une affaire sérieuse et complexe. Tout a commencé en 3014 avec deux affaires. Depuis 4 ans, en Fromageriequipue (FQP), une jeune femme était en état pauci-relationnel, après un accident de chauve souris … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans dignité, loi, Médecine humeur, mort, mort encéphalique, pauci-relationnel, Zamonie | Commentaires fermés sur La mort en Zamonie en 3057

La femme qui voulait être heureuse (et qui avait bien raison !)

Alors voilà, elle est entrée avec son conjoint. Tous les deux s’appellent par des surnoms prout-prout, mais qui font du bien. Je préfère manger trop de sucre et avoir des boutons que de boire du vinaigre… Et la vie de couple nous transforme très vite en de jolis cornichons aigris. Donc, merci à eux ! […]

The post La femme qui voulait être heureuse (et qui avait bien raison !) appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La femme qui voulait être heureuse (et qui avait bien raison !)

De l’autre côté de la frontière

Le 25 février 2014, Martin Winckler twittait une phrase qui lui vaudra une volée de bois vert sur la twittosphère : « La maltraitance est un viol ». La bloggosphère ne tardera pas à prendre le relais, chaque partie voulant (ou étant invitée…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans bientraitance, Maltraitance, non-bientraitance, Sum, ergo cogito, viol, violences médicales | Commentaires fermés sur De l’autre côté de la frontière

sub 40′ 10k #check !

C’est avec un mélange d’appréhension et d’envie que j’ai abordé le 10 km de Fleurbaix ce 2 mars 2014. Appréhension parce que je ne connais pas la distance en compétition et d’envie parce que cette course est l’aboutissement d’une belle préparation. Je suis arrivé confiant grâce à l’entrainement concocté par Jean-Pierre Monciaux de VO2 Optimum […] Continuer la lecture

Publié dans course à pied, retex course, sport | Commentaires fermés sur sub 40′ 10k #check !

Interdire le menthol c’est infantiliser le fumeur (Seita-Imperial Tobacco)

Bonjour Les médias, cette fois, se sont peu intéressés au Parlement européen votant la dernière mouture de la « Directive tabac ». Ce fut comme toujours un mouvement de plaque tectonique : celles, disjointes de l’Union (Commission versus Parlement, Administration versus Citoyens). Et celles, plus fractales opposants les militants anti-tabac aux marchands de tabac. Que croyez-vous qu’il arriva ? […] Continuer la lecture

Publié dans lemondedutabac.com | Commentaires fermés sur Interdire le menthol c’est infantiliser le fumeur (Seita-Imperial Tobacco)