Archives quotidiennes : 31 juillet 2013

De la bonne utilisation du concept de Maladie Rénale Chronique

J’aime bien le BMJ, surtout une de leur nouvelle série qui se consacre au problème majeur du surdiagnostic: « Too Much Medicine« . Cette semaine, l’article porte sur un sujet qui m’intéresse: le concept de maladie rénale chronique (MRC). Je vous conseille … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans BMJ, insuffisance rénale chronique, less is more, maladie rénale chronique, médecine, Néphrologie, too much medicine | Commentaires fermés sur De la bonne utilisation du concept de Maladie Rénale Chronique

Marisol Touraine présente ses options de réforme des retraites au Premier ministre et au Président

Après un mois de concertation avec les syndicats et le patronat sur la future réforme des retraites (la cinquième), la ministre des Affaires sociales est reçue mercredi chez Jean-Marc Ayrault et jeudi par François Hollande, pour une présentation de ses options de réforme. Le Premier ministre dévoilera aux partenaires sociaux les grandes orientations de la réforme les 26 et 27 août. Selon Le Figaro (31-07), la réforme aura deux volets. Le … Continuer la lecture

Publié dans Retraites | Commentaires fermés sur Marisol Touraine présente ses options de réforme des retraites au Premier ministre et au Président

« Les chiffres clés 2012 de la Sécurité sociale », édition 2013

La Direction de la Sécurité sociale vient de mettre en ligne l’édition 2013 des chiffres clés sur la Sécu. Publiée chaque année, cette plaquette rassemble en 44 pages les principales données chiffrées des recettes, dépenses et prestations pour chaque branche de la Sécurité sociale. Elle met en avant les équilibres financiers, les principaux indicateurs de la performance du service public de la Sécurité sociale (qualité de service, accueils … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur « Les chiffres clés 2012 de la Sécurité sociale », édition 2013

"Le docteur est pas là!".

Au creux de l’été, nous abordons depuis quelques jours la période de grand sommeil. Une grande partie de la population est en vacances, toute l’activité tourne au ralenti, sauf dans les zones touristiques où l’activité bat son plein.

Les médecins n’échappent pas à la règle: il fait beau, leurs enfants glandent à la maison, il leur prend une irrépressible envie de sortir de leur cabinet et respirer l’air du dehors. Pour maintenir un minimum de continuité des soins, les solutions les plus employées sont de trouver un médecin remplaçant, ce qui est ardu pour cette période, ou fermer son cabinet en orientant les patients vers le cabinet d’un autre médecin qui voudra bien assurer les actes indispensables.

Pour les patients, il y aura rupture dans un cas comme dans l’autre. Les plus dépendants affectivement ne manqueront pas de le faire savoir à leur médecin à son retour par de petites phrases acides ponctuées de « mais vous n’étiez pas là », avec ou sans un « bien sûr » accolé selon l’intensité du ressentiment. Ceux dont la mauvaise foi est la plus prononcée expliquent comment ils n’ont pas pu consulter en mon absence malgré la présence d’un associé, une remplaçante, deux autres cabinets sur la même commune, et crient parfois même « au désert médical », c’est le thème en vogue. Selon la froideur de ma réaction devant ce discours revient parfois un petit « mais il faut bien que vous vous reposiez ». Je prends plaisir à les faire parler jusqu’à ce qu’ils finissent par le reconnaître eux-même.

Car pour nous, médecins, passer la main n’est pas toujours si simple. Nous avons aussi notre dépendance aux patients, à des degrés divers. Si pour la plupart des patients, ceux qui n’ont pas de problème majeur, le sevrage se fera sans aucune difficulté, pour ceux dont on sait qu’ils traversent une période délicate, on regrette souvent de s’absenter « juste à ce moment là ». En y réfléchissant bien, lorsqu’on doit arrêter des dates avec un remplaçant entre six mois et un an à l’avance, il nous est impossible d’anticiper telle ou telle complication de tel ou tel patient.

Chaque médecin doit donc passer la main à un confrère, voisin ou remplaçant, en lui indiquant les éléments qui lui paraissent importants à connaître s’il a des situations délicates à gérer en cours.

Cet exercice de transmission de l’information, les remplaçants le connaissent bien, et ceux qui ont du métier peuvent très rapidement en déduire la teneur du remplacement à venir.

Depuis la situation clinique et sociale de chaque patient détaillée avec arbre généalogique à l’appui, aux consignes uniquement pécuniaires, en passant par les consignes brèves et pragmatiques (« en fin de vie, ne pas hospitaliser »), ou l’absence totale de consigne (« t’es démerde, tu vas y arriver »), tout se voit. J’ai même connu, en temps que remplaçante, la transmission où l’ordre d’importance à mes yeux était totalement inversé avec celui du médecin remplacé:

– Des transmissions? Euh… Ouais, j’ai deux patients en fin de vie, mais bon… Ah, si, je te le dis, il faut que tu le sache: il y a une grosse épidémie d’angines en ce moment, on en voit plein!.

Autant dire qu’il m’avait fallu gratter un peu plus pour avoir des informations plus utiles…

Je vois donc déjà mes patients anticiper mon absence à venir. Ils me racontent leurs vacances puis s’enquièrent de mon emploi du temps dans les semaines à venir:

– Et vous, les vacances, c’est pour quand?

Si je réponds de façon vague (« bientôt »), ils me demandent inévitablement des dates et regardant le plafond. S’ensuit un état des lieux sur leur présence et la mienne, avec éventuellement un commentaire sur la nécessité de se dépêcher de venir me consulter avant ou d’attendre après en cas de coup dur. Ce n’est pas de mon bien-être, mais bien de ma disponibilité pour eux qu’il est question. Je rappelle donc à l’occasion qu’un remplaçant sera là, qui a aussi fait des études de médecine générale.

Avec un peu de communication à bon escient, nul n’est irremplaçable.

Bonnes vacances aux remplacés, et bon courage aux remplaçants!

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur "Le docteur est pas là!".

Brève multitâche.

– Et puis aussi, Docteur, pour mon père aussi il faudrait…

– Attendez, je suis en train de m’occuper de votre mère, là!

– Eh bé! moi qui croyais que les femmes étaient capable de faire plusieurs choses à la fois!

– Effectivement, je suis en train de noter dans mon dossier son examen clinique, et en même temps je réfléchis au médicament que je vais rajouter à son traitement, aux intéractions potentielles avec ceux qu’elle prend déjà, au moment où on va faire la prise de sang de contrôle, en fonction de l’action du médicament et aussi des jours fériés pour que l’infirmière puisse passer et que je puisse récupérer le résultat à un moment utile. J’ai pas l’air comme ça, mais je fais déjà plusieurs choses en même temps.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Brève multitâche.

RunMyCode : un projet français pour favoriser la reproductibilité des données, mais pas pour le domaine biomédical

Le Monde science&médecine du 17 juillet 2013 a publié une tribune intéressante par son titre : « Pour une recherche reproductible, publiez vos codes et données ». Intéressante par son titre, par l’exemple sur un article d’économie très cité dont la feuille de calcul Excel contenait des erreurs de formules… mais, malgré l’honnêteté générale des chercheurs, des erreurs de formules et codes… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur RunMyCode : un projet français pour favoriser la reproductibilité des données, mais pas pour le domaine biomédical