Archives quotidiennes : 28 juillet 2013

Cette année, la France devrait consacrer 33 % de son PIB aux dépenses sociales publiques, selon l’OCDE

La France est toujours la championne de la protection sociale. Les dépenses sociales publiques (retraites, assurance maladie, famille, indemnités chômage, aides au logement, minima sociaux.) devraient représenter 33 % du PIB cette année contre 32,4 % en 2012 et 32,1 % en 2009, estime l’OCDE dans la mise à jour de sa Base de données sur les dépenses sociales publiée le 25 juillet. C’est la proportion la plus élevée des 32 pays … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur Cette année, la France devrait consacrer 33 % de son PIB aux dépenses sociales publiques, selon l’OCDE

Travailler en période de canicule ou par chaleur extrême en 2013

Certaines personnes qui travaillent sont plus exposées que d’autres aux risques liés aux fortes chaleurs. Afin de limiter les accidents du travail liés à de telles conditions climatiques, des mesures … Continuer la lecture

Publié dans accident du travail, ambiance thermique, canicule, chaleur, document unique, employeur, entreprise, plan, risque, Santé, sécurité, température, Travail et canicule, travailler, URGENCE | Commentaires fermés sur Travailler en période de canicule ou par chaleur extrême en 2013

Refondation de la médecine générale. Réflexion 3. Peut-on exercer la médecine générale en se passant de spécialistes d’organes ?

Il n’est pas possible d’exercer la médecine générale sans demander des avis et / ou adresser des patients à des médecins spécialistes (d’organes). Sans compter les malades qui s’adressent tout seuls, soit dans le cadre de la « vraie » urgence, de l’urgence différée ou de l’urgence perçue.

Ma réponse est donc claire : la médecine générale a besoin de spécialistes. Mais c’est « ma » conception de la médecine générale, enfin, une de mes conceptions. Je lis les commentaires du billet précédent (Réflexion 2, Défendez votre territoire, ICI) et notamment celui de Bleu Horizon : « Pour ma part ce n est pas la medecine générale qui se voir définir son périmètre de compétence mais bien la medecine générale qui doit définir les situations qui nécessitent un recours aux spécialistes. » Et de proposer le système suisse de formation (que je ne connais pas et qu’il nous définit dans un message suivant). m bronner nous parle d’une médecine générale centrée sur le patient et m (?) écrit ceci « Il ne s’agit pas d’exclure le spécialiste etc. Il s’agit de décrire ou définir une réelle spécialité qui n’est pas un entassement de vulgarisations de spécialités d’organes mais bien une autre spécialité; comme une synthèse et un équilibrage. En fait ce serait la définition d’un « état d’esprit »de médecine générale qui part tout simplement d’un autre point de vue, exemple du peu que je connais en tant que patiente et écoutante d’autres patientes« , pr mangemanche écrit à propos des spécialités d’organes « Ce sont elles qui devraient être définies par une réduction, par une soustraction au concept de médecine. » et il ajoute « Les généralistes doivent s’emparer de l’exercice médical dans son entier, des procédures usitées dans les spécialités. On reconnaît un bon spécialiste à sa faculté à s’intégrer dans la prise en charge médicale globale= générale du patient, c’est-à-dire la prise en compte de critères cliniques dans les décisions, la hiérarchisation des priorités de prise en charge, etc..Ca vaut aussi pour les MG bien sûr..!« 
certes aussi et CMT écrit ceci : »On peut rêver à ce qu’aurait pu être une médecine enseignée, non pas seulement par des généralistes, mais d’un point de vue généraliste.« 
On en revient donc, inlassablement, à la formation initiale. Je retiens provisoirement deux choses : la médecine générale serait un état d’esprit et un point de vue. Et aussi : l’élargissement du champ des compétences du spécialiste d’organe (et je crois qu’il va falloir abandonner cette désignation que les dits spécialistes d’organes trouvent offensante) vers la médecine générale est l’avenir de la spécialité d’organe et non l’hyperspécialisation.
Illustrons par un exemple volontairement provocateur : un hyperspécialiste de la dilatation de l’interventrivulaire antérieure est-il encore un médecin ? Ce qui compte, pour les médecins qui lui adressent des patients, le plus souvent des cardiologues, c’est sa compétence technique : diagnostiquer, poser une indication, dilater. Sauf erreur de ma part, il ne « voit » pas le patient, il ne lui parle pas, il examine la coronographie et il monte une sonde et il juge des lésions à dilater. Il peut s’agir d’un radiologue ou d’un cardiologue qui, par ailleurs, peut être un homme (ou une femme) aimable, humaniste, empathique, tout ce que l’on veut. Mais il ne fait pas de la médecine générale, je dirais même plus, il n’est plus médecin. Il raisonne en technicien, pas seulement de la dilatation, en technicien cardiovasculaire, envisageant des indices, les fameux Facteurs de Risques, mais, le malade ?

Dans un certain nombre de cas, le médecin généraliste ne peut apporter, techniquement, tous les soins exigés, demandés, nécessaires ou souhaités par le patient. Mais aussi : intellectuellement (je ne parle pas seulement de la technique de l’entretien, mais de sa façon d’aborder un problème psychologique ou psychiatrique ou de ses compétences globales sur les priorités).

Certains médecins généralistes se demandent pourquoi je suis aussi critique à l’égard des médecins spécialistes qu’ils pratiquent régulièrement et dont ils semblent être globalement satisfaits.
D’autres sont étonnés que je puisse être aussi « laxiste » à leur égard.
D’autres, la majorité sont entre les deux : ils font comme moi : contre bonne fortune bon coeur et, parfois, ils sont attirés par les relations techniques et humaines qu’ils entretiennent avec certains spécialistes.
Ce que je reproche, finalement, aux spécialistes dits d’organes, c’est qu’ils ne fassent pas assez de médecine générale.
Mes non amis spécialistes d’organes me demandent parfois pourquoi je leur en veux tant. Eux-aussi, pensent-ils, placent le patient au centre de leurs préoccupations. Et je n’en doute pas.
Mes amis spécialistes d’organes savent intuitivement qu’ils n’exercent pas la médecine générale car ils connaissent ma pratique qui est très différente de la leur. Ils savent beaucoup de choses en dehors de leur spécialité mais ignorent parfois les interactions médecine milieu et surtout les véritables problématiques de prise en charge d’un patient qui a une famille, qui travaille, qui a des opinions sur tout. 
La question qui se pose désormais est celle-ci : la médecine générale est-elle seulement une discipline intellectuelle et manuelle ? Sans instruments ou presque. Ou alors : faut-il s’instrumentaliser avec le risque, non négligeable, d’être moins bon techniquement qu’un spécialiste d’organe ?

Nous avons vu lors de la Réflexion 2 (ICI) qu’il était nécessaire de défendre son territoire (celui de la médecine générale).
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des ECG chez tous les patients « cardiovasculaires » de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des frottis chez toutes les femmes de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des EFR à tous les patients « pneumologiques » de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce se former à la dermoscopie, acheter un dermoscope et pratiquer des examens sur tous les patients à risques de sa patientèle (et les autres) ?

Nous sommes au coeur du débat.
Un bon médecin généraliste est-il celui qui en fait autant que le spécialiste ? Ou qui fait son boulot ? Ou qui tente de le faire ? Ou qui a la prétention de techniquement le faire aussi bien que lui ? Personnellement, je n’y crois pas.

Les 4 questions que je pose sont évidemment à interpréter en fonction du contexte : densité médicale, proximité de spécialistes et / ou d’institutions, rémunération des actes. Mais aussi : copinage et / ou intérêts financiers.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de tout faire, ce serait inhumain et, en l’état actuel des choses, non rentable. Ce qui compte, me semble-t-il, c’est d’inscrire la démarche de prise en charge du patient dans le cadre de valeurs qui, dans l’idéal, seraient partagées par le spécialiste à qui l’on adresse le patient. Mais c’est rarement possible pour de multiples raisons : le nombre de spécialistes qui lisent Prescrire, qui lisent Cochrane ou qui consultent Minerva, par exemple, est étonnamment faible ; parce que ce n’est pas fait pour eux à l’origine. En réalité les articles de Prescrire, par exemple, sont faits pour être lus par des spécialistes dans les domaines où ils ne le sont pas. En revanche, et nous pourrons y revenir, les spécialistes peuvent trouver des imprécisions ou des erreurs dans des articles écrits par Prescrire dans le cadre de leur spécialité…

Prenons un seul exemple, celui des maladies chroniques. Il est des malades (et je remercie DB pour sa contribution involontaire) que seul un spécialiste peut gérer (en collaboration avec le médecin généraliste). Car la rareté de la maladie ou la rareté des difficultés que l’on rencontre dans une maladie fréquente, impose une connaissance à la fois quantitative et qualitative de ces problèmes.

Nous aborderons un problème crucial : le taux d’adressage aux spécialistes par le médecin généraliste.

A suivre.
(Video : crédit : Mayo Clinic).

Continuer la lecture

Publié dans MEDECINE GENERALE, MEDECINS SPECIALISTES, REFONDATION | Commentaires fermés sur Refondation de la médecine générale. Réflexion 3. Peut-on exercer la médecine générale en se passant de spécialistes d’organes ?