Archives quotidiennes : 14 juillet 2013

Protection de la santé et de l’environnement : nouveau droit d’alerte pour les salariés

Tout salarié peut désormais alerter son employeur s’il constate l’existence d’un risque grave pour la santé publique ou l’environnement. Si l’employeur conteste le bien-fondé de cette alerte ou n’y donne pas suite dans le mois qui suit, le salarié qui … Continuer la lecture

Publié dans alerte, CHSCT, connaissances, danger, discrimination, dommage, droit, employeur, entreprise, environnement, formation, grave, obligations, Préfet, produit, protection, salarié, Santé, Santé et sécurité, Santé publique, scientifiques, travailleurs | Commentaires fermés sur Protection de la santé et de l’environnement : nouveau droit d’alerte pour les salariés

Que peut-il se dire dans un cabinet de médecine générale ? Histoire de consultation 152.

Quand je raconte en privé (en famille ou avec des amis) ce que je dis entendre et ce que je dis dire lors de consultations de médecine générale, mes interlocuteurs poussent des cris. Ce n’est pas possible de raconter sa vie de cette façon, disent-ils à propos des malades, moi, rajoutent-ils, je n’imagine même pas raconter de telles choses à mon médecin.
Avec le temps j’ai fini par m’y faire. Mes consultations, c’est mon espace privé, c’est un lieu, en théorie, où les patients devraient se sentir bien, même s’ils sont malades, où ils pourraient s’exprimer sans crainte. Je ne dis rien de ce que disent mes proches, je ne commente pas les commentaires. 
A d’autres moments, en entendant ma famille ou mes amis me raconter ce qu’ils disent que leur médecin leur a dit et / ou conseillé, je suis étonné de l’intimité des propos et des « conseils » donnés par le médecin, non, selon moi, en tant que médecin (il faudra qu’un jour nous éclaircissions la notion de « ce qu’est un médecin » d’un point de vue sociétal et, plus particulièrement un médecin généraliste), mais en tant qu’homme ou femme ayant en théorie une expérience de la vie ou des autres. Mes propos sont vagues parce que je ne sais pas comment définir le type des propos rapportés et probablement tenus par les médecins des membres de ma famille ou de mes amis et me demande comment eux, si prompts  à se moquer des propos de mes patients, peuvent accepter que leurs médecins leur tiennent de tels propos de café du commerce touchant à l’intime.
Sur ce blog, Dr Bill a écrit les commentaires suivants : 
Les propos de m bronner me font penser à une réflexion que je me suis faite il y a longtemps: le cadre de la médecine générale est un théâtre d une incroyable liberté qui échappe à tout controle. 
Et Martine Bronner a répondu ceci que je cite en partie mais que vous pouvez retrouver in extenso ICI :
mais qui peut prescrire des toxiques et en user, peut maîtriser, commander aux rêves…toucher à l’Interdit. Et qui connait l’intime,le corps réel,celui que seul le mari ou la femme peut connaître…sans compter l’autre intimité, celle de l’histoire du corps de ce patient. Même pour se marier, pour ce lien social hautement symbolique, la preuve en est ce qui se passe en ce moment, même là il faut passer chez le généraliste! 
C’est le mystère de la médecine générale. Non ?
Je voudrais également dire ceci qui a un rapport très fort avec cette intimité de la consultation de médecine générale : les médecins ont tendance à trop s’exposer. Ils ont tendance à trop en dire, non pas tant mais aussi, comme on l’a vu plus haut, en prodiguant des conseils plus ou moins éclairés, mais en disant sur eux-mêmes. « Et vous, docteur, vous allez où en vacances ?… Vous avez des enfants ?… Et elle fait quoi, vot’dame ?… » Car le consulté en puissance a besoin de savoir, au delà du diplôme de médecine qu’il sait que vous avez obtenu (mais pas toujours dans quelles conditions), à qui il parle. Mes patients d’origine africaine, qu’il s’agisse du Maghreb ou de l’Afrique sub saharienne, sont habitués à connaître les parents de leur voisins, leurs cousins, leur famille, d’où elle vient, ce qu’elle fait,  à demander de leurs nouvelles en les citant un par un, ce pourquoi les retrouvailles sont parfois longues, mais le futur consulté européen a également besoin de repères s’il parle de sa femme (de son mari), de ses enfants, petits-enfants ou grands-parents : le consultant, quel est son statut de père, de mère, de parents ou d’enfants ou ses préférences sexuelles ? Toby Nathan, l’ethnopsychiatre, rapportait une consultation qu’il avait eue avec un Africain où, après lui avoir posé une question sur sa famille, celui-ci lui avait demandé de façon presque agressive : « De quel droit me poses-tu ces questions ? Je ne te connais pas. Je ne connais pas ton père, ta mère, tes grands-parents, je ne connais pas l’histoire de ta famille, ce que font tes enfants, quel métier ils exercent et toi, comme cela tu me poses des questions sur ma femme. Mais de quel droit ? « 
La médecine occidentale touche à l’intime, je ne parle pas seulement du toucher, du palper mais de l’intime cérébral, la vie amoureuse, professionnelle, sexuelle, parentale, les médecins se sont introduits dans les chambres à coucher avec l’accord de la société. Les patients y sont prêts quand ils parlent en consultation de l’échec scolaire de leur enfant, de leur peur de la mort, de leur impuissance, de leurs envies, de leurs rapports non protégés, mais cette intimité a une réciprocité, connaître aussi l’intimité du médecin, voire ses idées politiques, sa façon de manger, fume-t-il (elle), baise-t-il (elle) et avec qui, combien a-t-il d’enfants, en quelle classe. Et nombre de médecins se laissent aller à des confidences (transferts, contre-transferts) sur leur propre vie comme s’ils devaient se justifier : il faut avoir eu des enfants pour faire de la pédiatrie, il faut être marié pour parler de la sexualité dans le mariage, et cetera. Ne pas se livrer est la meilleure façon de ne pas faire de burn out.
Et je vous le dis tout de suite : 34 ans de médecine générale rend la vie du médecin généraliste presque transparente pour ses patients. C’et pourquoi, par exemple, j’ai toujours refusé de mettre des photos de mes enfants dans mon cabinet car c’est eux que je ne voulais pas exposer aux regards. Mais j’en ai souvent trop dit et je l’ai toujours regretté.
Histoire de consultation 152. 
Monsieur A, 68 ans, vit entre la France et le Maghreb où il est né. Ancien ouvrier de chez Renault, il a désormais la nationalité française. Des élections cantonales partielles ont eu lieu les deux dimanches précédents et le représentant de l’UMP, qui avait été condamné, entre autres, à une période d’inéligibilité de 6 ans pour corruption passive et abus de biens sociaux, a été élu. Pierre B*** a même été élu facilement au deuxième tour alors que le nombre des votants était très faible (72,5 % d’abstention). Peu importe. Les conversations que j’ai eues avec les patients m’ont appris qu’il y avait eu un fort vote d’origine immigrée pour le futur conseiller régional alors que dans le Val Fourré même Sarkozy avait fait de très petits scores aux présidentielles. Ainsi, dans les élections locales, il n’y a pas que la gauche qui espère capter le vote des immigrés, fussent-ils, ici, Français.
Le patient : Moi j’ai voté B***, il a fait de belle choses ici.
Docteurdu16 : Il a quand même été pris les doigts dans le pot de confiture.
La patient : ils le font tous, docteur. Et d’ailleurs, je n’aurais pas voté pour la socialiste avec leur truc sur le mariage pour tous.
Docteurdu16 : Oups ?
Le patient : Ben oui, docteur, le mariage, c’est un homme et une femme, vous n’êtes pas d’accord ?
Docteurdu16 : Heu, moi, vous savez, le mariage pour tous, je n’étais pas contre. Mais pour vous, Monsieur A, le mariage, c’est quand même un homme et deux femmes…
Blanc sur la ligne. Il hésite et part d’un grand éclat de rire.
Le patient : Vous êtes au courant ?
Je suis au courant.
(Monsieur A, 68 ans, a une femme en France, des enfants et des petits enfants et il s’est marié l’an passé religieusement dans son pays avec une jeunesse d’à peine 30 ans — source familiale)
Des sources locales m’ont confirmé le vote massif des Français musulmans de mon coin pour le futur conseiller régional en raison du mariage pour tous. Dégâts collatéraux que ne dénonceront jamais les socialistes pour attitude politiquement correcte avancée.
Les journaux parlent-ils de cela ?
(Illustration : Georges Duhamel – Médecin, écrivain français. 1884 – 1966. L’inventeur du Colloque Singulier)

Continuer la lecture

Publié dans burn-out, CE QUI SE DIT DANS UN CABINET, COLLOQUE SINGULIER, CONSULTATION, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Que peut-il se dire dans un cabinet de médecine générale ? Histoire de consultation 152.

On Melancholy Hill – Gorillaz

Classé dans:Musique et Arts Continuer la lecture

Publié dans Musique et Arts | Commentaires fermés sur On Melancholy Hill – Gorillaz

Woodkid à Fourvière 2013

J’ai bien failli y aller. Cela ne s’est pas fait. C’est compliqué, comme on le dit sur Facebook. Le petit sanglot (?) quand il commence Baltimore’s Fireflies, sur I come back home and start to cry, est un peu curieux, mais j’imagine ce que peut ressentir un lyonnais expatrié (à New-York), sur la scène de […] Continuer la lecture

Publié dans Musique et Arts | Commentaires fermés sur Woodkid à Fourvière 2013

UsVsTh3m

Vous avez quelques heures à perdre pour rire, être étonnés (ou les deux), vous lisez l’anglais et vous êtes fan de l’humour britannique, je vous conseille donc le site UsVsTh3m. C’est un immense capharnaüm typique de la toile, qui rassemble des dizaines, des centaines de liens étranges, surprenants, drôles, surréalistes… Woman mistakes man mistaking her […] Continuer la lecture

Publié dans web | Commentaires fermés sur UsVsTh3m

Le Baromètre de la e-santé 2013

La deuxième édition de ce sondage sur l’avenir de la e-santé, dévoilé par le Groupe AEF et le Cercle des Décideurs Numérique & Santé à l’occasion du colloque numérique santé & autonomie (Paris, les 4 et 5 juillet), montre que l’indicateur de confiance global enregistre une très légère progression à 4,80/10 à deux ans (contre 4,72 par rapport à 2012) et de 6,42/10 à cinq ans (6,40). Les six indices qui le composent évoluent peu, à … Continuer la lecture

Publié dans TIC santé / e-administration | Commentaires fermés sur Le Baromètre de la e-santé 2013

Le rapport sur l’évolution du prix et du contenu des contrats ayant ouvert droit à l’ACS en 2012

Le Conseil de surveillance du Fonds CMU s’est réuni le 20 juin pour examiner trois rapports importants : le rapport d’activité 2012, le rapport « Couts moyens » des bénéficiaires de la CMU-C et le rapport « Prix / Contenu » des contrats ACS. Ce dernier était le seul à ne pas avoir été publié. C’est fait depuis le 10 juillet 2013 sur le site du Fonds. Pour l’année 2012, 52 Organismes complémentaires couvrant 66 % des … Continuer la lecture

Publié dans Actualité santé | Commentaires fermés sur Le rapport sur l’évolution du prix et du contenu des contrats ayant ouvert droit à l’ACS en 2012

Au mauvais endroit, au bon moment

Un dimanche en suite de couche. Je suis avec une étudiante sage-femme pour préparer sa clinique. C’est sa première clinique, donc non notée ; mais je me souviens de ma première clinique, du stress qui l’avait accompagné, et des sages-femmes sympa qui m’avait aidé à la préparer. On était donc là, le travail de la […] Continuer la lecture

Publié dans journal | Commentaires fermés sur Au mauvais endroit, au bon moment