Archives quotidiennes : 12 juillet 2013

De plus en plus d’erreurs dans le calcul du montant des pensions de retraite nouvellement attribuées !

En 2012, les organismes de la branche vieillesse ont liquidé 605 545 pensions de retraite au titre d’une première attribution (en réduction de 4 % par rapport à 2011).
En 2012, la Cour des comptes constate que 9,1 % des pensions de … Continuer la lecture

Publié dans audit, erreur, fraude, montant, paiement, pénibilité, pension, retraite, risque | Commentaires fermés sur De plus en plus d’erreurs dans le calcul du montant des pensions de retraite nouvellement attribuées !

Monsieur Bitàlair (4)

Résumé de l’épisode précédent
Babeth, l’auxiliaire à couettes, doit faire « l’entretien du logement et l’aide à la toilette » chez Monsieur Bitàlair qui, comme son nom l’indique… Bref.
Problème numéro un : l’état du logement.
Problème numéro deux : l’état du bénéficiaire
Problème numéro trois : les deux ensemble.
Bref, c’est pas gagné.
À la fin de l’épisode précédent, Monsieur Bitàlair a accepté de sortir de son lit. Babeth doit maintenant profiter de l’occasion pour lui proposer une aide à la toilette (autrement dit, une douche et un change complet).

Monsieur Bitàlair se tient maintenant devant moi. Debout, il est moins impressionnant. Faut dire qu’il est vieux… et tout tordu… et pas très stable sur ses jambes. Mais il est toujours aussi en colère. Les insultes pleuvent. Inutile de répondre, ça ne ferait qu’envenimer la situation. Pourtant ça me démange. J’ai tout à la fois envie de soupirer, l’insulter, rigoler, partir en claquant la porte, gueuler un bon coup, manger un sandwich (oui, j’ai faim).
Mais je ne fais rien. Je le regarde et j’attends. Et je le lui dis.
– Je suis payée pour venir vous faire une aide à la toilette, Monsieur Bitàlair. J’ai tout mon temps, vous êtes le dernier sur mon planning, alors je vais attendre que vous ayez fini de m’insulter mais je ne partirai pas d’ici sans avoir fait mon travail.
Purée, parfois, je m’épate moi-même! Oui parce qu’en vrai j’ai plutôt envie de lui dire « casse-toi pov’con! » mais ça ne serait pas très professionnel, et puis il est chez lui, c’est plutôt à moi de partir.
Silence. Monsieur Bitàlair est venu à bout de son stock d’injures. Il avance vers moi, je m’écarte pour le laisser passer tout en lui demandant où se trouve la salle de bain. Pas de réponse. Forcément, après les injures, le mépris. Bien bien bien, je vais chercher toute seule alors. Pendant que Monsieur Bitàlair se grille une clope dans la cuisine (la douce odeur de tabac/pisse/crasse, un délice qui me fait immédiatement passer ma petite fringale), je trouve la salle de bain. Je prépare des vêtements propres (enfin, je prépare ce que je trouve), règle l’eau de la douche… et j’attends. Monsieur Bitàlair ne bouge pas. Bon, si le bénéficiaire ne vient pas à toi, tu iras vers le bénéficiaire (proverbe inventé à l’instant).
– Monsieur Bitàlair, vos affaires sont prêtes, on peut y aller?
– Non! Casse-toi salope!
– Monsieur Bitàlair, vous me l’avez déjà demandé tout à l’heure, et je vous ai déjà répondu que je n’en ferais rien. Je vous attends.
Mon calme m’étonne. C’est le calme avant la tempête. Parce qu’en vrai, je le regarde, et il me donne envie de vomir. En vrai. Il est sale, il est moche, il pue, d’ailleurs tout est sale et moche et pue chez lui, une heure ne suffira jamais, il faudrait des jours pour venir à bout de la crasse ambiante. Je suis abattue. Je suis là, debout devant lui, je l’attends bêtement, et lui il fume sa clope sans même me regarder, il se fout pas mal de tout ça, il veut juste qu’on lui foute la paix.
Que dois-je faire? Quelle est la bonne posture professionnelle?
Je pourrais le laisser tranquille. Après tout, rien ne l’oblige à se laver s’il n’en a pas envie. Et puis c’est pas mon problème s’il est sale et qu’il pue. Et puis je vais quand même pas le forcer! De quel droit le ferais-je?
Je pourrais faire autre chose en attendant qu’il se décide. Vaisselle, balai, poussière, lit, lessive… Tout en fait! Et partir au bout d’une heure, toilette ou pas toilette.
Je pourrais appeler Madame Grandchef pour lui exposer la situation. Ouais mais ça la fout mal, ça fait genre « je suis débutante et je sais pas quoi faire ». Et puis Madame Grandchef va mal le prendre. Et puis qu’est-ce que je vais lui dire d’abord?
Je pourrais partir en claquant la porte. Après tout je suis payée pour être auxiliaire de vie, pas pour me faire insulter.
Je pourrais lui parler. Oui mais pour lui dire quoi? L’amadouer? Négocier? Me mettre en colère? Merde, c’est pas un gosse, il n’est pas sous tutelle, il n’est pas dément, il faut que je puisse instaurer une relation normale avec lui.
Je pourrais le forcer. Euh, non, je pourrais pas en fait!
Je pourrais transiger. Voilà. M’adapter à la situation. Trouver le compromis qui soit le moins pénible pour lui et pour moi.
Reste à savoir comment.

À suivre. Continuer la lecture

Publié dans auxiliaire de vie | Commentaires fermés sur Monsieur Bitàlair (4)

L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

Le SNADEOS CFTC a mis en ligne cette semaine le compte rendu de la RPN concernant la classification des Agents de direction du 2 juillet 2013. Pour cette troisième RPN, « le directeur de l’UCANSS et ses services ont développé une première réflexion assez intéressante sur la mobilité des agents de direction et une nouvelle logique étendue des entretiens de carrière avec les caisses nationales ». Lors de la RPN classification … Continuer la lecture

Publié dans L'emploi à la Sécu | Commentaires fermés sur L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

Erreurs médicales : les logiciels d’aide à la prescription mis à l’index

Les logiciels d’aide à la prescription, massivement utilisés dans les hôpitaux, conduisent parfois à des erreurs fatales. Le Parisien évoque le cas d’une patiente décédée à Versailles (Yvelines) à la suite d’une allergie médicamenteuse. Or on sait désormais, grâce au rapport de la commission régionale de conciliation et d’indemnisation du 4 mars 2013, que ce décès est dû à une défaillance informatique. Selon ce rapport que s’est … Continuer la lecture

Publié dans TIC santé / e-administration | Commentaires fermés sur Erreurs médicales : les logiciels d’aide à la prescription mis à l’index

Echelle d’anxiété de COVI

L’échelle d’anxiété de COVI est citée  dans la lettre réseau qui a été adressée aux médecins conseils pour les aider à faire le diagnostic des affections psychiques graves qui entraînent une incapacité permanente prévisible égale ou supérieure à 25%, autorisant … Continuer la lecture

Publié dans affections, angoissé, anxiété, conseil, consolidée, COVI, CRRMP, dépression, difficultés, échelle, EGF, évaluation, gravité, incapacité, IPP, MADRS, maladie professionnelle, médecins, nerveux, oppression, permanente, psychiatrie, psychiques, Santé mentale : échelles de mesures, outils d'évaluation, tachycardie | Commentaires fermés sur Echelle d’anxiété de COVI

Mariage au NEJM : on attend les enfants

Les groupes se réorganisent rapidement : la famille JAMA a 10 revues dans JAMA Network, la famille Lancet s’agrandit avec Lancet Global Health, la famille BMJ, avec BMJ group est plus ancienne. Le NEJM était seul (comme encore les Annales of Internal Medicine), et avec un autre produit ancien Journal Watch, ils fondent le NEJM Group avec un nouveau logo…. Continuer la lecture

Publié dans Vie et mort des journaux | Commentaires fermés sur Mariage au NEJM : on attend les enfants