Archives quotidiennes : 14 mai 2013

Cancer du sein : L’acte doublement couageux d’Angelina Jolie

Angelina Jolie a choisi de raconter comment elle avait pris la décision de subir une double mastectomie pour diminuer son risque de développer une forme particulièrement agressive de cancer du sein. Une démarche courageuse qui a un double intérêt : informer les femmes porteuses de la même anomalie génétique et montrer le rôle important que …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans BRCA1, cancer, CANCER DU SEIN, géne mutation, mastectomie préventive, MEDIAS INFORMATION DES PATIENTS | Commentaires fermés sur Cancer du sein : L’acte doublement couageux d’Angelina Jolie

La case départ, encore ?

Nouveau semestre.
Le parachute a été plus prompt à s’ouvrir. Mes chevilles n’ont pas souffert à l’atterrissage. Je crois que je prends plus rapidement le pli. L’expérience, peut-être. 
Un quatrième semestre, un nouveau semestre. Et déjà la moitié de mon internat achevé. Retour aux sources. Le CHU. Matrice féconde de mon entité soignante, celle contre laquelle je me suis tant révolté étudiant. 
Il y a deux ans, à propos de l’ubuesque échec de l’épreuve de LCA aux ECN, j’avais écrit sur ce blog :

«  »Faculté à étudiant en détresse, je ne vous reçois pas. »
J’aimerais croire que c’est mon poste récepteur qui est défaillant, et que ce message tourne en boucle dans l’atmosphère hertzienne. Mais, je suis sceptique.
Sinon nos élus, notre faculté n’a toujours pas donné de signes de vie. Quel est l’avis du doyen ? Ses conseils ? Ses encouragements ?
Silence radio sur la ligne qui relie les étudiants de la faculté de médecine de … à son califat. 0 sur 5.
Silence radio depuis… La PCEM 2 peut-être, où notre doyen était venu nous féliciter de la réussite du concours de PCEM 1, cette même équipe pédagogique qui avait évoqué que sans mention au bac, point de salut. Je me gausse, s’il savait… 
Mais tout ça, c’est du passé. Aujourd’hui, rien. Dans quelques autres facultés, on parle déjà d’étendre le mois sans solde et de mettre en place des conférences de LCA pour sculpter un peu plus les silhouettes olympiennes de leurs élites. De mon  côté, je me demande simplement si j’aurai le droit de ne pas quitter trop tard les urgences pédiatriques pour plancher sur mes cours et annales.
Le calife est silencieux, son bon vizir l’est aussi, trop occupé à devenir calife à la place du calife. Nous regardons les autres facultés relever des étudiants tombés sur le champs de bataille ; à l’ouest, rien de nouveau. »

Il y a quatre ans, au sujet d’énièmes sessions de « rattrapages pour tous », j’avais écrit :

« La Faculté de médecine de … est une cave sombre. Des bas-fonds sordides dans lesquels se développent les réseaux arachnéens que tissent le doyen et ses sous-fifres.
Règnent dans ces ténèbres permanents les mains anémiées, mais ô combien agiles, de ces marionnettistes aveugles qui ne voient pas venir la chute.

Des araignées qui tapissent dans les ombres glacées de la cave du CHU la toile de l’échec.

Rappelons ici qu’aux dires du chef de cette noble entreprise, l’échec de plus de deux tiers d’une promotion dans une matière – dont les antécédents pédagogiques sont déjà lourdement chargés – ne peut-être que d’origine étudiante.

Nous abhorrons la structure qui est censé bâtir les fondations de notre profession future. Nous vous haïssons, vous et votre vision passéiste d’un enseignement qui n’est que le spectre de souvenirs qui vous hantent. 

Comment vous faire comprendre que les temps changent, que les étudiants ne nourrissent plus le désir de s’enliser dans les ténèbres de cette univers que vous glorifiez ? 

Il faut qu’un journaliste frappe au seuil de votre institution pour que votre infernale machinerie fasse marche arrière.

Comment ne pas vomir ce système ? Comment ne pas détester cette faculté ? Et pourtant, j’aime profondément ce pourquoi je foule son sol corrompu, laissé à l’abandon.

Car vous l’avez abandonné en désignant seul coupable des étudiants face à un échec dont il est flagrant que vous en être les principaux auteurs. »

Il y a 6 ans, après l’échec de plus de la moitié de ma promotion à l’examen de sémiologie, j’avais écrit un papier dans le journal de la faculté :

« La pédagogie est un art qui s’apprend et se modèle.
[…]
Vos titres de professeur ne sont rien d’autres que des mots, tristes illusions de pouvoir et de puissance. Arrêtez de nous faire croire en cette omniscience ridicule et redescendez sur cette bonne vieille terre où il n’y a pas si longtemps, vous traîniez vos godillots usés, avides de connaissances.
Et vous, M le Très Puissant …, médecin … et spécialiste du …, derrière votre masque de clown puéril, que se cache-t-il? Une marionnette scientifique grisée par ses capacités ignorées? Auriez vous besoin que je vous redéfinisse la vraie nature de la sémiologie? L’étude des symptômes et des signes pathologiques et non les principes biophysiques d’un appareillage dont vous êtes le spécialiste. 
 […]
Quand à vous, passéistes étriqués aux morales figées, cessez de projeter sur le corps estudiantin votre haine de ce système hospitalier et universitaire. S’il est ce qu’il est maintenant, à qui la faute? »
Je me rappelle enfin de mes premiers pas dans cette faculté, jour de la pré-rentrée de PCEM 1. Je ne connaissais personne. J’avais changé de région un mois plus tôt, laissant derrière moi une année folle à Lyon. Je revois cette tour se dresser lentement devant moi tandis que nous glissions sur le périphérique urbain. Aujourd’hui encore il m’arrive de ressentir les échos puissants du charisme que m’avait d’abord inspiré ce colosse de béton. Une ombre intimidante que j’étais alors pressé de conquérir. 
Aujourd’hui, je circule dans ses entrailles d’amiante comme en territoire conquis. J’appréhendais mon retour au bercail. Je souris maintenant à la  lecture de ces quelques textes écrits pendant mes études, et à leur véhémence pompeuse.
Le CHU, ce géant qui n’en est pas un.
Parce que désormais je le connais, je souris à l’étudiant que j’étais il y a peu.
Parce que je sens sa respiration épuisée souffler sur ma nuque, je comprends que son ombre est une illusion. Son charisme est une illusion. Percé à jour, il ne me fait plus peur.
Fort de toute la richesse d’un internat de médecine générale, fort des rencontres de la médecine 2.0, j’aborde avec une sérénité nouvelle ce stage en CHU.
Voici un lien indispensable pour comprendre l’échec de l’épreuve de LCA aux ECN 2011 : ICI


Contrat Creative Commons

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La case départ, encore ?

Une amende historique de 40 millions d’euros pour le groupe pharmaceutique Sanofi dans les génériques

C’est une première en France mais aussi en Europe. Saisie par le génériqueur Teva, l’Autorité de la concurrence sanctionne durement Sanofi Aventis pour dénigrement de produits génériques concurrents au célèbre Plavix, un anti-agrégeant plaquetaire. Le laboratoire pharmaceutique français se voit ainsi condamné à une amende de 40,6 millions d’euros, un chiffre qui n’est sans doute pas loin de correspondre aux bénéfices annuels réalisés en … Continuer la lecture

Publié dans Actualité santé | Commentaires fermés sur Une amende historique de 40 millions d’euros pour le groupe pharmaceutique Sanofi dans les génériques

La prévention des risques psychosociaux au travail doit être améliorée, estime le CESE

Cinq ans après l’Accord national interprofessionnel sur le stress au travail de 2008 puis, en 2009, le plan d’urgence sur la prévention du stress en France, le Conseil Economique Social et Environnemental a souhaité faire le point sur la question de la prévention des risques psychosociaux dans un contexte de crise économique qui n’a fait qu’amplifier ces difficultés. Dans un projet d’avis relatif à « la prévention des risques … Continuer la lecture

Publié dans Risques professionnels | Commentaires fermés sur La prévention des risques psychosociaux au travail doit être améliorée, estime le CESE

Payname : le Paypal de l’URSSAF

Payname, start-up française en pleine naissance, est une application de paiement pour déclarer à l’Urssaf et payer tous les services entre particuliers comme le ménage, la garde d’enfant, le montage de meuble, l’assistance informatique, le soutien scolaire, le jardinage., en un seul clic, tout en profitant de 50% de réduction d’impôt. « Payname, c’est un peu le Paypal et l’URSSAF dans un même service », souligne un article de … Continuer la lecture

Publié dans L'actualité des sites Internet et réseaux sociaux | Commentaires fermés sur Payname : le Paypal de l’URSSAF

Les mots ragent (i)

Je crois bien que je suis maudit. A croire qu’il m’est impossible de passer plus de quelques heures à l’hôpital sans tomber sur une situation sordide, choquante, ou irrespectueuse. A croire que les hommes qui hurlent depuis leur chambre jusqu’au … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans coup de gueule, DFGSM 2, Ethique, études, étudiant, Hôpital, médecin, médecine, Méthode, P2, Santé, soins, Stage, Vocation | Commentaires fermés sur Les mots ragent (i)

Addendum

 
Certains se sont sentis blessés par le billet précédent. D’où ce nouveau billet pour clarifier ma position.
Loin de moi l’idée que les sages-femmes soient les seules en capacité de…  La plupart de nos actes peuvent être assurés et […] Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, accouchement, Militer, relation soignantsoigné, sage-femme | Commentaires fermés sur Addendum

Adélaïde, 95 ans

Nous sommes assises dans sa cuisine. Il y a trop de choses sur la table, j’ai dû me faire une petite place pour poser mes affaires. Elle m’explique que les douleurs sont là, un peu plus fortes que le mois dernier. Elle pense que c’est le temps. Nous savons toutes les deux que ces douleurs ne la gênent pas tant que ça, en grande partie parce qu’elle ne s’écoute pas. Quand je suis arrivée elle nettoyait le perron à grande eau. Il fait un peu froid dans cette cuisine, elle vient d’aérer, elle m’a déjà expliqué une des fois précédentes que c’est grâce à tout ça qu’elle est encore là. L’aération, l’activité, le secret de la vieillesse en bonne forme…

Je souris et avant que je lui réponde, elle enchaîne « mais nous n’allons rien faire, hein ». Je confirme. Et j’ajoute que j’ai l’impression qu’elle s’est voûtée cet hiver, plus qu’avant et que c’est assez logique qu’elle ait mal. Ça doit sacrément se tasser dans ses vertèbres. Elle poursuit, non elle n’est pas allée chez le cardiologue même si elle m’avait promis qu’elle irait au printemps, de toute façon pour quoi faire, elle pense que je gère tout ça très bien. J’ai peu d’arguments à lui opposer…

Elle me dit qu’elle est fatiguée. Elle répète plusieurs fois qu’elle est vieille. Et bientôt plus encore car son anniversaire approche. Dans un sourire, elle me glisse qu’elle aimerait mourir dans son sommeil. Elle me demande ce que j’en pense, si ce serait mieux comme ça. Je bredouille un oui, ça serait mieux, je me sens un peu con face à cette question. Elle poursuit, mourir elle y pense, elle sait que ça va venir, elle a vécu assez longtemps, ça l’embêterait bien d’aller à l’hôpital. Elle change de sujet et me raconte les derniers potins du village.

Quand je sors de chez elle, je regarde le ciel. Oui, elle va mourir. Et si je crois qu’elle fêtera son prochain anniversaire, je ne pense pas qu’elle verra le suivant. Quel que soit le moment où ça arrivera, j’espère que ce sera comme elle le souhaite.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Adélaïde, 95 ans

Publication double (avec auto-plagiat traduit) en urologie entre Mondor, La Pitié-Salpétrière et Aulnay-sous-Bois. Des auteurs qui connaissent les règles d’éthiques des publications, mais ne les respectent pas…

Note ajoutée le 15 mai : un des co-auteurs, Dr M Rouprêt, m’a informé qu’il s’agissait d’un quipropquo et d’une mauvaise communication entre les auteurs. C’est possible, et en ce cas, je m’excuse et je confirme bien la probité des auteurs. Je n’ai pas la version du premier auteur, ni la confirmation de rétractation d’une des publications. Comme dit dans… Continuer la lecture

Publié dans Critères d'auteurs, Double publication, Plagiat | Commentaires fermés sur Publication double (avec auto-plagiat traduit) en urologie entre Mondor, La Pitié-Salpétrière et Aulnay-sous-Bois. Des auteurs qui connaissent les règles d’éthiques des publications, mais ne les respectent pas…