Archives quotidiennes : 9 mai 2013

Darwin avait prévu les morts nosocomiales

Dans les grandes villes du Moyen-Âge, les Hôtels-Dieu avaient charge d’accueillir les plus déshérités : pauvres, impotents, vieillards et malades. On y soignait surtout l’âme, car les médecins et chirurgiens-barbiers préféraient exercer leur art en dehors de ces lieux de … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans darwin, diversité, Hôpital, infections nosocomiales, médecine, Santé publique | Commentaires fermés sur Darwin avait prévu les morts nosocomiales

Les citoyens ont aussi le droit de ne pas être « bien » traités.


Alors que certains organisent des colloques sur la sur et la sous-médicalisation (ICI) sans se poser la question plus pertinente de la non médicalisation de la vie, ce qui permet de faire porter aux médecins la responsabilité des sur diagnostics et des sur traitements et d’en exonérer les citoyens naïfs et vertueux par essence comme en témoigne l’entreprise de décervelage généralisé appelée médecine 2.0, ses promoteurs tentant de faire confondre contenant (le net) et contenu (la conversation de café du commerce),

alors que d’autres médecins préconisent, sans oublier de se positionner à gauche, la liberté absolue de tout et de rien, un monde sans tabou en quelque sorte, avec cannabis et cocaïne délivrés par la SEITA (1), 84 marques de pilules contraceptives dans les pharmacies, Diane 35 dans les supermarchés à côté des crèmes de beauté, la GPA pour tous et toutes (2), le hors AMM à la portée du stylo et comme preuve auto proclamée d’efficience du prescripteur, le baclofène introduit dans les bouteilles de vins et de spiritueux, le gardasil comme pari de société, la cigarette électronique comme solution élégante au problème du tabagisme et de l’oralité auto-destructrice, j’en passe et des meilleures, le ROSP comme moyen sans douleurs d’améliorer son quotidien (LA),

alors que des médecins certains de leur savoir, les mêmes qui condamnaient jadis, enfin, pas tous, le paternalisme médical, les mêmes qui défendent l’EBM en ne la connaissant pas ou qui la dénigrent en ne la connaissant pas plus, ces médecins persuadés d’appartenir à l’élite sur informée qui est abonnée à La Revue Prescrire en la lisant ou en ne la lisant pas, ces médecins forts de leur mission évangélique, ces médecins, lassés de la médecine générale qui consacrent leur énergie à faire de la gérontologie ou de la mésothérapie ou de l’homéopathie (3), sans compter les médecins qui pensent que La Revue Prescrire édite des fatwas et que rien de mieux n’existe que l’expérience personnelle, l’avis d’expert ou la conscience intime d’avoir raison, alors que certains médecins prétendent lutter contre les vieilles lunes du paternalisme médical, ils préconisent, pour le bien, jamais pour le mal, de nouvelles techniques de coercition, l’analyse freudienne, coco, c’est plus à la mode, les techniques cognitive-comportementales, coco, c’est trop ringard, des techniques pour que les patients fassent des régimes, arrêtent le tabac, prennent leurs médicaments, n’oublient pas leurs dosages trimestriels de critères intermédiaires (HbA1C par exemple), techniques que l’on appelle Entretien Motivationnel (ah, la motivation, un des mots clés du monde moderne, si vous n’êtes pas motivé, vous êtes un khon, motivé à consommer pour sauver l’économie, motivé à aimer votre prochain comme vous-même, motivé à croire en l’école républicaine, motivé à être un anti raciste, motivé à dépister les liens et conflits d’intérêts des autres), Education Thérapeutique, Empowerment, Disease Management (4), Share Decision Making, Paiement à la Performance (LA), ou Week-ends d’appropriation… (5)

Et ainsi le médecin lambda, fort d’une formation accélérée sur Internet, mais aussi grâce au DPC (Développement Professionnel Continu, LA), le nouveau machin inventé par les syndicats et leurs officines pour gagner de l’argent en préconisant les Recommandations souvent falsifiées de la HAS (ICI et LA), pourra préconiser, prescrire, administrer des techniques de conditionnement pour que ses malades, et a fortiori ses non malades, fassent ce que l’Etat de l’Art a décidé. Le médecin lambda prescrit une statine à un (e) patient (e) qui n’en a pas besoin, une statine qu’il ne prend pas régulièrement, seulement quelques jours avant l’évaluation d’une anomalie lipidique (EAL), et lui administre des exercices de motivation pour qu’il soit observant…

Mais le médecin blogueur ou gazouilleur lambda, pardon pour les généralisations et pardon pour ma non citation partielle, partiale ou exhaustive, des blogs et des tweets, ne voulant pas, contrairement à mes habitudes dénoncées par des blogueurs et des gazouilleurs indignés, faire d’attaques ad hominem, non seulement est persuadé du bien fondé de ses connaissances mais pratique également, et de façon anonyme (le contraire serait quand même surprenant car ils finiraient un jour ou l’autre par prendre un pain dans la tronche), le médecin ou gazouilleur lambda aime pratiquer le patient bashing. « Allo ?  Un patient qui ne sait pas prononcer infarctus ? » « Allo ? Un patient qui ne veut pas de médicaments génétiques ? »   » Allo ? Un patient qui continue de fumer après un pontage ? » Cela le déstresse de sa vie difficile, de son métier prenant, de ses inquiétudes existentielles, que de dire du mal de son patient crétin qui, diabétique, continue de boire du coca influencé en cela par les publicités inondant les écrans de télévision…

C’est pourquoi, sachant tout cela, ce que j’ai trop rapidement décrit, c’est à dire les méthodes marketing, l’arrogance des médecins, leur paternalisme éclairé, leur patient bashing, le citoyen, patient, malade, a, finalement le droit, comme tout un chacun d’être mal soigné, de choisir le spécialiste qu’il veut, de ne pas prendre ses médicaments anti hypertenseurs, de ne pas faire d’exercice physique, de ne pas pratiquer le sport, de trouver que Sophia, c’est génial, de refuser  les entretiens motivationnels, les psychothérapies sauvages, les conseils avisés, les séances de kinésithérapie, les adressages non justifiés chez des spécialistes ou les séances d’ostéopathie.

Ce droit inaliénable à pouvoir faire ce que l’on veut, quand on veut, au moment où on le veut, le principe du néolibéralisme rawlsien, que les citoyens consommateurs de santé s’en emparent, qu’ils en fassent ce qu’ils veulent, qu’ils se mettent sous la coupe des marchands de l’e-santé, qu’ils créent des associations sponsorisées par Big Pharma ou par des Agences Conseils en Publicité, qu’ils parlent sur des forums hébergés par des sites commerciaux, qu’ils se livrent pieds et poings liés aux gourous, aux faux médecins, aux vrais médecins, aux dépasseurs d’honoraires, aux partisans des traitements expérimentaux (et non expérimentés), aux professeurs médiatisés, aux presque professeurs sur médiatisés qui « expertisent » dans tous les médias, qu’ils en profitent, qu’ils imposent même des traitements à des médecins considérés comme des opérateurs, à des médecins dont le seul boulot est de faire de la technique, le ménisque droit, le wirsung, le pipi au lit…

A suivre…

Notes.
(1) Ce sont donc ces mêmes médecins, que l’on ne critique pas mon globalisme, c’est un tel foutoir idéologique que personne ne reconnaît plus rien quand les gauchistes préconisent la libéralisation des drogues en se mettant dans le même ligne politique que la trop fameuse OMS dont les experts en addictologie diraient pour une fois la vérité selon le principe bien connu qu’une montre en panne dit la bonne heure deux fois par jour (ICI), dans le fil éditorial de The Economist, le fameux journal marxiste britannique (ICI) ou dans celle des libertariens américains d’extrême-droite qui votent cocaïne et NRA au nom de la régulation du marché, mais je ne suis pas un spécialiste de ces questions, merci beaucoup de me le faire remarquer, bien que j’aie lu les éléments de langage (sic) fournis par la Fédération Française d’Addictologie (LA) qui permettent au pékin lambda (moi) de différencier légalisation, dépénalisation, décriminalisation et libéralisation des drogues…
(2) Le premier qui me traite d’homophobe a droit à un Certificat de Bien Pensance (de la gauche de la gauche) délivré par la Jean-Luc Romero Académie, officine traquant les déviants de la pensée « moderne » ultra libérale de gauche…
(3) Mes amis gérontologues (et je sais qu’il en est qui ne sur diagnostiquent pas l’Alzheimer, qui ne sur prescrivent pas des médicaments inefficaces et dangereux appelés anti Alzheimer,…), mésothérapeutes (et je connais des mésothérapeutes « sérieux » qui ne sortent pas leur pistolet à la moindre non occasion comme un authentique partisan de la NRA — National Rifle Association, ICI), et / ou homéopathes (je ne m’engagerai pas dans une distinction sémantique  voire épistémologique dans le but de distinguer quelle chapelle homéopathique « dit » la « vraie » médecine…) ne se reconnaîtront pas et conviendront avec moi qu’ils connaissent mieux que moi les excès et les agissements de leurs confrères…
(4) La Gestion des Maladies (en français) est une invention des organismes payeurs américains (cf. la note suivante) pour rationnaliser la prise en charge des maladies, c’est à dire pour diminuer les coûts, en « animant » des réseaux pluridisciplinaires (la somme de spécialistes fonctionnant en parallèle étant supposée humaniser la relation avec les patients) dont l’occupation principale est de faire des croix en face d’actions jugées indispensables (les fameux indicateurs d’efficience) et de s’octroyer d’autres croix de satisfecit en comptant les croix a posteriori…
(5) On remarquera que les mêmes qui louaient le discours de Villepin à l’ONU dénonçant les prétendues Mass Destruction Weapons inventées par le story telling américain se jettent sur ces nouvelles techniques qui ne sont que la version « moderne » du paternalisme et de l’arrogance médicaux à la sauce « réseaux sociaux » pour remplacer les techniques alapapa…

John Rawls : 1921 – 2002
Crédit photographique : Radio Netherlands Worldwide

Continuer la lecture

Publié dans DROITS DES MALADES, e-PATIENT, PATIENT BASHING, RAWLS JOHN, WEB 2.0 | Commentaires fermés sur Les citoyens ont aussi le droit de ne pas être « bien » traités.