Archives quotidiennes : 23 décembre 2012

Ca se corse, oeuf corse

Mes journées sont assez simples finalement :
Je me réveille, les oiseaux chantent, il fait déjà 25°. Je prends mon petit déjeuner à base d’une mangue, un demi-ananas ou 2 fruits de la passion, du pain, un bon petit thé, siroté en face de la montagne.
Je me déplace au travail, tranquillement, sans les embouteillages vu que je suis à 5mn à pied. Un jour sur 2 je viens au boulot en courant et je me Continuer la lecture

Publié dans café, chirurgiens, dernières fois, réa | Commentaires fermés sur Ca se corse, oeuf corse

La Revue Prescrire, la bronchiolite et les deux lanceurs d’alerte (a posteriori).

La Revue Prescrire publie un commentaire sur le traitement de la bronchiolite que la presse reprend abondamment. Voir ICI.

Le syndicat des masseurs kinésithérapeutes s’étrangle et produit un communiqué : ICI.
L’avis de la Revue Prescrire se fonde sur une recommandation de la revue Cochrane (LA) qui a colligé les différentes études concernant la bronchiolite.
Puis la Revue Prescrire publie un communiqué rectificatif (voir LA) qui ne change rien au fond : la kinésithérapie dans le traitement de la bronchiolite ne sert pas à grand chose.

Mais le problème vient de ce que ces études concernent des cas graves à l’hôpital. Pas les nourrissons français qui sont suivis en ambulatoire et traités selon la méthode « française ». Car, comme il y a le cassoulet à la française, l’absence de morts sous vioxx à la française, il y a la kinésithérapie des nourrissons à la française. 

Pendant ce temps les kinésithérapeutes, et notamment respiratoires, envoient des documents à la revue Cochrane pour leur demander de modifier ce qu’ils ont écrit.
Je me suis procuré les documents et la réponse de Cochrane.
Une tempête dans un verre d’eau : il s’agissait d’intégrer une étude ouverte avec comparaison intragroupe et de nombreux perdus de vue.

On comprend le désarroi des kinésithérapeutes de ville qui, de bonne foi, ont l’impression que le traitement qu’ils prodiguent est efficace, du moins temporairement, et qui se fondent, outre sur leur expérience interne, sur les sourires des parents, sur les encouragements des parents, sur les témoignages des parents. De la médecine sentimentale comme les expériences de patientes atteintes de cancers du sein et qui, à longueur de web 2.0, font savoir à tous et à toutes, et surtout à Estée Lauder, bienfaitrice de l’humanité comme chacun sait, combien le dépistage organisé est une bonne chose et combien une chimiothérapie de trop vaut mieux qu’un cancer ignoré…

Les kinésithérapeutes sont considérés par la médecine académique comme une sous-spécialité et ils en souffrent. Tout comme les médecins généralistes souffrent de cette non reconnaissance.
Ils veulent des esssais cliniques randomisés. Ils ne les auront pas. Ils s’imaginent qu’il est possible d’en faire en ambulatoire, sans soutien logistique, avec des fonds non Big Pharmiens. Et, surtout, ils croient de toute bonne foi qu’ils vont trouver des critères solides pour montrer l’efficacité de la kinésithérapie sur des groupes homogènes de patients. Si au moins la technique française était appliquée en Australie, dans un Etat canadien ou en Angleterre – Ecosse ils auraient un petite chance de voir l’étude se mettre en route.

J’ai retracé ICI l’épopée de la prise en charge de la bronchiolite en ville et combien nous sommes revenus de loin.

Je crois que la cause est entendue : il n’y aura pas d’essai contrôlé dans la bronchiolite mené en ville.

Je ne sais pas combien de groupes il faudra envisager dans ce futur essai clinique. Mais ce n’est pas possible.

Toujours est-il, chers amis, que l’enjeu est de taille. C’est pourquoi la Revue Prescrire a eu le courage, encore une fois, car ce n’est pas la première fois qu’elle dit cela, de mettre les pieds dans le plat. Mais l’enjeu est de taille car 1) La kinésithérapie respiratoire est remboursée par l’Assurance Maladie (malgré l’absence de preuves mais nous sommes habitués à cela en de nombreuses autres pathologies) ; 2) La kinésithérapie respiratoire peut représenter jusqu’à 70 % du chiffre d’affaires d’un kinésithérapeute… ; 3) Le kitsch médical (voir LA) domine la culture scientifique en France ; 4) Les futures maisons pluridisciplinaires comprendront des kinésithérapeutes qui permettront de rentabiliser les locaux…

Comme il faut se justifier et que pour ne pas être taxé d’antisémitisme il faut avoir des amis juifs ou … être juif soi-même, tout le monde sait que je ne ménage jamais Prescrire quand il le faut.

Et c’est lors que les lanceurs d’alerte a posteriori se sont manifestés.
Cette nouvelle profession a été créée par de glorieux anciens comme le professeur Even (voir ICI) et voilà que deux journalistes Jean-Daniel Flaysakier de France Deux, en place depuis 100 ans, remplacé à Télé Matin par Brigitte Fanny-Cohen, et Jean-Yves Nau, ancien du Monde, qui est titulaire de la chaire de, ouvrez les guillemets, « Journalisme et santé publique », placard doré attribué pour bons et loyaux services par le spécialiste mondial de la prédictologie grippale, je veux dire Antoine Soleil Flahault (voir LA), qui héberge le blog à l’EHSP de Rennes, officine moribonde qui ne sert à rien (voir le blog du gourou LA)

Je n’aurai pas l’outrecuidance de montrer combien ces deux journalistes médecins ont été de formidables lanceurs d’alerte efficaces dans les grands problèmes de santé publique qui ont traversé la belle France comme le sang contaminé, l’affaire de l’hormone de croissance, le Médiator, la grande grippe pandémique, et, plus récemment, le dépistage du cancer du sein (nous y reviendrons un autre jour).

Le billet de JDF (LA) est un modèle et son titre, un poème : « La Revue Prescrire et le risque de surmédiatisation » :

  1. Il commence par exposer de façon factuelle le fait que Prescrire s’est trompé, que lui, le grand journaliste diplômé de Harvard (master of science en épidémiologie), s’est fait confirmer les faits par Cochrane…
  2. Ensuite, il dit qu’il a été un compagnon de route de la Revue Prescrire
  3. Il continue par un auto-satisfecit : Au moment où personne n’aimait Prescrire, il faisait sa pub à la télévision : Quand je présentais la rubrique santé de ‘Télématin’ entre 1985 et 1991, je faisais régulièrement la publicité de cette revue, lui permettant de gagner ainsi de nouveaux lecteurs.
  4. Il glorifie ensuite les anciens, les membres fondateurs, Marx, Engels et Lénine, qu’il a bien connus et avec qui il parlait à la machine à café, tout en dénonçant les trahisons
  5. Et ensuite, le couplet final : Moi seul suis capable de faire le bien de Prescrire malgré ses rédacteurs, certes valeureux, mais qui sont grisés par la starisation médiatique. Comme sur les murs de Prague : « Lénine, réveille-toi, ils sont devenus fous. » C’est un peu comme un maquereau qui manifesterait contre la prostitution.
  6. Last but not least : Il y a beaucoup de gens qui savent tenir des propos lapidaires et pas toujours très rigoureux, voire quasiment caricaturaux, dans les médias.

Jean-Yves Nau a publié un billet tarabiscoté (ICI) en son blog : « Pardon si on vous dérange, Prescrire ».

  1. Une petite attaque humoristique contre Prescrire pour commencer avec une métaphore médicale dans le style, les acouphènes, ça peut être le premier signe de la surdité… comme quoi JYN est le symbole de la méritocratie à la française, d’instituteur il est devenu journaliste scientifique au Monde puis titulaire d’une chaire à l’EHSP (cf. supra)
  2. Un peu de mélancolie sur les premiers pas de cette revue où, je cite, « …sa porte, alors, était ouverte, aux esprits libres, aux contradicteurs. On s’amusait autour de la table, incroyable.« Ce qui laisse la porte ouverte au fait qu’il « en était »…
  3. Et voilà, pour des raisons qui n’échappent à personne, qu’il embraye sur le Distilbène, « Le Dr Claudine Escoffier-Lambiotte allait créer une certaine émotion en révélant les premières conséquences (toujours d’actualité) des prescriptions massives de Distilbène.« . Les raisons : rendre hommage à la chroniqueuse médicale mondaine du journal de la rue des Italiens (la chronique Télévision était tenue par Claude Sarraute, fille de et femme de) ; et bien entendu dire que Prescrire existait avant Prescrire ; oublier toutes les compromissions ultérieures du journal sur les affaires de santé publique qui ont agité la France depuis 40 ans. Il serait utile, d’ailleurs, de relire le papier de la dame patronnesse du Monde sur le Distilbène, cela en surprendrait certains.
  4. Lui aussi a été un compagnon de route (le mythe sartrien des Mains Propres a la vie dure) : « Pour notre part nous avons accompagné bien épisodiquement sa croissance, la feuilletant toujours, la citant parfois.« 
  5. Mais la suite arrive : « On s’amusait presque de cette anomalie, mi-soviétique, mi-secte. » avec atteinte du point Stalwin (marque déposée par le docteur du 16)
  6. Puis il parle du Mediator et de la Revue Prescrire avec une telle jalousie qu’elle n’arrive qu’à souligner sa propre incompétence sur le sujet.
  7. Et ensuite, JYN, notre hussard de la République, s’attaque au sommaire de Prescrire pour le dénigrer (il devrait relire ses propres articles).

C’est la France rancie du journalisme médical, celle qui est à la fois in (dans le lobby santéal politico-administrativo-industriel) et out (la presse libre et / ou les Agences gouvernementales aux ordres).

Notre Revue Prescrire doit maintenir le cap contre les attaques médiatiques de ces journalistes à vie.

La kinésithérapie respiratoire dans le cadre des bronchiolites modérées suivies en ville n’a pas montré l’ombre d’une quelconque efficacité. Le fait qu’il n’y ait pas du tout d’études contrôlées ne signifie pas inefficacité mais manque de preuves (nous sommes gentils). Nous les attendons.

Et nous continuerons de critiquer notre Revue Prescrire comme, par exemple sur le Gardasil, mais la liste n’est pas exhaustive (voir ICI), où brillent par leur  absence nos amis JFD et JYN.

DPI : Abonné à la Revue Prescrire.

PS du 25/12/12 : Un avis de la HAS sur la « Prise en charge en premier recours par un kinésithérapeute des nourrissons présentant un encombrement respiratoire en lieu et place d’un médecin » : ICI.

Continuer la lecture

Publié dans BRONCHIOLITE, FLAYSAKIER JD, NAU JY, REVUE PRESCRIRE | Commentaires fermés sur La Revue Prescrire, la bronchiolite et les deux lanceurs d’alerte (a posteriori).