Archives quotidiennes : 17 novembre 2010

MEDIATOR, on se calme !

Le MEDIATOR n’aurait jamais du être prescrit. Pour autant, inutile de paniquer si vous en avez pris. Vous avez moins d’une « chance » sur 1000 de souffrir d’un effet indésirable cardiaque retardé. Le conseil de Xavier Bertrand incitant tous les utilisateurs à consulter leur médecin paraît aussi injustifié que l’avait été le maintien prolongé sur le marché de ce médicament médiocre et dangereux. Le MEDIATOR (benfluorex), médicament typiquement français (Servier) a été (…)


Médicaments

/
Continuer la lecture

Publié dans Médicaments à risque | Marqué avec | Commentaires fermés sur MEDIATOR, on se calme !

Je n’ai jamais prescrit de Médiator (benfluorex)…

… ni d’Avandia® ou d’Avandamet® (rosiglitazone associée ou non), ni de Vioxx® (rocécoxib).
Je ne prescris plus de Di-Antalvic® (dextropropoxyphène associé) depuis au moins 10 ans. Je ne prescris plus de statines aux femmes qui ont du cholestérol mais qui n’ont jamais fait de problème cardiaque ou vasculaire. Je ne donne plus de sirop aux bébés depuis au moins 10 ans. Je ne propose pas le dosage du PSA chez les patients asymptomatiques sans antécédents familiaux de cancer de prostate (et encore !), je ne propose pas davantage la mammographie de dépistage chez les femmes sans antécédents familiaux de cancer du sein (et encore !).
Je prescris de l’Esidrex® (hydrochlotothiazide) en première intention chaque fois que possible chez un patient hypertendu. Je ne prescris jamais de sartan en première ni en deuxième intention chez un hypertendu, pas en tout cas d’avoir essayé un IEC.
Ma principale activité devant un nouveau patient consiste généralement à lui déprescrire un certain nombre de cochonneries qu’il prend.
etc. etc.

Je me vante ? Je me crois meilleur que les autres ? Je suis un génie ? J’ai prévu tout avant tout le monde ? je me la pète grave ? Je suis un menteur ?

Eh ben non ! Au contraire, je revendique altièrement le titre de petit généraliste de merde sans intérêt. Sans intérêts avec les vendeurs de médicaments et leurs représentants. Depuis maintenant près de 20 ans.

La seule compétence que je me reconnais et dont je suis fier, est celle de connaître mes incompétences, mes limites et mes faiblesses. C’est pour ça que j’ai pris les moyens d’essayer d’y de les (merci Malika) pallier, de me protéger et d’en protéger ceux qui me font confiance pour les soigner.

Pour ça j’ai choisi à partir du jour où j’ai pratiqué la médecine générale cette merde de me former à l’abri des influences commerciales. En lisant au départ la revue Prescrire, puis progressivement en me libérant, je dis libérer car c’est bien de cela qu’il s’agit : une libération, des pressions professionnelles et commerciales qui m’incitaient à prescrire et à soigner selon des données publicitaires et non pas scientifiques.

Tout ce qui fait la une des medias aujourd’hui sur le Médiator et autres saloperies est pour moi un non-événement. Tout cela je le savais, parce que j’ai accès à une information non commerciale, mais scientifique sur les médicaments. Tout cela j’en ai protégé et épargné mes patients. Un certain nombre d’entre eux sont partis voir ailleurs puisque je résistais, et comble de perversion de cette pourriture de système de soins, j’ai perdu du fric à vouloir leur éviter du mal.

Si je ne suis pas le seul à avoir su avant les autres, je sais que nous sommes encore extrêmement minoritaires, nous, soignants libérés, émancipés, des influences de ceux qui nous enchaînent, leaders d’opinions corrompus par les intérêts marchands, autorités sanitaires annexes des services marketing de l’industrie, politiques trempés, imprégnés, salis des intérêts industriels et privés, comme l’actuelle secrétaire d’état à la santé.
Libérés du mépris et de la honte.
Fiers de d’abord n’avoir pas nui, comme le prétend le fondement d’une déontologie, que le désOrdre des médecins s’applique consciencieusement à pervertir.

Au nom de la médecine je présente mes excuses à toute ses victimes, passées, présentes et à venir.
J’appelle les patients citoyens et usagers à exiger des soignants libres.
J’appelle les soignants mes frères à briser les chaînes qui les asservissent. Continuer la lecture

Publié dans médiator | Commentaires fermés sur Je n’ai jamais prescrit de Médiator (benfluorex)…