Archives quotidiennes : 21 septembre 2009

Garnison.

Je rêve de nouveau.
Je ne sais pas si c’est un bien, mais c’est certainement la preuve que mon cerveau a pu reprendre une activité psychique normale. Les mois précédant le concours, je ne rêvais plus. Du tout. Il m’arrivait de me réveiller en sachant que j’avais pensé à un cas clinique où une question de cours toute la nuit, mais cela n’avait rien à voir avec un rêve (ou un cauchemard), cela s’apparentait probablement plus à un demi sommeill anxieux. Désormais je rêve de nouveau. Des rêves complexes, psychédéliques, presque épuisants, mon inconscient cherchant visiblement à me balancer une année entière de messages codés dans la gueule, de façon la plus condensée possible. Bon, le « normale » était peu être de trop. J’ai retrouvé une activité psychique. Point.
Dans le genre « retour à l’état normal » l’amphi de garnison (si quelqu’un sait d’où nous avons hérité ce titre militaire, je suis toute ouïe) a un côté sympathique. Jeudi dernier, tirée de mon lit pour périgriner à travers paris vers la lointaine banlieue, zone 5, où l’administration n’a rien trouvé de mieux qu’organiser la procédure de choix des filières post ECN, (alors que n’importe quel amphi de n’importe quelle fac, aurait probablement fait l’affaire et épargné bien des déplacements), je retrouve finalement la cohue des étudiants se pressant quelque peu fébrilement, afin d’aller choisir leur orientation future. Parmi eux, un bon nombre de visages familiers (camarades de confs etc), ce qui m’a permis de voir
ce que nous sommes, dans l’ensemble, (re)devenus, à distance du concours. En général, les kilos en trop ont été perdus, ceux en moins repris, l’oeil est plus vif et le cheveux moins gras. Bref, nous sommes revenus à notre état de base. Non pas que nous soyons particulièrement beaux, mais quand même nous sommes nettement moins pitoyables.

Par contre, pour ceux qui attendent l’amphi de garnison en se disant que cela marquera un point final à leur deuxième cycle, genre « voilà une bonne chose de faite », se trompent en beauté. Ce point final nous a été douloureusement administré en 4 demi journées en juin, et avec une petite piqûre de rappel avec les résultats, en juillet. Non, non, cet amphi de choix, n’est que l’entrée vers une nouvelle Ere, un nouveau cycle, l’instant T ou nous nous faisons de nouveau happer par le poulpe à trois têtes et dix fois plus de tentacules qu’est l’administration hospitalouniversitaire (à prononcer d’un air digne et pincé).
J’ai découvert perplexe le prix d’une inscription à la fac en 3ème cycle (à peu près le 1/3 de mon futur salaire qui ne tombera qu’en novembre), qui prend tout son piquant sachant que, n’étant qu’en première année je n’aurais aucun cours à la fac… Mais ce n’était rien à côté de l’abîme de perplexité dans lequel m’a plongé la lettre me demandant de renvoyer un certificat médical attestant de mes capacités physiques et mentales à être médecin (il serait temps de se poser la question, effectivement), à renvoyer « dès la procédure de choix effectuée, au plus tard le 7 septembre », -sachant que la procédure des choix commençait le 17. Bref, bête erreur de mois « non on s’est trompés c’est avant le 7 octobre ». Oui, après tout ce n’est pas comme si c’était important et que la lettre devait être envoyée à des centaines/miliers d’étudiants.

Tout cela pour vous avertir : tous aux abris, je sévirai d’ici peu dans les hôpitaux parisiens. Enfin, si l’administration ne m’étouffe pas d’ici là.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Garnison.

Garnison.

Je rêve de nouveau. Je ne sais pas si c’est un bien, mais c’est certainement la preuve que mon cerveau a pu reprendre une activité psychique normale. Les mois précédant le concours, je ne rêvais plus. Du tout. Il m’arrivait de me réveiller en sachant que j’avais pensé à un cas clinique où une[…] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Garnison.