Archives de catégorie : reproduction

Humeurs féminines venues de très loin

Le « disease mongering » désigne le procédé mercatique consistant à inventer des maladies dans le but de vendre des médicaments aux personnes saines. Activité très lucrative en raison de la supériorité numérique des bien-portants. Beaucoup de ces maladies sorties de l’imaginaire … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cycle menstruel, DISEASE MONGERING, dysphorie, médecine, ménopause, Ostéoporose, reproduction | Commentaires fermés sur Humeurs féminines venues de très loin

Le grand jeu des caractères sexuels secondaires

L’innovation de la sexualité a été une grande étape dans l’Histoire de la vie dont l’unique but est de se reproduire incessamment. Puis, pour optimiser cette reproduction, l’élaboration des caractères sexuels secondaires a permis à chaque sexe d’évaluer les qualités … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans appariement, burkini, crinoline, Divers, médecine, Paternité, reproduction, sexualité, voile | Commentaires fermés sur Le grand jeu des caractères sexuels secondaires

Produits toxiques pour la reproduction

La toxicité sur la reproduction comprend l’altération des fonctions ou de la capacité de reproduction chez l’homme, ou la femme, et l’ induction d’effets néfastes non héréditaires sur la descendance. Etiquetage et classification des substances toxiques pour la reproduction suivant la nouvelle […] Continuer la lecture

Publié dans altération, Cancérogène, mutagène, reprotoxique, CMR: définition, enfant, fertilité, fonction, grossesse, préparation, produits, reproduction, toxiques | Commentaires fermés sur Produits toxiques pour la reproduction

Produits mutagènes

Une substance mutagène peut provoquer des changements dans la structure du matériel génétique d’un être vivant, des effets néfastes héréditaires sur la descendance. On distingue les substances mutagènes : 1A, 1B et 2. Etiquetage et classification des mutagènes suivant la nouvelle réglementation CLP Etiquetage […] Continuer la lecture

Publié dans agents, altérations, Cancérogène, mutagène, reprotoxique, CMR: définition, cancérogènes, chimiques, dangereux, étiquetage, exposition, fiche, génétiques, héréditaires, mutagènes, pénibilité, préparations, prévention, reproduction, substances, toxiques | Commentaires fermés sur Produits mutagènes

Produits CMR : 2 classifications pour les cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction

Il existe deux classifications pour les produits CMR : une seule est réglementaire en France, c’est la liste européenne qui figure en annexe VI, du règlement CE No 1272/2008. L’autre liste est établie par le Centre international de Recherche contre le […] Continuer la lecture

Publié dans ACD, agents, cancer, cancérogène, Cancérogène, mutagène, reprotoxique, CMR: définition, centre, chimiques, CIRC, classification, CMR, dangereux, européenne, exposition, fiche, International, liste, mutagène, pénibilité, préparation, prévention, produits, recherche, reproduction, substance, toxique | Commentaires fermés sur Produits CMR : 2 classifications pour les cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction

Produits cancérogènes

Les substances cancérogènes sont des substances qui provoquent le cancer ou augmentent son incidence, on distingue 3 catégories d’agents cancérogènes pour les substances et mélanges. L’étiquetage et la classification des cancérogènes ont été modifiés par la nouvelle réglementation CLP, Classification Labelling […] Continuer la lecture

Publié dans agents, amiante, benzène, Cancérogène, mutagène, reprotoxique, CMR: définition, cancérogènes, chimiques, dangereux, étiquetage, exposition, fiche, mutagènes, pénibilité, phrase, prévention, Réparation d'une maladie professionnelle, reproduction, risque, symbole, toxiques | Commentaires fermés sur Produits cancérogènes

Règlement CLP : classification des produits chimiques selon le danger

Le règlement CLP, Classification Labelling Packaging a introduit de nouveaux pictogrammes, de nouvelles classes de danger et un nouveau système d’étiquettes. La législation européenne à propos de la classification, l’étiquetage et l’emballage des produits chimiques se trouve ainsi alignée sur […] Continuer la lecture

Publié dans ATEX, cancérogène, classification, CLP, danger, explosion, inflammation, mutagène, produits chimiques, Produits chimiques : classification, emballage, étiquetage, phrase de risque, règlement, reproduction, toxique | Commentaires fermés sur Règlement CLP : classification des produits chimiques selon le danger

A sec

– Elle est super gonflée derrière, elle se couche et pousse de grands soupirs de douleur, surtout pour faire ses crottins, et ça dure depuis que je vous ai appelé !

Elle s’est levée quand je me suis approché. La jument est mal apprivoisée : très jeune, et Mme Hers vient de la récupérer. Pas sauvage, mais de là à l’examiner paisiblement, non. J’arrive à la caresser, elle baisse les oreilles, retrousse ses lèvres, roule des yeux mauvais.
Du cinéma. Ça va.
Je lui parle doucement, elle tolère bien que je lui caresse l’arrière-main. Pas l’encolure. On ne lui mettra pas de licol, il faudra faire dans ce champs, en liberté. Mes doigts glissent sur son dos, sa croupe. Je parle, je touche, doucement, mais fermement, je m’appuie contre elle. Ne pas rompre le contact, et tout faire en douceur, avec tact. Elle garde un œil mauvais, pour la forme, mais elle me laisse faire. J’écoute son ventre. Elle gargouille, peut-être pas tout à fait autant qu’il faudrait, mais cela me rassure. Je continue à la caresser, je tourne autour d’elle, je ne cesse pas de parler. Elle me tolère. Elle me laisse faire.
Je lui soulève la queue, doucement. Je glisse mes doigts, le thermomètre, elle n’apprécie pas, évidemment. Elle s’éloigne de moi, mais le thermomètre est bien en place. Je le récupère une minute plus tard, je m’approche d’elle comme je m’approchais des poulains au débourrage, à demi-sauvage, à l’époque où j’avais l’énergie et l’inconscience de monter des animaux peu domestiqués. Ils me font marrer, les chuchoteurs, à nous faire croire qu’ils réinventent le lien avec le cheval.
40.1°C
Elle me fuit à nouveau. Mollement, mais en prenant son air méchant.
Elle n’a pas encore fait mine de me taper. Je me glisse contre elle, je la caresse, toujours, ne pas rompre le contact. Mme Hers ne dit rien, elle nous regarde nous tourner autour, il faut que j’arrive à l’examiner. Elle n’a jamais eu de licol, je ne pourrais pas la sédater. Je soulève sa queue, à nouveau.
J’avais bien vu.

– Mme Hers, l’étalon, je suppose qu’il est là pour la saillir ? Depuis combien de temps ?
– Ah oui, heu, une quinzaine. Et puis, il n’arrête pas. Il l’a mordue, c’est lui, c’est ça ?
– Heu… pas de trace de morsure, hein. Par contre. Il est du style à la grimper même quand elle ne veut pas ?
– Oui…
– Manifestement. Et puis là, il a visé l’autre trou. Parce qu’en fait… elle a l’anus défoncé. Et je suis bien infoutu de vous dire si elle a le rectum lacéré, parce que bon, elle me laisse faire pas mal de chose, mais elle ne me laissera pas y toucher. Mais c’est un risque à ne pas négliger.

Alors antibios. Et anti-inflammatoires.
A injecter en liberté.

Et puis… on va voir.

Continuer la lecture

Publié dans Animalecdotes, cheval, reproduction, URGENCE | Commentaires fermés sur A sec

Jambe en l’air

– Il ne se lève pas. Ce matin, quand j’ai servi la gamelle, il n’est pas sorti de la niche.

Je regarde le vieux, très vieux golden, dans le coffre du break de M. Hers. Le poil blanc a mangé le sable doré, la fonte de ses muscles masticateurs souligne cruellement ses arcades sourcilières. Darwin sent l’urine, Darwin sent le vieux chien. Je soulève ce poids plume sans encombre et l’emmène vers la clinique, ignorant les protestations de son maître qui craint que je me salisse.

Couché sur la table, sa maigreur est évidente. C’est la maigreur du vieux chien qui fond, qui sèche, qui s’étiole et s’en va. Il s’est plaint lorsque je l’ai déposé sur la table d’examen, ses postérieurs sont vraiment tombés n’importe comment. Je réarrange ses membres. Il remue la queue. Prudemment. Quête ma main, que je lui concède immédiatement. Il a mal, c’est évident.

– Depuis quelques semaines, il a terriblement maigri. Et c’était pire ces derniers jours, avec les chaleurs de la jeune ! Il était comme fou, je crois même qu’il lui a fait son affaire !
– A 15 ans, il aurait mieux fait de s’abstenir…

On voit souvent des chiens rendus complètement marteaux par le rut. Ils ne mangent plus, ne boivent plus, ils hurlent, ils trépignent et s’épuisent à répondre à un appel irrésistible. S’il a sailli, il a pu se faire mal au dos. Un faux mouvement, une hernie discale qui saute… Idiot, mais crédible.

Je force doucement Darwin à se coucher sur le côté. Il ne résiste pas. Il place bizarrement son postérieur droit. Raide et de travers. Je n’ose y croire, place mes doigts, à la recherche de l’aile de l’ilium, du grand trochanter et de la pointe de l’ischion. Alignés ! Non ? Je redresse le chien, compare avec l’autre côté. Aucun doute : le fémur est déplacé. Luxation, ou fracture du col ?

Je ne dis rien, j’annonce juste que je vais faire une radio.

Mais je sais déjà que tout cela sent bien plus mauvais que l’urine qui souille le poil terni de ses cuisses.

Alors je montre la radio à M. Hers. La tête du fémur gauche, bien ronde et bien en place dans son logement, et puis la tête du fémur droit, complètement luxée. Il m’écoute attentivement. Une hanche luxée, c’est grave, mais ça se réduit, ou, plus souvent, ça s’opère. Il y a plusieurs techniques, elles fonctionnent bien.

Quand le chien n’est pas pourri d’arthrose.

Quand le chien a encore des muscles pour supporter son poids.

Quand le chien est capable de supporter une anesthésie et une chirurgie lourde, et de s’en remettre.

Quand la douleur et la lourdeur de ces interventions peut se justifier par le confort que l’on va lui apporter.

Mais que puis-je apporter à Darwin ?

Ce con de chien s’est luxé la hanche en sautant une chienne.

– Il n’avait jamais sailli, avant !

Papy s’est démis la hanche en comptant fleurette à une jeunette. Le maître, le véto, l’assistante : nous avons tous envie de trouver ça mignon, de trouver ça romantique, de trouver ça héroïque. C’est grotesque, et c’est drôle. C’est horrible. Jamais Darwin ne pourra s’en remettre, et il a mal, il a très mal, il ne peut plus se lever, il ne pourra jamais plus se lever. C’est tellement absurde.

J’ai envie de rire, j’ai envie de pleurer.

Je pleure, je ris.

J’euthanasie.

Continuer la lecture

Publié dans chien, reproduction, Vétérinaire au quotidien, vieux | Commentaires fermés sur Jambe en l’air

Travaux interdits aux jeunes de moins de 18 ans : les textes ont changé !

Le code du travail (article D. 4153-4) précise qu’un mineur ne peut être affecté qu’à des travaux légers qui ne sont pas susceptibles de porter préjudice à sa sécurité, à sa santé ou à son développement.  La liste des travaux […] Continuer la lecture

Publié dans agents chimiques dangereux, amiante, apprentis, aptitude, avis médical, cancérogènes, démolition, dérogation, électrique, employeur, entreprises, évaluation des risques, exposition, formation, hauteur, hyperbare, inspecteur du travail, installation, interdits, ionisants, levage, mélanges, mineur, mutagènes, optiques, pornographique, professionnalisation, protection, rayonnements, reproduction, Salarié de moins de 18 ans (mineur), santé au travail, substances, toxiques, travaux, vibrations | Commentaires fermés sur Travaux interdits aux jeunes de moins de 18 ans : les textes ont changé !

Pourriture

Avis préliminaire : ce post est gore. Vous êtes prévenus.

Jeudi matin. Une stabulation.
C’est pour un vêlage. Ouais. Un vêlage. Une blonde de 600kg qui aurait du vêler seule. Elle en a vu d’autres. Je vois les onglons et le bout du nez à la vulve. Noir, le bout du nez. Ça pue. Mais à ce moment là, je ne sais pas encore à quel point.
Il flotte, mais je suis à l’abri. Ma voiture est garée dans le couloir central de la stabulation. L’air sent l’ensilage, le fumier, la vache. J’ai ma chasuble en plastique vert et mes gants de fouille orange.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
La chienne a les mamelles très gonflées, à point pour débuter la lactation. Une golden de 10 ans. Elle était en chaleur deux mois plus tôt. Elle n’est pas censée avoir été saillie. Elle a tout les signes d’une mise-bas imminente, ou en cours.
Pour changer, il flotte, mais je suis bien à l’abri dans ma salle de consultation, propre et désinfectée. J’ai ma blouse blanche et mon sthéto, mon matériel et tous mes repères.

Jeudi matin. Une stabulation.
Un éleveur qui a environ 400 vaches, c’est assez spécial. La plupart des troupeaux, par ici, c’est 40-60 mères. De quoi faire vivre une personne seule, avec un conjoint qui bosse à côté. Avec 400 bovins, c’est autre chose. Il y a forcément des salariés, et une partie ou la totalité de la famille qui bosse dedans. Le patron, c’est… le boss. Une putain de grande gueule. Il y a des rapports de force, beaucoup plus qu’ailleurs. La relation est faite de tensions, de respect mutuel et d’exaspération. Ce n’est pas une relation hiérarchique, ce n’est pas une relation entre pairs, ce n’est pas une relation entre fournisseur et client, encore moins une relation entre soignant et client. Il a besoin de moi, il n’aime pas ça. Je ne peux pas trop l’envoyer chier, je n’aime pas ça.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
Un agriculteur à la retraite avec son animal de compagnie, ça peut être têtu. La reproduction, des vaches et autres, il connaît ça. Je n’ai jamais été le véto de ses années d’éleveur, il ne me connaît pas. Il comprend très bien les discussions en termes de risque, de bénéfice, de coût. Il est attaché à sa chienne. Il ne tire pas les mêmes conclusions que moi, ou qu’un autre client, de mes explications. Je ne sais pas si j’aime ça.

Jeudi matin. Une stabulation.
– Il est énorme, ce veau, il ne passera pas !
– Il n’est pas énorme, il est gonflé.
Je suis passé en respiration buccale. A voir la tronche des ouvriers, et même du boss, ça doit puer comme jamais. Je ne veux même pas savoir. Les canons sont fins, mais le cuir est décollé par un bon centimètre de gaz, tout autour du membre. Alors oui, ça a l’air énorme. Le veau est mort depuis belle lurette, il pourrit dans sa mère. Je me demande vraiment pourquoi elle ne l’a pas expulsé plus tôt. Je sais qu’ils surveillent bien leurs bêtes, même si le nombre d’intervenants complique parfois les choses. Je glisse mes mains autour du veau mort, le long des parois du vagin, je cherche le col, je cherche le bassin. Mon bras trouve son passage en repoussant le cuir décollé du veau contre son corps. C’est terriblement sec : les eaux sont perdues depuis très longtemps. Je sais qu’il me faudra un litre de lubrifiant pour faire passer ce truc.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
Ça ressemble à un pyomètre. Un utérus transformé en sac de pus, avec un col ouvert, et un écoulement purulent. Je trempe un bout de papier essuie-tout dans la flaque verdâtre laissée par la chienne là où elle s’est assise. Ça ressemble au vert d’un placenta, mais c’est trop liquide. Trop clair. Le papier s’imbibe, je le renifle de près, en m’attendant au pire : non, ce n’est pas du pus, ce n’est pas franchement nauséabond. Je palpe le vente de le chienne, je sens ce gros utérus plutôt dur, avec cette consistance indescriptible de carton un peu mouillé, dépressible, sans élasticité. Je ne sens pas de chiot, mais l’utérus est trop dur pour que je sois formel. Le maître de la chienne n’exclut pas une saillie, mais cela le surprendrait.

Jeudi matin. Une stabulation.
– Tu fais une césarienne ?
– Non, surtout pas. De toute façon, le veau n’est pas très gros.
– Tu rigoles, t’as vu ses pattes et sa tronche, il est énorme !
– Il n’est pas énorme, il est normal, c’est juste que son cuir est gonflé par des gaz de putréfaction. Si le gaz s’échappe, il a une taille tout à fait normale. Il passera. Et de toute façon, la césarienne est exclue : c’est pourri là-dedans, si le contenu de son utérus rentre en contact avec l’intérieur de son ventre, ta vache, elle fera une péritonite, et terminé.
Le boss est contrarié. Il avait décidé que ça se passerait d’une certaine façon, et je le contredis. Il sait qu’en obstétrique, le boss, c’est moi. Je sais que je ne dois pas lui dire non : je dois expliquer pourquoi il est normal qu’il se soit trompé, et comment on va faire.
– Et s’il est trop gros et qu’il passe pas ?
– Alors je le découperai et on sortira les morceaux, mais ça non plus, ce n’est pas une bonne idée : un découpage ça abîme toujours un peu l’utérus, et le sien souffre bien assez comme ça.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
– A priori, c’est un pyomètre. Elle a eu ses chaleurs il y a deux mois, ça s’est infecté, maintenant ça coule dehors mais il reste de la saleté dedans, il faut que ça sorte complètement. On a deux options : la première, c’est les médicaments. Des antibiotiques pendant un mois, et une piqure pour vider l’utérus. Ça marche bien, mais c’est cher. Comptez un peu moins de 200 euros. Je ne vous conseille pas trop cette option, parce que même si ça marche bien à court terme, le risque de récidive aux prochaines chaleurs est énorme.
– Ah, oui docteur, d’ailleurs elle avait déjà des saletés il y a 6 mois, après les chaleurs précédentes.
– Vous voyez, c’est ancien. C’est notamment pour ça que ça ne guérit pas bien, sur le long terme. A chaque chaleurs, le col s’ouvre, à chaque chaleurs, ses défenses immunitaires diminuent et l’utérus devient un milieu de culture pour les bactéries.
– Donc elle risque de rechuter ?
– Oui, après ses prochaines chaleurs.

Jeudi matin. Une stabulation.
Je place les cordes de vêlage autour des canons du veau. Je serre fort et les cordes enfoncent le cuir contre les os, au point de presque disparaître dans le sillon qu’elles creusent sur le cuir distendu. Le col est correct, rien à dire sur le bassin, la vulve est un peu serrée, mais ça ira. On va tirer au palan, très très doucement. Je lubrifie un maximum le passage, le poil sec du veau mort semble boire le gel. Je repousse le col du bout de mes mains tendues. La vache ne pousse pas. Elle attend. J’invite les gars à tirer doucement, très, très doucement. Le veau avance un tout petit peu, sa tête ne passe pas encore la vulve même si son nez noir de nécrose est dehors. Ça ne glisse vraiment pas du tout. J’ai fini ma bouteille de gel, alors je passe au savon.
La première chose que je ferai quand ce sera fini, c’est aller prendre une douche. Les gants de plastique ne sont pas une protection contre ce genre de putréfaction.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
– L’autre option, c’est la chirurgie : on l’endort, on ouvre son ventre, on enlève son utérus plein de pus, on enlève aussi ses ovaires, comme ça elle ne fait plus de chaleurs, et on referme. On donne des antibios une semaine, et c’est fini, on n’en parle plus jamais. C’est plus cher, mais c’est beaucoup, beaucoup plus sûr, surtout au long terme. Comptez dans les 400 euros.
– Il va falloir l’endormir, j’ai pas trop envie, moi…
– Je comprends, et avant de le faire, il faudra vérifier que ses reins fonctionnent bien. Ne vous inquiétez pas trop pour l’anesthésie. Les anesthésies d’aujourd’hui sont vraiment très sûres, le risque d’avoir un accident est très faible.

Jeudi matin. Une stabulation.
Le boss tente de diriger la manœuvre, mais ses instructions sont foireuses. Il est pressé, il est toujours pressé. Là, on a besoin de temps, et je le lui dis : si on va trop vite, on risque de déchirer la vache, et il pourra appeler l’équarrisseur. Il râle et grommelle en boucle, mais on a l’habitude, personne ne l’écoute (sans que cela se voit trop). J’accompagne le passage de la tête à travers la vulve, et, conduisant une traction centimétrique, j’attends la suite.
Ça ne rate pas, le sifflement a commencé :
– Hé les gars, vous entendez ce sifflement ? C’est le gaz qui fuit, le veau va se dégonfler, il est comprimé dans le passage. On va attendre qu’il se vide pour continuer à le sortir. Ça va prendre quelques minutes.
– Ça pue la mort !

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
– Le seul vrai risque, et il faut en avoir conscience avant toute décision chirurgicale, c’est que les reins soient déjà très fatigués, quoique encore fonctionnels : dans ce cas la prise de sang sera bonne, mais on risque une crise d’urée dans la semaine qui suit. Bien sûr, on fera tout pour l’éviter. Mais ça peut arriver. Dans ce cas, on hospitalisera et on perfusera, mais le risque que cela finisse mal sera élevé.
– Je n’ai vraiment pas envie d’opérer, on peut faire les médicaments ?
– Oui, même si vous avez bien compris que je ne pense pas que ce soit la bonne solution. Dernière chose : n’oubliez pas que le traitement médical peut échouer. Pas trop à court terme, mais surtout au long terme. Dans ce cas, on se reposera les questions d’aujourd’hui, mais la chienne sera plus âgée et plus fragile, et vous aurez quand même dépensé l’argent pour le traitement d’aujourd’hui.

Jeudi matin. Une stabulation.
Un des gars ne se sent pas trop bien et va s’asseoir.
Les minutes passent, je tente un coup de respiration nasale, pour voir. Quel con.
On va tenter d’avancer un peu. J’enfonce mon bras jusqu’à l’épaule pour repousser le col qui « adhère » au veau. Je pourrais jouer le rôle d’un zombie dans un GN, pour l’odeur, je suis au point. Le type assis me regarde en grimaçant. Je les fais tirer un peu, très doucement. Le veau sort petit à petit, jusqu’à avoir les épaules dehors.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
– J’ai bien compris, mais je préfère les médicaments.
– D’accord. On va faire une radiographie du ventre pour vérifier qu’il n’y ait pas de chiot dedans. Je ne vous l’ai pas proposée avant parce qu’en cas de chirurgie, je me fous de savoir s’il y a des chiots ou pas, mais là, quand même…

Jeudi matin. Une stabulation.
Bordel de merde. Le veau se déchire. Malgré la lenteur de la traction, ses antérieurs se barrent avec le palan tandis que son corps reste dans le vagin. Mais MERDEUUUH !
Tous les gars, même le boss, poussent des exclamations écœurées. Ils n’ont jamais vu ça. Moi si, mais je m’en serais bien passé.
Je prends une corde que je serre autour du thorax du veau, à la limite de la vulve de sa mère, juste en arrière de ses épaules. Je replonge les bras dans le vagin en essayant d’améliorer la lubrification. Le palan tire, la boucle se serre, on entend craquer les côtes. Il faut que la colonne tienne. Sinon, il me faudra aller à la pêche aux morceaux de veau après l’avoir découpé à la scie-fil.
Je prends un des membre presque arraché, je l’enroule autour du thorax pour m’en servir de levier de rotation. Je voudrais « visser et dévisser » un peu le veau, espérant que les mouvements de rotation favorisent la traction, et notamment le passage du bassin. Peine perdue : le cuir finit de lâcher et je me retrouve avec un membre en main. Boulot de merde où l’on se sert de morceaux de cadavre pour sauver la mère.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
Je pose la chienne sur la cassette de radio. J’ai mon beau tablier bleu en plomb, mon protège-thyroïde. Je n’ai enfilé ni les gants ni les lunettes, ça me gave. La chienne a laissé des taches sur le chemin entre la salle de consultation et la salle de radio. A chaque fois qu’elle s’assied, elle prend le temps de se lécher. C’est toujours ça de moins sur mon carrelage… Super calme, cette louloute. Je fais sortir son maître et prends mon cliché sans difficulté. Je profite du temps de développement pour inspecter son vagin et son col, l’absence d’odeur me surprend. Je ne remarque rien de particulier. Pas de chiot dans la filière pelvienne.

Jeudi matin. Une stabulation.
Le veau a bien avancé, la colonne a tenu, mais nous sommes bloqués. Le bassin du veau est quelque part dans le fond du vagin. La vache refuse de se coucher, et l’axe de traction n’est pas excellent. Au bout de quelques minutes, je bouge la prise et pose la corde sur l’arrière de l’abdomen du veau. Nous reprenons la traction en imprimant un angle maximal vers le bas, par à-coups. Enfin : ils reprennent la traction. Moi, je continue à jouer à l’intérieur du vagin, je lubrifie un maximum, je « décolle » les parties sèches. Le veau avance à nouveau, puis finit par tomber d’un coup. L’air s’engouffre dans l’utérus atone avec un bruit de chiottes qui se débouchent.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
Il y a deux chiots là-dedans. Énormes. Ce n’est pas du tout banal chez une golden, race assez prolifique. Il est vrai qu’elle est âgée. Je ne doute pas un instant qu’ils soient morts. Ils ne sont sans doute pas encore pourris (eux), d’où l’absence d’odeur. C’est une indication majeure de chirurgie.

Jeudi matin. Une stabulation.
Va falloir nettoyer ce merdier. J’enlève des lambeaux de placenta putréfiés. Cela me prend deux trois minutes. Les bouts de placenta tombent sur le cadavre du veau avec des splotchs glaciaux. Une sonde silicone, un désinfectant caustique, un entonnoir. Je m’enfonce à nouveau jusqu’à l’épaule dans la matrice de la vache, guidant le tuyau tandis que le boss verse doucement le désinfectant. Lorsque nous avons passé deux litres, je lui indique d’arrêter et laisse tomber la sonde au sol, créant un effet de siphon : l’utérus se vide. Je sens le désinfectant me cuire la main, ce qui est mauvais signe pour l’étanchéité de mes gants. Au point où j’en suis, de toute façon… La vidange est difficile, car des petits fragments de placenta persistent à l’intérieur et viennent boucher les orifices de la sonde. Je dois, d’une seule main, la maintenir dans le liquide dans l’utérus et écarter ces lambeaux aspirés.

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
– J’ai bien compris que vous me conseillez formellement la chirurgie. Mais j’ai déjà vu une chienne se nettoyer, et les vaches s’en sortent très bien !
– Les chiennes ne sont pas des vaches et les risque sont élevés, mais vous êtes informé. Je vous laisse ramener votre chienne en salle de consultation, je vais chercher les médicaments.

Jeudi matin. Une stabulation.
Deuxième nettoyage. Cette fois-ci, je vide intégralement l’utérus. Le liquide qui s’écoule est noir. Du sang cuit, des fluides de putréfaction. Je balance une dizaine d’oblets antibiotique là-dedans.
J’en injecte également à la vache. Elle est toujours debout, mais elle fait bien la gueule. Tu m’étonnes. On va perfuser un peu tout ça, hein ?

Jeudi après-midi. En salle de consultation.
J’injecte un médicament destiné à favoriser la vidange de l’utérus. Je délivre l’antibiotique. Un mois de traitement, il lui faudra bien ça. Je donne également un rendez-vous pour un contrôle dans quelques jours. Insiste dix fois : qu’il n’hésite pas à me rappeler. Le gars a une attitude étonnante. Il est content du diagnostic, content de la consultation. Content de mon boulot.
Pas moi.

Jeudi matin. Une stabulation.
Passer une perf’ de 5L, ça prend vraiment une plombe. Mais ça en vaut la peine. Le souci, c’est que la vache reprend vite du poil de la bête. J’ai encore mal à mon bras aujourd’hui, à l’endroit où elle m’a frappé de sa corne, alors qu’elle ne bougeait pas depuis dix ou quinze minutes. Je suis content de mon boulot.
Pas elle, manifestement.

Continuer la lecture

Publié dans chien, éleveur, reproduction, rurale, vache, veau, vêlage, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Pourriture

Stériliser sa chienne ou sa chatte

La peluche vient de recevoir sa seconde injection de primo-vaccination. Nous discutons alimentation, et un peu éducation. Je pose la question de la stérilisation.
– Ah oui docteur, on va la faire opérer hein, quand elle aura fait sa première portée.
– Ah, vous voulez une portée ?
– Oh oui docteur, comme ça elle sera heureuse.
– Mmh vous savez, ce n’est pas d’avoir une portée qui la rendra, ou pas, heureuse. Vous avez réfléchi à ce que vous ferez des chiots ?
– On lui en laissera un, parce que sur le bon coin, c’est difficile de les vendre.
– Donc vous allez tuer les autres ?
– On vous les apportera quand ils seront tout petits.
– Et vos faites ça pour qu’elle soit heureuse ?

Je veux dire : anthropomorphisme pour anthropomorphisme, soyons au moins cohérents.

Notez que ça marche avec plein de variantes :
On lui laissera faire une fois des chaleurs.
Une portée, mais on ne garde aucun petit.
Ce serait mieux si on la faisait saillir puis avorter ?

Cela fait des années que j’entends ce genre de choses. J’anticipe de plus en plus, amène la conversation sur le sujet le plus tôt possible, dès la première consultation de primo-vaccination, en indiquant sans insister qu’on en reparlera le mois prochain – histoire de forcer les gens à y réfléchir un minimum.

J’ai appris à ne plus énoncer ma science en me réfugiant dans mes scolaires certitudes. J’ai appris à ne pas donner l’impression d’être un maniaque de la stérilisation. Je fais attention aussi à ne pas avoir l’air vouloir opérer « juste pour faire de l’argent ». D’ailleurs, quand je devine le soupçon dans le regard de mon interlocuteur, un calcul rapide de ce que me rapportent les problèmes de reproduction le dissipe assez efficacement. On y reviendra.

Mais de quoi parle-t-on ?

Aujourd’hui, on parle des filles. J’ai déjà abordé le devenir des testicules dans un précédent billet, je ne reviens pas dessus. Je ne vais pas reprendre certains éléments, qui restent pertinents dans le cadre de la stérilisation des femelles. Je vais me concentrer sur les chiennes et les chattes.

Chez la chienne, la puberté (le moment où l’animal devient apte à se reproduire) survient entre 5 et 18 mois. En général, plus c’est une chienne de grand gabarit, plus la puberté est tardive. 5-6 pour une chienne de 5-10 kg, 18 mois pour une Saint-Bernard. Évidemment, c’est complètement approximatif, et il y a des tonnes de contre-exemple. Mais ça vous donne une idée. C’est d’ailleurs assez spectaculaire pour les plus précoces, les propriétaires ne s’étant pas encore habitués à leur petit bébé boule de poil qu’elle est déjà enceinte.

Les chattes sont plus compliquées : leur puberté survient en général vers 4-6 mois, mais le déclenchement des cycles sexuels est saisonnier. En gros : de janvier à septembre. Plus que l’âge, je regarde la période de l’année (quel âge aura-t-elle en janvier si elle est née en été/automne, quel âge aura-t-elle en automne si elle est née au printemps ?).

Un cycle sexuel canin dure 6-7 mois, en moyenne. Disons deux périodes de chaleurs (on dit œstrus quand on veut être précis) par an. Gestation ou pas, cette durée ne varie pas, ou peu. Selon les races, les portées comptent de deux à quinze petits. Voire plus.

Le cycle sexuel de la chatte est un véritable foutoir. Sans saillie, une chatte est généralement en chaleur pendant une semaine toutes les deux semaines. La gestation dure environ deux mois, pour deux à six chatons en général. Trois portées par an, avec les filles de la première portée qui mettent bas en même temps que la troisième portée de leur mère, pas de problème.

Elle veut des bébés ?

Pour les gros malins du fond qui font des blagues sur les salopes en chaleur : les chaleurs, ce n’est pas un choix de la part de la femelle. A aucun moment. Lorsque le cycle en arrive là, les décharges hormonales poussent la femelle à chercher le mâle. Elle part « en chasse », comme on dit. Pas parce qu’elle en a envie, ou qu’elle veut se faire plaisir, ou parce qu’elle sera heureuse avec des bébés. Non : parce que ses cycles l’y obligent. Et les mâles ne sailliront pas pour le plaisir, ou par choix. S’ils vont se foutre sur la gueule pour la femelle en chaleur, c’est parce qu’ils sont en rut, à cause des phéromones produites par la femelle. On ne parle donc pas de plaisir, de désir d’enfant, ou de toutes ces choses qui font la complexité de notre humanité. Je sais que des commentateurs vont encore me faire le coup de « mais les humains aussi marchent aux phéromones ». Non. Les phéromones ne dictent pas notre conduite, ne nous forcent pas à accomplir des actes instinctifs. Qu’elles aient une action dans le désir et la séduction, admettons. Mais je n’ai jamais vu de femme en train de se rouler sur le dos dans la rue en espérant que tous les badauds du quartier la sailliront en montrant leurs pectoraux virils.

Tiens, dans la Paille dans l’œil de Dieu, de Larry Niven, il y a un abord très intéressant d’une civilisation intelligente soumise à un impératif de reproduction.

La chirurgie

Chienne ou chatte, le principe est le même : une incision cutanée, soit sur la ligne blanche (c’est la ligne verticale qui prolonge le sternum, passe sur le nombril et arrive au pubis) près du nombril, soit sur les flancs (dans le creux en arrière des côtes et sous les lombes). Incision musculaire en dessous, on ouvre le « sac abdominal » plus précisément nommé péritoine, et là, on se trouve dans le ventre : on voit les intestins, l’estomac, la vessie, le foie, les reins, et les ovaires et l’utérus.

Les ovaires, ce sont les couilles des filles : ayant meilleur goût que les garçons, elle se passent du scrotum et cachent leurs affaires près des reins, près de la colonne vertébrale. Tout au fond.

L’utérus, c’est un tuyau qui ressemble à un Y. Au bout de chaque bras du Y (on appelle ça les cornes), il y a un ovaire. En bas du Y, il y a le col de l’utérus, qui sépare l’utérus des parties qui intéressent plus le mâle moyen, en tout cas humain : le vagin, puis le vestibule et la vulve. C’est dans l’utérus que se passe la gestation.

Quand on stérilise une chienne ou une chatte, on réalise une ovariectomie (ovari- pour les ovaires, -ectomie pour enlever). Une ligature ou deux sur le pied qui apporte le sang à l’ovaire, une ligature sur le bout du bras du Y, et hop. Je passe sur les détails.

On peut également pratiquer une hystérectomie : on enlève l’utérus. C’est un poil plus lourd. Et dans ce cas on enlève aussi les ovaires, c’est donc en réalité une ovario-hystérectomie. Mêmes ligatures sur les pédicules ovariens, mais on enlève l’utérus tout en laissant le vagin.

Vous pouvez employer le mot castration, qui est le terme courant pour la chirurgie consistant à enlever les gonades (une gonade, c’est le terme générique pour les ovaires et les testicules). En pratique, l’usage consacre plutôt le mot castration à l’orchiectomie, c’est à dire la castration des mâles.

Ce sont des opérations courantes. Pas anodines, mais pratiquées tous les jours ou presque par tous les vétérinaires. Les complications chirurgicales sont rares, et consistent essentiellement en des hémorragies au niveau du pédicule ovarien, pénibles mais pas très graves : il suffit de rechoper ce foutu pédicule (c’est simple, dis comme ça, mais en fait c’est super casse-gonade) et de refaire une ligature. Stress maximum pour tous les chirurgiens débutants, surtout sur les grasses.

En pratique, chez la plupart des vétérinaires : vous amenez votre chienne ou votre chatte le matin, vous la récupérez le soir. Elle sera debout, un poil dans le gaz, et prête à faire comme si de rien n’était, en dehors de ce pansement et/ou de ces sutures qui grattent et qu’elle aimerait bien arracher. Elle aura sans doute une collerette. Elle aura peut-être des antibiotiques et des anti-inflammatoires à prendre quelques jours.

Choix chirurgical

Ovario, ou ovario-hystérectomie ?

A ma connaissance, la plupart des vétérinaires français pratiquent en priorité, sur les jeunes animaux non pubères ou à peine pubères, une ovariectomie simple. Les manuels américains semblent privilégier l’ovario-hystérectomie, mais les publications que j’ai trouvées semblent plutôt en faveur de nos habitudes (notamment van Goethem & al., 2006).

En pratique, surtout sur les jeunes chattes qui risquent d’être pleines, c’est surprise à l’ouverture : s’il y a une gestation visible, on enlève l’utérus, sinon on le laisse. Note aux ASV : bien penser à prévenir avant les propriétaires des animaux que le prix ne sera, du coup, pas le même, ça évite des crises à l’accueil, surtout avec ces charmants clients qui téléphonent d’abord à toutes les cliniques de la région pour choisir la moins chère pour opérer minette.

Par les flancs, ou par la ligne blanche ?

Sur les jeunes chiennes, je propose les deux. Si j’ai un doute sur une gestation, c’est ligne blanche (on ne peut pas faire d’hystérectomie par les flancs). je n’ai pas de préférence forte, je laisse choisir les gens, surtout sur des critères esthétiques. Je trouve que la récupération post-op’ est un poil meilleure en passant par les flancs, mais ce n’est pas essentiel.

A quel âge pratiquer la stérilisation ?

Le discours classique, c’est : avant les premières chaleurs, au plus tard entre les premières et secondes chaleurs. Pas pendant les chaleurs. Et pourquoi pas sur des animaux très jeunes. Cette chirurgie peut bien entendu être pratiquée sur des animaux plus âgés, ayant déjà eu, ou non, des portées. Rien n’empêche de stériliser une chienne ou une chatte de dix ans. Ou quinze.

La stérilisation très précoce (vers trois mois) ne semble pas augmenter le risque d’apparition d’effets indésirables (je reviendrai sur ces derniers plus bas). Elle possède d’indéniable avantages pratiques, Dr Housecat est vétérinaire et éleveur de chats, il vous explique ici pourquoi il la pratique.

Les avantages de la stérilisation

Les chaleurs

Si votre chatte est ovariectomisée, elle ne miaulera pas comme une perdue pendant une semaine toutes les deux trois semaines pendant 6 mois. Elle ne vous fera pas deux ou trois portées de chatons dont vous ne saurez que faire. Elle n’attirera pas tous les matous du quartier qui viendraient hurler tels des métalleux décidés à expérimenter la sérénade au balcon. Qui du coup ne se sentiront pas obligés de se foutre sur la gueule sous vos fenêtres, voire dans votre maison, si ils arrivent à rentrer. Ils éviteront aussi, du coup, de devenir castagner votre gentil chat castré qui ne demandait rien à personne et se demandait bien pourquoi sa copine s’était ainsi transformer en furie.

Si votre chienne est stérilisée, elle n’aura pas, deux fois par an, ses chaleurs, et tous les chiens du coin ne viendront pas creuser des trous dans votre jardin et pisser sur le pas de votre porte. Vous pourrez vous promener avec elle dans la rue sans avoir l’impression de refaire les 101 dalmatiens. Il n’y aura pas de gouttes de sang sur vos tapis. Mais vous ne pourrez pas lui mettre ces culottes super sexy. Ou alors juste pour le plaisir.

Une chienne ou une chatte stérilisée n’a plus de chaleurs. C’est le but.

Et pas de bébé, du coup.

Les tumeurs mammaires

C’est, en termes de santé, l’argument majeur poussant à la stérilisation précoce des chiennes et des chattes. Pour le dire simplement : le développement des tumeurs mammaires est lié au développement et à l’activité du tissu mammaire. Pas de puberté, pas de cycle sexuel, beaucoup moins de tumeurs mammaires.

Les chiffres sont spectaculaires : le risque de développer les tumeurs mammaires est diminué de 99.5% lorsqu’une chienne est stérilisée avant ses premières chaleurs. Le résultat est presque aussi bon si la chirurgie a lieu entre les premières et les seconde chaleurs. Ensuite, stériliser présente toujours un intérêt, mais moindre. En sachant que les tumeurs mammaires sont le cancer n°1 de la chienne, et le cancer n°3 de la chatte, que les tumeurs sont malignes dans 50% des cas chez les chiennes et plus de 90% des cas chez les chattes, ce seul avantage en termes de prévention justifie la stérilisation.

En passant, concernant les tumeurs ovariennes : elles sont rares, mais évidemment, le risque devient nul après chirurgie.

Les infections utérines

Le pyomètre, littéralement, c’est l’utérus qui se transforme en sac de pus. C’est une infection assez fréquente chez les chiennes âgées, qui passe longtemps inaperçue (pas de perte, ou pertes avalées par la chienne qui se lèche la vulve avant de vous faire un bisou sur le nez). Le traitement peut être médical, mais le risque de rechute et si élevé que l’ovario-hystérectomie est très fortement conseillée.

Mon record sur une chienne berger allemand est un utérus de 4.2kg. De pus. Et je suis sûr que certains ont fait pire.

Les risques de séquelles sont importants, en accélérant notamment l’apparition d’une insuffisance rénale chronique.

Pas de cycle : pas de pyomètre.

Les maladies sexuellement transmissibles

J’en ai déjà parlé dans le billet sur la castration, c’est un avantage essentiel pour les chattes (moins pour les chiennes).

Les inconvénients de la stérilisation

Les chaleurs

Une chienne ou une chatte stérilisée n’a plus de chaleurs. Donc si vous voulez avec une ou plusieurs portée, quelles que soient vos motivations, il est évident qu’il ne faut pas la faire opérer… j’enfonce une porte ouverte, mais je vous assure que ce n’est pas pour le plaisir, on m’a déjà posé la question. Il ne faut jamais sous-estimer les incompréhensions sur les questions de sexualité et de reproduction. Je suis persuadé que les médecins ont plein d’exemples en tête, rien qu’en me lisant. Mauvaise éducation, tabous, je ne sais pas, mais maintenant, je prépare le terrain.

Il est parfois plus facile pour certaines personnes de noyer des chatons que de parler sexualité animale avec le vétérinaire.

L’obésité

C’est le risque n°1. Oui, les chiennes et chattes stérilisées, comme les mâles, ont un risque d’obésité très supérieur à celui des animaux « entiers ». Comme chez les mâles, une surveillance sérieuse de l’alimentation permet d’éviter ce danger.

L’incontinence urinaire de la chienne castrée

Ça aussi, c’est un risque réel : la force du muscle qui ferme la vessie (le sphincter urétral), dépend en partie de l’imprégnation en œstrogènes, qui sont des hormones fabriquées dans les ovaires. La stérilisation, chez certaines chiennes, provoque un affaiblissement de ce muscle. La chienne, surtout si elle dort et a la vessie pleine, peut « déborder » : ce sont souvent des mictions involontaires de fin de nuit, plus ou moins marquées. Ce ne sont pas des chiennes qui se pissent dessus toute la journée en déambulant dans la maison.

Ce n’est pas grave, mais c’est pénible, et relativement fréquent. Il existe des traitements efficaces pour ce problème.

Les cancers

Quelques études ont soulevé un risque supérieur (x1.5 à x4) d’ostéosarcome, de carcinome transitionnel de la vessie et d’hémangiosarcome chez les chiennes stérilisées. Ces cancers sont relativement rares (beaucoup plus que les tumeurs mammaires), et cette augmentation de risque ne justifie pas d’éviter la chirurgie.

J’insiste sur ce point, car on lit généralement des articles fracassants dans la presse sur des notions proches, et assez mal comprises, du genre :

Si l’incidence des hémangiosarcomes canins est globalement de 0.2% (sur 1000 chiens pris au hasard, 2 ont un hémangiosarcome), une étude a relevé une incidence de 2.2 x 0.2 % soit 0.44% sur les chiennes stérilisées : sur 1000 chiennes stérilisées, 4.4 ont un hémangiosarcome. Je simplifie le raisonnement et évacue la problématique de la « fiabilité » des études, pour que ce soit simple à comprendre.

Si l’incidence des tumeurs mammaires canines est globalement de 3.4% (sur 1000 chiennes prises au hasard, 34 ont des tumeurs mammaires), cette incidence passe à 0.5 % x 3.4 % soit 0.017 % : sur 1000 chiennes stérilisées elles ne sont plus que 0.17 à avoir des tumeurs mammaires…

Voilà pourquoi je dis que l’avantage est incomparable aux inconvénients sur ces risques.

Au sujet des idées à la con, en vrac

Le bonheur et la nature

J’ai déjà évoqué ce point plus haut. C’est l’argument principal soulevé par les propriétaires, qui craignent que leur chienne ou leur chatte ne soit pas heureuse si elle n’a pas de cycles, ou pas de petits. J’ai cherché pendant des années comment le faire admettre à ceux qui ne peuvent concevoir le bonheur sans enfant. Ou qui trouvent que ce n’est pas naturel. Finalement, c’est un documentaire sur les loups qui m’a donné un argument qui marche presque à tous les coups : dans une meute, seul le couple alpha se reproduit. Les autres ne sont pas malheureux pour autant, et c’est naturel. Notez que pour approximative qu’elle soit, la comparaison marche aussi pour expliquer aux maîtres qu’ils doivent être les maîtres, et qu’un chien dominé n’est pas un chien malheureux.

Et votre chienne ne vous en voudra pas, pas plus que votre chatte.

La perte de caractère

Non, une chienne stérilisée, pas plus qu’un chien castré, ne perd son identité, son caractère, son envie de jouer avec vous, de se barrer chasser les lapins ou rassembler les moutons.

Les ovaires, pas plus que les testicules, ne sont le siège de la personnalité et de l’intelligence.

Les chirurgies exotiques

Non, n’enlever qu’un ovaire, ça ne sert à rien. Je n’ai toujours pas compris pourquoi certains vétérinaires pratiquaient cette opération (des anciens, en général). Si quelqu’un a un indice ? J’ai suppose à un moment qu’ils n’enlevaient que le plus facile à atteindre, et ligaturaient l’autre trompe, histoire de simplifier la chirurgie, mais… en fait je n’en sais rien. Cela dit ça fait dix ans que je n’en ai pas vu.

N’enlever que l’utérus, c’est garder à peu près tous les inconvénients des cycles sexuels, pour n’avoir qu’un avantage, l’absence de gestation. Cliper ou ligaturer les trompes, idem.

Continuer la lecture

Publié dans castration, chat, chien, chirurgie, croyance, Quelques bases, reproduction | Commentaires fermés sur Stériliser sa chienne ou sa chatte