Archives de catégorie : Recommandations

Moins c’est plus, une nouvelle définition de l’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle (HTA) est un facteur de risque cardiovasculaire majeur. Le niveau définissant la valeur normale de la pression ou tension artérielle (TA ou PA) est régulièrement revu. Hier, la dernière mouture a été publiée dans le journal hypertension. Commençons … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans 2017, HTA, hypertension artérielle, médecine, Néphrologie, pression artérielle, Recommandations, SPRINT | Commentaires fermés sur Moins c’est plus, une nouvelle définition de l’hypertension artérielle

Une nouvelle ligne directrice pour décrire l’implication des patients et du public dans les recherches… des patients sont rédacteurs de revues scientifiques

Il s’agit d’une ligne directrice qui a été ajoutée sur le site du réseau EQUATOR : GRIPP2 pour « Guidance for Reporting Involvement of Patients and the Public ». Le BMJ est la revue en avance sur cette thématique peu diffusée. Le BMJ a publié en août 2017 un long article avec la mise à jour de cette ligne directrice (il existait… Continuer la lecture

Publié dans Grand public, Recommandations | Commentaires fermés sur Une nouvelle ligne directrice pour décrire l’implication des patients et du public dans les recherches… des patients sont rédacteurs de revues scientifiques

JAMA publie sa politique de corrections des articles avec un éditorial « To err is human, to correct is divine »

Un éditorial du 5 septembre 2017 dans le JAMA est bienvenu avec un titre amusant : Correcting the medical literature: « To err is human, to correct is divine ». Ce titre fait référence à un ouvrage américain de l’année 2000 (National Academies Press) qui a marqué la développement de la qualité en santé (To err is human. Building a safer health… Continuer la lecture

Publié dans Recommandations, Rétractation | Commentaires fermés sur JAMA publie sa politique de corrections des articles avec un éditorial « To err is human, to correct is divine »

Mieux décrire les interventions dans les revues systématiques.. 8 recommandations majeures

Bravo au groupe de travail réuni en juin 2016, dont les recommandations ont été publiées dans le BMJ (20 juillet 2017) en accès ouvert, dans la rubrique Research Methods and Reporting. Il s’agit de recommandations pour améliorer les revues systématiques. Nous avons vu tous les biais des revues systématiques, dont l’épidémie est inutile, trompeuse, voire dangereuse ! Diffusons ces recommandations… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations, Revue systématique Méta Analyse | Commentaires fermés sur Mieux décrire les interventions dans les revues systématiques.. 8 recommandations majeures

Est-ce qu’un rédacteur médical peut soumettre un article par délégation de l’auteur correspondant ? OUI, pour moi

Le numéro de Juin 2017 de Medical Writing, revue de EMWA, est sur les Medical Devices. De nombreux articles sur ce thème, ainsi que d’autres articles des rubriques régulières. Bonne réflexion de Philip Leventhal sur une question qui se pose parfois : Can a medical writer submit a manuscript on behalf of a corresponding author?. Il m’est arrivé de soumettre… Continuer la lecture

Publié dans Medical Writing, Recommandations | Commentaires fermés sur Est-ce qu’un rédacteur médical peut soumettre un article par délégation de l’auteur correspondant ? OUI, pour moi

Contrôle d’un arrêt de travail par un employeur : contre visite patronale

Un employeur peut recourir à ce dispositif de contre visite patronale, c’est à dire faire réaliser une visite médicale pour s’assurer que l’arrêt de travail d’un de ses salarié est médicalement justifié, en faisant appel à une société de médecins […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, arrêt, assuré, CNOM, collective, complémentaires, conclusions, contre-visite, Contrôle, contrôleurs, convention, décision, déontologie, employeur, heures, indemnités, journalières, juridique, justifié, maladie, médecin conseil, médecins, médicale, médicalement, patronal, Recommandations, règles, salarié, sortie, suspension, travail | Commentaires fermés sur Contrôle d’un arrêt de travail par un employeur : contre visite patronale

Le partage des données des essais cliniques va devenir obligatoire selon l’ICMJE

C’est un sujet débattu, mais la déclaration de l’ICMJE (International Committee of Medical Journal Editors) vient conclure 18 mois de consultations. Que dit cet éditorial publié conjointement par les plus grandes revues (JAMA, BMJ, Lancet, NEJM, Annals Intern Med, et d’autres) ? les manuscrits soumis à des revues suivant l’ICMJE devront contenir une déclaration sur le partage des données sources… Continuer la lecture

Publié dans Archives, Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Le partage des données des essais cliniques va devenir obligatoire selon l’ICMJE

Bonnes pratiques pour les rédacteurs médicaux et les auteurs des articles : une formule pour remercier les rédacteurs

Le texte est court et simple : trois sociétés professionnelles ont signé une déclaration commune sur le rôle des rédacteurs médicaux professionnels ainsi que sur les responsabilités des auteurs. Ces 3 sociétés sont American Medical Writers Association, European Medical Writers Association et International Society for Medical Publication Professionals. Au total 6000 membres pour ces 3 sociétés. AMWA–EMWA–ISMPP Joint Position Statement… Continuer la lecture

Publié dans Cours et congrès, Medical Writing, Recommandations, Sociétés savantes | Commentaires fermés sur Bonnes pratiques pour les rédacteurs médicaux et les auteurs des articles : une formule pour remercier les rédacteurs

RePAIR: Responsibilities of Publishers, Agencies, Institutions, and Researchers in Protecting the Integrity of the Research Record

Des recommandations ont été préparées par un groupe de 22 experts en juillet 2016, et le texte est soumis à discussion, notamment sur le site de COPE, et par d’autres réseaux sociaux. La conférence s’est tenue à Fort Collins, dans le Colorado (USA) et avait pour titre : « Keeping the Pool Clean: Prevention and Management of Misconduct Related Retractions ». Il… Continuer la lecture

Publié dans Intégrité scientifique, Recommandations | Commentaires fermés sur RePAIR: Responsibilities of Publishers, Agencies, Institutions, and Researchers in Protecting the Integrity of the Research Record

Dragi Webdo n°135: otite séro-muqueuse (reco HAS), e-cigarette (reco), score calcique et diabète (SFD), hypothyroïdie fruste, aspirine faible dose

Bonjour! J’espère que vous avez passé une bonne semaine. Pour introduire ce billet, parlons des patients et de leurs symptômes. Un article du BJGP a étudié les symptômes de 50 000 danois en 2012. Les auteurs ont retrouvé que seuls 21,7% des symptômes menaient à une consultation, ce qui correspond exactement aux 217 patients sur 1000 consultant un généraliste dans le Carré de Green en 2001. Voici sans tarder les actualités de la semaine!
1/  Dépistages
Le ministère propose de remanier le dépistage du cancer du sein! Non, je déconne… Ne rêvons pas. Le ministère propose 2 consultations de prévention: une a 25 ans et une à 50 ans, créées pour parler des dépistages. Encore faudrait il que les médecins généralistes soient formés à ces consultations et que l’information délivrée soit fiable et honnête. Malheureusement, je crains que si les gynécologues effectuent ces consultations, les infos puissent être biaisées. (Mais cela viendra, car dans le même style, de plus en plus d’urologues me renvoient des patients pour qu’on parle de PSA sans prescrire eux même les dosages.)
2/ Cardiovasculaire
Un nouvel article du JAMA parle de la prescription d’aspirine en prévention primaire. Dans l’algorithme proposé, on peut surtout voir que l’aspirine n’a pas de bénéfice clairement établi lorsque le risque cardiovasculaire est inférieur à 10% selon le calculateur américain. A partir de 10%, il peut y avoir un intérêt si le NNT dans les études est inférieur au NNH (bénéfice > risques) pour les patients entre 50 et 69 ans.
 3/ ORL
L’otite séro-muqueuse a embêté de nombreux patients et de nombreux médecins. Chacun de ces derniers y allait de son antibiothérapie, de ses corticoïdes et autres solutions nasale. Des recommandations HAS viennent d’être publiées:  » Il n’y a pas de traitement médicamenteux efficace: décongestionnant, antibiotiques, antihistaminiques, corticoïdes et autres traitements sont donc déconseillés ». Donc, en l’absence de risque (trouble du développement ou du langage, surdité, trisomie 21, pathologie vélaire, handicap visuel ou suspicion de rétraction tympanique) un contrôle tous les 3 mois est à effectuer. L’indication des aérateurs trans-tympaniques est restreinte à la présence d’une baisse d’au moins 25dB à l’audiométrie.
4/ Tabacologie
Des recommandations sur l’utilisation de l’e-cigarette existent désormais. De façon globale, l’e-cigarette peut être un outil de sevrage tabagique chez l’adulte y compris pendant la grossesse (mais plutôt en 2ème intention après les les substituts nicotiniques classiques ou si c’est le moyen choisi par la patiente). L’arrêt total du vapotage doit être encouragé comme on encourage l’arrêt des substituts nicotiniques quand le sevrage tabagique a été obtenu. Chez les anciens fumeurs ou anciens vapoteurs, il est recommander de ne pas utiliser à nouveau d’e-cigarette, celle ci pouvant favoriser une rechute dans l’addiction au tabac.
5/ Thérapies non-conventionnelles
Dans les migraines, un essai randomisé du JAMA internal medicine  semble retrouver que l’acuponcture 5 fois par semaine pendant 4 semaines a permis de diminuer significativement la survenue de nouvelle migraines par rapport à une fausse acuponcture. En effets, avec une fréquence de migraines de 5 par mois, les patients avec acuponcture avaient en fin d’étude environ 2 migraines par mois, et ceux avec une fasse acuponcture 3 migraines par mois. Un groupe de patient était également sur « liste d’attente » et n’avait donc aucune intervention: la fréquence de migraines avait quand même diminuée à 4 par mois.
Restons donc dans les thérapies alternatives. Dans la lombalgie, il semblerait qu’il y ait un faible niveau de preuve pour qu’il y ait une efficacité faible de l’acuponcture, de la méditation en plein conscience, du yoga et du taï-chi. Bien que les preuves soient maigres, les effets secondaires sont rarement graves. Alors pourquoi pas, si le patient n’est soulagé par rien d’autre.
6/ Endocrinologie
Le NEJM a publié une étude sur le traitement de l’hypothyroïdie fruste chez les patients de plus de 65 ans. Dans cet essai contrôlé randomisé la moyenne d’âge de patients était de 75 ans, leur TSH était  supérieure à 4 et inférieure à 10 et la T4 était normale. Les auteurs ne retrouvent pas de bénéfice clinique sur un score de symptômes d’hypothyroïdie ni sur un score de fatigue après 1 an de traitement par levothyroxine. Cet article confirme l’absence d’intérêt de traiter les hypothyroïdies frustes, cependant, l’article ne dit pas si ces patients avaient des anticorps positifs, prédictifs d’une évolution vers une hypothyroïdie symptomatique. Malgré cette évolution potentiellement péjorative en présence d’anticorps, je n’ai jamais compris l’intérêt de débuter un traitement plusieurs mois avant voire années supplémentaires… Autant surveiller, et traiter au moment des symptômes ou de la baisse des hormones périphériques. (ou sinon, il faudrait m’expliquer!)
Pour finir, un mot sur le congrès de diabétologie de la SFD qui s’est achevé la semaine dernière. Concernant ce qui est applicable pour le médecin généraliste, il faut noter la place importante que le liraglutide va prendre, étant donné que c’est le seul traitement avec un bénéfice cardiovasculaire démontré en essai contrôlé randomisé de bonne qualité méthodologique disponible en France. 
Ensuite, le score calcique semble être l’autre point intéressant pour repérer les patients diabétiques à haut risque. Ce score était déjà testé chez le diabétique depuis plusieurs années (j’en avais parlé ici), mais son utilisation en routine devrait progressivement se mettre en place car bien meilleur qu’un calcul basé sur des facteurs de risque. Pour mémoire, le score > 100 est considéré comme pathologique et nécessiterai des explorations cardiologiques alors que s’il est inférieur à 100, le patient est à faible risque et un contrôle des facteurs de risques serait suffisant. En pratique, un calcul de score calcique se fait sur une prescription de scanner thoracique non injecté avec demande de calcul du score.
Bonne soirée et bonne semaine à tous! A bientôt!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, Congrès, Diabétologie, DragiWebdo, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°135: otite séro-muqueuse (reco HAS), e-cigarette (reco), score calcique et diabète (SFD), hypothyroïdie fruste, aspirine faible dose

Dragi Webdo n°134: dyslipidémies (reco HAS), aspirine (reco US), Gardasil 9, eczéma, PNNS, décision partagée

Bonjour ou plutôt bonsoir! Pour ceux qui n’auraient pas été au congrès du CMGF, vous pouvez retrouver les abstracts et vidéos sur le site ou relisez tous les tweets #CMGF2017! Pour les présents, merci pour ces rencontres pendant les 3 jours de congrès et vivement le prochain!

1/ Pharmacovigilance
Avec la pénurie de vaccins anti-VHB, comment se faire vacciner? L’ARS a mis en place un guide pour les personnes des groupes prioritaires pour qu’ils puissent avoir le vaccin en pharmacie hospitalière. Côté médecin, il semble qu’il faille préciser l’appartenance à la catégorie prioritaire pour que le pharmacien vérifie.
Prescrire dirait « enfin »! Les solutions d’acide hyaluronique pour injections articulaires vont être déremboursées. BigPharma n’a donc plus grand chose à se mettre sous la dent concernant l’arthrose.
Le risque diabétogène des statines continue d’être étudié. Une étude de cohorte chez 8000 femmes de plus de 70 ans, retrouve une augmentation du risque de diabète de 33%  sous statine, soit un nombre de patientes à traiter pour un évènement (NNH) de 131 en 5 ans. Ce qui est concordant avec les autres études.


2/ Cardio-vasculaire
La HAS a publié des recommandations sur les dyslipidémies. Elles sont basées sur celles de l’ESC avec quelques précisions par endroit quand l’ESC n’avait pas émis de propositions claires. Ainsi, le risque cardiovasculaire se calcule avec SCORE. Les patients à faible risque (SCORE<1%) et à risque modéré (SCORE entre 1 et 5% ou diabète T1/T2 < 40ans non compliqué) ont des objectifs respectifs de LDLc à 1,9g/L et 1,3g/L à atteindre par règles hygiénodiététiques en première intention. Les patients à haut risque (SCORE entre 5 et 10% ou diabète >40 ans non compliqué pour simplifier, ou insuffisance rénale modérée) et à très haut risque (SCORE > 10% , diabète > 40 ans avec complication, IRC sévère ou maladie cardiovasculaire établie), les objectifs sont de 1g/L et 0,7g/L à atteindre avec une statine.
Quelle statine? La HAS recommande désormais la simvastatine et atorvastatine en première intention, tout en rappelant l’absence d’AMM de cette dernière en prévention secondaire. Ainsi, quand l’objectif de LDL n’est pas atteint, on peut ajouter l’ezetimibe qui a des preuves d’efficacité démontré dans cette indication.
Le point différent des recos de l’ESC concerne les hypertriglycéridémies, car l’ESC recommandait une statine en première intention. La HAS recommande une statine si le LDL n’est pas à l’objectif, mais s’il l’est c’est un fibrate qui est recommandé en première intention. Le tableau étant complexe, je vous laisse aller le regarder. Voici cependant le tableau principal:
En prévention cardiovasculaire et du cancer colorectal, l’USPSTF recommande l’aspirine faible dose pour une durée de 10 ans aux patients de 50 à 59 ans dont le risque AHA/ACC est supérieur à 10%. Entre 60 et 69 ans, la balance bénéfice risque doit être évaluée individuellement, notamment en fonction du risque de saignement. Avant 50 ans et après 70 ans, l’aspirine en prévention cardiovasculaire primaire n’a pas prouvé d’efficacité.
3/ Infectiologie
Un nouvel avis du HCSP est tombé sur la vaccination anti HPV: le Gardasil 9 devient le vaccin recommandé en 1ère intention. En effet, il est retrouvé une protection contre les HPV 52 et 58 qui n’avaient  jamais été vu dans les vaccins précédents (le Cervarix protégeait déjà par réactions croisées sur les HPV 33 et 45). Le bénéfice sur les lésions précancéreuses et les condylomes en font donc le vaccin anti-HPV de choix. La sécurité n’a cependant été étudiée que sur environ 23 000 patientes, on est donc loin d’avoir la puissance nécessaire pour évaluer le risque de maladies auto-inflammatoire dont la fréquence était estimée à 1 pour 100 000 pour le Gardasil4. Quoi qu’il en soit, ces évènements sont donc, particulièrement rares.
On ne traite pas les angines, bronchites et otites moyennes de la même façon partout. Parfois les antibiotiques ne sont pas indispensables. Voici quelques infographies de décision partagée sur ces 3 pathologies infectieuses.
L’eczéma de l’enfant est souvent sur_infecté, mais quel antibiotique prescrire et comment? Un essai contrôlé randomisé des enfants avec eczéma modérément sur_infectés traités 1 semaine par dermocorticoides et émollients associés soit: à des placébos, à un antibiotique local + placébo oral, à un antibiotique oral + placébo local. A évalué à 15 jours, les auteurs retrouve que le score de gravité d’eczéma ressenti par le patient (POEM) était meilleur dans le groupe double placébo par rapport aux antibiotiques! Les dermocorticoïdes sont suffisant pour ces eczéma modérément sur-infectés sans nécessiter d’antibiotiques.
4/ Nutrition et diabétologie
Le nouveau programme nutrition santé a été publié par le HCSP.  Il est toujours recommandé de manger 5 fruits et légumes sans que l’on sache scientifiquement pourquoi 5. Il est recommandé de limiter la consommation de viande rouge à 500g/semaine. Une des principales modifications concerne les produits laitiers dont le nombre recommandé par jour baisse à 2. Je vous laisse regarder le tableau de l’avis pour plus de détails (il n’est pas si long que ça!)
Une nouvelle étude revient sur le traitement intensif du diabète de type 2. Pour mémoire, l’étude ACCORD avait retrouvé une sur-mortalité chez les patients diabétiques avec une cible glycémique (HbA1C) inférieure à 6%. Cette nouvelle méta-analyse publiée dans le Lancet Diabetes and Endocrinology retrouve que les traitements intensifs diminuent le risque de néphropathie (ainsi que le risque de progression de néphropathie) et de rétinopathie diabétique , respectivement de 20% et 13%. Cependant, ces résultats sont surtout portés par le poids de l’étude ACCORD: les auteurs n’ont pas étudié la mortalité dans cette méta-analyse! Ils en parlent à peine en discussion… S’ils avaient retrouvé une diminution de mortalité ou même une absence d’augmentation de mortalité, je doute qu’ils se soient privés de le dire. La liste des conflits d’intérêt des auteurs suffit à comprendre l’orientation de l’article. Bref, se méfier des « augmentation de traitements » que pourraient subir les patients suite à cette méta-analyse.
C’est fini pour cette semaine! Bonne nuit et à très bientôt pour un prochain Dragi Webdo (Promis, le prochain, j’essaye de le publier le dimanche!)
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, DragiWebdo, dyslipidémie, HTA, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°134: dyslipidémies (reco HAS), aspirine (reco US), Gardasil 9, eczéma, PNNS, décision partagée

Dragi Webdo n°132: Anti-PCSK9 et risque cardiovasculaire, HTA et néphropathie, BPCO (recos européennes), diabète (reco US), hypothyroïdie et grossesse

Bonsoir! Chassez les mauvaises habitudes et elles reviennent presque aussitôt… Je n’ai jamais eu autant de retard pour un Dragi Webdo alors, tout de suite, les actualités!


1/ Pharmacovigilance

Un nouveau site internet a été mis en place pour signaler les effets indésirables des traitements: Signalement-sante.gouv.fr . Facile d’utilisation, il n’y aura plus aucune excuse pour ne pas déclarer des effets indésirables!

L’ANSM revient sur les prescriptions de Trimetazidine (Vastarel) pour réserver la prescription initiale aux cardiologues. L’objectif est de diminuer les prescriptions ORL et ophtalmologiques de ce médicament. Il ne me semble pas qu’il y ait d’ailleurs de grandes preuves d’efficacité cardiologiques non plus… mais c’est un début.


2/ Cardiovasculaire

 Les articles cardio de la semaine concernent les anti PCSK-9 dans le traitement des dyslipidémies, ou plutôt, prévention cardiovasculaire. Tout d’abord, l’Evolocumab, étudié dans un essai contrôlé randomisé versus placebo (étude FOURIER). Notons que le sponsor pharmaceutique de l’étude était responsable du recueil des données. Les patients étaient en prévention secondaire (ATCD d’infarctus du myocarde, d’AVC ou d’AOMI sévère). Ils avaient 62 ans en moyenne, 36% étaient diabétiques, 80% hypertendus. Leur LDL moyen était de 0,9g/L donc « parfaitement contrôlé », pour ceux qui parlent de contrôle du LDL, et 70% avaient une statine de forte intensité.
Bref, dans ces conditions et avec en moyenne 2 ans et 2 mois de suvi, les auteurs retrouvent une diminution significative du risque cardiovasculaire sur leur critère composite principal (OR=0,85), essentiellement portée par la diminution des AVC et infarctus non mortels (respectivement OR=0,79 , NNT=250 et  OR=0,72  , NNT=84). La mortalité globale et cardio-vasculaire n’était pas modifiée.

Pour ceux qui aiment le LDL, le taux a été baissé aux alentours de 0,30 avec le traitement.

Le deuxième traitement, le Bococizumab, un autre anti-PCSK9 a été étudié dans deux essais contrôlé randomisés: SPIRE-1 et SPIRE-2, avec une place non négligeable du sponsor également. Les auteurs sont choisi de publier les 2 études en 1 article, malheureusement pour eux, si SPIRE-2 (et ses 10 000 patients) retrouve une amélioration du critère composite cardiovasculaire (OR=0,79), ce n’est pas le cas de SPIRE-1, et encore moins lors de l’analyse des deux études ensemble. Même SPIRE-2 ne montrait pas d’amélioration sur les critères pris indépendamment (IDM, mortalité globale ou cardiovasculaire), sauf pour les AVC non fatals qui étaient diminués (OR=0,60 , NNT=370!).
Pour atteindre le point où je raconte ma vie, il se trouve que j’exposais les bénéfices des traitements cardiovasculaire à un patient qui m’a répondu « Si c’est pour vivre à moitié paralysé, ça m’intéresse pas votre traitement ». Du coup, je ne suis pas convaincu que baisser les AVC non fatals soit un super critère si on étudie pas la durée de vie sans incapacité ou la qualité de vie des patients.


3/ Néphrologie

Une méta-analyse publiée dans le JAMA internal medecine comparait un traitement de la tension artérielle intensif (< 130mmHG de PAS) versus habituel (> 140mmHg) chez les patients non diabétiques avec une néphropathie. Après 3 ans de suivi médian, le contrôle intensif n’a pas permis de
ralentir la progression de la maladie rénale chronique ni de diminuer la mortalité globale. Les effets secondaires des traitements n’ont cependant été que peu étudiés.

4/ Pneumologie

 Le mois de mars était celui des recos sur la BPCO, et l’ERS (agence européenne de pneumologie) a publié des recommandations. Elles sont très imprécises et ne vont pas grandement modifier la pratique. Le point principal réside dans le traitement par corticoïde des exacerbations en ambulatoire, dont la durée a été potentiellement prolongée: au lieu de 5 jours à 40mg (GOLD2017), ces recommandations disent désormais « moins de 14 jours » sans que la justification ne soit très claire.
Les antibiotiques dans l’exacerbation en ambulatoire seraient recommandés, mais l’antibiotique en question n’est pas défini, contrairement aux recommandations NICE et GOLD qui réservent les antibiothérapies aux patients avec des expectorations purulentes ou des BPCO sévères. L’argumentaire est faible une fois de plus pour justifier l’antibiothérapie systématique.
Le reste des recos ne concernent que très peu la médecine générale. Bref, en rester aux autres recos car celles ci n’apportent rien de nouveau ou de scientifiquement justifié.

4/ Endocrinologie

Faut il traiter les hypothyroïdies frustes chez les patients enceintes? Deux articles apportent des éléments de réponse. Dans le BMJ, une étude de cohorte rétrospective met en évidence que le traitement de l’hypothyroïdie fruste (TSH >2,5 et < 10) serait associé à une diminution du risque de fausses couches, mais également à une augmentation de diabètes gestationnels, d’accouchement prématurés et de pré-éclampsie…
Dans un essai contrôlé randomisé du NEJM, les patientes enceintes avec une hypothyroïdie fruste (TSH > 4 avec T4 normale) ont été traitée par placebo ou levothyroxine à dose suffisante normaliser la TSH. Les auteurs ont évalués des critères de jugement dépendant uniquement de l’enfant. Ils ne retrouvent pas de différence de QI des enfants à 3 ou 5 ans entre les groupes, ni de différence en terme de mortalité néonatale.
Ainsi, les deux études ne semblent pas en faveur d’un dépistage et d’un traitement des hypothyroïdies frustes durant la grossesse, ce qui est conforme aux recommandations actuelles.

5/ Diabétologie

Les recommandations américaines de l’ADA pour la prise en charge du diabète de type 2 viennent d’être publiées. Pour la première fois les objectifs d’HbA1C ne sont plus au premier plan. Les auteurs écrivent simplement « si l’objectif n’est pas atteint », et on trouve par endroit qu’il faut majorer le traitement si HbA1C > 8%, ce qui est concordant avec les données des grands essais diabétologiques. Il est recommandé de débuter par une bithérapie si Hba1C > 9% et par de l’insuline si > 10%.
Malheureusement, en dehors de la metformine en première intention, toutes les autres classes d’antidiabétiques sont recommandées pour les bi et trithérapies si le diabète n’était pas contrölé, malgré les traitements plus éprouvés que sont le liraglutide et l’empagliflozine (qui ont diminué les évènements cardiovasculaires et la mortalité en essai contrôlé randomisé en prévention secondaire).
Heureusement, une revue narrative publiée dans le JAMA revient sur les antidiabétiques et explique, qu’avec les données actuelles, il n’est pas normale d’avoir recours à des traitements dont l’efficacité ne repose que sur une amélioration de l’HbA1C.

Ainsi, une méta-analyse des principaux essais randomisés concernant les analogues du GLP-1 et inhibiteurs de la DPP-4 ont été publiés. Cette étude n’incluant que les principaux essais, on ne peut avoir quelques variation par rapport à d’autres méta-analyses sur des essais moins sélectionnés. Les auteurs n’ont pas retrouvé de bénéfice aux inhibiteurs de DPP-4 mais un sur-risque de pancréatite aigue. Concernant les analogues du GLP-1, il y avait un bénéfice sur la mortalité globale et cardiovasculaire. Mais si on regarde bien, il y a une erreur dans les chiffres concernant la mortalité globale pour une des études donc probablement que l’effet sur la mortalité globale est moindre. Le problème de cette méta-analyse est donc qu’elle supprimé le poids d’études plus faibles qui auraient pu faire pencher la balance.

Voilà, désolé pour le retard! A très bientôt,

@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, Diabétologie, DragiWebdo, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°132: Anti-PCSK9 et risque cardiovasculaire, HTA et néphropathie, BPCO (recos européennes), diabète (reco US), hypothyroïdie et grossesse

Dragi Webdo n°129: fin de vie, recommandations BPCO (SPILF), dyslipidémies (reco US), ACFA et AVK post AVC-hémorragique, magnésium, lombalgie

Bonsoir! Je voudrai commencer ce billet avec le site « parlons fin de vie » qui a été mis en place pour parler de la fin de vie. Les explications et modèles sur les directives anticipées et la personne de confiance sont facilement consultable et compréhensible pour les patients. A partager largement.
1/ Cardio-vasculaire
Le collège américain de cardiologie a publié des recommandations sur les traitements non-statine dans les dyslipidémies. D’abord, ces traitements recommandés sont soit: l’ezetimibe (qui a démontré un bénéfice cardiovasculaire avec difficulté dans IMPROVE-IT en prévention secondaire), soit: les anti-PCSK9 (on en avait parlé un peu ici). Donc, on ne parle nulle part de fibrate, hein. Reprenons. Cette reco dit qu’il faut un traitement quand les statines ne sont pas tolérées ou insuffisantes pour 4 types de patients:
– ceux en prévention secondaire avec un LDL >1g/L
– ceux avec un LDL > 1,9g/L
– les patients diabétiques avec un LDL > 1g/L
– les patients avec un risque AHA/ACC > 7,5% soit à très haut risque. Ce qui est bien avec cette reco, c’est que les patients à risque modéré n’ont pas à être traité (contrairement à ceux à risque modéré dans les recos de l’ESC).
Bref, dans les autres situations ou les statines ne sont pas tolérées, y avait il une réelle indications à proposer une statine?

Le JAMA internal medicine a soulevé la question de la poursuite des anticoagulants dans la FA après un épisode d’hémorragie cérébrale. C’était une étude observationnelle de plus de 2000 patients avec fibrillation auriculaire. Il faut catégoriser les patients selon la cause de l’hémorragie: AVC hémorragique ou hématome post-traumatique. La reprise de la warfarine était associé à moins d’AVC ischémique pour les 2 causes mais plus récidive d’hémorragie en cas d’AVC hémorragique qu’en cas de traumatisme. La mortalité globale était même diminuée dans les groupes avec reprise de l’AVK. Cependant, dans cette étude prospective pragmatique, il est fort probable que les patients ayant poursuivi les AVK après l’hémorragie cérébrale ait été en meilleur forme que les autres, comme le montre les taux de récidive dans le groupe traumatique: peu de récidive car les patients avec AVK poursuivi tombent moins, alors que dans le groupe AVC hémorragique, le facteur « récidive spontanée » est moins lié à l’état du patient qu’a la prise de l’AVK: augmentation des hémorragies.
Il serait donc vraiment important devant l’absence de connaissance solides sur ce problème d’avoir un essai contrôlé randomisé (si quelqu’un en a un en stock, ça m’intéresse!)



Un article presque attendu depuis longtemps pour les partisans du magnésium: enfin, une méta-analyse retrouve que les patients prenant du magnésium ont: une mortalité globale moindre! Mais également moins d’AVC, moins de diabète et moins d’insuffisance cardiaque. Malheureusement, aucun essai contrôle randomisé n’a réussi à le démontrer. Cette méta-analyse s’est effectuée sur des études de cohorte, ce qui n’est pas si mal, mais qui va soulever le biais des habitudes alimentaires des patients. Mais devant l’absence d’argument pour des effets secondaires graves, au pire, le magnésium peut être un bon placebo…

2/ Pneumologie
Je les avais raté en fin d’années, mais voici les reco de la SPILF concernant la BPCO! En fait, elles sont plutôt proches de l’article présenté la semaine dernière. Elles sont pragmatiques: si pas de symptôme: pas de traitement de fond. En cas de symptômes avec dyspnée chronique prédominant: LABA, en cas d’exacerbation: LAMA (pour mémoire la dyspnée peut s’évaluer avec le mMRC2 ou le CAT>10). Si le traitement est inefficace, une petite subtilité intervient:
– soit les exacerbations se sont calmées mais la dyspnée persiste: double bronchodilatation LAMA/LABA
– soit le patient continue a faire des exacerbations mais n’est pas dyspnéique (mMRC<2): ajout d’un corticoïde inhalé (dans ce cas on est plutôt dans une association LAMA+CSI et non LABA+CSI si j’ai bien suivi le raisonnement des experts, mais comme cette association n’a pas été évaluée, c’est bien LABA+CSI )
Enfin, en cas d’échec, une trithérapie peut être entreprise, voire trithérapie plus ajout d’azithroymcine au long cours, seul moment où l’antibiothérapie préventive peut réduire les exacerbations chez des patients très exacerbateurs résistants au traitement.
Quelques restrictions à suivre: INNOVAIR seulement si VEMS < 50%, SERETIDE si VEMS < 60% et SYMBICORT si VEMS <70% post bronchodilatation

3/ Rhumatologie
Annals of internal medicine continue dans la lombalgie avec la revue de la littérature des différents traitements sur laquelle les recommandations On y retrouve que le paracetamol ne fonctionne pas quand on le compare au placebo sur des échelles de douleurs à 3 semaines ou sur l’incapacité fonctionnelle. Cependant, alors que les AINS semblent plus efficaces que le placebo, les études comparant AINS et paracetamol ne retrouvent pas de différence entre ces 2 traitements…. (Cherchez la logique) Bref, je persiste à penser qu’étudier la douleur après plusieurs semaines pour une pathologie qui est censé durer quelques jours n’est pas très pertinent. Concernant les benzodiazépines, pas d’efficacité démontrée à 5 jours sur la raideur et les douleurs mais plus d’effets secondaires neurologiques. Enfin, concernant les myorelaxant qui sont dits efficaces: les données sont en fait bien plus mitigées avec une majorité d’études retrouvant une inefficacité. Mais les auteurs s’appuient sur une méta-analyse de 2 articles (mouais…), publiée par la Cohrane (ah??) mais retirée car données dépassées et un protocole non conforme selon la Cochrane, et qui portait en fait sur la réhabilitation des membres supérieurs… Et si on continuait d’éviter de les utiliser?
C’est fini pour cette semaine! Mais pour rassurer ceux qui seraient inquiets et remettraient en cause leur capacité à faire de la « bonne médecine » à cause d’une mauvaise e-réputation (comme de mauvais commentaires sur les sites internets), un article retrouve l’absence de corrélation entre la note donné au chirurgiens par des patients et le taux de mortalité des patients à 30 jours  après un pontage coronarien!
A bientôt!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, BPCO, DragiWebdo, dyslipidémie, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°129: fin de vie, recommandations BPCO (SPILF), dyslipidémies (reco US), ACFA et AVK post AVC-hémorragique, magnésium, lombalgie

Manifeste pour une science reproductible : une déclaration bienvenue

Un article du 10 janvier 2017 dans la rubrique perspective de Nature human behaviour « A manifesto for reproducible science » a été co-signé par des experts, dont B Nosek qui dirige le Center for Open Science à Charlottesville, USA. Il s’agit du premier numéro de cette nouvelle revue à comité de lecture du groupe SpringerNature. Les auteurs proposent des mesures, tout… Continuer la lecture

Publié dans Recommandations, Reproductibilité | Commentaires fermés sur Manifeste pour une science reproductible : une déclaration bienvenue

Intégrité de la recherche : faut-il s’inquiéter ? Oui, d’après une note anglaise provenant de Houses of Parliament

Cette note de janvier 2017 (numéro 544) a été publiée par The Parliamentary Office of Science and Technology, Westminster, London, et son titre est simple « Integrity in Research ». Elle est courte (4 pages sans compter la page de références), et bien documentée. Elle reprend de nombreuses notions développées sur ce blog, mais a le mérite d’alerter nos communautés scientifiques :… Continuer la lecture

Publié dans Grand public, Intégrité scientifique, Recommandations | Commentaires fermés sur Intégrité de la recherche : faut-il s’inquiéter ? Oui, d’après une note anglaise provenant de Houses of Parliament

Point de vue dans le JAMA sur les biais des recrutements académiques : des biais de recrutements existent-ils hors USA ?

Le nouveau rédacteur du JAMA a introduit depuis 2/3 ans une rubrique viewpoint qui permet de publier en général au moins 4 articles de type éditorial par numéro. Ce sont des prises de position très américaines, mais assez engagées. Dans le numéro du 27 décembre 2016, j’ai lu avec intérêt le viewpoint intitulé « Reducing bias in academic search committees » en… Continuer la lecture

Publié dans Biais, conflits d'intérêts, Recommandations | Commentaires fermés sur Point de vue dans le JAMA sur les biais des recrutements académiques : des biais de recrutements existent-ils hors USA ?

Mise à jour 2016 des recommandations de Vancouver, et la version française est en ligne !

En décembre 2016, le Comité International des Rédacteurs Médicaux de Revues ou ICMJE (dit groupe de Vancouver) a apporté quelques modifications aux « Recommandations pour la conduite, la présentation, la rédaction et la publication des travaux de recherche soumis à des revues médicales. » J’ai révisé la version française qui est maintenant sur le site ICMJE (aller à Translations), et l’accès direct… Continuer la lecture

Publié dans Prédateurs, Recommandations | Commentaires fermés sur Mise à jour 2016 des recommandations de Vancouver, et la version française est en ligne !

Pratiquer une recherche intègre et responsable : bonne mise à jour du guide du comité d’éthique du CNRS

C’est une bonne initiative du COMETS, le comité d’éthique du CNRS : ils ont remis à jour leur brochure avec l’approbation de la CPU (Conférence des Présidents d’Université). Vous verrez les informations concernant l’actualisation de la version 2014 ! Fallait-il actualiser si vite ? OUI, car le guide est amélioré. Nous avions présenté fin 2013 la première version de ce… Continuer la lecture

Publié dans Intégrité scientifique, Recommandations | Commentaires fermés sur Pratiquer une recherche intègre et responsable : bonne mise à jour du guide du comité d’éthique du CNRS

La plupart des posters que je vois n’ont pas de message dans le titre, sont surchargés,… et je passe mon chemin…

Régulièrement je fais des formations sur comment présenter un poster. Quand je lis des posters dans des congrès, je prends des photos pour mes formations. La semaine dernière j’étais dans une excellente réunion, et quelques posters étaient exposés : sur 9 posters, aucun n’avait un résultat dans le titre, et un seul avait une adresse email si j’avais voulu contacter… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Cours et congrès, Recommandations | Commentaires fermés sur La plupart des posters que je vois n’ont pas de message dans le titre, sont surchargés,… et je passe mon chemin…

D’urgence, il faudrait améliorer la description des effets indésirables dans les publications d’essais cliniques… mais qui va le faire ?

La publication des effets indésirables a toujours laissé à désirer ! Les articles sont focalisés sur l’efficacité des interventions dans les essais, et moins sur les effets indésirables. Pas besoin de vous donner des exemples, des comparaisons entre clinicaltrials.gov et articles l’ont montré.. Il y a quelques semaines, j’ai vu des chirurgiens comparant des complications de chirurgie entre des données… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur D’urgence, il faudrait améliorer la description des effets indésirables dans les publications d’essais cliniques… mais qui va le faire ?

GREET : des lignes directrices pour écrire les interventions en éducation, très beau travail

Le domaine de la recherche en éducation est souvent décevant. Les études qualitatives sont souvent peu reproductibles, pour diverses raisons dont la mauvaise méthodologie. Un groupe d’experts en médecine factuelle vient de publier non seulement les 17 items de GREET (Guideline for Reporting Evidence-based practice Educational interventions and Teaching), mais aussi toutes les méthodes pour arriver à GREET. La description… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur GREET : des lignes directrices pour écrire les interventions en éducation, très beau travail

Le partage des données est encore très loin d’être la norme : peu de revues biomédicales prestigieuses le demandent

C’est un preprint de PEERJ (donc un article n’ayant pas encore été reviewé) qui a estimé les politiques des revues concernant le partage des données sources par les auteurs. Nous savons que de rares revues l’imposent, comme BMJ par exemple. Par exemple, les instructions aux auteurs du BMJ contiennent ces phrases (et bien d’autres) : » For all research articles: we… Continuer la lecture

Publié dans Archives, Méthodologie de recherche, Recommandations, Reproductibilité | Commentaires fermés sur Le partage des données est encore très loin d’être la norme : peu de revues biomédicales prestigieuses le demandent

Il faut spécifier sexe et genre, voire les deux, dans les publications de recherche clinique : nos revues sont très en retard !

Nous avons présenté SAGER (Sex And Genger Equity in Research), et je vous incite à signer la déclaration de soutien à SAGER. Dans le JAMA de fin octobre 2016, un point de vue en accès libre est intitulé « Reporting sex, gender, or both in clinical research? ». Les deux signataires ont pour affiliations : Office of Research on Women’s Health, National… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Il faut spécifier sexe et genre, voire les deux, dans les publications de recherche clinique : nos revues sont très en retard !

Revues d’écologie : les articles les plus longs, avec le plus d’auteurs et le plus de références seraient plus cités

Le blog RetractionWatch pose une question : faut-il abolir les limitations de longueur des articles ? Nous savons que le plus souvent un article original dans une revue à comité de lecture a un format très standardisé : 3 000 à 4 000 mots (sans titre, résumé, références), limitation des illustrations, de 20 à 50 références selon la revue, et… Continuer la lecture

Publié dans Citations, Recommandations | Commentaires fermés sur Revues d’écologie : les articles les plus longs, avec le plus d’auteurs et le plus de références seraient plus cités

« No conflict, No interest », éditorial de JAMA Oncology accompagnant 2 recherches sur les liens d’intérêts

Le 25 août 2016, JAMA Oncology a mis en ligne 3 articles sur la problématique des liens d’intérêts dans le domaine de la cancérologie. Le sujet est difficile, et demande réflexion plutôt qu’accusation systématique. Un ‘brief report’ sur les relations avec l’industrie des auteurs des recommandations du NCCN (National Comprehensive Cancer Network) en 2014 : sur 125 auteurs des recommandations,… Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêts, Recommandations | Commentaires fermés sur « No conflict, No interest », éditorial de JAMA Oncology accompagnant 2 recherches sur les liens d’intérêts

Des lignes directrices pour écrire des articles épidémiologiques en nutrition : bienvenues car trop d’inepties publiées dans ce domaine

Il s’agit d’une extension des lignes directrices STROBE (Strengthening the Reporting of Observational Studies in Epidemiology) dédiée aux études épidémiologiques dans le domaine de la nutrition. Indispensable, car c’est un domaine très complexe et des études sont publiées pour vous raconter que manger ou boire des aliments vous cause le cancer. Les pseudo-scientistes écolos s’en servent pour affoler le public…….. Continuer la lecture

Publié dans Gaspillage, Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Des lignes directrices pour écrire des articles épidémiologiques en nutrition : bienvenues car trop d’inepties publiées dans ce domaine

Dragi Webdo n°105: Congrès ESC (reco dyslipidémies, reco FA, CLARIFY:objectif tensionnel post-IDM), Reco VIH, Reco fibromyalgie, pneumopathies

Bonjour à tous et bonne reprise! J’espère bien évidemment que vous avez passé de bonnes vacances, reposantes et que vous avez envie de savoir quelles actualités médicales vous avez ratées pendant que vous bronziez paisiblement. Comme tous premiers Dragi Webdo de septembre, les actualités seront essentiellement consacrées au congrès de l’European Society of Cardiology (ESC), avec des choses plus ou moins prometteuses. Bonne lecture!
1/ Cardiologie
 Pour commencer, l’ESC a publié des nouvelles recommandations de prise en charge des dyslipidémies. Je me suis donc réjouis à l’idée de les lire, et j’ai quand même déchanté. En effet, alors que les recos américaines se montraient plutôt en faveur d’une baisse relative du LDL de 30-50% selon le risque cardiovasculaire, l’ESC revient à des objectifs de LDL. Il faudrait cibler un LDL < 0,7g/L en cas de très haut risque (prévention secondaire, insuffisance rénale sévère, diabète+atteinte d’organe ou diabète + HTA ou tabac ou dyslipidémie, risque cardiaque à 10 ans >10% d’après SCORE) (Je ne reviendrais pas sur « SCORE » qui reste le seul score cardiovasculaire validé en population française et dont l’utilisation est préconisée par le CNGE faute de mieux, même si d’autres calculateurs comme le QRISK sont peut être plus adaptés). Pour les patients à haut risque (score entre 5 et 10%, diabète non compliqué, insuffisance rénale modérée, HTA sévère et hypercholestérolémie sévère), la cible de LDL est de 1g/L. Comment atteindre ces objectifs: avec des statines! La molécule préférentielle n’est pas désignée, mais un tableau rappelle que seul la rosuvastatine 20 et l’atorvastatine 40 et 80 permettent une diminution de plus de 50% du LDL. En cas d’échec de monothérapie quelque soit le risque, l’ajout de l’ezetimibe (qui n’a pas démontré de bénéfice en dehors de la bithérapie avec la simvastatine en prévention secondaire d’un infarctus) est proposé. Les fibrates ne sont même pas mentionnés en cas d’intolérance à une statine: ezetimibe et colestriamine sont à préférer. Par ailleurs bien que le gemfibrozil soit le seul a avoir prouvé un faible bénéfice d’après ces recommandations, c’est le fenofibrate qui est recommandé (du coup, je comprend pas trop leur raisonnement) dans les hypertriglycéridémies supérieures à 2g en échec d’un traitement par statine (qui est à mettre en 1ere ligne) ou en cas d’intolérance aux statines.Une partie de la réponse réside probablement dans le faite que le gemfibrozil ne doit pas être associé à une statine car les effets indésirables musculaires sont accrus par rapport à une autre association association statine +  fibrate (mais ça n’explique pas pourquoi le fenofibrate est préféré en cas de monothérapie). Cette partie sur les hypertriglycéridémies est peu claire malgré la biblio présente dans l’article car les récentes publications ne sont pas en faveur d’une balance bénéfice risque positive pour un traitement en dehors des hypertriglycéridémies >4g/L et ce, essentiellement à cause du risque pancréatique plus que pour le risque cardiovasculaire. Enfin, concernant les sujet très âgés, le traitement de la dyslipidémie doit être poursuivi en prévention secondaire et à discuter si HTA+diabète+tabac+dyslipidémie en prévention primaire (bien qu’aucune étude n’ait clairement prouvé un bénéfice chez les sujets très âgés)
L’ESC a également publié des recommandations sur la fibrillation auriculaire. Peu de changements mais certains sont importants: le dépistage de la FA après un AVC ou un AIT doit être fait sur un enregistrement de 72 heures. Le score CHADSVASC doit toujours être calculé pour les FA non valvulaires (et donc la ETT doit être effectuée) et indique une nécessité d’anticoagulation s’il est supérieur ou égal à 2 pour les hommes ou 3 pour les femmes (mais à proposer dès que le score est de 1 chez l’homme et 2 chez la femme en cas de faible risque hémorragique: en gros le sexe féminin n’est plus un critère aggravant). Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont recommandés préférentiellement aux AVK en l’absence de contre-indication (ça, c’était sur qu’on y viendrait avec l’arrivée des antidotes disponibles dans les services d’urgence). En post infarctus, ne soyez pas étonnés de voir pendant 6 mois des trithérapies anticoagulant + aspirine + clopidogrel, puis anticoagulant + aspirine ou clopidgrel jusqu’au 12ème mois. Mais passé ce 12ème mois, seul l’anticoagulant doit être poursuivi en monothérapie! Pour les traitements ralentisseurs et de contrôle du rythme, je n’ai rien de trouvé de changé si on s’en tient aux bêta-bloquants, à la flécaïne et à l’amiodarone (ce que je fais, parce que sinon je n’y comprends plus rien)
Pour renforcer l’utilisation des AOD dans la FA, une présentation du congrès retrouve une efficacité identique en prévention des AVC mais un risque de saignement intra-cranien inférieur sous AOD (surtout dabigatran) par rapport aux AVK.
Un étude présentée à l’ESC: CLARIFY. Cette étude de cohorte observationnelle a retrouvé étudié la mortalité des patients ayant eu un infarctus du myocarde selon leur pression artérielle. Les auteurs ont mis en évidence une courbe en U, montrant une augmentation de la mortalité de part et d’autre de la tension optimal que serait 130mmHg de PAS. Ainsi, la mortalité serait augmentée au delà 140mmHg et également sous 120mmHg. Ainsi, si on compare ces résultats à ceux de l’étude SPRINT, les deux études sont presque concordantes. En effet, la réduction de mortalité dans SPRINT n’est plus significative dans le sous groupe des patients avec un antécédent cardiovasculaire et la taille d’effet est moindre (OR: 0,83 vs OR: 0,71). Il faut dont un objectif tensionnel modéré chez ces patients (ce qui n’est pas toujours évident quand on doit introduire un IEC et un bêta bloquant chez un patient qui n’est pas hypertendu)
Enfin, Annals of internal medicine a retrouvé que le sacubitril-valsartan était cout-efficace pour la société dans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection diminuée (je ne m’épancherai pas dans l’analyse de la méthodologie de ce type d’études que je ne maitrise pas du tout…)
2/ Infectiologie
Cela concerne pas la majorité des généralistes, mais comme je m’intéresse au VIH, je signalerai les recommandations de la société américaine des antirétroviraux. Quelques points sont particulièrement intéressants. D’abord, l’indication à un traitement post exposition jusqu’à 72 heures et non 48 heures. Ensuite, les anti-intégrases associés à 2 inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) deviennent le traitement de première intention (l’association 2INTI+INNTI et 2INTI+inhibiteur de protéase sont les alternatives)
Un article espagnol du JAMA internal medicine a étudié un traitement de 5 jours (comme dans les recos américaines) dans les pneumopathie versus un traitement standard (7 à 10 jours) chez des patients hospitalisés. Ils concluent à la non infériorité et disent que le traitement de 5 jours peut être appliqué sans crainte. Cependant, la vraie conclusion est « on ne peut pas savoir ». En effet, les auteurs annoncent ne méthodologie étude de non infériorité mais concluent avec une analyse de supériorité unilatérale non significative. Il n’y a pas de marge de non infériorité (la non infériorité étant atteinte quand le p est significatif) , et le nombre de sujet nécessaire (NSN) est calculé sur une baisse du score de 3 points alors que le critère de jugement principal porte sur un taux de succès/échec du traitement. Un calcul de NSN adapté sur une différence de X% de succès/échec aurait nécessité bien plus de patient. Cette étude est donc en sous puissance et on ne peut pas conclure qu’il n’y a pas de différence sur le p non significatif. Soit dit en passant, on voit quand même plus de réadmissions à 30 jours (p=0,02) et avec 47% de succès dans le groupe « 5 jours » vs 57% dans le groupe « contrôle », on se dit qu’avec plus de patients, le p serait significatif.
3/ Autre
Le surdiagnostic fait encore des ravages. Ce sont les cancers de la thyroïde qui sont concernés cette fois ci. Un article du NEJM met en  évidence une augmentation des surdiagnostics de cancers papillaires, atteignant près de 80% des cas, liés aux améliorations techniques et au dépistages qui se systématisent pour les examens de la thyroïde. Or ces cancers papillaires ne nécessitent généralement pas de traitement, car peu évolutifs (du moins, s’ils ne sont pas découvert…)

Pour finir, j’aborderai les recommandations pour la prie ne charge de la fibromyalgie. Des recommandations pour cette pathologies sont assez rares pour être soulignées. Les auteurs retrouvent une place importante des traitements non pharmacologique (exercice physique notamment, mais aussi, thérapies cognitivo comportementales, acuponcture, méditations en pleine conscience…). Les taitements pharmacologiques préférentiellement recommandées sont des faibles doses d’amitriptyline, la duloxetine et le milnacipran, la prégabaline et le tramadol.
Voilà pour cette semaine de rentrée et dans les temps!!! A très bientôt pour les numéros suivants.

@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, Cardiologie, Congrès, DragiWebdo, Recommandations, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°105: Congrès ESC (reco dyslipidémies, reco FA, CLARIFY:objectif tensionnel post-IDM), Reco VIH, Reco fibromyalgie, pneumopathies

Lignes directrices SAGER : pour l’égalité des sexes et genres dans les recherches et publications

En 2012, EASE (European Association of Science Editors) a réuni un comité dont l’objectif a été de préparer des lignes directrices sur le sexe et le genre dans les publications. Pas la peine de vous résumer toutes les discriminations observées dans les articles. Les lignes directrices SAGER ( Sex And Genger Equity in Research) ont été produites et publiées en… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Lignes directrices SAGER : pour l’égalité des sexes et genres dans les recherches et publications

Très bon rapport « L’évaluation de la recherche en question (s) » par Université Libre de Bruxelles

Les colloques de Penser la Science sont organisés régulièrement à l’Université Libre de Bruxelles. En 2015 (9 mai et 16 octobre), il y a eu 2 journées consacrées à l’évaluation de la recherche, et le rapport vient d’être publié en juillet 2016. Sur la page web de ce colloque, vous avez le programme et surtout les podcasts de toutes les… Continuer la lecture

Publié dans Altmetrics, Recommandations | Commentaires fermés sur Très bon rapport « L’évaluation de la recherche en question (s) » par Université Libre de Bruxelles

Comment publier une recherche dans le domaine des essais cliniques : excellents outils à afficher dans votre bureau

Je vous suggère de consulter le site www.howtopublishresearch.com pour télécharger ou demander de recevoir un poster sur « Comment publier les travaux de recherche ». Le guide de poche des bonnes pratiques de publication est en plusieurs langues (anglais, espagnol, portugais, japonais, chinois, italien, allemand), et la version française est correcte et bien traduite. Je l’ai reçue rapidement. C’est proposé par InScienceCommunications,… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Medical Writing, Recommandations | Commentaires fermés sur Comment publier une recherche dans le domaine des essais cliniques : excellents outils à afficher dans votre bureau

Nouvelle rubrique du JAMA sur le professionnalisme médical : les erreurs médicales comme premier thème

Le JAMA (numéro du 16 août 2016) inaugure une nouvelle rubrique sur le professionnalisme médical avec plusieurs articles : Un éditorial « Introducing JAMA Professionalism » signé par 3 experts, dont un des rédacteurs adjoints du JAMA. The goal of the articles in this section is to help physicians fulfill required competencies on this topic. According to the American Board of Medical… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Recommandations | Commentaires fermés sur Nouvelle rubrique du JAMA sur le professionnalisme médical : les erreurs médicales comme premier thème

La publication d’hypothèses médicales est un art peu répandu : est-ce intéressant ? oui, et les recommandations sont utiles

Je suis perplexe quand je lis des articles comme celui intitulé « Medical Hypotheses: A Clinician’s Guide to Publication », et publié le 22 juillet 2016 dans la revue « Advances in Integrative Medicine ». L’idée de publier des hypothèses me semble raisonnable, mais les revues préfèrent publier des résultats de recherche, et de préférence de bons essais, etc…. Il existe des revues ne… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur La publication d’hypothèses médicales est un art peu répandu : est-ce intéressant ? oui, et les recommandations sont utiles

GATHER pour Guidelines for Accurate and Transparent Health Estimates Reporting… une très bonne démarche

La liste des lignes directrices pour bien rapporter des résultats biomédicaux est longue, et de nouvelles lignes directrices apparaissent toujours : GATHER est bienvenu car nous avons besoin d’harmonisation dans ce domaine. GATHER est une liste pour mieux présenter les estimations en santé de type incidence, prévalence, données de morbidité, etc car trop souvent nous n’avons pas accès aux méthodes… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur GATHER pour Guidelines for Accurate and Transparent Health Estimates Reporting… une très bonne démarche

Glissement éditorial des revues BMC Series… Pour publier du volume plutôt que la qualité ? Pour augmenter des ressources ?

La responsable ‘publisher’ des revues BMC Series (plus de 60 revues) semble réorienter certaines politiques éditoriales (en principe, les rédacteurs devraient décider, mais ils seront mis devant un fait accompli). Il s’agit peut-être d’une orientation stratégique plutôt commerciale qu’éditoriale. Une sorte de glissement dangereux… Je vous copie des extraits de cette information transmise aux rédacteurs de BMC series : As… Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêts, Open access, Recommandations, Rédaction des revues | Commentaires fermés sur Glissement éditorial des revues BMC Series… Pour publier du volume plutôt que la qualité ? Pour augmenter des ressources ?

CONSORT est de plus en plus souvent exigé par les revues à haut facteur d’impact

Il s’agit des lignes directrices pour aider les auteurs qui publient des essais randomisés, avec le diagramme de flux : CONSORT pour CONsolidated Standards Of Reporting Trials a un site dédié. Une nouvelle analyse d’instructions aux auteurs a été faite en 2014 avec des méthodes très semblables à deux analyses en 2003 et 2007. La publication est dans Trials, juin… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Recommandations, Rédaction des revues | Commentaires fermés sur CONSORT est de plus en plus souvent exigé par les revues à haut facteur d’impact

Les outils pour rédiger un article scientifique sont nombreux

Rédiger un manuscrit pour une revue biomédicale à comité de lecture nécessite de connaître les méthodes de rédaction. Ce sont les instructions aux auteurs de la revue choisie qui doivent vous orienter vers les outils recommandés dans votre spécialité. Ensuite, voici quelques suggestions : Les livres sur la rédaction La rédaction médicale Maisonneuve H, Lorette G, Maruani A, Huguier M… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Medical Writing, Recommandations, Style scientifique | Commentaires fermés sur Les outils pour rédiger un article scientifique sont nombreux

Inadmissible : des revues manipulent ouvertement leur facteur d’impact : Journal of Agricultural and Food Chemistry

J’ai été surpris des lire ceci dans des instructions aux auteurs : « To ensure that a submitted manuscript meets sufficient interest of the readership of the journal, it is expected that articles recently published on the respective topic in the Journal of Agricultural and Food Chemistry are cited to a reasonable extent ». Suite à la remarque d’un collègue, j’ai relu… Continuer la lecture

Publié dans Intégrité scientifique, Recommandations, Rédaction des revues | Commentaires fermés sur Inadmissible : des revues manipulent ouvertement leur facteur d’impact : Journal of Agricultural and Food Chemistry

STARD 2015 : mise à jour de la ligne directrice pour écrire des articles sur les tests diagnostiques

La ligne directrice pour écrire des articles sur les tests diagnostiques avait besoin d’être mise à jour. La version de 2003 était ancienne, et pas très complète. La version 2015 est accessible à partir du site EQUATOR, et a été publiée dans 3 revues simultanément (TheBmj, Radiology, Clinical Chemistry). La liste contient 30 items contre 25 pour la version 2003… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur STARD 2015 : mise à jour de la ligne directrice pour écrire des articles sur les tests diagnostiques

SUS AUX GLIPTINES !

(mais n’avale pas !) Mme Sucre a du diabète. Depuis plusieurs années elle va voir son endocrinologue tous les 4 mois après avoir fait une prise de sang. Tout allait […] Continuer la lecture

Publié dans ADMINISTRATIF, alogliptin, alogliptine, confrère, courrier, Diabète, Endocrinologie, gliptin, gliptine, linagliptine, MEDECINE GENERALE, prévention, Recommandations, saxagliptin, saxagliptine, sitagliptine, Thérapeutique, traitement, vildagliptine | Commentaires fermés sur SUS AUX GLIPTINES !

Il vaut mieux enregistrer votre protocole trop tard que jamais : nouvelle politique des revues BMC

Maintenant les auteurs sont informés de la nécessité d’enregistrer les protocoles de recherche. Pour les essais, j’ai souvent la question pendant les formations : je n’ai pas enregistré le protocole… puis-je soumettre à une revue ? Ma réponse a toujours été « enregistrez, même après le début de l’essai et dites le aux rédacteurs de la revue ». Le groupe BioMedCentral (Springer)… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Il vaut mieux enregistrer votre protocole trop tard que jamais : nouvelle politique des revues BMC