Archives de catégorie : OPHTALMOLOGIE

Optique politique : Agnès Buzyn confirme ne pas être ministre pour offrir des montures Chanel

  Bonjour Serions-nous, ici, à l’aube du « placement de produit » dans la spère politique ? C’est une petite information en or du Quotidien du Médecin. Elle nous éclaire sur l’avenir et les modalités d’une promesse phare du candidat Emmanuel Macron : le célèbre « reste à charge zéro » sur l’optique et les prothèses dentaires et auditives. Le cadre : […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Le Quotidien du médecin, médecine, OPHTALMOLOGIE, politique, soigner | Commentaires fermés sur Optique politique : Agnès Buzyn confirme ne pas être ministre pour offrir des montures Chanel

De la sueur et des larmes de sang

C’est un cas clinique rarissime que des dermatologues italiens de l’Université de Florence ont rapporté le 23 octobre 2017 dans un article publié dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ). Il concerne une jeune femme de 21 ans présentant depuis … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans bêtabloquant, cas clinique, Dermatologie, hématidrose, hémolacrea, hémolacrie, larmes, larmes sanglantes, OPHTALMOLOGIE, ORL, Oto-rhino-laryngologie, Pédiatrie, propanolon, psychiatrie, stigmates, sueur, transpiration, transpiration sanglante | Commentaires fermés sur De la sueur et des larmes de sang

Quand l’amour rend aveugle, transitoirement

Voilà une jeune femme de 28 ans, sans antécédent médical particulier, qui n’est sans doute pas prête d’oublier ce qui lui est arrivé lors d’une étreinte des plus torrides. Elle se présente aux urgences à Toulouse en se plaignant d’avoir … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans activité sexuelle, amour, cas clinique, coît, comportement sexuel, hémorragie du vitré, hémorragie intraoculaire, hémorragie intravitréenne, hémorragie rétinienne, hémorragie rétrohyaloïdienne, hémorragie sous-hyaloïdienne, oeil, OPHTALMOLOGIE, rapport sexuel, rétinopathie de Valsalva, rétinopathie de Valsalva post-coïtale, scotome, sexe, sexologie | Commentaires fermés sur Quand l’amour rend aveugle, transitoirement

Tourisme des cellules souches : des complications redoutables

Aux Etats-Unis, trois femmes, âgées de 72, 78 et 88 ans, atteintes de dégénérescence maculaire (DMLA) sont devenues aveugles à la suite d’un traitement pas homologué par cellules souches. C’est ce qu’indiquent des ophtalmologistes américains dans un article paru le … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Neurologie, OPHTALMOLOGIE, Science | Commentaires fermés sur Tourisme des cellules souches : des complications redoutables

Jour neuf. Motif : Œil fermé

Jour neuf

Motif : Œil fermé

Ce croisé de dogues en tout genre est magnifique. Et adorable. Cela fait trois minutes que je me consacre activement à le caresser, le papouiller et le complimenter en faisant mollement semblant de l’examiner. Il bavouillait de trouille sur la table. Maintenant, il ne bave plus, et cherche ma main. C’est la dernière consultation de la journée, je suis épuisé, je n’ai plus les idées très claires, j’ai besoin d’un câlin, ça tombe bien : il est disponible.

Bon, mais cet œil. « Fermé, un peu mais pas beaucoup, depuis hier » ?

Moi je ne vois rien. La cornée me semble lisse, rien n’accroche la lumière. Pas de conjonctivite (il a les muqueuses franchement pâles, d’ailleurs), une crassouille au coin de l’œil, j’esquive sa langue lorsque je me penche pour mieux regarder. Pas de baiser : « on ne se connaît que depuis dix minutes, j’ai l’âge d’être ton père et en fait je me suis occupé de toi quand tu avais deux mois. Et tu es un chien, tu passes tes journées à manger des saloperies, te lécher le sexe et l’anus. Non. »

Je m’éloigne un peu. Il y a clairement une dissymétrie, même quand il ferme un peu les deux yeux sur le mode « encore des caresses ». J’attrape la fluorescéine. Une goutte de jaune. J’attends. Je discute avec sa propriétaire, lui explique que je n’ai rien vu mais que ce colorant peut nous révéler une petite blessure de la cornée, un ulcère : il n’adhère pas à l’épithélium, la peau superficielle de la cornée, mais au stroma, sa couche de structure, la plus épaisse. S’il y a un point jaune, c’est que la couche de structure est mise à nu.

Nous discutons de ses muqueuses, aussi. Elle trouve comme moi qu’il est très pâle, depuis quelques temps. Elle n’a rien remarqué d’autre d’anormal. Dans ma tête, dans mon ventre, l’alarme se renforce. Mort aux rats, mort aux rats. A-t-elle ce type de poison chez elle ? Oui, mais le chien n’y a jamais accès. Comme tous les chiens et chats empoisonnés que je réceptionne, ou presque. On va contrôler ça : rendez-vous demain matin pour une prise de sang qui sera amenée au labo directement, ce sont des prélèvements qui attendent mal. J’en profiterai pour faire un hématocrite et vérifier si je me fais des idées.

L’œil.

L’œil ?

Oui, ah, le jaune a atteint le bout de la narine via le canal lacrymal qui permet aux larmes de filer de l’œil au nez (vous savez, celui qui vous oblige à avoir des mouchoirs à portée quand vous regardez Rémi Sans Famille). La cornée ? Oui, il y a bien un petit point qui accroche, là. Minuscule. Je ferme les paupières pour le balayer : il est toujours là. Je sors ma loupe. Oui, c’est une dépression punctiforme de moins d’un millimètre de diamètre. Il y a bien un ulcère, probablement causé par un corps étranger. Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit au fond, mais je ne suis pas certain. Il est tellement petit qu’il pourrait guérir tout seul. Je tente, ou pas ?

Je ne tente pas vue l’angoisse manifeste de sa propriétaire. Une pommade antibiotique, qui a de plus de bonne qualités lubrifiantes. Le chien n’a pas très mal mais ça le soulagera, quand même.

Et demain, on fera une prise de sang. Et des câlins, si on a le temps.

Continuer la lecture

Publié dans chien, mort-aux-rats, OPHTALMOLOGIE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour neuf. Motif : Œil fermé

Jour neuf. Motif : Œil fermé

Jour neuf

Motif : Œil fermé

Ce croisé de dogues en tout genre est magnifique. Et adorable. Cela fait trois minutes que je me consacre activement à le caresser, le papouiller et le complimenter en faisant mollement semblant de l’examiner. Il bavouillait de trouille sur la table. Maintenant, il ne bave plus, et cherche ma main. C’est la dernière consultation de la journée, je suis épuisé, je n’ai plus les idées très claires, j’ai besoin d’un câlin, ça tombe bien : il est disponible.

Bon, mais cet œil. « Fermé, un peu mais pas beaucoup, depuis hier » ?

Moi je ne vois rien. La cornée me semble lisse, rien n’accroche la lumière. Pas de conjonctivite (il a les muqueuses franchement pâles, d’ailleurs), une crassouille au coin de l’œil, j’esquive sa langue lorsque je me penche pour mieux regarder. Pas de baiser : « on ne se connaît que depuis dix minutes, j’ai l’âge d’être ton père et en fait je me suis occupé de toi quand tu avais deux mois. Et tu es un chien, tu passes tes journées à manger des saloperies, te lécher le sexe et l’anus. Non. »

Je m’éloigne un peu. Il y a clairement une dissymétrie, même quand il ferme un peu les deux yeux sur le mode « encore des caresses ». J’attrape la fluorescéine. Une goutte de jaune. J’attends. Je discute avec sa propriétaire, lui explique que je n’ai rien vu mais que ce colorant peut nous révéler une petite blessure de la cornée, un ulcère : il n’adhère pas à l’épithélium, la peau superficielle de la cornée, mais au stroma, sa couche de structure, la plus épaisse. S’il y a un point jaune, c’est que la couche de structure est mise à nu.

Nous discutons de ses muqueuses, aussi. Elle trouve comme moi qu’il est très pâle, depuis quelques temps. Elle n’a rien remarqué d’autre d’anormal. Dans ma tête, dans mon ventre, l’alarme se renforce. Mort aux rats, mort aux rats. A-t-elle ce type de poison chez elle ? Oui, mais le chien n’y a jamais accès. Comme tous les chiens et chats empoisonnés que je réceptionne, ou presque. On va contrôler ça : rendez-vous demain matin pour une prise de sang qui sera amenée au labo directement, ce sont des prélèvements qui attendent mal. J’en profiterai pour faire un hématocrite et vérifier si je me fais des idées.

L’œil.

L’œil ?

Oui, ah, le jaune a atteint le bout de la narine via le canal lacrymal qui permet aux larmes de filer de l’œil au nez (vous savez, celui qui vous oblige à avoir des mouchoirs à portée quand vous regardez Rémi Sans Famille). La cornée ? Oui, il y a bien un petit point qui accroche, là. Minuscule. Je ferme les paupières pour le balayer : il est toujours là. Je sors ma loupe. Oui, c’est une dépression punctiforme de moins d’un millimètre de diamètre. Il y a bien un ulcère, probablement causé par un corps étranger. Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit au fond, mais je ne suis pas certain. Il est tellement petit qu’il pourrait guérir tout seul. Je tente, ou pas ?

Je ne tente pas vue l’angoisse manifeste de sa propriétaire. Une pommade antibiotique, qui a de plus de bonne qualités lubrifiantes. Le chien n’a pas très mal mais ça le soulagera, quand même.

Et demain, on fera une prise de sang. Et des câlins, si on a le temps.

Continuer la lecture

Publié dans chien, mort-aux-rats, OPHTALMOLOGIE, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour neuf. Motif : Œil fermé

Ma fiche, ma bataille

La sixième année de médecine se termine par un concours, à mon époque ça s’appelait encore le concours de l’internat, maintenant ça s’appelle l’ECN (no comment hein). C’est un concours, il ne s’agit pas d’être bonne, il s’agit d’être meilleure … Lire la suite  Continuer la lecture

Publié dans Candeur, Chantage, Concours de l'internat, ECN, externat, Faculté, fiche, Folie, Foutage de gueule, Labrador, Mémoire visuelle, Moyen mnémotechnique, Négociation, OPHTALMOLOGIE, peur, Révisions, The Shield, Vol | Commentaires fermés sur Ma fiche, ma bataille

Les circuits inutiles de l’Assurance Maladie. Histoire de consultations 156.

Madame A, 59 ans, est titulaire de l’AME mais sur le point d’obtenir la CMU (elle en a fait la demande).

Je la connais depuis quatre ans.
Elle habite chez son fils à Mantes.

Elle travaille comme femme de chambre au black sur Paris et elle habite aussi chez son cousin dans le quartier Saint-Lazare.
Elle est traitée par mes soins pour une (petite) hypertension par enalapril 20 mg et sa PA est mesurée (par mes soins) à 130 / 90.
Elle a reçu une convocation de l’Assurance Maladie pour un examen périodique de santé (voir ICI et LA pour ce que j’ai déjà publié à ce sujet ; en gros : c’est inefficace, cela coûte cher, et la CNAM a privatisé).
Elle vient me voir avec le rapport de l’IPC. Elle est inquiète. En vrac : les vaccinations ne sont pas à jour, il existe une hypertension non contrôlée (PA = 180 / 95), l’ECG montre des troubles de la repolarisation qui nécessiteraient une consultation chez le cardiologue et elle présente des troubles de la vision.
J’ai lu le rapport d’un oeil distrait.
La PA est ce jour identique : 130 / 85. Je n’entends pas se souffle. L’ECG me paraît normalissime.
Elle repart.
Je la revois hier.
Elle me rapporte les rapports de l’examen cardiologique et de la consultation faits au Centre Médical Europe (il semblerait qu’il y eût des connexions entre l’IPC et le CME). L’échographie cardiaque est normale de chez normale. La PA a encore été mesurée à 175 / 95. Le deuxième cardiologue a prescrit de l’exforge (5 / 80) pour trois mois.
La PA est à 130 / 80. Comme d’habitude.
J’oubliais : les vaccinations sont à jour.
Autre chose : elle est allée « voir », cela s’appelle les maisons de santé (!), l’ophtalmologue qui avait le cabinet d’à côté dans le CME. Elle a une prescription de lunettes. La patiente : « C’est cher : 360 euros et je dois payer 160 de ma poche. Cela attendra. Je ne peux pas payer. Je vais demander à mon fils. »
Au moment de la fin de la consultation la malade me dit, incidemment, que ses jambes ont gonflé.
Bon : on résume : la patiente qui n’avait rien demandé (mais qui avait accepté car les courriers de la CNAM foutent la trouille au vulgum pecus) a été inquiétée pour rien ; elle a eu droit à des examens inutiles ; on lui a changé son traitement anti hypertenseur ; on est passé d’un IEC génériqué (inhibiteur de l’enzyme de conversion) à une association inhibiteur calcique / sartan non génériquée (le ROSP ou P4P conseille et donne de l’argent si l’on prescrit plus d’IEC que de sartan) qui induit un effet indésirable connu (oedèmes des membres inférieurs) et inconnu de la patiente.
Encore un (petit) truc : le cardiologue avait prescrit pour trois mois une boîte de 90 et le pharmacien, pour des raisons que je vous laisse deviner, a prescrit une boîte de 30.
Au delà de toutes les considérations que chacun d’entre vous fera, on est en plein dans le dysfonctionnement du système. 
  1. Les examens périodiques de santé ne servent à rien et la CPAM, non seulement les préconise (c’est un texte de loi auquel elle doit se soumettre) mais l’externalise à des instituts privés.
  2. Les sociétés privées qui pratiquent les examens périodiques de santé sont de mèche avec des centres de santé privés (le rêve des médecins généralistes, me dit-on, où le patient est captif) qui pratiquent des examens qui s’avèrent inutiles et qui prescrivent des traitements qui sont plus chers  (dans une politique opposée à celle de la CNAM, P4P, et exposent à des effets indésirables.
  3. La patiente n’a toujours pas de lunettes.

No comments. 
Illustration : Georges Braque (1882 – 1963). Deux oiseaux sur fond bleu (1963)

Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATIONS, EXAMENS PERIODIQUES DE SANTE, OPHTALMOLOGIE, P4P, ROSP | Commentaires fermés sur Les circuits inutiles de l’Assurance Maladie. Histoire de consultations 156.