Archives de catégorie : grossesse

Quand une grossesse se déroule dans le foie

L’histoire est proprement incroyable. Elle a lieu en Chine et concerne une femme de 31 ans qui a déjà accouché par césarienne sept ans plus tôt et a eu un curetage utérin l’année suivante. Elle consulte à l’hôpital pour un … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cas clinique, chirurgie, echographie, échographie abdominale, feme enceinte, femme, foie, Gastroentérologie, GEU, grossesse, grossesse abdominale, grossesse extrautérine, grossesse hépatique, grossesse intrahépatique, grossesses extra-utérine, GYNECOLOGIE, hémorragie, Hépatologie, Imagerie médicale, obstétrique, scancer, scanncer abdominal, URGENCE | Commentaires fermés sur Quand une grossesse se déroule dans le foie

Un fœtus sauve sa mère en se sauvant lui-même

C’est un cas clinique spectaculaire que rapportent des obstétriciens, néonatologistes et radiologues du CHRU de Lille dans un article publié en ligne le 3 juin 2017 dans l’European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology. Il concerne une femme qui … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans bébé, cas clinique, césarienne, echographie, enfant, foetus, grossesse, GYNECOLOGIE, Imagerie médicale, IRM, IRM fœtal, mère, néonatologie, obstétrique, poche des eaux, rupture utérine, utérus, utérus cicatriciel | Commentaires fermés sur Un fœtus sauve sa mère en se sauvant lui-même

Un fœtus sauve sa mère en se sauvant lui-même

C’est un cas clinique spectaculaire que rapportent des obstétriciens, néonatologistes et radiologues du CHRU de Lille dans un article publié en ligne le 3 juin 2017 dans l’European Journal of Obstetrics, Gynecology, and Reproductive Biology. Il concerne une femme qui … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans bébé, cas clinique, césarienne, echographie, enfant, foetus, grossesse, GYNECOLOGIE, Imagerie médicale, IRM, IRM fœtal, mère, néonatologie, obstétrique, poche des eaux, rupture utérine, utérus, utérus cicatriciel | Commentaires fermés sur Un fœtus sauve sa mère en se sauvant lui-même

Dépakine et les générations futures

Le scandale médicamenteux de la dépakine révèle une nouvelle évidence de la philosophie du soin. Comme ceux de la thalidomide, les effets secondaires de la dépakine ont concerné les fœtus des patientes auxquelles étaient prescrits ces médicaments. Mais la comparaison … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans convulsions, depakine, dépakote, générations futures, grossesse, médecine, valproate de sodium | Commentaires fermés sur Dépakine et les générations futures

Cancer/ASCO17: après un cancer du sein hormonodépendant, la grossesse ne majore pas le risque de rechute

Ce qui était un phénomène exceptionnel devient un peu plus fréquent. De plus en plus de femmes traitées pour cancer du sein hormonodépendant souhaitent débuter une grossesse une fois le traitement fini. Et visiblement il n’y a pas de risque … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, grossesse, hormonodépendant | Commentaires fermés sur Cancer/ASCO17: après un cancer du sein hormonodépendant, la grossesse ne majore pas le risque de rechute

Aménagement du poste de travail de la femme enceinte

Si une salariée enceinte ou allaitante occupe un poste de travail l’exposant au benzène, ou à un agent toxique pour la reproduction de catégorie 1 ou 2, l’article L. 12225-12 du code du travail précise que l’employeur est tenu de […] Continuer la lecture

Publié dans aménagement, conseil, contrat, décret, enceinte, etat, femme, femme enceinte, grossesse, nuit, poste, professionnels, reclassement, rémunération, risques, suspension, travail | Commentaires fermés sur Aménagement du poste de travail de la femme enceinte

Révélé

  Assise au fond du bus, elle savoure la nouvelle, l’imperceptible présence au creux de son ventre. Personne ne sait encore, c’est un secret partagé à deux avant que d’autres l’apprennent et s’émerveillent avec eux. Elle accompagne sa rêverie éveillée en croquant à pleines dents le fruit épluché qu’elle tient à la main. Elle en […]

Cet article Révélé est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, grossesse, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Révélé

Situé

  Un appel interrompt la consultation : – « J’ai une éruption d’herpès sur les lèvres. Y a quelque chose à faire ? Je récapitule mentalement. Elle est à un mois de son terme, j’ai suivi sa grossesse jusqu’au septième mois et passé le relais à la maternité – comme nous en avons l’habitude – pour les deux derniers […]

Cet article Situé est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, Communication, CONSULTATION, grossesse, Profession sage-femme | Commentaires fermés sur Situé

Préservé

  Deuxième échographie. Le médecin consulte le compte-rendu précédent et l’interroge : « Vous ne souhaitez pas connaitre le sexe, c’est bien ça ? » Elle bredouille une réponse confuse parce que son compagnon ne veut pas savoir mais elle aimerait peut-être et craint de ne pas savoir garder le secret alors en fait elle ne sait pas vraiment. […]

Cet article Préservé est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, CONSULTATION, echographie, grossesse | Commentaires fermés sur Préservé

Leçons de l’expérience, épisode 1

    Il y a longtemps, très  longtemps, tellement longtemps que j’étais jeune et juste accouchée, j’ai suivi une formation centrée sur le toucher. Nous apprenions comment être dans un contact différent, plus attentif à celui que l’on touche, comment des gestes similaires en apparence pouvaient générer des ressentis multiples et contrastés. Nous apprenions à […]

Cet article Leçons de l’expérience, épisode 1 est apparu en premier sur Dix Lunes.

Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, Formation/déformation, grossesse, Préparation à la naissance, relation soignantsoigné, sage-femme, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Leçons de l’expérience, épisode 1

Dépakine et grossesse : Un symbole de la façon dont on néglige un peu trop les six cent mille épileptiques en France

Au delà de la caricaturale « nouvelle affaire Médiator », l’utilisation de la Dépakine chez les femmes enceintes soulève plusieurs question notamment sur la place accordée à la maladie épileptique dans notre société. Ce sont donc 14322 femmes qui ont … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans depakine, epiklepsie, grossesse, Neurologie, valproate | Commentaires fermés sur Dépakine et grossesse : Un symbole de la façon dont on néglige un peu trop les six cent mille épileptiques en France

Dépakine et grossesse : les réflexions d’un épileptologue.

Il me semble important, au milieu du tumulte faisant suite à l’article du Canard Enchainé du 10 août 2016, de donner la parole à un spécialiste de l’épilepsie. Le Pr Philippe Derambure dirige le département de neurophysiologie clinique du CHRU … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans depakine, épilepsie, Ethique, grossesse, Neurologie, VARIA | Commentaires fermés sur Dépakine et grossesse : les réflexions d’un épileptologue.

Dépakine : un bon médicament qui a été mal utilisé

Un risque de malformations multiplié par 3, des troubles du développement divers incluant des désordres entrant dans la catégorie, pour certains, du spectre autistique, autant de données qui inquiètent quand on découvre qu’une femme enceinte épileptique a été soignée par … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans depakine, épilepsie, grossesse, Neurologie, spina bifida, valproate | Commentaires fermés sur Dépakine : un bon médicament qui a été mal utilisé

Produits toxiques pour la reproduction

La toxicité sur la reproduction comprend l’altération des fonctions ou de la capacité de reproduction chez l’homme, ou la femme, et l’ induction d’effets néfastes non héréditaires sur la descendance. Etiquetage et classification des substances toxiques pour la reproduction suivant la nouvelle […] Continuer la lecture

Publié dans altération, Cancérogène, mutagène, reprotoxique, CMR: définition, enfant, fertilité, fonction, grossesse, préparation, produits, reproduction, toxiques | Commentaires fermés sur Produits toxiques pour la reproduction

Zika : nouvelles recommandations pour suivre les femmes enceintes en zone épidémique

En ces périodes estivales propres aux voyages dans certaines zones où frappe le virus Zika, il n’est pas inutile de rappeler la conduite à tenir concernant les femmes enceintes exposées à ce virus. La première recommandation est bien sûr d’éviter … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ARN, grossesse, MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES, PCR, zika | Commentaires fermés sur Zika : nouvelles recommandations pour suivre les femmes enceintes en zone épidémique

Désordonnée

  Le groupe s’installe dans un brouhaha joyeux. C’est leur avant-dernière séance de préparation à la naissance.  La rencontre commence comme d’habitude par un petit tour de table. Les trois couples partagent les dernières nouvelles, leurs dernières découvertes, émotions, questionnements… L’un interroge sur le thème « officiel » de la rencontre du jour. – On est censés parler de quoi […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, grossesse, Préparation à la naissance, sage-femme | Commentaires fermés sur Désordonnée

Malicieux

La datation d’une grossesse est ce moment charmant où ceux qui n’étaient pas présents s’autorisent à affirmer à ceux qui y étaient la date précise de leur rapport scientifiquement qualifié de fécondant… Chacun y va ensuite de sa roulette ou de son calcul mathématique pour calculer le terme. Nos affirmations péremptoires prennent encore plus de sel quand […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, grossesse, relation soignantsoigné, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Malicieux

Grillée

  La sage-femme est enceinte, pas encore assez pour qu’un pull un peu ample ne puisse masquer l’enfant en devenir. C’est son jardin secret. Viendra un moment où sa grossesse sera évidente. Il sera alors temps de l’annoncer à ses patientes. En face d’elle une autre femme au ventre plus rond. Lors de la dernière […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, grossesse, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Grillée

Soignée

  Elle est hospitalisé en  GHR, acronyme éludant le stressant « grossesses à haut risque ». Un peu perdue devant le défilé des blouses pastels, les bilans, prélèvements et autres examens, elle sait que chacun s’attache à ce que sa grossesse se passe au mieux. Alors elle pense à son bébé et suis docilement les consignes. La sage-femme repasse la voir en début […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, confiance, grossesse, médicalisation, sage-femme, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Soignée

Familiale

  C’était il y a bien longtemps, avant l’avènement du dieu échographie, au temps où l’on calculait le terme d’une grossesse en se basant sur la date des dernières règles et pas sur une mesure en millimètre.  Le médecin palpe son ventre, s’attarde sur le volume utérin, s’étonne à voix haute de le trouver si gros. […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, grossesse, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Familiale

Rationnel

  Ils sont tous les deux chercheurs, maniant les données biologiques avec dextérité, habitués au milieu médical. Ils sont aussi parfaitement néophytes en vécu de grossesse. Ils attendent leur premier enfant. La sage-femme qui les accompagne cherche à trouver le juste niveau d’information, ne pas les noyer d’évidences inutiles, ne pas les priver d’explications nécessaires. […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, accompagnement, CONSULTATION, grossesse, sage-femme | Commentaires fermés sur Rationnel

Révélé

  Il  entre d’un pas sûr, le torse bombé,  parcourt la salle d’un regard circulaire, s’affale sur une des chaises presque avant que sa femme ne s’installe, et prend immédiatement la parole, histoire de démontrer qu’il contrôle la situation. – Je viens pour lui faire plaisir affirme-t-il d’une voix trop forte. Je la connaissais bien […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, accompagnement, grossesse, Paternité | Commentaires fermés sur Révélé

Monsieur Bitàlair. Petite mise au point avant de finir.

Avant de continuer, une rapide mise au point s’impose : les faits que je relate ici se sont déroulés en début d’année 2012. À l’époque, j’étais enceinte et je venais d’apprendre que, pour cette raison, mon contrat ne serait reconduit qu’après mon congé maternité, ce qui, avouons-le, était clairement du foutage de gueule. De plus, ma demande de formation avait été, pour la troisième fois, rejetée. Autant vous dire que je n’étais donc pas au top de l’investissement professionnel.
Madame Grandchef, mon adorable patronne, avait plein de qualités (enfin, je crois… mais je n’en suis pas sûre), mais elle avait un énorme défaut : elle ne semblait pas avoir lu le code du travail. Elle, ça ne la gênait pas, mais nous, les pauvres filles qui trimions à la tâche dans des conditions de merde pour un salaire de merde, ça nous gênait un peu, parfois.
Les conditions de travail de la femme enceinte, elle s’en foutait.
Le droit de retrait, elle s’en foutait.
La sécurité de ses employées, elle s’en foutait.
Nous étions envoyées chez des personnes dépendantes, parfois malades, parfois violentes.
Nous faisions des transferts sans matériel.
Nous faisions des actes que nous n’étions pas toujours autorisées à faire.
Nous avions des horaires de merde et pas toujours légaux.
Mais nous n’avions pas le droit de nous plaindre, parce qu’il y avait plein de monde qui attendait notre place, nous répétait-elle. Alors nous subissions.
Donc oui, ce texte est irrévérencieux. Oui, il donne une image lamentable de l’aide à domicile. Oui, ma façon de parler de cet homme malade n’est absolument pas professionnelle. Oui, c’est insultant. Oui, je devrais être capable d’établir une communication adaptée.
Sauf qu’à l’époque, je n’étais pas capable de mieux. Et j’écris comme je l’ai ressenti… Il y a trois ans. Et vous l’aurez compris, mon ressenti n’était pas très positif à l’époque.
Mise au point finie, je passe à la suite;-)
Continuer la lecture

Publié dans alcoolisme, Bitàlair, grossesse, sexe | Commentaires fermés sur Monsieur Bitàlair. Petite mise au point avant de finir.

Monsieur Bitàlair (version longue, revue et corrigée)

Monsieur Bitàlair

C’est une histoire à quatre personnages, une histoire que vivent peut-être des milliers de personnes. Une histoire de travail et de mépris. Une histoire banale dans un monde banal.
Les protagonistes ? Un vieil homme dément, son fils dépassé, une aide à domicile fatiguée et une patronne méprisante.
Le scénario ? Sur ordre de la patronne méprisante, l’aide à domicile fatiguée doit intervenir chez le vieil homme dément qui vit avec son fils dépassé. Un scénario classique dans les services d’aide à la personne.
Le vieil homme dément, c’est Monsieur Bitàlair.
Le fils dépassé, c’est Junior.
La patronne méprisante, c’est Madame Grandchef.
L’aide à domicile fatiguée, c’est moi, Babeth.

Un matin, je débarque donc chez Monsieur Bitàlair avec mes couettes innocentes et ma petite fiche de liaison sur laquelle il est sobrement écrit « aide à la toilette et entretien du logement ». Foutaises!
Je frappe à la porte. Pas de réponse. Je re-frappe. Grognements divers et variés à l’intérieur. La porte reste close. Je re-re-frappe. Et j’entre. Je ressors aussitôt. L’odeur. Putain, cette odeur! Pisse et clope. Je sens que ça va être génial. Allez Babeth, courage, vas-y! Je re-entre. Splitch splotch. Bizarre cette sensation d’humidité sous mes pieds. Une fuite? Une inondation? Splitch splotch. Ça colle un peu. Oh mais suis-je bête? (Oui, je le suis, mais parfois je me pose la question pour vérifier) Une forte d’urine ET du splitch-splotch… Mais oui mais c’est bien sûr! Je patauge dans la pisse! Ô joie, je sens que ça va être encore plus génial que prévu.
Pénombre. Je hasarde un « bonjour ». Pas de réponse. Enfin si, un truc inaudible, comme un grognement venant des entrailles du taudis de la maison. Splitch splotch. Il va falloir que je trouve d’où vient le grognement, j’ai une aide à la toilette à faire. Et un « entretien du logement ». En une heure. Ben c’est pas gagné.
Grognements et éructations, je crois que j’ai localisé Monsieur Bitàlair. J’avance prudemment. Splitch splotch. C’est pas possible, il y en a partout, une inondation de pisse. J’ouvre les volets au fur et à mesure que je passe devant. La clarté remplace la pénombre, et je suis désespérée face à ce qui m’attend. Une heure pour la toilette et le ménage. Non mais c’est du foutage de gueule! Monsieur Bitàlair est devant moi. Avachi dans son lit, baignant dans sa pisse et ses excréments, grognant et vociférant.
Je ne suis pas la bienvenue. « Ordure! Pute! Salope! Fous le camp! » Douces paroles et chaleureux accueil que voilà. Pas grave. Respire. Euh… Non, mauvaise idée. Reste polie. Prends sur toi. Plus que 55 minutes, ça va passer vite. Bon bon bon. Ce monsieur n’a visiblement pas très envie d’une aide à la toilette. Va falloir négocier.
Première étape : le sortir du lit. Enfin non. Faire en sorte qu’il accepte de quitter le lit, nuance. Respect de la personne toussa toussa. Manque de pot, Monsieur Bitàlair n’a pas l’air enthousiaste à l’idée de quitter sa couche douillette. Pas grave, je vais commencer par la réfection du lit, on verra plus tard pour le reste. Ça tombe bien, il faut que je change les draps.
Trouver du linge propre n’est pas une mince affaire. Mais je suis futée…
Draps et taies d’oreiller propres, c’est bon, j’ai tout, il ne me reste qu’un « petit » détail à régler : virer ce type malpropre de sa couche malpropre !
– Monsieur Bitàlair, il faut que je refasse votre lit, pourriez-vous vous lever s’il vous plaît ? (admirez le ton courtois alors que ce type vient de m’agonir d’insultes).
– Dégage salope ! (mince, raté)
Bon bon bon… Je vais bien, tout va bien…
Pas grave, je vais faire comme si. Je commence à défaire le lit, sous les vociférations du charmant monsieur qui l’occupe. Je suis gaie, tout me plaît… Les draps sont imprégnés d’urine et de… je ne préfère pas savoir. J’ai bien fait de mettre des gants. Monsieur Bitàlair grogne encore, je fais la sourde oreille. Je ne vois pas pourquoi, pourquoi ça n’irait pas…
Finalement, je finis par obtenir ce que je voulais (une augmentation ?). L’homme grognon quitte son lit et me regarde finir en m’insultant.
Étape numéro un : check. Passons à l’étape numéro deux : la douche!

Monsieur Bitàlair se tient maintenant devant moi. Debout, il est moins impressionnant. Faut dire qu’il est vieux… et tout tordu… et pas très stable sur ses jambes. Mais il est toujours aussi en colère. Les insultes pleuvent. Inutile de répondre, ça ne ferait qu’envenimer la situation. Pourtant ça me démange. J’ai tout à la fois envie de soupirer, l’insulter, rigoler, partir en claquant la porte, gueuler un bon coup, manger un sandwich (oui, j’ai faim).

Mais je ne fais rien. Je le regarde et j’attends. Et je le lui dis.

– Je suis payée pour venir vous faire une aide à la toilette, Monsieur Bitàlair. J’ai tout mon temps, vous êtes le dernier sur mon planning, alors je vais attendre que vous ayez fini de m’insulter mais je ne partirai pas d’ici sans avoir fait mon travail.
Purée, parfois, je m’épate moi-même! Oui parce qu’en vrai j’ai plutôt envie de lui dire « casse-toi pov’con! » mais ça ne serait pas très professionnel, et puis il est chez lui, c’est plutôt à moi de partir.
Silence. Monsieur Bitàlair est venu à bout de son stock d’injures. Il avance vers moi, je m’écarte pour le laisser passer tout en lui demandant où se trouve la salle de bain. Pas de réponse. Forcément, après les injures, le mépris. Bien bien bien, je vais chercher toute seule alors. Pendant que Monsieur Bitàlair se grille une clope dans la cuisine (la douce odeur de tabac/pisse/crasse, un délice qui me fait immédiatement passer ma petite fringale), je trouve la salle de bain. Je prépare des vêtements propres (enfin, je prépare ce que je trouve), règle l’eau de la douche… et j’attends. Monsieur Bitàlair ne bouge pas. Bon, si le bénéficiaire ne vient pas à toi, tu iras vers le bénéficiaire (proverbe inventé à l’instant).
– Monsieur Bitàlair, vos affaires sont prêtes, on peut y aller?
– Non! Casse-toi salope!
– Monsieur Bitàlair, vous me l’avez déjà demandé tout à l’heure, et je vous ai déjà répondu que je n’en ferais rien. Je vous attends.
Mon calme m’étonne. C’est le calme avant la tempête.
Parce qu’en vrai, je le regarde, et il me donne envie de vomir. En vrai, il est sale, il est moche, il pue, d’ailleurs tout est sale et moche et pue chez lui, une heure ne suffira jamais, il faudrait des jours pour venir à bout de la crasse ambiante.
En vrai, je suis épuisée, la journée a été longue, la semaine aussi, j’ai hâte de rentrer chez moi, au calme, et surtout, au propre.
En vrai, je suis démoralisée, parce que la situation me semble totalement irréelle. Je me tiens debout dans la cuisine d’un type que je ne connais pas et qui me crache sa putain de fumée au visage en m’insultant. Et le pire, c’est que je ne trouve rien d’autre à faire que de rester plantée là à attendre qu’il daigne bouger son séant de cette maudite chaise !
En vrai, j’ai juste envie de l’insulter, de lui hurler dessus, de lui éructer la haine et le dégoût qu’il m’inspire, puis d’appeler Madame Grandchef et de lui dire ce que je pense de sa façon de traiter son équipe. Parce que le pire dans l’histoire, ce n’est pas l’attitude de Monsieur Bitàlair. Il est odieux, irrévérencieux, dégoûtant, agressif et j’en passe, mais à la limite, on pourrait (presque) s’y habituer.
Le pire dans l’histoire, c’est que Madame Grandchef sait tout cela. Elle le sait depuis longtemps, et elle ne fait rien.
Elle sait que nous sommes insultées à chaque intervention chez lui.
Elle sait que Monsieur Bitàlair nous menace.
Elle sait aussi qu’il peut se montrer violent.
Elle sait surtout que les infirmières, pour toutes ces raisons, n’y mettent plus les pieds.
Elle sait tout cela, et elle nous laisse nous débrouiller avec. Elle nous laisse seules face à Monsieur Bitàlair. Elle nous laisse seules face à son mépris, à sa crasse, à sa maison puante, à sa violence.
Elle nous laisse seules et nous acceptons cela. Nous acceptons d’être insultées et méprisées. Nous acceptons de patauger dans l’urine et de travailler dans une atmosphère enfumée. Nous acceptons ce que les infirmières ont fini par refuser. Nous acceptons tout ça pour un salaire de misère. Nous acceptons et nous faisons notre boulot (presque) comme si de rien n’était.
Finalement, qui est le pire ?
Monsieur Bitàlair qui nous insulte ?
Madame Grandchef qui ferme les yeux ?
Ou nous qui nous résignons ?
Je suis donc là, face à ce type qui ne bouge pas. Lui assis, moi debout. Lui, avec ce calme arrogant de celui qui a tout son temps et moi, avec cette colère sourde de celle qui n’en peut plus. Lui, vieux, malade. Moi, moins vieille, enceinte. Oui, enceinte. Parce que c’est tellement plus drôle d’envoyer les femmes enceintes chez les fumeurs alcooliques violents. Parce que Madame Grandchef, c’est pas trop son problème tout ça. Parce qu’on fait pas le ménage avec notre utérus après tout !
La journée a été longue et j’ai hâte de rentrer chez moi. J’accélère le mouvement. Il ne veut pas bouger ? Pas grave. C’est moi qui vais bouger. Je m’approche. Il lève les yeux. Je me rapproche. Il me regarde. Je suis près de lui. Il ouvre la bouche. Je suis tout près. Il gueule.
– Qu’est-ce tu veux encore ? Dégage !
– Je vais vous aider à enlever vos vêtements Monsieur Bitàlair. Je commence par le haut.
Sans lui demander son avis, je passe derrière lui et commence à retirer son t-shirt. Il résiste un peu, j’insiste un peu. Finalement, il capitule. Si on m’avait dit qu’un jour j’obligerais un homme à se déshabiller !
Je continue. Pantalon, slip, chaussettes. Je vous épargne la description des vêtements imprégnés d’urine et de selles, je mettrai les nausées sur le compte de la grossesse !
Monsieur Bitàlair est nu, face à moi (je sens comme une tension sexuelle dans cette phrase, non?)
Cet homme qui nous insulte, qui nous méprise, qui a fait fuir les infirmières libérales et pleurer certaines de mes collègues, se tient là, face à moi, dans son simple appareil et, à ce moment précis, n’a plus rien de redoutable. Ce n’est qu’un amas de chair et de peau et, au creux de cette chair, quelques organes, en plus ou moins bon état. Ce n’est qu’un homme.
La tâche me semble soudain d’une simplicité foudroyante. Je dois laver cet homme et cette maison, rien de plus. Je dois finir mon heure, remplir le cahier de liaison et faire signer ma feuille de présence. Quand j’aurai fini, je rentrerai chez moi, je retrouverai ma maison propre et ma famille normale. Lui restera ici, au milieu de sa crasse et de sa haine. Demain, tout recommencera. Une auxiliaire viendra frapper à sa porte, il l’insultera, elle fera quand même son boulot. Qu’importent ses insultes, sa crasse et son mépris. Qu’importent notre fatigue, notre colère et notre peur. On a un boulot, on le fait, et si ça ne nous plaît pas, libre à nous de postuler ailleurs.
Aujourd’hui, c’est moi, Babeth, 34 ans, enceinte.
Hier c’était Amandine, 19 ans et jolie comme un cœur.
Avant-hier c’était Martine, 50 ans et pas très envie de jouer.
Et demain? Peut-être Julie, 25 ans, enceinte elle-aussi?
Peut-être Sonia, 42 ans, débutante?
En tout cas, certainement pas Madame Grandchef! Pas elle, non, avec son joli petit tailleur et ses talons aiguilles. Pas elle, avec son brushing impeccable et sa voiture de fonction. Pas elle, avec son regard froid et sa voix trop posée. Et d’ailleurs, que ferait-elle, elle, la grande dame, face à ce corps nu? Comment s’y prendrait-elle pour le faire aller de la cuisine à la douche? Comment supporterait-elle la fumée et l’odeur? Comment garderait-elle son calme dans cette situation?
Il faudra que je lui demande un jour. Mais pas maintenant. D’abord, il faut que je lave Monsieur Bitàlair.
Ce dernier, justement, ne semble toujours pas disposé à quitter sa chaise. Je couvre ses épaules avec une serviette (j’ai beau être passablement énervée, je n’en oublie pas la pudeur, bien qu’il ne semble pas en faire cas) et, m’armant de courage, je lui propose à nouveau une douche.
– Monsieur Bitàlair, on peut y aller ?
Ma voix est presque amicale. Je dis bien « presque ». Parce qu’en vrai, non.
La douceur de ma voix est trompeuse, et elle a le mérite de convaincre Monsieur Bitàlair de me suivre.
Cahin-caha, il se lève, grogne, avance, grogne, se rend dans la salle de bain, grogne. Cahin-caha, je le suis.
La toilette est un véritable périple. Monsieur Bitàlair titube, manque de tomber, se rattrape à mon bras, je titube, manque de tomber, me rattrape au lavabo.
Pénétrer dans la douche lui est difficile. Il est instable, manque de tomber. Pas de tapis de douche antidérapant, pas de poignée à laquelle se raccrocher. Je l’aide comme je peux, c’est-à-dire mal. Parce que c’est tout aussi casse-gueule pour moi, avec mon gros ventre et mes petits bras pas musclés.
La douche est… comment dire… pittoresque. Pendant que je savonne son dos, Monsieur s’astique la nouille, manquant de glisser. Se branler ou rester debout, il faut choisir camarade ! Monsieur Bitàlair, joueur, tente les deux… S’il tombe, tant pis, je serai incapable de le retenir au vol, il doit bien faire deux fois mon poids. Je l’en avertis, mais il s’en fout (sans mauvais jeu de mots).
Fin de la branlette et fin de la douche. La sortie est tout aussi épique que l’entrée. Je ne sais si je dois mettre le frissonnement de Monsieur Bitàlair sur une réaction post-branlette ou post-douche. Dans le doute, je l’enveloppe au plus vite d’une grande serviette… et m’empresse de rincer le bac.
Rapide coup d’œil à la pendule. Je suis censée faire la toilette ET le ménage en une heure, et ça fait déjà une demi-heure que je suis ici. Mais comment font mes collègues ?
En une demi-heure j’ai à peine fait la réfection du lit et la douche. Il me reste tant à faire. Soupir de découragement. La tâche me semble démesurée. Allez Babeth, ce n’est pas en t’apitoyant sur ton sort que tu avanceras, respire un coup et continue ! Non, pas par le nez… trop tard !

À suivre…

Continuer la lecture

Publié dans auxiliaire de vie, Bitàlair, colère, grossesse, sexe | Commentaires fermés sur Monsieur Bitàlair (version longue, revue et corrigée)

Venez comme vous êtes (mais sans votre utérus)

Premier jour de stage, laïus du patron aux internes, l’une de nous est en surnombre pour grossesse : « Bon, les filles, j’espère que personne ne compte tomber enceinte ce semestre ! » Je suis PH. Comme chaque année depuis cinq ans, je demande … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accouchement, Après la thèse, Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), Blague de merde, Café du commerce, Carrière, Centre Hospitalo-Universitaire (CHU), Chantage, Congé de paternité, Congé maternité, CONTRACEPTION, démographie médicale, enfants, externat, Faculté, Foutage de gueule, Gastro-entérite, grossesse, Gynécologie-Obstétrique, Hôpital, internat, Maltraitance, maternité, médecine libérale, médecins blogueurs, paternalisme, Pr Formol, Pr Pustule, Prématurité, PUPH, Recherche / science, Rentrée des classes, respect, Serviettes hygiéniques, Sexisme ordinaire, Temps de travail, Têtes à claque, TMTC | Commentaires fermés sur Venez comme vous êtes (mais sans votre utérus)

GESTACLIC : aide au suivi des grossesses à bas niveau de risque

Merci à l’utilisateur d’Antisèches qui m’a permis de découvrir ce site plus qu’utile pour le MG, élaboré par des médecins de l’université Paris Diderot dans le cadre d’un travail de […] Continuer la lecture

Publié dans calendrier, CONSULTATION, fiche, grossesse, GYNECOLOGIE, INFO PATIENTS, MEDECINE GENERALE, suivi | Commentaires fermés sur GESTACLIC : aide au suivi des grossesses à bas niveau de risque

Peut-on encore vivre sa grossesse en toute quiétude ?

Ne fais pas ça. Ne mange pas ça. Mange ceci. Évite de faire cela. Non, personne n’est en train de dire à un enfant quoi faire. Seulement en train de dire à une femme enceinte ce qu’elle devrait faire. Avoir … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans épigénétique, grossesse, médecine, média, Santé, Sciences sociales, Société | Commentaires fermés sur Peut-on encore vivre sa grossesse en toute quiétude ?

Cancer/ASCO14 :Moins de ménopauses précoces et plus de naissances après un cancer du sein c’est possible.

Pour l’ouverture de la conférence qui marque son cinquantième anniversaire, la société américaine d’oncologie clinique, ASCO, a choisi de mettre l’accent sur le vécu des patients et de leurs proches. Longtemps focalisée sur la recherche de l’augmentation de quantité de vie, la cancérologie se penche de plus en plus sur les questions de qualité de …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans cancer, CANCER DU SEIN, Goreseline, grossesse, ménopause, ovairesz | Commentaires fermés sur Cancer/ASCO14 :Moins de ménopauses précoces et plus de naissances après un cancer du sein c’est possible.

Ça pique ?

– Putain ça caille. – … – Allez fais pas cette tête, si ça se trouve c’est rien, et puis si c’est pas rien on recommencera. Attends, j’ai vraiment dit ça ???? Des fois, plus la situation est dure, plus les … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans amour, anxiété, Candeur, CHU, Cruche, Débutant, examen clinique, fausse-couche, Foutage de gueule, grossesse, Gynécologie-Obstétrique, Histoire de patient, Hôpital, impuissance, Intimité, Maltraitance, Nudité, Pudeur, Relation médecin-malade / soignant-soigné, résilience, respect, Têtes à claques, Urgences | Commentaires fermés sur Ça pique ?

Semaine 16

Médecine Amélioration de la prévention des complications du diabète aux USA sur la période 1990-2010, malheureusement ceci ne s’est pas vraiment transposé dans la population générale sauf pour l’infarctus du myocarde. Vous remarquerez que l’insuffisance rénale est celle qui a … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Diabète, grossesse, horovitz, HTA, PGE2, PPAR, revue de web, sucre, syndrome néphrotique | Commentaires fermés sur Semaine 16

Les ricochets

Aujourd’hui, j’ai dit adieu à mon stéthoscope. Il avait 13 ans, c’était mon tout premier. Il a eu une belle vie de stéthoscope. Puis j’ai dit à mon si gentil patient que non, je n’irai pas boire un verre avec … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, Après la thèse, Brève, cancer, Gastro-entérite, grippe, grossesse, Histoire de patient, MEDECINE GENERALE, mort, Porto, Réassurance, Relation médecin-malade / soignant-soigné, Sacerdoce, TMTC, Virose | Commentaires fermés sur Les ricochets

Mal mot

 
Elle est enceinte, elle est heureuse, elle est inquiète.
Heureuse parce que cet enfant était très attendu, inquiète parce que la grossesse précédente s’est terminée sur une échographie annonçant l’arrêt précoce du développement de […] Continuer la lecture

Publié dans grossesse, Petites phrases, relation soignantsoigné, sage-femme | Commentaires fermés sur Mal mot

Une fin… Et un début

Il y a quelques mois, quand j’avais encore un boulot (et un père), j’ai fait part à Madame Grandchef de mon désir de formation. Parce que bon, j’ai un bac qui ne me sert pas beaucoup (enfin si, il me sert à savoir lire et écrire, pour tenir un blog c’est important), un diplôme de moniteur-éducateur qui ne me sert à rien d’autre qu’à me faire mousser auprès des éventuels employeurs d’aides à domicile (mais bizarrement, pour les employeurs de moniteurs-éducateurs, ça marche pas, j’ai pas assez d’expérience), un vague brevet de secourisme et… Ben rien. Quelques formations professionnelles, de l’expérience en veux-tu en voilà, mais ça paye pas tout ça. Parce que dans ce boulot, ce qui compte ma ptite dame, c’est LE DIPLÔME! Le fameux DEAVS, à la limite le titre d’assistante de vie aux personnes, la panacée des quinquas au chômage, la gloire de Pôle Emploi qui reconvertit n’importe quelle chômeuse longue durée en super auxiliaire super efficace super efficiente (et je m’excuse par avance auprès de toutes les quinquas au chômage). Sauf que moi, le diplôme, je l’ai pas. J’ai un bac, j’ai un diplôme, j’ai de l’expérience, j’ai deux gosses, j’ai un blog (ah oui mais ça je peux pas le dire), j’ai même une R19 (contrôle technique OK, yes!), mais j’ai pas le DEAVS.
Qu’à cela ne tienne, pensais-je naïvement (je vous ai déjà dit que j’étais naïve?), il me suffit d’exprimer mon secret désir d’ascension sociale à Madame Grandchef et celle-ci, dans sa grande mansuétude et sa profonde humanité (et surtout, dans son devoir d’employeur), m’orientera vers le diplôme tant convoité (admirez au passage la tournure de la phrase, vous le sentez passer mon bac littéraire avec mention là?). Je m’égare. Aussitôt pensé, aussitôt fait, et c’est fraîche et pleine d’entrain que je formulai ma demande.
Non. No. Nein. Pas question. Même pas en rêve. Va crever ailleurs espèce de sous-merde (ah non, pardon, je digresse).
Bref. C’était clair. Et sans appel. Arguments invoqués?
« Les budgets sont bouclés, désolée. » (euh… trois ans à l’avance?)
« La VAE? Mais vous n’y pensez pas, vous n’êtes ab-so-lu-ment pas prête! » (ben heu, si j’essayais, je saurais)
« Un diplôme d’AMP ou d’aide-soignante? Non, nous ne finançons que ce qui a trait à l’aide à domicile. » (qui parlait d’ascenseur social à propos des formations professionnelles au fait?)
Finalement, la question de la formation a été vite réglée, en même temps que celle de mon renouvellement de contrat. Bye bye Babeth, et sans rancune hein!?
Non, sans rancune, enfin presque.
J’ai fait une croix sur mon boulot ET sur ma formation. La vie a continué. Et puis il y a eu une rencontre. Une grande rencontre, avec plein de gens. Et parmi ces gens, il y avait un homme qui venait de réussir un concours. On en a parlé, un peu, j’y ai réfléchi, beaucoup. Les mois ont passé. Georges, mon père, de longs moments passés dans les hôpitaux, dans différents services. Des médecins, des brancardiers, des infirmiers, des ASH, des spécialises divers et variés… et des aides-soignants. Re-découverte. Finalement, nos métiers se ressemblent, mais eux travaillent en équipe, dans un cadre, alors que je travaille seule, livrée à moi-même. Je les observe. Je discute avec eux. Je trouve auprès d’eux des sourires, des paroles réconfortantes, de la douceur (oui, de la douceur, et à l’hôpital c’est important la douceur)… Empathie. Je trouve en eux ce que je voudrais être dans mon travail. Ils finissent de me convaincre.
Je m’inscris donc au concours, quasi en secret. Je ne mets pas grand-monde au courant car j’ai peur que ça me porte la poisse (ben oui, avec la chance que j’ai!). Deux concours, deux oraux (mon bac a au moins un mérite, il me dispense de l’écrit). Et l’attente, la longue attente. Jusqu’à aujourd’hui. Après une nuit blanche, j’ai passé la journée à guetter les résultats sur internet. Pour rien. La poisse jusqu’au bout je vous dis. Finalement, on a réparti les tâches : mon mari est allé dans une école, moi dans l’autre. Mauvaise pioche pour mon mari, bonne pioche pour moi. Liste complémentaire dans une école, liste principale dans l’autre. Champagne!
Voilà. Ça c’est fait. Enfin non, c’est à faire. Mais je ne m’inquiète pas. Je sais que je vais adorer. J’ai hâte de commencer. Hâte de vous raconter aussi.
Alors, pour le jeune homme qui m’a parlé de ce concours (et qui ne se reconnaîtra pas vu que je ne crois pas qu’il lise ce blog, mais son compagnon si, donc si le compagnon en question se reconnaît, c’est bien aussi) : MERCI.
Pour l’équipe du service où était hospitalisé mon père : MERCI.
Pour les quelques personnes qui étaient au courant et qui m’ont encouragée, tout en sachant garder le secret : MERCI.
Et pour Madame Grandchef qui m’a foutu dehors comme une merde en me faisant bien sentir que j’étais une moins que rien : va te faire foutre connasse!

(Et sinon, n’oubliez pas de voter hein! Pour rappel, c’est ) Continuer la lecture

Publié dans aide-soignante, auxiliaire de vie, chômage, grossesse | Commentaires fermés sur Une fin… Et un début

Derrière le nombril

Si vous voulez un post médical, passez votre chemin. Aujourd’hui c’est message narcissico-geignard sans autre intérêt que de soulager mon nombril et de vous racontez ce qui se passe derrière. Ne venez pas vous plaindre après, la suite de la … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans glace à l'eau, grossesse, nausée, Tout autre chose | Commentaires fermés sur Derrière le nombril

Fiche-info patiente: prévention de la listériose pendant la grossesse

Rappel voir le cours rédigé par le CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français) : ICI Fiche: prévention de la listériose pendant la grossesse (rédaction : @armellegece) Continuer la lecture

Publié dans fiche, grossesse, GYNECOLOGIE, INFO PATIENTS, listériose, prévention | Commentaires fermés sur Fiche-info patiente: prévention de la listériose pendant la grossesse

Toxoplasmose et grossesse

Rappel Risque de transmission et gravité de la toxoplasmose en fonction du terme Fiche-info patiente (rédaction : @armellegece) Cliquer sur l’image pour ouvrir en PDF et imprimer Continuer la lecture

Publié dans fiche, grossesse, GYNECOLOGIE, INFO PATIENTS, PATHOLOGIE, prévention, toxoplasmose | Commentaires fermés sur Toxoplasmose et grossesse

Attendre

J’attends. Dans moins de trois semaines Georges sera là. Le lit est prêt, les affaires aussi, on peaufine les derniers détails. Les beaux-parents sont rentrés de vacances, soulagés que je n’aie pas lâchement profité de leur absence pour accoucher. Je suis fatiguée, je dors beaucoup. Plus d’énergie pour rien. Je me contente de regarder mon ventre bouger tout seul, de lire et de finir de tricoter une petite couverture. Le ménage, les repas, je laisse ça à mon mari. J’essaie d’emmagasiner du temps de repos tant que c’est encore possible, dans quelque temps les nuits seront courtes!

Amélie attend, elle regarde mon ventre, le touche, me pose mille et une questions. Elle joue à la poupée, son bébé s’appelle Juliette. Elle a récupéré des pyjamas roses de quand elle était petite, elle est ravie d’habiller Juliette avec. Elle raconte à qui veut l’entendre que « Maman va bientôt accoucher de Georges ». En attendant son petit frère, elle a plein de choses à faire : spectacle de danse, spectacle de cirque, passage du galop 1, spectacle de l’école, kermesse, évaluations nationales… Pas le temps de s’ennuyer!

Georges attend. Ce n’est pas encore le moment, il se fait beau pour le jour J.  Il est un peu petit, certes, mais une chose est sûre, il sera forcément le plus beau! Tête en bas depuis un petit moment, Monsieur est prêt à sortir. Bientôt le premier cri, la première respiration, le premier regard, la première tétée. Bientôt la rencontre, la famille à quatre, comme quand j’étais petite. Le papa, la maman, le fils et la fille. Classique, rassurant, comme dans les pubs à la télé. J’appelle ça la famille Ricoré, il manque juste le chien qui aboie joyeusement au portail et le cliché serait parfait.

Mon père attend. Il attend son petit-fils. Pas question de partir sans qu’ils aient été présentés! Tant mieux, ça nous laisse un sursis. Il attend l’infirmier du matin, l’infirmier du soir, l’aide-soignant du midi. Il attend la fibroscopie, le compte-rendu du dernier examen, le passage du pharmacien. Il attend la visite de la famille, le coup de fil d’un ami. Il attend que je vienne. Et quand je suis là, on attend ensemble. Il somnole, je tricote. De temps en temps il ouvre les yeux, me voit, me sourit. Je souris à mon tour, lui demande si tout va bien, s’il n’a pas trop mal. Il me répond doucement, sa voix a un peu faibli ces derniers temps. Puis il se rendort, je reprends mon tricot, l’après-midi passe ainsi, calmement.

Autour de nous, la vie n’attend pas. Mes ex-collègues me donnent des nouvelles, Monsieur Machin est à l’hôpital, Madame Chose est décédée, Monsieur et Madame Bidule ont demandé quand est-ce que tu revenais. Je ne reviens pas, vous pouvez le leur dire, et s’ils vous demandent pourquoi, répondez ce que vous voulez, je m’en fiche. Ce n’est plus mon problème, je n’ai plus à mentir pour protéger le service, faire semblant que tout va bien, que tout le monde est génial, que j’adore mon métier. Honnêtement, je m’en fiche et même, je m’en fous. Celle qui me remplaçait vient de se faire virer comme une moins que rien, comme ça, pouf pouf. « Celle que vous remplaciez est revenue et a repris ses heures » lui a froidement annoncé la secrétaire quand elle est venue prendre son planning de la semaine. Ben voyons, à huit mois de grossesse! Trop forte cette Babeth vous trouvez pas? Madame Grand-Chef ne l’a même pas reçue elle-même pour le lui annoncer, il faut croire que même pour une chef de service certaines choses sont encore trop difficiles à dire. De toute façon, ce n’est pas moins élégant que de mettre fin au contrat d’une femme enceinte, si?
Mes collègues me racontent tout ça et moi, j’écoute, mais je sens que c’est déjà loin derrière moi. Je souris, je réponds doucement, et je reprends mon tricot. Je fais ma petite vieille, celle qui attend, il me manque juste le fauteuil à bascule et le chat ronronnant sur les genoux.

Georges sera bientôt là, mon père ne sera bientôt plus là, le reste peut bien attendre.

Continuer la lecture

Publié dans cancer, famille, grossesse, HAD | Commentaires fermés sur Attendre

Paracétamol et grossesse, tout ce bruit pour ça ?

Non mais c’est quoi cette psychose ?! Alors ça y est, je m’absente quelques jours semaines pour prendre mes marques à l’internat, et voilà qu’un énorme buzz venu de l’espace fait la une dans le milieu médical des femmes enceintes. Si … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans antalgiques, article scientifique, femmes enceintes, grossesse, LCA, Med'scene, paracétamol | Commentaires fermés sur Paracétamol et grossesse, tout ce bruit pour ça ?