Archives de catégorie : Douleur

L’enfant qui détestait les araignées, les coccinelles et les abeilles

L’histoire, qui se déroule au Canada, est celle d’un enfant de trois ans qui fait subitement des crises d’épilepsie. Celles-ci surviennent la plupart du temps au moment où il se réveille ou lorsqu’il s’endort, plus rarement dans la journée. A … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cerveau, cortex cingulaire, Douleur, épilepsie, gyrus cingulaire moyen, Neurologie, Neurosciences, Pédiatrie | Commentaires fermés sur L’enfant qui détestait les araignées, les coccinelles et les abeilles

Euthanasie : bref rappel de la situation en France et autour de nous

La loi française ne reconnait pas l’euthanasie, ni le suicide assisté. Seuls les trois pays du Benelux ont, en Europe légalisé l’euthanasie. En France, le code de déontologie médicale dit que le médecin n’a pas le droit de provoquer délibérément … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Douleur | Commentaires fermés sur Euthanasie : bref rappel de la situation en France et autour de nous

Recyclage des antidépresseurs

Les préoccupations écologiques conduisent à promouvoir la revalorisation des déchets. Dans cette nouvelle économie du recyclage, il convient de noter la singulière façon d’agir de l’industrie pharmaceutique. La grande classe des antidépresseurs est la plus démonstrative de ce recyclage. Ces … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans antidépresseurs, dépression, Douleur, médecine, obésité, Recyclage, Sevrage, sexologie, Surdiagnostic, TOC | Commentaires fermés sur Recyclage des antidépresseurs

Prendre du recul

Tout a commencé par un choix. Dans un stage d’étudiant hospitalier, on attribue souvent à chaque étudiant un ou plusieurs patients dont il est « responsable ». Un grand mot pour, dans la plupart des cas, dire que l’étudiant devra connaître « le … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Antalgique, Douleur, Ethique, études, étudiant, examen, expérience, externat, fin de vie, Hôpital, infirmier, Initiation, job, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, Méthode, mort, mourir, OBSERVATION, patient, Réflexion, Santé, soin, soins, Soins palliatifs, Stage, technique, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Prendre du recul

Rhumatismes : continuez à bouger !

Le 12 octobre marque la Journée Mondiale des Rhumatismes, des pathologies qui recouvrent de nombreuses pathologies. Des rhumatismes inflammatoires chroniques à l’arthrose la recherche de traitements plus efficace est en route. Mais on peut déjà influer sur la maladie par … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Arthrose, Douleur, polyarthrite, rhumatismes | Commentaires fermés sur Rhumatismes : continuez à bouger !

Hey ! Vous auriez une échelle ? C’est pour être objectif !

Entre deux tentatives à la première année commune aux études de santé (PACES), j’ai fait un saut dans le grand bain du monde hospitalier. FFAS, RCA, ASH… des acronymes pour simplement dire que j’étais embauché un mois dans un service … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Aide-soignant, DFGSM 2, DFGSM 3, Douleur, échelle, Ethique, études, étudiant, EVA, évaluation, examen, expérience, externat, Garde, Hôpital, infirmier, Initiation, job, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, MEDECINE GENERALE, Méthode, OBSERVATION, paces, PAES, patient, Réflexion, Santé, soins, Stage, technique, URGENCE, Urgences, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Hey ! Vous auriez une échelle ? C’est pour être objectif !

Autothérapie

  Hier soir un mail : Je viens de regarder en replay l’émission de la « Maison des maternelles »   : Je veux accoucher sans péridurale. Je te conseille de la regarder si c’est pas déjà fait. Le temps d’un téléchargement à la lenteur que je qualifierais de majestueuse – on se console comme on peut de la fracture numérique – j’ai […] Continuer la lecture

Publié dans accouchement, compétences maternelles, confiance, Douleur, médias, péridurale, Petites phrases, Pffffff | Commentaires fermés sur Autothérapie

La douloureuse attente

Été 2012.
Le crabe a gagné, il a perdu. Il va bientôt mourir. Il le sait, sa famille le sait, les soignants le savent. C’est plus simple ainsi. Pour l’heure, il bénéficie des soins palliatifs à domicile, avec passage quotidien des infirmiers et aides-soignants. Ça se passe plutôt bien, quelques couacs avec la pharmacie mais rien d’insoluble. Sauf ce soir. Ce soir, il y a un problème avec la perfusion. Il est tard et l’infirmière de l’HAD ne peut pas se déplacer, pas d’autre choix que les urgences. Embarquer un père en fin de vie et sa fille en fin de grossesse n’est pas une mince affaire, heureusement que le fils est ambulancier, ça aide! Après un trajet légèrement angoissant (pourquoi cette fichue perfusion ne veut-elle pas s’écouler normalement?), la petite famille arrive à bon port. Chance inouïe, il n’y a que deux personnes en salle d’attente. Chic, ça devrait aller vite, et tant mieux parce que tout le monde est crevé!
L’enregistrement est assez rapide. Le monsieur est suivi dans cet hôpital, ça tombe bien. Commence l’attente. 
La première heure passe presque vite. On discute, on bouquine, on dit bonsoir aux nouveaux arrivants. C’est presque amusant de se trouver là. Si la fille accouche maintenant, elle sera bien entourée, dit-elle en riant!
La deuxième heure est plus difficile. Le père ne dit rien mais il serre les dents. Le fils fait des allers-retours entre la petite salle d’attente et l’accueil. Pourquoi est-ce si long? Pourquoi personne ne vient voir son père? Pourquoi ne propose-t-on pas un lit à ce dernier pour qu’il puisse au moins se reposer?
La troisième heure est éprouvante. Le père souffre. Il ne dit rien, mais ses enfants ont remarqué le tremblement qui l’agite. Dans l’angoisse qui a précédé le départ, personne n’a pensé à prendre la morphine. Ils demandent à la dame de l’accueil si elle peut prévenir un médecin, mais celle-ci leur répond qu’il y a hélas d’autres urgences à gérer. La douleur, ça n’est pas une priorité ici.
La quatrième heure est horrible. Un lit s’est libéré et le père peut enfin s’allonger en attendant qu’un médecin le voie. Mais il n’a toujours pas reçu d’antalgique. Un cancer, au stade terminal, ça fait mal. Très mal. N’importe quel soignant sait cela. Mais ça a l’air tellement compliqué de trouver de la morphine dans cet hôpital… Le fils est furieux. Ils sont venus pour un petit problème de perfusion, n’ayant pas d’autre choix que les urgences, ils n’imaginaient pas que ça se transformerait en séance de torture. Du coup, il est de moins en moins patient. Il a envie d’insulter tout le monde, mais il n’y a personne d’autre que la dame de l’accueil, qui d’une part n’y est pour rien, et d’autre part est fort aimable, alors ce serait dommage. La fille est furieusement inquiète. Pour son père qui souffre d’abord. Mais aussi, plus égoïstement, pour elle. Elle se dit que si elle doit accoucher dans cet hôpital, elle a intérêt à venir avec un stock de paracétamol, parce que pour la péridurale c’est pas gagné! Le père est furieux. Mais lui, il est trop faible pour dire quoi que ce soit, alors il se tait.
Cinquième heure. La perfusion est réglée, ça n’était pas très grave finalement. La petite famille rentre enfin chez elle et le père peut enfin prendre sa morphine. Tout le monde est épuisé, et amer. L’attente, le stress, l’absence des soignants, tout ça, ils peuvent le comprendre. Il y avait d’autres urgences que la leur, et la jeune fille avec sa fracture du coude arrivée après eux était une situation bien plus urgente que leur perfusion bouchée.
Mais la douleur, putain, la douleur! Comment peut-on à ce point ignorer quelqu’un qui a mal? Comment peut-on le laisser plusieurs heures durant sur un siège en métal sans même lui proposer ni fauteuil ni antalgique? Comment peut-on oser lui dire qu’on ne peut rien lui donner d’autre que du paracétamol? Pour un cancer au stade terminal dont il mourra quelques semaines plus tard?

Comment peut-on soigner sans prendre soin?

   Continuer la lecture

Publié dans cancer, Douleur | Commentaires fermés sur La douloureuse attente

Jour deux. Motif : vaccination

Jour deux

Motif : vaccination

Un berger allemand. Il n’y en a plus tant que ça, des bergers allemands. A l’époque de Mabrouk (que je n’ai pas connue, enfin en tout cas pas en tant que véto), c’était un des chiens n°1 en France. Et puis, bon, ils faisaient peur, finalement, quand ils n’étaient pas sur une planche à voile à la télé. Le « chien-loup ». Et la reproduction massive aidant – c’est toujours la même histoire quand une race a le malheur d’être à la mode – on a vu se développer et exploser les problèmes de hanches malformées, ce qui n’a pas aidé à la bonne image de la marqu… heu de la race.
Aujourd’hui, de toute façon, ce sont plutôt des petites races qui sont à la mode. Avec des poils ras. Plus facile à gérer, à entretenir à l’intérieur. Comme les chats, dont le nombre et la proportion augmentent considérablement. Les races à la mode, aujourd’hui, ce sont les Jack Russel terriers (quoique, ça commence à passer) et les bouledogues français.

Bref. Mon berger allemand vient pour une consultation vaccinale. Un examen annuel de santé. Comme vous voulez. Une consultation dont le but est de faire un bilan de santé (ça c’est mon objectif prioritaire) et de faire une injection de vaccins (ça c’est en général l’objectif prioritaire du maître), de préférence le plus vite possible (ça c’est en général l’objectif prioritaire du chien, qui ne s’accorde pas très bien avec le mien).

C’est une drôle de consultation, la consultation vaccinale :
– elle n’est pas obligatoire (sauf pour la rage si on doit voyager à l’étranger), mais souvent vécue comme telle. Ou en tout cas comme une contrainte.
– elle est très intéressante, mais rarement appréhendée à sa juste valeur, que ce soit par le maître ou même par le vétérinaire, parfois (sans parler du chien).

C’est la première fois que je vois Mabrouk. La première fois que je vois son maître, aussi. Hasards du planning, puisque nous le vaccinons depuis sept ans déjà. Il est toujours tombé sur mes confrères. Mabrouk a très, très envie d’être ailleurs. Il halète, il bave, il neurovégétative. Je baisse la table d’examen, je vois son maître serrer la mâchoire. En imaginant l’effort à faire pour mettre les 35kg du berger sur le plateau ? Je le vois se pencher, et arrête son geste. Ce type a le dos ruiné. Je m’assieds sur la table, à 30 cm du sol, fait asseoir monsieur Hutin sur une chaise, et place Mabrouk entre nous. Le chien planque sa grosse tête entre les cuisses de son maître. Je vais commencer par les fesses, alors. Palpation des cuisses, exploration des nœuds lymphatiques, palpation abdominale, sa rate est grosse, mais normale. Je lui caresse le dos, je parle, de tout, de rien. Je sens une tension, j’y reviendrai. Je prends mon stéthoscope, il a un cœur parfait. Rien à la respiration. J’apprends que Mabrouk a une peur panique des orages, étendue aux coups de vent et aux explosions – tout a commencé avec un feu d’artifice, un quatorze juillet. Qu’il se promène partout en liberté dans le micro-village où ils habitent, mais qu’il sort de moins en moins et reste de plus en plus collé à son maître. Un « hyper-attachement raisonnable » qui leur convient très bien, à tous les deux.
Je lui palpe les testicules, à peu près symétriques, et de consistance normale. Je pousse l’outrage jusqu’au thermomètre. 38,4. Mabrouk bave.

L’air de rien, en le poussant et le caressant, je le fais tourner sur lui-même. Je crois que Mabrouk n’a rien vu venir. Il planque sa tête entre mes cuisses comme il le faisait avec son maître. Je palpe, je caresse. Nœuds lymphatiques, inspection des dents – parfaites ! -, des oreilles, des conjonctives. Je sors l’ophtalmoscope, le cristallin est limpide mais la rétine est un peu floue. Un début de myopie ? L’otoscope, rien à signaler. Je laisse Mabrouk se retourner vers son maître, et reviens à son dos. M Hutin a continué à me parler de Mabrouk. Je « mmmhh-mmmhhh » et j’acquiesce. Je reprends ma palpation des muscles du dos. Ça coince clairement à la palpation de la jonction thoraco-lombaire. J’attire l’attention de M. Hutin sur la réaction de Mabrouk, le spasme algique. Ce chien a vraiment mal au dos.

Je le libère, le regarde se coucher, puis se relever quand je me lève moi-même. La colonne comme un manche à balai. Oui, Mabrouk a du mal à monter dans la voiture, mais il court, il joue, il lui semble « normal ». Nous discutons arthrose – M. Hutin voit très bien de quoi je parle – et gestion de la douleur. Signes d’alerte. Facilité à sous-estimer la souffrance d’un animal.

Je vais chercher les vaccins, et laisse tomber l’arthrose. Le sujet est abordé, nous y reviendrons, un jour. J’explique les nouveaux protocoles de vaccination, le rythme triennal pour certaines valences, le rythme annuel pour d’autres. Les tenants et aboutissants de nos choix techniques. Je crois que nous n’expliquons pas assez ce que nous faisons à nos clients.

J’injecte, sans y penser. Mabrouk n’a rien senti, mais il bave toujours. Je tamponne le carnet. Serre la main de M. Hutin. C’était une chouette demi-heure.

Continuer la lecture

Publié dans chien, Douleur, vaccin, Vétérinaire au quotidien | Commentaires fermés sur Jour deux. Motif : vaccination

Fibromyalgie : une affection qui doit mieux être prise en charge

C’est une affection bien mystérieuse qui gâche la vie de centaines de milliers de personnes, surtout des femmes. On commence enfin à s’en préoccuper chez nous. Des zones du corps douloureuses même avec une légère pression, une fatigue, des troubles … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Douleur, fibromyalgie, VARIA | Commentaires fermés sur Fibromyalgie : une affection qui doit mieux être prise en charge

Vélotaf #6 sur la communication aux urgences, exemple d’une douleur aigüe

Ce matin, en allant justement au D.U. d’hypnose, j’ai écouté le podcast de Subutox sur son vécu lors d’une garde aux urgences. J’ai eu envie de lui dire plein de choses, il m’a dit : fait un vélotaf. Je me suis exécuté. Continuer la lecture

Publié dans #marchéparlé, anesthésie-réanimation, Communication, Douleur, hypnose, médecine, relation méde, relations humaines, technique, velotaf | Commentaires fermés sur Vélotaf #6 sur la communication aux urgences, exemple d’une douleur aigüe

Douleur après chirurgie : la musique adoucit et apaise.

La musique adoucit les mœurs, c’est bien connu. Mais elle peut aussi calmer la douleur en post-opératoire si on en croit une étude publiée dans la revue britannique The Lancet . Il est fréquent, quand on entre dans un bloc … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AVC, chirurgie, Douleur, musique | Commentaires fermés sur Douleur après chirurgie : la musique adoucit et apaise.

« En d’atroces souffrances » d’Antoine de Baecque

J’ai acheté ce livre pour deux raisons. La première est mon intérêt pour la douleur et son histoire. Ce court ouvrage pouvait être une bonne introduction au sujet. La deuxième est d’avoir écouté plusieurs fois antoine de Baecque sur France … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans catherine de sienne, de Baecque, dorval, Douleur, Histoire, HLAB29, Larrey, Leriche, Liddell, médecine, rancé, sacher-masoch, souffrance, vigny, Welles | Commentaires fermés sur « En d’atroces souffrances » d’Antoine de Baecque

Faire face à la mort

C’est un matin comme les autres. Je suis arrivé en avance, mais un peu moins que d’habitude. La femme de ménage a terminé de nettoyer le couloir qui est presque sec. J’ouvre la fenêtre du bureau des médecins, comme pour … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Aide-soignant, Douleur, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Hôpital, infirmier, Initiation, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, mort, mourir, patient, personnel, première, Santé, soins, Stage, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Faire face à la mort

Faire face à la mort

C’est un matin comme les autres. Je suis arrivé en avance, mais un peu moins que d’habitude. La femme de ménage a terminé de nettoyer le couloir qui est presque sec. J’ouvre la fenêtre du bureau des médecins, comme pour … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Aide-soignant, Douleur, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Hôpital, infirmier, Initiation, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, mort, mourir, patient, personnel, première, Santé, soins, Stage, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Faire face à la mort

Stimulation électromagnétique transcranienne : le courant passe de mieux en mieux

Stimuler certaines parties superficielles du cerveau par des courants électriques est une méthode déjà très ancienne, mais qui était souvent très mal supportée en raison de la douleur engendrée. On utilise maintenant la stimulation électromagnétique transcranienne qui joue sur le … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans acouphènes, dépression, Douleur, fibromyalgie, stimulation électromagnétique transcranienne, VARIA | Commentaires fermés sur Stimulation électromagnétique transcranienne : le courant passe de mieux en mieux

Soins palliatifs : La Cour des Comptes fustige une fois encore le retard français

    C’est un constat sans concession que dresse la Cour des Comptes dans son rapport annuel : la France connait un retard colossal dans le développement et la mise en place des soins palliatifs. Les Sages critiquent notamment les manques de structures dans les maisons de retraite type EHPAD et le faible nombre de …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans cancer, Douleur, ETHIQUE/DEONTOLOGIE, EUTHANASIE, fin de vie, FORMATION DES MEDECINS, réseaux de santé, Soins palliatifs | Commentaires fermés sur Soins palliatifs : La Cour des Comptes fustige une fois encore le retard français

La douleur chez le sportif

On entend souvent dire que les sportifs sont des masochistes. Je ne suis pas d’accord. Je trouve ça difficile de s’entraîner intensément, et je ne « kiffe » pas me mettre en difficulté. Ce que j’aime c’est avoir le courage de sortir de ma zone de confort. Ainsi je me rends compte que les contours de cette … Continuer la lecture de La douleur chez le sportif Continuer la lecture

Publié dans auto-hypnose, Douleur, hypnose, médecine, sport | Commentaires fermés sur La douleur chez le sportif

Un point pour refermer les plaies

Salle d’attente des urgences Il est presque huit heures. J’entame la quatorzième heure de garde, la vingt-quatrième heure de veille. La soirée aux urgences a été longue et mouvementée. Pas une minute de répit, pas même aux alentours de 2 … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans dépression, Docteur, Douleur, empathie, Ethique, études, étudiant, expérience, externat, Garde, Hôpital, Initiation, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, mort, patient, Plaie, point, Réflexion, Santé, soins, souffrance, Stage, Suture, technique, tristesse, vie | Commentaires fermés sur Un point pour refermer les plaies

Je veux qu’il ne souffre pas

C’est devenu une litanie. Quand les questions deviennent compliquées, les pronostics défavorables, les diagnostics trop sombres, on me dit, presque toujours : je veux juste qu’il ne souffre pas.
Parce qu’on sait qu’on ne peut pas vraiment le guérir, que l’on peut sans doute ralentir la maladie, améliorer ses symptômes.
Qu’il ne souffre pas.
On peut choisir l’euthanasie, tout arrêter dès aujourd’hui.
Pour qu’il ne souffre pas.
Oh, non, docteur, pas d’analyses, de toute façon. Moi, je veux juste…
Qu’il ne souffre pas.

Cette litanie est parfois une fuite. Qu’il ne souffre pas, ça peut être la réponse facile. Celle qu’on ne vous reprochera jamais. A juste titre, d’ailleurs.

C’est aussi, simplement, souvent, la conclusion logique d’un raisonnement parfaitement sain, et construit : arriver aux soins palliatifs, dans le sens le plus noble de cette terme. Soulager la douleur, accompagner l’évolution inéluctable d’une maladie.

C’est souvent moi qui le précise, alors : faire adhérer le maître de l’animal à la démarche, lui rappeler que c’est la motivation finale de mon travail. Soigner, certes, guérir, de préférence, mais atténuer la souffrance, avant tout. Ne me demandez pas pourquoi, d’ailleurs. Je ne sais pas. Il est simplement inenvisageable de voir les choses autrement. Drôle de question, non ?

D’autant que nous avons vraiment les moyens de gérer la douleur et la souffrance, maintenant.

Alors pourquoi écrire ce texte ?

Parce que cette litanie, cette formule tant répétée, « je ne veux pas qu’il souffre », est la réaction normale et réflexe du maître tétanisé. Je viens de vous assommer. De vous apprendre, ou de vous confirmer – souvent, vous vous en doutiez – que la douleur, ou la souffrance au sens plus large du terme, ne disparaîtra jamais tout à fait. Alors je voudrais, que plus souvent, dans un second temps, vous vous demandiez : « qu’est-ce que je veux vraiment ? ».

Alors, dans ce second temps, une fois que l’urgence, le court terme, aura été géré, on pourra étudier toutes les possibilités. Soigner vraiment, parce que c’est la meilleure façon de faire disparaître la souffrance. Ou utiliser les bons médicaments, sans se cacher derrière de faux nez. Des anti-inflammatoires, des morphiniques, pour la douleur. Des diurétiques, des IECA, pour soulager cette insuffisance cardiaque et cet œdème pulmonaire que vous remarquez à peine.
Parce que finalement, c’est souvent ça, mon problème : vous faire admettre que l’animal souffre, quand vous trouvez juste qu’il vieillit. Ou que vous n’avez rien remarqué, ce qui d’ailleurs, peut régulièrement vous vexer. On n’aime pas entendre que l’on a rien vu, et qu’on a laissé, plus ou moins consciemment, son animal se dégrader.

« Boaf, de toute façon, il est vieux, qu’est-ce qu’on peut y faire. »

On s’habitue à la souffrance. Surtout quand ce n’est pas la nôtre.
D’ailleurs, on préfère ne pas la voir, la minimiser. C’est naturel. C’est confortable.

C’est insupportable.

C’est mon boulot. Vous dire que s’il se lève difficilement le matin, c’est qu’il a mal. Que s’il pue autant de la gueule, c’est parce qu’il a des abcès dentaires, et ça fait mal. Que son otite chronique, sa maladie de peau qui ne disparaît jamais vraiment, non, ce n’est pas anodin. Que sa respiration courte et rapide, c’est un signe de souffrance.
Que oui, il vaut mieux prendre des anti-inflammatoires tous les jours de sa vie que d’avoir mal tous les jours de sa vie.

Personne ne souhaite qu’un animal souffre.

Mais qui se donne les moyens, simples, au quotidien, de lutter contre cette douleur ? De la reconnaître, de l’accepter, puis de la traiter ?

Et ne me sortez pas l’argument du prix. Oui, soigner un animal, ça peut coûter cher. Très cher. Mais au long terme, pour la grande majorité des cas, il existe des traitements efficaces et accessibles.

Bien sûr, tout ne se soigne pas, toutes les souffrances ne se soulagent pas. Et finalement, finalement, oui, on pourra finir par choisir l’euthanasie. Pour qu’il ne souffre pas.

Continuer la lecture

Publié dans Douleur, EUTHANASIE, palliatif, souffrance, Un peu de recul | Commentaires fermés sur Je veux qu’il ne souffre pas

Le stimulus

Toujours un peu pareil, fidèle à son signal, Fourbe insurmontable, le malaise vagal. Nausées et vertiges, chaleurs, suées, fourmis, Il vient et c’est le drame : à moi l’hypoxie. Quand d’aucuns vacillent devant un flot de sang, Bien d’autres s’étouffent sous … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, Ethique, études, étudiant, examen, expérience, Hôpital, Initiation, Litthérapeute, Litthérapie, malaise, médecin, médecine, OBSERVATION, patient, poésie, sang, Santé, soins, souffrance, Vagal, vie | Commentaires fermés sur Le stimulus

Semaine 29

Médecine Le SAVI, vous connaissez? Une nouvelle maladie autoinflammatoire résultant de la dysfonction de STING responsable d’une activation endothéliale et de multiples complications pulmonaires et vasculaires chez l’enfant. Les Less is More du JAMA internal medicine sont des petits bijoux, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans auxine, beagle, coronaropathie, crise, Divers, don vivant, Douleur, EGFR, erythroferrone, fer, goujerot, hydroxychloroquine, less is more, niacine, phosphore, RASGRP2, retrait, SAVI, STING, telomere, toxines urémiques, western blot | Commentaires fermés sur Semaine 29

The End-1

L’autre soir en accompagnant dans la dignité un pot de nutella vers sa dernière demeure (le recup’verre), [Ouaip, ricanez, ricanez, gloussez, même. Z’avez pas idée du sacerdoce que c’est de mettre de coté la queue et les oreilles d’un pot … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans analgésie, Douleur, mort, Souvenirs, Toubib | Commentaires fermés sur The End-1

Impérissable

Fin d’inter dans un petit bled paumé loin-loin. Au moment de grimper dans la voiture blanche coiffée de bleu, un gamin m’interpelle. «Bonjour, scusez moi, sté vous à la télé ?» Euh … Flottement. «Eh Madame, Docteur, spavous qu’avez soigné … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans analgésie, Douleur, SAMU, SMUR, Traumatologie, URGENCE | Commentaires fermés sur Impérissable

Proctocologie

Parmi les traits qui me poursuivent depuis ma plus tendre enfance, y’a l’incoercible peur du gendarme. La subversion me fascine, mais c’est plus fort que moi : je ne peux franchir la limite de l’interdit tant la trouille de me … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Cardiologie, Douleur, Infarctus, SAMU, SMUR, Trouille, URGENCE | Commentaires fermés sur Proctocologie

Outils recommandés pour évaluer la douleur et le retentissement de l’incapacité fonctionnelle liés à la lombalgie

La lombalgie commune toucherait 60 à 90 % des travailleurs à un moment ou à un autre de leur vie : elle disparaît généralement quelques jours à quelques semaines plus tard. La Société de médecine du travail a produit des […] Continuer la lecture

Publié dans activités professionnelles, analogique, anxiété, bonne pratique, charges, Dallas, dépression, dos, Douleur, échelle, EIFEL, évaluer, fonctionnelle, gêne, incapacité, lombaire, lombalgie, Lombalgie (mal de dos), médico-professionnelle, OMPSK, outils, questionnaire, Recommandations, retentissement, risque, score, surveillance, traitement, travail, travailleurs, visuelle | Commentaires fermés sur Outils recommandés pour évaluer la douleur et le retentissement de l’incapacité fonctionnelle liés à la lombalgie

Trop

Parfois le hasard tombe mal. Parfois ce n’est pas totalement le hasard. Parfois il y a du hasard mais il y a de l’évitable, ou du qui aurait du être évité. Parfois l’enchaînement des choses et des contraintes qui n’auraient … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Bibiland, Douleur, Études de médecine, Instantanés, Life | Commentaires fermés sur Trop

Appuyer là où ça fait mal

Je n’aime pas faire mal aux gens. (Et quand je dis « les gens », c’est au sens très large du terme. Grosso modo tout ce qui est vaguement vivant, ça me dérange de leur faire du mal. Un soir en rentrant … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, écrasage de moustique, écureuil sous la pluie, Externe, faire mal, formation, interne, mal faire, Un peu de tout | Commentaires fermés sur Appuyer là où ça fait mal

Appuyer là où ça fait mal

Je n’aime pas faire mal aux gens. (Et quand je dis « les gens », c’est au sens très large du terme. Grosso modo tout ce qui est vaguement vivant, ça me dérange de leur faire du mal. Un soir en rentrant … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, écrasage de moustique, écureuil sous la pluie, Externe, faire mal, formation, interne, mal faire, Un peu de tout | Commentaires fermés sur Appuyer là où ça fait mal

Rechute

Ça allait mieux. Repousse du poil de la bête ; se manifestant par pointes d’humour, sourires vrais, gnaque de faire ce qu’il me semble bon pour mes patients, envie de la minute / heure / journée suivante, instants de satisfaction, … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, doute, Life, Nombrilologie, spleen | Commentaires fermés sur Rechute

Le Masque

Du matin au soir, du soir au matin, il faut donner le change. Pour la petite, parce qu’il ne faut pas qu’elle soit triste que sa maman le soit, bien sûr, faut donner le change. Pour la famille, le plus … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, doute, Life, Nombrilologie, spleen | Commentaires fermés sur Le Masque

La course de l’enfant du monde

La petite ne vient pas d’ici. La directrice de son orphelinat doit bénéficier d’une opération chirurgicale en France et l’a amenée avec elle, parce que dans son pays, pauvre, l’enfant n’est pas prise en charge. De grands yeux, la peau … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur, Soins palliatifs | Commentaires fermés sur La course de l’enfant du monde

Quatre hommes alcoolisés

La douleur est l’un des plus grands motifs d’hospitalisation en Unité de Soins Palliatifs. Lorsque les patients sont admis pour cette raison, c’est parce qu’ailleurs, rien n’a fonctionné. Il faut alors équilibrer le traitement en réévaluant les mécanismes de la … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Douleur | Commentaires fermés sur Quatre hommes alcoolisés

Equianalségie des opioïdes

1/par rapport à la morphine orale Tableau édité par l’OMedit-région Centre (Observatoire régional des Médicaments, des Dispositifs et des Innovations Thérapeutiques) cliquez sur le tableau pour accéder au document en […] Continuer la lecture

Publié dans Douleur, équivalence, morphine, opioïdes, Thérapeutique, traitement | Commentaires fermés sur Equianalségie des opioïdes