Archives de catégorie : Dépistage

Et si l’obligation vaccinale n’était que le début?

Je viens de découvrir grâce à ma liste tweeter  un article de blog du BMJ ( British Medical Journal). Cet article, écrit par une ingénieure informatique,  a pour sujet l’obligation qu’ont les femmes uruguayennes à se soumettre à une mammographie de dépistage tous les 2 ans à partir de 40 ans. C’est le seul pays […] Continuer la lecture

Publié dans Autorités médicales, autorités sanitaires, conflits d'intérêt, contrainte, Dépistage, Ethique, indépendance, liberté, politique, pratique de la médecine, Santé publique, Société | Commentaires fermés sur Et si l’obligation vaccinale n’était que le début?

La santé nous submerge

Les plus fréquents thèmes de conversations impromptues de rue et de comptoir sont la météo et la santé, cette dernière a résolument pris le dessus, donnant aux thèmes médicaux une dimension sociale envahissante. Un jour, le journal de 20h révèle … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, diagnostic précoce, donations, médecine, Santé | Commentaires fermés sur La santé nous submerge

Quand détecter un cancer supplémentaire coute plus de 6 millions de dollars

La découverte d’une hématurie microscopique est un événement banal. Elle nécessite de réaliser un bilan pour identifier une cause. Avant de se jeter sur des examens paracliniques, il est raisonnable de s’assurer de la réalité de sa présence. Il faut … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer urologique, cystoscopie, Dépistage, echographie, hématurie microscopique, Néphrologie | Commentaires fermés sur Quand détecter un cancer supplémentaire coute plus de 6 millions de dollars

Vinay Prasad sur les débats qui animent twitter

Vinay Prasad fait un travail magnifique d’éclaircissement sur un certain nombre de faits qui agitent les sphères de l‘oncologie, du dépistage, des traitements, du coût des traitements. Je ne le connais pas personnellement mais je lis ce qu’il écrit (il écrit beaucoup). Il nous enthousiasme sur le niveau de réflexion que des médecins, dans leur propre spécialité, ici l’hématologie et l’oncologie, peuvent atteindre  dans un système de santé aussi étranger au nôtre que celui des Etats-unis et nous déprime quant à l’absence de médecins critiques dans notre propre pays. @VinayPrasad82 pour le suivre sur twitter.

Voici la traduction d’un tweet qui m’avait bien plu. 

Le dépistage des cancers n’a jamais démontré sauver des vies, ce qui signifie améliorer la mortalité globale, et a des conséquences néfastes majeures incluant des faux positifs et des sur diagnostics et nous devons le juger par des preuves provenant d’essais randomisés. Voir ICI pour l’article original (sur abonnement) et LA pour un commentaire. [1]


Le coût des médicaments est hors de contrôle, il n’est pas régi par les forces traditionnelles du marché, il est mauvais pour les patients et la société, et des réformes sont nécessaires (LA).

La FDA états-unienne a assoupli les standards d’autorisation de mise sur le marché fondée sur des critères de substitution (ce qui, en soi, n’est pas la fin du monde) mais en les couplant avec l’abandon des études marketing post commercialisation, ce qui est mauvais pour les patients (ICI). [2]

Le financement de la recherche est majoritairement non fondé sur les preuves et arrose de façon disproportionnée les mêmes fausses  idées et les mêmes personnes (LA). [3]

L’oncologie de précision et les autres « traitements personnalisés » paraissent magnifiques mais manquent de données robustes issues d’essais randomisés.  Le seul essai dont nous disposons est négatif ( LA). [4]

Les nouvelles molécules sont souvent annoncées comme des miracles mais la réalité est typiquement qu’il y a un certain nombre de réserves majeures, de distorsions dans le protocole, des biais et des manipulations derrière tout cela (ICILA, et encore LA). [5]

Les conflits d’intérêts sont vraiment un problème. 

Notes.

[1] Rappelons qu’en France les résistances sont fortes et que l’INCa a exercé des pressions intolérables pour que l’on n’abandonne pas en rase campagne le dépistage organisé du cancer du sein.
[2] les études post marketing (après commercialisation) ne paraissent pas devoir être très conclusives puisqu’elles sont menées dans l’immense majorité des cas par l’industrie pharmaceutique voir ICI ; mais, pire encore, quand les études post commercialisation montrent des résultas négatifs, les produits ne sont pas retirés du marché.
[3] Les recherches sont menées en fonction des marchés porteurs (nombre de patients putatifs élevé) et/ou dans des marchés de niche où le faible nombre de patients traités sera dans un premier compensé par des prix très élevés et dans un second par une extension des indications (alias saucissonnage). Voir à ce sujet l’excellente communication de Marc-André Gagnon lors des Pilules Prescrire 2015 : ICI.
[4] L’oncologie de précision est pourtant considéré comme l’avenir de l’oncologie par tous les experts mais les experts sont surtout payés par l’industrie pour des opérations promotionnelles justifiant a priori une efficacité non démontrée et l’obtention de prix faramineux.
[5] Big Onco organise une messe annuelle sous le patronage de l’ASCO durant laquelle elle fait du pré marketing à base d’abstracts aux résultats rarement confirmés, de communications tronquées et truquées à laquelle est convié le gratin des oncologues et le gratin des journalistes internationaux.

Continuer la lecture

Publié dans CRITERES DE SUBSTITUTION, Dépistage, GAGNON MARC-ANDRE, Oncologie, PRASAD VINAY | Commentaires fermés sur Vinay Prasad sur les débats qui animent twitter

UN GRAIN DE SABLE DANS LA CHAUSSURE DE ?

Trois jours avant l’heure fatidique de souffler ses quarante bougies, une femme que je connais plutôt bien m’a transmis l’invitation qu’elle venait de recevoir.

La voici : 

Celles et ceux qui fréquentent ce blog connaissent ma position au sujet de ce dépistage systématique avant cinquante ans. L’important n’est pas mon avis mais celui des institutions officielles.

Par exemple, allons voir ce qu’on peut lire sur le site de l’Institut National du Cancer :

Tout est là : http://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-du-sein/Vous-avez-moins-de-50-ans


Autre institut officiel et garant des recommandations et bonnes pratiques médicales en France, la Haute Autorité de Santé :



On trouve sur le site de la HAS une note de cadrage sur ce thème datant de mars 2013 : 



Voilà sa conclusion sur la mammographie de dépistage systématique chez la femme de 40 à 49 ans :


 

A la lecture des écrits de ces deux hautes institutions nationales, inutile de dire qu’il semble aisé de décliner l’invitation à se rendre près du boulodrome, avenue de l’Égalité… Il est si clair que pendant que des mecs jouent aux boules, on jouerait aux apprentis sorciers avec les seins des femmes.

Pourtant, tout n’est pas si simple car nous n’avons pas tous accès au même niveau d’information et d’éclaircissement.

Et on pourrait avant tout se poser la question suivante : non mais attendez, la position officielle est claire alors comment se fait-il que l’on propose ce dépistage qui serait inefficace mais surtout potentiellement dangereux ?

Allons un peu plus loin.

Nouveau Président, nouveau gouvernement, nouvelles méthodes ? En marche toute !

La santé.

Un médecin à la santé.

Une nouvelle ministre de la santé a été nommée, professeure de médecine, hématologue.

La presse semble emballée par ce gouvernement et cette ministre au parcours sans faille.

Agnès Buzyn, notre nouvelle ministre de la santé fut avant-hier Présidente de l’Institut National du Cancer (2011-2016).

Hier elle était Présidente de la HAS (2016-2017).

La voilà depuis le 17 mai 2017 ministre des Solidarités et de la Santé.

Qu’a fait le Docteur Buzyn pour freiner les femmes de 40 à 49 ans en marche vers les mammobiles pour se soumettre à un dépistage inutile voire dangereux comme le signalent les deux institutions qu’elle a présidées ?

Rien lorsqu’elle était à la tête de l’INca.

Pas plus lorsqu’elle était à la tête de la HAS.

Osera-t-elle enfin enclencher la marche arrière sur ce sujet désormais qu’elle est en charge du ministère des Solidarités et de la Santé ?

Rien n’est moins sûr car je crains qu’elle ne sente ce microscopique grain de sable dans sa chaussure de ministre en marche toute. 




Continuer la lecture

Publié dans Agnès Buzyn, Dépistage, Ministre de la santé | Commentaires fermés sur UN GRAIN DE SABLE DANS LA CHAUSSURE DE ?

Cancer vaincu par la banalité

Depuis quelques années, la frénésie du dépistage a multiplié les diagnostics de cancer, jusqu’à créer un insoluble problème de terminologie. Nul ne sait plus comment différencier un cancer dépisté qui ne se serait jamais manifesté, d’un cancer qui s’est manifesté … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, Chronique, Dépistage, médecine, terminologie | Commentaires fermés sur Cancer vaincu par la banalité

Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Le dernier billet de Dominique Dupagne, le champion de la médecine participative (i.e. collaborative, i.e. de l’intelligence collective), dit, me semble-t-il, la médecine ICI d’une façon mandarinale ou plutôt dit le dépistage organisé du cancer colorectal par la pratique de la détection de sang fécal d’une façon curieuse (Je suis convaincu que les inconvénients de ce test pèsent peu face au bénéfice apporté aux patients.) alors qu’à mon sens il eût été beaucoup plus profitable pour tous qu’il prît l’exemple de CE dépistage pour donner la parole au citoyen (n’oublions pas le point fondamental : le dépistage concerne des gens non malades).

Alors que le narratif tient essentiellement à ceci : 
  1. J’ai été le grand gourou de la démolition du dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA, on ne peut donc pas m’accuser d’être partial et d’être un célébrant de l’Eglise de Dépistologie.
  2. La diminution de la mortalité globale n’est pas un critère intangible, il faut savoir déconstruire les vaches sacrées.
  3. A partir du moment où les effets indésirables du dépistage sont minimes ou quasiment nuls, tout est permis.
  4. Dépistons donc allègrement.
Comme il s’agissait d’un article « participatif » certains ont participé. D’autres, voyant que la participation n’entraînait aucun changement dans le texte, n’ont pas participé.
Voyons un peu ce qui aurait pu être précisé.

  1. Le problème du sur diagnostic n’est pas abordé mais il est rarement mentionné dans les essais cliniques, fussent-ils menés en théorie selon des protocoles validés : une des difficultés tient aussi au diagnostic d’adénome à haut risque pour lesquels l’histoire naturelle est incertaine. Peut-on parler de sur diagnostic pour un adénome dit à haut risque alors que l’on ne sait pas le nombre de ceux qui sont bénins (voir la note 9) ? Mais on peut lire ceci : « According to The Medical Letter, the new DNA stool test “detected 92% of cases of colorectal cancer in asymptomatic average-risk persons, but it detected less than half of advanced precancerous lesions and produced a substantial number of false-positive results.”« 
  2. La notion d’échec du test n’est pas mentionnée, ce qui est une donnée forte pour l’information des citoyens : « High-sensitivity gFOBT (Hemoccult SENSA; Beckman Coulter) has a sensitivity of 62% to 79% and a specificity of 87% to 96% for detecting colorectal cancer« . Mais les schémas de JB Blanc (cf. infra et son blog : ICI) pourront nous éclairer et les informations fournies par Jaddo et Hipparkhos également (LA).
  3. La notion de dépistage organisé et d’objectifs populationnels est absente, ce qui renvoit au dépistage individuel (les recommandations européennes indiquent qu’il faut obtenir 45 % de participation et les recommandations états-uniennes indiquent 60 %). Ainsi pourrait-on faire un parallèle avec ce que disent les urologues à propos du PSA : le dépistage organisé n’est pas à faire mais le dépistage individuel est indispensable.
  4. Les résultats sont présentés en chiffres relatifs (mortalité liée à la maladie) et non en chiffres absolus (mortalité globale), ce qui nous rappelle les grandes heures de la désinformation sur l' »efficacité » de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, par exemple. Rappelons que dans les grands essais de dépistage en cancérologie quand il existe une diminution concomitante de la mortalité globale et spécifique, c’est la mortalité globale qui diminue le plus, ce qui pose de sérieuses questions (LA) !
  5. La notion de groupes d’âge est absente alors qu’elle est fondamentale dans l’appréciation des résultats. Les chiffres (français) indiquent que la moyenne d’âge de survenue du CCR est de 72 ans chez l’homme et de 75 ans chez la femme et l’USPSTF américain précise : « Empirical data from randomized trials on outcomes of screening after age 74 years are scarce.« Il est évident que c’est un point capital dans le sens du dépistage puisque les cancers du colon sont « lents ». L’infographie de JB Blanc est éclairante.
  6. Le chapitre complication de la coloscopie est minimisé : « perforation (1/1 000 environ), hémorragie (1/1 000 environ), mortalité (1/10 000) » ce qui, pour une prévision optimale de 1 M de coloscopies par an représente donc respectivement 1000 perforations, 1000 hémorragies et 100 décès pour la France entière en un an (voir LA). Et nous ne parlons pas des effets cumulés sur le temps.
  7. La mortalité globale n’est pas réduite, voire augmentée : contrairement à ce qui est affirmé, ce n’est pas un essai qui l’affirme mais une revue de trois essais (ICI)
  8. Le chapitre prévention est absent or il appert que la prévention aurait plus d’efficacité que le dépistage. Mais cette notion d’efficacité est niée par l’auteur qui écrit « je considère que l’efficacité d’un dépistage est un élément peu important pour son évaluation !  » Quelques facteurs de risque : «  sédentarité, obésité, alcool, viande rouge, consommationde fibres alimentaires, tabac, et » Voir LA et ICI.
  9. Jaddo et Hipparkhos ont écrit un texte éclairant à propos surtout de l’ancien hemoccult qui répond en partie au point 2 : « Et effectivement, le test de recherche de sang est caractérisé par une faible sensibilité (inférieure à 50%) et une très faible valeur prédictive (inférieure à 10%), voir par exemple Bleiberg 2002 qui dénonçait à l’époque pour ces raisons l’usage de ce test. Cela signifie que seule une coloscopie de vérification sur dix confirme la présence d’un cancer, et la moitié des cancers ne sont pas détectés au dépistage.« La moitié des cancers ne sont pas diagnostiqués au dépistage. Comme le rappelait Siary dans les commentaires du billet de Dominique Dupagne le nouveau test (qui a été étalonné ad hoc) et ce que disent J et H : « et il est de manière standard pratiqué de façon à avoir deux fois plus de positifs que l’hemoccult, donc environ 5% de tests positifs au lieu de 2,5 % (ce taux est donc un choix de la part des promoteurs du test). Cela présente l’inconvénient de faire pratiquer deux fois plus de coloscopies, et donc d’engorger un peu les services concernés, et d’augmenter en proportion les effets indésirables. In fine, on a un peu moins de deux fois plus de diagnostics confirmés de cancer, avec des stades similaires : le test est donc plus sensible (par choix) mais moins spécifique (du fait ce choix de sensibilité). Un petit calcul montre qu’on peut s’attendre à un effet sur la mortalité globale sans doute moins bon qu’avec l’hemoccult, puisqu’on a plus augmenté les effets indésirables (y compris la mortalité pour autres causes) qu’on a diminué la mortalité spécifique…« 
  10. On peut désormais aborder le problème central : la décision partagée. L’accumulation de ces informations ne peut être expliquée de façon simple et courte lors d’une consultation (et ce d’autant plus que le patient nous tend souvent sa convocation au dépistage en fin de consultation et qu’il faut non seulement informer mais aussi expliquer comment ça fonctionne). Personnellement je fais revenir les gens.
  11. Petit point mais oh combien déterminant : dans le cancer du colon, et comme toujours en cancérologie, mais pas que, le résultat des courses est éminemmen opérateur dépendant (i.e. le chirurgien et, dans une moindre mesure le gastro-entérologue).
  12. Si vous relisez le texte de Dominique Dupagne vous remarquerez en outre que tous les éléments que je commente « y sont » mais qu’ils ne sont pas tous mis en valeur.

Pour finir, mais il faudrait un billet entier, la comparaison avec l’efficacité du frottis du col utérin comme geste de dépistage du cancer du col est assez peu crédible. Ce sujet est sensible. Je rapporte seulement cette phrase de Margaret McCartney : « Les femmes ont plus de chance d’avoir un test faux positif que d’avoir une espérance de vie prolongée. » dans « The patient paradox » (voir LA). N’oublions pas non plus deux choses à ce propos : le sur diagnostic et le sur traitement sont impressionnants (avec des conséquences majeures pour la femme : jadis l’hystérectomie était aussi banale que l’amydalegtomie, désormais le col est menacé).
CONCLUSION : 
Le billet de Dominique Dupagne est le contraire de la démarche participative, collaborative, intelligemment collective, et, en l’espèce, et d’ailleurs comme dans d’autres dépistages fussent-ils très discutés et discutables (prostate, sein), la décision doit revenir au CITOYEN informé. Et la pratique quotidienne de cet exercice est très difficile.

Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, citoyen, décision partagée, Dépistage, DUPAGNE DOMINIQUE | Commentaires fermés sur Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Le dernier billet de Dominique Dupagne, le champion de la médecine participative (i.e. collaborative, i.e. de l’intelligence collective), dit, me semble-t-il, la médecine ICI d’une façon mandarinale ou plutôt dit le dépistage organisé du cancer colorectal par la pratique de la détection de sang fécal d’une façon curieuse (Je suis convaincu que les inconvénients de ce test pèsent peu face au bénéfice apporté aux patients.) alors qu’à mon sens il eût été beaucoup plus profitable pour tous qu’il prît l’exemple de CE dépistage pour donner la parole au citoyen (n’oublions pas le point fondamental : le dépistage concerne des gens non malades).

Alors que le narratif tient essentiellement à ceci : 
  1. J’ai été le grand gourou de la démolition du dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA, on ne peut donc pas m’accuser d’être partial et d’être un célébrant de l’Eglise de Dépistologie.
  2. La diminution de la mortalité globale n’est pas un critère intangible, il faut savoir déconstruire les vaches sacrées.
  3. A partir du moment où les effets indésirables du dépistage sont minimes ou quasiment nuls, tout est permis.
  4. Dépistons donc allègrement.
Comme il s’agissait d’un article « participatif » certains ont participé. D’autres, voyant que la participation n’entraînait aucun changement dans le texte, n’ont pas participé.
Voyons un peu ce qui aurait pu être précisé.

  1. Le problème du sur diagnostic n’est pas abordé mais il est rarement mentionné dans les essais cliniques, fussent-ils menés en théorie selon des protocoles validés : une des difficultés tient aussi au diagnostic d’adénome à haut risque pour lesquels l’histoire naturelle est incertaine. Peut-on parler de sur diagnostic pour un adénome dit à haut risque alors que l’on ne sait pas le nombre de ceux qui sont bénins (voir la note 9) ? Mais on peut lire ceci : « According to The Medical Letter, the new DNA stool test “detected 92% of cases of colorectal cancer in asymptomatic average-risk persons, but it detected less than half of advanced precancerous lesions and produced a substantial number of false-positive results.”« 
  2. La notion d’échec du test n’est pas mentionnée, ce qui est une donnée forte pour l’information des citoyens : « High-sensitivity gFOBT (Hemoccult SENSA; Beckman Coulter) has a sensitivity of 62% to 79% and a specificity of 87% to 96% for detecting colorectal cancer« . Mais les schémas de JB Blanc (cf. infra et son blog : ICI) pourront nous éclairer et les informations fournies par Jaddo et Hipparkhos également (LA).
  3. La notion de dépistage organisé et d’objectifs populationnels est absente, ce qui renvoit au dépistage individuel (les recommandations européennes indiquent qu’il faut obtenir 45 % de participation et les recommandations états-uniennes indiquent 60 %). Ainsi pourrait-on faire un parallèle avec ce que disent les urologues à propos du PSA : le dépistage organisé n’est pas à faire mais le dépistage individuel est indispensable.
  4. Les résultats sont présentés en chiffres relatifs (mortalité liée à la maladie) et non en chiffres absolus (mortalité globale), ce qui nous rappelle les grandes heures de la désinformation sur l' »efficacité » de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein, par exemple. Rappelons que dans les grands essais de dépistage en cancérologie quand il existe une diminution concomitante de la mortalité globale et spécifique, c’est la mortalité globale qui diminue le plus, ce qui pose de sérieuses questions (LA) !
  5. La notion de groupes d’âge est absente alors qu’elle est fondamentale dans l’appréciation des résultats. Les chiffres (français) indiquent que la moyenne d’âge de survenue du CCR est de 72 ans chez l’homme et de 75 ans chez la femme et l’USPSTF américain précise : « Empirical data from randomized trials on outcomes of screening after age 74 years are scarce.« Il est évident que c’est un point capital dans le sens du dépistage puisque les cancers du colon sont « lents ». L’infographie de JB Blanc est éclairante.
  6. Le chapitre complication de la coloscopie est minimisé : « perforation (1/1 000 environ), hémorragie (1/1 000 environ), mortalité (1/10 000) » ce qui, pour une prévision optimale de 1 M de coloscopies par an représente donc respectivement 1000 perforations, 1000 hémorragies et 100 décès pour la France entière en un an (voir LA). Et nous ne parlons pas des effets cumulés sur le temps.
  7. La mortalité globale n’est pas réduite, voire augmentée : contrairement à ce qui est affirmé, ce n’est pas un essai qui l’affirme mais une revue de trois essais (ICI)
  8. Le chapitre prévention est absent or il appert que la prévention aurait plus d’efficacité que le dépistage. Mais cette notion d’efficacité est niée par l’auteur qui écrit « je considère que l’efficacité d’un dépistage est un élément peu important pour son évaluation !  » Quelques facteurs de risque : «  sédentarité, obésité, alcool, viande rouge, consommationde fibres alimentaires, tabac, et » Voir LA et ICI.
  9. Jaddo et Hipparkhos ont écrit un texte éclairant à propos surtout de l’ancien hemoccult qui répond en partie au point 2 : « Et effectivement, le test de recherche de sang est caractérisé par une faible sensibilité (inférieure à 50%) et une très faible valeur prédictive (inférieure à 10%), voir par exemple Bleiberg 2002 qui dénonçait à l’époque pour ces raisons l’usage de ce test. Cela signifie que seule une coloscopie de vérification sur dix confirme la présence d’un cancer, et la moitié des cancers ne sont pas détectés au dépistage.« La moitié des cancers ne sont pas diagnostiqués au dépistage. Comme le rappelait Siary dans les commentaires du billet de Dominique Dupagne le nouveau test (qui a été étalonné ad hoc) et ce que disent J et H : « et il est de manière standard pratiqué de façon à avoir deux fois plus de positifs que l’hemoccult, donc environ 5% de tests positifs au lieu de 2,5 % (ce taux est donc un choix de la part des promoteurs du test). Cela présente l’inconvénient de faire pratiquer deux fois plus de coloscopies, et donc d’engorger un peu les services concernés, et d’augmenter en proportion les effets indésirables. In fine, on a un peu moins de deux fois plus de diagnostics confirmés de cancer, avec des stades similaires : le test est donc plus sensible (par choix) mais moins spécifique (du fait ce choix de sensibilité). Un petit calcul montre qu’on peut s’attendre à un effet sur la mortalité globale sans doute moins bon qu’avec l’hemoccult, puisqu’on a plus augmenté les effets indésirables (y compris la mortalité pour autres causes) qu’on a diminué la mortalité spécifique…« 
  10. On peut désormais aborder le problème central : la décision partagée. L’accumulation de ces informations ne peut être expliquée de façon simple et courte lors d’une consultation (et ce d’autant plus que le patient nous tend souvent sa convocation au dépistage en fin de consultation et qu’il faut non seulement informer mais aussi expliquer comment ça fonctionne). Personnellement je fais revenir les gens.
  11. Petit point mais oh combien déterminant : dans le cancer du colon, et comme toujours en cancérologie, mais pas que, le résultat des courses est éminemmen opérateur dépendant (i.e. le chirurgien et, dans une moindre mesure le gastro-entérologue).
  12. Si vous relisez le texte de Dominique Dupagne vous remarquerez en outre que tous les éléments que je commente « y sont » mais qu’ils ne sont pas tous mis en valeur.

Pour finir, mais il faudrait un billet entier, la comparaison avec l’efficacité du frottis du col utérin comme geste de dépistage du cancer du col est assez peu crédible. Ce sujet est sensible. Je rapporte seulement cette phrase de Margaret McCartney : « Les femmes ont plus de chance d’avoir un test faux positif que d’avoir une espérance de vie prolongée. » dans « The patient paradox » (voir LA). N’oublions pas non plus deux choses à ce propos : le sur diagnostic et le sur traitement sont impressionnants (avec des conséquences majeures pour la femme : jadis l’hystérectomie était aussi banale que l’amydalegtomie, désormais le col est menacé).
CONCLUSION : 
Le billet de Dominique Dupagne est le contraire de la démarche participative, collaborative, intelligemment collective, et, en l’espèce, et d’ailleurs comme dans d’autres dépistages fussent-ils très discutés et discutables (prostate, sein), la décision doit revenir au CITOYEN informé. Et la pratique quotidienne de cet exercice est très difficile.

Continuer la lecture

Publié dans cancer colorectal, citoyen, décision partagée, Dépistage, DUPAGNE DOMINIQUE | Commentaires fermés sur Dépistage du cancer du colon : c’est au citoyen de décider.

Le dépistage du diabète 2 est une mauvaise idée

Dans un vibrant plaidoyer contre le dépistage individuel du diabète de type 2, Victor Montori remet les pendules à l’heure. Son point de vue lumineux, en réponse à une demande de Larry Husten pour son blog Cardiobrief, fait écho à … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans décision partagée, Dépistage, facteur de risque, Prise de décision partagée, Screening | Commentaires fermés sur Le dépistage du diabète 2 est une mauvaise idée

Comment l’INCa prend les MG pour des cons

Je le sais, la question intéressante c’est : pourquoi l’institut national du cancer prend-il les médecins généralistes pour des cons ? Je ne sais pas y répondre mais si vous avez des idées les commentaires sont ouverts. Je me contenterai … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Dépistage, humeur, manipulation, octobre rose, Screening, Surdiagnostic | Commentaires fermés sur Comment l’INCa prend les MG pour des cons

RÉSOLUTION 2017 : Non au risque relatif, OUI au risque absolu

Cette notion de risque relatif et de risque absolu ne vous dit sans doute rien de prime abord. Et pourtant vous y êtes confrontés en permanence. Dès que l’on vous cite un pourcentage de bénéfice ou de risque, il ne vous est jamais précisé s’il s’agit de risque absolu ou de risque relatif. En fait […] Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêt, croyance, Dépistage, indépendance, industrie pharmaceutique, Interprètation des études, médicaments, pratique de la médecine, recommandation | Commentaires fermés sur RÉSOLUTION 2017 : Non au risque relatif, OUI au risque absolu

La pratique de la médecine (4) : Il faut agir

Bonjour Comme je l’ai déjà écrit, une étude a montré que le patient français sortait de sa consultation médicale avec une ordonnance dans 91% des cas. En effet, faire acte médical, c’est agir. C’est donc prescrire : des médicaments bien sur, mais aussi des bilans biologiques, des radiographies, mais aussi des actes de kinésithérapie etc. […] Continuer la lecture

Publié dans alimentation, croyance, Dépistage, façon de vivre, indépendance, liberté, médicaments, philosophie, problématique personnelle, réflexion personnelle, surmédicalisation | Commentaires fermés sur La pratique de la médecine (4) : Il faut agir

Maltraitance du monde médical ?

Quelle la définition de maltraitance ? D’après Larousse il s’agit de mauvais traitement au profit d’une catégorie de personnes. Par ailleurs, j’entends par « monde médical » l’ensemble des acteurs de la médecine en France : les autorités sanitaires, le monde du soin médical : hôpitaux, médecins quelque soit leurs statuts, instance ordinale médicale etc. Ceci étant […] Continuer la lecture

Publié dans Conseil Ordre des Médecins, contrainte, Dépistage, Ethique, Exposition médiatique, INCa, pratique de la médecine, réflexion personnelle, Société | Commentaires fermés sur Maltraitance du monde médical ?

Les dépistages de cancers ont un bel avenir

Dans les incessantes polémiques sur l’utilité des dépistages en cancérologie, les données de la science tiennent bien peu de place, loin derrière l’idéologie et les émotions. Plus les études avancent, plus il apparaît que ces dépistages ont un intérêt nul … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, conviction, Dépistage, médecine, Science | Commentaires fermés sur Les dépistages de cancers ont un bel avenir

Migraine d’un économiste

Ce matin-là, il sifflote, la vie est plutôt belle. Dans sa boîte aux lettres, pourtant recouverte d’une étiquette interdisant la publicité, un courrier l’invite à dépister un éventuel cancer silencieux du côlon. Il déchire la lettre et démarre son véhicule … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AVC, Dépistage, médecine, migraine, moral des ménages, PIB, Propagande, publicité | Commentaires fermés sur Migraine d’un économiste

La pratique de la médecine en 2016 (2) : les dépistages

Il ne faut pas confondre prévention et dépistage. Pourtant, beaucoup d’articles, vous présente le dépistage comme une prévention. Juste un exemple trouvé sur le net : Préserver votre santé : dépistages et action de prévention pour tous. Cet article est assez caricatural car il fait un amalgame de choses aussi différentes que le dépistage du […] Continuer la lecture

Publié dans cancer, croyance, Dépistage, effets secondaires, Exposition médiatique, GARDASIL, indépendance, pratique de la médecine, réflexion personnelle, Santé publique, Société, surmédicalisation | Commentaires fermés sur La pratique de la médecine en 2016 (2) : les dépistages

Dépistage et fausses annonces de maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique (MRC) est une maladie grave. Elle augmente le risque cardiovasculaire de façon importante. Sa progression peut conduire au besoin d’un traitement de suppléance. J’ai donné sa définition là, il y a bien longtemps. Elle n’a pas … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans article nul, déception, Dépistage, Médecine humeur, MRC, Néphrologie | Commentaires fermés sur Dépistage et fausses annonces de maladie rénale chronique

Une petite matinée de médecine générale comme les autres avec peu de médecine mais de l’empathie, du sociétal, de l’expérience interne, un peu de médecine quand même.

Rien que de très banal. Matinée calme entre 8 H 15 et 12 H. J’ai décidé de l’écrire car j’avais un peu de temps et que j’avais fini mon travail administratif au cabinet avant de partir en visites.
  1. Le premier rendez-vous de huit heures trente n’est pas venu : c’est plutôt inquiétant car j’aurais préféré que cette malade (très) fragile se présente en consultation.
  2. J’apprends par une patiente qu’une de mes patientes (très) âgée et suivie à domicile pour polypathologie va cet après-midi aux urgences sur les conseils d’une des IDE qui s’occupe d’elle (et qui ne me prévient donc pas ; IDE pour laquelle je suis patient car la patiente l’aime beaucoup bien qu’elle lui parle mal et qu’elle reste trois minutes montre en main à son domicile tous les jours) et du voisin de palier. C’est un deuxième avis après que j’avais déjà adressé la patiente au service ad hoc (pour la pathologie dont elle souffre).
  3. La famille d’un patient m’appelle à huit heures quarante-six parce que le patient en question est hospitalisé en USIC au décours de douleurs abdominales. Il ne veut pas prendre son (nouveau) traitement parce que ni son médecin traitant ni son cardiologue n’ont été prévenus. J’appelle l’USIC, je parle à l’IDE qui s’occupe de lui, je comprends la situation, il veut quitter la réanimation et revenir chez lui, je demande que le médecin me rappelle, j’appelle le patient sur son portable et je le convaincs de prendre son traitement et lui précise que je vais parler aux médecins qui s’occupent de lui. Le médecin du service de réanimation ne m’a toujours pas rappelé (il est 12 heures).
  4. Pendant ce temps les rendez-vous continuent, le téléphone sonne, la secrétaire répond, me passe parfois un appel, tranche, décide, évalue, temporise, dit non, dit oui, pondère, remplit mon carnet de rendez-vous, donne une information, un conseil, se tait, sourit, rigole…
  5. Une de mes patientes (âgée) part en Inde. Les informations fournies par l’agence de voyage, par le gars qui a vu le gars et par la crémière sont assez erronées. Je lui explique l’affaire et lui dit qu’effectivement, à Jaïpur, on peut acheter des tapis. Cette discussion extra médicale peut être interprétée de différentes manières — voir de nombreux billets sur ce blog : incongrue, inutile, empathique, dangereuse, inconsidérée, paternaliste, pratique, égoïste, vantarde… Elle est aussi métaphorique des recommandations et des guide-lines : la patiente part au Rajasthan et, pendant la consultation, le médecin peut consulter des conseils aux voyageurs, le site de l’Institut Pasteur Paris, Lille ou je ne sais où, regarder ses notes mais qui mieux que quelqu’un qui connaît le Rajasthan, pourra dire à cette patiente âgée, non fragile, peu traitée (elle prend un anti hypertenseur et c’est tout), ce qu’elle devra éviter là-bas, quels sont les vrais dangers, et cetera ? C’est à dire que l' »expertise » individuelle, hors études, hors recommandations, au delà de l’avis d’expert, peut, dans une relation duelle et forcément multiple avec un patient, être d’un grand apport, ce que l’EBM appelle l’expérience interne du médecin.
  6. Je rédige une ordonnance « unifiée » pour un patient polypathologique qui est suivi par le cardiologue, le gastroentérologue, l’endocrinologue et le pneumologue et je m’arrache les cheveux. Mais le médecin généraliste est la bonniche de tout le monde et la CPAM n’en a rien à cirer. Une autre interprétation pourrait être celle-ci : seul le médecin généraliste, peut, s’il le souhaite, s’il en a les capacités, l’envie, les connaissances, le sens de la gestion du risque, le courage, l’immodestie, la faiblesse, le découragement, la décence, la conscience professionnelle, garder le contact avec la réalité, c’est à dire l’unité du patient écartelé entre ses différents organes, ses différentes fonctions, ses différents traitements, désorienté par tous les avis qu’il reçoit sur ce qu’il devrait faire, ne pas faire, sa voisine de palier, l’ostéopathe qui passe à la télé, le professeur Vallancien qui péessaïse, Marisol Touraine qui communique sur des sujets dont elle ne connaît ni l’alpha ni l’omega, Madame Buzyn qui monte en chaire pour prôner le dogme indéfectible de l’Immaculée Dépistologie, ou Michel Cymes baissant son pantalon sur des affiches, c’est le sens de la médecine générale rêvée ou idéale. Mais tout comme les quincailleries ont disparu, les cabinets de médecine générale vont s’éteindre. Tout le monde s’en moque : le vieux monde disparaît. Et ainsi, tel le quincailler du coin dans sa boutique foutraque, avec des objets qu’il vendait et qu’il avait utilisés lui-même, il en connaissait le bénéfice/risque, qui, pour gagner sa vie a dû émigrer chez Bricorama ou Leroy-Merlin, le médecin généraliste se retrouvera vendeur chez Maison de Santé Pluridisciplinaire. Mais il est vrai qu’une profession résiste : celle des coiffeurs indépendants. Certains médecins qui se réfèrent pour prouver la déliquescence de leur profession (due bien entendu aux méchants syndicats, aux corrompus syndicalistes, à l’Etat, aux énarques, aux économistes, à la loi Santé, que sais-je ?) à la valeur d’une coupe homme par rapport à celle d’une consultation de médecin généraliste, devraient méditer sur le fait que les grandes chaînes de coiffure n’ont pas encore mangé la profession, sans aides, sans subventions, sans remises sur les frais, sans protection fiscale… Comment ont-ils fait ?
  7. Je passe un temps fou à expliquer à une patiente les tenants et les aboutissants de la recherche de sang dans les selles à la fin de consultation dont le sujet principal était autre chose (des lombalgies), je veux dire évoquer le rapport bénéfices/risques de ce truc auquel je ne suis pas favorable. Ne serait-il pas possible que les gens qui envoient les lettres de convocation aux patients fassent une partie du boulot et informent vraiment ? Et nous ne sommes pas rémunérés pour faire un geste de dépistage qui demande du temps et m’oblige à manger mon chapeau. Et c’est la même chose pour le PSA (non recommandé officiellement mais imposé officieusement par les urologues), pour le dépistage du cancer du sein (le manque d’informations « balancées » à l’intention des citoyennes, cette crainte des autorités que le dépistage n’atteigne pas ses objectifs — non pas diminuer la mortalité mais faire du chiffre, cette trouille de devoir expliquer des choses que les responsables de ce mensonge organisés ne comprennent pas eux-mêmes).
  8. Je m’interroge encore une fois à propos de ce patient sur l’intérêt des séances de kinésithérapie dans nombre d’indications, je me rappelle que mon ami twittos du nord m’a dit que sa femme allait nous faire un cours de posturologie ergonomique et j’attends toujours. L’auto kinésithérapie devrait être enseignée par la Faculté et s’il existe des formations ad hoc, je prends. Mais ce n’est pas à mon âge que je vais révolutionner la prise en charge en ville des patients qui nécessitent vraiment des séances de kinésithérapie. Profits et pertes des connaissances en médecine générale.
  9. J’écris un courrier pour le médecin du travail de PSA qui recevra lundi le patient lors d’une visite de pré reprise qui va être très importante. Je soigne mon style et je tente de flatter mon confrère en soulignant l’étendue de ses compétences afin qu’il fasse au mieux pour mon patient.
  10. Une de mes (nouvelles) patientes me fait un cours animé sur la Transylvanie dont elle est originaire, elle a bien entendu vu le film de Roman Polanski, Le bal des vampires, et elle m’explique que sa région d’origine, très liée aux Habsbourg, est beaucoup plus riche en histoire et en culture que le sud de la Roumanie. Je pose deux ou trois questions d’intérêt général. 
  11. Par paresse, chez cette autre patiente, je mesure la presion artérielle sans aller chercher mon brassard pour « gros » bras (ça fait grossophobe, hein ?), eh bien, même à l’avant-bras le brassard « normal » n’est pas suffisant. La dame dépasse aussi les possibilités de ma balance. Une étude américaine montre que l’IMC chez l’adolescent permet de prédire la survenue des événements cardiovasculaires à l’âge adulte : à cacher pour ne pas être taxé de grossophobie la nouvelle insulte anti médecins (cf. figure infra tirée de LA).
  12. Bon, je vais aller faire deux visites, l’une moyennement justifiée, et l’autre franchement (presque) abusive. Deux femmes de plus de 80 ans vivant seules à domicile, mais la neuvième décennie, mon brave Monsieur…

J’ai téléphoné à un patient pour savoir si je pouvais publier son histoire et il m’a dit qu’il allait réfléchir. Dommage s’il refuse. C’est particulièrement intéressant.

Illustration : Maximilien Luce (1858 – 1941) : Le Pont Neuf. La Seine. Petit bras (1900)

Continuer la lecture

Publié dans AUTO KINESITHERAPIE, Dépistage, EXPERIENCE INTERNE, GROSSOPHOBIE, MEDECINE GENERALE | Commentaires fermés sur Une petite matinée de médecine générale comme les autres avec peu de médecine mais de l’empathie, du sociétal, de l’expérience interne, un peu de médecine quand même.

Lâche-moi la thyroïde

Le dépistage des cancers est le sujet où se constate le plus grand écart entre la réalité épidémiologique et l’intuition populaire. Dire que ces dépistages sont inutiles pour la santé publique et individuelle est tellement contre-intuitif que les plus tenaces … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans cancer, Dépistage, médecine, nodules, Surdiagnostic, thyroide | Commentaires fermés sur Lâche-moi la thyroïde

Clémente

  Je le savais pourtant qu’elle attendait ce résultat, qu’elle se rongeait d’angoisse, que les délais de réponse qui lui avaient été annoncés étaient bien trop courts. J’avais tenté de corriger sans oser trop insister. Et puis ce courrier qui m’attend depuis hier. En mon absence, mes collègues ouvrent « mes » résultats de labo mais cette enveloppe neutre […] Continuer la lecture

Publié dans 9 mois, blessures, CONSULTATION, Dépistage, relation soignantsoigné | Commentaires fermés sur Clémente

Edition spéciale : pourquoi le dépistage du cancer n’a jamais montré qu’il « sauvait des vies » et ce que nous pouvons faire à ce propos.

Vinay K Prasad MD, MPH
Jeanne Lenzer freelance investigative journalist
David H Newman Associate professor Emergency Medicine

Vinay Prasad, Jeanne Lanzer et David H. Newman ne sont pas des Français. Et d’ailleurs ils n’écrivent pas en français (voir ICI).

Ils ont écrit dans le British Medical Journal un article clair, sans pathos, qui pose, comme d’habitude, plus de questions qu’il ne résout de problèmes parce que nous avons été formatés, médecins (durant nos études) comme patients (dans la « vraie » vie), par le story telling cancérologique, disons en français le roman oncologique, qui dit ceci : plus un cancer est petit moins il est grave, plus on le diagnostique tôt plus on le détruit vite, l’histoire naturelle du cancer est linéaire, un cancer ne meurt jamais tout seul, les effets indésirables des traitements valent le coup si on sauve une vie et, enfin, les effets indésirables du dépistage sont rarissimes.

C’est le bon sens des oncologues et ceux qui n’ont pas de bon sens sont des demeurés, et cetera.

Je ne vais pas réitérer un éternel exercice d’auto-flagellation à la française mais convenons que les Français universitaires n’écrivent pas comme Prasad et Newman : ils auraient trop peur de déplaire, de ne pas obtenir de poste, de ne pas toucher de subventions, de ne pas être invités au Téléphone Sonne ou au Magazine de la Santé. Vous me dites qu’il y a des exceptions ? Sans doute : elles confirment la règle. 
Quant à Jeanne Lanzer, journaliste, nul doute qu’elle ferait tache dans le paysage audiovisuel et scriptural français et qu’il serait difficile de la caser à côté, par ordre alphabétique, de Hélène Cardin, Michel Cymes, Jean-Daniel Flaysakier, Gerald Kierzek, Jean-François Lemoine, Danielle Messager ou Jean-Yves Nau…
Quoi qu’il en soit, les médecins généralistes, espèce en voie de disparition, ces braves médecins traitants, ces crétins de proximologues, ces abrutis de pivots du système, sont confrontés tous les jours à la pression des autorités de santé (sic) puisque leurs patients reçoivent à domicile, ce qu’ils appellent des convocations, pour faire des mammographies (dépistage organisé), des recherches de sang dans les selles, des bilans périodiques de santé, des objectifs de Santé publique, tout en écoutant les conseils de dépistage tous azimuts des gynécologues (un frottis par an, une mammographie dès 40 ans), des patients experts (la mammographie m’a sauvée), des primes à la performance, et cetera. Sans compter le dépistage du cancer du poumon par scanner basse intensité qui est en train d’arriver en grande pompe.
Quant aux spécialistes, c’est un cas d’école, insistons sur le fait que Vinay Prasad est hématologue et oncologue et que David H Newman est urgentiste, ils sont toujours et à 99 % (que les rebelles lèvent le doigt) pour le dépistage et même dans des domaines où il n’est pas recommandé : tous les urologues (ou presque) sont fans de PSA, tous les radiologues (ou presque) sont fans de mammographie, tous les pneumologues ou presque sont fans de scanner basse intensité, tous les gastro-entérologues sont pour l’hemoccult et maintenant son super remplaçant, tous les oncologues (ou presque) sont fans de tout, … et cetera.

L’article est très bien fait sur le chapitre résultats. Pour les propositions, c’est encore flou et/ou hypothétique…

Que nous disent les trois auteurs ?

Le dépistage du cancer en général pourrait ne pas réduire la mortalité totale. 

Deux explications « évidentes ».
1) Parce que les études dont nous disposons ne sont pas formatées pour détecter de telles différences.
2) parce que la diminution de la mortalité spécifique serait contrebalancée par les effets délétères du dépistage.


L’étude du Minnesota (Minnesota Colon Cancer Control Study) a duré 30 ans ! Elle consistait à rechercher annuellement le sang fécal dans le groupe dépistage en comparaison avec le groupe contrôle. Résultats : le dépistage diminue significativement le nombre de décès dus au cancer du colon (mortalité spécifique) : 64 décès/100 000 de moins (128 vs 192/100 000) ; mais on constate : 2 décès/100 000 de plus dans le groupe dépisté que dans le groupe contrôle (7111 vs 7109/100 000) pour la mortalité globale. Ces résultats sont conformes à ce que l’on savait déjà sur la question (études antérieures).

Ces résultats défavorables (plus de décès dans le groupe dépistage) sont probablement liés à l’utilisation de tests entraînant des faux positifs, au sur diagnostic, et aux incidentalomes (1).

C’est pourquoi, le dépistage du cancer de la prostate par dosage annuel du PSA a été abandonné (2), tout comme celui du cancer des poumons par radiographies simples, ou celui du neuroblastome par tests urinaires.

Les essais de dépistage montrant une diminution de la mortalité doivent être analysés avec prudence.

Une étude américaine (NLST) (LA) montrant que le dépistage du cancer du poumon par scanner à basse intensité par rapport aux radiographies du thorax diminue chez les gros fumeurs les mortalités spécifique (20 %) et globale (6,7 %) paraît d’un très bon niveau de preuves mais doit être examinée avec précaution (voir LA). 

D’abord, la radiographie pulmonaire n’est pas un bon comparateur. Le meilleur comparateur aurait dû être : la routine. (Une étude danoise menée dans ces conditions a même montré significativement plus de morts dans le groupe dépisté que dans le groupe contrôle (61 vs 42) ICI). 

Ensuite, la diminution de la  mortalité globale dans le groupe scanner dépasse les gains en mortalité spécifique (87 décès en moins dus au cancer du poumon et 123 décès en moins dus à d’autres causes) : il est difficile de croire que c’est le scanner thoracique (qui a permis la diminution des décès dus à d’autres cancers ou à l’amélioration du statut cardiovasculaire) qui explique ces 36 décès de moins. Si l’on considère que l’amélioration de la mortalité non due au cancer du poumon est un hasard, les différences de mortalité globales disparaissent entre les deux groupes (p=0,11). 
Il faudrait ainsi pouvoir disposer d’un essai montrant que la baisse de la mortalité spécifique est assez importante pour entraîner la baisse de la mortalité totale, ce qui n’est pas le cas. 

Enfin, le bénéfice annoncé sur la mortalité par cancer du poumon en utilisant le scanner, soit 12 000 décès évités annuellement aux EU doit être balancé par la survenue de 27 034 complications majeures survenues après un test positif.


L’agence américaine USPSTF a considéré que l’étude NLST était sans doute une anomalie puisqu’une analyse de 60 000 patients inclus dans des essais randomisés et à qui était pratiqué un scanner thoracique ne vivaient pas plus longtemps que ceux du groupe contrôle.

La perception des bénéfices du dépistage du cancer est surestimée dans l’opinion publique 

Les exemples les plus évidents concernent la mammographie, le PSA ou le frottis du col utérin (4).
Les avocats du dépistage surestiment souvent les bénéfices en utilisant la peur (ou en la créant : fear mongering).
D’autres, dont les auteurs, insistent sur le fait que la décision partagée dont être l’objectif, ce qui signifie tenter d’être honnête.
Ils donnent l’exemple du cancer du sein et de la recommandation du Swiss Medical board de ne pas conseiller ce dépistage (LA).
Ils rappellent les travaux de la Cochrane nordique sur la question (ICI).

    Les dommages

    Il faudrait quand même plus parler des dommages lorsque les études montrent aussi peu de bénéfices. Sur 57 études de dépistage primaire seules 7 % quantifient le sur diagnostic et 4% les faux positifs. Les chercheurs devraient en tenir compte.
    Les auteurs rapportent des données convaincantes concernant le cancer du sein (4).
    Ils rappellent que dans le dépistage du cancer du poumon par scanner l’étude NLST mentionne un taux de sur diagnostic de 18 %, et qu’il est de 33 % dans le cadre du cancer du sein (voire de 50 % pour les carcinomes in situ).

    Que faire ?

    La réalisation d’essais permettant de déceler des variations de mortalité globale nécessiterait 10 fois plus de patients. Pour le cancer colorectal il faudrait 4,1 millions de patients enrôlés pour démontrer une diminution de la mortalité globale contre 150 000 pour la mortalité spécifique. Cela nécessiterait un budget de 0,9 milliard d’euros…
    Mais mener des essais identiques sur des registres de patients diminuerait considérablement les coûts : 50 dollars par patient selon une étude prospective récente intitulée : The randomized registre trial — The next disruptive technology in clinical research ? (ICI) Un essai randomisé sur registre  coûterait le prix d’un essai « normal ».
    Ce serait un progrès de tenter de tels essais plutôt que de poursuivre des essais dont on sait à l’avance qu’ils ne feront pas avancer la Santé publique.
    L’adoption par Medicare du dépistage du cancer des poumons par scanner basse intensité coûterait 6 milliards de dollars par an.
    Les essais devraient d’abord cibler les populations à haut risque pour s’intéresser ensuite aux populations moins exposées (5).

    (on répète que les auteurs sont moins convaicants quand il s’agit de proposer…)

    Conclusion

    Nous encourageons les soignants à être francs sur les limites du dépistage — les dommages sont certains, mais les bénéfices en termes de diminution de la mortalité totale ne le sont pas. Refuser le dépistage peut être un choix raisonnable et prudent pour de nombreuses personnes.

    Nous appelons à de meilleurs critères de preuves, non pour satisfaire à des critères ésotériques, mais pour rendre possible une prise de position partagée raisonnable entre médecins et patients. 
    Comme le dit souvent Otis Bradley (American Cancer Society) : « Nous devons être honnête à propos de ce que nous savons, de ce que nous ne savons pas, et de ce que nous croyons simplement. »

    Notes :

    (1) Rappelons la différence entre faux positif et sur diagnostic : un faux positif signifie qu’un test est positif alors que la personne n’est pas atteinte de la maladie. Un sur diagnostic signifie que le test diagnostique un cancer qui n’aurait jamais menacé le pronostic vital.
    (2) Abandonné officiellement par les sociétés savantes et pratiqué of the records par les urologues (l’Association Française d’Urologie n’est pas claire sur le sujet)
    (3) Humphrey L, Deffeback M, Pappas M, et al. Screening for lung cancer: systematic review to update the US Preventive Services Task Force recommendation. Agency for Healthcare Research and Quality, 2013.
    (4) Les lecteurs de ce blog, pardon pour les autres, comprendront que nous ne développerons pas ces sujets que nous avons si souvent traités.
    (5) Rappelons aux 3 auteurs que c’est ce que fait déjà big pharma dans les essais contrôlés en  ciblant les patients les plus atteints où les résultats sont plus faciles à obtenir et en élargissant facilement des extensions d’indications grâce à la « fiablesse » des experts.

    Continuer la lecture

    Publié dans cancer, Dépistage, ECHEC DU DEPISTAGE, RANDOMIZED REGISTRE TRIAL | Commentaires fermés sur Edition spéciale : pourquoi le dépistage du cancer n’a jamais montré qu’il « sauvait des vies » et ce que nous pouvons faire à ce propos.

    Réaliste

      Dans l’histoire de la famille, il y a ce petit garçon devenu grand pour qui tout le monde pronostiquait le pire, au point de conseiller à ses parents une interruption de grossesse. Il y a aussi ce grand professeur qui a cherché plus loin, s’attachant à mieux décoder les images échographiques -encore bien imprécises à […] Continuer la lecture

    Publié dans blessures, Dépistage, echographie, Petites phrases | Commentaires fermés sur Réaliste

    Déplacement du temps zéro

    « Okies » désignait péjorativement les ouvriers agricoles de l’Oklahoma qui ont dû migrer en Californie après la grande crise de 1929. Will Rogers a férocement résumé cette migration d’un million de personnes : « Lorsque les Okies ont quitté l’Oklahoma pour s’établir en … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans âge constaté à la mort, Dépistage, diagnostic précoce, médecine, phénomène de Will Rogers, progrès, survie à 5 ans | Commentaires fermés sur Déplacement du temps zéro

    Maladies de riches

    La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux catégories de médecins. Les médecins de ‘haut grade’ devaient avoir validé quatre années d’études dans une école reconnue, et les médecins de ‘bas … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans chirrugie esthétique, Dépistage, gradients sociaux, maladies, médecine, pauvres, riches, tabac | Commentaires fermés sur Maladies de riches

    Un choix « éclairé » pour le dépistage du cancer colorectal ?

    Cher Prescrire, J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton papier “Cancer colorectal : test immunologique disponible en France” dans le numéro de septembre 2015. J’ai bien apprécié ton dernier paragraphe avec lequel je suis tout à fait d’accord : “Les informations … Lire la suite Continuer la lecture

    Publié dans cancer colorectal, choix éclairé, Dépistage, Prise de décision partagée | Commentaires fermés sur Un choix « éclairé » pour le dépistage du cancer colorectal ?

    Cours de sénologie de Bernard DUPERRAY

    Le Diplome Inter-universitaire d’imagerie médicale accueille chaque année une trentaine d’étudiants en médecine spécialisés en radiologie pour leur permettre d’acquérir une véritable compétence théorique et pratique, fondée sur l’apprentissage et la pratique des différentes modalités d’exercice en imagerie mammaire ainsi que la connaissance des indications et des résultats des examens. Bien qu’il soit à la retraite, Bernard DUPERRAY y assure depuis vingt ans, chaque fois avec plaisir et conviction, un cours (…)


    Actualités

    /
    ,
    ,
    ,
    Continuer la lecture

    Publié dans cancer, Dépistage, Dépistage du cancer du sein, sein | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Cours de sénologie de Bernard DUPERRAY

    Pour qui travaillent les autorités sanitaires ? (suite)

    La journée mondiale des hépatites vient d’avoir lieu. Depuis plusieurs mois, l’hépatite C est sous les « feux des projecteurs » de l’actualité par l’arrivée sur le marché d’un médicament antiviral qui « guérirait » l’hépatite C . Il en a beaucoup été question dans les médias du fait du prix « hors norme » de ce traitement : le Solvadi. Beaucoup […] Continuer la lecture

    Publié dans autorités sanitaires, conflits d'intérêts, Dépistage, hépatie C, indépendance, industrie pharmaceutique, InVS, médias, médicament, recommandation, Santé publique, Solvadi | Commentaires fermés sur Pour qui travaillent les autorités sanitaires ? (suite)

    Soins primaires et néphrologie, vue du Canada

    Source : CSN15: Primary Care and Nephrology Interface: Referral and Screening | AJKD Blog Je vous conseille cette très bonne note sur le dépistage en néphrologie. Dans la figure, au-dessus vous voyez le peu d’intérêt du dépistage du cancer dans la … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans AJKD blog, canada, cancer, Dépistage, maladie rénale chronique, Néphrologie | Commentaires fermés sur Soins primaires et néphrologie, vue du Canada

    Le conseil d’état déclare qu’il n’y a plus besoin de médecins

    Aujourd’hui une de nos plus haute juridiction vient de dire que l’interdiction des autotests de dosage des PSA est illégale. En prenant cette position, le Conseil d’Etat permettra à tous les hommes de se tester en suivant les sirènes de la médicalisation de la société. Car si ce test est positif il se précipitera chez […] Continuer la lecture

    Publié dans autorités sanitaires, cancer, Dépistage, industrie pharmaceutique, La loi, médecin, patient, psa, Santé publique, Surdiagnostic, surtraitement | Commentaires fermés sur Le conseil d’état déclare qu’il n’y a plus besoin de médecins

    Variabilité des critères du dépistage

    En 1968, l’OMS établissait la liste des critères du dépistage des maladies, pour tenter d’empêcher les dérives. 1. Il faut que la maladie dont on recherche les cas constitue une menace grave pour la santé publique. 2. Il faut qu’un … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans cancer, critères, Dépistage, médecine, OMS | Commentaires fermés sur Variabilité des critères du dépistage

    Conduite et consommation de drogues : un nouveau test salivaire de dépistage à l’essai

    Les Forces de l’Ordre réalisent des tests salivaires chez les conducteurs chez qui ils soupçonnent la consommation de stupéfiants, conformément à l’article R 235-2 du Code de la route. Si ce tests salivaire se révèle positif, il faut nécessairement qu’une … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans conduite, Dépistage, drogues, expérimentation, Mises au point, positivité, stupéfiants, test salivaire | Commentaires fermés sur Conduite et consommation de drogues : un nouveau test salivaire de dépistage à l’essai

    Oui les hommes peuvent eux aussi être cons

    Sous ce titre provocateur , il y a la découverte de la campagne Movember. Jaloux d’Octobre Rose, des hommes ont créé Movember pour sensibiliser contre les cancers masculins  . En pointillé il y a le dépistage du cancer de la prostate par PSA que ces « mâles » veulent mettre en parallèle du dépistage du cancer du […] Continuer la lecture

    Publié dans cancer, conflits d'intérêt, Dépistage, indépendance, industrie pharmaceutique, médias, prévention, promotion, prostate, psa, Surdiagnostic, surtraitement, Urologie | Commentaires fermés sur Oui les hommes peuvent eux aussi être cons

    Avalanche d’examens complémentaires. Histoire de consultation 177.

    Madame A, 71 ans, est hypertendue connue depuis des siècles, traitée par un bêtabloquant (c’était la mode à l’époque), le betaxolol, et par une statine (pravastatine 20), tous deux prescrits par mes soins depuis une bonne vingtaine d’années.

    La dernière fois qu’elle a vu « son » cardiologue, le docteur B, c’était, selon le dossier, il y a 5 ans. Et  le compte rendu de consultation était, comme à son habitude, laconique (une dizaine de lignes) et… rassurant.
    Cette patiente est « ma » malade, je ne peux pas dire que je l’ai récupérée d’un autre médecin ou qu’autre chose ait pu influencer ma prescription : je suis responsable de ses médicaments. Et je suis responsable du fait que je m’en « occupe » (presque) seul.
    Il y a également des siècles qu’elle présente un souffle systolique 2/6 au foyer aortique qui a été échocardiographié au moins deux fois par le cardiologue qui est désormais parti à la retraite. Depuis lors le souffle que j’entends est identique à lui-même.
    Avant les grandes vacances elle a fait un séjour aux urgences pour un malaise non identifié qui a fini par être considéré comme « vagal » par le compte rendu de ces mêmes urgences.
    Jusque là : tout va bien.
    Mais un des médecins des urgences, celui qui l’a examinée ou un autre, celui qui lui a fait faire un ECG et une prise de sang, s’est étonné qu’elle n’ait pas vu de cardiologue récemment. « Votre médecin aurait quand même dû… »
    Bon, est-ce que quelqu’un a vraiment dit cela, est-ce une façon pour la patiente de me reprocher de ne pas lui avoir dit qu’il fallait surveiller ce souffle, voire cette hypertension, je n’en sais rien… 
    Elle est venue consulter pour le « renouvellement » de ses médicaments et  pour que je lui écrive une lettre pour le cardiologue. Son mari était là et il n’avait pas l’air content non plus.
    Elle ne savait pas que le docteur B était parti à la retraite depuis environ 2 ans et elle m’a demandé de lui trouver un autre cardiologue.
    A M* la cardiologie s’est beaucoup transformée. D’abord à l’hôpital où le chef de service est parti, où nombre des assistants ont fait de même et où la cardiologie interventionnelle a été arrêtée sur décision de l’ARS au profit de deux centres d’excellence « privés » du département (78).  Je ne ferai pas de commentaires sur la fin de la cardiologie interventionnelle à l’hôpital de M* pour des raisons confraternelles et parce que je n’en connais pas tous les tenants et les aboutissants. Disons qu’ils ne « voyaient » ps assez de patients, qu’ils ne posaient pas assez de stents et qu’ils ne dilataient pas assez les coronaires pour que cela soit « efficace ». Disons que l’ARS considère qu’en deçà d’un certain nombre de gestes techniques il est possible de penser que c’est mal fait. On a déjà vu cela à propos des maternités. Quant aux centres d’excellence « privés », j’en parlerai une autre fois.
    A M*, donc, la cardiologie libérale de ville a elle-aussi beaucoup changé : il y avait jadis six cardiologues, puis cinq, puis quatre, puis deux. Il y avait bien entendu aussi les consultations de l’hôpital. Puis, par une sorte de deus ex machina six installations se sont faites, ce qui fait qu’il y a désormais 8 cardiologues en ville. Trois à M**, 2 à M* (les anciens qui sont restés) et 3 au Val Fourré (en ZFU, alias zone franche urbaine). Si j’avais le temps je vous raconterais le pourquoi du comment de l’affaire alors que dans le même temps des médecins généralistes disparaissaient sur la même zone. Mais, à la réflexion, je me tairais (voir un billet précédent ICI) et, pour l’instant, je m’en tiendrais à ce billet qui est assez explicite.
    Donc, j’ai adressé ma patiente au docteur C.
    Le docteur C l’a reçue dans des délais raisonnables, lui a fait un examen cardiologique complet puis a proposé une épreuve d’effort (sur des données ECG j’imagine car, cliniquement, l’interrogatoire était muet).
    Puis j’ai revu la patiente, son mari avait besoin de médicaments pour la tension, qui m’a dit textuellement : « Au moins, le docteur C, il est pas comme le docteur B, y m’a fait faire des examens… »
    Mouais.
    Je n’avais pas encore reçu le compte rendu de l’épreuve d’effort que j’apprenais qu’elle allait subir une scintigraphie cardiaque avec test à la dobutamine dans un centre privé extérieur au 78. Dans le 92.

    Et à la fin tout était normal.

    Je revois « ma » patiente avec son souffle, sa pression artérielle contrôlée (le bêtabloquant a été conservé pour des raisons surprenantes), sa statine (le cardiologue a précisé que le mauvais cholestérol pourrait être « un peu plus bas ») et son mauvais caractère (que je ne connaissais pas auparavant).
    « Alors, tout ça pour ça ?
    – Que voulez-vous dire ?
    – Vous vous plaigniez que je ne vous ai pas réadressé au docteur B qui n’avait pas jugé bon non plus de demander des examens… Vous les avez faits, les examens.
    – Oui. Je suis rassurée.
    – Mais… vous n’aviez rien… vous n’étiez pas essoufflée, il est possible que ces examens n’aient servi à rien… On vous a balladée à droite et à gauche…
    – Et si j’avais eu quelque chose…
    – Le risque était infime… »
    Le mari : « C’était à vous de lui dire de ne pas le faire…
    – Mais le ver était dans le fruit…
    – Que voulez-vous dire ?
    – A partir du moment où les urgences vous ont dit d’aller consulter un cardiologue, j’étais mis hors jeu. Vous vouliez cette lettre et je n’ai pas eu le culot de vous dire que cela ne servait à rien.
    – Vous n’étiez pas sûr de vous ?
    – Non. Vous vouliez consulter un cardiologue parce que vous étiez inquiète mais je n’avais pas d’arguments solides pour vous prouvez que cela n’allait servir à rien… Et, le plus grave, ce n’est pas d’aller voir un cardiologue, mais tous les examens qu’il a demandés après.
    – Il ne valait pas mieux les faire ?
    – Je ne crois pas. Je crois qu’ils étaient inutiles.
    – C’est facile de dire cela après…
    – Moui… c’est l’intuition clinique…
    – Comment aurait-on dû faire ?
    – Je ne sais pas. Laissez moi réfléchir… »
    Est-il possible de tout dire ? Est-il possible de dire à des patients que la médecine est en train de se moquer d’eux ? Est-il possible de dire à des malades qu’ils sont devenus des marchandises échangeables, des sujets d’une histoire qui ne les concerne pas ? Est-il possible de leur dire qu’il existe des réseaux, des circuits de malades, des médecins obligés et des médecins obligeants, des redevances de cliniques, des passe-droits, des sur diagnostics, des faux diagnostics, des diagnostics à tort et que ce n’est pas l’inquiétude des médecins qui les entraînent à prescrire toujours plus d’examens complémentaires (et accessoirement de médicaments) mais la logique du marché, l’impérieuse nécessité de rentabiliser les équipements coûteux qui ont été installés ici et ailleurs, de les faire tourner à plein régime, des équipements qui sont parfois inutiles parce que trop nombreux, et que donc, les dirigants de cliniques, les fabricants de matériel, les fournisseurs d’isotopes, ont besoin de chair à pâté pour rentabiliser les investissements et, surtout, les retours sur investissements, et que les médecins généralistes ne sont plus suffisants, il faut des super docteurs, des rabatteurs, des représentants de commerce, pour alimenter le ventre de la machine de la santé, cette santé qui n’a pas de prix, cette santé qui valorise les examens coûteux, les machineries complexes, qui culpabilise les patients, les malades, les médecins pour qu’ils aient peur, qu’ils pètent de trouille, et tous les moyens sont bons, dont le PSA, la mammographie, la pose de stents inutiles (aux US un article grand public résume la situation : ICI), les dilatations sans objet, j’en passe et des meilleures, les campagnes de « sensibilisation » orchestrées par des fabricants de produits de beuté (Estée Lauder Pour Octobre Rose), cette santé qui oblige les citoyens à penser que le dépistage c’est bien, on ne discute pas, que les vaccins c’est génial, on ne discute pas plus et que ceux qui s’y opposent sont des passéistes, et cetera.
    « Je crois, mes chers amis, que j’aurais dû vous dire qu’un malaise vagal, cela peut arriver à tout le monde, que cela n’a aucun rapport avec un petit rétrécissement aortique, et j’aurais dû écrire une lettre pour un cardiologue plus cool, moins interventionniste, cela existe à M*, et vous dire, après l’épruve d’effort, s’il y en avait eu une, de renoncer.
    – Mais, excusez-moi de vous dire cela, cela fait tellement longtemps que l’on se connaît, après ce que l’on m’avait dit à l’hôpital, j’avais besoin de faire des examens… Mais, nous sommes d’accord, le docteur B, il avait raison de pas s’inquiéter. »

    Cet exemple de cardiologie ne rend pas compte du fait que toutes les spécialités sont intéressées.
    Nous parlerons un autre jour de Jean de Kervasdoué.

    Illustration : Jeff Wall After ‘Invisible Man’ by Ralph Ellison, the Prologue 1999-2000

    mca.com.au

    Continuer la lecture

    Publié dans Cardiologie, CONSULTATIONS, Dépistage, examens complémentaires, SUR DIAGNOSTIC | Commentaires fermés sur Avalanche d’examens complémentaires. Histoire de consultation 177.

    Liberté – Egalité – Mammographie

    Ce billet est une adaptation du 8eme chapitre de mon ouvrage Octobre Rose mot à maux – Pour une réelle liberté de choix. Nous l’ignorions, mais le dépistage a le pouvoir de réduire les inégalités sociales. C’est une bonne nouvelle … Continuer la lecture

    Cet article Liberté – Egalité – Mammographie est apparu en premier sur Expertise citoyenne.

    Continuer la lecture

    Publié dans Communication, décryptage, Dépistage, Divers, Inégalités, octobre rose | Commentaires fermés sur Liberté – Egalité – Mammographie

    Ecrasage et piquetage

      La secrétaire de l’accueil réclame ma carte vitale et mes anciens clichés puis m’envoie m’asseoir là bas au fond du couloir à gauche. La manipulatrice radio appelle mon nom et m’installe dans un box en me demandant « d’enlever tout le haut y compris les bijoux et les piercings ». N’ayant ni bijou ni piercing, le déshabillage est rapide et je me retrouve à frissonner un peu dans […] Continuer la lecture

    Publié dans Communication, confiance, CONSULTATION, Dépistage, Santé publique, soignant/soigné, Vie des femmes | Commentaires fermés sur Ecrasage et piquetage

    Prévention/Dépistage : à propos d’Octobre Rose

    Je viens de lire le dernier livre de Rachel Campergue : « Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix ». Elle en parle sur son blog. Son livre précédent « No Mammo » m’avait beaucoup intéressé. Ce dernier livre montre avec beaucoup d’humour combien la promotion du dépistage organisé du cancer du sein par mammographie, dit […] Continuer la lecture

    Publié dans autorités sanitaires, cancer, croyance, Dépistage, effet secondaire, Ethique, indépendance, mensonges, prévention, promotion, Santé publique, sein, Surdiagnostic, surtraitement, toute puissance médicale, transparence | Commentaires fermés sur Prévention/Dépistage : à propos d’Octobre Rose

    Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix

    Trois années se sont écoulées depuis la publication de No Mammo ? Enquête sur le dépistage du cancer du sein[1]. Beaucoup d’eau est passée sous les ponts, beaucoup études démontrant le peu d’impact de la mammographie sur la mortalité ont été … Continuer la lecture Continuer la lecture

    Publié dans Communication, Dépistage, Divers, mammographie, octobre rose, publicité | Commentaires fermés sur Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix

    Promotion de la mammographie de dépistage dès 40 ans : « qui ne dit mot consent » : ARS 34 et Ministère de la santé.

    Si le dépistage du cancer du sein par mammographie fait débat, l’âge de début de ce dépistage quand il est réalisé; fait lui consensus : pas avant 50 ans. Pourtant certain s’assoie sur les recommandations et les autorités ne bronchent pas , laissant faire. Sylvain Fevre vous rappelle ce qui peut être qualifié de honteux : http://sylvainfevre.blogspot.com/2014/09/les-chiens-aboient-la-caravane-passe.html […] Continuer la lecture

    Publié dans cancer, croyance, Dépistage, effet secondaire, Ethique, médias, mensonges, patient, pratique de la médecine, promotion, Santé publique, Scandale, sein, Surdiagnostic, surtraitement, toute puissance médicale | Commentaires fermés sur Promotion de la mammographie de dépistage dès 40 ans : « qui ne dit mot consent » : ARS 34 et Ministère de la santé.

    LES CHIENS ABOIENT, LA CARAVANE PASSE…

    Ça a débuté quelques semaines après le cru 2013 d’Octobre Rose.
     
    Je tombais par hasard nez à nez avec un mammobile, long semi-remorque rose transportant personnel et matériel destinés à effectuer le dépistage du cancer du sein.
     
    Les femmes âgées de 50 à 74 ans étant encore à ce jour invitées tous les deux ans à passer une mammographie de dépistage selon les recommandations nationales, on peut penser qu’offrir le service d’une unité mobile de dépistage en plus de l’offre radiologique libérale ou hospitalière se justifie, notamment dans les contrées reculées. On en reparlera à la fin de ce billet.
     
    Je précise qu’il est question ici du dépistage systématique dans la population générale et non des femmes présentant des risques nécessitant un suivi particulier.
     
    C’est alerté par le surprenant message inscrit en gros sur la remorque du camion visible sur la photo ci-dessus « Utile dès 40 ans-On a toutes à y gagner » que je me suis mis à fouiner un peu au point d’avoir l’envie d’en faire un billet : La papamobile à son âge OK mais la mammobile à cet âge ? 
     
     
    C’est ainsi qu’au passage de la caravane rose, les premiers aboiements du caniche engendrèrent ceux d’autres chiens(nes). Un groupe informel de soignants/patientes se forma pour relayer, réactiver et compléter le message comme ici chez :
     
     
     
    Cela donna même l’occasion à Martine Bronner de nous révéler le rêve dingue d’égalité hommes-femmes qu’elle fit : Lis ça, on peut en rire mais pas que…
     
    Et chose inespérée, l’Institut National du Cancer (INCa) répondit à l’interpellation d’Hélène La Crabahuteuse. Cette réponse est consultable dans les commentaires de son billet déjà cité plus haut. En voici des extraits :
     
    « Il est, en effet, tout à fait juste de rappeler que le programme national de dépistage organisé du cancer du sein porte sur la tranche d’âge 50-74 ans…
     
    …Pour la tranche d’âge 40-49 ans, les bénéfices attendus sont effectivement moindres alors que les risques sont plus élevés (cancers radio-induits, surdiagnostic)…
     
    …Nous considérons qu’il n’y a pas lieu, en l’état des évaluations et recommandations nationales actuelles, de proposer ni de soutenir un dépistage par mammographie à des personnes de 40-49 ans sans facteur de risque particulier, que ce soit ou non en mammobile…
     
    …Il revient à l’Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon de se prononcer sur le sujet… »
     
    Il n’est pas toujours aisé de comprendre tout ça, je vais donc tenter de t’en faire une traduction. Caricatures, exagérations, imprécisions diront certains, tant pis. Le poids des mots le choc des photos l’ont toujours emporté sur les formulations couilles molles. Alors je traduis :
     
     
    Pratiquer une mammographie de dépistage à des minettes de 40 berges en parfaite santé ne présentant aucun risque ne permet pas forcément de détecter un cancer du sein mais expose de façon non négligeable à en trouver un là où il n’y en a pas avec pour conséquences de biopsier voire pire de traiter des personnes inutilement. Sachant que le traitement ne se résume pas à la prise d’un gramme de paracétamol et en voiture Simone mais plutôt à l’artillerie chirurgie radio-chimiothérapie et son cortège d’effets plus qu’indésirables, je te laisse imaginer le tableau. Si ça ne te parle toujours pas, peut-être qu’imaginer ta femme, ta maîtresse, ta fille, ton amie, ta jeune patiente, avec un sein en moins alors que tout allait bien t’aidera à y voir plus clair. Bon, OK, dans la majorité des cas, ça n’ira pas jusque-là, mais avoue que le simple fait d’attendre le résultat d’une biopsie (geste invasif) qui n’aurait même pas dû être réalisée, peut t’occasionner quelques journées d’angoisse au point de ne pas seulement te passer l’envie d’aller à ton cours de zumba.
     
    Le mammobile est la principale cible de ce billet, mais le propos vaut tout autant pour le médecin généraliste, le gynécologue ou tout autre médecin qui prescrirait cet examen de dépistage en moins de deux sur un coin de bureau sans la moindre explication : « Tenez ma brave, vous venez d’avoir 40 ans, alors à partir de maintenant vous ferez cet examen tous les ans. Comme on dit hein, mieux vaut prévenir que guérir et plus on fait ça tôt, mieux c’est… » La patiente repart ainsi rassurée par un ramassis de conneries avec son ordonnance pliée en deux au fond de son sac à main. Oui, nous parlons essentiellement ici de ce qui se voit dans le cadre du dépistage organisé, mais n’oublions surtout pas tout ce qui se pratique sans véritable cadre et qui est peut-être encore plus grave, à savoir le dépistage individuel fait par-dessus la jambe.

    Le mammobile dès 40 ans, infime partie émergée de l’iceberg flottant dans les eaux troubles du dépistage du cancer du sein ?  Ce dépistage, meilleure façon de faire croire qu’on se préoccupe du sort des femmes sans mettre le moindre biffeton dans une véritable démarche de prévention ? (Dépister = traquer une maladie déjà apparue / Prévenir = éviter que cette maladie survienne).
     
    Tu vois, le sujet est tout de même sérieux car les conséquences liées au mammobile dès 40 ans peuvent être plus que fâcheuses. D’où l’idée de l’INCa d’alerter l’Agence Régionale de Santé concernée par le mammobile 34, l’ARS étant une sorte d’antenne du ministère de la santé à l’échelon régional. Pour en savoir plus sur les ARS et observer leur grande réactivité, tu peux lire ça :
     
     
     
     
    Voilà grosso modo où nous en sommes. Sauf que là, le cru 2014 d’Octobre Rose débute et que… et que l’on peut affirmer que des chiens peuvent aboyer jusqu’aux oreilles de l’INCa, la caravane continue de passer paisiblement. Car la photo ci-dessus avec ce message mensonger a été prise pas plus tard qu’il y a quelques jours. Les pratiques semblent donc inchangées.
     
    Que pouvons-nous en conclure ?
     
    Que le seul moyen moderne de communication entre l’INCa et l’ARS fut un pigeon voyageur déplumé s’étant trompé de direction ?

    Que l’ARS en question a bien reçu le message mais que voyez-vous, il est délicat de faire changer des pratiques historiquement expérimentales… dans cette province tellement éloignée de Paris et tant pis pour les quelques minettes qui en paieront possiblement les frais sans le savoird’autant que c’est pas la sécu qui finance mais les communes hôtes ?
     
    Que dans une société dans laquelle seuls le profit et l’argent de quelques-uns priment, rien d’étonnant à ce que le domaine de la santé soit contaminé jusqu’à la moelle ? Business is business, même s’il y a un risque de biopsier voire de mutiler deux ou trois nanas pour rien au passage ? Qu’importe, elles ne le sauront jamais ! Au pire, c’est réparable, il y a des prothèses mammaires en stock… Fuck l’intérêt du patient, in the pocket le fric même s’il pue ?!
     
    Ouais je sais, c’est un peu hard, et j’entends déjà certains me dire que je vais trop loin… euh, n’inversons pas les rôles quand même et relisons ensemble à voix haute sous la baguette du chef de chœur la réponse de l’INCa :
     
    « Pour la tranche d’âge 40-49 ans, les bénéfices attendus sont effectivement moindres alors que les risques sont plus élevés (cancers radio-induits, surdiagnostic) »
     
    C’est pas moi qui l’ai inventé ça.
     
    Bilan des courses :
     
    1. L’INCa est au courant, on en a la preuve et il ne peut plus fermer les yeux puisqu’il s’est prononcé et a délégué à l’ARS.
    2. L’ARS si elle est véritablement au courant n’a soit rien fait, soit tenté de faire mais sans succès.
     
    Alors maintenant, que fait-on ?
     
    Les instances ne bougent pas ou plus un sourcil. Silence radio (induit). Cela se passerait-il de la sorte s’il s’agissait du corps des hommes ? Se remueraient-elles le fion s’il était notamment question de l’excroissance masculine évoquée dans le rêve d’égalité de Martine ? (Si tu ne l’as pas lu, vraiment, lis-le)

     
    Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales et de la santé s’est vue refourguer les droits des femmes lors du dernier remaniement. Santé, social, droits des femmes, ça me semble beaucoup pour une seule personne mais au moins ce sujet devrait lui causer : un peu de cohérence pour la santé des femmes dont les droits sont quelque peu bafoués dans cette histoire serait la bienvenue non ?
     
    Malheureusement je crains très honnêtement qu’elle soit trop occupée, voire noyée par tout son taf puisqu’il paraît, je dis bien il paraît car ma source n’est absolument pas fiable d’autant que j’y ajoute le mode plein gaz de sarcasme, qu’elle a déjà commencé à effacer les noms de marque sur quelques paquets de cigarettes qu’elle prévoirait d’aller installer en personne dans le rayon d’un buraliste de la capitale en compagnie de nombreuses caméras de BofFM TV voire Canal Plouc et que surtout toute ministre qu’elle est et malgré tout le respect qu’on lui doit, elle y pane tout bonnement que dalle à tout ça et que encore plus que surtout, demander de la cohérence à une personnalité politique c’est demander la Lune.
     
    Donc même si la caravane passe et repasse, tant qu’ils ne seront pas muselés, quelques chiens continueront à aboyer pour alerter celles et ceux qui voudront bien les entendre.
     
    Je répète car c’est important que ce billet concerne les femmes âgées entre 40 et 49 ans sans risque particulier.
     
    Si tu es une femme âgée entre 50 et 74 ans sans facteur de risque, il reste à ce jour recommandé en France de te rendre dans ce genre de mammobile ou ailleurs (radiologie libérale, hospitalière) tous les deux ans pour bénéficier du dépistage du cancer du sein.
     
     
    Sache cependant qu’une personne avec laquelle j’ai eu la chance de converser a écrit un livre très riche et très pertinent sur le sujet du dépistage du cancer du sein. Il s’agit du livre No mammo ?  de Rachel Campergue. Mon petit doigt m’a informé qu’un second ouvrage décoiffant sur ce thème sera disponible d’ici peu. Mais si tu n’as pas envie ou pas le temps de te plonger dans cette prose fournie, je t’invite au moins à lire ce billet sur le site « Voix médicales » qui détricote parfaitement bien le sujet. Juste histoire d’avoir une information claire, indépendante afin de choisir librement et en toute conscience de te faire dépister. Bonne lecture.
    

    Continuer la lecture

    Publié dans ARS, CANCER DU SEIN, Dépistage, histoire de camion rose, histoire de coup de gueule, histoire de dépistage, INCa, mammobile, mammographie, No Mammo, octobre rose, Surdiagnostic | Commentaires fermés sur LES CHIENS ABOIENT, LA CARAVANE PASSE…

    Bientôt Octobre, le mois de la désinformation Rose

    Bonjour Je voudrais vous signaler l’article d’une consœur, concernant le dépistage organisée du cancer du sein par mammographie. Cet article superbement documenté devrait être lu par toutes les femmes qui reçoivent l’incitation à se faire dépister. Cet article donne toutes les informations pour prendre la décision de se faire dépister ou non, ce qui n’est […] Continuer la lecture

    Publié dans cancer, conflits d'intérêt, croyance, Dépistage, indépendance, octobre rose, promotion, Santé publique, sein, Surdiagnostic, surtraitement | Commentaires fermés sur Bientôt Octobre, le mois de la désinformation Rose