Archives de catégorie : antibiothérapie

Quand un antibiotique vous envoie en psychiatrie

Une femme de 61 ans souffrant d’un ulcère de l’estomac se voit prescrire par son médecin généraliste des antibiotiques. La routine. A ceci près que ce traitement va conduire cette patiente à être hospitalisée d’urgence en psychiatrie. Cinq jours auparavant, … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans antibiomania, antibiothérapie, antibiotiques, cas clinique, effet secondaire, épisode maniaque, Gastroentérologie, helicobacter pylori, Infectiologie, MEDECINE GENERALE, médicament, pharmacovigilance, psychiatrie, psychose, syndrome maniaque, ulcère gastrique, ulcère gastro-duodénal | Commentaires fermés sur Quand un antibiotique vous envoie en psychiatrie

Ce que je vous raconte est vrai. Histoires de consultation 188, 188 bis, 188 ter et 188 quater.

Ce que je vous raconte est vrai. Comme d’habitude je transforme les choses pour préserver le secret mais vous pouvez considérer que ces transformations ne dénaturent pas le fond des affaires. C’était un samedi matin entre 8 h 30 et 15 h 15.

Madame A, patiente dont je suis le médecin traitant depuis de très nombreuses années, a toujours été exigeante. Elle m’appelle vendredi à 16 heures. « J’ai une angine, donnez moi un rendez-vous demain. » Heu, nous avons déjà refusé, ma secrétaire ou moi, environ dix rendez-vous pour ce samedi… Je la mets « entre deux », après deux rendez-vous pour deux membres de la même famille (1)… Elle arrive un peu en avance. Je la reçois. Elle « fait » sa classique bronchite « sifflante » de l’hiver. Jusque là tout va bien. Puis, après que j’ai rédigé la prescription et que l’ordonnance est sortie de l’imprimante, elle me demande son ordonnance de « renouvellement ». Ma grimace est éloquente. « Vous ne pouviez pas me le dire avant ? » J’ajoute que son ordonnance de fond n’a pas de rapport avec la pathologie précédente. Et elle sort de sa main un papier où elle a inscrit des médicaments « qu’elle voudrait bien que je lui rajoute sur l’ordonnance » et je lis : « Dafalgan, doliprane et nurofen flash ». Ouaf ! Je lui explique, la patience a des limites, qu’il n’est pas possible d’inscrire dafalgan et doliprane sur la même ordonnance car il s’agit de paracetamol, il faut donc choisir et je lui indique que nurofen flash n’est pas remboursé (2). Elle fait une (grosse) grimace. Je finalise l’ordonnance et elle ajoute : « Mettez quand même nurofen flash, c’est pour ma fille ». Mais, chers lecteurs aussi impatients que moi que la consultation se termine, ce n’est pas fini. Elle a aussi besoin d’un renouvellement de certificat pour la salle de sport ! Moi : « Madame A, vous me demandez un rendez-vous en urgence, je vous trouve une place entre deux patients, vous en profitez pour me demander votre ordonnance habituelle pour laquelle vous auriez pu prendre un rendez-vous sans urgence et, en plus, cerise sur le gâteau, vous me demandez un certificat pour la salle de sport. Eh bien, zut. Vous charriez. Je crois que je ne vais plus être votre médecin traitant… – Vous ne pouvez me parler comme cela. – Si. » Nous nous serrons la main et elle s’en va non sans qu’elle ait jeté un regard sur la salle d’attente qui s’est remplie des personnes bien sages qui ont pris rendez-vous et que je vais examiner avec un peu de retard.

Monsieur et Madame B amènent la petite C, vingt-trois mois, pour que je la vaccine (je suis l’équivalent de son médecin traitant -(3)-). Elle est en retard pour rubéole/oreillons/rougeole. Mercredi j’ai aperçu son père et elle dans la salle d’attente (bondée) où il n’a pas eu le courage d’attendre. Il me dit : « Nous sommes allés voir un de vos confrères car il y avait trop de monde, désolé. – Je comprends… – Il n’était pas aimable…. – Ah… – Oui, je me suis d’abord fait engueuler parce que je l’emmenais pour un rhume… – Hum… – Ensuite, il m’a fait remarquer que les vaccins n’étaient pas à jour. – (Re : hum) Ben… – Donc, on est là pour le vaccin. » Je jette un oeil distrait sur le carnet de santé où le MG consulté n’a rien noté (mais je ne pose pas la question de savoir si les parents avaient ou non omis de l’apporter…). En revanche, les parents ont collé l’étiquette des médicaments prescrits et l’un de ceux là est « amoxicilline ». « Il a prescrit des antibiotiques ? » je demande incidemment. « Oui. – Hum » Donc, le médecin généraliste engueuleur, et que celui qui n’a jamais « repos » un malade me jette la première pierre, il reproche aux parents de consulter pour un rhume et, pour un rhume, il prescrit des antibiotiques…

Madame D vient après que son père a été vu par l’oncologue. Cette histoire est compliquée et mérite réflexion et détails (et elle n’est pas finie). Il s’agit d’un patient dont j’ai déjà parlé (Histoire de consultation 187 ter : ICI). Je rappelle quelques trucs. Le patient est suivi en HAD. C’est un nouveau patient pour moi. Je suis au domicile du patient avec l’infirmière de l’HAD qui ne comprend pas plus que moi ce qui se passe et surtout quel type de soins il faut donner. Et j’ai déjà été alerté par le fait que la famille, indépendamment de ces problèmes, semble ne pas avoir compris le pronostic. Je téléphone à l’un des chirurgiens qui s’est occupé du patient (le docteur Z) : il me donne des explications. Je rappelle l’infirmière. J’apprends que le patient doit voir l’oncologue (le docteur Y) dans quelques jours. J’écris un courrier pour l’oncologue afin de lui signaler les deux faits : 1) la famille « plane » ou, comme on dit, « fait du déni » sur le pronostic, ce qui ne favorise pas le travail des intervenants ; 2) il serait utile de mieux expliquer les soins aux personnels soignants de l’HAD qui ont été lâchés dans la nature sans beaucoup de biscuits. 
Moi :  » Alors ?, cette consultation. » Madame D lève les yeux au ciel. « Je ne sais pas si je peux vous le dire… – Allez, parlez sans crainte… – Le docteur je ne sais comment, il a lu votre lettre, il l’a chiffonnée et il l’a mise directement à la poubelle. On s’est regardés avec ma soeur pour savoir si on avait vu la même chose toutes les deux. – Non ?… – Si. – Et ? – Vous allez apprendre le pire. Il nous a dit des trucs sur mon père que l’on ne savait pas, un cancer dont nous ne connaissions pas l’existence, il a dit cela avec l’air un peu énervé, et il a rajouté que ce n’était pas fameux… Vous saviez qu’il avait un cancer du pancréas ? » Moi : « Non. » madame D : « Surprises, nous avons réussi à aller voir le docteur X (un des chirurgiens qui avait opéré leur père), qui est tombé des nues, qui a téléphoné devant nous au docteur Y et qui nous a dit qu’il avait mélangé les dossiers… »
Dois-je rajouter quelque chose ?

Madame E amène F, son fils de deux ans et demi, pour deux vaccins. Le carnet de santé est détérioré. Les pages concernant les vaccinations sont presque toutes arrachées et le reste a été mouillé, séché, colorié, collé. Les deux vaccins ont été prescrits par l’ancien médecin (généraliste) de l’enfant dont le nom apparaît dans les quelques pages restantes. J’appelle immédiatement le médecin qui me dit, après avoir cherché dans l’ordinateur, qu’il n’a aucune trace des précédents vaccins. « Vous êtes bien le médecin de F ? – Oui. – Et il n’y a rien dans votre ordinateur ? – Non. » Fin de la conversation.

Monsieur F, 49 ans, consulte pour un syndrome grippal assez vague « qui le met à plat ». C’est le dernier patient de la fin de matinée (il avait rendez-vous à 14 heures 30). Je l’examine. Pas grand chose. Il veut un bilan (il n’en a pas fait depuis des lustres, il a grossi, il des habitudes alimentaires farfelues en raison de ses horaires de travail, je cède). Puis nous parlons. Nous parlons du coin, des enfants, il m’a connu quand il avait 13 ans, il se souvient de moi à cette époque, on parle de l’évolution du Val Fourré, qu’il a quitté, de l’école maternelle et de l’école primaire qu’il fréquentait, j’en connaissais les directeurs, on parle de sa belle-mère, on parle d’une ancienne voisine dont il ignorait qu’elle fût hospitalisée en rééducation au décours d’un accident (il me dit que lui et sa femme vont appeler sa fille et qu’ils vont aller la voir), et cetera. On parle incidemment de l’islam, de politique, et cetera. Il est quinze heures quinze quand il sort de mon cabinet. Je n’ai pas beaucoup fait de médecine (et encore) et il me semble que nous avons passé un bon moment.
Notes
(1) Il faudra qu’un jour j’écrive un billet sur les rendez-vous familiaux groupés…
(2) La Santé publique à la télévision : ras-le-bol.
(3) Le médecin traitant pour les enfants, je ne suis pas contre.

Continuer la lecture

Publié dans antibiothérapie, CONSULTATIONS, informatique, MEDECINE GENERALE, Oncologie | Commentaires fermés sur Ce que je vous raconte est vrai. Histoires de consultation 188, 188 bis, 188 ter et 188 quater.

Pivmécillinam (Selexid°), une place dans le traitement des infections urinaires?

Ce médicament était inscrit sur les listes collectivités et sécurité sociale depuis 1984 avant d’être radié de la prise en charge en 2002, à la demande du laboratoire. Dans la revue Prescrire de janvier 1983, tome 3 n°21, rubrique nouveauté on peut lire : « Une bêta-lactamine à spectre limité aux Grams – indiquée dans différentes […] Continuer la lecture

Publié dans antibiothérapie, antibiotique, cystite, ET EN PRATIQUE ?, Infectiologie, Infection urinaire, uro, Urologie | Commentaires fermés sur Pivmécillinam (Selexid°), une place dans le traitement des infections urinaires?