Archives de l’auteur : Effet Mem

Le leurre d’une éducation nationale LEM

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1037    
http://www.exmed.org/archives17/circu1037.html
     16 octobre 2017

                           
                


                            Le leurre d’une éducation nationale

                                   
               

                                                 François-Marie Michaut


    
En parcourant la revue Lire, je suis tombé sur un papier évoquant un bouquin d’Ivan Illich dont je ne connaissais que le célèbre Némésis médicale (1). En 1971, l’auteur passe au scanner de sa critique personnelle sans concession le système scolaire tel qu’il existe alors dans le monde entier. Il arrive même, lui qui manqua devenir évêque, à oser ce blasphème : Une société sans école.
Voilà que ne peut que faire tousser tous ceux qui, de la maternelle aux sommets de l’université ont été modelés par cette puissante institution, devenue en France depuis Jules Ferry gratuite et obligatoire pour tous les enfants.

   Le coeur du propos est le suivant. Une confusion soigneusement entretenue par des multitudes d’intérêts entre enseignement et éducation. Comme si, par une inexplicable alchimie, tout enseignement se transformait en éducation. La fausseté de ce postulat saute aux yeux des soignants. Apprendre parfaitement le contenu de tous les livres médicaux n’a jamais permis de pratiquer la médecine. L’éducation, la vraie, celle qui vous permet de vivre, se passe partout… sauf dans le carcan scolaire.

     L’école, et on a oublié depuis longtemps que le grec skolè veut dire loisir, est une machine. Une usine ruineuse à fabriquer des enseignements pour les faire entrer dans la tête des plus jeunes. Son idéologie ? Longtemps religieuse, surtout chrétienne, elle est devenue, même avec ses variantes privées, essentiellement  étatique. Son objectif jamais dit est de pousser par ses contraintes éliminatoires successives  les enfants à consommer de plus en plus les enseignements qu’elle produit. Nous sommes ainsi dressés à devenir des consommateurs, puis des fabricants, de tout ce qui est consommable. Société de consommation au service de la sacro-sainte expansion économique sur fond de promesse d’enrichissement personnel en seuls biens matériels. Autrement dit, pour la plupart d’entre nous, une sorte d’assurance de pouvoir réussir sa vie.

   L’évolution de notre idéal de consommation mondialisée, déjà parfaitement perçue en 1971 par cet empêcheur de penser en rond inclassable d’Ivan Illich, est sans appel. La fourniture de savoir de plus en plus poussé vers la fabrication d’objets à vendre et à consommer, telle est l’unique mission de tous les systèmes scolaires. Or, le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur qui sont au chômage continue de grimper. De multiples emplois, y compris en médecine, ne sont pas pourvus, faute d’une éducation suffisante à l’exercice de nombreux métiers.
Est-ce la mission d’un Etat de promouvoir ce type de civilisation ? Est-ce ainsi la seule voie possible d’éducation ? L’accumulation de produits fabriqués par l’enseignement en vue de nous rendre des agents actifs de la consommation nous rend-t-elle éduqués ? A l’évidence, non.

  La France a accompli un pas politique décisif en adoptant en 1905 la loi séparant l’Etat et les églises. Pourrions nous être capables, plus d’un siècle après de comprendre que l’école fonctionne sur le même mode hiérarchisé, dogmatique et autoritaire que l’église catholique ? Autrement dit, une séparation de l’école et de toute forme d’Etat est-elle pensable, ou même … indispensable. « Une société sans école » nous dit Illich.
Le débat (2), à ma connaissance, n’est pas du tout ouvert dans le grand public.

Notes de l’auteur :

(1) Némésis médicale, L’expropriation de la santé, Seuil, 1981. Voici le début prophétique de l’introduction : « L’entreprise médicale menace la santé. La colonisation médicale de la vie quotidienne aliène les moyens de soins. Le monopole professionnel sur le savoir scientifique empêche son partage.
Une structure sociale et politique destructrice trouve son alibi dans le pouvoir de combler ses victimes par des thérapies qu’elles ont appris à désirer. Le consommateur de soins devient impuissant à se guérir ou à guérir ses proches. Les partis de droite et de gauche rivalisent de zèle dans cette médicalisation de la vie, et bien des mouvements de libération avec eux. L’invasion médicale ne connaît pas de bornes. »

(2) Il n’a rien à voir avec la question, finalement aussi anecdotique que polémique, dite de la liberté de l’enseignement.

 


 Os Court :

 «    École : établissement où l’on apprend aux enfants ce qu’il faut pour devenir des professeurs.» 

Sacha Guitry



Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le leurre d’une éducation nationale LEM

Privé de désert – Exmed

 

 

 

 

Privé de désert


Petit dialogue imaginaire entre un jeune médecin et un maire d’une zone classée « désert médical» :


– N’ayant vécu et appris la médecine qu’en ville, je ne sais pas du tout comment je peux passer ma vie ici


– Ma réponse est : je vous donne une maison.


No comment.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 13-14 octobre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Privé de désert – Exmed

ÉBARBAGES

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1036 
http://www.exmed.org/archives17/circu1035.html
    9 octobre 2017

                                          
 


                                            ÉBARBAGES

                                                                       9 octobre 2017

                                                                      Jacques Grieu

La mode de la barbe est encor de retour
En séduisant appât qui suscite l’amour ( ?)
Notre gouvernement, flairant là l’occasion,
Comme fit un grand tzar, pense à sa taxation.

Courte, longue ou naissante, à mouche ou bien à pointe,
On la porte partout fièrement et sans crainte.
Favoris, rouflaquettes, en bouc ou bien sculptée,
Personne n’y échappe, il faut tous y passer.

Si la barbe fait l’homme et le dicton dit vrai,
La barbe de certains causa bien des forfaits :
Celle des Khomeiny, Ben Laden, Bokassa,
Pour des millions de gens le monde leur changea.

Si le « beau » Charles Quint, à grands coups de ciseaux,
Ou Napoléon III, ou bien Fidel Castro,
Avaient coupé les poils poussant sous leurs mentons,
La terre tournerait peut-être un peu plus rond ?

La barbe, prétend-t-on, donnerait la sagesse :
Donc les chèvres barbues seraient des prophétesses ?
Pourtant si la comète avait des prédictions,
C’est que sa longue barbe était bien sa caution.

On fête sainte Barbe avec les artilleurs
Mais pour la femme à barbe, il faudra voir ailleurs :
Point de barbe au menton avec Sa Sainteté,
Même si bien des saints en ont souvent porté.

Portent-ils une barbe, ces gens qu’on dit rasants ?
On  leur aura coupée, s’ils rasaient tellement ?
Etaient-ils si barbants, ces raseurs de barbus ?
Alors, je dis : la barbe !  Et ne vous rase plus !

Os court :

« Du côté de la barbe est la toute puissance

– Où situez-vous la barbe ? »

Victor Hugo Continuer la lecture

Commentaires fermés sur ÉBARBAGES

Dix erreurs scientifiques (Exmed)

 

 

Dix erreurs scientifiques


Au lendemain de l’attribution du prix Nobel de Physique 2017 à Weiss, Barish et Thorne pour la découverte des ondes gravitationnelles générées par les trous noirs et à la veille d’une semaine de la science en France censée « faire tomber les cloisons »  entre le public et les scientifiques, ce site ne peut rester de marbre.


   Voici l’histoire de l’évolution de nos toutes dernières découvertes sur la notion de temps. Nos vieilles croyances, aussi fertiles ont-elles pu être pendant trois siècles, sont désormais devenues incroyables et paralysantes. Cette video de Philippe Guillemant nous l’explique clairement.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 6-8 octobre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Dix erreurs scientifiques (Exmed)

Exmed, curieuse clientèle


Exmed, curieuse clientèle

 

L’idée de départ du site Expression Médicale (Exmed) a été de faire le choix de la francophonie en un temps où la langue anglaise était présentée comme le seul vecteur possible de communication sur le réseau numérique mondial. Vingt ans après, les faits me donnent tort.
Pour le mois de septembre 2107, l’analyse statistique de la fréquentation est sans appel. Les Américains ont consulté 10 fois plus de pages que les Français. Les Allemands, deux fois plus.


La langue d’expression ne serait plus un obstacle infranchissable dans le Réseau des réseaux ?


Belle occasion de saluer tous nos visiteurs inconnus de la planète.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 4-5 octobre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Exmed, curieuse clientèle

LEM 1035

Commentaires fermés sur LEM 1035

Retour sur info (Exmed)

Retour sur info


L’observation lyonnaise du recul clinique d’un état végétatif évoquée ici le 27-28 octobre pose une question. Pourquoi les soignants ont-ils utilisé la stimulation électrique périodique du nerf vague ? C’est, depuis 2012, un traitement de l’épilepsie. Que ce type de manifestation d’un «orage» des influx nerveux cérébraux ( traduction électroencéphalographique bien connue) puisse bénéficier d’une stimulation électrique périodique se conçoit.

   Mais quelle est la relation possible entre l’épilepsie et le blocage des manifestations de la conscience ? En dehors de la perte de conscience initiale bien connue des médecins des crises d’épilepsie généralisée, rien d’évident. Les neurosciences sont expertes dans les voies de circulation neuronale. Leur maitrise de tout ce qui est imagerie est éblouissante. Mais leur silence sur tout ce qui concerne la fabrication et le stockage des informations dont se nourrit notre cerveau est pesant.

      
L’évolution de cette remarquable observation demeurera mystérieuse, une infection pulmonaire ayant mis fin à la vie du patient.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 29 septembre- 1 octobre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Retour sur info (Exmed)

État végétatif réversible !
 (Exmed)

 

 

État végétatif réversible !


Un dogme médical vient de tomber : celui de l’irréversibilité définitive de la perte de conscience post-traumatique d’un patient. Le cas étudié par une équipe de Lyon ( Marc Jeannerod et col), publiée dans Current Biology va certainement faire grand bruit. La stimulation électrique périodique d’un nerf cranien ( le pneumogastrique) aurait entrainé le début d’un réveil de conscience au bout de 15 ans d’état végétatif. C’est sensationnel et peut faire rêver ou faire peur. Mais au delà de l’émotion ?


   Comment la conscience, supposée par les neurosciences être créée et stockée dans l’encéphale, peut-elle réapparaitre – au moins en partie- si le tissu cérébral a été détruit par un traumatisme ?
  Bien entendu, les neurosciences refusent que ce qui n’est qu’une croyance ( la conscience est une fabrication matérielle du cerveau ) fasse l’objet d’un débat. Une piste on ne peut plus scientifique existe ( La physique de la conscience, Philippe Guillemant).

  On continue de faire semblant que rien n’a bougé dans la physique fondamentale depuis 50 ans, ou on s’attelle à ouvrir de nouvelles façons de comprendre la réalité ?
Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 27-28 septembre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur État végétatif réversible !
 (Exmed)

Le docteur Macron prescrit ( LEM 1034)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1034
  http://www.exmed.org/archives17/circu1034.html
    24 septembre 2017

                           
              
 


                                   Le docteur Macron prescrit

                                   
               

                                                          François-Marie Michaut

    
Un acte médical se termine avec la rédaction d’une ordonnance mettant noir sur blanc le traitement prescrit (1). Ordonnances dites Juppé de 1995, destinées à sauver, comptablement parlant, le financement de la Sécurité Sociale. Souvenir amer des médecins généralistes, comme des spécialistes indépendants, qui ont vu éviscérer le métier auxquels ils avaient consacré leur vie (2). Et pourtant, en ce jour symbolique de l’équinoxe d’automne du 22 septembre 2017, avec Emmanuel Macron, fils d’un couple de médecins, seul enfant non praticien de la fratrie, nous avons assisté en direct du palais de l’Élysée à la signature des ordonnances modifiant le Code du travail. Simple mise en scène à destination des illettrés de ce qui se veut un évènement politique majeur d’un nouveau président de la République ? Cela mérite examen.

   D’abord la mise en scène. Le signataire n’est pas seul derrière le bureau. À sa droite, une de ses ministres et à sa gauche un autre. Pas de Premier ministre.  À droite et à gauche du trio, la même lampe à trois branches munie d’un abat jour. Deux fois trois sous le drapeau tricolore et sa triple devise idéale.  Autre élément remarquable : la présence d’une pendule. Cela n’est pas le fait d’un hasard ou d’une fantaisie décorative de  metteur en scène. C’est l’heure, c’est tout. L’heure de quoi, malheur ou bonheur ? Comme d’habitude du côté des spectateurs, les ricaneurs ricaneront, et les laudateurs loueront. Les autres, tellement saturés d’images décérébrantes,  ne pensent rien car ils ne ne voient plus rien. Ce qui ne veut pas dire que leur inconscient ne capte rien à leur insu.
 À qui faut-il attribuer une telle scénographie, à un spécialiste inspiré de « l’évènementiel », à un «communicant» de compétition pour reprendre le jargon en cours ?

    La réponse est à chercher dans un curieux livre qui vient de sortir (3). En donnant ici directement la parole, non pas à l’écrivain témoin attentif, mais à Emmanuel M. lui-même : « Il faut comprendre que la matière n’est que symbolique. Tout ce qui n’est pas symbolique n’est que du temps perdu et de l’énergie gaspillée. Il y a, bien sûr, des actions à mener, des choses à bouger : c’est le symbolique et le quotidien .» .

    Le symbolisme est-il hors du champ de toute pensée médicale actuelle ? Voici la réponse lumineuse d’un grand psychiatre suisse du siècle dernier. 
« Ce que nous appelons symbole est un terme, un nom ou une image qui, même lorsqu’ils nous sont familiers dans la vie quotidienne, possèdent néanmoins des implications, qui s’ajoutent à leur signification conventionnelle et évidente. Le symbole implique quelque chose de vague, d’inconnu, ou de caché pour nous.»
«… un mot ou une image sont symboliques lorsqu’ils impliquent quelque chose de plus que leur sens évident et immédiat. Ce mot ou cette image, ont un aspect « inconscient » plus vaste, qui n’est jamais défini avec précision, ni pleinement expliqué. Personne d’ailleurs ne peut espérer le faire.
Lorsque l’esprit entreprend l’exploration d’un symbole, il est amené à des idées qui se situent au delà de ce que notre raison peut saisir.
» (4)

Une nouvelle époque est ouverte nous disent à la fois le calendrier terrestre et l’horloge exposée. Tout ce qui a précédé, avec la saga des calamiteuses solutions anciennes à nos problèmes, vient de prendre un coup de vieux irréversible. Demain, quel qu’il soit, et, faute de compétence, je ne me risquerais pas à en pronostiquer le contenu, sera un jour nouveau. Enfin.

Notes de l’auteur :

(1) Dans un graphisme souvent hermétique quand elle est manuscrite. Et, hélas, complétée par une paperasserie numérisée tatillonne et chronophage.



(2) Avec, en particulier, le Mécanisme d’Incitation à la Cessation d’Activité ( MICA) poussant à la préretraite les praticiens dès 57 ans. En 2017, l’âge moyen des généralistes en France est de … 52 ans.



(3) Philippe Besson « Un personnage de roman», Julliard, 2017. Emmanuel  Macron y est nommé Emmanuel M.


 (4) C.G. Jung « L’homme et ses symboles » , Robert Laffont, 1964 p 20/21.

- Voir aussi F-M Michaut, « Le briseur de cloisons », LEM 853, 17 mars 2014.  http://www.exmed.org/archives14/circu853.htmlhttp://www.exmed.org/archives14/circu853.html

 


 Os Court :

 «  La vérité monte d’un coup d’aile jusqu’au symbole.» 
Carl Gustav Yung 

 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le docteur Macron prescrit ( LEM 1034)

La monnaie de notre pièce
 (Exmed)

La monnaie de notre pièce


Irma d’abord, puis Maria font leur travail d’ouragans tropicaux sur les Caraïbes. Au même moment, comme pour bien marquer le coup, Mexico, sans aucune surprise pour les vulcanologues, connait un séisme de grande ampleur. Pain bénit pour les vendeurs d’images de la misère humaine.  Compteurs macabres affamés de chiffres pour faire peur; Commentaires désolants de superficialité. La planète Terre – à défaut de quelque Dieu vengeur tirant les ficelles- aurait-elle quelque chose contre ses habitants humains ? Ce qui frappe, ce sont les dégâts matériels et humains dans les habitations urbaines, dont ces couteux hôpitaux dont nous sommes si fiers.


  Deux chiffres. Démographie de Porto Rico : 1765, 44 883 habitants et, en 2016 : 3 411 307. Démographie de Mexico : environ 20 millions d’habitants, et pour le Mexique, en 1940 13,6 millions d’habitants et en 1970 : 97,5 millions.

   Qu’est-ce qui nous pousse depuis si longtemps, si ce n’est un espoir de devenir moins misérables, à avoir le plus d’enfants possible ? Ayons au moins la décence quand nos politiques tournent au drame de ne pas nous leurrer avec des mesurettes préventives qui ne peuvent rien résoudre.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 22-24 septembre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La monnaie de notre pièce
 (Exmed)

Au sein du débat ( Exmed)

Au sein du débat


Un plaidoyer sur la nécessité de débattre a été publié le 11 septembre 2017 sur ce site ( LEM 1032). La question de la pertinence des dépistages en médecine se pose toujours au niveau planétaire. Notre amie Cécile Bour travaille sans relâche à une pathologie qui touche tout le monde : les cancers du sein et leur prévention. La France défend une doctrine officielle dont il est  indispensable de débattre aussi scientifiquement que possible pour en vérifier le bien-fondé. Alors, lisez et faites lire largement autour de vous ce document parfaitement clair : Analyse critique du nouveau livret de l’Institut national du cancer (INCA). Des croyances passées dominantes au tamis des connaissances les plus récentes.
    Mise en garde. Lecture fortement déconseillée à ceux qui savent tout.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed  20-21 septembre 2017

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Au sein du débat ( Exmed)

GAFAM MAGAF – LEM 1033

Commentaires fermés sur GAFAM MAGAF – LEM 1033

Pauvre Bouddha (Exmed)

Pauvre Bouddha


    Curieux animaux tueurs que nous sommes demeurés ! Les adeptes de la religion bouddhiste constituent la grande majorité de la population birmane. La crise déjà ancienne des Rohingya, dont le grand tort est d’être musulmans sunnites, est troublante.

   Que le précepte fondateur du respect de toute forme de vie puisse conduire à l’élimination organisée d’une population d’une autre religion est incompréhensible.
Même pour les descendants des auteurs du massacre de la Saint-Barthélémy.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 15-17 septembre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pauvre Bouddha (Exmed)

Surdiagnostic (Exmed)

 

Surdiagnostic


Ce terme est encore peu connu. Il désigne la détection de toute maladie qui serait restée cliniquement muette tout au long de la vie d’un sujet.

La banalisation des moyens d’investigation paraclinique, la mode éthiquement douteuse des bilans de toute sorte alimentent ces surdiagnostics. Avec leur double conséquence : les surtraitements inutiles et redoutables et les conséquences psychologiques destructives des surtraités..
Au Royaume-Uni ( GhanouniA. Et coll. : Comparing perceived clarity of information on overdiagnosis used for breast and prostate cancer screening in England: an experimental survey ), plus de la moitié du public ne comprend pas cette notion.

En France, qu’en est-il au niveau des soignants eux-mêmes ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 13-14 septembre 2017

 

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Surdiagnostic (Exmed)

Débattre (LEM 1032)

  LEM 1032 du site Exmed

11 septembre 2017

 

 

              

 

 

 

 Débattre

                                  
               

                               François-Marie Michaut

    
Ne vous arrive-t-il pas de tomber en arrêt sur un mot, comme un chien de chasse devant un gibier ? Aucune raison consciente, aucun impératif pratique immédiat en vue : quelque chose semble s’imposer de lui-même. Deux options sont possibles. Soit rejeter sans ménagement l’importun, soit se risquer intellectuellement à prendre la piste inattendue qui s’ouvre ainsi.

Débattre m’est un jour apparu sans crier gare. Il y a de la bataille, comme de la battue ou du battage là dedans. De la force et même de la violence. Surgissent vite quelques cousins de la même famille comme combattre, rebattre, rabattre ou, pour notre grand plaisir ébattre (1).
Se souvient-on que de 1789 à 1944 exista un journal des débats où publièrent, notamment, Honoré de Balzac, Victor Hugo où Eugène Sue ? Naissance avec la Révolution, disparition à la Libération pour accusation de collusion avec la France de Vichy.

 
      Débattre, c’est parler ensemble d’un sujet bien précis. Ce peut être scientifique, dans des revues ou des congrès, au café, dans une salle de réunion, ce peut être parlementaire, c’est aussi judiciaire au cours des procès. La pratique est donc encore bien vivace depuis celui, plus que bimillénaire, des places publiques des cités de l’antiquité gréco-romaine. Les récents débats télévisés des élections américaines et françaises laissent sceptiques les observateurs attentifs. Chacun n’est là que pour faire valoir la supériorité des projets qu’il personnalise. D’échanges, il n’y en a pas, si ce n’est pour combattre l’autre en face en le déstabilisant aux yeux de l’opinion des spectateurs électeurs. Jamais d’issue dans ce style de débat, chacun reste sur ses positions : le seul vainqueur est issu des urnes.

      Discuter à perte de vue, comme le faisaient jadis les scholastiques des universités médiévales n’est plus de notre époque,  se voulant pratique et efficace dans l’action. Rendement économique oblige. Il y a belle lurette que les médecins n’invoquent plus pour se les opposer les écrits d’Aristote, de Maïmonide  ou d’Hippocrate !
Débattre mérite un autre sort en 2017. Pour beaucoup la vie est un combat, alors on se bat avec tout et avec (presque) tout le monde, y compris contre soi-même. La Terre ne cesse de connaitre des guerres et des affrontements : la violence se porte très bien. Les menaces terrifiantes d’armes de destruction massive, nucléaire, chimique ou bactériologique s’entrecroisent entre nos nations pas du tout unies.

   Accepter de s’asseoir ensemble en accordant à l’autre la dignité d’interlocuteur quelles que soient les divergences est le principe fondateur de toute diplomatie. Souvenons-nous quelle langue fut utilisée longtemps : le français du 17ème siècle aux années 1920. Les mots, leur musique, leur richesse ont donc toute leur importance pour que les points de vue puissent s’exprimer au mieux. Nous avons la chance d’avoir cet héritage remarquable

    Parce que débattre, le verbe nous le dit tout net, c’est sortir de la destruction que comporte toute bataille. Comme jamais, partout, pour tous et sur tous les sujets (2) la culture du débat mérite d’être promue. Peu importe qu’elle conduise à un accord, à un compromis ou à une fin de non recevoir. Ce ne sont que des réalités d’un instant, aussi fluctuantes dans le temps que l’est notre monde vivant. Naissance, vie, mort se renouvelant en des cycles permanents : la biologie ne nous dit rien d’autre.

  Ces considérations sur un simple verbe semblent un peu absconses au lecteur ? Alors, pour la détente, un tout petit conseil pour éviter la noyade. Ne pas se débattre.

Notes:
(1) Se détendre en gesticulant, en courant, etc. ; folâtrer, jouer . affirme le dictionnaire Larousse. On n’oublie pas pour autant les ébats amoureux.

(2) C’est, hélas, l’attitude que refusent avec tant de violence tous les intégrismes. Les religieux de tous les temps, nous le savons bien, n’étant pas les moins meurtriers.

Os Court :

 «   Il vaut mieux débattre d’une question sans la régler que la régler sans en avoir débattu » 


 Joseph Joubert (1754-1824)
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Débattre (LEM 1032)

Irma la (pas) douce (du tout) – Exmed

Irma la (pas) douce (du tout)


L’ouragan le plus violent qu’ait jamais subi l’Atlantique osent écrire des commentateurs. Comme s’ils avaient la connaissance de tout ce qui s’est passé sur la terre depuis sa formation. Madame Hidalgo, maire de Paris, incrimine sans tarder le seul réchauffement climatique lié aux activités humaines.  Le Président Emmanuel Macron a demandé qu’on se consacre aux « causes profondes qui créent ce type d’évènement».  

   Et bien, allons-y. Mais attention. Que les éléments naturels puissent connaitre des états paroxystiques puis des accalmies ( tout comme les êtres vivants au cours de leur vie ) n’a rien de surprenant. Les populations locales des iles tropicales savaient jadis fort bien prévoir ces ouragans et s’en protéger. Le drame auquel nous venons d’assister est directement lié à ce que nous, les hommes, avons créé comme société. Argent à gagner rapidement en colonisant sans la moindre réflexion de merveilleux bords de mer. Urbanisation galopante, spéculation immobilière et commerciale sans aucune retenue, invasion touristique, nous payons le prix fort de la quintessence de notre culte de la consommation.

    La réalité a pulvérisé les promesses idylliques du rationalisme matérialiste qui a muselé nos consciences. Là, on y est bien dans les «causes profondes» d’Irma.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 8-10 septembre 2017

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Irma la (pas) douce (du tout) – Exmed

Corée du Nord, état de santé
 (Exmed)

 

 

 

 Corée du Nord, état de santé


Les agitations nucléaires largement médiatisées de la Corée du Nord font peur à tout le monde. Brandir des diagnostics psychiatriques lourds contre son dirigeant ne change rien à la réalité. Quel est l’état réel des habitants de ce pays ? Comment mangent-ils, ou non, comment peuvent-ils, ou pas, se soigner ? De quel degré de liberté peuvent jouir les soignants, médecins et surtout psychiatres en tête ?  Si un leader politique ne peut pas être une nation, un pays n’est jamais réductible à son seul chef d’État.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 6-7 septembre 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Corée du Nord, état de santé
 (Exmed)

RESCAPÉ (LEM 1031)

Commentaires fermés sur RESCAPÉ (LEM 1031)

Connectibilité problématique


 

 

Connectibilité problématique


Le Particulier n° 1136 fait ses choux gras des innovations numériques revendiquant une amélioration de l’état de santé pour leurs utilisateurs. L’offre est considérable : ce qu’il faut bien nommer les marchands de santé se déchaînent sans retenue.
  Pouvoir surveiller en permanence ses constantes biologiques, sa tension, sa balance calorique , avoir la possibilité d’un avis médical 24 heures sur 24, disposer d’un traitement automatique en fonction des symptômes, du rendez-vous le plus rapide auprès d’un spécialiste.
 
   Tout, tout, tout, vous aurez tout sur la santé aurait chanté avec un franc éclat de rire Pierre Perret. En cherchant bien, pas l’ombre d’un objet connecté ou d’une application vaccinant contre l’imposture.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 1-3 septembre 2017

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Connectibilité problématique


Fric-frac carabiné

 

 

Fric-frac carabiné


   Précisions pour nos lecteurs lointains francophiles. Un fric-frac, en argot désuet, est un cambriolage. Un carabin est la dénomination populaire d’un étudiant en médecine. En France, l’enseignement médical depuis Napoléon 1er est exclusivement assuré par l’Etat, et les frais d’inscription demeurent accessibles à tous. Selon les échos de la presse, des associations d’étudiants affirment qu’il en est tout autrement pour la première année des études médicales.

     Il serait nécessaire pour les familles de débourser environ 6000 euros pour tenter le concours de fin d’année qui laisse sur le carreau… 85% des candidats. Inadmissible racket de toute une jeunesse tournée vers les autres que ce qui se passe dans la plus grande hypocrisie générale.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 30-31 août 2017

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Fric-frac carabiné

La dictature des algorithmes (LEM 1030)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1030
  http://www.exmed.org/archives17/circu1030.html

    28 août 2017

                                          

                         La dictature des algorithmes

                                  
               


                                        Docteur François-Marie Michaut


   Il est des gros mots qui ont le pouvoir de vous clouer le bec avant même que vous ayez pu l’ouvrir. Ainsi en est-il de celui d’algorithme.
Pour des oreilles médicales, la dissection du mot oriente sur une piste trompeuse. Celle des algies (algo). Que  vient donc faire la douleur dans cette galère ? Et bien rien du tout. Quant à la terminaison du vocable, au prix du remplacement du i par un i grec, elle branche les professionnels du stéthoscope vers une idée de pulsation. Rien à faire, même avec beaucoup d’imagination, ce mot savant au fort parfum technologique ne veut pas livrer ainsi son secret.

Quelques clics sur wiki https://fr.wikipedia.org/wiki/Algorithme, et on y voit plus clair. « Un algorithme est une suite finie et non ambigüe d’opérations ou d’instructions permettant de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat.». Vous avez tout compris ? Moi non plus. Allons un peu plus loin : « Le mot algorithme vient du nom arabe du mathématicien perse du IXème siècle Al-Khwârizmî.». Fiat lux.

Alors tous ces algorithmes dont on nous vante la puissance inégalable pour résoudre nos problèmes les plus complexes, qu’est ce que c’est vraiment ? Donnons la parole à Gérard Berry lien: https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Berryhttps://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Berry , chercheur en science informatique : « Un algorithme, c’est tout simplement une façon de décrire dans ses moindres détails comment procéder pour faire quelque chose. Il se trouve que beaucoup d’actions mécaniques, toutes probablement, se prêtent bien à une telle décortication. Le but est d’évacuer la pensée du calcul, afin de le rendre exécutable par une machine numérique (ordinateur…). On ne travaille donc qu’avec un reflet numérique du système réel avec qui l’algorithme interagit.».

Traduisible ou nom en équations, nous voici dans un monde étrange. Celui où, pour obtenir «des résultats», notre cerveau est prié de réduire sa perception de la réalité au seul reflet que peut traiter nos chères machines.

Réduction séduisante pour pouvoir nager dans la complexité de tout ce qui nous entoure que nous révèlent chaque jour les sciences et les techniques. Mais, et je pense que beaucoup de cliniciens par leur vécu quotidien en sont persuadés, réduction aliénante.
Alors, tant pis pour les prévisions météorologiques, les orientations des politiques sanitaires, les plans d’action pour notre avenir, une prise de conscience s’impose. Sa Majesté L’Algorithme est un dictateur d’autant plus redoutable qu’il est virtuel. Sa technique : mettre à la poubelle de l’inexistant tous les aspects « ambigüs» (1) de la réalité que la Machine est incapable de comprendre.
Le monde des soins de santé est-il déjà tellement algorithmé qu’il soit incapable de penser autrement ? Un dernier clin d’oeil  au prémonitoire Parc de la Pensée de Philippe Guillemant lien : http://www.exmed.org/archives16/circu946.html, spécialiste de l’intelligence artificielle, régulièrement cité ici.

Note de l’auteur :
(1) Il y a là une négation du réel échappant à toute logique. Ne peuvent pas exister, «algoritmiquement» parlant, ce que nous ne savons pas encore, ou même, ce qui n’a rien de farfelu, ce que d’autres civilisations ont su et que nous ne savons plus.

    
Os Court :

 «  Les algorithmes proposent des prévisions du futur qui ressemblent à un passé calculé. »  
 Dominique Cardon


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La dictature des algorithmes (LEM 1030)

Monde de plus en plus violent ? (Co Exmed)

 

 

Monde de plus en plus violent ?


   Le bombardement médiatique quotidien ne sachant jouer que sur l’émotion alimente, images choc à l’appui, l’idée que nos sociétés sont de plus en plus soumises à la violence la plus meurtrière.  Effet collatéral de « l’état de guerre» pour lutter contre le terrorisme islamique ?
Que disent les faits ? Selon l’article Wikipedia « mortalité dans le monde»  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortalit%C3%A9_dans_le_monde , ce sont les maladies qui nous tuent le plus. Maladies cardiovasculaires et dégénératives en tête pour les plus riches, et pathologies infectieuses et parasitaires partout ailleurs.
Arrive largement en dernière cause de décès répertoriée par les organismes internationaux ( la 40 ième)  les guerres. Un ordre de grandeur pour fixer les idées ? Environ 1% des 57 millions de  morts comptabilisés en 2008.
Juste pour mémoire, les nouveaux petits terriens en 2014 ont été 139 millions.  https://www.planetoscope.com/natalite/16-naissances-dans-le-monde.html



Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 25-27 août 2017

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Monde de plus en plus violent ? (Co Exmed)

Pire que les enfants soldats (Exmed)

23-24 août 2017


 

Pire que les enfants soldats 


L’UNICEF à Genève selon l’agence AFP le 22 août 2017 tire la sonnette d’alarme. Il y a de plus en plus d’enfants, surtout de filles, qui sont utilisés au sud du Lac Tchad comme bombes humaines. Le groupe Boko Haram – comprendre l’éducation occidentale est un péché – sème ainsi la terreur, entrainant un exil de 1,7 millions de personnes et une famine pour 450 000 enfants.
Quel ouragan d’indignation – parfaitement justifiée-  aurait saisie l’opinion publique si une telle sauvagerie avait eu lieu plus près de chez nous ! Le péché d’aller à l’école en 2017, par exemple pour savoir soigner les autres, on laisse passer sans rien dire, sans rien faire ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 23-24 août 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pire que les enfants soldats (Exmed)

Accident routier (LEM 1029 )

Commentaires fermés sur Accident routier (LEM 1029 )

Pouvoirs publics ou pouvoir privé ? LEM 1028

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1028
  http://www.exmed.org/archives17/circu1028.html
    13 août 2017

        
              

                  

        Pouvoirs publics ou pouvoir privé ?

                                  
               


                               Docteur François-Marie Michaut

  

       
     Elle n’est pas morte la vieille opposition entre le collectif et l’individuel, c’est à dire le public et le privé. Lequel doit primer l’autre ? Tels deux frères ennemis, ils semblent se livrer un interminable combat. Mais en silence : pas de débat public digne de ce nom. L’air du temps, pour nous depuis 1945, sous l’influence jamais démentie des élites intellectuelles nourries au biberon marxiste (1), favorise le collectif. Tout ce qui est personnel est considéré comme suspect, et le proverbe l’union fait la force est pris au pied de la lettre. La mythologie de l’équipe fédérant les forces disponibles, comme dans les sports collectifs a gagné les esprit. Brain storming, travaux de groupe, institutions, églises, partis et associations, tel est devenu notre catéchisme implicite.

   Pour tout esprit simplement curieux, des observations s’imposent. Toute découverte, en médecine comme ailleurs, ne sort que d’un cerveau qui prend la liberté de ne plus voir une chose comme les autres le font. Qu’il faille ensuite tout un dispositif, parfois fort complexe, pour aller jusqu’au bout d’une recherche ne change rien à l’affaire. Dans le domaine artistique, il n’est de créateur qu’une personne travaillant dans la solitude.

  Ce propos pourrait sembler d’ordre purement théorique, voire métaphysique, s’il n’avait pas une implication dans les soins de santé. Tel un buldozer, le système hospitalier public est parvenu en quelques dizaines d’années à prendre le contrôle de l’exercice de la médecine. De la formation universitaire, sous son monopole exclusif, à la mise en place d’établissements se prévalant de «plateaux techniques» servis par un personnel nombreux, la machine publique veut investir tous les domaines.

   Avec un échec cuisant : celui de la médecine générale. Et, que mes amis spécialistes ne s’en choquent pas, je classe dans ce tiroir, tous les praticiens exerçant individuellement. Cette survivante des temps anciens, où le médecin dans son cabinet médical, dans son quartier ou dans son village constituait un élément indispensable à la vie de ses patients. Oui, il fut un notable, souvent respecté, parfois haï, de temps en temps aimé. Fonction de facilitateur de liens sociaux,insoluble dans quelque organisation à plusieurs têtes que ce soit. Pas de nostalgie : on a tué les notables, ils avaient fait leur temps. La nature ayant, c’est bien connu, horreur du vide, quelque chose surviendra.

    Il ne serait pas stupide qu’avant même de s’engager à tenter de devenir médecin, les candidats à l’entrée en faculté se posent une question. Moi, comme je suis (pas comme je voudrais/devrais/pourrais être), quelle option me convient le mieux ? Travailler comme médecin en acceptant et en revendiquant la responsabilité d’être mon propre maître (pouvoir privé) ? Soigner les malades en me soumettant aux seules orientations exclusivement définies par les autorités sanitaires, c’est à dire les pouvoirs publics ?
Où est ma liberté d’agir selon ma conscience propre, quel prix ai-je envie (ou besoin) de la payer ? Une fois cela clairement posé, tout le reste, dans ce que cela a de plus matériel pour organiser les soins les mieux adaptés, ne peut qu’en découler.

Note :
L’Union Soviétique a été un grand vainqueur de l’Allemagne nazie. Le PC a été la force majeure de la Résistance. Avec environ un tiers du corps électoral votant communiste, il s’en est fallu d’un cheveu pour que la France ne devienne pas un pays satellite de l’URSS.

Os Court :

 «  Ceux qui pensent que le pouvoir est amusant confondent « pouvoir» et « abus de pouvoir». »  
 

André Malraux, écrivain et homme politique

  Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pouvoirs publics ou pouvoir privé ? LEM 1028

Sans instructeurs, pas d’instruction (CO Exmed)

 

Sans instructeurs,
pas d’instruction


   Ça semble tellement évident dans la vie ordinaire. Et pourtant, quand un pays aussi intelligent que le notre, voit disparaitre inexorablement ses médecins généralistes et ses spécialistes d’exercice privé, il semble ne pas voir cette lapalissade.

  Parlons clair. Seuls des médecins exerçant (encore) dans leur cabinet privé les métiers médicaux «désertés» peuvent instruire vraiment les jeunes étudiants de la réalité de leurs professions.

   Les praticiens hospitaliers en charge de l’enseignement médical ont fait un choix  fondamentalement différent. Et fort respectable. Celui de devenir des serviteurs de l’État, avec tout ce que cela comporte. Notamment le manque total de connaissance de ce que peut être l’exercice médical personnel hors du giron hospitalier.

   Comme je l’ai écrit il y a longtemps, il est insensé de demander à des pilotes chevronnés d’avions de ligne de former des capitaines de navires. Et réciproquement, n’est-ce pas ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 11-13 août 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Sans instructeurs, pas d’instruction (CO Exmed)

DEMAIN LA VEILLE (LEM 1027)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1027
 http://www.exmed.org/archives17/circu1027.html
    7 août 2017

                           
              

                               

 DEMAIN LA VEILLE

                                  
               


                                                   Jacques Grieu

  

Si le jour d’avant-hier est bien veille d’hier,
Le mot surlendemain de l’avant-veille est frère. 
Si le mot de la veille au mot demain s’oppose,
Alors celui d’hier ne sert pas à grand-chose.

Pourquoi le jour d’après, dans notre dictionnaire,
Est-il toujours placé avant le jour d’hier ?
Hier, lui, est placé après le aujourd’hui !
Passé après futur est tout aussi gratuit !

Promettre est-il toujours la veille de tenir ?
Tenir n’est pas toujours lendemain de prédire.
Entre hier et demain on rencontre aujourd’hui ;
Qui passe de la veille au présent par minuit.

Quand nos ordinateurs sont mis en mode veille
On peut se demander s’ils rêvent en leur sommeil ?
On rit le lendemain des espoirs de la veille :
L’espérance est un rêve éclipsé au soleil.

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Les choses qu’on veut faire expirent au lointain.
Quand les morts de demain vont saluer ceux d’hier,
Alors c’est la Toussaint qui nous sert de repère…

Le plus beau lendemain ne nous rend pas la veille :
On ne crée pas deux fois ce qui nous émerveille.
Les mensonges d’hier sont dogmes le matin.
Ce que j’étais hier, le serais-je demain ?

                           

 

Os Court :

 « Notre temps est précieux. Perdons plutôt le vôtre. »  
 Boris Vian


  Continuer la lecture

Commentaires fermés sur DEMAIN LA VEILLE (LEM 1027)

Médecine 1927

 

 

       Médecine 1927

   
En nous donnant comme argument massue que les adjuvants vaccinaux à base d’aluminium étaient inoffensifs pour les patients, notre ministre de la santé, et néanmoins médecin, en disant qu’ils ont quatre vingt dix ans d’âge, nous interpelle.

    En ces temps pas si lointains, nos prédecesseurs utilisaient largement, et faute de mieux, les traitements à base de mercure, de bismuth, de sels d’or, de salycilates dont plus personne ne voudrait actuellement. Fermons les yeux sur la chirurgie ou la psychiatrie. Qui se souvient encore de la fabuleuse mode qu’a eue, en ces années là, le radium comme antiasthénique, anti-vieillissement et même produit à visée cosmétique ?

    Ne serait-il pas plus simple, et plus sain, de nous dire la vérité ? Nous ne savons pas grand chose sur les effets de l’aluminium sur l’organisme humain tant les études épidémiologiques sont pauvres. Principalement faute de disposer de moyens de dosage suffisants. Et d’en tirer les conclusions qui s’imposent avant de vouloir imposer quoi que ce soit à qui que ce soit !

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 3-6 août 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Médecine 1927

Expression (LEM 1026)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1026 
http://www.exmed.org/archives17/circu1026.html
    31 juillet 2017

                           
              

                                Expression

                                  
               

                               Docteur François-Marie Michaut
  

       
 Bien que ne marchant depuis longtemps sous aucune bannière collective, je suis bien obligé d’admettre qu’il y a quelque chose d’inédit dans les prises de parole du président Macron. Peu importe ici les thèmes abordés et la valeur politique intrinsèque des orientations présidentielles. Qui est vraiment l’auteur des déclarations est secondaire. L’essentiel est ce « je ne sais quoi», difficilement analysable, qui passe à travers le langage verbal et gestuel de cet homme. Rien à voir avec les recettes de tentative de séduction, donc de manipulation, que vendent si bien les professionnels patentés de la communication.

Expression – sans la moindre surprise tant ma monomanie est flagrante- est le mot qui s’impose à moi. Voilà qui mérite une petite  dissection. La pression est là. Comme la pression artérielle est le résultat mesurable du moteur cardiaque. Retenons qu’il y a là une énergie, cette étrange force qui fait que les choses ne restent pas immobiles, mais cherchent à aller dans une certaine direction. Un traitement qualifié d’énergique parle aux oreilles médicales.

Vous me direz que nombreux sont les mots qui utilisent le même suffixe. L’impression est bien plus que la géniale invention de l’imprimerie. Sans cesse ce ressenti purement émotionnel d’une réalité interfère avec ce que nous croyons percevoir autour de nous. Ou en nous.
La suppression tranche dans le vif. Ce qui est ne doit plus être. Et pas de discussion dans les rangs.
Quant à la dépression, aussi souvent invoquée dans le parler de chaque jour, que mystérieuse dans sa genèse, elle nous interroge. Qu’est-ce que c’est que cette pression (1) défaillante qui nous est indispensable pour pouvoir fonctionner, comme le montrent les symptômes bien connus des médecins qui apparaissent quand elle n’est plus là.

Il se passe donc quelque chose qui est étranger au cadre dominant de la pensée matérialiste. Aussi génant que soit pour beaucoup ce constat, il est aussi inconfortable que bien réel.

Juste une petite pirouette pour terminer ce papier. Une simple formule de politesse, parfaitement compassée dans notre encore nouveau troisième millénaire.

Chers lecteurs, d’avoir eu la patiente courtoisie de me lire jusqu’ici, veuillez recevoir l’expression de ma considération distinguée (2).

  
 Notes :
(1) La notion d’élan vital mise en avant par Henri Bergson au siècle dernier dans le champ de la philosophie est peut-être à remettre au goût du jour.
(2) La distinction de cette considération m’a toujours parue orgueilleusement ampoulée. Suis-je le seul ?


Os Court :

 «   Des preuves, des preuves… Eh bien, qu’est-ce que ça prouve ?»  
 Alphonse Karr


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Expression (LEM 1026)

Pasteur est mort, la rage non (Exmed)

 

 

 

 

 Pasteur est mort, la rage non

En ces temps de querelles byzantines sur l’opportunité de porter à onze le nombre de vaccinations obligatoires en France, regarder plus loin n’est pas interdit.
   Ainsi au Cambodge ( Médiscoop du 25 juillet 2017), la rage tue un millier de patients par an. Faute de pouvoir accéder à la vaccination après une morsure canine, aucun traitement curatif de ce virus neurotrope  ne peut éviter la mort.

    Il y a cinquante ans, au Tchad, les autorités, faute d’autres moyens, encourageaient la destruction systématique des chiens errants par la population, enfants en tête.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 26-27 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pasteur est mort, la rage non (Exmed)

Véridique ! LEM 1025

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1025   
http://www.exmed.org/archives17/circu1025.html
    24  juillet 2017

                           
              

                              

 

 

             Véridique !

                                  
               


                               Jacques Grieu

   
C’est du latin verus, parti à la dérive,
Que dame vérité aborda sur nos rives.
Sortit-elle du puits comme on l’a affirmé ?
Si c’est vrai, en sortant, elle s’est donc mouillée !

Vérité en deçà et erreur au delà,
Du haut des Pyrénées, Pascal avait vu çà.
Et pourtant, on le dit, jamais il n’y alla ;
C’est là qu’est le génie des très grands d’ici-bas.

Deux demi vérités ne font pas vérité,
Et font même un mensonge, un mensonge complet.
La vérité n’est pas, non plus, dans l’aphorisme,
Qui n’en est que moitié ou un double truisme.

Nos quatre vérités, on croit bien les connaître,
Mais on devrait s’attendre à voir d’autres paraître ;
D’ailleurs, ma vérité n’est pas non plus la vôtre :
La vérité d’autrui en est toujours une autre.

Mensonge ou vérité ? L’art exploite les deux…
Ou plusieurs vérités si on aime ça mieux.
Car si la vérité était toujours la même,
Comment peindre cent toiles avec un même thème ?

Mensonges du matin font vérités du soir,
Quand c’est le dictateur qui raconte l’Histoire.
La règle, c’est l’erreur, on se trompe toujours :
La vérité n’est donc qu’accident de parcours.

D’avoir la vérité, les hommes ont grand besoin ;
Mais du mensonge aussi, ils ne veulent pas moins.
Mensonge à proclamer, vérité à cacher ?
Le poète est menteur qui dit la vérité…

  

 

Os Court :

 « La vérité, c’est ce qui m’arrange.»  
 Wolinski


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Véridique ! LEM 1025

Deux en un. LEM 1024

LEM n° 1024


http://www.exmed.org/archives17/circu1024.html
    17 juillet 2017

                            Autodérision toujours LEM 1024


Plus on exerce des métiers de haute responsabilité moins il faut négliger un guide d’action majeur. Peu importe que les sots , ou les trop coincés dans un rôle qui leur est imposé, voient dans l’autodérision une atteinte à une prétendue «dignité».
Voici, proposé par Cécile Bour, une savoureuse mise en boite de nos comportements collectifs.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 17-18 juillet 2017
              

                              Deux en un

                                  
               

                               Docteur  Cécile Bour


   Os Court :

 «   On a fait de moi un personnage dont je refuserais de serrer la main.»  
 Jean Cocteau
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Deux en un. LEM 1024

Simple opinion et plein de questions (Exmed)

12-14 juillet 2017


                      Simple opinion et plein de questions

 

«Certains Français ont du mal à accéder à un médecin pour des raisons financières», déclare Agnès Buzyn , médecin hospitalier universitaire de la fonction publique hospitalière et ministre de la santé, au micro de RTL le 10 juillet 2017.


Combien de fois dans sa carrière médicale a-t-elle rencontré un patient ou une famille qui a renoncé à consulter un médecin personnel parce qu’il ne pouvait pas payer les honoraires ?


Combien de fois, au lieu d’écouter des doléances de malades supposées véridiques, a-t-on pris la peine de faire une enquête rigoureuse auprès des médecins de ville et des campagnes pour établir deux faits :

- Combien de patients avez-vous soigné sans leur demander le moindre paiement ?

- Combien de fois avez-vous accepté que des patients vous règlent seulement quand ils sont «remboursés» par l’assurance maladie ?

– Combien de patients avez-vous refusé de recevoir parce qu’ils n’avaient pas d’argent ?



Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 12-14 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Simple opinion et plein de questions (Exmed)

Les virus ont-ils une racine ? LEM 1023

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1023 http://www.exmed.org/archives17/circu1023.html
    10 juillet 2017

                           
              
           


                                 Les virus ont-ils une racine ?
                                  
               


                                       Docteur François-Marie Michaut
  

    
 L’Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies (OMS), dans sa communication souvent grandiloquente, nous parle d’éradication des maladies virales. Eradiquer, le mot le dit, c’est enlever la racine. Ce qui est fatal à nos cousins végétaux comme à nos dents. Question simple : qu’est-ce que c’est que cette racine des virus ? La savante virologie parle de réservoirs et identifie depuis longtemps des vecteurs. Mais pas la moindre allusion à ce qui pourrait constituer un système racinaire.

   Dans le blog du Monde « Passeurs de sciences » du 8 juillet 2017, Pierre Barhélémy écrit : «  une équipe canadienne a pu synthétiser  asse facilement un cousin du terribe ( et éradiqué )  virus de la variole » . Quelle peut bien être la motivation de ces chercheurs pour aller titiller ce virus, qui a toujours, les historiens en attestent; un redoutable compagnon de nos sociétés humaines ?
 La réalité a voulu que, bien malgré moi, je sois le dernier médecin français à avoir du affronter une épidémie de variole (1).  C’était en 1967, au bord du Lac Tchad, au milieu de nulle part. 25% de mortalité dans un groupe de  pélerins se rendant par caravane du Nigeria voisin à la Mecque.

Quand on a une idée de la vitesse comparative de multiplication des micro-organismes et de nous les vertébrés, nous demeurons des nains en matière de capacité de modifications génétiques.
Pouvons-nous cesser enfin de confondre ce qui n’est que des croyances avec ce que montrent des observations scientifiquement démontrées ? Qui peut affirmer qu’un virus quelconque ( poliomyélite, fièvre jaune, variole ou tout autre) a totalement et définitivement disparu de la planète, pourquoi et par quel mécanisme ?

Note :
Michaut F.,  Pratique médicale au Lac Tchad en 1966-1967, thèse de doctorat en médecine, Paris 1969, dactylographiée.                       

  

 

Os Court :

 «  Il pense par contagion et attrape une opinion comme un rhume.»  
 John Ruskin


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les virus ont-ils une racine ? LEM 1023

Flop tabagique des ponctions d’argent- CO Exmed

Flop tabagique des ponctions d’argent
 
   Combien d’années faudra-t-il encore à nos préventologues de bureau pour comprendre :

- que l’addiction massive à la fumée de tabac a été une retombée de la guerre des tranchées, il y a un siècle. Avec un rebond redoutable à la fin de la dernière guerre mondiale, fort juteux pour les caisses publiques avec le monopole d’Etat de la production de l’importation et de la vente de l’herbe à Nicot.

-  que, par pur effet mimétique, l’usage du tabac est depuis les années 1990 en voie de disparition progressive chez les citoyens les plus favorisés socialement.

- que le recours à la nicotine constitue une des ultimes tentatives d’automédication ( hélas trompeuse et dangereuse ) de ceux d’entre nous qui vont le plus mal socialement, médicalement et économiquement.


   Augmenter sans arrêt le prix de ce toxique légal sans prendre en compte que ce sont les plus malheureux qu’on condamne ainsi à la double peine est profondément injuste. Faire payer pour obtenir un changement de mode de vie, ces gens sont hors de toute réalité !

 Les fraudeurs de tout poil ont un boulevard on ne peut plus rentable devant eux.
    À quand les ramasseurs de mégots ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 7-9 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Flop tabagique des ponctions d’argent- CO Exmed

Former des médecins autonomes – CO Exmed

 

Former des médecins autonomes

    
Peut-on résoudre l’épisode français actuel dit de «la désertification médicale» sans pouvoir disposer d’un nombre suffisant de médecins spécialement formés pour vivre sereinement un exercice médical autonome ? Je veux dire par là qui sorte du modèle hospitalier collectif, ou de ses pseudopodes technoscientifiques sous haute dose de surveillance administrative déresponsabilisante.

  
Oui, c’est un rude chantier à contre courant qui demande beaucoup de temps, beaucoup d’argent et beaucoup de courage pour que puissent naitre et se développer des pratiques centrées sur l’humain. Le plus difficile n’est-il pas de trouver un corps de formateurs capables de mener à bien un tel chantier ? Car, hélas, il ne peuvent venir des rangs des hospitaliers ou des universitaires.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 30 juin – 2 juillet 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Former des médecins autonomes – CO Exmed

De la merde, ce médicament, CO Exmed

De la merde, ce médicament

     Il y a un demi siècle, je fus outré de voir soigner des nombrils de nouveaux nés ou de multiples plaies infectées par des emplâtres à base d’argile et… de bouse de vache. Et pas le moindre cas d’infection ou de septicémie chez ces malades africains.

     LE MONDE SCIENCE ET TECHNO du 26 juin 2017 fait état de 90% de résultats favorables dans des récidives d’infections intestinales dues au redoutable Clostridium difficile. La terreur des infectiologues. Comment ? Par la transplantation de microbiote fécal (TMF). Nom savant pour dire que le médicament est tout simplement la merde d’un sujet normal déposée dans l’intestin du malade.
Il est vrai qu’avec 100 000 milliards de micro-organismes, notre microbiote intestinal n’a probablement pas fini de nous surprendre.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 28-29 juin 2017  www.exmed.orgContinuer la lecture

Commentaires fermés sur De la merde, ce médicament, CO Exmed

En vérité LEM 1021

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1021
    http://www.exmed.org/archives17/circu1021.html
    26  juin 2017

                           
              
                              En vérité …
                                  
               

                              Docteur François-Marie Michaut
  
                       « En vérité, je vous le dis », ainsi, selon la traduction actuelle des évangélistes, commençaient tous les sermons publics de Jésus. Une ordinaire expérience de pratique médicale au siècle dernier m’a conduit à une affirmation paradoxale : la vérité n’est jamais vraie. Dans le fonctionnement de l’humain, de la naissance à la mort, rien n’est jamais stable, définitif et immuable.

Ce qui est vrai –  c’est le sens de vérité – est-il accessible au cerveau humain ? Sommes-nous capables d’avoir conscience et connaissance de l’intégralité d’un aspect de la réalité ? Les limites bien connues des organes des sens ( vision, audition, olfaction, toucher)  d’Homo Sapiens  sèment le doute.

Les neurosciences et leurs merveilleuses machines à produire des images ne sont pas très bavardes sur cette question. Pas de centre cérébral spécifique, pas de molécule, de neuromédiateur ou de gène «véridique» à nous mettre sous la dent. La pensée matérialiste butte sur un mur, conduisant plus d’un esprit à la conclusion métaphysique désespérante que la vérité n’existe pas. Comme si, bel orgueil anthropomorphique, non atteignable signifiait inexistante.

Il me fut fait cadeau au cours de mes études de volumes de pathologie médicale et chirurgicale des années 1930. Ce qui m’a frappé, c’est que la cause affirmée ex cathedra de pratiquement toutes nos maladies se résumait à la tuberculose et à la syphilis. C’était la vérité du moment, et comme le petit ignorant prétentieux que j’étais, j’ai trouvé que les vieux étaient quand même bien ridicules !

La vérité, et pas seulement dans les enquêtes policières, on en besoin. On ne cesse de courir après. Un peu comme le navigateur le fait avec la ligne d’horizon.  Temporaire, fragile, limitée, toujours remise en question, un peu à l’image du monde du vivant, ainsi nous apparait-elle.

Les religions, c’est leur grande force, se sont toujours présentées comme les détentrices exclusives de la vérité ultime : la Vérité. Il est aisé pour tout humain non inféodé à une révélation de faire le rapprochement entre la notion de Dieu et la notion de Vérité.
 Faut-il conclure sur un point de suspension cette lettre en levant nos verres avec la formule bacchique bien connue : In vino veritas ? 

  

 

Os Court :

 «  De temps en temps, les hommes tombent sur la vérité. La plupart se relèvent comme si rien n’était. » 

 Winston Churchill

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur En vérité LEM 1021

Confiance- CO Exmed

Confiance


Faut-il rayer le mot confiance de notre vocabulaire ? N’est-il finalement pas totalement infantile d’accorder sa confiance à qui que ce soit ? Avoir foi en quelqu’un ou quelque chose – n’est-il pas prendre le risque de se faire tromper ?


Question de confiance demandent les parlementaires pour les renverser quand leurs ennemis perdent toute crédibilité dans leurs actions gouvernementales.


 À quelle vie sociale nous condamnons nous quand la méfiance est devenue la valeur dominante ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 23-25 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Confiance- CO Exmed

Le piège cartésien – CO Exmed

  

Le piège cartésien


On l’aime bien, en France, notre père Descartes. Le côté carré de sa méthode, du moins telle que nous la comprenons, nous les non philosophes, nous rassure dans notre rationalité de soignants. René, pardon de cette familiarité, nous a appris qu’en face de réalités compliquées, la bonne façon de faire était de les découper en petits morceaux pour pouvoir les comprendre.

      Ainsi fit la médecine en développant toutes ses spécialités. Résultats spectaculaires. En bien comme en mal.
 La toxicité, c’est qu’ainsi on érige des frontières de plus en plus étanches dans la connaissance qui ne peuvent conduire, notion de front oblige, qu’à des affrontements. Toute division est un bouillon de culture dans les relations humaines conduisant à des guerres. Ce qui se passe actuellement d’inédit  du côté de la politique avec le système des partis ( diviser en parties)  volant en éclats en est l’illustration.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 21-22 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le piège cartésien – CO Exmed