Archives de l’auteur : Effet Mem

Accident routier (LEM 1029 )

Commentaires fermés sur Accident routier (LEM 1029 )

Pouvoirs publics ou pouvoir privé ? LEM 1028

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1028
  http://www.exmed.org/archives17/circu1028.html
    13 août 2017

        
              

                  

        Pouvoirs publics ou pouvoir privé ?

                                  
               


                               Docteur François-Marie Michaut

  

       
     Elle n’est pas morte la vieille opposition entre le collectif et l’individuel, c’est à dire le public et le privé. Lequel doit primer l’autre ? Tels deux frères ennemis, ils semblent se livrer un interminable combat. Mais en silence : pas de débat public digne de ce nom. L’air du temps, pour nous depuis 1945, sous l’influence jamais démentie des élites intellectuelles nourries au biberon marxiste (1), favorise le collectif. Tout ce qui est personnel est considéré comme suspect, et le proverbe l’union fait la force est pris au pied de la lettre. La mythologie de l’équipe fédérant les forces disponibles, comme dans les sports collectifs a gagné les esprit. Brain storming, travaux de groupe, institutions, églises, partis et associations, tel est devenu notre catéchisme implicite.

   Pour tout esprit simplement curieux, des observations s’imposent. Toute découverte, en médecine comme ailleurs, ne sort que d’un cerveau qui prend la liberté de ne plus voir une chose comme les autres le font. Qu’il faille ensuite tout un dispositif, parfois fort complexe, pour aller jusqu’au bout d’une recherche ne change rien à l’affaire. Dans le domaine artistique, il n’est de créateur qu’une personne travaillant dans la solitude.

  Ce propos pourrait sembler d’ordre purement théorique, voire métaphysique, s’il n’avait pas une implication dans les soins de santé. Tel un buldozer, le système hospitalier public est parvenu en quelques dizaines d’années à prendre le contrôle de l’exercice de la médecine. De la formation universitaire, sous son monopole exclusif, à la mise en place d’établissements se prévalant de «plateaux techniques» servis par un personnel nombreux, la machine publique veut investir tous les domaines.

   Avec un échec cuisant : celui de la médecine générale. Et, que mes amis spécialistes ne s’en choquent pas, je classe dans ce tiroir, tous les praticiens exerçant individuellement. Cette survivante des temps anciens, où le médecin dans son cabinet médical, dans son quartier ou dans son village constituait un élément indispensable à la vie de ses patients. Oui, il fut un notable, souvent respecté, parfois haï, de temps en temps aimé. Fonction de facilitateur de liens sociaux,insoluble dans quelque organisation à plusieurs têtes que ce soit. Pas de nostalgie : on a tué les notables, ils avaient fait leur temps. La nature ayant, c’est bien connu, horreur du vide, quelque chose surviendra.

    Il ne serait pas stupide qu’avant même de s’engager à tenter de devenir médecin, les candidats à l’entrée en faculté se posent une question. Moi, comme je suis (pas comme je voudrais/devrais/pourrais être), quelle option me convient le mieux ? Travailler comme médecin en acceptant et en revendiquant la responsabilité d’être mon propre maître (pouvoir privé) ? Soigner les malades en me soumettant aux seules orientations exclusivement définies par les autorités sanitaires, c’est à dire les pouvoirs publics ?
Où est ma liberté d’agir selon ma conscience propre, quel prix ai-je envie (ou besoin) de la payer ? Une fois cela clairement posé, tout le reste, dans ce que cela a de plus matériel pour organiser les soins les mieux adaptés, ne peut qu’en découler.

Note :
L’Union Soviétique a été un grand vainqueur de l’Allemagne nazie. Le PC a été la force majeure de la Résistance. Avec environ un tiers du corps électoral votant communiste, il s’en est fallu d’un cheveu pour que la France ne devienne pas un pays satellite de l’URSS.

Os Court :

 «  Ceux qui pensent que le pouvoir est amusant confondent « pouvoir» et « abus de pouvoir». »  
 

André Malraux, écrivain et homme politique

  Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pouvoirs publics ou pouvoir privé ? LEM 1028

Sans instructeurs, pas d’instruction (CO Exmed)

 

Sans instructeurs,
pas d’instruction


   Ça semble tellement évident dans la vie ordinaire. Et pourtant, quand un pays aussi intelligent que le notre, voit disparaitre inexorablement ses médecins généralistes et ses spécialistes d’exercice privé, il semble ne pas voir cette lapalissade.

  Parlons clair. Seuls des médecins exerçant (encore) dans leur cabinet privé les métiers médicaux «désertés» peuvent instruire vraiment les jeunes étudiants de la réalité de leurs professions.

   Les praticiens hospitaliers en charge de l’enseignement médical ont fait un choix  fondamentalement différent. Et fort respectable. Celui de devenir des serviteurs de l’État, avec tout ce que cela comporte. Notamment le manque total de connaissance de ce que peut être l’exercice médical personnel hors du giron hospitalier.

   Comme je l’ai écrit il y a longtemps, il est insensé de demander à des pilotes chevronnés d’avions de ligne de former des capitaines de navires. Et réciproquement, n’est-ce pas ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 11-13 août 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Sans instructeurs, pas d’instruction (CO Exmed)

DEMAIN LA VEILLE (LEM 1027)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1027
 http://www.exmed.org/archives17/circu1027.html
    7 août 2017

                           
              

                               

 DEMAIN LA VEILLE

                                  
               


                                                   Jacques Grieu

  

Si le jour d’avant-hier est bien veille d’hier,
Le mot surlendemain de l’avant-veille est frère. 
Si le mot de la veille au mot demain s’oppose,
Alors celui d’hier ne sert pas à grand-chose.

Pourquoi le jour d’après, dans notre dictionnaire,
Est-il toujours placé avant le jour d’hier ?
Hier, lui, est placé après le aujourd’hui !
Passé après futur est tout aussi gratuit !

Promettre est-il toujours la veille de tenir ?
Tenir n’est pas toujours lendemain de prédire.
Entre hier et demain on rencontre aujourd’hui ;
Qui passe de la veille au présent par minuit.

Quand nos ordinateurs sont mis en mode veille
On peut se demander s’ils rêvent en leur sommeil ?
On rit le lendemain des espoirs de la veille :
L’espérance est un rêve éclipsé au soleil.

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Les choses qu’on veut faire expirent au lointain.
Quand les morts de demain vont saluer ceux d’hier,
Alors c’est la Toussaint qui nous sert de repère…

Le plus beau lendemain ne nous rend pas la veille :
On ne crée pas deux fois ce qui nous émerveille.
Les mensonges d’hier sont dogmes le matin.
Ce que j’étais hier, le serais-je demain ?

                           

 

Os Court :

 « Notre temps est précieux. Perdons plutôt le vôtre. »  
 Boris Vian


  Continuer la lecture

Commentaires fermés sur DEMAIN LA VEILLE (LEM 1027)

Médecine 1927

 

 

       Médecine 1927

   
En nous donnant comme argument massue que les adjuvants vaccinaux à base d’aluminium étaient inoffensifs pour les patients, notre ministre de la santé, et néanmoins médecin, en disant qu’ils ont quatre vingt dix ans d’âge, nous interpelle.

    En ces temps pas si lointains, nos prédecesseurs utilisaient largement, et faute de mieux, les traitements à base de mercure, de bismuth, de sels d’or, de salycilates dont plus personne ne voudrait actuellement. Fermons les yeux sur la chirurgie ou la psychiatrie. Qui se souvient encore de la fabuleuse mode qu’a eue, en ces années là, le radium comme antiasthénique, anti-vieillissement et même produit à visée cosmétique ?

    Ne serait-il pas plus simple, et plus sain, de nous dire la vérité ? Nous ne savons pas grand chose sur les effets de l’aluminium sur l’organisme humain tant les études épidémiologiques sont pauvres. Principalement faute de disposer de moyens de dosage suffisants. Et d’en tirer les conclusions qui s’imposent avant de vouloir imposer quoi que ce soit à qui que ce soit !

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 3-6 août 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Médecine 1927

Expression (LEM 1026)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1026 
http://www.exmed.org/archives17/circu1026.html
    31 juillet 2017

                           
              

                                Expression

                                  
               

                               Docteur François-Marie Michaut
  

       
 Bien que ne marchant depuis longtemps sous aucune bannière collective, je suis bien obligé d’admettre qu’il y a quelque chose d’inédit dans les prises de parole du président Macron. Peu importe ici les thèmes abordés et la valeur politique intrinsèque des orientations présidentielles. Qui est vraiment l’auteur des déclarations est secondaire. L’essentiel est ce « je ne sais quoi», difficilement analysable, qui passe à travers le langage verbal et gestuel de cet homme. Rien à voir avec les recettes de tentative de séduction, donc de manipulation, que vendent si bien les professionnels patentés de la communication.

Expression – sans la moindre surprise tant ma monomanie est flagrante- est le mot qui s’impose à moi. Voilà qui mérite une petite  dissection. La pression est là. Comme la pression artérielle est le résultat mesurable du moteur cardiaque. Retenons qu’il y a là une énergie, cette étrange force qui fait que les choses ne restent pas immobiles, mais cherchent à aller dans une certaine direction. Un traitement qualifié d’énergique parle aux oreilles médicales.

Vous me direz que nombreux sont les mots qui utilisent le même suffixe. L’impression est bien plus que la géniale invention de l’imprimerie. Sans cesse ce ressenti purement émotionnel d’une réalité interfère avec ce que nous croyons percevoir autour de nous. Ou en nous.
La suppression tranche dans le vif. Ce qui est ne doit plus être. Et pas de discussion dans les rangs.
Quant à la dépression, aussi souvent invoquée dans le parler de chaque jour, que mystérieuse dans sa genèse, elle nous interroge. Qu’est-ce que c’est que cette pression (1) défaillante qui nous est indispensable pour pouvoir fonctionner, comme le montrent les symptômes bien connus des médecins qui apparaissent quand elle n’est plus là.

Il se passe donc quelque chose qui est étranger au cadre dominant de la pensée matérialiste. Aussi génant que soit pour beaucoup ce constat, il est aussi inconfortable que bien réel.

Juste une petite pirouette pour terminer ce papier. Une simple formule de politesse, parfaitement compassée dans notre encore nouveau troisième millénaire.

Chers lecteurs, d’avoir eu la patiente courtoisie de me lire jusqu’ici, veuillez recevoir l’expression de ma considération distinguée (2).

  
 Notes :
(1) La notion d’élan vital mise en avant par Henri Bergson au siècle dernier dans le champ de la philosophie est peut-être à remettre au goût du jour.
(2) La distinction de cette considération m’a toujours parue orgueilleusement ampoulée. Suis-je le seul ?


Os Court :

 «   Des preuves, des preuves… Eh bien, qu’est-ce que ça prouve ?»  
 Alphonse Karr


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Expression (LEM 1026)

Pasteur est mort, la rage non (Exmed)

 

 

 

 

 Pasteur est mort, la rage non

En ces temps de querelles byzantines sur l’opportunité de porter à onze le nombre de vaccinations obligatoires en France, regarder plus loin n’est pas interdit.
   Ainsi au Cambodge ( Médiscoop du 25 juillet 2017), la rage tue un millier de patients par an. Faute de pouvoir accéder à la vaccination après une morsure canine, aucun traitement curatif de ce virus neurotrope  ne peut éviter la mort.

    Il y a cinquante ans, au Tchad, les autorités, faute d’autres moyens, encourageaient la destruction systématique des chiens errants par la population, enfants en tête.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 26-27 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pasteur est mort, la rage non (Exmed)

Véridique ! LEM 1025

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1025   
http://www.exmed.org/archives17/circu1025.html
    24  juillet 2017

                           
              

                              

 

 

             Véridique !

                                  
               


                               Jacques Grieu

   
C’est du latin verus, parti à la dérive,
Que dame vérité aborda sur nos rives.
Sortit-elle du puits comme on l’a affirmé ?
Si c’est vrai, en sortant, elle s’est donc mouillée !

Vérité en deçà et erreur au delà,
Du haut des Pyrénées, Pascal avait vu çà.
Et pourtant, on le dit, jamais il n’y alla ;
C’est là qu’est le génie des très grands d’ici-bas.

Deux demi vérités ne font pas vérité,
Et font même un mensonge, un mensonge complet.
La vérité n’est pas, non plus, dans l’aphorisme,
Qui n’en est que moitié ou un double truisme.

Nos quatre vérités, on croit bien les connaître,
Mais on devrait s’attendre à voir d’autres paraître ;
D’ailleurs, ma vérité n’est pas non plus la vôtre :
La vérité d’autrui en est toujours une autre.

Mensonge ou vérité ? L’art exploite les deux…
Ou plusieurs vérités si on aime ça mieux.
Car si la vérité était toujours la même,
Comment peindre cent toiles avec un même thème ?

Mensonges du matin font vérités du soir,
Quand c’est le dictateur qui raconte l’Histoire.
La règle, c’est l’erreur, on se trompe toujours :
La vérité n’est donc qu’accident de parcours.

D’avoir la vérité, les hommes ont grand besoin ;
Mais du mensonge aussi, ils ne veulent pas moins.
Mensonge à proclamer, vérité à cacher ?
Le poète est menteur qui dit la vérité…

  

 

Os Court :

 « La vérité, c’est ce qui m’arrange.»  
 Wolinski


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Véridique ! LEM 1025

Deux en un. LEM 1024

LEM n° 1024


http://www.exmed.org/archives17/circu1024.html
    17 juillet 2017

                            Autodérision toujours LEM 1024


Plus on exerce des métiers de haute responsabilité moins il faut négliger un guide d’action majeur. Peu importe que les sots , ou les trop coincés dans un rôle qui leur est imposé, voient dans l’autodérision une atteinte à une prétendue «dignité».
Voici, proposé par Cécile Bour, une savoureuse mise en boite de nos comportements collectifs.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 17-18 juillet 2017
              

                              Deux en un

                                  
               

                               Docteur  Cécile Bour


   Os Court :

 «   On a fait de moi un personnage dont je refuserais de serrer la main.»  
 Jean Cocteau
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Deux en un. LEM 1024

Simple opinion et plein de questions (Exmed)

12-14 juillet 2017


                      Simple opinion et plein de questions

 

«Certains Français ont du mal à accéder à un médecin pour des raisons financières», déclare Agnès Buzyn , médecin hospitalier universitaire de la fonction publique hospitalière et ministre de la santé, au micro de RTL le 10 juillet 2017.


Combien de fois dans sa carrière médicale a-t-elle rencontré un patient ou une famille qui a renoncé à consulter un médecin personnel parce qu’il ne pouvait pas payer les honoraires ?


Combien de fois, au lieu d’écouter des doléances de malades supposées véridiques, a-t-on pris la peine de faire une enquête rigoureuse auprès des médecins de ville et des campagnes pour établir deux faits :

- Combien de patients avez-vous soigné sans leur demander le moindre paiement ?

- Combien de fois avez-vous accepté que des patients vous règlent seulement quand ils sont «remboursés» par l’assurance maladie ?

– Combien de patients avez-vous refusé de recevoir parce qu’ils n’avaient pas d’argent ?



Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 12-14 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Simple opinion et plein de questions (Exmed)

Les virus ont-ils une racine ? LEM 1023

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1023 http://www.exmed.org/archives17/circu1023.html
    10 juillet 2017

                           
              
           


                                 Les virus ont-ils une racine ?
                                  
               


                                       Docteur François-Marie Michaut
  

    
 L’Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies (OMS), dans sa communication souvent grandiloquente, nous parle d’éradication des maladies virales. Eradiquer, le mot le dit, c’est enlever la racine. Ce qui est fatal à nos cousins végétaux comme à nos dents. Question simple : qu’est-ce que c’est que cette racine des virus ? La savante virologie parle de réservoirs et identifie depuis longtemps des vecteurs. Mais pas la moindre allusion à ce qui pourrait constituer un système racinaire.

   Dans le blog du Monde « Passeurs de sciences » du 8 juillet 2017, Pierre Barhélémy écrit : «  une équipe canadienne a pu synthétiser  asse facilement un cousin du terribe ( et éradiqué )  virus de la variole » . Quelle peut bien être la motivation de ces chercheurs pour aller titiller ce virus, qui a toujours, les historiens en attestent; un redoutable compagnon de nos sociétés humaines ?
 La réalité a voulu que, bien malgré moi, je sois le dernier médecin français à avoir du affronter une épidémie de variole (1).  C’était en 1967, au bord du Lac Tchad, au milieu de nulle part. 25% de mortalité dans un groupe de  pélerins se rendant par caravane du Nigeria voisin à la Mecque.

Quand on a une idée de la vitesse comparative de multiplication des micro-organismes et de nous les vertébrés, nous demeurons des nains en matière de capacité de modifications génétiques.
Pouvons-nous cesser enfin de confondre ce qui n’est que des croyances avec ce que montrent des observations scientifiquement démontrées ? Qui peut affirmer qu’un virus quelconque ( poliomyélite, fièvre jaune, variole ou tout autre) a totalement et définitivement disparu de la planète, pourquoi et par quel mécanisme ?

Note :
Michaut F.,  Pratique médicale au Lac Tchad en 1966-1967, thèse de doctorat en médecine, Paris 1969, dactylographiée.                       

  

 

Os Court :

 «  Il pense par contagion et attrape une opinion comme un rhume.»  
 John Ruskin


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les virus ont-ils une racine ? LEM 1023

Flop tabagique des ponctions d’argent- CO Exmed

Flop tabagique des ponctions d’argent
 
   Combien d’années faudra-t-il encore à nos préventologues de bureau pour comprendre :

- que l’addiction massive à la fumée de tabac a été une retombée de la guerre des tranchées, il y a un siècle. Avec un rebond redoutable à la fin de la dernière guerre mondiale, fort juteux pour les caisses publiques avec le monopole d’Etat de la production de l’importation et de la vente de l’herbe à Nicot.

-  que, par pur effet mimétique, l’usage du tabac est depuis les années 1990 en voie de disparition progressive chez les citoyens les plus favorisés socialement.

- que le recours à la nicotine constitue une des ultimes tentatives d’automédication ( hélas trompeuse et dangereuse ) de ceux d’entre nous qui vont le plus mal socialement, médicalement et économiquement.


   Augmenter sans arrêt le prix de ce toxique légal sans prendre en compte que ce sont les plus malheureux qu’on condamne ainsi à la double peine est profondément injuste. Faire payer pour obtenir un changement de mode de vie, ces gens sont hors de toute réalité !

 Les fraudeurs de tout poil ont un boulevard on ne peut plus rentable devant eux.
    À quand les ramasseurs de mégots ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 7-9 juillet 2017 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Flop tabagique des ponctions d’argent- CO Exmed

Former des médecins autonomes – CO Exmed

 

Former des médecins autonomes

    
Peut-on résoudre l’épisode français actuel dit de «la désertification médicale» sans pouvoir disposer d’un nombre suffisant de médecins spécialement formés pour vivre sereinement un exercice médical autonome ? Je veux dire par là qui sorte du modèle hospitalier collectif, ou de ses pseudopodes technoscientifiques sous haute dose de surveillance administrative déresponsabilisante.

  
Oui, c’est un rude chantier à contre courant qui demande beaucoup de temps, beaucoup d’argent et beaucoup de courage pour que puissent naitre et se développer des pratiques centrées sur l’humain. Le plus difficile n’est-il pas de trouver un corps de formateurs capables de mener à bien un tel chantier ? Car, hélas, il ne peuvent venir des rangs des hospitaliers ou des universitaires.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 30 juin – 2 juillet 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Former des médecins autonomes – CO Exmed

De la merde, ce médicament, CO Exmed

De la merde, ce médicament

     Il y a un demi siècle, je fus outré de voir soigner des nombrils de nouveaux nés ou de multiples plaies infectées par des emplâtres à base d’argile et… de bouse de vache. Et pas le moindre cas d’infection ou de septicémie chez ces malades africains.

     LE MONDE SCIENCE ET TECHNO du 26 juin 2017 fait état de 90% de résultats favorables dans des récidives d’infections intestinales dues au redoutable Clostridium difficile. La terreur des infectiologues. Comment ? Par la transplantation de microbiote fécal (TMF). Nom savant pour dire que le médicament est tout simplement la merde d’un sujet normal déposée dans l’intestin du malade.
Il est vrai qu’avec 100 000 milliards de micro-organismes, notre microbiote intestinal n’a probablement pas fini de nous surprendre.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 28-29 juin 2017  www.exmed.orgContinuer la lecture

Commentaires fermés sur De la merde, ce médicament, CO Exmed

En vérité LEM 1021

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1021
    http://www.exmed.org/archives17/circu1021.html
    26  juin 2017

                           
              
                              En vérité …
                                  
               

                              Docteur François-Marie Michaut
  
                       « En vérité, je vous le dis », ainsi, selon la traduction actuelle des évangélistes, commençaient tous les sermons publics de Jésus. Une ordinaire expérience de pratique médicale au siècle dernier m’a conduit à une affirmation paradoxale : la vérité n’est jamais vraie. Dans le fonctionnement de l’humain, de la naissance à la mort, rien n’est jamais stable, définitif et immuable.

Ce qui est vrai –  c’est le sens de vérité – est-il accessible au cerveau humain ? Sommes-nous capables d’avoir conscience et connaissance de l’intégralité d’un aspect de la réalité ? Les limites bien connues des organes des sens ( vision, audition, olfaction, toucher)  d’Homo Sapiens  sèment le doute.

Les neurosciences et leurs merveilleuses machines à produire des images ne sont pas très bavardes sur cette question. Pas de centre cérébral spécifique, pas de molécule, de neuromédiateur ou de gène «véridique» à nous mettre sous la dent. La pensée matérialiste butte sur un mur, conduisant plus d’un esprit à la conclusion métaphysique désespérante que la vérité n’existe pas. Comme si, bel orgueil anthropomorphique, non atteignable signifiait inexistante.

Il me fut fait cadeau au cours de mes études de volumes de pathologie médicale et chirurgicale des années 1930. Ce qui m’a frappé, c’est que la cause affirmée ex cathedra de pratiquement toutes nos maladies se résumait à la tuberculose et à la syphilis. C’était la vérité du moment, et comme le petit ignorant prétentieux que j’étais, j’ai trouvé que les vieux étaient quand même bien ridicules !

La vérité, et pas seulement dans les enquêtes policières, on en besoin. On ne cesse de courir après. Un peu comme le navigateur le fait avec la ligne d’horizon.  Temporaire, fragile, limitée, toujours remise en question, un peu à l’image du monde du vivant, ainsi nous apparait-elle.

Les religions, c’est leur grande force, se sont toujours présentées comme les détentrices exclusives de la vérité ultime : la Vérité. Il est aisé pour tout humain non inféodé à une révélation de faire le rapprochement entre la notion de Dieu et la notion de Vérité.
 Faut-il conclure sur un point de suspension cette lettre en levant nos verres avec la formule bacchique bien connue : In vino veritas ? 

  

 

Os Court :

 «  De temps en temps, les hommes tombent sur la vérité. La plupart se relèvent comme si rien n’était. » 

 Winston Churchill

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur En vérité LEM 1021

Confiance- CO Exmed

Confiance


Faut-il rayer le mot confiance de notre vocabulaire ? N’est-il finalement pas totalement infantile d’accorder sa confiance à qui que ce soit ? Avoir foi en quelqu’un ou quelque chose – n’est-il pas prendre le risque de se faire tromper ?


Question de confiance demandent les parlementaires pour les renverser quand leurs ennemis perdent toute crédibilité dans leurs actions gouvernementales.


 À quelle vie sociale nous condamnons nous quand la méfiance est devenue la valeur dominante ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 23-25 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Confiance- CO Exmed

Le piège cartésien – CO Exmed

  

Le piège cartésien


On l’aime bien, en France, notre père Descartes. Le côté carré de sa méthode, du moins telle que nous la comprenons, nous les non philosophes, nous rassure dans notre rationalité de soignants. René, pardon de cette familiarité, nous a appris qu’en face de réalités compliquées, la bonne façon de faire était de les découper en petits morceaux pour pouvoir les comprendre.

      Ainsi fit la médecine en développant toutes ses spécialités. Résultats spectaculaires. En bien comme en mal.
 La toxicité, c’est qu’ainsi on érige des frontières de plus en plus étanches dans la connaissance qui ne peuvent conduire, notion de front oblige, qu’à des affrontements. Toute division est un bouillon de culture dans les relations humaines conduisant à des guerres. Ce qui se passe actuellement d’inédit  du côté de la politique avec le système des partis ( diviser en parties)  volant en éclats en est l’illustration.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 21-22 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le piège cartésien – CO Exmed

Pilule post électorale – CO Exmed

                                                                                                                                                                           Pilule post électorale

    
La mémoire est un devoir nous dit-on fort sagement. Cécile Bour, avec ses pinceaux et ses crayons, nous plonge sans ménagement dans ce qu’il y a de plus capital dans notre devenir à tous.
Voici la LEM  1020 : On avait promis quoi déjà ?

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 19-20 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Pilule post électorale – CO Exmed

Peur – CO Exmed

                                                 Peur


   La peur, la frousse, la pétoche. C’est la toile de fond inévitable de toute rencontre médicale. Du côté du patient, la bonne parole  en blouse blanche qui se veut rassurante est la parade habituelle. Loin d’être toujours efficace avec les armées d’hypochondriaques surchauffés à l’Internet !


Et puis elle est là aussi, tapie en silence dans les entrailles des soignants, aussi expérimentés et aguerris soient-ils. Peur de passer à côté d’un diagnostic, de donner un mauvais traitement, de rater une intervention chirurgicale, tout le monde y passe. Alors, comme dans les journaux du moment, découvrir que les jeunes médecins en formation traversent des épreuves psychologiques très graves, ce n’est qu’enfoncer une porte ouverte. Les soignants ne sont pas que des machines à soigner impeccablement conditionnées. Alors, juste un peu de respect pour eux, consommateurs et administrateurs des soins de santé.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 16-18 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Peur – CO Exmed

Société civile ? CO Exmed

     Société civile ?

    Le grand chambardement de la vie politique en France serait, nous dit-on, associé à une inhabituelle ouverture aux fonctions de députés de « membres de la société civile». Le fidèle Wiki  de service me dit que ce qui est civil est ce qui ne dépend pas d’une armée. Tout  comme laïque définit ce qui n’est pas religieux.


     L’assemblée des citoyens de France en 2017 serait donc composée de deux catégories ? Les militaires d’un côté, et tous les autres de l’autre ? Il y a, pour rester civil comme il se doit, un certain mou dans la précision du langage.
Parce qu’entre nous, civil, que ce soit isolé ou en société, c’est pas si vil que ça.

     
Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 14-15 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Société civile ? CO Exmed

À COEUR JOIE (LEM 1019)

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1019
  http://www.exmed.org/archives17/circu1019.html

    12 juin 2017

                           
              

                                      À COEUR JOIE

                                  
               


                                                    Jacques Grieu

  

                      

Même jusqu’à son nom, la joie est un mystère :
Du latin… gaudium ( ?), prétend le dictionnaire !
On voit mal le rapport : mais… croyons le Robert !
Ne livrons pas la joie à de vils pamphlétaires,
Jouant les rabat-joies avec des mines tristes.
Laissons-les ergoter, oublions les linguistes …

La joie est un plaisir apportant l’évasion ;
C’est en soi qu’on la trouve, venant des horizons.
C’est que la joie de vivre est bonheur hors du temps :
Maladie contagieuse, elle envahit les gens,
Et ceux qui la refusent sont mis à la torture
Par mauvaise conscience ou envie de l’exclure.

Si la joie est partout, il faut savoir l’extraire :
Une aumône menue quelquefois nous la sert.
Une joie partagée la double bien souvent ;
Un chagrin partagé le divise aisément.
Si l’on refuse tout, on court vers le chagrin :
Si l’on accepte tout, la joie très vite vient.

« La tristesse est un vice » ; il faut chercher la joie.
Toute vie a sa joie, il faut trouver sa loi.
La joie n’est pas un but, mais plutôt un devoir.
Avoir peur de la joie est un manque d’espoir.
Si les « filles de joie » sont langage notoire,
De qui est cette joie, on ne veut pas savoir…

Ce n’est pas par hasard, si pour choisir son chant,
L’Europe a décidé la joie pour ornement.
Quand son « hymne à la joie » dans les rangs nous appelle,
La musique allemande est bien universelle.
Pour notre belle Europe, elle porte un espoir
Qui fera taire un jour ceux qui oublient l’histoire.  

 

Os Court :

 « À force de mal, tout ira bien. » 

 Proverbe français
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur À COEUR JOIE (LEM 1019)

Au revoir tristesse. CO d’Exmed

Au revoir tristesse,

présentation de la  LEM 1019


Aucune structure cérébrale, aucune glande endocrine, pas le moindre neuro-médiateur, aucune trace en imagerie médicale de l’endroit inconnu où peut bien se fabriquer la joie. La raison n’est pas suffisante pour que notre poète Jacques Grieu n’aille, à sa manière, explorer – plumitivement – cette humeur humaine si précieuse. Voici la LEM 1019 : À coeur joie.
Comment ne pas vous souhaiter une fructueuse lecture ?
Toutes mes excuses à l’âme de Françoise Sagan pour avoir détourné ainsi le titre de son premier roman « Bonjour tristesse ».

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 12-13 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Au revoir tristesse. CO d’Exmed

Quand tout bascule – CO Exmed

 

 

Quand tout bascule

   
Ceci n’est  qu’un ressenti subjectif, donc sans la moindre valeur générale ou scientifique. Comme quelque chose qui flotterait dans l’air de notre planète Terre. L’effondrement silencieux de tous les systèmes de pensée. Non pas parce que nous en avons inventé de plus adaptés à nos besoins, mais parce que les anciens sont déconnectés du réel.

   Une sorte de grand vide qui, même s’il angoisse beaucoup de gens, est  une étape indispensable pour que survienne une civilisation sans frontière qui ne soit plus autodestructrice.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed  8-9 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Quand tout bascule – CO Exmed

La question en question – LEM 1018

Lettre d’Expression médicale
LEM n° 1018 
   http://www.exmed.org/archives17/circu1018.html
    6 juin 2017

                           
              

   La question
   en question

                                  
               

                             
Docteur  François-Marie Michaut
  
                      
    À consommer avec modération, comme répètent, tels des perroquets, les bons apôtres de l’hygiènisme dominant. Ils parlent d’alcool, en chargeant cette molécule aussi vieille que le vivant de tous les maux de la société.
Qui se souvient encore de la méthode socratique ? Celle d’un enseignement sans livres ni salle de cours, avec comme seul objectif la maïeutique. Plus simplement l’accouchement des esprits pour cesser d’être enfermés dans des certitudes toutes faites.

   Une seule méthode pour y parvenir. Non pas l’énoncé magistral d’une vérité déjà bien figée et solidement démontrée, mais le questionnement. Socrate ne procédait qu’au moyen de questions qu’il posait à ses disciples. Dont le fameux Platon, qui, lui, écrivait des livres demeurés célèbres deux millénaires et demi plus tard ! Questionner jusqu’à ce que les réponses finissent par se contredire elles-mêmes pour obliger à penser autrement.

   La notion de question, en médecine, a été bien dévaluée au siècle dernier. Par commodité de correction et souci (louable) d’objectivité, les examens se sont de plus en plus déroulés sous forme de questions. Jadis, ceux des fonctions hospitalières, externat, internat, clinicat, médicat des hôpitaux, puis agrégation. La manie questionnante a percuté l’antique mécanographie (1) pour donner naissance, dans les années 1960, aux questions à choix multiple, les fameuses QCM. Mode des questionnaires standardisés, sorte de check-listes des dossiers médicaux, enfermant l’observation du vivant et du pathologique dans des cases toutes faites. Toutes ces questions sont établies d’avance, comme si elles avaient la vertu magique de balayer toutes les possibilités d’observer et de penser des médecins. Le praticien est ainsi rétréci à l    a fonction de collecteur et de rapporteur fidèle des renseignements jugés comme l’expression de la réalité d’une situation pathologique. N’y a-t-il pas là une dictature intellectuelle implicite exercée par ceux qui sont censés être les dépositaires du savoir médical ?

Y-a-t-il encore une place dans l’enseignement et la clinique pour les questions que se posent les étudiants, les patients, comme les collègues ? Elle demeure anecdotique, dans le meilleur des cas. La compliance la plus fidèle aux croyances du moment demeure le seul moyen de faire partie de la catégorie des meilleurs élèves.
Toute invention, en médecine comme dans tous les domaines, n’est-elle pas liée à  ce qu’un esprit ne juge pas conforme à la réalité ce que nous pensions auparavant être la réalité ?

   Apporter des réponses est toujours une tentative de mettre un point final à un questionnement. « Ce que vous devez penser de cet évènement » osent dire sans rougir certains journalistes. Poser une question, aussi bête puisse-t-elle être stupidement qualifiée par son destinataire, est la seule façon d’ouvrir vers de nouveaux horizons sa pensée personnelle.
Fermeture rassurante autour des acquis du temps passé, ou ouverture stimulante et risquée vers un futur toujours en construction ?
Telle est la question, on ne peut plus pratique et d’actualité, que pose notre capacité cérébrale remarquable de… ne jamais cesser de nous interroger.

Note de l’auteur :
(1) Il s’agit de l’ancêtre de l’informatique qui utilisait des fiches de carton perforées par des opératrices mécanographes. Calculatrice mécanique sommaire pour des fichiers au moyen d’aiguilles, supprimant le travail de correction pour les enseignants avec des questions fermées. Avant que dame informatique n’impose sa supériorité.

 

Os Court :

 « La réponse est oui, mais quelle était la question ?» 

 Woody Allen Continuer la lecture

Commentaires fermés sur La question en question – LEM 1018

Syndrome d’Hamelt – CO Exmed

 

 

Syndrome d’Hamlet

   Qui ne connait le fameux : « être ou ne pas être, c’est la question» ? Shakespeare aurait-il été assez idiot pour faire se poser cette interrogation à son héros ? Comme si, animaux parmi les autres du règne vivant que nous sommes, nous avions le choix de gommer ce qui nous est imparti par la réalité. Parce qu’être mort, corps en moins, c’est continuer à être pour nos proches.

     Et si on comprenait autrement le « to be or not to be…» , au risque assumé de se faire traiter d’iconoclaste ? Juste en inversant la phrase. Le « c’est la question » explique le coeur même de ce qui fait, ou non, l’humain. Résultat d’une haute sagesse : on n’existe que dans la mesure où l’on ne cesse de poser des questions. Aux autres comme à soi.


  Oui, comme un enfant de trois ans. Nos apprentis sont nos maîtres.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 2-4 juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Syndrome d’Hamelt – CO Exmed

Tier au sort son futur CO d’Exmed

 

 

Tirer au sort son futur


     Malgré un horizon professionnel chargé d’incertitudes,  choisir de devenir médecin demeure un rêve d’avenir pour un grand nombre de jeunes gens. Et encore bien plus de filles que de garçons estiment que c’est une façon d’aider les autres humains. Nos antiques facultés de médecine n’ont pas, disent les responsables, la possibilité d’accueillir sur leurs bancs tous les candidats en première année d’études. Pas assez de places, pas assez de personnel enseignant, pas assez d’argent. La question n’est pas de nature à intéresser les pouvoirs politiques ?

    Qu’est-il proposé aux candidats carabins pour répondre à leur désir d’une vie qui les motive ?  Et non qui leur est imposée parce qu’ils sortent de telle ou telle école réputée. Quelque chose comme une rencontre individuelle, même brève, avec une personne qui vit elle-même l’aventure médicale pour tenter de filtrer les sujets les plus prometteurs dans un métier de relations humaines ? Avant de s’inscrire en école d’infirmiers, la règle a été établie qu’ait lieu un entretien psychologique préalable obligatoire.
La solution de facilité, celle qui semble éliminer les risques liés à toute subjectivité, est celle du tirage au sort. Autrement dit, comme il y a deux mille cinq cents ans en Grèce, s’en remettre à la décision des dieux.

    Personne ne tousse dans les doctes assemblées laïques de notre modernité savante ? Nos jeunes n’ont aucune question à poser ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 31 mai – 1er juin 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Tier au sort son futur CO d’Exmed

Mise en boite CO Exmed

Mise en boite  LEM 1017


Quel meilleur vecteur qu’un dessin pour stimuler la réflexion de chacun, parfois jusqu’à la folie meurtrière quand règne encore dans tant d’esprits la notion de blasphème ? Paroles impies des Latins dit le mot. 


Cécile Bour donne sa vision graphique de l’épisode fameux de la Génèse, riche d’autodérision de la pensée scientifique dominante avide de sensationnel qui nous inonde.

LEM 1017 www.exmed.org/archives17/circu1017.html

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 29-30 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Mise en boite CO Exmed

Causes de la désertification médicale- LEM 1016

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1016
      http://www.exmed.org/archives17/circu1016.html
    22 mai 2017

                           
              

   Causes de la désertification médicale en France

                                  
               

                              Docteur  François-Marie Michaut
  
                      
   En deux dizaines d’années, la cinquième puissance planétaire est parvenue à une paradoxale situation de pénurie de médecins. Avec une formation universitaire et hospitalière de qualité, réputée dans le monde et toujours très prisée des jeunes générations, nous connaissons une sorte de disette des soins. Ce que les journalistes nomment, avec quelque emphase racoleuse, la désertification médicale. Chaque année, cependant un peu plus de diplômés sont certifiés, et chaque année de moins en moins de praticiens travaillent dans les cabinets médicaux des campagnes, des banlieues et même des villes comme Paris. Des médecins en exercice de plus en plus vieux et de plus en plus rares n’autorisent pas le moindre optimisme pour l’avenir.

   Que s’est-il donc passé ? Voici quelques points de repère.
Dans les     années 1990, les économistes appelés au secours pour remédier à l’emballement des dépenses de l’assurance maladie obligatoire ont été formels. Pour juguler le déficit, il suffisait de diminuer l’offre de soins pour faire fondre la demande des patients. Ce fut l’âme du plan Juppé de 1995, instauration du MICA (1). Echec complet, et abandon du dispositif en quelques mois.
Chaque année, les députés, sur on ne sait trop quels critères autres que comptables, votent l’ONDAM. Traduction : objectif national des dépenses d’assurance maladie. En fait un simple taux d’augmentation qui demeure sans effet sur le creusement du «trou» de la sécurité sociale.
Tous les ans encore, nos parlementaires votent le nombre d’étudiants en médecine à admettre en 2ème année d’études. Numerus clausus longtemps maintenu, et dont l’élargissement timide aux besoins de la profession ne peut être suivi d’effet qu’au bout d’une bonne dizaine d’années. Prévoir ce qui sera dans dix ans n’est pas dans la culture des hommes politiques.
Monopole quasi absolu (2) de l’enseignement médical exercé par les plus titrés de la seule fonction publique hospitalière. Nous sommes sous le régime de la médecine d’État.
Persistance de la négation de l’importance humaine de la médecine individuelle en dehors de la sphère des hôpitaux publics.
Négligence de toute recherche de grande envergure dans le domaine de la médecine générale, discipline laissée en jachère.
Impossibilité de fait de toute promotion professionnelle pour les médecins non fonctionnaires.

Cet arrière-plan systémique, nos étudiants ont tout loisir de l’observer au cours de leurs longues études. Et d’en tirer, pour leur propre vie, une conclusion sans appel. Tout sauf ouvrir leur propre cabinet. L’image désespérante qui est renvoyée par un tel système deshumanisé est repoussante.

Les espoirs fournis par la technoscience (3) et ses algorithmes magiques sont tombés à l’eau.

L’avenir, car il ne peut pas ne pas en survenir un, est entre nos mains de citoyens. Faisons marcher nos cerveaux sans oublier d’écouter nos coeurs. Les solutions toutes faites venues d’un en haut auquel nous ne pouvons plus croire, tant leurs résultats sont destructeurs, c’est définitivement terminé. Au travail.

Notes :
(1) Mécanisme d’Incitation à la Cessation d’Activité consistant à mettre en pré-retraite les médecins dès 57 ans, au lieu des 65 ans habituels.
(2)La seule exception à ce statut issu du Premier Empire  est celui de l’Université Libre de Lille.
(3) Odile Marcel http://www.exmed.org/exmed/odmar.html

 

Os Court :

 «    Nous sommes questions qui doivent demeurer questions.» 

 Patrick Lévy
 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Causes de la désertification médicale- LEM 1016

Retour des littéraires- CO d’Exmed

 

Retour des littéraires


   Personne ne les attendait en France aux plus hautes fonctions de l’État. Ces étranges êtres humains qui, au cours de leurs études secondaires puis supérieures, ont tourné le dos aux prestigieuses filières scientifiques pour étudier des disciplines non immédiatement utilisables dans leur carrière. Philosophie, latin, grec, géographie, histoire, musique, théâtre, arts graphiques, étude des civilisations. Devant l’échec au gouvernement des hommes – jusque dans l’esprit des plus simples citoyens –  des esprits hermétiquement enfermés dans leur déterminisme purement matérialiste, cette dimension de l’esprit demeure notre seule bouée de secours.
Puisse, comme les autres, Agnès Buzin, nouvelle ministre de la santé, tenir son pupitre dans cet orchestre encore inouï.  Entendre, c’est aussi, dans notre langue, comprendre.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 19 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Retour des littéraires- CO d’Exmed

HOMME ET MÉDECIN DE L’HOMME, LEM 1015

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1015
   http://www.exmed.org/archives17/circu1015.html
    15 mai 2017

                           
              

                          HOMME  ET MÉDECIN DE L’HOMME

                                  
               


                                               Docteur Jacques Blais (1)

  
                      
   Le message fondamental, celui dont chaque médecin craint en permanence qu’il ne soit pas entendu, est celui de l’homme. À la base, au fond des fantasmes de son appel, de son choix, de son envie, de sa curiosité, la jeune personne qui a opté pour des études de médecine, au delà même de considérations d’autre nature ( qui sont d’ailleurs devenues obsolètes, selon le vocable à la mode ) : notoriété, position de notable, de nanti, aisance  économique, allons jusqu’à classer l’idée de liberté, par l’option libérale réduite à une peau de chagrin, le jeune veut avoir affaire, dans sa vie, à des êtres humains.
     S’il a choisi la médecine plutôt que les grandes écoles, au delà des capacités nécessaires pour des qualifications différentes, c’est qu’il préfère les êtres aux machines, aux techniques, aux calculs, à l’abstraction, aux logiciels… Le médecin, exerçant en clientèle, repère très vite ces aptitudes à évoluer parmi les êtres et en relation aux humains, plutôt qu’au milieu des techniques et procédures, procédés, ou processus, et en coexistence avec ses semblables. Le cas du « commercial » est un exemple. Quand le médecin rencontre un « commercial », celui-ci a a pour caractéristique immédiate de parler, de communiquer, de regarder, d’être vivant et relationnel, quand tant et tant d’autres patients ne savent absolument pas vivre spontanément la relation à l’autre.
   Bon nombre de médecins non plus d’ailleurs.

   Mais en revenant au propos initial : le choix d’une activité concernant les êtres, le médecin a en permanence cette impression d’être l’ultime représentant terrestre des êtres humains voués à traiter l’homme et non traiter de toutes catégories de notions en rapport avec l’existence de l’homme. D’aider l’homme et non d’aider l’homme à. À faire, à réaliser, à obtenir, à préserver, à acquérir etc.

   L’évolution du monde s’effectue sous l’égide des politiques et des économistes, et semble ne plus procéder que par évaluation de taux. taux d’endettement par rapport au PIB, taux de croissance, taux de pollution, taux de prélèvements fiscaux comparatifs d’une nation à l’autre, taux de différentes taxes.

                       Taux
                        Ou étau ?

   Il est certain que cette approche décontenance le médecin, tant il estime, pour maintes raisons, qu’un être humain vivant ne saurait être réduit à un taux, fût-ce un taux de bonheur, d’alcoolémie, de cholestérol, de survie à cinq ans, même un taux de chance, un QI, un taux de progression, de récidive…

(1) Note de la rédaction :

Ce texte inédit de Jacques Blais, co-fondateur d’Exmed, décédé de maladie en 2005,  a été écrit exactement en 1997. Il reprend les pages 21 à 23 d’un ouvrage non publié de 187 pages dactylographiées ayant pour titre, ô combien prémonitoire : « Sauvez votre médecin» avec comme sous-titre « pendant qu’il respire encore». Vingt ans après, il n’a pas pris une ride. Un document magistral pour les historiens de la médecine.

 

Os Court :

 «   La conscience n’est, dans la chaos du monde, qu’une petite lumière précieuse mais fragile.» 

 Louis-Ferdinand Céline

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur HOMME ET MÉDECIN DE L’HOMME, LEM 1015

Document historique – CO Exmed

Document historique LEM 1015


Les écrits restent dit le proverbe fustigeant la volatilité de toute parole verbale. La LEM 1015 donne la parole, et quelle parole, à un ami exmédien de la première heure, Jacques Blais,  foudroyé par la maladie en 2005. Lisez « HOMME ET MÉDECIN DE L’HOMME», faîtes-le lire autour de vous, discutez-le pour en jauger la pertinence alors que vingt ans se sont écoulés depuis sa rédaction. Il est là, et pas ailleurs le coeur jamais pris en considération du dramatique phénomène de la désertification médicale. Des professions entières se vidant sous nos yeux de leurs indispensables et irremplaçables hommes de métier. La réalité est là. Comme le diagnostic étiologique n’est toujours pas fait, aucun traitement ne peut être thérapeutique. À moins que…

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 15 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Document historique – CO Exmed

Bois pas ci, bois pas ça – CO d’Exmed

Bois pas ci, bois pas ça

   
Qu’ont donc dans la tête les responsables de l’Agence Santé publique France et l’Institut national du cancer ? La fameuse ( et fumeuse) modération que sont sommés de respecter les buveurs d’alcool est ainsi quantifiée. Pas plus de dix verres standard par semaine, et pas plus de deux par jour. Déjà, il est quasiment impossible de remplir son verre quand on ne possède pas celui qui est utilisé dans les cafés. Les apéros maison des familles sont déjà largement plus généreux.
Quel impact peut avoir cette injonction magistrale auprès de la classe d’âge des adeptes de «la biture minute» ou binge drinking ?


     Quel effet dévastateur un tel rationnement peut-il avoir sur les 10% adultes de la population atteints de la terrible maladie de l’alcoolodépendance ? Ces malades graves qui, justement, sont incapables de maitriser leur consommation.

   Ceux qui veulent tenir un langage qui se dit scientifique et préventif démontrent, mille fois hélas, qu’ils pontifient sur ce qu’ils n’ont jamais compris : la complexité des différents usages de l’alcool.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 12 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Bois pas ci, bois pas ça – CO d’Exmed

Aiguisons notre « macronomètre » – CO Exmed

 

                           Aiguisons notre « macronomètre »

  
La réalité, volontiers farceuse, a conduit l’inconnu Manuel Macron à la présidence de la République française. Tous nos raisonnements fondés sur une logique politique bien éprouvée depuis des générations sont tombés à plat. La pauvreté des commentaires des spécialistes es sciences politiques et autre prédictions fondées sur des algorithmes statistiques saute aux yeux. Qui est cet homme né de l’union de deux médecins et qui, seul de sa fratrie, a choisi une autre voie, hors de tout parcours conventionnel ? Une sorte de surdoué qui refuse de se faire enfermer.
Ce qui semble frapper ceux qui le rencontrent, c’est la qualité de son contact avec la personne qui est en face. Et, enfant, adulte, anonyme ou sommité reconnue, peu importe qui elle est, le pouvoir ne parait avoir aucune incidence sur sa relation. L’autre se sent reconnu tout simplement.

   Quelle force anime cet homme qui semble bien plus complexe que les caricatures de petit bourgeois surdoué qui n’a en tête que les méthodes de la banque et le catéchisme du grand capitalisme international ?

   Deux hypothèses pour aborder le mystère de cet homme. Un manque remarquable, et visiblement authentique, de tout égo personnel. Une dimension spirituelle affirmée sans honte dans un monde dominé par la pensée matérialiste pure et dure, et hors de toute soumission à une quelconque religion.

Diagnostic à affiner en fonction de ce que nous allons tous pouvoir observer très rapidement. Va falloir se comporter en citoyens cliniciens et non en spectateurs ne fonctionnant que sur le mode émotionnel pour s’ériger en juges.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 10 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Aiguisons notre « macronomètre » – CO Exmed

DÉPOSITION DÉPOTATAGE – LEM 1014

Lettre d’Expression médicale

 

LEM n° 1014
  http://www.exmed.org/archives17/circu1014.html

    8 mai 2017

 

 

                           
              

                                 DÉPOSITION

                                 DÉPOTATAGE
               


                                                       Jacques Grieu
  
                      

Le commerce dépose et la science compose,
L’industriel expose et le notable… pose.
Le citoyen propose et le despote impose
Et la démocratie… veut arranger les choses !

Dépôt d‘amendements et sifflets sur les bancs,
Sont grande occupation de notre parlement.
Notre belle assemblée tombe en bouffonnerie :
Même pour un grand vin, le dépôt, c’est la lie…

C’est l’homme qui propose et la femme dispose
Prétendent les grincheux sans en dire les causes.
En déposant les armes ils avouent tous leurs torts
Et ne savent comment améliorer leur sort.

Le bilan on dépose avec grande amertume :
C’est un dépôt légal où on laisse des plumes.
La plainte on dépose avec grande fureur,
Espérant, au dépôt, envoyer son voleur.

Ses conclusions, l’expert, dépose, en général,
Tout comme l’ingénieur son brevet magistral.
Pour moi, chez le notaire il faudrait, il est temps,
Qu’illico je dépose un complet testament…
  

 
Os Court :

 – Allo Vénus ?
– Oui
– Ici, c’est Milo
– Non ?
– Si.
– Ah, les bras m’en tombent !



 Les Frères Ennemis

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur DÉPOSITION DÉPOTATAGE – LEM 1014

Nos rois élus sont morts – CO d’Exmed

Nos rois élus sont morts

La 5ème république fut créée en 1958 pour, les humoristes du Canard Enchaînés ne s’y sont pas trompés, offrir à Charles de Gaule une présidence monarchisante sur mesure et à sa mesure. En un mot une royauté  républicaine, nappée d’un brin de droit divin. Ses successeurs à l’Élysée on tenté, avec des succès variables, de reprendre une telle stature.
Les convulsions inattendues du scrutin actuel, personne ne peut en augurer l’issue politique à court, moyen ou long terme tant pour la France que pour l’Europe. Une seule chose devient claire.

  Les Français, les yeux enfin ouverts sur la réalité, ne croient plus que tout dépend de la seule personne hissée à la tête de l’État. Le Roi est mort ? Vive le Roi, ça c’est définitivement terminé devant les caméras de la télévision et des observateurs médusés un certain 3 mai 2017. Nous ne sommes plus des enfants irresponsables.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 5-7 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Nos rois élus sont morts – CO d’Exmed

L’arme de la haine- LEM 1013

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1013    
http://www.exmed.org/archives17/circu1013.html

    1er mai 2017

                           
              

                                 L’arme de la haine
               


                                              Docteur François-Marie Michaut
  
  La notion de haine, au même titre que tout autre sentiment, ne fait pas partie du vocabulaire médical. Les patients pour autant ne se privent pas d’en parler. Chez certains un « J’ai la haine » bien senti semble justifier toute réaction émotionnelle violente devant une réalité humaine traumatisante.

   Un peu facile de dire qu’on est là aux antipodes du « aimez-vous les uns les autres » évangélique, mièvrement repris par les adeptes du New-Age. Qu’est-ce que la haine ? En philosophe, José Ortega y Gasset répond ainsi : « Haïr, c’est tuer virtuellement, détruire en intention, supprimer le droit de vivre. Haïr quelqu’un, c’est ressentir de l’irritation du seul fait de son existence, c’est vouloir sa disparition radicale.». Les guerriers antiques,  il suffit de lire Homère, ne se livraient bataille qu’après s’être abondamment insultés mutuellement. Activer une énergie encore virtuelle pour passer à l’acte. C’est la fonction même de nos modernes animateurs et autres «chauffeurs de salle» des grandes réunions publiques. Le combustible le plus éprouvé pour manipuler les foules afin de les forcer à agir, c’est encore et toujours, même si nous ne sommes plus les humains des années 1930 des dictatures, la haine.

Les psychanalystes, ces méprisés intellectuellement de notre siècle, ont travaillé ce sujet. Ecoutons Marie-Claude Defores : « Il est important de distinguer l’agressivité, qui est une pulsion de vie, de la haine, qui est une force de dépersonnalisation…». Puis, un peu plus loin : « La haine peut prendre les formes les plus socialisées ; elle refuse le nouveau, tourne vers le passé, produit la répétition et dépersonnalise».
Et, comme si ces mises en garde, terrifiantes pour qui veut bien les comprendre, étaient insuffisantes, laissons la parole à Heitor de Macedo. « La haine n’attrape pas la vérité, elle l’enserre à l’intérieur d’une pensée immobile où plus rien n’est transformable, où tout est pour toujours immuable : le haineux navigue dans un univers de certitudes.».

Par quel mécanisme psychologique ce sentiment de haine, initialement porté par quelques uns peut-il se développer chez beaucoup, comme s’il s’agissait d’une épidémie ? Le mécanisme d’imitation, de rivalité mimétique, développé par les travaux anthropologiques de René Girard ( lien : www.exmed.org/pages/dqs0.html ) le siècle dernier en permet la compréhension. 

  

   Autrement dit, et là nous retombons dans l’univers intellectuel des soignants,  il y a une incompatiblité totale et définitive entre toute pensée scientifique et toute adhésion à une vision collective fondée sur la haine quelle qu’elle soit. Simplement l’huile et l’eau. Notre futur de vie ou de mort en dépend.

 Comprenne  cette LEM qui pourra, comprenne ce qui en découle pour lui qui voudra.  Pour les autres, d’où qu’ils viennent, j’en suis profondé désolé pour notre devenir à tous, je ne peux rien.

  

Note :
1°) remerciements de l’auteur à Wiki pour la recherche documentaire.
 

Os Court :

 « C’est plus de l’amour, c’est de la rage (Pasteur).» 

 Alexandre Breffort

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur L’arme de la haine- LEM 1013

Les haineux tuent – CO d’Exmed

30 avril 2 mai 2017


Les haineux tuent LEM 1013


La médecine n’en parle pas, mais l’énergie  générée par le sentiment de haine conduit obligatoirement au passage à l’acte homicide. Pour aller un peu plus loin sans tomber dans le jugement moral, voici la LEM 1013 «L’arme de la haine». www.exmed.org/archives17/circu1013.html

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 30 avril-2 mai 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les haineux tuent – CO d’Exmed

Futur paysage médical français, dessin de Cécile Bour LEM 1012

Lettre d’Expression médicale

LEM n° 1012

http://www.exmed.org/archives17/circu1012.html
    24 avril 2017

                           
              

                Un effort, et on y est
               


                  Docteur Cécile Bour

 Publié initialement sur Exmed du 13 au 15 juillet 2007


Os Court :

 «  Un médecin comme berger connait voisin. » 

Proverbe français XVIème siècle


24-25 avril 2017


Des voix dans le désert

Ce dessin de Cécile Bour sur la survenue de déserts médicaux en France date de 2007 : exactement dix ans. Sans prendre, hélas, une seule ride. Dix ans, c’est le temps minimum pour former ces médecins qui nous manquent tant, et de plus en plus. Pas la moindre initiative gouvernementale de droite comme de gauche allant dans ce sens : former des médecins de terrain. Politique de santé, santé publique, électeurs de tout poil, vous voulez rire.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 24-25 avril 2017  www.exmed.org
Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Futur paysage médical français, dessin de Cécile Bour LEM 1012

Piège électoral paradoxal
 – C0 d’Exmed

Piège électoral paradoxal


    C’était au temps lointain du Général de Gaulle président. Un referendum des années 1960 m’avait particulièrement frappé. En gros, oui ou non, êtes-vous pour la paix en Algérie et la politique du Général de Gaulle ?  Les jeunes appelés allaient combattre – parfois jusqu’à 3 ans- sur le sol algérien dans ce qui n’a jamais alors été nommé ici une guerre. Juste des « évènements » incompréhensibles pour le public. Impossible de ne pas vouloir que ça s’arrête.


    Mais de là à donner son approbation à la politique menée par le pouvoir en place, il y avait un monde.
Double contrainte paradoxale dans un tel choix biaisé disent les systémiciens.
Puissions-nous devant les urnes à venir ne pas succomber au même piège logique !

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 21-23 avril 2017  www.exmed.org Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Piège électoral paradoxal
 – C0 d’Exmed

L’aimer écrire LEM 1011

                          

                                    L’aimer écrire
               


                                               Docteur François-Marie Michaut
  

   

 L’apprentissage scolaire initial du maniement de ces dessins hermétiques que constituent nos lettres, puis nos mots et enfin les textes nous a tous plus ou moins traumatisés. Que des sons désignant des choses familières deviennent de simples traits à dessiner et à déchiffrer n’est pas banal dans notre monde animal. Cela nécessite un dressage, jadis territoire gardé d’une élite, devenu par la loi obligatoire et gratuit. C’est devenu tellement naturel chez nous que nous n’en mesurons plus l’importance.
Franchement, comme les vaccinations obligatoires ou, pour nos devanciers l’huile de foie de morue antirachitique, c’est une corvée pour le plus grand nombre.
Faute d’adultes eux-mêmes assez capables d’admirer le miracle de cette aptitude à fixer durablement ce qui n’est que passage temporaire fragile dans l’expression orale ?

   L’utilisation prioritaire de l’écrit dans les études, du moins en France, laisse une trace encombrante. Ce que le maître, et avec lui tous les auteurs appelés au secours, communique par écrit prend et conserve la première place pour les élèves. Ce que les enfants peuvent eux-mêmes écrire est d’une nature inférieure : ils ne sont amenés qu’à répondre aux questions de celui qui enseigne. Et en restituant au mieux ce qui lui a été dit. Résultat : une grande méfiance devant la page blanche.

   La situation d’infériorité par rapport à qui est censé savoir mieux diminue-t-elle avec le niveau des études, ou simplement le passage des ans et des expériences accumulées ? On pourrait le penser. Mais c’est une erreur.

   Quand Internet est entré dans les moeurs, nous avons été un certain nombre à penser que la facilité d’entrer en contact avec un nombre illimité d’interlocuteurs allait stimuler les capacités de prendre contact avec les autres au moyen de l’écriture virtuelle. Naïveté dans la réalité. Pour mille et une raison, notre mutisme imposé en classe n’a pas reculé d’un pouce.
Écrire demande un effort, exige et entraine une gymnastique intellectuelle, prend du temps et surtout expose aux sarcasmes et aux critiques des lecteurs. Activité à risque d’autant plus important qu’on occupe soi-même une position sociale dominante.

   Pourtant écrire, cela s’entraine, cela s’apprend. Comment ? Mais en écrivant pendant des années. Pas pour convaincre les autres de quoi que ce soit, mais avec l’espoir qu’au moins une personne, un jour ou l’autre, trouvera son compte personnel dans vos textes. Ainsi peut naître, remarquez ma prudence de chat échaudé par la rareté des «retours» des lecteurs virtuels, l’amour de l’écrit.
Même si vous pensez ne pas être très à l’aise dans cette forme d’expression, ne vous censurez pas vous mêmes. Pas de plus mauvais juge de vous que vous !

    Osez répondre, osez écrire, osez critiquer. C’est du plaisir personnel que vous récolterez. Pourquoi investir ainsi sa capacité d’écriture ? Parce que qu’écrire, du plus dramatique au plus léger, notre oreille francophone ne n’y trompe pas, cela se termine obligatoirement par rire.


Os Court :

 « – Ah vous, vous tombez bien ! 
– Ça dépend comment l’on me pousse. » 

André Gaillard, Teddy Vrignault ( Les Frères Ennemis)


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur L’aimer écrire LEM 1011