Archives mensuelles : octobre 2016

Dragi Webdo n°113: obésité, HTA, antibiothérapie en pédiatrie, diabète et activité physique

Bonsoir à tous et joyeux Halloween!!! Malheureusement je n’ai pas eu le temps de concocter quoi que ce soit de spécial pour l’occasion hormis de publier ce Dragi Webdo numéro cent 13 en cette soirée de l’horreur. Sans plus attendre, c’est parti!


1/ Soins primaires
Commençons pour une fois par des interventions effectuées en soins primaires (c’est à dire le plus souvent en médecine générale). La première étude parle publiée dans le Lancet, randomisait une intervention brève sur l’obésité versus une intervention classique. Le médecin du bras intervention proposait donc des phrases telles que « Pendant que vous êtes ici, pourrions nous parler un peu de votre poids? Savez vous que le centre *Bidule* peut vous aider gratuitement à perdre du poids? Je peux vous y adresser et nous nous reverrons à ce sujet dans 1 mois ». Cette intervention permettait une réduction supérieure du poids: – 2,43Kg versus 1,04kg à 12 mois. C’est pas terrible quand même comme baisse…. Mais les auteurs concluent que l’intervention est efficace est acceptable.
2/ Cardiovasculaire
La HAS a publié une fiche mémo sur la prise en charge de l’HTA. C’est une redite des recommandations de la SFHTA de 2013, sans prise en comptes d’éventuelles avancées, ni de mise en avant de thérapeutiques (les IEC et ARAII sont toujours au même plan…) Étrangement, il faudrait passer rapidement à une bithérapie si la tension n’est pas contrôlée après 1 mois de monothérapie pour ne pas augmenter les effets indésirables liés à de fortes doses de médicament.  » Prescrire » dirait que multiplier les médicaments, c’est multiplier le risque d’effets indésirables. Par ailleurs, certains traitements (IEC par exemples) se débutent à faible dose et s’augmentent progressivement: difficile d’avoir des tension adaptées avant d’avoir atteint la dose efficace… Le point sur la fréquence des bilans s’avère un peu plus intéressant: tous les 1 à 2 ans pour la partie néphrologique (Na, K, créatinine, protéinurie) et tous les 3 ans pour la partie métabolique (glycémie, dyslipidémie). L’ECG n’est justifié que tous les 3 à 5 ans en l’absence d’autre facteur de risque.
Suite à l’article laissant supposer un lien entre supplémentation calcique et risque cardiovasculaire dont j’ai parlé il y a 2 semaines, un démenti n’a pas tardé à se faire entendre. Annals of internal medicine a publié un article provenant de la société américaine de cardiologie et de la société américaine d’ostéoporose pour dire que les études ne soutenaient pas un lien entre supplémentation calcique et maladie cardiovasculaire, mortalité cardiovasculaire ou mortalité globale. Ils précisent cependant qu’il ne faut pas dépasser 2,5g/j  d’apport calciques. (Je ne vous montre pas la liste des liens d’intérêt, bien plus longue dans cette étude que dans celle d’il y a 2 semaines).
3/ Infectiologie
Le HCSP  a émis son avis de vaccinations obligatoires concernant les professionnels de santé. Outre les classiques « DTP-hépatite B » (le BCG n’étant plus obligatoire), il semblerait que les vaccinations rougeole, coqueluche et varicelle puissent être nécessaire en l’absence d’immunité. Concernant qui a fait le plus parler sur les réseaux sociaux: le vaccin de la grippe, il n’est bien évidemment pas obligatoire, mais reste recommandé. D’après l’argumentaire du HCSP, ce vaccin pourrait dans certains cas diminuer la transmission aux patients dans les établissements de santé avec un faible niveau de preuves. Aucune étude ne semble aller dans ce sens pour les professionnels de santé en ambulatoire… Alors pourquoi vacciner? 
Une étude du Jama internal medicine parle des antibiotiques inappropriés. On peut voir que près de 50% des antibiotiques prescrits ne sont pas appropriée, c’est à dire que ce ne sont pas des antibiotiques de première intention. L’article ne revient même pas sur l’indication de ces antibiothérapies…
Heureusement pour nous, Archives de pédiatrie a compilé l’ensemble des traitements antibiotiques recommandés chez l’enfant! Pas de nouveauté sur les molécules mais modification des durées d’antibiothérapies dans les pneumopathies infectieuses non sévères: 5  jours (si 100mg/kg en 3 prises par jour) ou 7 jours (si 80-100mg/kg avec répartition en 2 prises par jour) pour l’amoxicilline quand suspicion de pneumocoque et 10 jours (au lieu de 14) pour la clarithromycine quand suspicion de bactérie atypique (clarithromycine en 1ère intention avant la josamycine).
Alors qu’en France on recommande que les nourrissons dorment dans la chambre parentale jusqu’à 6 mois pour réduire le risque de mort subite du nourrisson, les américains ont trouvé et recommandent qu’il faut poursuivre cela jusqu’à 1 an (je me demande si ceux qui ont rédigé ces recos ont déjà passé des nuits avec un enfant de plus de 6 mois dans leur chambre. Moi j’ai jamais pu dormir, et lui non plus…)
4/ Diabétologie
Pour finir, parlons exercice physique dans le diabète. Il semblerait que le moment de l’activité physique soit primordial. Ainsi, une étude en cross-over comparait 30 minutes de marche par jour versus 10 minutes de marche après chaque repas. C’est la que le critère de jugement doit être judicieusement choisi: les auteurs ont opté pour les glycémie post prandiales! Logiquement, quand on fait du sport juste après le repas, les glycémies post prandiales sont plus bases que si on fait du sport à un autre moment de la journée… Les évènements cardiovasculaires ne sont pas mesurés et les critères intermédiaires « classiques » (fructosamine car l’HbA1C n’a pas été étudiée, cholestérol et tension artérielle) ne sont pas significativement différents entre les groupes. Conclusions: mis à part démontrer que faire du sport après les repas, fait baisser la glycémie après les repas, cette étude n’est pas novatrice… Comme quoi, le critère de jugement est une fois de plus important.
C’est fini, avec à peine un jour de retard sur le planning! Encore un joyeux Halloween et à la semaine prochaine!!
@Dr_Agibus

Continuer la lecture

Publié dans actualité, DragiWebdo, veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°113: obésité, HTA, antibiothérapie en pédiatrie, diabète et activité physique

Saint-Etienne : condamné à 450 euros pour avoir menacé de mort un médecin de La Charité

  Bonjour « Je vais te crever ! » Après celle de Tourcoing, l’affaire nous est rapportée par Le Progrès : « Yazid n’est pas venu au Palais de justice (…) »  Le tribunal correctionnel de Saint-Étienne vient de condamner un Stéphanois de 47 ans à 450 euros : il avait publiquement menacé de mort un médecin de l’hôpital de la Charité […] Continuer la lecture

Publié dans Hôpital, justice, Le Progrès, médecine, Violences | Commentaires fermés sur Saint-Etienne : condamné à 450 euros pour avoir menacé de mort un médecin de La Charité

Les brochures Psycom fantômes

Des brochures à l’intention des patients ont été rédigées par la rédaction de la Revue Prescrire et l’association Psycom Ces brochures écrites, selon les règles de rédaction de Prescrire, c’est à dire avec rigueur et indépendance ont eu beaucoup de succès. Trop a priori, puisqu’elles auraient fâché certaines sommités universitaires qui n’ont pas le même … Continuer la lecture de « Les brochures Psycom fantômes » Continuer la lecture

Publié dans Métier | Commentaires fermés sur Les brochures Psycom fantômes

Incroyable mais vrai : 150 euros remboursés à tout fumeur souhaitant arrêter sans e-cigarette !

  Bonjour Le soleil décline. Demain nous serons le 1er novembre, vieille fête catholique et première journée du premier « Moi(s) sans tabac ». Et, déjà, deux chiffres fournis il y a quelques minutes par Marisol Touraine. La ministre de la Santé vient de donner le top départ (sic) de ce « grand défi collectif pour inciter un maximum de […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, alcoolisme, médecine, pédagogie, Polémique, politique, Santé publique, tabagisme, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Incroyable mais vrai : 150 euros remboursés à tout fumeur souhaitant arrêter sans e-cigarette !

E-Cigarette : qu’en aurait dit Fagon, Premier médecin du Roi et premier ennemi juré du tabac ?

  Bonjour Fléau du tabac, comment en sommes-nous arrivé là ? Dans la dernière livraison de La Revue du Praticien notre confrère Jean Deleuze nous éclaire : « Comment, au XVIIème siècle, la dépendance au tabac s’est mondialisée ». Où l’on apprend que le puissant Vatican aurait (là aussi) pu mieux faire : « Il y eut un moment de rejet. […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, argent, La revue du praticien, médecine, Polémique, politique, Santé publique, tabagisme | Commentaires fermés sur E-Cigarette : qu’en aurait dit Fagon, Premier médecin du Roi et premier ennemi juré du tabac ?

Sur François Hollande. Des journalistes devraient-ils écrire des phrases comme celles-là ?

Bonjour Nous traversons des temps étranges: la désinhibition semble devenir la nouvelle norme dans les hautes sphères politiciennes. La campagne présidentielle américaine en fournit une preuve quotidienne, de même que celle des pré-primaires françaises. Dans ce paysage automnal un point d’orgue semble atteint avec la publication d’un ouvrage sans précédent – son titre dit à lui […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde, médecine, Polémique, politique, Slate.fr, suicide, The New York Times | Commentaires fermés sur Sur François Hollande. Des journalistes devraient-ils écrire des phrases comme celles-là ?

Les revues prestigieuses, dont le JAMA, publient des résultats négatifs.. mais il faut que ces études soient de bonne qualité

Le 27 octobre 2016, le JAMA a publié un article intitulé : »Effect of Cranberry Capsules on Bacteriuria Plus Pyuria Among Older Women in Nursing Homes. A Randomized Clinical Trial ». Les 3 auteurs américains sont de Yale University dans le Connecticut… université prestigieuse ! Le protocole est disponible en ligne, avec des données supplémentaires, c’est bien. La conclusion est simple « Parmi… Continuer la lecture

Publié dans Résultats négatifs | Commentaires fermés sur Les revues prestigieuses, dont le JAMA, publient des résultats négatifs.. mais il faut que ces études soient de bonne qualité

Quand le journal « Le Monde » dit la cancérologie. CMT répond.

La première Une du « Monde »le 19 décembre 1944

Un article récent du journal Le Monde attirait le chaland avec un titre plutôt sensationnel : (ICI).

Cancer : « Le Monde » révèle des hausses inquiétantes pour certaines tranches d’âge



Lisez d’abord l’article et ensuite le commentaire de CMT, alias docteur Claudina Michal-Teitelbaum.

Chers journalistes

L’outil que vous avez élaboré est plaisant mais votre article passe malheureusement totalement à côté d’un certain nombre de questions majeures concernant l’évolution de l’incidence des cancers. Un outil n’est pas grand-chose sans un minimum de connaissances et réflexion.

Ainsi vous n’évoquez même pas le surdiagnostic concernant le cancer du sein, bien que vous le fassiez pour les cancers de la thyroïde et de la prostate.

Le surdiagnostic est lié au dépistage. Les estimations concernant le surdiagnostic pour le cancer du sein varient de 10 à 80%. 80% pour la dernière en date, qui se fonde sur une étude de l’évolution du taux  et de la taille des cancers au cours du temps aux USA et qui montre que bien que l’incidence des petits cancers inférieurs à 2cm ait augmenté de 162 pour 100 000, elle n’a été suivie que par une baisse de l’incidence des cancers du sein> 2 cm de 30 pour 100 00. Les auteurs  estiment donc que la différence pourrait être due au surdiagnostic http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1600249 . Cela veut dire que si l’incidence réelle des cancers est restée constante, environ 80% des femmes dépistées diagnostiquées avec un cancer du sein auraient été surdiagnsotiquées.

 Le surdiagnostic des cancers étant défini comme des cancers correctement diagnostiqués par l’histologie, mais qui n’auraient pas présenté de manifestations cliniques au cours de la vie de la patiente et qui ne lui auraient pas provoqué de gêne s’ils n’avaient pas été activement recherchéshttp://www.formindep.org/IMG/pdf/surdiagAnnaba_mai_2011_2pp.pdf . Certains incluent dans le surdiagnostic les faux positif. Et cela semble justifié dès lors que même l’histologie n’est pas fiable à 100% et pose donc la question des cancers qui n’en sont pas et sont traités à tort.

Cette question du surdiagnostic dû au dépistage systématique, avait été mise en lumière par des médecins généralistes depuis le milieu des années 2000, notamment par D Dupagne http://www.dailymotion.com/video/x6vxfp_le-depistage-du-cancer-de-la-prosta_lifestyle, Jean-Claude Grange, http://docteurdu16.blogspot.fr/2009/06/cancer-de-la-prostate-ne-pas-depister.html. Mais on les avait pris pour des loufoques jusqu’à ce qu’en 2012, l’USPTS américaine  et la HAS en France déconseillent le dépistage par dosage du PSA dans tous les groupes d’âge en raison de son inefficacité et de ses risques : https://www.uspreventiveservicestaskforce.org/Page/Document/RecommendationStatementFinal/prostate-cancer-screening .

Encore maintenant on peut penser que  beaucoup de médecins et patients évaluent très mal les apports, les tenants et aboutissants du dépistage. Par exemple une majorité de médecins comme de patientes pensent qu’une mammographie positive signifie des fortes chances pour une femme d’être diagnostiquée comme porteuse d’un cancer après biopsie. Or, ces chances ne sont que d’environ 7% après une mammographie positive http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=8157 . Ces chances sont appelées la valeur prédictive positive de la mammographie et dépendent de deux facteurs : les performances du test, sensibilité(capacité à diagnostiques correctement des malades) et spécificité (capacité à diagnostiques correctement des non malades) du test et la rareté de la maladie dépistée.

Pour une maladie rare comme le cancer du sein, on peut prendre des chiffres fictifs approchants. Si la mammographie a une spécificité de 98% et une sensibilité de 90%, et que la prévalence du cancer du sein est 100 pour 100 000 dans la population dépistée, cela signifie que 2% des 100 000 auront des résultats faussement positifs soit 2000 femmes. Tandis que 90 des 100 cancers seront dépistés à juste titre. Les chances d’avoir un cancer après mammographie seront donc de 90 sur 2000+90, soit de l’ordre de 4%.

Un autre problème lié au dépistage est qu’il permet de détecter des petits cancers. C’est son objectif et c’est le credo du dépistage qui postule que plus les cancers sont détectés tôt mieux c’est.

Mais des études ont montré que pour des cancers petits et localisés, les cancers canalaires in situ,  le fait de traiter ou non affecte peu la survie spécifique à 20 ans. En moyenne, aux USA le risque de mortalité sur 20 ans après le diagnostic par cancer du sein pour les femmes NON traitées pour un cancer canalaire in situ est de 3,3% http://www.bmj.com/content/351/bmj.h4555?etoc . Ces très petits cancers représentaient 3% des cancers avant la mise en place du dépistage, mais 20 à 25% après. A tel point que certains se demandent si appeler cela un « cancer » avec toute la charge émotionnelle et l’appréhension que cela induit, est appropriéhttp://jamanetwork.com/journals/jamaoncology/article-abstract/2427488 .

L’autre point que votre article ne met pas du tout en évidence est le poids écrasant du dépistage dans l’augmentation d’incidence des cancers.

En effet, si on utilise le taux standardisé monde, comme vous le faites, on peut alors traduire cela comme le risque moyen d’avoir un diagnostic de cancer chaque année (incidence) pour la population observée et indépendamment de la structure en âge de cette population.

Or on s’aperçoit qu’entre 1980 et 2005, années où l’on peut situer le pic des diagnostics de cancer ( 2005, que je choisis car bizarrement il n’y a plus s’estimation pour le cancer de la prostate après 2009 par l’INVS), le risque d’avoir un diagnostic de cancer chez la femme (le taux standardisé monde), tous cancers confondus est passé de 176,4 en 1980 donc à 248,8 pour 100 000 en 2005. Soit une augmentation du risque de 72,4 pour  100 000. Sur la même période le risque annuel d’avoir un diagnostic de cancer du sein, cancer LE PLUS FREQUENT DE LA FEMME, est passé de 56,3 à 98,8 pour 100 000. Soit une augmentation de 42,5 pour 100 00. On peut en conclure que le cancer du sein a contribué pour 42,5 / 72,4 soit 59% à l’augmentation du risque de cancer chez la femme pendant cette période. C’est énorme.

Pour la femme le cancer du poumon, associé au tabagisme, et le cancer de la thyroïde, associé au surdépistage expliquent 18,8 pour 100 000 des 29,9 pour 100 000 d’augmentation non associés  au cancer du sein. Au total, pour la femme, le surdépistage et le tabagisme expliqueraient environ 85% de l’augmentation observée entre 1980 et 2005.

Pour l’homme c’est encore plus simple, car si le risque total annuel de diagnostic de cancer était de 283,5 en 1980 et est augmenté à 396,1 en 2005, soit une augmentation de 112,6 le risque de diagnostic de cancer de la prostate, LE PLUS FREQUENT CHEZ L’HOMME, est passé de 24,8 pour 100 000 en 2001 à 127,1 pour 100 000 en 2005, soit un risque multiplié par 5, augmentation  de 102,3 totalement attribuable au dépistage par dosage du PSA . Dans ce cas le dépistage du cancer de la prostate par PSA a contribué pour 102,3 /112,6 soit pour 91% à l’augmentation du risque de diagnostic annuel de cancer. Cela fait beaucoup.

Quant à l’augmentation du risque de cancer chez les jeunes femmes une explication vraisemblable est le dépistage individuel des jeunes femmes, peu quantifié en France . On sait nénamoins qu’il représente environ un quart des femmes dépistées dont une majorité n’ont aucun facteur de risque (HAS, 2011). Les femmes ont recours au dépistage individuel sur incitation des médecins, en particulier les jeunes femmes en région parisienne http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=1614 .Or, chez les jeunes femmes, le risque de faux positifs et d’erreur diangostique à la mammographie et à  la biopsie est augmenté http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2203798.
Il est à noter que la diminution du risque de mortalité des cancers du sein et de la prostate a été MOINS RAPIDE que la diminution moyenne de mortalité pour les cancer, diminution d’ un taux annuel pour le cancer du sein de 0,6 et de 1,3 pour le cancer de la prostate contre une diminution de 1 pour la femme tous cancers confondus et 1,5 pour les hommes.
UNE CONCLUSION S’IMPOSE AU VU DE CES CHIFFRES, ET C’EST QUE L’AUGMENTATION DU RISQUE GLOBAL DE CANCER EST LARGEMENT UN ARTEFACT GENERE PAR LA TECHNIQUE, LE SURDEPISTAGE QUI, A SON TOUR, INDUIT UN SURTRAITEMENT MASSIF. D’où sans doute les conclusions du rapport du comité d’orientation en octobre 2016 recommandant, parmi deux scénarii, l’arrêt du dépistage du cancer du sein, http://www.concertation-depistage.fr/wp-content/uploads/2016/10/depistage-cancer-sein-rapport-concertation-sept-2016.pdf , rapport qui est une petite merveille et dont on espère qu’il ne sera pas jeté aux oubliettes comme les recommandations concernant le déremboursement des médicaments de la maladie d’Alzheimer.

Continuer la lecture

Publié dans cancer, Cancérologie, CMT, DECODEURS, le Monde | Commentaires fermés sur Quand le journal « Le Monde » dit la cancérologie. CMT répond.

L’expérience de la Page 17

J’avais emporté quelques livres pour un week-end un peu long dans la bonne ville de Lyon. Parmi ceux ci, il y avait « Rapport sur moi » de Grégoire Bouillier. Je l’avais acheté lors d’un déplacement loin de chez moi. Je l’avais … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Allia, bolano, Bouillier, littérature, livres, nocturne du chili, Rapport sur moi | Commentaires fermés sur L’expérience de la Page 17

Scandale des «anti-Alzheimer» : un responsable sanitaire s’étrangle dans Le Journal du Dimanche

  Bonjour La pression monte : les médias généralistes mettent de plus en plus en lumière la responsabilité de la ministre de la  Santé dans l’affaire-scandale des médicaments « anti-Alzheimer ». Combien de temps gardera-t-elle le silence sur les véritables raisons qui font qu’elle maintient le remboursement de quatre médicaments dont il est acquis, démontré, certifié, qu’ils sont […] Continuer la lecture

Publié dans argent, France-Inter, Intérêts (conflits), Le Journal du Dimanche, le Monde, médecine, médicament, Polémique, politique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Scandale des «anti-Alzheimer» : un responsable sanitaire s’étrangle dans Le Journal du Dimanche

Le tiers payant généralisé explique-t-il les agressions des médecins dans leurs cabinets ?

  Bonjour Après les urgences de l’hôpital de Tourcoing, une maison médicale de Châtellerault (Vienne).  Après Nord Eclair (Vincent Depecker), La Nouvelle République du Centre Ouest (Anthony Floc’h). La presse quotidienne régionale tient l’inquiétante chronique de ce qui, hier encore, était de l’ordre de l’impensable. Il était 17 h 30, vendredi 28 octobre quand le Dr Corinne […] Continuer la lecture

Publié dans Europe 1 La Nouvelle République du Centre-Ouest, médecine, Nord Eclair, Polémique, politique, Violences | Commentaires fermés sur Le tiers payant généralisé explique-t-il les agressions des médecins dans leurs cabinets ?

La pratique de la médecine (4) : Il faut agir

Bonjour Comme je l’ai déjà écrit, une étude a montré que le patient français sortait de sa consultation médicale avec une ordonnance dans 91% des cas. En effet, faire acte médical, c’est agir. C’est donc prescrire : des médicaments bien sur, mais aussi des bilans biologiques, des radiographies, mais aussi des actes de kinésithérapie etc. […] Continuer la lecture

Publié dans alimentation, croyance, Dépistage, façon de vivre, indépendance, liberté, médicaments, philosophie, problématique personnelle, réflexion personnelle, surmédicalisation | Commentaires fermés sur La pratique de la médecine (4) : Il faut agir

Cigarette électronique libérée : les buralistes aimeraient parapher l’armistice historique

  Bonjour Alliés possibles ou ennemis jurés ? S’intéresser à l’incurie française de la lutte contre le tabac impose de faire grand cas des buralistes. Et de leur site lemondedutabac.com. On se souvient du dernier rebondissement de « l’affaire cigarette électronique » : alors que l’on marchait vers Verdun le Pr Benoît Vallet, Directeur Général de la […] Continuer la lecture

Publié dans cigarette électronique, Intérêts (conflits), lemondedutabac.com, médecine, Polémique, politique, Santé publique | Commentaires fermés sur Cigarette électronique libérée : les buralistes aimeraient parapher l’armistice historique

Prendre du recul

Tout a commencé par un choix. Dans un stage d’étudiant hospitalier, on attribue souvent à chaque étudiant un ou plusieurs patients dont il est « responsable ». Un grand mot pour, dans la plupart des cas, dire que l’étudiant devra connaître « le … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Antalgique, Douleur, Ethique, études, étudiant, examen, expérience, externat, fin de vie, Hôpital, infirmier, Initiation, job, Litthérapeute, Litthérapie, médecin, médecine, Méthode, mort, mourir, OBSERVATION, patient, Réflexion, Santé, soin, soins, Soins palliatifs, Stage, technique, vie, Vocation | Commentaires fermés sur Prendre du recul

Marisol Touraine : à marche plus que forcée pour reconquérir son fief électoral royal

  Bonjour Chaque week-end, le rituel républicain : l’agenda prévisionnel pour la prochaine semaine de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Et chaque semaine ou presque, pour le vendredi, un « déplacement en Indre-et-Loire ». C’est comme le dit cet insupportable oxymore, son « fief électoral ». Elle y fut élue députée (3ème circonscription) en […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Ethique, Intérêts (conflits), La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Quotidien du médecin, médecine, politique | Commentaires fermés sur Marisol Touraine : à marche plus que forcée pour reconquérir son fief électoral royal

Grippe : Marisol Touraine va-t-elle obliger les professionnels de santé à se faire vacciner ?

  Bonjour Hier une telle question ne se serait pas posée. Mais le pré carré a changé. On vient de voir la ministre de la Santé décréter (sur RTL) qu’elle ne suivrait pas les recommandations de la Haute Autorité de Santé quant au déremboursement des médicaments dits « anti-Alzheimer » et qui ne le sont pas. Une […] Continuer la lecture

Publié dans En attendant H5N1, épidémie, Infectiologie, Intérêts (conflits), médecine, Polémique, politique, Santé publique, Slate.fr, vaccinations | Commentaires fermés sur Grippe : Marisol Touraine va-t-elle obliger les professionnels de santé à se faire vacciner ?

Peau lisse, la police ? CO Exmed

 
Peau lisse, la police ?


    Il en était question ici dans le CO du 21 octobre ( Le régalien mal en point). Le pouvoir a fini par donner sa réponse aux policiers dans la rue. Comme il est (hélas) coutumier les remèdes proposés se voulant «concrets» sont uniquement matériels. De meilleures armes, des véhicules, des ordinateurs et des locaux plus modernes. En gros un chèque avec quelques zéros va tout régler.


     Et bien, probablement pas.

Tout simplement parce que la souffrance probablement la plus destructrice des policiers provient de la façon dont ils sont traités par leur commandement. Une hiérarchie saucissonnée par l’obsession de démontrer l’efficacité de son action. Là encore, tyrannie sur les esprits des chefs grands et petites des chiffres, des courbes et des statistiques. « Faut faire du chiffre» est, disent tous les témoignages, le seul objectif.
 C’est une forme de harcèlement professionnel, qui, comme toutes les autres formes de violence collective, doit être pris à bras le corps.
 Sinon, même armés jusqu’aux dents, nos policiers garderont une peau pleine de boutons, et leur relation avec le public restera plombée.

F-M Michaut CO Exmed 28-30 octobre 2016 Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Peau lisse, la police ? CO Exmed

AVC : l’urgence de s’occuper de ce qui se passe après l’urgence (article actualisé)

Quatre heures, c’est le délai maximum pendant lequel on peut espérer réduire les conséquences d’un accident vasculaire cérébral, AVC,. Cela suppose donc de le reconnaitre vite les signes de cette pathologie qui ne prévient pas. Ce qui doit alerter c’est … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AVC, Kinésithérapie, NEUROLOGIE AVC, orthophoniste, psychomotricien, Rééducation | Commentaires fermés sur AVC : l’urgence de s’occuper de ce qui se passe après l’urgence (article actualisé)

Novembre : ne pas oublier de soutenir nos amis buralistes pendant «Moi(s) sans Tabac» !

  Bonjour Faute d’avoir compris ce qui se jouait avec la e-cigarette, et faute d’avoir augmenté les prix ce sera donc la grande affaire anti-tabac du quinquennat : le « Moi(s) sans Tabac ». Traduction « on arrête de fumer en novembre » (sic). « ‘’Moi(s) sans tabac’’est une opération nationale de santé publique qui consiste à proposer aux fumeurs de […] Continuer la lecture

Publié dans argent, médecine, Santé publique, tabagisme, Toxicomanies | Commentaires fermés sur Novembre : ne pas oublier de soutenir nos amis buralistes pendant «Moi(s) sans Tabac» !

Une majorité de députés vote en faveur des cancers du tabac sur l’Ile de Beauté

  Bonjour Cela s’est passé hier 27 octobre à l’Assemblée nationale. C’était lors du vote du projet de budget de la vielle sécurité sociale. On trouvera dans ces ahurissants débats les éléments pour un futur procès contre certains députés de droite et certains membres du gouvernement socialiste. Tout est résumé dans une dépêche de l’AFP […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, agence france presse, Cancérologie, Intérêts (conflits), lemondedutabac.com, médecine, politique, tabagisme | Commentaires fermés sur Une majorité de députés vote en faveur des cancers du tabac sur l’Ile de Beauté

Revues d’écologie : les articles les plus longs, avec le plus d’auteurs et le plus de références seraient plus cités

Le blog RetractionWatch pose une question : faut-il abolir les limitations de longueur des articles ? Nous savons que le plus souvent un article original dans une revue à comité de lecture a un format très standardisé : 3 000 à 4 000 mots (sans titre, résumé, références), limitation des illustrations, de 20 à 50 références selon la revue, et… Continuer la lecture

Publié dans Citations, Recommandations | Commentaires fermés sur Revues d’écologie : les articles les plus longs, avec le plus d’auteurs et le plus de références seraient plus cités

«Allo l’ANSM ? Ici Rennes… » Les impensables coulisses d’un essai clinique mortel

  Bonjour  Dès le départ quelque chose clochait.  Il y avait eu cet embarras manifeste de Marisol Touraine, ce déplacement en catastrophe à Rennes, cette colère rentrée, cette mort impensable. Nous étions à la mi-janvier de cette année. Neuf mois plus tard, des éléments d’explications. On les trouve, une fois encore, dans Le Figaro (Anne […] Continuer la lecture

Publié dans Ethique, Le Figaro, médecine, médicament, Polémique, politique, RTL | Commentaires fermés sur «Allo l’ANSM ? Ici Rennes… » Les impensables coulisses d’un essai clinique mortel

Eteplirsen et myopathie :Une maladie fatale, un médicament très cher et mal testé, une décision de mise sur le marché politique

Un traitement dont l’efficacité n’a jamais été démontré. Une maladie d’évolution mortelle et qui touche de jeunes garçons, un laboratoire qui va demander un prix qu’il estime raisonnable et qui frise les 300 000 euros. Une histoire exemplaire qui confronte … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Duchenne, eteplirsen, FDA, médicaments, myopathie, Téléthon, VARIA | Commentaires fermés sur Eteplirsen et myopathie :Une maladie fatale, un médicament très cher et mal testé, une décision de mise sur le marché politique

Islamophobie : une généraliste condamnée à un mois d’interdiction d’exercice. Avec sursis.

  Bonjour Notre Ordre peut, dans son infinie sagesse, condamner par ordre croissant. C’est d’abord l’avertissement, puis le blâme, puis l’interdiction temporaire d’exercer – avec ou sans sursis. Et, pour finir, la radiation pure, simple, et à peu près définitive. La juridiction de l’Ordre des médecins de Rhône-Alpes a tranché : elle vient de condamner une […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, croyance, Le Quotidien du médecin, médecine, Psychologie, religions | Commentaires fermés sur Islamophobie : une généraliste condamnée à un mois d’interdiction d’exercice. Avec sursis.

L’OMS manœuvre contre la cigarette électronique. Pour un peu on sombrerait complotiste…

  Bonjour Jusqu’où iront-ils ? L’information nous est fournie par le Pr Jean-François Etter (Institute of Global Health, Faculté de médecine, Université de Genève) : « Un nouveau rapport de l’OMS ne parvient pas à évaluer correctement les éléments de preuve sur les e-cigarettes et pourrait même saper les efforts internationaux pour réduire le tabagisme, dit un groupe […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, médecine, Polémique, Santé publique, tabagisme | Commentaires fermés sur L’OMS manœuvre contre la cigarette électronique. Pour un peu on sombrerait complotiste…

Marisol Touraine et les anti-Alzheimer: l’incompétence à visage humain

Capture d’écran 2016-10-26 à 22.14.49.png

 

Jusqu’au bout, Marisol Touraine aura été à l’image du quinquennat de François Hollande: veule, stupide, consternante. Scrupuleusement attachée, comme ses prédécesseurs de droite, à faire de la santé publique une simple variable d’ajustement du politique.

 

#AlzheimerGate

Revenons rapidement sur le sujet des Anti-Alzheimer: ces médicaments coûteux sont inutiles. Ils n’ont aucune efficacité clinique démontrée, ne freinent pas l’évolution de la maladie, ne retardent pas l’entrée des patients dépendants en établissement.

Ces faits sont connus, de longue date. Ils sont dénoncés, par un nombre croissant de médecins. Mais le poids de l’évidence, les études scientifiques qui s’accumulent, ne sont rien par rapport à l’inertie du système, la frilosité des agences, et l’incompétence des politiques. Rien, enfin, vis à vis du pouvoir des firmes pharmaceutiques et des lobbies qu’elles génèrent et entretiennent.

En 2011, déjà, la Haute Autorité de Santé avait publié un avis négatif sur cette classe de médicaments, mais les tiraillements internes entre experts pas pressés de déjuger brusquement leur enthousiasme passé avait abouti, malgré le travail titanesque fourni par l’un des experts, le docteur Philippe Nicot, médecin généraliste, à une recommandation ambigüe: à mots couverts, tout en reconnaissant l’inutilité clinique de ces médicaments pour les malades, et leur risque, il n’a pas été recommandé de les dérembourser au motif ubuesque qu’ils permettaient à la filière gériatrique qui en dépendait… de survivre. Tout au plus était-il conseillé aux médecins généralistes… de ne pas initier de nouveaux traitements!!! D’éminents gériatres s’étaient exprimés dans les colonnes des journaux, plaidant pour leur chapelle. Traduisons le fond de leur pensée: « Si nous révélons que nous n’avons pas de traitement efficace, si nous cessons de prescrire des molécules inutiles voire potentiellement dangereuses, pourquoi les patients continueraient-ils à nous consulter, pourquoi les familles continueraient-elles à amener leurs proches malades aux consultations mémoire? » On peut y voir, au choix, du pur cynisme, ou cette forme de paternalisme médical qui consiste à mentir au patient pour son bien.

Cinq ans plus tard, la HAS publie un nouvel avis, et celui-ci est plus tranché. L’inutilité des traitements est reconnue, et le maintien de leur remboursement est considéré comme très problématique, dans un environnement financier contraint où la ministre fait semblant de courir après les économies, où l’antienne « chaque euro dépensé doit être un euro utile », est psalmodiée rituellement, après Xavier Bertrand et Roselyne Bachelot, par Marisol Touraine.

Capture d’écran 2016-10-26 à 22.13.24.png

L’avis de la HAS « fuite » dans Libération, ou un Eric Favereau très bien inspiré interviewe longuement Olivier Saint-Jean, membre de la Commission, et l’un des spécialistes les plus critiques sur ces traitements depuis longtemps. Celui-ci décrypte toute l’histoire, les manipulations des firmes, la très faible qualité scientifique des études de départ ayant amené à survendre ces produits inutiles, puis l’accumulation de preuves de leur inefficacité. Sans jamais dénoncer clairement le fonctionnement des agences, il explique que les temps ont changé, que les informations ont amené la HAS à revoir son avis. En français, cela signifie simplement que certains des experts ont, avec le temps, été obligés de constater l’évidence: leur position n’était plus tenable, d’autant que leurs liens d’intérêts avec les firmes avaient entre-temps été révélés. Dans cette affaire, comme dans plusieurs autres affaires touchant des médicaments soudain sur la sellette, il n’y a jamais de coupable. On attend, on tergiverse, on dilapide l’argent public, on fait courir des risques aux malades, et puis un jour du bout des lèvres on lâche le médicament en cause, en expliquant qu’il est maintenant obsolète, et que de toute façon on ne le prescrivait plus, depuis longtemps, ou si peu.

Rapidement, la contre-attaque s’organise. Le lobby se met en branle. Sur les réseaux sociaux, on fustige Olivier Saint-Jean, cet ayatollah opposé aux médicaments, ou bien encore les liens d’amitié supposés entre le journaliste et sa source. Relayant l’information après avoir déjà fréquemment bataillé sur ce dossier, j’ai la surprise de voir un confrère psychiatre ( dont les liens d’intérêts, éclairants, sont consultables sur transparence.sante.gouv.fr ) expliquer que je suis un écrivain de talent, mais certainement pas un pharmacologue. Sempiternelle ritournelle des experts de l’expertise, qui eux savent, mieux que le clampin moyen, même s’ils n’ont en main aucun élément scientifique, aucune étude, pour appuyer leurs dires.
Dans le flou persistant pendant quelques semaines, tandis que la HAS tarde à publier son avis, que le ministère fait le dos rond, voici qu’apparaît France-Alzheimer, qui s’inquiète du possible déremboursement de médicaments inutiles aux effets indésirables potentiels gravissimes. Avec des défenseurs de patients aussi zélés, les laboratoires ( qui, généreux mécènes, financent l’association) n’ont qu’à bien se tenir!

Le courage, c’est maintenant

La balle est maintenant dans le camp de l’intrépide, de la perspicace, de la courageuse Marisol Touraine. Celle qui porte le bilan sociââââââl de François Hollande, essentiellement un tiers-payant généralisé à la charge des médecins, pour le plus grand bien des assurances complémentaires. Tiers-payant totalement virtuel, d’ailleurs, puisque retoqué par le Conseil d’Etat, et pas prêt de s’appliquer en France, au grand dam des « mutuelles » qui avalent vos cotisations pour refaire la pelouse de leurs stades gigantesques, sponsoriser des catamarans, ou beurrer les épinards d’ex-comiques de répétition.

Marisol Touraine, donc, se retrouve devant un choix simple. Acter l’inutilité et la nocivité de ces médicaments, ordonner leur déremboursement ( dans un premier temps) puis les modalités de leur arrêt de commercialisation ( puisqu’il en va de la santé des malades). Ou bien satisfaire les lobbies, maintenir un statu-quo déclinant, ne pas faire de vague, surtout, ne pas ouvrir une nouvelle brèche dans le pédalo en voie de submersion de François Hollande.

Et Marisol Touraine tranche:  pas question de dérembourser ces médicaments, dans l’état actuel des choses. Pas tant que ne sera pas mis en place « un protocole de soins en accord avec les scientifiques et les associations de patients ». Traduisons-la: il n’est pas question, même en s’appuyant sur des données scientifiques accablantes, de désespérer Billancourt et de mettre un terme à une affaire qui marche. Pas question de dire la vérité aux malades, à leurs familles, ce qui nécessiterait du courage, ouvrirait la porte à des questionnements aussi légitimes que dangereux pour les pouvoirs en place: « Depuis combien de temps saviez-vous? Quels éléments nouveaux font basculer la décision? Qui a payé le prix de votre lâcheté, de votre malhonnêteté intellectuelle? » Non, rien de tout ça. On attendra un « protocole ». On se cachera encore pendant quelques années derrière les apparences, derrière un modèle obsolète, honteux, où on n’imagine pas un instant qu’un soignant a envers un patient et sa famille un devoir d’accompagnement, un devoir de vérité, plutôt qu’une obligation à prescrire, à prescrire n’importe quoi pour faire fonctionner la filière et cultiver des espoirs qui sont autant de supercheries.

2725545734.jpg

Cela coûtera au pays encore quelques centaines de millions d’euros( 180 millions par an en 2016, 300 millions par an à la grande époque). Encore quelques centaines ou milliers d’accidents vasculaires, de troubles du rythme cardiaque, de chutes, de fractures du col du fémur. Cet argent qui aurait pu, qui aurait du, financer depuis des années des milliers de postes d’aidants, d’aides-soignants, de kinésithérapeutes, d’orthophonistes, continuera d’être dilapidé en pure perte. Mais avec un peu de chance personne ne fera le lien avant longtemps. Et les ministres qui se sont succédés éviteront le box des accusés. Ou pas.

Mais puisque les politiques ont choisi la lâcheté, que les médecins qui hésitaient encore le comprennent bien: avec l’avis de la Haute Autorité de Santé, ils ont le droit d’arrêter des médicaments inutiles et dangereux. Certains diraient même, mais le concept fera sourire en ces temps, que c’est un devoir.

 

La Boîte Noire:

En  Septembre 2003, un groupe de médecins généralistes suédois m’avait demandé d’animer un séminaire indépendant sur le système de santé français. A la fin de celui-ci, gênés, à voix basse, certains d’entre eux étaient venus me demander: « Est-ce que vous aussi, en France, vous avez l’impression que les médicaments contre l’Alzheimer ne servent strictement à rien?« 

Je n’ai aucun lien avec des firmes pharmaceutiques. Je n’ai jamais prescrit de médicaments anti-Alzheimer, je n’ai jamais accepté de renouveller une ordonnance de ces médicaments, arguant de ma responsabilité médicale, civile, éthique. C’était possible. Ca l’est aujourd’hui plus encore. Et dans ce combat, l’aide de revues indépendantes comme la Revue Prescrire, l’aide de confrères ou de consoeurs « droits dans leurs bottes », m’a été particuièrement précieuse. Je tiens à les en remercier.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Marisol Touraine et les anti-Alzheimer: l’incompétence à visage humain

Sida : le mythe du « patient zéro » Gaëtan Dugas vole (enfin) définitivement en éclats

  Bonjour « Ah, la légende du patient « zéro »… ! Combien de fois avons nous colporté cette croyance, à nos externes ou internes, en conférence ou à nos proches … Je crois même me souvenir que Mirko Dražen  Gremk, dans son « Histoire du sida » (1989) l’avalisa…. La légende s’écroule …? Tant mieux… C’est bien pour la mémoire du […] Continuer la lecture

Publié dans croyance, épidémie, Ethique, Gènétique, Infectiologie, Le Journal de Montréal, médecine, Nature, Santé publique, Science, sexualité, Slate.fr | Commentaires fermés sur Sida : le mythe du « patient zéro » Gaëtan Dugas vole (enfin) définitivement en éclats

L’Open Access voie dorée (avec APC) est accepté par la plupart des revues prestigieuses : exemple de l’Urologie

European Urology, la revue de European Association of Urology vient de mettre en accès libre un éditorial intitulé « Open access. Open science. Open urology », et les opinions exposées doivent s’appliquer à la plupart des disciplines. Tout d’abord, les lecteurs lisent sur des smartphones, et veulent tout, à tout moment, n’importe où, et gratuitement. Quand vous tombez sur un paywall sur… Continuer la lecture

Publié dans Citations, Open access | Commentaires fermés sur L’Open Access voie dorée (avec APC) est accepté par la plupart des revues prestigieuses : exemple de l’Urologie

RETOURNER LE RÉTROVISEUR ?

Peu le temps ni le goût d’écrire en ce moment mais l’envie de proposer dans un premier temps un peu de relativisme dans ce monde de brutes multicolores.

Je n’ai pas cherché ce qui va suivre. Parfois les plus belles perles se présentent spontanément sur notre chemin, alors on les ramasse, on les observe, on médite et on peut aller jusqu’à les partager. Ces perles sont des affiches qui datent, des pages qui sentent le temps. N’en demandez pas plus, je ne saurai répondre avec précision. Faufilez-vous entre les lignes écrites par des médecins de l’époque, posez vos yeux sur les images anciennes, passez mes quelques commentaires si vous les trouvez futiles. Regardons ensemble dans le rétroviseur de ce drôle de monde qu’est le monde médical en conservant à l’esprit qu’il s’agit là d’éléments passés voire dépassés. Ensuite nous retournerons le rétroviseur.
Saviez-vous pourquoi la femme possède deux seins ?

Dame nature ayant prévu (elle est très prévoyante Dame nature) une paire de « mamelles » par enfant, l’expulsion de jumeaux est anormale.

Mais même si Dame nature a prévu une paire de « mamelles » et du lait maternel, l’homme a toujours eu la prétention de se hisser au moins à son niveau. 

Le médecin a cependant l’humilité d’être approximatif concernant la durée de la grossesse d’autant que la nature semble brouiller les pistes en fonction du lieu de vie de la femme enceinte. Quid de la femme qui déménagerait de France en Allemagne en cours de grossesse ? Quant à l’homme en partance, à qui faire certifier la date de séparation ? L’huissier ou le médecin ? 


Sans attendre le seuil des 300 jours, en grand seigneur le prince charmant pourra toujours conduire son ex « à toute époque de la grossesse » dans une maison d’accouchement confortable.
Et prier pour qu’elle ne développe pas une folie furieuse puerpérale ! 
Si votre douce se plaint de « goûts bizarres », vous savez ce qui vous attend.

Si vous ne savez pas, vous pouvez toujours aller faire un tour aux couveuses avec des bébés vivants à l’intérieur s’il vous plaît. Cela peut être utile, intéressant et instructif.

Quelques conseils pour coucher bébé, une histoire tourneboulante à dormir debout ! (Je rappelle pour les zappeurs du net qu’il s’agit là de regarder dans le rétroviseur ce qui s’écrivait jadis sur ce sujet donc à ne pas prendre pour des conseils actuels, merci)
Et les vaccins au fait ? Celui contre la tuberculose, vous en pensez quoi docteur ?
Valeur thérapeutique incertaine mais innocuité absolue à condition que…

Des docteurs connus et réputés conseillent même…

Pas obligatoire mais le mieux est de demander conseil à son médecin pour se dégager de toute responsabilité.

J’adore les passages de ce gros bouquin désarticulé aux pages jaunies qui sentent tellement le temps. Le temps présent ?

Le temps d’avant : Robert, ça y est, ils arrivent, les biberons Robert !

Les campagnes d’affichage de maintenant du Robert de Béziers… Le pire. Épuisant les grands et les mi grands.

Aïe ! Pas de politique (si cela s’appelle de la politique) ! On a dit surtout pas de politique ! Encore moins pendant les repas conseillaient les docteurs pour une bonne hygiène alimentaire. Il faut toujours écouter les docteurs, ils savent eux ce qui est bon ou pas : 

D’autant que la politique, ça fait monter la tension mais heureusement :

Tout est bon dans cette affiche, le nom du laboratoire dans le nom du médicament, l’action douce et prolongée sans dépression secondaire, l’image du patient hypertendu mais qui a l’air si serein malgré ses 21 de tension. On flippe pour moins que ça de nos jours non ?

A en croire l’image suivante d’un autre laboratoire, on devait se refiler le même dessinateur à l’époque. Regardez le patient, c’est le même non ? Ou alors s’agissait-il des prémices d’une future OPA ? 

Le syndrome de la cinquantaine n’est donc pas un mythe, et mieux que ça, il se traite et c’est remboursé !

Enfin le meilleur pour la fin. Quelques conseils pour rester bien portantes mesdames : 

Allez les filles lustrez-moi ça, il faut que ça brille.

Quant aux jeunes hommes ces branleurs ! La branlette cette déformation sexuelle ! Ce fléau qui perturbe le système nerveux de façon définitive !

***

Regarder dans le rétroviseur peut faire sourire.


J’ai souri à la lecture de ces passages, à la vue de ces images. Un sourire retenu, non moqueur. Car regarder dans le rétroviseur permet de relativiser tout en prenant conscience que l’on sourira sur nous, nos dogmes, nos certitudes et nos questionnements actuels d’ici quelques décennies.

**

Puis j’ai retourné le rétroviseur.


Alors j’ai souri d’un sourire un peu triste, grimaçant et désabusé face à ces dogmes, certitudes, (im)postures dans certains domaines de la médecine que l’on sait urgent et utile à revoir ou réinterroger dès aujourd’hui.

L’actualité toute fraîche sur le dépistage organisé du cancer du sein (voir ce texte ici) ou encore la décision du ministère de la santé de ne pas dérembourser les médicaments anti-Alzheimer (malgré ce communiqué de la Haute Autorité de Santé) ne semblent pas à même d’effacer mon rictus.

De mes yeux de minuscule médecin de bas terrain vague, voilà ce que représente de nos jours la principale brutalité infligée aux patients sans pour autant en nier les autres formes auxquelles je participe probablement, un peu, parfois, beaucoup, passionnément, à la folie. Quand on sait mais que l’on tait ou que l’on décide de s’asseoir sur ce qui est prouvé, c’est scandaleux.
*

Retourner le rétroviseur, ce n’est pas regarder dans une boule de cristal mais bel et bien s’attendre à de futurs scandales.

**

Voltaire disait de la médecine : «L’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit.»

Je me demande si on ne peut s’autoriser à penser que l’art de la politique ne consiste pas à distraire le peuple pendant que la finance le spolie.


***
En savoir plus sur :

-la médiocrité de la ministre de la santé : il suffit de la voir à l’œuvre dans les média chaque jour, cette fin de règne est un festival. La levée de fonds pour une éventuelle campagne de son mentor primerait-elle sur la santé publique ?

-le Rapport du comité d’orientation sur le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie (09/2016) :


-l’Avis de la commission de transparence sur les médicaments de la maladie d’Alzheimer : publication prochaine ici


Les pages qui sentent le temps sont issues d’un ouvrage dont la publication daterait des années 1935-1940, intitulé La nouvelle médecine familiale, Éditions Musy Frères, écrit par les Drs Brillault, Petit, Baumel, Bercovici, Doubosarski de la faculté de médecine de Paris et la Dr Strary de la faculté de médecine de Genève. 

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur RETOURNER LE RÉTROVISEUR ?

Camouflet à la Haute Autorité de Santé : Touraine maintient les anti-Alzheimer remboursés

  Bonjour Le méchant abcès ne sera donc pas vidé : Marisol Touraine se refuse à dérembourser quatre médicaments inefficaces et potentiellement dangereux.  La ministre de la Santé semble se moquer du fait que ces quatre spécialités « anti-Alzheimer ont représenté et continuent de constituer un gouffre financier pour la collectivité : L’Aricept ® (donepezil) de la firme […] Continuer la lecture

Publié dans argent, Ethique, Intérêts (conflits), Le Quotidien du médecin, médecine, médicament, Polémique, politique, RTL, Santé publique, Slate.fr | Commentaires fermés sur Camouflet à la Haute Autorité de Santé : Touraine maintient les anti-Alzheimer remboursés

Réductionnisme réducteur

Dans son discours de la méthode, Descartes a argumenté sur la nécessité de décomposer les objets d’études en autant de parcelles qu’il était possible, pour trouver des lois et des explications à partir du plus simple ou du plus petit. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans clinique, épistémologie, médecine, réductionnisme, sciences biomédicales | Commentaires fermés sur Réductionnisme réducteur

Le doigt tendu ou la rentrée est-ce vraiment une formalité (suite)?

Evan comme tous les enfants de son âge même les différents, venait de faire son entrée en 6ème. Heureux d’en être arrivé là, joyeux, motivé. Depuis 2005, la loi française demande en théorie d’intégrer les enfants à particularité en milieu ordinaire. En théorie bien sûr.

Après de nombreuses hésitations et des discussions à n’en plus finir, Florence, sa mère, avait suivi son souhait d’être un enfant normal dans son collège de secteur avec les camarades qu’il côtoyait depuis la maternelle. Ils avaient appris à le connaître, ils l’appréciaient, il ne serait pas seul, il serait épaulé.

Mais là, ont aussitôt soufflé des vents contraires: une nouvelle auxiliaire de vie scolaire froide sans empathie décrétant d’emblée que  » cela allait au-delà de ses compétences  », une professeure principale assez brave mais dépassée d’entrée de jeu, une nouvelle principale du collège noyée dans la réforme avec un dénominateur commun pour tous les intervenants: la certitude d’être bienveillants, d’avoir déjà tout essayé et de tout faire de manière optimale.

Cette fameuse autosatisfaction frisant la suffisance, souvent décalée.

Elle a gangrené l’école publique depuis des décennies, un enlisement inextricable dans la médiocrité.

Elle rend impossible l’épanouissement des enfants en particulier ceux en difficultés, quelles que soient les difficultés.

Les élèves subissent, plus ou moins selon leur caractère et leurs problèmes, un système rigide, immuable et perdu d’avance mais aussi le bon vouloir individuel des différents protagonistes.

En effet, les paroles encourageantes ne sont pas innées et l’empathie et la bienveillance ne sont malheureusement pas des matières enseignées aux professeurs.

On a tous le souvenir d’un professeur qui nous a mal parlé, enfoncé, et qu’on a détesté. J’étais la bête noire de Mme P. ma prof de bio de 1ère et de terminale (ancêtre de la SVT), elle me déchirait chaque fois qu’elle en avait l’occasion.

Elle m’a dit que je ne ferai jamais une carrière scientifique.

Lorsque j’ai eu ma première année de médecine, je lui ai donc envoyé une photocopie (ancêtre du selfie) de mon majeur tendu.

J’aurais volontiers continué mes vulgarités en 6ème année après le 2ème concours mais j’ai alors appris son décès.

Les gentils et les méchants finissent de la même manière mais ne laissent pas le même souvenir. Cela ne m’a pas arraché le cœur mais je ne serais jamais allée cracher sur sa tombe…

Puis la vie a continué. J’ai essuyé d’autres mépris qui m’ont plus ou moins servi ou desservi.

Et puis il y a eu le Pr D., Grand chef de service de dermatologie dans un Grand hôpital qui m’a (enfin) apprécié. Il m’a jugé intelligente et vrai ou pas, cela m’a beaucoup stimulé. Le cerveau est une zone de travail mais aussi d’émotions.

Il m’a (gentiment) confié des travaux, publiés par la suite dans des revues internationales.

Et on ne m’a alors plus jamais dit que je n’étais pas une scientifique.

A tous les Pr D. Ceux qui vous ont aidé. Ceux qui vous ont relevé.

A toi Evan et à tous les autres dont le jour viendra.

À l’hologramme du majeur tendu (le papier aura disparu) que vous enverrez au système et à certains de ses représentants.


F

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le doigt tendu ou la rentrée est-ce vraiment une formalité (suite)?

Cigarette électronique : armistice historique entre Vapoteurs et Direction Générale de la Santé

Bonjour C’est, en France, l’une des grandes questions de santé publique : l’exécutif sanitaire acceptera-t-il d’intégrer la cigarette électronique dans la politique de réduction des risques tabagiques. Après les espérances du printemps on en était resté sur un abcès : un bras de fer sans précédent contre le ministère de la santé. Et ce « au nom du […] Continuer la lecture

Publié dans addictions, médecine, Polémique, Santé publique, tabagisme | Commentaires fermés sur Cigarette électronique : armistice historique entre Vapoteurs et Direction Générale de la Santé

E-cigarette et bronchopneumopathie chronique obstructive : les pneumologues attigent

  Bonjour Qui connaît mieux la BPCO que les pneumologues et les buralistes ? La « broncho-pneumopathie chronique obstructive » est une maladie grave du système respiratoire. Evolutive et difficilement réversible elle est à l’origine de 17 000 morts prématurées chaque année. Un « tueur silencieux »… une asphyxie progressive presque toujours causée par la consommation chronique de tabac. Voici ce […] Continuer la lecture

Publié dans cigarette électronique, médecine, Polémique, tabagisme | Commentaires fermés sur E-cigarette et bronchopneumopathie chronique obstructive : les pneumologues attigent

Publish, Don’t Perish! : excellent éditorial pour mieux publier des recherches qualitatives, mais aussi quantitatives !

Six rédacteurs de revues de Sciences sociales ont co-signé un éditorial très intéressant dans la revue Social Work Education. Il s’agit des sciences sociales, donc d’un édito long sans intertitres (8 pages), un peu dur à lire ! Mais intéressant. Il est en accès libre avec comme titre « Publish, Don’t Perish! Strategies for getting published in peer reviewed journals ». Ils… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Intégrité scientifique, Medical Writing, Qualitatif | Commentaires fermés sur Publish, Don’t Perish! : excellent éditorial pour mieux publier des recherches qualitatives, mais aussi quantitatives !

Beta-bloqueurs après infarctus du myocarde

Les bêta-bloqueurs comme l’aténolol, le bisoprolol, l’acébutolol, sont utilisés dans le traitement de l’infarctus du myocarde.  Une étude française publiée dans le BMJ en octobre 2016 étudie la mortalité post-infarctus du myocarde selon les modalités de prescriptions du bêta-bloqueur, notamment la

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Beta-bloqueurs après infarctus du myocarde

Lisinopril, chlortalidone, amlodipine et troubles du rythme cardiaque

Un article paru dans JAMA Internal Medicine d’août 2016 étudie l’influence d’un traitement par lisinopril, Prinivil*, amlodipine, Amlor*, ou chlortalidone, diurétique thiazidique de référence non commercialisé en France isolément, sur l’incidence de troubles de la conduction cardiaque. Par rapport à

Continuer la lecture

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés sur Lisinopril, chlortalidone, amlodipine et troubles du rythme cardiaque

Anticholinergiques, atropiniques et déclin cognitif

Beaucoup de médicaments antipsychotiques, appelés aussi neuroleptiques, ont en plus de leurs propriétés antidopaminergiques, d’autres propriétés, en particulier un effet anticholinergique, appelé aussi atropinique et antimuscarinique. Une étude publiée dans Psychol Med en août 2016 montre que l’altération de tests cognitifs

Continuer la lecture

Publié dans pharmacovigilance | Commentaires fermés sur Anticholinergiques, atropiniques et déclin cognitif

Procédure de mise en invalidité

Tout médecin, généraliste ou spécialiste, peut transmettre une demande d’invalidité pour un patient au médecin conseil de la Sécurité Sociale. Un arrêté du 1er juillet 2016 a défini un nouveau modèle de formulaire de demande de pension d’invalidité, imprimé CERFA 11174*05, […] Continuer la lecture

Publié dans Aménagement : invalidité, capacité, gain, généraliste, invalidité, maladie, médecin, mise, procédure, salarié, spécialiste, travail | Commentaires fermés sur Procédure de mise en invalidité

Aprémilast, Otezla*, dans le psoriasis

L’aprémilast, apremilast, est un inhibiteur de la phosphodiestérase 4, PDE4 , commercialisé en France en octobre 2016, sous le nom d’Otezla*, comprimés à 10, 20 et 30 mg, avec l’indication psoriasis, formes cutanées et rhumatisme psoriasique, après échec des traitements

Continuer la lecture

Publié dans Nouveaux médicaments | Commentaires fermés sur Aprémilast, Otezla*, dans le psoriasis