Archives mensuelles : mai 2015

Lettre à l’expert visiteur

Cher confrère, Permets moi de t’écrire un petit mot ici pour te dire ce que je n’ai pas pu pendant cette semaine que nous avons passée ensemble. Ce n’est pas l’envie qui m’en a manqué, mais comme tu as su me le faire remarquer, en tant que président de CME, je me dois de montrer […] Continuer la lecture

Publié dans Au bonheur des obsessionnels, burn-out, Certification, CME, Hôpital | Commentaires fermés sur Lettre à l’expert visiteur

Travailler à l’hôpital

Chers collègues, L’actualité nous conduit à présenter quelques documents sur le travail en général, et le travail à l’hôpital en particulier. Sur France Inter, l’émission Affaires sensibles a retracé l’histoire des 35 heures le 25 mai dernier. Dans son rapport de décembre 2014 sur … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans DNF | Commentaires fermés sur Travailler à l’hôpital

Le patient-traceur

Le patient-traceur est une des grandes nouveautés de la certification V2014. Le principe est redoutablement simple: le médecin-expert choisit un patient de l’établissement audité, discute avec l’équipe soignante puis avec le patient en tête à tête. Ce « carottage », associé à une analyse des processus permet aux experts de se faire une bonne idée de la … Lire la suite Le patient-traceur Continuer la lecture

Publié dans médecine | Commentaires fermés sur Le patient-traceur

Pensée du jour en direct de la Tate Modern

« Penser c’est pour l’âme s’entretenir en silence avec elle même. » Platon Source « Avec moi-même » Sonia Delaunay Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Pensée du jour en direct de la Tate Modern

On Melancholy Hill – Gorillaz

Classé dans:Musique et Arts Continuer la lecture

Publié dans Musique et Arts | Commentaires fermés sur On Melancholy Hill – Gorillaz

Cancer/ ASCO15 : Métastases cérébrales, moins irradier pour de meilleurs résultats.

Faire moins et faire mieux , c’est le message que veulent faire passer des radiothérapeutes dans le cadre du traitement des métastases cérébrales des cancers.: La découverte de métastases cérébrales lors du suivi d’un patient atteint de cancer, comme par … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Alliance, cancer, métastases cérébrales, radiochirurgie stéréotaxique, Radiothérapie | Commentaires fermés sur Cancer/ ASCO15 : Métastases cérébrales, moins irradier pour de meilleurs résultats.

Les auto-citations fortement suggérées aux auteurs par les reviewers : phénomène fréquent ou pas ? acceptable ?

Cet article de canadiens et hollandais dans « Journal of Psychosomatic Research’ me semblait dur à lire (janvier 2015, numéro 1)… mais, avec concentration et une heure, il est très documenté, factuel. Les méthodes sont excellentes, et on sent un travail bien fait qui donne confiance. Ils ont évalué les avis de 526 reviewers ayant évalué 276 manuscrits soumis au J… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Les auto-citations fortement suggérées aux auteurs par les reviewers : phénomène fréquent ou pas ? acceptable ?

L’anti-manuel (4)

Il n’y a qu’une seule bonne façon de formuler la première équation, mais il faudra toujours la reformuler*. C’est écrit nulle part, mais ça tombe sous le sens. Une seule bonne façon… Pour formuler la première équation selon le langage et la grammaire de PubMed, il n’y a pas 36 façons de faire. Aucun mot-clé […] Continuer la lecture

Publié dans PubMed | Commentaires fermés sur L’anti-manuel (4)

Fraude d’un article de Science ou non ? Histoire de l’enquêteur gay du billet du 25 mai

Mon billet du lundi 25 mai relatait une histoire qui paraissait simple, compte tenu de la demande de rétractation de l’article publié dans Science. En fait, cette histoire est partie pour durer car le buzz continue dans la presse américaine. Que s’est-il passé ? Science a rétracté l’article sur la demande du 2ème auteur, leader d’opinion connu, sans réellement consulter… Continuer la lecture

Publié dans Rétractation | Commentaires fermés sur Fraude d’un article de Science ou non ? Histoire de l’enquêteur gay du billet du 25 mai

CANCER/ ASCO15 : une nouvelle place pour la chimiothérapie dans le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le seul des quatre tumeurs les plus fréquentes (sein, poumon, colo, prostate) à ne pas bénéficier d’un protocole de chimiothérapie bien établi. « Etait » devrait-on dire car les résultats présentées lors de la conférence ASCO15 … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ASCO15, canceer, cancer, chimiotherapie, docetaxel, prostae | Commentaires fermés sur CANCER/ ASCO15 : une nouvelle place pour la chimiothérapie dans le cancer de la prostate

L’anti-manuel (3)

Vanter les performances de PubMed dans la recherche d’une solution à un problème clinique est manifestement outrancier. Pourtant, certains ne se sont pas privés de le faire. En France, c’est là* ; aux Etats-Unis, c’est là. Rappel : la vocation première d’une banque de données bibliographiques est de référencer un article scientifique ou une thèse […] Continuer la lecture

Publié dans PubMed | Commentaires fermés sur L’anti-manuel (3)

Du people et du pipeau

  Devant la multiplicité des médias traitant soudain ce sujet, j’imagine que l’assurance maladie a souhaité communiquer sur les sorties précoces de maternité. M6 a choisi de traiter le sujet à la n’importe nawak. Autant d’inepties et de contres-vérités débitées en 3 minutes (à 15’20), ça frise l’exploit. Je vous laisse en juger avec cette transcription […] Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, désinformation, maternité, médias, Pffffff, Post partum | Commentaires fermés sur Du people et du pipeau

Les MMT sont partenaires de Doctors 2.0 and You : évènement parisien unique en Europe !

Les 4 et 5 juin à Paris nous serons nombreux à participer à la 5ème édition de la Conférence Doctors 2.0 and You pour aborder tous les thèmes de santé […] Continuer la lecture

Publié dans Accueil, Doctors 2;0, entreprise, médecins, objets connectés, Patients, santé digitale | Commentaires fermés sur Les MMT sont partenaires de Doctors 2.0 and You : évènement parisien unique en Europe !

Influence de la presse médicale sur les prescriptions des médecins généralistes libéraux. Etude quantitative en Haute-Vienne (Thèse de Étienne Lasalle le 12 mai 2015)

Accéder au texte intégral de la thèse L’influence des firmes pharmaceutiques sur les prescriptions médicales est de mieux en mieux connue d’un point de vue scientifique à défaut de l’être de la part des prescripteurs. En 2013, un manuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été traduit en français par la Haute Autorité […] Continuer la lecture

Publié dans Influences, LECTURES, liens d'intérêts, médecins généralistes, prescriptions médicamenteuses, thèse médecine, Thèses | Commentaires fermés sur Influence de la presse médicale sur les prescriptions des médecins généralistes libéraux. Etude quantitative en Haute-Vienne (Thèse de Étienne Lasalle le 12 mai 2015)

La cigarette électronique, c’est un demi-paquet par jour en moins. Conclusion : on ne fait rien

Bonjour C’est, avant l’été, le marronnier du 31 mai : la « Journée mondiale de lutte contre le tabagisme ». François Bourdillon la célèbre à sa façon. Il est le directeur général de l’Institut de veille sanitaire et de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. C’est dire ses responsabilités quant à la lutte contre la […] Continuer la lecture

Publié dans Bulletin épidémiologique hebdomadaire | Commentaires fermés sur La cigarette électronique, c’est un demi-paquet par jour en moins. Conclusion : on ne fait rien

Enseignant, 4 000 SMS, agressions sexuelles sur une jeune déficiente intellectuelle. Six ans ferme.

Bonjour Un forme d’horreur au prétoire. Le gouffre d’un quotidien. Six heures d’audience rapportées au plus court, au plus juste par La Nouvelle République du Centre Ouest (Pascaline Mesnage). Un sorte d’impensable, un entrelacs résistant aux grilles psychiatriques, une impossible matière à roman noir. C’était le 28 mai devant le tribunal correctionnel de Tours (Indre-et-Loire). […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République du Centre-Ouest | Commentaires fermés sur Enseignant, 4 000 SMS, agressions sexuelles sur une jeune déficiente intellectuelle. Six ans ferme.

La mélodie.

Message reçu d’une collègue. Je n’ai touché à rien. Ou presque. C’est pour cela que j’écris ce blog : je vous alpague avec des histoires de vibromasseurs pour mieux pouvoir vous livrer le genre de témoignage qui suit. Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! (*rires diaboliques*). Sì vous souhaitez raconter, c’est ICI ! Témoignage […]

The post La mélodie. appeared first on Alors voilà..

Continuer la lecture

Publié dans Anecdotes | Commentaires fermés sur La mélodie.

Le gouvernement interdit de fumer dans les aires de jeux publiques. Idem pour la cigarette électronique

Bonjour Après les fontaines de sodas, le tabac sur les bancs publics. Le gouvernement publiera avant la fin juin un décret interdisant de fumer dans les aires de jeux publiques. Et l’interdiction sera effective cet été. Cette annonce vient d’être faite par Marisol Touraine. La ministre de la Santé visitait le centre Tabac Info Service situé […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le gouvernement interdit de fumer dans les aires de jeux publiques. Idem pour la cigarette électronique

Vitaros®: le premier érectile en crème. Compter 10 euros l’unité. Serait bientôt remboursé.

Bonjour C’est bientôt l’été et c’est dans Le Parisien. A compter du 1er juin un nouveau palliatif  des troubles de l’érection sera dans toutes les pharmacies d’officine de France. Et pourrait être bientôt remboursé. Ce sera une « sorte de crème à appliquer au niveau de l’organe » vient de faire savoir urbi et orbi le laboratoire français […] Continuer la lecture

Publié dans Le Parisien | Commentaires fermés sur Vitaros®: le premier érectile en crème. Compter 10 euros l’unité. Serait bientôt remboursé.

Epidémie de Xylella fastidiosa : José Bové dénonce la rumeur du champignon et croit en la science officielle

Bonjour Depuis des mois une épidémie détruit les oliviers du sud de l’Italie. Nous en avons déjà parlé ici. C’est un phénomène à bien des égards inquiétant qui mobilise l’attention du gouvernement français et, depuis peu, la Commission européenne qui a récemment pris des mesures drastiques du type « politique des végétaux brûlés ».  L’un des responsables […] Continuer la lecture

Publié dans Corse Net Infos, libération | Commentaires fermés sur Epidémie de Xylella fastidiosa : José Bové dénonce la rumeur du champignon et croit en la science officielle

Quoi de plus beau qu’un nuage?

A striking display of high-altitude clouds over the Pacific Ocean are clearly cirrus, but further classification remains elusive. Source : Cirrus Clouds off the Coast of Chile : Image of the Day Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Quoi de plus beau qu’un nuage?

Street art en abyme

« Même la pire des citations si elle est écrite sur un mur peut retenir votre attention » Source : this isn’t happiness™ (Mobstr), Peteski Excellent non, on peut remplacer citations par dessins, images, mots etc. Continuer la lecture

Publié dans blog, citation, street art | Commentaires fermés sur Street art en abyme

Arrêtez de bidouiller PubMed en croyant faire une recherche documentaire : trop de revues ‘open access’ ne sont pas dans les bases

Je ne crois pas qu’il soit possible de faire une recherche documentaire sans l’aide d’un spécialiste. Par spécialiste, j’entends un professionnel de la recherche et j’exclue ceux qui ont appris PubMed en 1 h 30 ! Allez lire un article publié dans une excellente revue PeerJ, que j’évoque rarement, mais que j’aime bien. Le titre de l’article (19 mai 2015)… Continuer la lecture

Publié dans Recherche documentaire | Commentaires fermés sur Arrêtez de bidouiller PubMed en croyant faire une recherche documentaire : trop de revues ‘open access’ ne sont pas dans les bases

Alerte au fer : l’hémochromatose héréditaire

250 000 français ont trop de fer dans le sang. L’hémochromatose est une maladie génétique, véritable empoisonnement par le fer,  responsable de troubles graves et de répercussion sur la capacité de travail. L’hémochromatose génétique représente 65% de toutes les maladies […] Continuer la lecture

Publié dans accumulation, Actualités, alerte, familiale, fatigue, fer, ferritine, fratrie, Gènétique, hémochromatose, héréditaire, hyperferritinémie, saignées, saturation, surcharge, transferrine, transmission | Commentaires fermés sur Alerte au fer : l’hémochromatose héréditaire

Le bon vivant : un court-métrage de sensibilisation

Ce court métrage nous rappelle qu’à 20 ans on croque la vie à pleines dents, et qu’une soirée festive ne doit pas la briser… Sites internet conseillés Faites le quiz pour tester vos connaissances sur l’alcool Stop-alcool : une application … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans ALCOOL, consommation, Consommation d'alcool, jeune, sensibilisation | Commentaires fermés sur Le bon vivant : un court-métrage de sensibilisation

Dessinez avec le New York Times

Il faut essayer de deviner la relation entre les revenus des parents et les chances de réussite scolaire. Instructif. Draw your guess for every income level, then compare it with the actual data on college enrollment and the drawings of … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans blog, Inégalités, nYT | Commentaires fermés sur Dessinez avec le New York Times

Récréations : les cannabinoïdes de synthèse sont désormais des stupéfiants. Parfois présents dans les e-liquides

Bonjour La synthèse ne change rien à l’affaire, au contraire. Les cannabinoïdes de synthèse sont des psychoactifs identiques au cannabis. Entendre : ils ont des effets similaires à ceux du Δ9-THC (Δ9-tétrahydrocannabinol). A ce titre ils exposent eux aussi à une toxicité physique et psychique et à des risques d’abus et de dépendance. Rappelons qu’ils sont utilisés […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Récréations : les cannabinoïdes de synthèse sont désormais des stupéfiants. Parfois présents dans les e-liquides

Violences conjugales: elle est condamnée à trois ans de prison (et à 200 000 euros d’indemnités)

Bonjour Notre époque est à la parité. Une dépêche de l’AFP peut en témoigner. Elle vient de tomber, qui nous parle de Zakia Medkour, poursuivie pour avoir infligé pendant quinze mois des violences graves à l’homme avec qui elle partageait la vie.  Cette femme a, jeudi 28 mai, été condamnée à trois ans de prison – […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse | Commentaires fermés sur Violences conjugales: elle est condamnée à trois ans de prison (et à 200 000 euros d’indemnités)

Un secret médical. Histoire de consultation 183.

La jeune B, 14 ans et 7 mois, entre dans le cabinet de consultation en faisant la tronche. Elle est accompagnée par ses parents. 

Je sais déjà de quoi il est question car sa mère m’en a parlé auparavant.
L’histoire est la suivante (racontée par la mère auparavant et confortée ce jour) : B sort avec des hommes et elle a des rapports.
B s’est assise les mains entourant ses joues avec les coudes appuyés sur les cuisses.
Les parents voudraient : 1) que je lui fasse faire des examens (IST) ; 2) que je lui parle (i.e. je la raisonne en lui disant les dangers qu’elle court) ; 3) que je lui prescrive une contraception.
B ne dit rien. Elle écoute en prenant un air blasé.
B est déjà venue me voir toute seule et a tout nié ou presque. Presque. Ce qui m’a donné l’occasion de dire quelques mots de prévention et de tenter d’éclaircir la situation.
 » Si on t’écoutait… »
Elle regarde ses parents qui sont assis l’un à côté de l’autre et elle du côté de son père.
 » Je n’ai rien à dire. Ils se font des films. »
Regards entendus des parents.
 » Tout est faux ?
– Non. Mais je n’ai pas envie de parler.
– Pourquoi ?
– Parce qu’ils ne peuvent pas comprendre. »
La mère de B se lance dans un long monologue énervé et revendicatif d’où surnagent les mots « avenir », « études », « gâcher sa vie », « ne pas être enceinte », et cetera.
Le père de famille (docteurdu16) est globalement d’accord ; le médecin (docteurdu16) pense au côté « médical » de l’affaire ; le moraliste (docteurdu16) réfléchit.
Le père de B regarde sa femme et dit ceci :  » Je crois que l’on devrait la laisser seule avec le médecin. »
La mère acquiesce à regret.
B sourit.
Ils sortent.
B s’assure que les portes sont bien fermées.
 » Vous ne direz rien à mes parents ? Vous êtes tenu au secret.
– Je ne dirai rien sauf si je pense que tu es en danger. »
Elle m’a « tout » raconté. Une version différente de ce que ses parents savent. Une version plus soft, une version moins hard, mais une version qui fait quand même frémir un père de famille. Je ne pense pas qu’elle soit en danger. Mais une jeune fille de 14 ans et 7 mois qui est à la fois d’une grande maturité physique et d’une grande naïveté.
Je ne peux en dire plus pour des raisons de confidentialité.
Si B a souri tout à l’heure quand son père lui a proposé de la laisser seule avec moi, c’est qu’elle avait compris que ce qu’elle me dirait, ses désirs, ses raisons, sa façon, à 14 ans et 7 mois de vivre la sexualité, jamais ses parents ne le sauraient. A moins qu’elle ne leur en parle. Mais il y a au moins 3 versions identifiées : 1) ce qu’elle vit ; 2) ce qu’elle a raconté à ses parents ; 3) ce qu’elle m’a raconté.
Que deviendra cette jeune fille ?

Illustration : Balthus (Balthazar Klossowski de Rola : 1908 – 2001) : Katia lisant (1974).

Continuer la lecture

Publié dans adolescence, CONSULTATIONS, Secret médical, sexualité | Commentaires fermés sur Un secret médical. Histoire de consultation 183.

Colère à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Qui écrit la feuille de route de Martin Hirsch ?

Bonjour Grève le 21 mai. Nouvelle journée de grève le 28 mai. « La colère s’amplifie à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris » annonce l’Agence France Presse. Les titres généralistes n’accordent qu’assez peu d’importance à ce conflit. D’abord parce qu’il ne perturbe en rien la prise en charge des malades hospitalisés dans le plus grand centre hospitalier du […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, libération | Commentaires fermés sur Colère à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Qui écrit la feuille de route de Martin Hirsch ?

Présentez correctement vos figures car trop souvent les lecteurs sont trompés

Article didactique dans PLOS Biology (avril 2015) : il devrait être lu (et compris) par tout auteur d’article original. Une figure vaut mieux qu’un long discours, aussi j’ai reproduit une figure de l’article sans sa légende de 7,5 lignes. Le message est simple : des dispersions différentes peuvent être représentées par la même figure avec deux barres verticales. DANGER DANGER… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Biais, Illustrations, Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur Présentez correctement vos figures car trop souvent les lecteurs sont trompés

Mort après un «record»: 56 verres d’alcool fort. Un «drame de la vie» dit l’avocat du bar, «Le Starter»

Bonjour Renaud Prudhomme, 56 ans. Il avait avalé successivement 56 (petits) verres d’alcool dit « fort ». Cela s’appelle  des «shooters». Un «shooter» par année de présence sur Terre, en somme. Et en un temps éclair. C’est bien simple, Renaud avait battu le record du bar. Un bar bien connu dans le centre de Clermont-Ferrand : Le Starter, […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, La Montagne | Commentaires fermés sur Mort après un «record»: 56 verres d’alcool fort. Un «drame de la vie» dit l’avocat du bar, «Le Starter»

Vincent Lambert: sa mère veut voir François Hollande et assure qu’elle ne laissera pas tuer son fils

Bonjour Il y a, bien sûr, le risque de lasser. Lasser les journalistes et leurs rédactions, fatiguer les politiques et leurs opinions. Mais elle sait aussi que demain il sera trop tard. Aussi la mère de Vincent Lambert vient-elle, pour la deuxième fois, d’adresser un courrier au président de la République –et de le faire […] Continuer la lecture

Publié dans Gènéthique | Commentaires fermés sur Vincent Lambert: sa mère veut voir François Hollande et assure qu’elle ne laissera pas tuer son fils

Le premier vrai cœur humain en 3D sera commercialisé dès demain à Villacoublay

Bonjour Midinette ou pas, le cœur, voilà qui fait encore rêver. Si possible en 3D. Voilà un communiqué de presse qui nous y aidera. Il nous est mandé de Vélizy-Villacoublay. Dassault Systèmes y annonce « la disponibilité commerciale de son premier modèle de cœur humain simulé en 3D ». Existe-t-il, ce cœur humain « scientifiquement exact » ? Il bat, […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le premier vrai cœur humain en 3D sera commercialisé dès demain à Villacoublay

Compter la foule

La France est un grand pays de manifestations. Le nombre de participants est vu comme une forme de légitimité démocratique. Il est toujours amusant d’entendre les différences d’estimation entre les organisateurs et la préfecture. Compter les manifestants est une tâche … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Compter la foule

Euthanasie : le traitement médiatique de la mort d’un citoyen britannique chez Dignitas (Suisse)

Bonjour Une bouteille d’eau d’Evian. C’est ce que l’on peut voir sur la table de ce banquet post-mortem – un cliché diffusé par la BBC, comme on peut le voir ici. C’est l’un des papiers illustrés qui, ce matin, disent tout. Non pas de l’euthanasie (qui le pourrait?), mais bien de la mise en scène […] Continuer la lecture

Publié dans agence france presse, BBC, Blackpool Gazette, Mirror, The Daily Mail, The Guardian, The Telegraph | Commentaires fermés sur Euthanasie : le traitement médiatique de la mort d’un citoyen britannique chez Dignitas (Suisse)

Les lecteurs du NEJM favorisent l’arrêt de la chasse aux sorcières pour les liens d’intérêts

En mai 2015, le NEJM a publié 3 articles de 5 pages chacun, et un éditorial sur la politique des liens d’intérêts au sein des revues biomédicales. EXCELLENT.. Le titre de ce billet est mon interpétation du résultat de l’enquête en cours (voir plus bas). Attention, la transparence et autres mesures pour limiter les biais sont utiles. Les biais « anti-industrie »… Continuer la lecture

Publié dans conflits d'intérêts | Commentaires fermés sur Les lecteurs du NEJM favorisent l’arrêt de la chasse aux sorcières pour les liens d’intérêts

Transgressions et responsabilités dans la relation de soin – par Marc Zaffran/Martin Winckler

à Ulysse 🙂 

Préambule : 

Une journaliste en préparation d’un livre me parle de sa récente grossesse. Elle m’explique qu’elle a remarqué que pendant tout le déroulement de celle-ci, elle n’a cessé de recevoir des injonctions contradictoires – de sa famille, de ses amies, des médecins. Elle s’interroge après s’être sentie particulièrement vulnérable au milieu de tous ces discours et, malgré qu’elle soit informée et critique, d’avoir souvent été tentée de se plier aux recommandations des médecins, même lorsque ces conseils ne lui paraissaient ni scientifiquement fondés, ni même de bon sens. Ainsi, à l’interdiction de manger des fromages au lait cru (motivée par le risque de listériose, qui touche… trois cents personnes par an en France, toutes n’étant pas des femmes enceintes) elle me disait : « Connaissant le faible risque, j’ai continué à en manger, en ayant le sentiment de commettre unetransgression. » Ce dernier mot m’a fait dresser l’oreille.

Les transgressions des soignants
La notion de transgression fait depuis longtemps partie de mes réflexions personnelles sur le rôle du médecin. C’est le « mot caché » que dans mon roman La maladie de Sachs, le Dr Bruno Sachs prononce au téléphone (et que son interlocuteur, Diego, n’entend pas) en évoquant le sentiment grandissant qu’il éprouve pour une patiente. Dans mon esprit, la transgression, pour un médecin, c’est le fait de franchir une ligne interdite – maltraiter, manipuler, abuser de la confiance d’un. e patient. e pour le/la séduire ou lui soutirer de l’argent, par exemple. En l’occurrence, même si Bruno n’a rien transgressé au moment où il parle, il y pense (il aimerait revoir cette patiente autrement qu’en consultation) et la crainte de la transgression l’étreint.

Il y a transgression chaque fois qu’un professionnel de santé enfreint les règles écrites – ou implicites – de sa profession. Ces règles couvrent, pour simplifier, deux domaines : les rapports avec les patients et le corps social ; les rapports avec les autres soignants (et, en particulier, ceux de son corps professionnel).

Ce qui m’intéresse ici est avant tout la transgression à l’égard des patients – car c’est le pendant à la transgression dont parle mon interlocutrice, et sur laquelle je reviendrai en deuxième partie de cet article. (La transgression envers les autres professionnels est elle aussi importante à envisager mais elle fera l’objet d’un autre texte.)

Pourquoi y a-t-il des lois et des règles écrites indiquant clairement les obligations des professionnels engagés dans des relations de soin ? Tout simplement parce que la « conscience » des soignants (symbolisée par le serment d’Hippocrate qui, rappelons-le, se faisait originellement en invoquant les dieux de l’Olympe, ce qui le rend un tantinetobsolète aujourd’hui) ne suffit pas à les empêcher d’agir contre l’intérêt des patients. Si le fait d’être médecin suffisait pour avoir un comportement respectueux envers autrui, il n’y aurait pas eu de médecine nazie, d’expérimentations sur les Noirs ou les orphelins aux États-Unis, de stérilisations abusives de malades mentaux et de handicapés en France, et j’en passe.

Les règles écrites et non écrites, juridiques et bioéthiques sont destinées avant tout à protéger les patients. Leur respect est le garant de la confiance dont bénéficient les professionnels. Comment pourrions-nous nous faire soigner par de parfaits étrangers si nous ne pensions pas qu’une « autorité » supérieure (autrefois, les dieux ; aujourd’hui, les lois et les principes éthiques) contrôle les actes qu’ils effectuent sur nous ?

Si l’on invite les étudiants et professionnels en formation à étudier soigneusement les principes fondamentaux de la bioéthique en même temps que les lois, c’est parce que la loi ne peut pas tout : elle ne peut porter que sur de grands principes. Une loi, c’est un cadre. Les principes de bioéthique permettent d’appréhender, dans ce cadre, des situations sous l’angle de la clinique (la rencontre individuelle), de la prise en charge collective par une équipe, ou encore de manière plus large, plus sociétale.

Je prends un exemple très simple : dans la plupart des pays développés, la loi stipule qu’aucun geste d’examen ou de soin ne peut être pratiqué sur un patient sans son consentement. Si l’on prenait cette règle à la lettre, des gestes non médicaux qui peuvent tout à fait être « soignants » (ou au moins bienveillants) seraient strictement interdits. Il serait donc impossible de caresser la joue d’un enfant pour le rassurer ou de prendre la main d’une personne qui pleure. La loi n’interdit rien de tel. La réflexion éthique, elle, nous invite à penser qu’une manifestation de sympathie ou d’empathie (prendre la main) est parfaitement éthique, mais que prendre la main de quelqu’un qui a demandé explicitement qu’on ne la touche pas ne l’est pas du tout.

Transgresser, quand il s’agit d’un soignant, c’est enfreindre la loi et les règles écrites, ou bien les principes de l’éthique. Ainsi, la loi n’interdit pas de dire à un patient que s’il n’est pas opéré, il risque de mourir. L’éthique, elle, interdit d’utiliser la menace de mort pour contraindre un patient à accepter une intervention. Et même en l’absence de menace explicite, un ton, une attitude ou des sous-entendus menaçants sont inacceptables. 

On comprend que, quand on est soignant, il y a beaucoup d’occasions de transgresser. Et cela, d’autant plus que le patient est dépendant, vulnérable, fragile et a des difficultés à prendre des décisions ; mais aussi d’autant plus que le soignant dispose d’un ascendant très fort : l’ascendant d’une aide-soignante du service de chirurgie oncologique et celle du patron de ce même service ne sont pas du tout comparables. Plus on est – matériellement ou symboliquement – puissant, plus les occasions de transgresser sont nombreuses, plus les transgressions peuvent être graves.

Les « transgressions » des patients
Affirmons-le d’emblée : s’agissant d’un patient qui décide de ne pas suivre les conseils, l’avis ou la prescription d’un médecin, on ne peut pas parler de transgression. Car, précisément, il n’existe aucune loi imposant à un patient d’obéir aux prescriptions médicales ! Le soignant est au service du patient, non l’inverse. Si la loi et l’éthique protègent le patient, c’est bien parce que statut et ascendant du soignant lui permettent d’abuser de lui, alors que la réciproque n’est pas vraie ! 

(Aparté sur les « abus » du patient : Bien sûr, un patient peut agresser un soignant ; mais il s’agit d’une agression, non d’un « abus » de son statut de patient. Et comme tout le monde peut manipuler tout le monde, un patient peut tenter de manipuler un soignant en particulier par le biais des sentiments. Mais le patient qui tente d’« abuser » en essayant, par exemple, d’obtenir du soignant un service indu ne dispose pas du tout des mêmes moyens de pression que le soignant qui tente d’abuser d’un patient. Un patient ne peut pas dire à un soignant : « Si vous ne faites pas ce que je vous demande, vous mourrez ; vous n’allez tout de même pas faire ça à votre femme et à vos enfants ! » [Il peut lui dire « Je mourrai » mais le soignant sait que ça n’est pas vrai.] Il ne peut pas lui dire : « Faites ce que je vous demande, c’est mieux pour vous. » Il ne peut pas lui dire : « Si vous ne faites pas ce que je vous demande, je ne m’occuperai plus de vous. » Fin de l’aparté.)

Lorsqu’un patient fait appel à un professionnel de santé – mettons qu’il s’agisse d’une femme enceinte qui fait appel à un médecin – les obligations sont du côté du soignant : il a un devoir d’information, de soin (si nécessaire), d’accompagnement – tout ça de manière loyale – autrement dit : sincère et dévouée.

De cette relation (comme de toute relation de soin) sont absolument exclus, par principe, les attitudes menaçantes, le chantage, les ordres et toute forme de contrainte physique ou morale. Une femme enceinte n’est pas moins un sujet agissant qu’une femme non enceinte ou un homme. Son autonomie doit être respectée de la même manière. L’informer, ce n’est pas la faire plier. 
[L’objection selon laquelle le praticien aurait aussi des obligations envers le fœtus n’est pas recevable dans des pays comme la France ou le Canada, dont il est question ici : une femme enceinte peut faire ce qu’elle veut pendant sa grossesse, car le fœtus n’a pas de statut juridique. S’il en avait une, il serait interdit d’avorter. Être enceinte ne réduit et ne modifie en rien la liberté de la femme à l’égard des médecins ni les obligations des médecins envers cette femme. La patiente du médecin, c’est la femme, pas le fœtus, sauf si la femme le lui demande explicitement. Et même dans ce cas, toute décision concernant le fœtus reste dépendante – sauf décision de justice – du consentement de la femme.]

Par conséquent, quand un médecin recommande – c’est tout ce qu’il peut faire, et ce n’est pas rien – par exemple, à une femme enceinte de ne pas consommer de fromages au lait cru, la femme n’a aucune obligation, ni légale, ni réglementaire, d’obéir à ces recommandations. A-t-elle une obligation morale de le faire ? Envers son foetus, peut-être, mais ça n’est pas au médecin de le définir ou de le décider puisque l’éthique lui interdit d’imposer des contraintes morales aux patients !


Il n’est donc pas exact de dire qu’une patiente enceinte qui ne suit pas les conseils alimentaires du médecin « transgresse » quoi que ce soit. En agissant comme elle le décide, elle assume sa liberté – et les risques inhérents à celle-ci.

Le « sacré » dans la relation de soin

Pour qu’il y ait « transgression », il faudrait que la parole (ou les prescriptions) du médecin ait un caractère obligatoire, réglementaire… ou sacré.

Autrefois (et ce n’est pas tout à fait faux aujourd’hui), les professions de santé étaient fortement teintées de sacré – de par l’appartenance des soignants au champ du religieux, de par l’emprise de la religion sur la population et, il faut bien le dire, en raison de l’ignorance de tous en matière de physiologie, de maladies et de traitements. 
Quand on s’adressait à un shaman, on s’adressait à travers lui aux esprits bienveillants ou malfaisants et longtemps, la prière a été – pour de nombreux humains, elle est encore – une attitude fréquente face à la maladie. Dans ce contexte, les médecins (qui, en France au moins, ont longtemps été supervisés, contrôlés et formés par l’Église) ont longtemps joué simultanément le rôle de soignants, de directeurs de conscience et de prêtres. 
Cette image complexe n’a pas été éradiquée de l’inconscient collectif par les développements scientifiques. Aujourd’hui encore, pour tout un chacun, faire appel à un médecin, c’est un peu faire appel au shaman qui « sait » et « voit ». Le problème, c’est que les choses ont changé. Ce que les médecins « savent » et « voient » ne repose plus sur leur perception personnelle (comme c’était le cas du shaman) ou sur les dogmes des églises, mais sur des données scientifiques susceptibles d’être révisées à tout moment. Données qu’aucun médecin ne peut prétendre connaître toutes… 

Quand on dit à une femme enceinte : « Consommer des fromages au lait cru expose au risque de listériose, maladie infectieuse grave chez la femme enceinte », il ne s’agit pas d’un dogme, ni même d’une vérité absolue : tous les fromages au lait cru ne contiennent pas du Listeria et toutes les femmes enceintes qui en consomment ne font pas de listériose. Il s’agit d’un risque, d’une éventualité, d’un possible et non d’une certitude.

La femme à qui on donne cette information ne devrait aucunement se sentir contrainte par ce que lui dit le médecin. Car ces informations doivent lui permettre de prendre ce qu’on appelle une décision éclairée. Ce qui signifie qu’elle peut choisir de ne pas consommer de fromages au lait cru, ou au contraire de le faire en connaissant le risque et en l’acceptant.

Pourquoi a-t-on le sentiment de « transgresser » en ne suivant pas les « ordres/conseils/recommandations/prescriptions » d’un médecin ?

Il y a probablement autant de réponses que de personnes, mais je vais en suggérer deux, en invitant les lecteurs à formuler les leurs.

Une première explication tient au statut du médecin tel qu’il est perçu. Dans la conscience collective, en particulier dans les pays très paternalistes comme l’est la France, toute figure d’autorité est (en première approximation) assimilée à un détenteur/applicateur de la Loi (humaine ou divine). Ne pas suivre les conseils du médecin, c’est courir le risque d’être puni — par les dieux, le diable, les hommes ou les médecins. « Vous allez me gronder, Docteur, mais j’ai pas pris les médicaments comme vous m’aviez dit, j’espère que ça n’a pas aggravé ma maladie. »

Une autre explication, moins irrationnelle, tient à notre capacité à gérer l’incertitude. Se trouver face à quelqu’un qui « sait » – et qui l’affirme – c’est rassurant. Et consulter un médecin, c’est d’abord demander à être rassuré. Pour entendre : « Il existe un faible risque de contracter une listériose en mangeant des fromages au lait cru » et en tirer des conclusions opérationnelles (« Je cours le risque » ou « Je ne cours pas le risque ») il faut savoir ce qu’est un risque, et accepter que la personne qu’on a en face de soi n’est pas un pilier de certitude, mais un professionnel qui fait son travail le plus honnêtement possible – en tenant compte des limites du savoir.

Il n’est pas insultant d’admettre que nous ne sommes pas tous égaux quand il s’agit de prendre des décisions « informées » face aux risques encourus. Certains patients ne supportent pas l’incertitude et exigent des réponses absolues. Certains médecins sont tentés de leur en donner – pour tout un tas de raison, par exemple parce qu’ils tolèrent mal l’angoisse des patients et ne savent pas l’atténuer…

D’autres médecins n’ont pas de mal à supporter leurs propres doutes, et à rassurer les patients sans leur mentir mais en relativisant les risques. (« Vous courez plus de risques en ne bouclant pas votre ceinture en voiture qu’en mangeant des fromages au lait cru. Et au moins, contre la listériose, on a des antibiotiques… »)

Et certains patients, enfin, tolèrent l’incertitude aussi bien que possible, non seulement parce qu’ils ont une attitude scientifique (ils savent que rien n’est jamais certain) mais aussi parce qu’ils arrivent à vivre sans angoisse quand ils ne peuvent pas avoir de réponse à certaines questions.

Pour prendre un exemple personnel : je ne me suis pas fait doser mon cholestérol depuis environ trente ans et je ne le ferai pas ; l’état actuel des connaissances me permet d’affirmer que le « risque » que fait courir un cholestérol « élevé » (la définition est, en elle-même tout à fait discutable) est, au pire minime, au mieux inexistant chez une personne sans autre facteur de risque [je n’ai pratiquement jamais fumé, je ne suis pas obèse, je n’ai pas fait d’accident cardiaque, je ne suis pas diabétique et si je suis hypertendu, c’est probablement pas beaucoup, faudra que je voie ça un de ces jours…]

De même, je ne me soumettrai pas au dépistage d’un éventuel cancer de la prostate, car l’inquiétude, l’escalade des examens qui suivraient en cas de test positif, et l’éventualité d’une intervention mutilante me sont beaucoup plus désagréables que l’éventualité [qui n’est pas une certitude] d’un cancer. On peut aussi le dire autrement : même si on me trouve un cancer évolué dans dix ans, le confort des dix années à venir vaut largement plus, à mon âge, que les emmerdements associés au dépistage et à ses conséquences.

Il ne s’agit pas d’inconscience (je sais ce qui est en jeu) mais de choix. Seulement, j’ai pu faire ce choix parce que j’accepte l’incertitude d’être porteur ou non de cellules cancéreuses, par exemple. Pour reprendre une métaphore connue : j’accepte de ne pas savoir si le chat de Schrödinger est vivant ou mort et de ne pas ouvrir la boîte. 

Conclusion provisoire et ouverte

Dans une relation de soin, patient et professionnel sont a priori tous deux pleinement responsables de ce qu’ils disent, pensent et font. Ils ne sont jamais responsables de ce que l’autre décide. Ils sont également responsables de la manière dont ils perçoivent l’autre. Les faits peuvent être objectivés, les paroles enregistrées, les actes filmés. Mais l’interprétation de ces faits, gestes et paroles n’appartient qu’à nous seuls. 
Du côté du médecin, penser que le patient « désobéit » n’est pas seulement une erreur d’appréciation [les patients, on ne cesse de le constater, ne font que ce qu’ils veulent…], c’est aussi une faute éthique, car c’est se poser en personne moralement supérieure à celui qu’on soigne. 

De l’autre, quand le patient a l’impression de « transgresser », ce n’est pas seulement [ni même toujours] parce que le médecin se comporte en donneur d’ordres, c’est d’abord parce qu’il le voit ainsi et ne remet pas en question cette perception. 

Autant dire que la relation de soin « idéale » — par son contenu, par ses échanges, par son caractère éthique – nécessite beaucoup de travail, de la part des uns et des autres.  

Marc Zaffran/Martin Winckler 

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Transgressions et responsabilités dans la relation de soin – par Marc Zaffran/Martin Winckler

Vieux c’est mieux!

Je recevais ce matin-là une nouvelle patiente de 50 ans qui me demandait comment en finir avec ses pattes d’oie et avoir un visage plus ferme.

Rajeunir est presque devenu une obsession chez certain(e)s patient(e)s, ce qui est concevable. Qui accepterait, sans lutter, la ptose ambiante,  une peau plus fripée, moins éclatante. Ceci bien sûr avec naturel, sans aller jusqu’à une métamorphose kafkaïenne, sans transformation en poisson-lune ou en une sorte de fée maléfique aux traits figés, contraire au but de départ.

Heureusement, parallèlement, l’esprit aussi a vieilli, quelle bonne nouvelle, car vous le savez-vous aussi, à quel point vieux c’est mieux!

Vous avez connu  un monde sans interdictions, sans précautions même les plus élémentaires. Vous avez tourné les pages d’un livre, parfois même de plusieurs. Vous avez grandi en écoutant les conversations des gens et pas la tête sur un écran, vous avez déjà traversé un parc en n’étant dérangé que par le bruit des oiseaux ou des enfants. Et puis, vous appréciez vraiment les avancées de la technologie, ayant jadis, possédé une  profonde télé noir et blanc avec 3 chaînes…

Vous regardez dans le rétroviseur avec émotion mais sans nostalgie. La nostalgie, (a dit  l’écrivain Neil Bissondath), vient quand le présent n’est pas à la hauteur des promesses du passé, mais ce n’est pas le cas, car ce passé a été utile, précieux, mais il est derrière. Il vous a aidé à avancer, à tirer profit des anciennes erreurs.

Vous êtes paradoxalement plus souple car le temps vous a adouci, mais plus déterminé(e). Vous savez ce qui est important. Vous avez pris du recul. Dans votre entourage, il n’y a plus de place pour les faux-semblants.

Vos ennemi(e)s, vous les avez identifiés, maîtrisés, neutralisés, ou méprisés selon le degré d’animosité. Vous avez désormais tout trié sur le volet.

Vous avez  écouté, appris, voyagé, découvert, désiré, vous avez plus de connaissances, d’expériences dans tous les domaines.

Vous n’êtes plus aussi impénétrable, vous faites moins la fine bouche, vous avez troqué le jamais le 1er soir (fondé sur?) par chouette, une soirée pleine d’espoir. Toute proposition alléchante est étudiée très rapidement, immédiatement opérationnel(le), vous y répondez  par la positive, avant que votre partenaire ne change d’avis et ne s’endorme…

Vous ne laissez pas passer ce spot, vous tombez séant la culotte. Vous avez gagné en efficacité y compris dans le domaine de la sexualité, vous ne vous égarez pas. La sensualité, la confiance acquise, et la spontanéité ont remplacé avantageusement la perte de fermeté…

Vieux c’est mieux, enfin on se rassure comme on peut…

F

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Vieux c’est mieux!

Charlie : l’urgentiste Patrick Pelloux a-t-il mis en danger la vie du président François Hollande ?

Bonjour L’heure est à se faire peur. Dans son édition datée du 27 mai Le Monde (David Revault d’Allonnes) alerte sur la sécurité dont ne jouirait pas François Hollande. Le président de la République française aurait, à plusieurs reprises ces derniers temps, été une cible facile. C’est un long papier documenté dont les sources ne […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde, Society | Commentaires fermés sur Charlie : l’urgentiste Patrick Pelloux a-t-il mis en danger la vie du président François Hollande ?