Archives mensuelles : juin 2014

Remerciements…

« Et enfin, à ma mère, pour l’amour immense dont elle m’a toujours entourée et qui m’a permis de m’épanouir et de devenir ce que je suis. Source inépuisable d’apprentissage au quotidien, les moments difficiles passés ensemble de l’autre côté de … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Remerciements…

AtouSante : vu dans la presse

Participation à des congrès, des débats, publication d’articles dans la presse … 13 octobre 2015 : conférence sur la qualité relationnelle au travail Intervention de Marie-Thérèse Giorgio, aux côtés du Pr Michel Guillemin à Genève sur le thème de la […] Continuer la lecture

Publié dans AtouSante, Divers, featured, média, Presse | Commentaires fermés sur AtouSante : vu dans la presse

« Ostentatoire, ostentatoire… est-ce que j’ai une gueule d’ostentatoire? »

Christian Estrosi interdit l’utilisation ostentatoire d’un QI supérieur à deux chiffres dans le département

 

 

medium_b32589d5-a1bb-4e46-8159-2df1b03696a6.2.jpg

Christian Estrosi, chef d’escadrille ( avec deux superbes recrues)

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur « Ostentatoire, ostentatoire… est-ce que j’ai une gueule d’ostentatoire? »

Affaire Vincent Lambert : le Dr Eric Kariger demande la protection de Marisol Touraine contre des « intégristes catholiques »

Bonjour C’est le dernier et spectaculaire épisode  d’une longue affaire qui en comportera bien d’autres. Il vient d’être rapporté par France Bleu Champagne (voir ici). En substance : le Dr Eric Kariger, chef de l’unité de soins palliatifs du CHU de Reims, dénonce les menaces dont il est victime de la part de milieux intégristes catholiques. […] Continuer la lecture

Publié dans France Bleu Champagne, le Monde | Commentaires fermés sur Affaire Vincent Lambert : le Dr Eric Kariger demande la protection de Marisol Touraine contre des « intégristes catholiques »

Classements et déclassements

Chers collègues, En 2000, l’Organisation mondiale de la santé avait classé les systèmes de santé de tous les pays du monde à partir d’estimations portant sur l’année 1997. La France était arrivée en tête de ce classement pour la performance … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans DNF | Commentaires fermés sur Classements et déclassements

Ebola en Afrique de l’Ouest : l’épidémie est aujourd’hui « hors contrôle ». La faute à qui ?

Bonjour Il y a trente ans l’OMS n’a rien compris à l’urgence du sida. Depuis elle ne craint plus de lancer des « alertes ».  C’est le cas aujourd’hui avec la dernière épidémie en date de fièvre Ebola – une épidémie qui depuis mars continue à progresser en Afrique de l’Ouest. L’OMS ne craint pas non plus […] Continuer la lecture

Publié dans Euronews | Commentaires fermés sur Ebola en Afrique de l’Ouest : l’épidémie est aujourd’hui « hors contrôle ». La faute à qui ?

Nouveau site de WAME, World Association of Medical Editors : réseau de 2000 rédacteurs médicaux

Il n’avait jamais été relooké, et le site de WAME est riche d’informations. WAME est une organisation virtuelle de 1900 rédacteurs, représentant 92 pays et plus de 1000 revues médicales. Deux avantages si vous devenez membre (gratuit) : la liste de discussion assez active, mais quand même animée par une dizaine de copains, et les ‘policies & resources’ pour les… Continuer la lecture

Publié dans Sociétés savantes | Commentaires fermés sur Nouveau site de WAME, World Association of Medical Editors : réseau de 2000 rédacteurs médicaux

Dragi Webdo n°8

C’était une semaine assez intense, entre les publications, la journée de la médecine générale île de France 2014 et les soldes! Pour ce qui est de la JMG, j’ai assisté aux présentations sur l’évaluation du risque cardio-vasculaire et sa prise en charge, et sur la prise en charge des violences sexuelles. Quelques commentaires succins sont disponibles sur Twitter #JMG2014 .

Pour faire suite à mon billet sur les visiteurs médicaux, je commencerais par la nouvelle base de donné recensant les « offres » reçues par mes médecins. Le site de transparence est facile d’accès et facile à utiliser, en montrant rapidement les offres et les laboratoires concernés.

Dans les outils pratiques, le nouveau livret des médicaments gériatriques, qui précise pour un grand nombre s’ils sont sécables, écrasables, ouvrables ou s’il ne faut surtout pas le faire, en vue de faciliter la prise et d’éviter les erreurs dans cette population particulière.

Ensuite, quelques statistiques sur la coqueluche que j’ai trouvé intéressantes. L’étude incluait des enfants de 5 à 15 ans vaccinés à 94 % contre la coqueluche ayant une toux persistante, et montre qu’environ 20% de ces enfants avaient eu une coqueluche récemment! Cet article, analysé par minerva ne doit pas remettre en cause le calendrier vaccinal actuel et a permis de me faire découvrir qu’en Belgique, la vaccination contre la coqueluche se faisait pendant la grossesse (entre 24 et 32SA)!

Passons au chapitre cancérologie. Le dépistage du cancer du sein fait décidément encore et toujours parti des actualités médicales. Comme je le disais la semaine dernière , le dépistage est controversé. Le numéro de juillet de Minerva y consacre son éditorial en le concluant par: « Ne recommander d’effectuer le dépistage que chez les femmes présentant un risque accru de cancer du sein serait donc probablement justifié. Mais ceci demande une recherche plus approfondie. » Cependant, il serait peut être possible d’améliorer le diagnostic et diminuer le surdiagnostic grâce à des mammographies tridimentionnelles . (J’avoue que je me perds un peu dans tous leurs chiffres plus ou moins utiles, je vous laisse donc lire l’article qui est encore en accès libre). Les mammographies 3D ont une valeur prédictive positive supérieure. C’est malheureusement le seul indice statistique du test donné. L’étude ne montre cependant pas de différence sur le nombre de cancer in situ détecté. Bref, il faudra encore quelques études pour aller vers ce nouvel examen de dépistage…
Pour ce qui est de la prise en charge des douleurs paroxystiques liées aux cancer, la HAS a publié une fiche sur l’utilisation du fentanyl, morphinique d’action rapide par voie transmuqueuse qui peut être utilisé pour ce type de douleurs, en plus d’autres traitements de fond de pallier III.

Un des gros articles de la semaine concerne les recommandations sur la prise en charge non chirurgicale de la gonarthrose . Ces recos de l’Osteoarthritis Research Society International (OARSI) classent les patients de façon facile:
1/ arthrose d’un seul genou ou atteinte poly-articulaire
2/ pas de comorbidités, comorbidités à faible risque et comorbidités à haut risque (IDM, saignement digestif, insuffisance rénale chronique…)
Puis, il s’agit de regarder des schémas montrant la balance Risque (à gauche en rouge)/ Bénéfice (à droite en bleu), associé à chaque classe de patient et à une conclusion sur la balance: favorable, défavorable, incertaine. Voila pour les AINS:

Les traitements les plus favorables sont les mesures physiques de rééducations et le paracetamol. Les anti-arthrosiques tels que la chondroitine, diacereine et la glucosamine, et les infiltrations d’acide hialuronique sont jugés de bénéfice incertain voire inappropriés. Un tableau récapitule les traitements avec une balance favorable, mais certaines thérapeutiques comme l’utilisation de Coxibs me laisse perplexe…

L’article cadio-vasculaire de la semaine recherchait si un bilan cardiovasculaire régulier systématique permettait de diminuer la survenue d’infarctus du myocarde. Comme souvent pour les bilans systématique, l’étude n’a pas révélé de différence entre le groupe interventionniste et le groupe contrôle. Enfin bon, une fois de plus, on se demande quand les autorités de santé arrêteront d’offrir des bilans de santé systématiques alors que plus le temps passe, plus les études confirment qu’ils ne servent à rien d’autre qu’à creuser le déficit de la sécurité sociale…

Enfin, le congrès de l’American Diabetes Association s’est terminé. Outre les recommandations sur le diabète de type 1 dont j’ai déjà parlé ici , il semble que les nouvelles insulines très lentes, comme la detemir, soient en vogue, et que les gliflozines (qui n’ont actuellement rien prouvé en morbi-mortalité dans le diabète) cherchent à retarder l’évolution des néphropathies diabétiques…

Pour finir, je vous laisserai jeter un oeil à ce charmant bébé, arnaché d’un sublime casque bleu, lui donnant des airs de pilote spatial. En effet, il semble que ce ne soit pas utile d’avoir recours à ces casques pour réduire les déformations crâniennes (lire ici). A défaut, ça fait de belles photos souvenir!
A la semaine prochaine!

Continuer la lecture

Publié dans veille bibliographique | Commentaires fermés sur Dragi Webdo n°8

Des seuils d’exposition pour les 10 facteurs de pénibilité seront prochainement officialisés…

La pénibilité est entrée dans le Code du travail en 2012, dix facteurs de risque de pénibilité ont été listés. Pour chacun de ces facteurs de risque il n’existait jusqu’à présent aucun seuil d’exposition pour préciser à la fois le […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, agents chimiques, bruit, C3P, compte personnel de prévention de la pénibilité, employeur, équipes alternantes, facteur de risque, fiche d'exposition, hyperbare, manutention, nuit, pénibilité, Pénibilité : tracer les expositions, Pénibilité au travail, postures, seuil d'exposition, température, travailleur, vibrations | Commentaires fermés sur Des seuils d’exposition pour les 10 facteurs de pénibilité seront prochainement officialisés…

Soigner en domptant l’énergie cellulaire du sel biologique

Tout commença par un long et copieux repas de famille et 3-4 revues « bios » qui trainaient sous une table basse. En guise de trou normand, je me suis avachi, un peu alourdi, sur le canapé et je me suis mis à les feuilleter par curiosité (et pour digérer). J’ai alors découvert qu’il existait des médecins […] Continuer la lecture

Publié dans médecine | Commentaires fermés sur Soigner en domptant l’énergie cellulaire du sel biologique

Nicolas Bonnemaison bientôt nommé médecin urgentiste à l’hôpital de Bayonne

Bonjour L’affaire Bonnemaison est désormais structurée comme un feuilleton. Un feuilleton médical et juridique. Une histoire d’éthique. Acquittement ou pas elle va rebondir. Du côté pénal dans un premier temps. Puis du côté ordinal. Deux aspects intimement liés. Explications. 1 Côté pénal. La question est de savoir si le parquet fera appel de l’acquittement prononcé […] Continuer la lecture

Publié dans Le Journal du Dimanche, le Monde | Commentaires fermés sur Nicolas Bonnemaison bientôt nommé médecin urgentiste à l’hôpital de Bayonne

Universe and you -KT Tunstall

Classé dans:Musique et Arts Continuer la lecture

Publié dans Musique et Arts | Commentaires fermés sur Universe and you -KT Tunstall

Semaine 26

Médecine La pentoxifylline comme néphroprotecteur? Une belle étude espagnole, avec un bémol l’absence de placebo. Les résultats sont très impressionnants avec une absence de la dégradation du débit de filtration glomérulaire sur deux ans et une diminution de la protéinurie. … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans facteur XI, fgf23, immortalité, klotho, modification DFG, NCC, neuroprotection, pentoxifylline, pentoxyfilline, revue de web, simvastatine, sphygmographe, stent actif, TNF | Commentaires fermés sur Semaine 26

Surmédicalisation ou comment rendre malade le patient

Bonjour Le temps passe . Cela fait bientôt deux mois que je n’ai pas fait le moindre billet. Je viens de rencontrer aujourd’hui un des patients que je suivais quand j’étais libéral. Il est maintenant suivi par un confrère. Je lui demande donc comment il va . Il va bien , mais pas grâce à […] Continuer la lecture

Publié dans cancer, croyance, Dépistage, Ethique, médecin, MEDECINE GENERALE, patient, pratique de la médecine, prévention, surmédicalisation, toute puissance médicale | Commentaires fermés sur Surmédicalisation ou comment rendre malade le patient

Neuf milliards de continents?

Les mots… Ces petites passerelles que j’articule pour toi, qui a la curiosité de venir flâner dans ma bulle cybernétique. Pour que tu puisses embrasser mon chaos intérieur, ma fragilité cristalline, que tu touches du doigt les mille tortures qui…

Lire la suite →

Continuer la lecture

Publié dans solitude, Sum, ergo cogito | Commentaires fermés sur Neuf milliards de continents?

MSP3

J’ai fait une pause. Un médecin compréhensif et des formateurs à l’écoute m’y ont aidée. Un arrêt de travail et de la chimie pour le cerveau ont également été salvateurs. À l’IFAS, ma tutrice s’est occupée de tout. Elle m’a trouvé un stage de remplacement en catastrophe et a fait reporter le stage optionnel au mois de juillet. Elle m’a aussi écoutée, rassurée et encouragée.
Il y a eu la dernière journée à l’école, qui marquait la fin de l’avant-dernier stage. Quasiment la fin de la formation. Revoir mes camarades de promo, les écouter parler de leur stage et de la fameuse MSP3, voir les résultats affichés dans le hall et, en face de mon nom, la mention « absente », j’avoue, c’était difficile. Les écouter parler de leurs projets professionnels, alors que j’étais encore en plein doute sur les miens, me donnait une étrange sensation de décalage. Et puis, j’avoue, j’avais peur. Et honte. Parce que si je ratais la MSP sur le stage à venir, je devrais la repasser sur mon stage optionnel. Mais j’avais choisi le SSIAD, et ce n’était pas possible de faire une MSP à domicile. Il me faudrait donc trouver un autre stage optionnel. En juillet. Dans un service où, sans doute, certains de mes collègues de promo feraient déjà leurs armes en tant que jeunes professionnels. Vous imaginez le malaise.
Il y a eu mon affectation de stage. En EHPAD, à une heure de chez moi. Dans un établissement qui dépendait du même pôle de gériatrie que l’EHPAD de mon premier stage. Joie. Autant vous dire que j’y suis allée la peur au ventre. Peur de croiser des membres de l’équipe du premier stage (ça tourne beaucoup par ici). Peur de devoir me justifier sur mon parachutage inopiné. Et surtout, peur d’être médiocre une fois de plus.
Il y a eu le premier jour de stage. La rencontre avec le cadre, rassurant. La découverte de l’équipe, bienveillante. Alors oui, c’est loin. Oui, c’est grand. Oui, il y a beaucoup de résidents pour trop peu de soignants. Mais ici, l’équipe est souriante, encadrante, le cadre de santé est présent. Ici, je peux poser des questions et trouver des réponses. Ici, j’ai l’impression que j’apprends, que je progresse. Ici, je me sens bien. Et ça se répercute sur mon stage. Et sur mon moral.
Il y a eu la revalidation de la MSP d’ergonomie, que j’avais superbement ratée, à cause d’un stress pas du tout maîtrisé. 19,75/20. Une jolie revanche.
Et il y a eu, enfin, la MSP3. J’ai travaillé dur. Le matin, je me levais à 4h30, partais à 5h30, arrivais à 6h30 et, après mes heures, restais sur le lieu de stage pour bosser mes démarches de soins. J’avais une semaine et demie pour préparer l’examen, j’ai vécu ces dix jours à fond. J’ai peu dormi, à peine vu mes enfants et me suis droguée au café. La veille de la MSP, j’étais du soir. Je suis rentrée chez moi à 22h, me suis couchée aussitôt, n’ai pas pu dormir avant minuit à cause d’un baby Georges d’humeur joueuse, me suis levée à 3h30, ai relu et corrigé mes démarches et suis partie à 5h pour arriver, épuisée et anxieuse, à l’EHPAD. Transmissions, stress, relecture, stress, café, stress, questions diverses, stress, préparation du chariot, stress, encouragements de l’équipe, stress, arrivée de ma tutrice, stress, choix du patient, stress… et c’est parti. Après, ça a roulé. Démarche de soins, toilette, diagramme, besoins perturbés, attente. Bizarrement, sans stress. Regards complices de mes jurys, interdiction de donner le résultat avant une bonne semaine mais leur sourire en sortant du bureau me met sur la voie. « Vous pouvez dormir tranquille » me dit ma tutrice. « Tu peux même très bien dormir tranquille » rajoute mon encadrante. Message reçu. MSP réussie.
Et maintenant? Il me reste deux semaines de stage. Puis trois semaines en SSIAD. Il me faut des bonnes notes, histoire de rattraper les évaluations pas terribles de mes deux premiers stages. Mais j’ai regagné en confiance, alors je repars du bon pied. Je finirai en retard, mais je finirai. Après ça, il me faudra attendre début octobre pour être diplômée. En attendant, il faut que je trouve un boulot au plus vite, ce qui s’avère compliqué étant donné que j’arrive en retard et sans diplôme sur le marché du travail. Mais j’ai le moral. Je vois arriver la fin de la formation, et je suis réellement heureuse d’avoir tenu bon malgré les difficultés. Et, enfin, je commence à me faire à l’idée que je suis capable d’être aide-soignante, malgré tout.

PS1 : merci pour votre soutien. J’étais vraiment mal quand j’ai écrit les derniers billets, vos commentaires pleins de confiance et de bienveillance m’ont beaucoup aidée.

PS2 : 28,5/30 à la MSP et note maximale en stage. Je crois que ça va 😉 (et toc pour la cadre dragon!) Continuer la lecture

Publié dans aide-soignante, bienveillance, blog, élève, formation, IFAS, MSP, Stage | Commentaires fermés sur MSP3

Créer son site médical en toute indépendance : les Médecins Maîtres-toile vous donnent rendez-vous le 29 novembre 2014 !

Vous êtes professionnel de santé et souhaitez créer votre propre site internet médical, vous aimeriez que d’autres professionnels de santé vous expliquent simplement et concrètement comment procéder…Les Médecins Maîtres-toile vous feront partager […] Continuer la lecture

Publié dans Actualités, association, hebergement, indépendance, internet, médecin, nom de domaine, site, wordpress | Commentaires fermés sur Créer son site médical en toute indépendance : les Médecins Maîtres-toile vous donnent rendez-vous le 29 novembre 2014 !

Pourquoi il nous faut dire non à la marchandisation des gestations (Sylviane Agacinski, philosophe)

Bonjour « Refusons le commerce des ventres ». C’est le titre de la tribune que publie Le Monde (daté 29-30 juin).  Tribune forte: elle vient rappeler quelques vérités éthiques qui ont tendance à se perdre dans les sables du relativisme contemporain. Tribune opportune au lendemain de la condamnation, par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde | Commentaires fermés sur Pourquoi il nous faut dire non à la marchandisation des gestations (Sylviane Agacinski, philosophe)

En attendant la réception du permis de conduire : la préfecture peut délivrer une autorisation provisoire de conduite

De nombreux usagers déclarés apte à la conduite par le ou les médecins agréés ne peuvent pas conduire parce qu’ils n’ont pas reçu le nouveau permis de conduire, alors que la date de validité du permis qu’ils possèdent est dépassée…En … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans Aptitude à la conduite des véhicules, arrêté, autorisation, conduite, mesure administrative, Mises au point, permis de conduire, préfecture, provisoire, réception, référence 61, Visite médicale | Commentaires fermés sur En attendant la réception du permis de conduire : la préfecture peut délivrer une autorisation provisoire de conduite

Gay Pride 2014 : être ou ne pas être propriétaire de son corps ? C’est toujours la question

Bonjour Comme un air de déjà vu. Sur fond de surenchères diront celles et ceux qui ne partage pas ce combat. Le défilé partira aujourd’hui à 14 heures de la place Edmond-Rostand, pour arriver quelques heures plus tard sur la place de la République. Concert de clôture de 16 heures jusqu’à 21 heures. La retransmission […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Gay Pride 2014 : être ou ne pas être propriétaire de son corps ? C’est toujours la question

Recherches sur l’embryon humain : la Belgique bat la France haut la main

Bonjour S’autoriser ou s’interdire de «chercher» sur les embryons humains ? C’est là une question qui structure le champ contemporain de la bioéthique. Faire ou ne pas faire de l’embryon humain un objet scientifique n’est en rien anodin. Beaucoup de choses ont été écrites sur ce sujet ; plus encore ont été dites. Certains (François Jacob) ont, […] Continuer la lecture

Publié dans Revue médicale suisse | Commentaires fermés sur Recherches sur l’embryon humain : la Belgique bat la France haut la main

Surveillance médicale renforcée : une décision du Conseil d’Etat modifie la liste des risques qui était en vigueur depuis 2012

Une décision du 4 juin du Conseil d’Etat a annulé partiellement l’arrêté de mai 2012 qui avait considérablement réduit la liste des risques professionnels imposant une surveillance médicale renforcée. La liste des risques imposant une surveillance médicale renforcée s’allonge de […] Continuer la lecture

Publié dans 2 types de surveillance médicale, Actualités, amiante, benzène, bruit, Conseil d'Etat, décision, embauche, exposition, hyperbare, manutention manuelle, médecin du travail, médicale, plomb, rayonnements ionisants, Recommandations, renforcée, Risques professionnels, silice, surveillance, Visite médicale | Commentaires fermés sur Surveillance médicale renforcée : une décision du Conseil d’Etat modifie la liste des risques qui était en vigueur depuis 2012

Est-ce l’Europe qui fait la loi sur la GPA ?

Bonjour C’est une question éthique et juridique majeure: l’intérêt supérieur de l’enfant justifie-t-il que l’on accepte, en France, la marchandisation du corps humain ? Pour la GPA c’est tranché : la France ne contestera pas les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui la contraigne à reconnaître les enfants nés d’une mère porteuse. […] Continuer la lecture

Publié dans Le Figaro, le Monde | Commentaires fermés sur Est-ce l’Europe qui fait la loi sur la GPA ?

Ils ont vendu Chambord à Van Cleef & Arpels

Bonjour Aujourd’hui les grilles du parc sont fermées. Le pont-levis hissé.  La direction est tenue par à la confidentialité. « Un bien beau contrat ». Le journaliste n’en saura guère plus. C’est La Nouvelle République d’aujourd’hui qui nous l’apprend (Henri Lemaire). Bijoux en hélicoptère « Ce mois-ci, c’est le joaillier Van Cleef & Arpels qui crée l’événement en […] Continuer la lecture

Publié dans La Nouvelle République | Commentaires fermés sur Ils ont vendu Chambord à Van Cleef & Arpels

Tiers-payant généralisé chez le médecin: ce que cache l’effet d’annonce de Marisol Touraine

docteur-Knock.jpg

 

Je suis médecin généraliste, et je pratique le tiers-payant depuis plus de quinze ans.

Et pourtant, le brouhaha médiatique orchestré par Marisol Touraine autour de la généralisation de ce dispositif me pose problème.

Je passe sur les cris d’orfraie de ceux qui ont toujours vilipendé le tiers-payant chez le généraliste comme une vilenie bolchévique, quand le tiers-payant chez le spécialiste ne serait qu’une facilité de trésorerie.( Vous payez intégralement votre IRM chez le radiologue, vous? )

Ainsi du Dr Ortiz, de la CSMF, qui explique qu’honorer le médecin de la main à la main, glisser le chèque ou le billet, est indispensable, un fondement même de l’acte médical. Mouaaaais… A d’autres. L’argument est pitoyable. (1)

 

Marisol Touraine, Don Quichotte abonnée aux dîners du Siècle

 

Je m’attarde un instant sur l’utilisation politique qui est faite par Marisol Touraine de cette mesure : incapable de traiter les vrais sujets, à savoir la désertification médicale liée à la totale déconnexion des tarifs de remboursement par rapport à la réalité économique de la pratique médicale, elle botte en touche, menant des campagnes médiatiques successives.

Hier, elle « luttait » contre les dépassements d’honoraires en ville, en laissant en l’état la situation aux consultations hospitalières avec leurs files d’attente à deux vitesses…(2)

Jerome-Cahuzac-Marisol-Touraine.jpg

Marisol Touraine, et un confrère en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires)

Aujourd’hui, elle fait mine de découvrir le tiers-payant, quand le problème n’est pas « qui paie le médecin ? » mais « comment un médecin peut-il indéfiniment fonctionner correctement avec des tarifs déconnectés du coût de sa pratique ? »

A chaque épisode, la seule chose qui semble importer à la Ministre est son propre affichage médiatique : abonnée aux dîners du Siècle (3) , Marisol Touraine ne cesse de scander à qui veut encore l’entendre qu’elle est « de gauche », résolument «  de gauche », épidermiquement « de gauche » un peu comme une Carla Bruni sous acide.

 

Le tiers-payant existe depuis longtemps

Reprenons en amont : le tiers-payant existe, depuis longtemps, et les médecins le pratiquent, depuis longtemps.

Certains parce qu’ils sont conscients de faciliter ainsi le recours aux soins de certains patients (4), et parce que cela leur permet de faire honorer les « petits actes » comme les actes plus lourds.

Le tiers-payant existe, et aucune des études menées depuis des années n’a  mis en évidence ce que clament nombre de ses détracteurs, à savoir qu’il pousserait à la consommation de soins par des patients irresponsables. (5)

Le tiers-payant existe, et a toujours été combattu par une frange conservatrice de la profession, considérant que le patient DOIT payer de sa poche pour que le soin ait un sens. Mais non contents de camper sur leurs positions, leurs syndicats réactionnaires ont tout fait pour empêcher les généralistes ( et seulement les généralistes) de pratiquer le tiers-payant s’ils le souhaitaient.

CSMF et SML mirent ainsi à bas en 2004 le système optionnel du médecin référent, dans lequel le généraliste, en contrepartie d’un forfait annuel, se formait indépendamment des firmes pharmaceutiques, tenait un dossier informatisé, et pratiquait le tiers-payant intégral pour ses patients, en étant payé directement par l’Assurance-Maladie, qui se tournait ensuite vers les assurances ou mutuelles pour récupérer la part complémentaire.

( J’en vois qui ne suivent pas : l’Assurance-Maladie rembourse en général 70% du tarif de l’acte – soit par exemple 16,10 euros sur une consultation à 23 euros- et la complémentaire rembourse le restant, soit 6,90 euros. En théorie.)

 

Petits arrangements politiques entre amis sur le dos des patients et des généralistes

En 2004, il y a dix ans, Chirac plaça à la tête de l’Assurance-Maladie un assureur, Frédéric Van Roekeghem, qui ( pur hasard) venait d’AXA, dont, ( re-pur hasard), le PDG Claude Bébéar était un ami de trente ans du Président de la République. (Et on sait combien l’amitié, à l’UMP, est un bien précieux) (6)

Van Roekeghem avait une mission : au nom de la sauvegarde de l’Assurance-Maladie solidaire, utiliser les techniques libérales de l’assurance privée pour « dégraisser le mammouth ». Dans ce jeu de dupes, l’accès aux soins des patients fut prétexte à un petit arrangement politique entre amis.

faux-billet.jpg

Xavier Bertrand et Frédéric Van Roekeghem ( merci à l’UCDF)

 

Douste-Blazy, cardiologue à mèche spécialiste du massage cardiaque assis, fut envoyé sur les plateaux de télé pour vanter la réforme dite du « médecin traitant ». En back-office, Xavier Bertrand, accessoirement ancien d’AXA lui aussi ( le monde est petit, et plein d’amusantes coincidences), se rapprochait des syndicats réactionnaires et leur offrait sur un plateau les têtes des 11.000 généralistes référents. Assurés que le médecin traitant, dénué de moyens financiers, ne pourrait en aucune façon tenir le rôle de coordination qui lui était dévolu, CSMF et SML signèrent des deux mains la convention, poignardant dans le dos la médecine générale, qui ne s’en est jamais remise. (7)

 

Brimades et poursuites : l’Assurance-maladie ne défend pas le tiers-payant

Du côté de l’Assurance-Maladie, Frédéric Van Roekeghem empila les contraintes administratives, les contrôles, les brimades. Sous sa direction, le nombre d’arrêts de travail litigieux passa brutalement du simple au double ( quitte à utiliser des tours de passe-passe peu glorieux) , justifiant ainsi politiquement la chasse aux abus sarkozyste. Comme tout ultralibéral qui se respecte, l’ancien assureur voulut mettre en place sa propre alternative à l’option référent, la « rémunération à la performance ». CSMF et SML participèrent à la mise en œuvre de ce permis à points, qui chaque année fait office de marronnier pour nombre de journalistes de l’information sociale, lesquels titrent régulièrement sur « ce treizième mois pour les généralistes » sans jamais révéler que les items médicaux choisis pour cette rémunération sont pour certains moisis ( dosage des fractions du cholestérol, prescription d’aspirine ou de statine systématique aux diabétiques) voire carrément scandaleux ( promotion aveugle de la mammographie systématique de dépistage, alors que s’amassent les études prouvant sa faible utilité et les risques du surdiagnostic : mastectomies inutiles, etc…)

 

Dans le même temps, obéissant à la Voix de son Maître, Frédéric Van Roekeghem reproduisait le discours sarkozyste, récoltait les franchises dans la poche des cancéreux et des malades d’Alzheimer. Des directeurs de caisse, bien dressés, pourchassaient pendant ces années-là les soignants pratiquant encore le tiers-payant. La caisse du Lot et Garonne menaçait de poursuites médecins et infirmiers. Leur large utilisation du tiers-payant était considérée comme « une dérive » par Gilbert Pécouil (8), le directeur de la CPAM départementale, y compris dans le cadre des patients atteints d’une « affection longue durée » : « Le tiers payant est prévu en cas de précarité. L’ALD n’en est pas une forcément : c’est au professionnel de juger de la situation.»  Frédéric Van Roekeghem laissa faire. (9)

 

SCAN0008.JPG

Moi, Président des « mutuelles pour tous »

 

Lorsque François Hollande, le candidat du Parti « Socialiste », arriva au pouvoir, on put espérer un temps une amélioration de la situation. L’inverse se produisit. La politique de santé fut confiée à une grande bourgeoise qui, comme nombre de politiques, n’y comprenait que pouic.

Van Roekeghem, hier conspué, fut célébré par les anciens opposants aux franchises. L’ancien assureur d’AXA était donc  « ce grand serviteur de l’Etat avec qui il est très agréable de travailler », selon Catherine Lemorton, députée « socialiste » et présidente de la commission des affaires sociales de l’Assemblée,  qui vanta dans les colonnes du Monde les qualités de celui que le quotidien considérait comme « le véritable ministre délégué à la Santé ».

catherine-lemorton-ps-ump-accuse-encourage.jpg

Catherine Lemorton, alors encore opposée aux franchises et aux assureurs à la tête de la Sécu  ( mais le changement c’est pour bientôt)

Dans le même temps, les incestueuses relations entre politiques et assureurs continuaient. Nicolas Sarkozy s’était montré prudent. Son frère Guillaume l’avait été nettement moins, déclarant à son arrivée à la tête du groupe Mederic :  « Mon ambition est que Médéric relève les défis des réformes à venir qui transformeront profondément l’intervention des acteurs complémentaires, notamment dans le domaine de la santé, pour jouer un rôle de premier plan dans l’amélioration des services de protection sociale ».

medium_manif24102007_045.3.jpg

Manifestation d’étudiants en médecine en 2007

Hollande, lui, ne se gêna  pas, déroulant le tapis rouge à Etienne Caniard, « médiatique » (10) directeur de la Mutualité Française.

«Une mutuelle pour tous», glapissaient les sbires hollandais qui firent passer l’ANI ( Accord National Inter-Entreprises) au forceps, omettant de  pointer que comme leurs prédécesseurs, ils poursuivaient le désistement programmé de l’Assurance-Maladie, ouvrant le marché des soins de ville aux assureurs privés, y compris ceux se parant encore de la raison sociale « mutuelle ».

A l’Assemblée Nationale, Bruno Le Roux ( ancien vice-président de la très sulfureuse MNEF) déposait une loi permettant aux complémentaires de créer leurs propres réseaux de soins, et Fanélie Carrey-Conte, en tant que rapporteur de cette loi Le Roux, fustigeait les médecins réticents. On a récemment pu voir le premier à l’œuvre, menaçant servilement de représailles les députés encore «socialistes» rechignant à couvrir d’un voile pudique la longue série des renoncements hollandais. Tandis que la seconde fait actuellement plutôt profil bas, la tristement célèbre Mutuelle des Etudiants ( LMDE) , dont elle fut longtemps administratrice, ayant été de manière répétée dénoncée pour sa gabegie et l’indigence stupéfiante de sa gestion par la Cour des Comptes, Que Choisir, et bien d’autres. Faire carrière politique ou servir l’intérêt public, le choix est parfois cruel. Mais pas pour tout le monde, apparemment. (11)

A l’automne 2012, devant un Etienne Caniard satisfait, Marisol Touraine vint annoncer au Congrès de la Mutualité Française que le gouvernement reportait d’une année l’obligation de publication des frais de gestion des mutuelles « dont nous connaissons les difficultés qu’elles créaient pour vous » ( On croit rêver, je sais). (12)

Nous semblons avoir dérivé très loin de la question initiale, celle du tiers-payant, mais un peu de patience, vous allez voir que nous sommes en fait très proche du cœur du réacteur.

Un gouvernement « socialiste » converti au néolibéralisme

Le gouvernement « socialiste », de reniement en reniement, cale de manière de plus en plus évidente son action sur le modèle de son prédécesseur, ignorant le peuple, flattant les puissants, se prosternant devant la banque.

Le calamiteux Hollande a nommé Ministre des Finances un fraudeur fiscal de compétition. Son conseiller personnel, rédacteur du fameux discours : « Mon adversaire c’est la finance », s’est révélé être un menteur pétri de conflits d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques.

Hollande-Morelle-500x380.jpg

Hollande et Morelle: Leur adversaire, c’est la finance

 

Il a récemment viré son secrétaire général, ancien banquier de HSBC, pour le remplacer par une économiste de la Bank of America Merryll Lynch, accessoirement administratrice à jetons dans le groupe de luxe de François Pinault.

Pour Hollande et Valls, comme pour Margaret Thatcher avant eux : There Is No Alternative.

Conformément aux préceptes néolibéraux, et au dogme de la réduction des dépenses publiques, seule à même de permettre de continuer à servir aux banques les intérêts d’une dette illégitime, il faut réduire les dépenses sociales, quoiqu’il en coûte. Et pour ce faire, basculer progressivement la prise en charge de la protection sociale de la Sécu vers les complémentaires, affolées par ce gigantesque marché (13).

La mise en place du tiers-payant vise, dans ce contexte, à habituer le patient à ne plus payer le professionnel de santé directement, non pas tant pour lui faciliter l’accès aux soins, mais pour permettre un désengagement progressif et invisible de la Sécurité Sociale au profit des complémentaires. Ce qui se joue, c’est l’indépendance professionnelle du soignant, mise à mal par l’assureur-payeur, bien éloigné d’une logique solidaire. (14)

 Une usine à gaz signée Xavier Bertrand

D’autant que la réforme mise en place par Xavier Bertrand a profondément complexifié les remboursements des soins, instaurant aujourd’hui des pénalités parfois incompréhensibles aux patients qui n’auraient pas choisi de médecin traitant… mais aussi à ceux, nombreux, pour lesquels les organismes d’assurance-maladie ont perdu trace administrative de cette déclaration, ou même ceux dont le médecin cesse son activité ou décède. Ces retenues et pénalités, nombre de patients ne s’en rendent pas compte, tant le « parcours de soins », grâce à Xavier Bertrand et Frédéric van Roekeghem, est une usine à gaz. Les médecins qui pratiquent le tiers-payant,  eux, en sont bien conscients, car c’est eux qui subissent de plein fouet les erreurs des caisses, qu’ils imputent le plus souvent en pertes pures et simples. Le coût du recouvrement de ces erreurs fréquentes n’est pas nul : une étude sur les centres de santé l’a chiffré à près de 4,38 euros par acte(15) !

 

Le seul moyen de généraliser le tiers-payant serait donc, dans un premier temps, d’assurer un payeur à guichet unique, l’Assurance-Maladie, qui règle le professionnel de santé directement puis se retourne vers les complémentaires. Frédéric Van Roekeghem y rechigne : le cost-cutter que Chirac a mis en place, que Sarkozy a apprécié, que Hollande a conforté, a suffisamment taillé dans les effectifs des caisses pour que ce qui hier, du temps de l’option référent, était envisageable, le soit beaucoup moins aujourd’hui, alors que les dossiers en attente s’empilent dans les CPAM, incapables même de comptabiliser correctement le nombre de patients qui ont déclaré tel ou tel médecin comme médecin traitant.

Quand on n’est même plus capable de tenir à jour correctement un listing du nombre de patients d’un médecin, comment organiser le remboursement des actes, et gérer la multiplicité des 600 complémentaires et la grande médiocrité informatique et administrative de nombre d’entre elles ?…

Marisol Touraine, moderne Marie-Chantal, n’en a rien à faire. La ministre veut laisser une marque, une marque « sociââââle », et l’intendance suivra.

Du moins le croit-elle, en empilant sur les épaules d’une CNAM en difficulté gestion du tiers-payant et relance du « Dossier Médical Partagé » promis par son prédécesseur Douste-Blazy depuis… 2004. En complexifiant les tâches administratives de recouvrement de médecins dont le temps utile consacré au soin ne cesse de diminuer dans un univers de contraintes accumulées. Dans la grande lignée des réformes «socialistes», elle annonce une réforme courageuse… dont d’autres feront les frais.

Marisol Touraine, pompier-pyromane

Rendre le tiers-payant obligatoire, dans l’état actuel des flux informatiques soignant-AssuranceMaladie-complémentaires, est impossible, et conduira à l’explosion du système.

Si Marisol Touraine voulait généraliser le tiers-payant, il faudrait commencer par faire cesser les brimades qu’encourent aujourd’hui les médecins qui le pratiquent… et mettre en place un payeur unique. Il faudrait ôter les freins existant à la réalisation du tiers-payant par les soignants qui y sont attachés, et rémunérer le coût de cette tâche administrative, comme ce fut le cas du temps de l’option référent. Mais cela conforterait le rôle de l’Assurance-Maladie solidaire, dont le pouvoir politique, depuis plus d’une décennie, envisage avec soulagement la mort.

Dans l’état actuel des choses, outre l’inflexion du discours ( moins culpabilisant envers les patients) le tiers-payant généralisé de Marisol Touraine n’est donc que la caution sociale d’une politique antisociale.

 

 

Médecin généraliste depuis 1984, Christian Lehmann est écrivain, auteur de la trilogie « No Pasaran » ( Ecole des Loisirs) et de « Patients si vous saviez » ( Points-Seuil)

 

(1)   Le docteur Ortiz  passe sous silence l’essentiel, à savoir que la CSMF est l’un des responsables du bordel sanitaire actuel en médecine de ville, et non des moindres.

(2)   Rendez-vous rapide avec le professeur renommé pour les (très) riches, rendez-vous plus tardif, éventuellement avec un membre de son équipe, pour le commun des mortels

 (3) Le Siècle est un club fermé réservé à de grands « décideurs » financiers, industriels, et politiques, et autres éditocrates médiatiques : l « Elite » de la nation, en somme….

 (4) Je pratique le tiers-payant parce qu’il facilite l’accès aux soins des patients aux ressources limitées ( pas seulement les patients bénéficiant de la CMU, comme il est dit souvent, mais les personnes âgées aux faibles retraites, les jeunes couples, les étudiants, etc…).

 (5)  L’irresponsabilité supposée des patients fut la grande litanie des temps sarkozystes, d’où la franchise sur les soins :

-franchise que Sarkozy mit en place

-franchise qui fit reculer l’accès aux soins des plus faibles

-franchise que les députés socialistes dénoncèrent lorsqu’ils étaient dans l’opposition

-franchise qui n’étouffe plus les mêmes députés socialistes maintenant que leur clan est aux affaires.

(6) On me glisse à l’instant même dans l’oreillette qu’au Parti « Socialiste » aussi, l’amitié est un bien précieux., comme le prouve Manuel Valls aux côtés de son ami Henri de Castries, actuel PDG d’AXA ( comme c’est charmant, toutes ces coincidences)

(7) L’option référent fut supprimée d’un trait de plume, et les deux syndicalistes signataires de ce forfait reçurent en temps utile la Médaille de la Légion d’Honneur des mains de Xavier Bertrand. On n’est jamais si bien servile que par soi-même.

 (8)   « Que ton nom soit inscrit quelque part… » Lorsqu’on Google le nom du zélé directeur, seuls remontent des articles sur les conflits internes de la caisse avec ses salariés { «Vous savez qu’on prend des antidépresseurs pour venir travailler ici ! » lance un agent} , des « soucis de remboursement » dans le département pour les pharmaciens en tiers-payant, ou encore un interview dans lequel le directeur affirme son implication dans les programmes de dépistage du cancer du sein et du colon ( dont la pertinence laisse fortement à désirer….) . Mais jusqu’ici, sa vision très particulière du rôle d’une Sécurité Sociale Solidaire, et ses menaces envers des professionnels de santé pratiquant le tiers-payant envers des patients en affection de longue durée, semblait être passé sous le radar du World Wide Web. L’injustice est réparée.

(9) Dans une tribune récente sur Mediapart, l’ami Marcel Garrigou-Grandchamp, spécialiste des questions juridiques à la Fédération des Médecins de France, le souligne : «Il faut aussi savoir, mais cela n’est pas politiquement correct, et ce n’est donc pas dit haut et fort, que l’assurance maladie n’est pas favorable au tiers payant ! Un exemple lorsque ses pôles de contrôle passent au crible l’activité d’un médecin (par exemple lors d’une procédure dans le cadre de l’art 315 du code de la sécurité sociale) tous les actes en tiers payant sont considérés comme suspects !» On notera aussi qu’une des raisons de l’opposition du directeur de l’Assurance-maladie au tiers payant intégral… est que celui-ci complexifie énormément la récupération des franchises qu’il lui faut ensuite aller réclamer directement aux assurés…

(10) On ne compte plus dans les média les tribunes du directeur de la Mutualité Française, les colloques que celle-ci sponsorise. On ne s’étonne pas de voir Alternatives Economiques (pourtant sourcilleux sur la question des conflits d’intérêt… chez les autres) réaliser son Spécial Santé avec le «partenariat » de la Mutualité Française, ni de voir Eric Favereau, dans Libération, louer « une des personnalités les plus attachantes et les plus compétentes du monde de la santé » entre deux Jeudi de la Santé organisés en partenariat avec…. vous aurez deviné…la Mutualité Française.

CMzPP4ZHGyMie9ZSYx7djTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9.jpg

 (11) Que Choisir révèle opportunément que Laurence Rossignol, l’actuelle Secrétaire d’Etat à la Famille et aux personnes âgées a été salariée pendant 18 ans par la LMDE pour un emploi qu’on semble pouvoir aisément qualifier de…. discret. Combien de hiérarques socialistes ont-ils ainsi émargé dans ce système «mutualiste», qui sait au moins se montrer «solidaire» envers ses amis?

(12) La publication des frais de gestion des mutuelles semble effectivement poser à celles-ci « quelques difficultés». Comment, effectivement, révéler aux assurés la part considérable de leurs cotisations qui sert à financer les salaires faramineux de certains dirigeants collectionneurs de voitures de course, les rallyes automobiles et les courses nautiques, sans oublier les confortables émoluments de comiques autrefois surréalistes ( Chevalier et Laspalès) depuis longtemps reconvertis dans la traite des pigeons ?

 

(13) Que les complémentaires françaises aient les yeux plus gros que le ventre, et soient elles-même menacées à terme par le jeu de l’ultra-concurrence libérale, est un autre problème. Le marché de la santé fait bander les assureurs, comme les subprimes faisaient bander Lehman Brothers. Beaucoup resteront sur le carreau… et commencent, un peu tardivement, à s’en rendre compte…. Alors que François Hollande fait des pieds et des mains pour faire adopter le traité transatlantique, il est urgent de rappeler ce qu’écrivait dès 1999 la Coalition des industries de service américaine au sujet des négociations du GATT: « Nous pensons pouvoir progresser largement dans les négociations afin de dégager les opportunités pour les compagnies américaines de s’implanter sur les marchés de soins étrangers… Historiquement les services de santé dans de nombreux pays ont été sous la responsabilité du secteur public. Cette appartenance au secteur public a rendu difficile l’implantation marchande des industries de service du secteur privé US dans ces pays…» A bon entendeur…

 http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20131017trib000791141/pourquoi-les-mutuelles-perdent-de-leur-assurance.html

 http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140616trib000835336/complementaires-sante-le-defi-de-l-ultra-concurrence.html

 http://www.argusdelassurance.com/acteurs/acs-les-mutuelles-demandent-un-amenagement-de-la-reforme.79503

 http://www.latribune.fr/blogs/le-blog-du-contrarian/20131127trib000798061/complementaires-sante-les-clauses-de-designation-un-scandale-d-etat.html

 (14)   Il suffit de voir la manière dont les banques et assurances font pression sur les patients, au nom de la loi Kouchner ( !!!) , pour forcer leur médecin à révéler des pans entiers de leur dossier médical, au mépris de la législation, lors des négociations de prêt, pour savoir à quoi ressemblera un monde où le médecin est financièrement lié à l’assureur «complémentaire».

 (15)   La médecine d’équipe avec application du tiers payant systématique a un coût que cette étude aura permis de chiffrer précisément :

coût du tiers payant par acte : 4,38 € (soit 20 % sur un acte de généraliste) ;

gestion des rejets et actes impayés : 5 % du chiffre d’affaires de la structure.

La pratique du tiers payant qui concerne obligatoirement les centres de santé d’aujourd’hui et les maisons de santé de demain (partie obligatoire du cahier des charges du rapport Juilhard- Vallancien) est d’abord un service pour le patient. Elle sous-entend la mise en place d’un accueil administratif et social. En effet, il est nécessaire pour chaque patient de vérifier ses droits ou de lui « dire ses droits » que souvent il ignore (AME, CMU, CMUC).

Cette simple fonction engendre un surcoût de 25 % par rapport à un exercice libéral classique.

in: La place des Centres de Santé dans l’Offre de Soins Parisienne, Richard Bouton Consultants.


Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Tiers-payant généralisé chez le médecin: ce que cache l’effet d’annonce de Marisol Touraine

Circulez (bis)

  Dans le billet précédent, j’évoquais le projet de raccourcissement des durées de séjour en maternité. Mais il nous manquait l’éclairage de nos amis du SYNGOF. Son président est intervenu hier, au journal de 18h de France Inter (à 3 minutes). Je n’ai pas résisté au plaisir de vous copier intégralement ce monument d’anthologie syngofienne…   Il faut […] Continuer la lecture

Publié dans Militer, Pffffff | Commentaires fermés sur Circulez (bis)

Circulez

  Tous les médias en parlent. Pour faire des économies, l’assurance maladie dégaine une nouvelle arme, le raccourcissement des durées de séjour en maternité. Sauf que … Les séjours plus courts, c’est déjà la réalité. Fermetures d’établissements obligent, le nombre de lits est en diminution constante. 32018 lits de maternité en 1975, 17686 en 2007. D’autres […] Continuer la lecture

Publié dans accompagnement, Après, assurance maladie, Militer, Post partum, Profession sage-femme | Commentaires fermés sur Circulez

Schumacher : secret médical sur le point d’être violé

Bonjour Dans l’ombre portée de Vincent Lambert, Michael Schumacher. « Les pronostics sur l’état de santé de Michael Schumacher vont bon train … écrit ce martin LePoint.fr.  La famille et les proches se veulent rassurants, assurant à intervalles réguliers que l’ancien champion de F1 fait des progrès. Le corps médical est beaucoup plus circonspect, pour ne pas dire […] Continuer la lecture

Publié dans AFP, BBC, Bild, Blick, Le Dauphiné libéré, Le Point, RTL | Commentaires fermés sur Schumacher : secret médical sur le point d’être violé

Mise à jour des recommandations : impossible ! Mais la technologie pourrait aider

Bel éditorial dans le JAMA (28 mai 2014) commentant une étude du même numéro sur la mise à jour des recommandations de pratique clinique. Le constat est attristant : trop de recommandations ne sont pas mises à jour. Quand elles sont mises à jour, cela prend trop de temps (environ 6 ans) car les recommandations sont toutes réécrites, et les… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Recommandations | Commentaires fermés sur Mise à jour des recommandations : impossible ! Mais la technologie pourrait aider

La France est condamnée à entrouvrir ses frontières aux mères porteuses étrangères

Bonjour Les juges français ont des raisons d’être inquiets. En trois jours la Cour européenne des droits de l’homme – celle de la « grande Europe » – a tancé la France à trois reprises. Dans l’affaire Lambert pour commencer. Dans deux affaires d’état-civil après GPA  pratiquées à l’étranger pour continuer.  Nous avons déjà évoqué ces deux dernières […] Continuer la lecture

Publié dans Têtu | Commentaires fermés sur La France est condamnée à entrouvrir ses frontières aux mères porteuses étrangères

Je ne voulais pas écrire cette note

Je ne voulais pas écrire cette note, mais à force qu’on me titille sur le sujet, je craque. Je me demande si ce n’est pas la déclaration mythique de notre ancien ministre, french doctor, porteur de sac de riz, et … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans BONNEMAISON, décision, Médecine humeur, partage, silence | Commentaires fermés sur Je ne voulais pas écrire cette note

Evaluation de la VO2max par la technologie Firstbeat

Firstbeat est une société spécialisée dans l’analyse du rythme cardiaque. Ils ont développé plusieurs algorithmes d’analyse qui sont intégrés dans les montres de sport. Avec le lancement l’hiver dernier de la Forerunner 620, Garmin a bien mis en avant la capacité de la montre à estimer la VO2max d’un coureur grace au partenariat avec Firstbeat. […] Continuer la lecture

Publié dans Estimer sa VMA, Estimer sa VO2max, Firstbeat, garmin, matériel, sport, VMA, VO2max | Commentaires fermés sur Evaluation de la VO2max par la technologie Firstbeat

Les affaires Bonnemaison et Lambert : sociétalisation de la médecine.

Appartement au centre de Zurich utilisé par Dignitas pour recevoir les patients durant leurs dernières heures.
Je ne suis pas un spécialiste de la question des fins de vie. Je ne suis pas un expert. Je n’ai pas tout compris dans les attendus des jugements. Et d’ailleurs je m’en moque. Je suis un Français moyen qui parle sans savoir, qui s’exprime, et qui a déjà écrit un billet sur la question (ICI) où il était effectivement question d’hypnovel et où je me suis fait allumer par les commentaires car je ne connaissais rien à l’hôpital, à sa profonde humanité et aux merveilleux personnels dévoués qui s’occupent des malades 24 heures sur 24… 
Au lieu d’être un inconvénient, le fait de ne pas être un expert me semble au contraire, à la lumière d’expériences médicales accumulées au cours des ans (couchage des nourrissons, dépistage du cancer du sein par dosage du PSA, antibiothérapie dans l’otite moyenne aiguë, et cetera), un avantage considérable pour m’interroger sur les affaires Lambert et Bonnemaison. 
Un collègue twittos qui se reconnaîtra et que l’on reconnaîtra a envoyé un gazouillis qui disait en substance : « Le seul tort de Vincent Lambert est de ne pas avoir croisé Bonnemaison. » Voir ICI. Cette remarque est profonde et résume ce qu’il était nécessaire de savoir sur l’affaire.
Mais mon propos est autre.
Je voudrais auparavant me justifier.
Dans un souci de bienséance, et pour ne pas avoir à être taxé de je ne sais quoi par je ne sais qui, je ne suis ni un catholique intégriste, ni un musulman intégriste, ni un anti pro choix, ni un partisan de  l’acharnement thérapeutique, ni un paternaliste alapapa, ni un néolibéral, ni encore moins un libertarien, ni un partisan de la peine de mort, ni…
Et j’ajoute : il m’arrive de côtoyer des gens qui vont mourir.
Mon propos est le suivant : par un injuste retour des choses, et après que les médecins n’ont eu de cesse de médicaliser la société (et jadis on disait médicaliser la vie), c’est la société qui sociétalise la médecine.
Les médecins sont devenus, à l’insu de leur plein gré, des outils sociétaux au service de l’opinion publique et, surtout, de l’opinion privée. Qu’une technique existe et les médecins sont sommés de l’utiliser au risque de passer pour des conservateurs, des pisse-froid, des paternalistes, des réactionnaires, au risque, aussi, d’être traînés devant les tribunaux.
Par un tour de passe passe ironique de l’histoire, mais de plus savants que moi sauront retrouver des exemples antérieurs, la gauche morale a enfilé les habits de la droite libertarienne. Mais n’en parlons pas, c’est tabou. Il y a eu une étape préalable, le passage par le libéralisme et par le néo libéralisme. Remarquons au passage que les bons esprits de la gauche morale (nous entendons ici la gauche de la gauche, Dieu reconnaîtra les siens) ne voient aucune différence entre libéralisme et néo libéralisme (qu’ils aillent faire un tour sociétal dans les pays néo libéraux et libéraux et ils comprendront les « subtilités » de l’affaire par rapport à la législation du travail par exemple) et qu’il en est même qui confondent conservatisme et libéralisme (et néolibéralisme puisqu’ils ne savent pas en faire la distinction), ce qui est assez gratiné.
La sociétalisation de la médecine fait des médecins les outils des désirs sociétaux (et l’histoire nous dira s’ils étaient fous ou non), ces désirs qui sont instrumentalisés ou justifiés par la philosophie des Droits : « J’ai le droit de… » Et gare à ceux qui ne s’y conforment pas. Le slogan de mai 68 « Tout est possible et sans tabou » est devenu le leitmotiv des sociétés « avancées » qui disposent des techniques ad hoc. La médecine ne peut plus raisonner pour elle-même (on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas envisageable) et doit, technicienne, se plier aux bons vouloirs de la société.
Les médecins ont toujours fait partie intégrante de la société (quand ils ne l’ont pas organisée) et depuis les temps immémoriaux des chamans, et ont toujours voulu lui plaire (pour en vivre par exemple) mais ils sont parfois passés par des extrêmes (nous allons atteindre, très chers amis, le point Godwin et le point Stalwind — marque déposée docteurdu16–), Mengele, la psychiatrie soviétique, les injections léthales dans l’administration de la peine de mort, des extrêmes qui existent toujours aujourd’hui : essais cliniques sur des enfants et des femmes du Tiers-monde, trafics d’organes, et cetera.
Puisque la greffe d’un sixième orteil sur le pied dominant améliore de 12 % les temps au 50 kilomètres marche et qu’une clinique costaricienne la pratique à San José il est scandaleux, prétendent les théoriciens des Droits, qu’aucune clinique française ne la pratique, qu’elle ne soit pas remboursée par la CPAM, et qu’elle soit considérée comme de la médecine méliorative susceptible d’être assimilée à du « dopage ». 
Revenons aux cas Bonnemaison / Lambert.
Que viennent faire les médecins dans cette histoire ? 
Dans le cas Lambert les médecins et une partie de la famille du patient considèrent qu’il s’agit d’acharnement thérapeutique et les parents, semble-t-il, s’opposent à l’arrêt des soins. Peut-on, doit-on obliger en conscience des médecins et des équipes soignantes à garder en vie végétative un patient qui, selon les médecins, souffre quand même et qui ne sortira jamais, en l’état actuel des prévisions de la science, de son état ? Les médecins et les équipes soignantes n’ont-ils pas, eux aussi, une conscience qu’il est nécesssaire de respecter ? La conscience médicale et soignante doit-elle être considérée comme quantité négligeable et doit-on contraindre des médecins à pratiquer des actes qu’ils réprouvent ? Est-on au courant du fait qu’agir contre sa conscience peut entraîner des dégâts considérables ? Même en cas de décision de justice. Sociétalisation de la médecine, dis-je, et même sociétalisation à géographie variable : le dépaysement de Vincent Lambert à Bayonne aurait peut-être réglé le problème…
Dans le cas Bonnemaison que l’on a décrit comme « assassin par compassion » il semble que son instrumentalisation (les acclamations de la salle d’audience à l’annonce de l’acquittement en témoignent) par les associations ne fasse aucun doute. Je ne dirai rien de ce que j’ai pu percevoir de la personnalité de Bonnemaison (son changement de coupe de cheveux avant et après est assez stupéfiant) et des raisons qui l’ont poussé à pousser la seringue mais, je l’avais déjà signalé ailleurs (LA), les Bonnemaison aux mains propres ne sont pas rares dans les centres hospitaliers mais on n’en parle pas, on le tait. Et là, a contrario, il s’agit de la pratique des médecins, forcément inexplicable car non expliquée parfois aux patients et aux familles, qui se substitue à la conscience des patients et des familles. Médicalisation de la vie et ici de la mort par des équipes soignantes comme pendant de la sociétlisation de la médecine à qui l’on demande de se plier aux désirs de la société. Eût-il fallu que Bonnemaison confie hypnovel et / ou Norcuron à la famille pour qu’elle accomplisse le geste d’amour  et de compassion ? 
Ce que je voulais souligner : les médecins font désormais partie de la « boîte à outils » sociétale. Ceux qui en profitent feront de l’argent. Les autres souffriront.
PS. On remarquera que les infirmières et aides-soignantes sont condamnées et les médecins acquittés. Vous avez le droit à plusieurs grilles d’interprétations : marxiste, genriste, sexuelle, autre…
Illustration venant de LA.
Dignitas, CH : ICI.

PS du premier juillet 2014 : Judge Marie (LA) justifie en droit Bonnemaison. Je lui réponds.

Continuer la lecture

Publié dans BONNEMAISON, EUTHANASIE, LAMBERT, MEDICALISATION DE LA VIE, SOCIETALISATION DE LA MEDECINE | Commentaires fermés sur Les affaires Bonnemaison et Lambert : sociétalisation de la médecine.

Vous enquêtez sur un conflit d’intérêts ? www.transparence.sante.gouv.fr !

Bonjour Le 26 juin 2014 restera comme un jour sombre pour les journalistes d’investigation. Marisol Touraine, ministre de la Santé, vient de lancer www.transparence.sante.gouv.fr C’est un site Internet « unique sur les liens d’intérêts entre entreprises et professionnels de santé ».  Une base de données publique qui répertorie l’ensemble des liens d’intérêts entre les entreprises qui commercialisent […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Vous enquêtez sur un conflit d’intérêts ? www.transparence.sante.gouv.fr !

Bonnemaison : le parquet devrait faire appel de l’acquittement. Voici pourquoi

Bonjour Des jurés sous les vivas. Presque une ola. Un terrible mouvement de joie collective. Une libération-régression dans une enceinte de justice. Un symptôme doublé d’un symbole. Comme la face inversée des mouvements qui accompagnaient jadis l’annonce que la peine de mort n’avait pas été prononcée. Voilà, aussi, ce qui restera de l’affaire Bonnemaison. Un […] Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Bonnemaison : le parquet devrait faire appel de l’acquittement. Voici pourquoi

Les auteurs provenant des pays en voie de développement devraient être mieux informés sur les bonnes pratiques en matière de paternité des recherches

Article de réflexion intéressant dans BMC Medical Ethics, le 28 mai 2014, par des auteurs canadiens qui terminent par 3 suggestions éthiques dans le domaine des recherches en santé globale : Une recherche sur les normes et pratiques pour attribuer la qualification d’auteurs lors des publications sur des travaux dans des pays en voie de développement est nécessaire ; Une… Continuer la lecture

Publié dans Critères d'auteurs, Ethique | Commentaires fermés sur Les auteurs provenant des pays en voie de développement devraient être mieux informés sur les bonnes pratiques en matière de paternité des recherches

La première fois….

Ça fait plus d’un mois que je n’ai pas écrit de billet sur mes aventures d’interne en médecine générale. Il me fallait remédier à ça rapidement!
Donc, c’est avec tristesse que j’ai du quitter mon stage ambulatoire pour rejoindre le GrandHopitalParisien. Le stage est plutôt classique, avec des staff bi-hebdomadaires, l’ambiance studieuse du CHU, la pression pour aller toujours plus vite, et du travail pour faire 10 heures par jour en 5 heures.
Heureusement, l’intérêt d’être en hopital de jour, c’est qu’il ferme à 17 heures! Donc ça laisse du temps pour faire des tas d’autre choses fun! Sortir avec des amis, glander au soleil dans les jardins de l’hopital, partir en week end réviser les partiels du master, préparer la thèse, préparer les powerpoint des 10 patients à staffer pour la semaine d’après….

Mais le CHU, c’est aussi le retour des VM. Les visiteurs médicaux, ces êtres vicieux  venant prendre du temps brièvement pour revendre leur marchandise informer le médecin des nouveautés, grâce à des études toujours plus significatives les unes que les autres sur des critères de jugement souvent peu cliniquement pertinents !
Il ont néanmoins un talent qu’on ne peut leur retirer, arriver à faire croire au médecin qu’effectivement la molécule présentée est la meilleure, quitte à éluder quelques études contradictoires.

Bref, malgré le règne incontestable du Seigneur Crestor et de sa Princesse Januvia, j’ai entrepris de partir en croisade pour bouter hors de l’ordonnance cette quadrithérapie anti-diabétique orale chez ce patient de 78 ans avec une hémoglobine glycquée à 6,4% !

Moi qui pensait éventuellement surprendre en avançant quelques arguments EBM et sans conflits d’intérêt, pronnant l’intérêt du jeune Elisor sur le Sir Crestor, puis exprimant mon incompréhension devant l’introduction d’un Sartan chez un patient qui était tout à fait apte à recevoir un IEC, je me suis pris la réflexion qui tue. La réflexion qui te fait dire que ton interlocuteur n’a rien compris à ce que tu explique depuis un moment. La réflexion qui montre que ton interlocuteur est en déni total de sa situation.
Mon chef m’a donc dit « Mais t’es vendu aux laboratoire à prôner ton IEC et ta pravastatine? »

Bien amoindri par ce coup d’estoc que je n’attendais pas, mais fier des quelques cours d’entretien motivationnel que j’ai reçu, je tente de me relever en me récitant ces cours: en pré-intention (quand y’a pas d’intention du tout en fait), ça sert à rien d’insister.

Cependant, j’ai réussi à faire naître une certaine ambivalence! (Victoire!) En effet, depuis quelques jours, on me dit « met de la pravastatine ou du Crestor »; du coup, je me prive pas! Comme quoi, même dans les refuges les plus profonds et cachés de BigPharma, il y a un espoir. En effet, chacun des médecins du service montre une réelle envie d’être à la fois à la pointe du progrès mais sans laisser la balance bénéfice/risque pencher en défaveur des patients.

La première étape de mon plan de conquête étant accomplie, je me suis attelé à la seconde. Je n’ai pas été confronté aux VM depuis ma résolution d’avoir une information indépendante l’an dernier, car mes praticiens n’en recevaient pas. Et voilà qu’un homme d’une trentaine d’année, le sourire freedent jusqu’aux oreilles entre dans le service, saluant tout le monde, faisant la bise aux infirmières, un habitué des lieux apparemment! Il venait à la recherche des « internes ». Et on l’a tout bonnement conduit jusqu’à moi.
« Bonjour, qu’est ce que je peux faire pour vous? » dis-je en me retournant sur ma chaise à roulette de laquelle je complétais le dossier informatique d’un patient.
« Bonjour, laboratoire PlusMieuxQueLesAutres, est ce que je peux vous déranger un instant? » répondit il.

Dans ma tête, il s’est alors produit tout un tas de réactions chimiques qui ont préparés trois sénarii de réponse:
A/ Le classique: « Euh, j’ai beaucoup de travail, j’ai vraiment pas le temps » Hypocrite parce que j’avais du temps, et que face à cette réaction classique, les VM ont tout un tas de parade et de protocoles qui font qu’à la fin, tu les écoutes. C’est un peu des Eric Dampierre.

B/ Le classique bis: « Oui, mais rapidement » . Bon, c’est un peu comme le classique, mais on perd moins de temps et le résultat est le même: il nous sort son baratin, on pense qu’on écoute pas et que ça nous influencera donc pas. Mais les études montrent que ça marche quand même.

C/ Le refus, solution pour laquelle j’ai opté, pour la première fois : « Je ne souhaite pas recevoir les visiteurs médicaux » Alors, là en général, ils n’aiment pas, ils demandent pourquoi etc… Il semble que j’ai eu de la chance de tomber sur un VM compréhensif. A la seule mention d’une « information indépendante avec la revue Prescrire » , il a fui comme si j’avais dit un gros mot… (si seulement un simple mot impoli pouvait les faire fuir…)

J’étais fier! Le plan de déroule comme prévu, mais il est probable que je trouve un adversaire plus coriace la prochaine fois sur la route de la médecine EBM indépendante! Continuer la lecture

Publié dans internat, médecine | Commentaires fermés sur La première fois….

Nicolas Bonnemaison exercera-t-il à nouveau la médecine ? Ce n’est pas impossible

Bonjour L’acquittement ne suffit pas. Désormais les avocats de Nicolas Bonnemaison entendent que leur client, blanchi, puisse au plus vite enfiler à nouveau une blouse blanche. Le symbole. « Mon métier de médecin a été la passion de ma vie » a dit à de multiples reprises l’accusé durant le procès. Un procès durant lequel on a […] Continuer la lecture

Publié dans La Ceoix, La Croix | Commentaires fermés sur Nicolas Bonnemaison exercera-t-il à nouveau la médecine ? Ce n’est pas impossible

un ordinateur de bureau spécial médecin geek

Depuis plusieurs années, je construis l’ordinateur qui me sert au travail.
 
Quand j’étais gamin je jouais au lego, et cette activité est tout a fait similaire, que ceux qui veulent se lancer ne soient pas trop inquiets : to… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur un ordinateur de bureau spécial médecin geek

Nicolas Bonnemaison : ce médecin était un «assassin par compassion ». Il est acquitté. Les jurés sont acclamés.

Bonjour La fin survint en avance. Au onzième jour. Mercredi 26 juin, peu après midi, la cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques a acquitté Nicolas Bonnemaison. Et le public a acclamé les jurés, indique Pascale Robert-Diard (Le Monde). Non pas applaudi, ce qui serait beaucoup. Non : des acclamations. Pourquoi ? Peut-être la peur de la mort associée […] Continuer la lecture

Publié dans le Monde | Commentaires fermés sur Nicolas Bonnemaison : ce médecin était un «assassin par compassion ». Il est acquitté. Les jurés sont acclamés.