Archives mensuelles : juillet 2013

De la bonne utilisation du concept de Maladie Rénale Chronique

J’aime bien le BMJ, surtout une de leur nouvelle série qui se consacre au problème majeur du surdiagnostic: « Too Much Medicine« . Cette semaine, l’article porte sur un sujet qui m’intéresse: le concept de maladie rénale chronique (MRC). Je vous conseille … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans BMJ, insuffisance rénale chronique, less is more, maladie rénale chronique, médecine, Néphrologie, too much medicine | Commentaires fermés sur De la bonne utilisation du concept de Maladie Rénale Chronique

Marisol Touraine présente ses options de réforme des retraites au Premier ministre et au Président

Après un mois de concertation avec les syndicats et le patronat sur la future réforme des retraites (la cinquième), la ministre des Affaires sociales est reçue mercredi chez Jean-Marc Ayrault et jeudi par François Hollande, pour une présentation de ses options de réforme. Le Premier ministre dévoilera aux partenaires sociaux les grandes orientations de la réforme les 26 et 27 août. Selon Le Figaro (31-07), la réforme aura deux volets. Le … Continuer la lecture

Publié dans Retraites | Commentaires fermés sur Marisol Touraine présente ses options de réforme des retraites au Premier ministre et au Président

« Les chiffres clés 2012 de la Sécurité sociale », édition 2013

La Direction de la Sécurité sociale vient de mettre en ligne l’édition 2013 des chiffres clés sur la Sécu. Publiée chaque année, cette plaquette rassemble en 44 pages les principales données chiffrées des recettes, dépenses et prestations pour chaque branche de la Sécurité sociale. Elle met en avant les équilibres financiers, les principaux indicateurs de la performance du service public de la Sécurité sociale (qualité de service, accueils … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur « Les chiffres clés 2012 de la Sécurité sociale », édition 2013

"Le docteur est pas là!".

Au creux de l’été, nous abordons depuis quelques jours la période de grand sommeil. Une grande partie de la population est en vacances, toute l’activité tourne au ralenti, sauf dans les zones touristiques où l’activité bat son plein.

Les médecins n’échappent pas à la règle: il fait beau, leurs enfants glandent à la maison, il leur prend une irrépressible envie de sortir de leur cabinet et respirer l’air du dehors. Pour maintenir un minimum de continuité des soins, les solutions les plus employées sont de trouver un médecin remplaçant, ce qui est ardu pour cette période, ou fermer son cabinet en orientant les patients vers le cabinet d’un autre médecin qui voudra bien assurer les actes indispensables.

Pour les patients, il y aura rupture dans un cas comme dans l’autre. Les plus dépendants affectivement ne manqueront pas de le faire savoir à leur médecin à son retour par de petites phrases acides ponctuées de « mais vous n’étiez pas là », avec ou sans un « bien sûr » accolé selon l’intensité du ressentiment. Ceux dont la mauvaise foi est la plus prononcée expliquent comment ils n’ont pas pu consulter en mon absence malgré la présence d’un associé, une remplaçante, deux autres cabinets sur la même commune, et crient parfois même « au désert médical », c’est le thème en vogue. Selon la froideur de ma réaction devant ce discours revient parfois un petit « mais il faut bien que vous vous reposiez ». Je prends plaisir à les faire parler jusqu’à ce qu’ils finissent par le reconnaître eux-même.

Car pour nous, médecins, passer la main n’est pas toujours si simple. Nous avons aussi notre dépendance aux patients, à des degrés divers. Si pour la plupart des patients, ceux qui n’ont pas de problème majeur, le sevrage se fera sans aucune difficulté, pour ceux dont on sait qu’ils traversent une période délicate, on regrette souvent de s’absenter « juste à ce moment là ». En y réfléchissant bien, lorsqu’on doit arrêter des dates avec un remplaçant entre six mois et un an à l’avance, il nous est impossible d’anticiper telle ou telle complication de tel ou tel patient.

Chaque médecin doit donc passer la main à un confrère, voisin ou remplaçant, en lui indiquant les éléments qui lui paraissent importants à connaître s’il a des situations délicates à gérer en cours.

Cet exercice de transmission de l’information, les remplaçants le connaissent bien, et ceux qui ont du métier peuvent très rapidement en déduire la teneur du remplacement à venir.

Depuis la situation clinique et sociale de chaque patient détaillée avec arbre généalogique à l’appui, aux consignes uniquement pécuniaires, en passant par les consignes brèves et pragmatiques (« en fin de vie, ne pas hospitaliser »), ou l’absence totale de consigne (« t’es démerde, tu vas y arriver »), tout se voit. J’ai même connu, en temps que remplaçante, la transmission où l’ordre d’importance à mes yeux était totalement inversé avec celui du médecin remplacé:

– Des transmissions? Euh… Ouais, j’ai deux patients en fin de vie, mais bon… Ah, si, je te le dis, il faut que tu le sache: il y a une grosse épidémie d’angines en ce moment, on en voit plein!.

Autant dire qu’il m’avait fallu gratter un peu plus pour avoir des informations plus utiles…

Je vois donc déjà mes patients anticiper mon absence à venir. Ils me racontent leurs vacances puis s’enquièrent de mon emploi du temps dans les semaines à venir:

– Et vous, les vacances, c’est pour quand?

Si je réponds de façon vague (« bientôt »), ils me demandent inévitablement des dates et regardant le plafond. S’ensuit un état des lieux sur leur présence et la mienne, avec éventuellement un commentaire sur la nécessité de se dépêcher de venir me consulter avant ou d’attendre après en cas de coup dur. Ce n’est pas de mon bien-être, mais bien de ma disponibilité pour eux qu’il est question. Je rappelle donc à l’occasion qu’un remplaçant sera là, qui a aussi fait des études de médecine générale.

Avec un peu de communication à bon escient, nul n’est irremplaçable.

Bonnes vacances aux remplacés, et bon courage aux remplaçants!

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur "Le docteur est pas là!".

Brève multitâche.

– Et puis aussi, Docteur, pour mon père aussi il faudrait…

– Attendez, je suis en train de m’occuper de votre mère, là!

– Eh bé! moi qui croyais que les femmes étaient capable de faire plusieurs choses à la fois!

– Effectivement, je suis en train de noter dans mon dossier son examen clinique, et en même temps je réfléchis au médicament que je vais rajouter à son traitement, aux intéractions potentielles avec ceux qu’elle prend déjà, au moment où on va faire la prise de sang de contrôle, en fonction de l’action du médicament et aussi des jours fériés pour que l’infirmière puisse passer et que je puisse récupérer le résultat à un moment utile. J’ai pas l’air comme ça, mais je fais déjà plusieurs choses en même temps.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Brève multitâche.

RunMyCode : un projet français pour favoriser la reproductibilité des données, mais pas pour le domaine biomédical

Le Monde science&médecine du 17 juillet 2013 a publié une tribune intéressante par son titre : « Pour une recherche reproductible, publiez vos codes et données ». Intéressante par son titre, par l’exemple sur un article d’économie très cité dont la feuille de calcul Excel contenait des erreurs de formules… mais, malgré l’honnêteté générale des chercheurs, des erreurs de formules et codes… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche | Commentaires fermés sur RunMyCode : un projet français pour favoriser la reproductibilité des données, mais pas pour le domaine biomédical

Arrêt maladie prolongé  lié aux conditions de travail : l’employeur ne peut pas licencier !

Le code du travail, (article L 1132-1) ne s’oppose pas au licenciement d’un salarié en arrêt maladie prolongé, ou qui présente des absences répétées dans la mesure où le fonctionnement de l’entreprise est perturbé par ces absences. Pa… Continuer la lecture

Publié dans arrêt maladie, employeur, épuisement, licencié, licenciement, professionnel, stress, surcharge, travail | Commentaires fermés sur Arrêt maladie prolongé  lié aux conditions de travail : l’employeur ne peut pas licencier !

Les professions de santé au 1er janvier 2013

Les statistiques publiées dans ce document de travail de la DREES portent sur les pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et professionnels paramédicaux inscrits dans le répertoire ADELI ou dans le Répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) comme étant actifs au 1er janvier 2012. Ce document de 92 pages présente pour chaque profession un ensemble de tableaux comportant l’effectif global et sa répartition par situation … Continuer la lecture

Publié dans Actualité santé | Commentaires fermés sur Les professions de santé au 1er janvier 2013

Mal des montagnes

Depuis quelque temps je dévore des lectures sur la physiologie en altitude et les pathologies qui découlent des conditions hypoxiques. Je trouve ça passionnant. Je suis admiratif de ces hommes qui tentent de conquérir des territoires difficiles et je ne peux m’empêcher d’imaginer une utilisation en pathologie de plaine de certaines découvertes. Le mal des […] Continuer la lecture

Publié dans mam, médecine, montagne, physiologie, richalet, west | Commentaires fermés sur Mal des montagnes

Le GERAR : une bonne initiative pour développer l’esprit critique, mais le chemin est long.. Ne pas s’épuiser.

Je remercie le blog le GERAR qui a accepté 4 billets que j’ai publiés. Le GERAR est une initiative intéressante : « Ce blog s’adresse à tous les paramédicaux, médicaux, étudiants ou professionnels de l’activité physique, de la rééducation, réhabilitation et au grand public ». Une petite équipe bénévole sélectionne et publie des analyses d’articles dans le domaine de la rééducation, avec… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, SItes internet | Commentaires fermés sur Le GERAR : une bonne initiative pour développer l’esprit critique, mais le chemin est long.. Ne pas s’épuiser.

Deuil

Le 30 juillet 2012, c’était la journée internationale de l’amitié, c’était aussi la Sainte Juliette, et Yannick Agnel remportait la médaille d’or de natation aux Jeux Olympiques.
Et, surtout, le 30 juillet 2012, tu es mort.

Le 30 juillet 2013, ce sera la journée internationale de l’amitié, ce sera aussi la Sainte Juliette, et Yannick Agnel sera en finale des championnats du monde de natation.
Et, surtout, ça fera un an que tu es mort.

Inutile de te dire que je suis plutôt d’humeur maussade ce soir.

Un an. Un an sans toi. Un an de premières fois sans toi.

La première journée, sans toi. Sans l’hôpital, sans la chambre 423, sans l’équipe soignante et souriante qui prend soin de toi, et de nous.
Ton premier anniversaire de (re)mariage, sans toi, le lendemain de ton enterrement. On avait prévu une virée en train touristique. Je m’accrochais à ce stupide espoir qu’il te serait possible de tenir jusque là.
Le retour aux sources, sans toi. Toulouse, Vindrac, Castres. Ton enfance, tes racines, ta famille. Le cimetière, la tombe de tes parents, et ton urne posée à côté de celle de maman. Une belle journée malgré tout, parce que de belles retrouvailles, et la joie de faire découvrir certains coins aux enfants. Et puis, tu vas rire, sans faire exprès nous avons fait cette cérémonie le 9 août, jour de la Saint Amour. C’est pas beau ça comme cadeau d’adieu?
Le premier anniversaire d’Amélie, sans toi. Un gâteau, des bougies, des cadeaux, mais ta place est vide. Je pleure quand Amélie souffle ses bougies, et je m’en veux d’être triste justement ce jour-là, alors j’essaie de me faire discrète. Plus de trois mois que tu es parti, autour de moi la vie continue, forcément, implacablement, et je reste figée dans mon chagrin. Comment fait-on pour tourner la page quand on n’a plus de parents?
Ma première fête, sans toi. D’habitude tu m’appelles la veille, pour être sûr de ne pas oublier! Cette année, rien. De toute façon je n’ai pas le coeur à fêter quoi que ce soit.
Le premier Noël, sans toi. Ton absence est criante. L’an dernier, tu n’avais rien mangé, parce que tu avais « une espèce de boule » qui te gênait dans la gorge. L’espèce de boule, c’était une tumeur. Tu étais déjà malade, tu t’en doutais peut-être, mais nous, préoccupés que nous étions par la santé du bébé à venir, nous n’y avons pas vraiment prêté attention. Je t’ai engueulé gentiment, pour la forme, parce que vraiment ce n’était pas sérieux de laisser traîner ça, tu ne pouvais quand même pas rester comme ça sans manger! Nous avons passé une chouette soirée, tous ensemble, et nous avons tous été assez stupides pour ne prendre aucune photo. Ton dernier Noël, tes derniers jours avant de savoir, et aucune image de ce bonheur tout simple.
Mon premier anniversaire, sans toi. Boule dans la gorge. L’an dernier tu ne m’as pas appelée, et pour cause, puisque tu étais hospitalisé le jour-même. Forcément, cette année, le stress montait à l’approche de cette date, car elle signifiait pour moi le début du compte à rebours, tes trois derniers mois de vie. Trois mois pour mourir, c’est aussi le titre d’un roman que j’ai trouvé chez toi, étonnante coïncidence. Cette date me faisait peur, je la sentais s’approcher avec appréhension, mais beau-papa a eu la merveilleuse idée de trouver une astuce imparable pour que je puisse penser à autre chose : il est mort la veille.
Ton anniversaire, sans toi. Tu aurais eu 65 ans. Tu serais le jeune papi de six petits-enfants. Toi qui aimais les grandes tablées, tu en aurais été ravi. Ton dernier petit-fils est né il y a quelques mois à peine. Conçu en terre bretonne et né en terre occitane, une belle histoire de naissance.
Le premier anniversaire de Georges, sans toi. C’est pas pour me vanter mais je t’assure que ce petit bonhomme est absolument merveilleux. Un sourire craquant, une bouille adorable et un caractère bien trempé! Je lui parle de ses grands-pères, je lui montre des photos, je suis tellement triste qu’il grandisse sans entendre tes histoires de lutins et de « fantôme des crêpes ». Alors je prends le relais, à mon tour de raconter des carabistouilles à mes enfants, à moi de les emmener au pays des histoires à dormir debout (celle du papa papou à poux, celle du chameau qui avait mangé une olive, et tant d’autres encore). Je conserve précieusement tes photos et tes dessins, plus tard je les montrerai aux enfants et je leur dirai à quel point tu étais fantasque.

Voilà. Fin de la première année sans toi. Demain ce sera le début de la deuxième année. Les deuxièmes fois sans toi. Les premières fois sans beau-papa. Le deuil du beau-père prend le relais du deuil du père. J’espère qu’on fera une pause l’an prochain pour les enterrements, parce  que ça commence à faire beaucoup.

La vie continue. Sans toi. Mais avec tes souvenirs. Avec ta photo sur la commode de l’entrée. Avec ton regard. Avec ton sourire. Avec mon amour.

Continuer la lecture

Publié dans Amélie, cancer, famille, Georges, mort | Commentaires fermés sur Deuil

Apprendre à conduire gratuitement sans passer par une auto-école : dès octobre 2013, l’accompagnateur devra avoir reçu une formation

En France, l’apprentissage de la conduite des véhicules est libre dans la mesure où il n’est pas obligatoire de faire appel à  une auto-école,  pour apprendre à conduire un véhicule de la catégorie B. Un accompagnateur peut assurer l’apprentissage à … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans apprendre, Apprentissage, arrêté, attestation, auto-école, conduire, conduite, enseignant, enseignement, formation, gratuitement, permis, Sélection des derniers textes parus au Journal Officiel dans le domaine de la conduite, véhicule | Commentaires fermés sur Apprendre à conduire gratuitement sans passer par une auto-école : dès octobre 2013, l’accompagnateur devra avoir reçu une formation

Le secteur médico-social « pour les nuls ». Le nouveau guide de l’ANAP

L’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) vient de publier un guide pédagogique de 128 pages intitulé « Le secteur médico-social – Comprendre pour agir mieux ». Il propose une véritable radiographie des établissements et services accompagnant des personnes âgées et des personnes handicapées, enfants et adultes, avec une mise en perspective des grands enjeux et des évolutions à … Continuer la lecture

Publié dans Actualité sociale | Commentaires fermés sur Le secteur médico-social « pour les nuls ». Le nouveau guide de l’ANAP

La PPE encore gelée l’année prochaine. Le RSA augmente de 2 % au 1er septembre. L’éventuelle fusion des deux dispositifs reportée mais pas abandonnée

Le gouvernement justifie le nouveau gel du barème de la prime pour l’emploi l’an prochain par le coup de pouce donné au Revenu de solidarité active. Le gouvernement a renoncé à ce stade à fusionner le RSA activité et la PPE dans une nouvelle « prime d’activité », comme le suggère le député Christophe Sirugue (PS), le dossier étant complexe techniquement et sensible politiquement. La réforme ferait des gagnants mais aussi beaucoup … Continuer la lecture

Publié dans Actualité sociale | Commentaires fermés sur La PPE encore gelée l’année prochaine. Le RSA augmente de 2 % au 1er septembre. L’éventuelle fusion des deux dispositifs reportée mais pas abandonnée

Nouvelle COG de la branche Famille : les directeurs de CAF volontaires mais inquiets

Suite à la signature le 16 juillet dernier de la COG de la branche famille pour 2013-2017, l’association des directeurs de Caf a souhaité alerter les pouvoirs publics, certes avec modération, et comme elle l’avait déjà fait en novembre 2012, sur les risques importants que fait courir au Réseau le niveau des économies attendues, notamment avec la suppression prévue de 1 700 à 2 000 emplois sur la durée de la COG, ou encore la réduction des … Continuer la lecture

Publié dans famille | Commentaires fermés sur Nouvelle COG de la branche Famille : les directeurs de CAF volontaires mais inquiets

Les encaissements au siège de l’Acoss ont encore fortement augmenté en 2012

En 2012, sur 440,6 milliards d’euros de ressources encaissées par la branche du Recouvrement (hors reprise de dette par la Cades de 6,65 milliards d’euros), 28,9 % ont été recouvrés directement par l’Acoss, soit 127,2 milliards d’euros. Après une hausse de 10,5 % en 2011, les encaissements au siège de l’Acoss ont encore fortement augmenté en 2012 : + 8,3 %, soit + 9,7 milliards. La centralisation par l’Acoss des compensations démographiques … Continuer la lecture

Publié dans Recouvrement - emploi - assurance chômage | Commentaires fermés sur Les encaissements au siège de l’Acoss ont encore fortement augmenté en 2012

La CNAV n’a (toujours) pas les moyens de payer les retraites le 1er du mois

L’Assurance retraite ne peut pas financièrement verser les pensions du régime général des salariés plus tôt, réaffirme le ministère des Affaires sociales dans une réponse gouvernementale publiée au JO le 16 juillet 2013, et que rapporte le site Tout sur la retraite. Pas moins de huit députés de droite et de gauche ont posé des questions écrites ce printemps pour savoir s’il n’était pas possible de payer les retraites avant le 10 du mois … Continuer la lecture

Publié dans Retraites | Commentaires fermés sur La CNAV n’a (toujours) pas les moyens de payer les retraites le 1er du mois

EN3S. Les actes du 12e colloque de la protection sociale sont en ligne

Comme le dit la page Facebook de l’école, « Vous êtes toujours à la recherche de LA lecture de l’été alors que votre départ en vacances est imminent ? Ne cherchez plus ». Rendez-vous sur le site de l’EN3S pour télécharger l’intégralité des actes du Colloque « Nouveaux enjeux, nouvelles contraintes. Quel avenir pour la Protection sociale française ? ». Cet évènement s’est tenu les 29 et 30 novembre dernier en partenariat avec l’ENA et … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur EN3S. Les actes du 12e colloque de la protection sociale sont en ligne

Présumées inconséquentes

 
Tout dans cet article m’irrite. Le ton, les raccourcis approximatifs, les reproches sous-jacents…
On commence avec ces stupides et malpropres bonnes femmes qui arrivent de la plage « pas encore lavées » et viennent consulter alors qu’elles […] Continuer la lecture

Publié dans CONTRACEPTION, IST, ivg, Pffffff | Commentaires fermés sur Présumées inconséquentes

Fausses news et charabia dans Le Figaro ? Attendons la validation de la communauté scientifique avant de dire que prolonger l’âge de la retraite diminue le risque d’Alzheimer… Embargo bafoué !

La règle dite d’Ingelfinger est méconnue par les scientifiques et les journalistes : rien de nouveau, mais un exemple a attiré mon attention. Le Figaro du 17 juillet 2013 a publié un article d’une bonne journaliste, Martine Perez, sur le fait que la retraite active diminuerait la maladie d’Alzheimer. Je ne peux en aucun cas juger si ce message est… Continuer la lecture

Publié dans Embargo, Grand public | Commentaires fermés sur Fausses news et charabia dans Le Figaro ? Attendons la validation de la communauté scientifique avant de dire que prolonger l’âge de la retraite diminue le risque d’Alzheimer… Embargo bafoué !

Cette année, la France devrait consacrer 33 % de son PIB aux dépenses sociales publiques, selon l’OCDE

La France est toujours la championne de la protection sociale. Les dépenses sociales publiques (retraites, assurance maladie, famille, indemnités chômage, aides au logement, minima sociaux.) devraient représenter 33 % du PIB cette année contre 32,4 % en 2012 et 32,1 % en 2009, estime l’OCDE dans la mise à jour de sa Base de données sur les dépenses sociales publiée le 25 juillet. C’est la proportion la plus élevée des 32 pays … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur Cette année, la France devrait consacrer 33 % de son PIB aux dépenses sociales publiques, selon l’OCDE

Travailler en période de canicule ou par chaleur extrême en 2013

Certaines personnes qui travaillent sont plus exposées que d’autres aux risques liés aux fortes chaleurs. Afin de limiter les accidents du travail liés à de telles conditions climatiques, des mesures … Continuer la lecture

Publié dans accident du travail, ambiance thermique, canicule, chaleur, document unique, employeur, entreprise, plan, risque, Santé, sécurité, température, Travail et canicule, travailler, URGENCE | Commentaires fermés sur Travailler en période de canicule ou par chaleur extrême en 2013

Refondation de la médecine générale. Réflexion 3. Peut-on exercer la médecine générale en se passant de spécialistes d’organes ?

Il n’est pas possible d’exercer la médecine générale sans demander des avis et / ou adresser des patients à des médecins spécialistes (d’organes). Sans compter les malades qui s’adressent tout seuls, soit dans le cadre de la « vraie » urgence, de l’urgence différée ou de l’urgence perçue.

Ma réponse est donc claire : la médecine générale a besoin de spécialistes. Mais c’est « ma » conception de la médecine générale, enfin, une de mes conceptions. Je lis les commentaires du billet précédent (Réflexion 2, Défendez votre territoire, ICI) et notamment celui de Bleu Horizon : « Pour ma part ce n est pas la medecine générale qui se voir définir son périmètre de compétence mais bien la medecine générale qui doit définir les situations qui nécessitent un recours aux spécialistes. » Et de proposer le système suisse de formation (que je ne connais pas et qu’il nous définit dans un message suivant). m bronner nous parle d’une médecine générale centrée sur le patient et m (?) écrit ceci « Il ne s’agit pas d’exclure le spécialiste etc. Il s’agit de décrire ou définir une réelle spécialité qui n’est pas un entassement de vulgarisations de spécialités d’organes mais bien une autre spécialité; comme une synthèse et un équilibrage. En fait ce serait la définition d’un « état d’esprit »de médecine générale qui part tout simplement d’un autre point de vue, exemple du peu que je connais en tant que patiente et écoutante d’autres patientes« , pr mangemanche écrit à propos des spécialités d’organes « Ce sont elles qui devraient être définies par une réduction, par une soustraction au concept de médecine. » et il ajoute « Les généralistes doivent s’emparer de l’exercice médical dans son entier, des procédures usitées dans les spécialités. On reconnaît un bon spécialiste à sa faculté à s’intégrer dans la prise en charge médicale globale= générale du patient, c’est-à-dire la prise en compte de critères cliniques dans les décisions, la hiérarchisation des priorités de prise en charge, etc..Ca vaut aussi pour les MG bien sûr..!« 
certes aussi et CMT écrit ceci : »On peut rêver à ce qu’aurait pu être une médecine enseignée, non pas seulement par des généralistes, mais d’un point de vue généraliste.« 
On en revient donc, inlassablement, à la formation initiale. Je retiens provisoirement deux choses : la médecine générale serait un état d’esprit et un point de vue. Et aussi : l’élargissement du champ des compétences du spécialiste d’organe (et je crois qu’il va falloir abandonner cette désignation que les dits spécialistes d’organes trouvent offensante) vers la médecine générale est l’avenir de la spécialité d’organe et non l’hyperspécialisation.
Illustrons par un exemple volontairement provocateur : un hyperspécialiste de la dilatation de l’interventrivulaire antérieure est-il encore un médecin ? Ce qui compte, pour les médecins qui lui adressent des patients, le plus souvent des cardiologues, c’est sa compétence technique : diagnostiquer, poser une indication, dilater. Sauf erreur de ma part, il ne « voit » pas le patient, il ne lui parle pas, il examine la coronographie et il monte une sonde et il juge des lésions à dilater. Il peut s’agir d’un radiologue ou d’un cardiologue qui, par ailleurs, peut être un homme (ou une femme) aimable, humaniste, empathique, tout ce que l’on veut. Mais il ne fait pas de la médecine générale, je dirais même plus, il n’est plus médecin. Il raisonne en technicien, pas seulement de la dilatation, en technicien cardiovasculaire, envisageant des indices, les fameux Facteurs de Risques, mais, le malade ?

Dans un certain nombre de cas, le médecin généraliste ne peut apporter, techniquement, tous les soins exigés, demandés, nécessaires ou souhaités par le patient. Mais aussi : intellectuellement (je ne parle pas seulement de la technique de l’entretien, mais de sa façon d’aborder un problème psychologique ou psychiatrique ou de ses compétences globales sur les priorités).

Certains médecins généralistes se demandent pourquoi je suis aussi critique à l’égard des médecins spécialistes qu’ils pratiquent régulièrement et dont ils semblent être globalement satisfaits.
D’autres sont étonnés que je puisse être aussi « laxiste » à leur égard.
D’autres, la majorité sont entre les deux : ils font comme moi : contre bonne fortune bon coeur et, parfois, ils sont attirés par les relations techniques et humaines qu’ils entretiennent avec certains spécialistes.
Ce que je reproche, finalement, aux spécialistes dits d’organes, c’est qu’ils ne fassent pas assez de médecine générale.
Mes non amis spécialistes d’organes me demandent parfois pourquoi je leur en veux tant. Eux-aussi, pensent-ils, placent le patient au centre de leurs préoccupations. Et je n’en doute pas.
Mes amis spécialistes d’organes savent intuitivement qu’ils n’exercent pas la médecine générale car ils connaissent ma pratique qui est très différente de la leur. Ils savent beaucoup de choses en dehors de leur spécialité mais ignorent parfois les interactions médecine milieu et surtout les véritables problématiques de prise en charge d’un patient qui a une famille, qui travaille, qui a des opinions sur tout. 
La question qui se pose désormais est celle-ci : la médecine générale est-elle seulement une discipline intellectuelle et manuelle ? Sans instruments ou presque. Ou alors : faut-il s’instrumentaliser avec le risque, non négligeable, d’être moins bon techniquement qu’un spécialiste d’organe ?

Nous avons vu lors de la Réflexion 2 (ICI) qu’il était nécessaire de défendre son territoire (celui de la médecine générale).
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des ECG chez tous les patients « cardiovasculaires » de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des frottis chez toutes les femmes de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce pratiquer des EFR à tous les patients « pneumologiques » de sa patientèle ?
Défendre son territoire, est-ce se former à la dermoscopie, acheter un dermoscope et pratiquer des examens sur tous les patients à risques de sa patientèle (et les autres) ?

Nous sommes au coeur du débat.
Un bon médecin généraliste est-il celui qui en fait autant que le spécialiste ? Ou qui fait son boulot ? Ou qui tente de le faire ? Ou qui a la prétention de techniquement le faire aussi bien que lui ? Personnellement, je n’y crois pas.

Les 4 questions que je pose sont évidemment à interpréter en fonction du contexte : densité médicale, proximité de spécialistes et / ou d’institutions, rémunération des actes. Mais aussi : copinage et / ou intérêts financiers.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas possible de tout faire, ce serait inhumain et, en l’état actuel des choses, non rentable. Ce qui compte, me semble-t-il, c’est d’inscrire la démarche de prise en charge du patient dans le cadre de valeurs qui, dans l’idéal, seraient partagées par le spécialiste à qui l’on adresse le patient. Mais c’est rarement possible pour de multiples raisons : le nombre de spécialistes qui lisent Prescrire, qui lisent Cochrane ou qui consultent Minerva, par exemple, est étonnamment faible ; parce que ce n’est pas fait pour eux à l’origine. En réalité les articles de Prescrire, par exemple, sont faits pour être lus par des spécialistes dans les domaines où ils ne le sont pas. En revanche, et nous pourrons y revenir, les spécialistes peuvent trouver des imprécisions ou des erreurs dans des articles écrits par Prescrire dans le cadre de leur spécialité…

Prenons un seul exemple, celui des maladies chroniques. Il est des malades (et je remercie DB pour sa contribution involontaire) que seul un spécialiste peut gérer (en collaboration avec le médecin généraliste). Car la rareté de la maladie ou la rareté des difficultés que l’on rencontre dans une maladie fréquente, impose une connaissance à la fois quantitative et qualitative de ces problèmes.

Nous aborderons un problème crucial : le taux d’adressage aux spécialistes par le médecin généraliste.

A suivre.
(Video : crédit : Mayo Clinic).

Continuer la lecture

Publié dans MEDECINE GENERALE, MEDECINS SPECIALISTES, REFONDATION | Commentaires fermés sur Refondation de la médecine générale. Réflexion 3. Peut-on exercer la médecine générale en se passant de spécialistes d’organes ?

À portée de clics

« Un gros poisson dans une petite mare
J’te parle de bluff, d’excès d’orgueil, d’abus de pouvoir
Un gros poisson dans une petite mare »
Orelsan, Perdu d’avance

À la croisée de ces improbables chemins : un interne usant de son droit au remord pour rejoindre les bancs chaleureux de la médecine générale. Une décision difficile, un virage violent et courageux. Son premier stage de clinique.

Peut-être me donnera-t-il un jour l’autorisation de raconter ses déboires, fruits de la rencontre de cet électron libre avec la machinerie froide et imbécile qui fait les fondements de la hiérarchie d’un service hospitalier et qui entretient les égos dans ce balai incessant de dominants/dominés. 
Je lui ai parlé de mon blog, poussé par l’intuition sourde qu’il répondrait à ses angoisses, ces lames froides qui s’agitent quelque part sous la cage thoracique et isolent en poison insidieux l’individu qui les abrite.
La glace brisée, nous avons discuté. Et je crois qu’il a trouvé quelque chose entre les lignes qui inondent l’écran de ces chroniques. Je crois qu’il a trouvé ce que moi-même je cherchais quelques mois plus tôt au fil des blogs innombrables, impuissant face à l’autorité implacable que m’imposait ma formation universitaire. La fameuse bouteille jetée à la mer. Parce qu’il suffit parfois d’un seul témoignage.
Dans quelques mois, une nouvelle mouture d’étudiants en médecine s’apprêtera à plonger dans le bain froid et solitaire de l’internat. Ce bain de non-dits, de fausses vérités et d’arguments d’autorité. 
Une nouvelle mouture qui devra affronter les arguments d’autorités de leaders d’opinion très locaux. 
Une nouvelle mouture qui, consciente de ses propres dépendances et faiblesses, devra se défier du déni d’influence qui paralyse le système.
Une nouvelle mouture qui aura à répéter les erreurs de ces prédécesseurs pour se forger une expérience propre et combler les manques d’une formation erratique.
Une nouvelle mouture. Une nouvelle génération. Et ces mêmes problématiques qui se répètent encore. Une nouvelle génération d’internes baignant dans cette petite mare où pataugent de gros poissons, patauds mais redoutables.
Et pour lutter, nous avons cette floraison de témoignages qu’offre la dynamique du web et de la médecine 2.0. 
Le mien n’est qu’un caillou ridicule dans cet immense édifice qui s’élève et qui je l’espère tend à faire de l’ombre à l’inertie d’un système universitaire inadapté.
Toutes ces possibilités d’apprendre sur soi, sur la médecine et sur la vie, le tout à portée de clics. 

Voici donc quelques liens qui me sont aujourd’hui indispensables, liens souvent délicieux, et qui me permettent au quotidien de poursuivre ce fabuleux travail de sape de la verticalisation de la transmission du savoir :
– le club des médecins blogueurs et la liste non exhaustive de blogs médicaux ou paramédicaux qu’il propose : http://www.clubdesmedecinsblogueurs.com/
– le réseau Twitter : https://twitter.com/
– le Formindep :http://www.formindep.org/
– etc
– etc
– etc

Alors ne vous privez pas.
À vos clics, prêts… Partez !


Contrat Creative Commons

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur À portée de clics

Dopage : les pépites du rapport

  Les fiches de contrôle des Tours de France 1998 et 1999 sont les seuls éléments  »réalistes » du rapport sur « l’efficacité de la lutte contre le dopage ». Analyse. Ces fiches ne présentent aucun intérêt si l’objectif est d’identifier (par recoupement avec les fiches de résultat des tests EPO) les coureurs ayant fait usage d’érythropoïétine. L’intérêt est […] Continuer la lecture

Publié dans dopage | Commentaires fermés sur Dopage : les pépites du rapport

Le plus beau métier du monde


Cette note est une spéciale dédicace à ma petite soeur qui rejoint la grande famille des soignants! En plus de ses compétences propres elle a le sens du soin porté à l’autre, et rien que pour ça, je suis super fière!
Avec en guest-star par ordre d’apparition :
Boulet (est-il encore besoin de le présenter) lors d’une performance à l’atelier Le Bocal
– Ma bibliothèque (en ce moment je ne jure que par l’irlando-américain, ruez-vous donc sur les bouquins de Denis Lehane – par exemple « The Given Day » –  et Colum McCann – je suis en train de lire son dernier, « Transatlantic », c’est extra).
– L’acteur et ami Pierre-Jean Etienne de l’association Nöjd lors de son spectacle « Béhémoth Show »

Je vous aurais bien mis plein d’autres personnes, des musiciens, des peintres que j’apprécie, d’autres artistes, mais je m’en sortais plus et cette note n’aurais jamais été finie alors j’ai fait au plus court avec les gens que je connais le mieux. En tout cas, sans eux, le monde serait bien gris.

Si vous voulez en savoir plus sur l’art-thérapie (encore peu connue chez nous), vous pourrez trouver des informations sur ces sites :
– Ecole d’art-thérapie de Tours, AFRATAPEM

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Le plus beau métier du monde

Dernier été

« Oh think twice, cause it’s another day for you and me in paradise ! Oh think twice, cause it’s another day for you, you and me in paradise » (Another day in paradise, Phil Collins)
(Oh, réfléchis bien, c’est un jour de plus pour toi et moi au paradis)

« Tu ne viens pas dans l’eau ? »

J’étais au bord de la piscine, debout. Mes trois zèbres dans l’eau et ma femme avec eux.
Non, j’étais bien.
Là.
A les regarder.

J’essayais de me fabriquer des souvenirs, des images que je pourrai tenter de me rappeler le jour où je serai fatigué, énervé, et que j’aurai besoin de virtuellement m’échapper et rejoindre un endroit où je me sens bien.

C’était là.
C’est là. Au milieu d’autres images de ma vie que je tente de garder, même si le temps s’échappe et qu’il ne me reste que ce que mon cerveau a bien voulu conserver.

Mon 36ème été.

Garderai-je aussi d’aussi belles images en souvenir lors du 37ème ?
Puis-je seulement être sûr qu’il y en aura un ?
Only God knows (Seul Dieu sait)
Parce que même si j’essaye d’avoir un mode de vie sain, et assez équilibré, j’ai un scoop : un jour je vais mourir. Comme d’autres avant moi, et d’autres après. Le cercle de la vie.

« Si on devait mourir demain, qu’est-ce qu’on ferait de plus, qu’est-ce qu’on ferait de moins ? Si on devait mourir demain » (Mourir demain, Pascal Obispo et Natasha St Pier)

Du coup, cet arrêt sur image, est-ce un moment marquant de ma vie que je serai content d’avoir tenté d’enregistrer ?
Ou tout simplement quelques secondes de perdues que j’aurais dû consacrer à aller les rejoindre et jouer avec eux ?

Si je savais que celui-là, le 36ème, était le dernier, que ferais-je d’autre ?
Est-ce que les images auraient encore plus de couleurs ou aurais-je tenté de mémoriser plus longuement ?
Aurais-je dû sortir un enregistreur vidéo et immortaliser cet instant « réellement » ?

Je me pose la question régulièrement quand l’un des patients dont je suis le médecin traitant décède. Ce patient a-t-il fait tout ce qu’il aurait aimé faire ? Je pense que non, dans la plupart des cas.
A-t-il su que cela allait être la dernière saison ? Non, surtout si le départ vers l’autre rive a été brutal.

« S’il faut mourir, autant vivre à en crever. Tout retenir pour tout immoler. S’il faut mourir, sur nos stèles, je veux graver que nos rires ont berné la mort et le temps » (Vivre à en crever, Mozart l’Opéra Rock)

J’ai déjà évoqué dans l’un de mes premiers billets cette fâcheuse tendance à ne pas savoir rester en place, sans rien faire.
Cela fait rire ma femme. Enfin, j’ai plutôt l’impression que c’est parfois un rire teinté d’une forme de fatalisme… elle m’a déjà dit « Je ne peux pas t’empêcher de faire tout ça ! Pour que tu restes dans ton coin en étant malheureux, ça ne sert à rien ».
Comme souvent, elle n’a pas tort…

Je n’ai pas l’impression de faire des choses extraordinaires. Pas l’impression non plus que ce que je fais soit si difficile.
Est-ce que je sous-estime ce que je fais ? Ou de la fausse modestie ? Je n’en sais rien.
Je me fabrique des souvenirs.
J’essaye de m’en fabriquer beaucoup, oui. D’aider les autres à s’en fabriquer. D’aider mes zèbres et ma femme à s’en fabriquer. « Se souvenir des belles choses ».

Du coup, j’ai du mal à comprendre ceux qui confessent s’ennuyer. Et s’ennuyer souvent.
Je ne parle pas de la procrastination. Ca c’est de l’ennui volontaire. Plein de choses à faire mais pas l’envie de les faire. Et pendant ce temps là l’esprit, lui, est occupé à beaucoup de choses. Il s’évade, tente de résoudre des problèmes de la vie quotidienne.
Procrastiner sans vraiment le faire en somme. J’avoue que cet ennui là, je le pratique régulièrement… et qu’il me fait parfois avancer plus vite que si j’avais tenté d’être hyperactif.

Avancer. Toujours. Profiter de chaque jour, chaque instant.
Le Carpe Diem mis à l’honneur dans Le cercle des poètes disparus.

« Au bout du chemin, y’a mes souvenirs, y’a un jardin à entretenir. C’est d’autres doigts qu’les miens qui feront les choses. Je serai pas là pour voir s’ouvrir les roses. […]
C’est comme ça, y’a rien à dire, sitôt qu’c’est l’heure, on doit partir. On s’casse le cœur comme une tirelire, on laisse derrière c’qu’on a d’plus cher et on recommence ailleurs.

C’est pas vrai qu’on meurt » (C’est comme ça, Lynda Lemay)

Oh oui, j’espère que ce n’est pas vrai. Parce que le temps passe vite et qu’il y a tellement à faire.
Mais on laisse derrière soi tous ses souvenirs…
Toutes ces belles images qu’on emmagasine, et qui nous ont rendu la vie un peu plus douce.

« Tu ne viens pas dans l’eau ? »

Si, j’arrive. Juste le temps de vous admirer.
Encore une minute.
Encore un jour.
Encore un été.
Encore d’autres. J’espère. Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Dernier été

Taux de réussite au permis de conduire catégorie B en 2012 : classement des régions de France

Le taux de réussite national pour le permis de conduire de catégorie B est de 58,5% pour 2012. Le Ministère de l’Intérieur publie des chiffres chaque année. Ces taux de réussite sont très variables d’une région à l’autre. Mieux vaut … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans conduire, Mises au point, permis, réussite, taux | Commentaires fermés sur Taux de réussite au permis de conduire catégorie B en 2012 : classement des régions de France

Comme d’habitude – 2.

« Quatorze heures. Ils entrent tous les trois dans le cabinet. J’aime quand les après-midi commencent comme ça. Parce que les consultations de nourrissons sont plus longues que les autres. Alors je sais que quand ils s’en iront, il sera presque … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans GPA, homoparentalité, médecine, Pédiatrie, PMA | Commentaires fermés sur Comme d’habitude – 2.

Peut-on aujourd’hui encore faire confiance aux médecins ?

Cette question m’est venue à la suite du billet précédent . En effet, que s’est-il passé pour Marcelle ? Elle a fait confiance aux médecins . Elle ne se plaignait ni ne souffrait d’aucun maux. Elle a juste suivi les recommandations médicales qui lui préconisaient de passer une mammographie de dépistage d’un éventuel cancer du […] Continuer la lecture

Publié dans confiance, conflits d'intérêt, croyance, Dépistage, Ethique, indépendance, médicaments, mensonges, prévention, promotion, Santé publique, Surdiagnostic, surtraitement | Commentaires fermés sur Peut-on aujourd’hui encore faire confiance aux médecins ?

Encore de mauvaises pratiques d’un rédacteur en chef qui a dû démissionner.. c’est la vie des revues prédatrices

Les pratiques des comités de rédaction sont peu évaluées, alors que certains rédacteurs n’ont aucune compétence de rédacteur. The Scientist nous explique en juillet 2013 une histoire complexe d’un rédacteur en chef russe qui doit être autoritaire. Ce rédacteur en chef de 2 revues : British Journal of Medicine and Medical Research et International Research Journal of Pure and Applied… Continuer la lecture

Publié dans fraude, Prédateurs, Rédaction des journaux | Commentaires fermés sur Encore de mauvaises pratiques d’un rédacteur en chef qui a dû démissionner.. c’est la vie des revues prédatrices

Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Pour en savoir plus sur Martin Winckler (Marc Zaffran) consultez cette FAQ biographique.
LITTERATURE/FICTION
En préparation/In progress
Les voies des hommes, cycle romanesque, P.O.L Tome 1 : Abraham & Fils (début 2016) Tome 2 : Les histoires de Franz Tome 3 : Franz en Amérique Tome 4 : La mort et l’amour
Déjà parus
En souvenir d’André, roman, POL, 2012
Le cahier de transmissions, nouvelles, Publie.net, 2012
Les invisibles, roman, Fleuve Noir, 2011
Le Choeur des femmes P.O.L, (…)


A propos de Martin Winckler Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Pour en savoir plus sur Martin Winckler (Marc Zaffran) consultez cette FAQ biographique.
LITTERATURE/FICTION
En préparation/In progress
L’amour à temps/Some Other Time, roman, P.O.L
Les voies des hommes, roman, P.O.L
Les démons, roman, P.O.L
Les sept soignants, roman, P.O.L
Déjà parus
En souvenir d’André, roman, POL, 2012
Le cahier de transmissions, nouvelles, Publie.net, 2012
Les invisibles, roman, Fleuve Noir, 2011
Le Choeur des femmes P.O.L, 2009
Deux pour Tous (La (…)


A propos de Martin Winckler Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Pour en savoir plus sur Martin Winckler (Marc Zaffran) consultez cette FAQ biographique.
LITTERATURE/FICTION
En préparation/In progress
Les voies des hommes, cycle romanesque, P.O.L Tome 1 : Abraham & Fils (début 2016) Tome 2 : Les histoires de Franz Tome 3 : Franz en Amérique Tome 4 : La mort et l’amour
Déjà parus
En souvenir d’André, roman, POL, 2012
Le cahier de transmissions, nouvelles, Publie.net, 2012
Les invisibles, roman, Fleuve Noir, 2011
Le Choeur des femmes P.O.L, (…)


A propos de Martin Winckler Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Bibliographie de Martin Winckler/Books by Martin Winckler

Je me dope, tu te dopes, il ou elle se dope …

Honte ! Tricheurs ! Voyous ! Ouh les pas beaux ! Ouais OK d’ac. Armstrong, Ullrich, Virenque, Jalabert, oui oui, notre Jaja national. Et même Jacky Durand, une ancienne lanterne du Tour de France. Ouais, même le dernier il se dopait, du premier au dernier. Les demi-Dieux tombent de leur piédestal pour se retrouver la tête dans le caniveau quand ce n’est pas directement dans une tombe comme Pantani, Gaumont, Fignon. Faites du sport, c’est bon pour la santé… Ah ben voilà une raison de parler du dopage sur ce blog, dopage = sport = santé = médecine. Je vais la faire un peu plus courte, j’ai pas beaucoup de temps en ce moment, c’est pour ça que j’ai rien écrit sur ce blog depuis plusieurs semaines. Donc je vais faire sauter l’étape « sport et santé », ça me donne ainsi dopage = médecine.

Donc quelques réflexions sur dopage et médecine. La vision du Bisounours, ce sont des méchants sportifs qui se dopent, bien sûr que des cyclistes, jamais des footballeurs, ben non hein, eux ils sont assez intelligents pour savoir que c’est pas bien de se doper… Bon je sais, intelligent est un peu excessif mais je rappelle qu’il s’agit de la vision Bisounours. Donc d’un côté, des cyclistes tricheurs et menteurs, et de l’autre des gentils docteurs qui luttent contre le dopage. Voilà, l’affaire est pliée. Adjugé vendu ? Ah ah pas si vite. Enlevons le costume de Bisounours pour vêtir celui de fouille-merde. Il y a sûrement des gentils médecins qui luttent dans cette histoire, oui, mais ne luttent-ils pas contre d’autres médecins ? Je n’en sais rien mais je vois bien le truc du style le petit médecin vacataire payé à coup de lance-pierre qui s’est levé tôt le matin pour aller faire pisser un sportif dans un bocal dont les résultats du contenu seront connus 6 mois plus tard. Avec beaucoup de malchance, l’échantillon sera positif, les médias s’empareront de l’affaire et le sportif sera sanctionné. Mais on ne parlera jamais ou si peu de l’éventualité d’un médecin dopeur derrière tout cela, le beau médecin aux cheveux gominés, Rolex au poignet (ouais, une montre Festina c’est moins bien et en plus ça pourrait éveiller les soupçons…), bref, le doc cool, pote avec plusieurs sportifs à qui il promet la main sur le cœur qu’il va les transformer en stars avec un peu de vitamine C améliorée dont il est le seul à connaître la formule. Une formule permettant au passage de se faire des couilles en or. Ouais c’est franchement plus rentable d’être médecin dopeur que médecin lutteur. Imagine, c’est génial, c’est de la recherche qui rapporte au moins elle, et c’est technique, tu fais des petites piquouses, rien à voir avec l’autre espèce de con de médecin à moitié fonctionnaire de mes deux qui se lève tôt juste pour faire pisser un type dans un bocal, c’te honte ! Alors, de quel côté t’irais toi ? J’oserais presque faire un petit parallèle un peu excessif j’en conviens avec la médecine préventive d’une façon plus générale. Oh la prévention c’est bien, c’est beau, il faut faire de la prévention, mieux vaut prévenir que guérir ma petite dame, et maintenant qu’est-ce que je vous sers ma petite dame après votre mammo ? Franchement si tu veux faire du fric, ne t’engage pas dans un service de médecine préventive. Tu vas pas me dire que tu t’es tapé 9 ans d’études pour finir petit fonctionnaire sous-payé quand même ? Non, va plutôt faire… Non, non, non, je m’arrête là, en fait je n’ose pas. Ce parallèle, c’était pas forcément une bonne idée. Sorry…

J’avais dit que j’allais faire sauter l’étape « sport et santé » mais ça me turlupine un peu alors je vais m’y coller un instant. Donc le sport, c’est bon à la santé, yes, mais faut pas en abuser et encore moins se doper. Moi perso le sport j’adore, mais je comprends ceux qui détestent. Je vais encore faire le fouille-merde mais franchement, si t’as pas la chance d’avoir des parents qui te font aimer le sport, c’est à l’école que tu le découvres. En général, en primaire ça va, c’est cool, on s’amuse et on rigole bien. Mais quand tu arrives au collège et que ça devient une vraie matière comme les maths ou le français, ça peut vite devenir moins marrant. La nana gâtée par la nature qui fait de la gym en club et que le prof montre en exemple avant de lui mettre un 18/20, no problem. Yes, une bonne note, le culte de la performance. Sauf que quand le lundi matin entre 8 h et 9 h, tu es une petite boulotte à te crever le cul à courir 20 minutes autour du stade sous la pluie pour te taper un 5/20, que t’es un peu stressée par tes premières règles, que t’auras pas la possibilité ni l’envie de te doucher avant de te rendre en sueur à ton cours d’histoire, et que la prof va justement te dire que tu sens le fauve, ben franchement, je comprends que tu ne feras jamais de sport de ta vie, alors que tu en aurais peut-être plus besoin que ta copine qui vient de se taper un 18.

Et si le goût et l’intérêt pour le sport passait par là ? Et si une partie de la lutte contre le dopage commençait aussi par là ? Pas de note, juste le bien-être, pas de récompense pour la performance. Je parle ici du sport scolaire, qui peut t’amener au sport en club, et là-encore, le dopage chez les amateurs, fait chier merde ! Ceux-là on ne les connaît pas, ils ne passent pas à la télé, pourtant y a de la casse là aussi. Même et surtout chez les jeunes, ça se charge pas mal. Donc ouais, sport et santé, c’est un vrai sujet, sport pour conserver la santé, mais aussi sport pour ne pas la briser.

Venons désormais à sport = dopage. Quel raccourci à la con encore !

Eh toi là qui veux absolument réussir le concours médecine (oui, je ne t’ai pas choisi par hasard, en maths sup, chez les vétos, etc, c’est sûrement pareil), ça ne t’arrive jamais de te doper un peu ? Allez, avoue. Même que ta mère veut tellement que tu deviennes docteur que c’est elle qui te fournit n’est-ce pas ? Et tu vas voir, tu vas recommencer en sixième année avant l’ECN.

Eh toi là Monsieur le PDG, t’as jamais rien pris pour être en méga forme avant une réunion de travail ultra hyper importante ? Et pareil quand tu t’es rendu compte qu’avec l’âge et le stress, c’était pas la grande forme pour baiser ta secrétaire, allez, avoue, t’as bien essayé un ou deux petits trucs non ?

Eh toi là M’sieur l’élu, oui oui toi là qu’as participé au rapport sénatorial pour lutter contre le dopage dans le sport. Dis voir, pour enchaîner tes réunions, tes meetings, porter ta casquette de maire, de sénateur, de président de la communauté de communes d’Ici Paris, sans oublier ta fonction de PDG qu’a aussi besoin comme ton voisin du dessus d’un petit truc pour honorer sa secrétaire, allez, avoue, la dope, ça te dit un peu quelque chose non ? Et entre nous M’sieur l’élu, je te jure, je le répéterai pas, mais honnêtement, quand l’équipe de foot de ta ville cartonne, ça cartonne pour toi aussi non ? Le fric, les voix, ça rapporte hein cette histoire quand même. Alors les mecs de l’équipe, ils ont plutôt intérêt d’être au top. Allez l’OM ! Allez l’OM ! Et t’as du coup pas trop envie d’aller leur chercher des poux dans le vestiaire, ça la foutrait mal hein ? Chenapan va M’sieur l’élu !

Eh toi là, Monsieur le chanteur, l’acteur, le danseur, ouais toi là l’artiste, alors dis voir un peu, allez, avoue.

Bon, je ne suis pas PDG, ni élu, ni artiste, juste un petit joggeur du dimanche, mais c’est pas le tout, moi, après toutes ces histoires, j’aurais bien besoin d’un petit remontant. Et ce rhume qui n’en finit pas, je lui ai pourtant demandé un traitement de cheval au toubib, tu parles, même la cortisone ne m’a rien fait, il va vraiment falloir taper plus fort, sinon je ne pourrai pas aller courir dimanche… et si je cours pas, comment je vais garder la forme. Tu vois, il me faut vraiment un truc.

Je me dope, tu te dopes, il ou elle se dope… ouais, on peut vraiment le conjuguer à toutes les personnes je crois.

Continuer la lecture

Publié dans Dopage et médecine, sport et médecine | Commentaires fermés sur Je me dope, tu te dopes, il ou elle se dope …

Est-ce qu’un employeur doit obligatoirement instaurer un régime de prévoyance pour assurer ses salariés contre le risque maladie ?

Un régime de prévoyance assure  aux salariés une protection complémentaire aux garanties offertes par la Sécurité sociale.
Une mutuelle assure la couverture des frais médicaux, tandis que la prévoyance couvre des risques plus importants : in… Continuer la lecture

Publié dans arrêt, complémentaire, employeur, entreprise, indemnisation, maladie, prévoyance, salarié | Commentaires fermés sur Est-ce qu’un employeur doit obligatoirement instaurer un régime de prévoyance pour assurer ses salariés contre le risque maladie ?

Mauvais cru 2012 pour les revenus des médecins libéraux selon les estimations de l’UNASA

Les médecins n’échappent par à la crise. Le chiffre d’affaires de la quasi-totalité des praticiens libéraux a reculé l’année dernière, selon les Données statistiques 2012 sur la profession libérale en France publiées par l’Union nationale des associations agréées (UNASA). Ces statistiques 2012 ont été établies sur la base des déclarations de résultats de 32 624 médecins libéraux adhérents dans 74 AGA. L’évolution des revenus 2012, par … Continuer la lecture

Publié dans Actualité santé | Commentaires fermés sur Mauvais cru 2012 pour les revenus des médecins libéraux selon les estimations de l’UNASA

Fin du premier round de concertation sur les retraites

Le gouvernement a achevé, le 19 juillet, le premier round de la concertation (on devrait plutôt parler de consultation) sur la délicate réforme des retraites, prévoyant de revoir les partenaires sociaux avant la fin août pour esquisser enfin les grandes lignes de son projet. Les points abordés lors des rencontres ont été le financement, le pilotage, la pénibilité, l’équité et quelques questions spécifiques à la Fonction publique. … Continuer la lecture

Publié dans Retraites | Commentaires fermés sur Fin du premier round de concertation sur les retraites

L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

Les organisations syndicales ont pris leurs quartiers d’été. L’actualité est réduite au minimum cette semaine avec des infos du côté de l’Ucanss. L’Union propose sur son site le procès verbal de l’INC Acoss du 30 mai 2013. A l’ordre du jour de cette instance : le suivi du SDRH 2011/2013, le suivi de la régionalisation, le suivi de la production. Signalons également le dépôt le 24 juillet 2013 à l’Assemblée nationale de la Continuer la lecture

Publié dans L'emploi à la Sécu | Commentaires fermés sur L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

DPC : la récré est finie d’après la ministre des affaires sociales et de la santé… simplifions ce qui était soit-disant simple

Je me suis trompé dans mon billet du 26 avril 2013 prévoyant un crash du DPC dans quelques années, avec la publication d’un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) ou de la Cour des comptes. Erreur de ma part, le DPC, formule HPST 2009, a été mis en place le 1 juillet 2013 et le 22 juillet 2013,… Continuer la lecture

Publié dans Apprentissage, Cours et congrès | Commentaires fermés sur DPC : la récré est finie d’après la ministre des affaires sociales et de la santé… simplifions ce qui était soit-disant simple