Archives mensuelles : juin 2013

Evidemment

Y a comme un goût amer en nous Comme un goût de poussière dans tout Et la colère qui nous suit partout Y a des silences qui disent beaucoup Plus que tous les mots qu’on avoue Et toutes ces questions … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Divers | Commentaires fermés sur Evidemment

Visites médicales de reprise

Les visites de reprise, conformément à l’article R. 4624-23 du code du travail, ont pour seul objet d’apprécier l’aptitude du salarié à reprendre l’ emploi qu’il occupait avant son arrêt. Depuis le 1er juillet 2012, date d’entrée en vigueur du … Continuer la lecture

Publié dans aptitude, arrêt, avis, employeur, médicale, notification, organisation, poste, reprise, salarié, travail, visite, Visites médicales obligatoires et facultatives | Commentaires fermés sur Visites médicales de reprise

Visites médicales d’embauche : examen médical d’aptitude à l’embauche ou visite d’information et de prévention

Depuis l’entrée en vigueur du décret n°2016-1908 en janvier 2017, on n’utilise pas le même terme pour désigner le premier examen que passe un travailleur lors de sa prise de poste s’il est exposé ou non à un des risques professionnels […] Continuer la lecture

Publié dans agricole, apte, contrat, embauche, entreprise, essai, examen, exposition, foraine, général, intérimaire, médical, médicale, poste, risques, saisonnier, salarié, suivi, temps, transport, travail, travailleur, visite, Visites médicales obligatoires et facultatives | Commentaires fermés sur Visites médicales d’embauche : examen médical d’aptitude à l’embauche ou visite d’information et de prévention

Conseils brefs de lecture pour l’été.

L’été est, paraît-il, le moment de lire des pavés pour ne pas se prendre la tête.
Mais c’est exactement le contraire : il est plus facile de réfléchir et de prendre du temps quand on est en vacances que lorsque l’on travaille. Je vous propose des lectures de vacances, des « petits » livres et des sommes.

Ne vous attendez pas à trouver des livres récents, même si cela peut arriver.

Jose Luis Borges a dit de façon immodeste, j’imagine, lui seul pouvait se le permettre, et comme a dit je ne sais plus qui, il n’existe qu’une seule forme de modestie, la fausse, Je ne me flatte pas des livres que j’ai écrits mais des livres que j’ai lus.
Donner des conseils de lecture, c’est aussi se livrer, c’est montrer ses goûts et céder à la tentation de l’introspection.

Je ne vous donnerai pas de leçons sur les grands maîtres de l’époque moderne (la première division) mais il est temps de vous lancer dans Proust (surtout pour les filles qui le lisent moins que les garçons), dans Musil (L’homme sans qualités), dans Conrad (n’importe lequel sauf le plus célèbre Le Nègre du Narcisse), dans Kundera (qui, hors ses romans, a écrit les deux plus grands essais de la fin du vingtième siècle, à savoir L’Art du Roman et Les Testaments Trahis).
Je ne vous parle pas non plus des raretés, des oeuvres uniques comme Ulysse de James Joyce, un livre pour érudits paru en 1922, ou Vie et Opinions de Tristram Shandy de Laurence Stern paru en 1759 (le livre de la procrastination littéraire) et dont une réédition récente en collection bon marché est tout simplement épatante (avec un respect pour la calligraphie et la mise en page qui sont une des grandes nouveautés de ce roman).

Mais le plus important, n’est-ce pas, c’est la deuxième division de la littérature mondiale, ceux qui peuvent monter en première.
Je commencerais par JM Coetzee, romancier sud-africain écrivant en anglais, prix Nobel de littérature et dont un de mes amis (DB) m’a dit un jour : « En lisant deux pages prises au hasard tu sais que c’est un immense écrivain. » Je citerai deux livres de lui : Disgrace (1999) et Elisabeth Costello (2003). Mais tout est excellent. Coetzee est lisible en anglais sans problème. Un de ses derniers livres parus en français, L’été de la vie (2010), est commenté LA par Pierre Haski dans Rue89.
Un petit détour par le distingué Sandor Marai. Un blog lui est consacré : LA. Hongrois, il aurait dû, aurait pu, obtenir le prix Nobel de littérature mais c’est Imre Kertesz qui l’a eu bien après sa mort. Dommage. Tous est génial : sa façon de raconter les histoires est subtile, jamais répétitive, toujours haletante. Presque tous ses romans sont parus en collections bon marché. Mais si vous voulez un conseil : Les Braises (1942) (voir ICI) et Divorce à Buda (1935) et, si vous vous intéressez à Casanova, un des livres les plus brillants de toute la littérature mondiale sur le personnage, La Conversation de Bolzano (1940), et, si vous vous intéressez à Ulysse et Pénélope, Paix à Ithaque ! (1952).
Le grand Saul Bellow (prix Nobel de littérature en 1976). Récemment, dans la collection Quarto de Gallimard est parue la nouvelle traduction de deux romans. Le  premier, ultra célèbre, Herzog (1964) est un monument dressé à la psychopathie judéo-américaine, un torrent inventif, dépressif, sexué, qui annonce Philip Roth ou, plutôt, on se dit que Roth, après avoir lu Bellow, a gagné un temps fou pour écrire ses propres romans. Le second, La Planète de Mr Sammler (1970) est également un chef-d’oeuvre mais moins connu : quand je l’eus fini, je n’eus qu’un seul désir, le relire. Mais il est possible de tout lire ce qui est paru en français.

La Division d’Honneur Régionale (les écrivains qui ne monteront jamais en première division)
Jim Harrison. Ses romans sont tout ce que je ne devrais pas aimer : les grands espaces, la nature, la campagne, mais ses personnages sont toujours inédits. Et je vais dire le contraire : ce sont des histoires de femmes et d’hommes pas très beaux qui aiment le sexe, l’alcool et la nourriture grasse d’une Amérique populaire, des bois et des forêts, du Montana au Michigan. Certains de ses romans ont été adaptés par le cinéma, ce qui lui a permis enfin, de vivre sans soucis d’argent. Des pistes en édition bon marché : De Marquette à Vera Cruz (True North) (2004) ou Sorcier (Warlock) (1981) mais tout est « bon ». Un entretien avec lui en 1988 dans Paris Review qui donne une idée du personnage  (ICI) et un superbe article récent de Tom Bissell (LA).
John Irving. Je l’aime bien, celui-là mais il ne cesse d’écrire des livres décevants après, disons, Un Enfant de la Balle (1998), roman foisonnant qui se passe en Inde. Le Monde Selon Garp (1978) est un chef d’oeuvre. On peut voir des concordances avec les thématiques de Philip Roth dans Un Mariage Poids Moyen qui exprime la violence des rapports de couples en Nouvelle Angleterre. Si vous voulez visiter un site officiel très pro, c’est ICI.

Dans la catégorie essais, je ne parle pas rugby, Danube (1986) de Claudio Magris, écrivain triestin (une ville qui a « produit », entre autres, Italo Svevo — dont La Conscience de Zeno (1923) est sans nul doute le chef-d’oeuvre), dont l’édition de poche manque de cartes lisibles, est un livre de géographie digne du grand écrivain qu’il est.
Mensonge Romantique et Vérité Romanesque (1961) de René Girard, une introduction complexe au roman et à l’oeuvre de René Girard consacrée à la Mimesis. Il n’existe pas de livre somme qui résumerait parfaitement la Théorie Mimétique, il est souhaitable de commencer par lire La violence et le Sacré (1972) puis des Choses cachées Depuis la Fondation du Monde (1978). Un site français peu critique diffuse sa pensée (LA)  mais aussi une fondation californienne (LA)
Si vous êtes intéressé par la faillite des grands systèmes la lecture critique d’Ivan Illich est utile et notamment pour prendre conscience de la perte d’autonomie des citoyens par rapport à la médecine, à l’enseignement, aux transports. La Nemesis Médicale est parue dans les oeuvres complètes tome 2 mais un peu lourd à emporter sur la plage.
Un petit dernier pour la plage : Et si l’Amour Durait de Alain Fienkelkraut, grand rothien devant l’Eternel mais pas seulement (grand kunderien également), qui est un livre de commentaires littéraires  savoureux et intelligents sur La Princesse de Clèves, Ingmar Bergman, Professeur de Désir de Roth et l’Oeuvre de Kundera paru dans La Pléiade.

Mais, me direz-vous, qu’ai-je fait de Philip Roth ? Mon ami CL est derrière mon épaule et m’incite à ne pas l’oublier. Comment aurais-je pu l’oublier ? Que dire qui n’ait été déjà dit sur ce géant des lettres américaines (un poncif) ? La liste de ses ouvrages est importante. Voir le site officiel et académique qui lui est consacré : ICI. Disons que ce que je préfère chez Roth ce sont ses disputes avec ses femmes / maîtresses, ce sont les scène de ménage les plus réussies et les plus cruelles de la littérature moderne. Ses héros, qui ne sont, on l’a deviné, que ses moi divers, l’oeuvre de Roth étant, de mon point de vue, une vaste autobiographie en temps réel, une sorte de journal intime romancé, sont les amants / maris juifs de femmes qui ne peuvent être que goys (un des personnages de Roth a expliqué quelque part que les femmes juives sont trop prévisibles, depuis le verre cassé le jour du mariage jusqu’à la bah mitzvah des enfants), des femmes qui sont aussi les interprètes du féminisme activiste américain et la seule chose qu’il attend d’elles c’est qu’elles finissent, pour clore le cercle, qu’elles le traitent de « sale juif ». On comprend mieux pourquoi le lectorat féminin a du mal avec cette littérature pour garçons. Sans rire, le meilleur livre de Philip Roth, et je sens que je vais me faire taper dessus, c’est Opération Shylock (1993) : il aborde toutes les problématiques rothiennes : la judaïté ethnique, le sionisme, les femmes, la maladie. Son double prône le retour des Juifs d’Israël en Europe. Etourdissant. Mais pour les vacances, son monument de dérision ironique : Portnoy et son Complexe (1969). Rappelons que Philip Roth et Milan Kundera sont liés par une grande amitié littéraire et intellectuelle.

Bon, je me rends compte que je n’ai pas cité grand chose, rien de français, rien de récent, je dis simplement que j’aime beaucoup le Ravel (2006) de Jean Echenoz ou L’Adversaire (2001) d’Emmanuel Carrère.

Copinage (sincère) : La brutalisation du Corps féminin de Marc Girard (ICI) et No Pasaran Endgame de Christian Lehmann (LA).

Que les auteurs que j’ai oubliés me pardonnent : je les ai peut-être lus.

(Illustration : Jim Harrison, né en 1937)

Continuer la lecture

Publié dans LECTURE ETE | Commentaires fermés sur Conseils brefs de lecture pour l’été.

L’insuffisance rénale chronique, une intoxication dioxin-like?

L’insuffisance rénale chronique peut se compliquer d’atteintes de tous les organes. Une cible majeure est le système cardiovasculaire. L’insuffisance rénale chronique est reconnu comme un facteur de risque cardio-vasculaire indépendant. Les mécanismes conduisant à ces complications sont mal connus. J’espère … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans AHR, coagulation, dioxine, indoxyl sulfate, insuffisance rénale chronique, IRC, IS, médecine, Néphrologie, Science | Commentaires fermés sur L’insuffisance rénale chronique, une intoxication dioxin-like?

Etre en couple avec une fille (lorsqu’on en est une soi-même)

Etre en couple avec une fille c’est pique-niquer au bord de l’eau, se mettre assez proche, puis voir un gars et sa barque passer. Puis repasser. Puis rerepasser en nous regardant avec insistance.
Etre en couple avec une fille c’est partir en vacances. Réserver un hôtel, une chambre double, et… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Etre en couple avec une fille (lorsqu’on en est une soi-même)

Pong

Quand je reçois des commentaires sur ce blog, l’hébergeur m’envoie des alertes appelées «ping». D’où le titre de ce post. Je voudrais m’adresser directement à la consœur dont j’ai fustigé certains articles dans le post précédent. Chère consœur, Bonjour. Je … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Coups de gueule | Commentaires fermés sur Pong

Avis de recherche ?

Trois campagnes de prévention ont récemment eu lieu : supplémentation en folates (vitamine B9) en prévision d’une grossesse, contraception et frottis. Trois campagnes où les sages-femmes avaient très logiquement leur place.
La première était la plus […] Continuer la lecture

Publié dans CONSULTATION, Dépistage, Militer, sage-femme, Santé publique | Commentaires fermés sur Avis de recherche ?

Publication d’un rapport : « Aptitudes visuelles : l’œil sain, l’œil opéré, l’œil pathologique »

48 collaborateurs ont participé à la rédaction de cet ouvrage multidisciplinaire qui aborde tous les aspects des aptitudes visuelles.     Ce rapport sera  présenté le Samedi 16 Novembre 2013 à Paris, lors de la Réunion Plénière des Sociétés d’Ophtalmologie … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans acuité, aptitude, bilan, champ visuel, contraste, déficience, DMLA, éblouissement, métiers, Mises au point, oeil, opéré, ophtalmologique, pathologique, sain, sécurité, transport, vision, visuelle | Commentaires fermés sur Publication d’un rapport : « Aptitudes visuelles : l’œil sain, l’œil opéré, l’œil pathologique »

Surpriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiise!

Un petit billet en collaboration avec Soskuld à lire .
Et en bonus, un portrait surprise… Soskuld m’imagine en jolie jeune fille, j’ose pas démentir… (et ceux qui me connaissent en vrai, soyez charitables et laissez rêver un peu les autres!)

Pour visiter son blog, c’est .
PS : Soskuld, merci, j’ai adoré faire ce billet… Et j’adore ton cadeau!

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Surpriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiise!

Monsieur l’Abbé

Monsieur l’Abbé,

Hier j’ai enterré une amie comme on dit.

Enfin j’étais pas tout seul à l’enterrer, l’église était pleine.
Je sais pas par chez toi, mais chez moi c’est pas souvent qu’elle est pleine l’église. Et puis c’était pas que des vieux. Parce que par chez moi c’est que des vieux. Enfin j’imagine, parce que j’y vais plus à l’église, ça fait une paire. Mais quand j’y allais, y avait déjà plus que des vieux, des bourges et leurs enfants, et de moins en moins en plus : les vieux ça crève, les enfants ça finit un jour par comprendre, et les bourges ça met dehors les ceusses qui sont pas bourges. C’est pour ça que ça se vide les églises, monsieur l’Abbé, au cas où on t’aurait pas mis au parfum. Et c’est pas plus mal.

Et ce coup ci dans ton église, Monsieur l’Abbé, pour l’enterrement de mon amie, y avait pas que des vieux, y avait pas beaucoup de bourges, quant aux enfants, le minimum requis : les petits enfants de mon amie, mes enfants, et c’était plein l’église. T’as pas pu pas t’en rendre compte, Monsieur l’Abbé, que c’était pas comme d’habitude ton église. C’est pas possible que t’ai pas vu.

Enfin, quand je dis une amie… Depuis qu’elle a mouru, je me fatigue à éviter de laisser remonter les souvenirs pour pas être tout le temps à chialer. Plus de trente années, ça compte. Et surtout c’est rare, surtout pour moi, quand je vois le nombre de connards que j’ai laissé, ou qui m’ont laissé, sur la route de l’amitié, une fois aperçu ce qu’ils valaient vraiment. Avec le temps, les amis on sélectionne, on exige, on examine, on scrute, on devient difficile… vieux… con.

Donc celle-là elle comptait. Ca fait partie de ceux pour qui quand on cherche les mots, c’est du fade, du délavé, du déjà servi. Les mots, c’est comme ça, on les use, on les superlate, on les fatuite,  et quand on a besoin, vraiment besoin, pour redire l’amour, pour l’émotion, eh ben, voilà, c’est élimé, c’est gaspillé. On voudrait du neuf. On trouve pas, alors on garde ça au fond, pour soi tout seul, et on rumine, comme un vieux, comme un con.

A 20 ans d’âge je l’ai connue, mon amie et son époux, et 20 ans c’était pas le si bel âge quoi qu’on dit, tu vois Monsieur l’Abbé. Des fois ça chie à cet âge. Mon amie était là avec son époux, j’y passais les soirées, armagnac, tabac, et chat sur les genoux, à parler pour comprendre ce qui m’arrivait, ou plus simplement à rendre tout ça supportable, une pause avant le retour vers l’enfer. « Allez zou !, pas de chichis !, tu restes là ce soir, pas de discussion !… », avec son accent auscitain. Je restais alors, et je m’endormais, là, comme sous une aile. Ces soirs là, ça allait…

Grâce à mon amie, j’ai eu une mère, celle qui console, celle qui cajole.
Puis, grâce à mon amie, mon épouse a eu une belle-mère, celle qui s’intéresse, qui s’inquiète, qui s’interroge, qui explique, qui dédramatise.
Et grâce à mon amie, mes enfants ont eu une grand-mère, celle qui s’émerveille devant un premier pas, un premier mot dit puis lu, un premier émoi, qui encourage, dorlote, s’amuse et amuse. Des mots fades, je vous dis Monsieur l’Abbé.

Croyez pas que j’avais non plus l’exclusivité de son amour, monsieur l’Abbé, c’est ça qu’aurait dû vous faire comprendre votre église pleine d’autres choses que de bourges et de vieux. Des « zou, pas de chichis, tu restes… », elle en avait pour beaucoup. Les habitants de sa cité, les enfants de l’école primaire de ZEP où elle était instit puis directrice, pour sa famille, son mari, ses enfants, puis ses petits enfants, les vrais. Pour ceux qui choisissent de donner sans rationner, le stock d’amour ça s’épuise pas.  « Allez zou ! pas de chichis… »

Si bien que quand son époux m’a demandé de lire la prière universelle à ta messe monsieur l’Abbé, mon angoisse, c’était d’arriver à lire sans fondre en larmes. Je me demandais comment j’allais faire. Penser à des conneries… Pas ça qui manque. Pourtant c’est pas des grands discours, cette prière universelle; quand les chrétiens prient pour l’univers, c’est du préécrit prédigéré, y a qu’à ânoner, mettre le bon prénom, celui du défunt, à la place des tirets, et c’est du tout cuit. C’est pas le grand moment d’émotion, mais c’était déjà trop pour moi. Comment j’allais faire…

Et c’est là que t’es arrivé Monsieur l’Abbé, avec ton sermon, et ton col romain qui pointait sous l’étole. Pourtant tu la connaissais mon amie, et si c’était pas le cas, t’aurais dû, elle t’aurait donné le mode d’emploi de l’évangile, de la vie. Si tu l’avais connue, écoutée, elle aurait pu te donner les bons mots, ceux qui parlent, ceux qui engagent, ceux qui servent et qui s’usent pas.
Grâce à toi j’avais plus envie de pleurer Monsieur l’Abbé… je suis resté dans la douleur, ça c’est sûr, mais rarement passé aussi vite de la tristesse à la colère. Jamais entendu un baratin aussi désincarné,  froid, livide. Y avait plus de vie qui émanait du cercueil devant toi que de ta bouche, Monsieur l’Abbé. Tu disais que le bonheur c’était pas ce que nous avait donné mon amie. Que c’était ailleurs, au ciel…  T’y connais vraiment rien en bonheur, monsieur l’Abbé. Ah ça t’aurais dû l’écouter mon amie. Pourtant un jeune cureton, – y en a donc encore – je me suis dit, c’est pas encore tout à fait blazé, ça peut encore ressentir de l’émotion, ça a pas encore eu le temps de soigner sa solitude, son désespoir et son incroyance dans la vinasse ou les mondanités entre notables. Y a encore un peu d’espoir… Ben non.
A moins que tu l’aies fait exprès. C’est peut-être ça je me suis dit. Peut être que tu as voulu nous faire sortir de l’émotion pour nous remettre en face de la réalité du monde. La vie continue. Peut-être. Mais je crois pas que t’étais assez fin pour ça, monsieur l’Abbé. A la façon dont tu t’es défilé à la fin on comprenait que t’en avais juste rien à foutre. Simple fonctionnaire.

Mais grâce à toi j’ai pas bafouillé monsieur l’abbé, pas une larme, pas une goutte. J’ai ânoné sans trébucher, en mettant le ton, tout comme y faut, façon leader d’opinion qui récite les diapos du labo pendant un symposium du congrès de la médecine générale, juste à mettre le bon nom du médicament dans les tirets. Alors, merci Monsieur l’Abbé.

A la sortie, t’étais déjà plus là, mais je peux te dire que tu faisais l’unanimité monsieur l’Abbé, ça marmonnait dans les groupes autour du corbillard. « Non mais quel con ! » pleurait ma fille. C’est pas vrai, monsieur l’Abbé, avec un con, il y a des émotions, de la tendresse, de la douceur, de la chaleur. Toi t’es pas un con, monsieur l’Abbé, t’es juste un connard.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Monsieur l’Abbé

Lancement de Lancet Global Health, première revue totalement Open du groupe Lancet

Annoncé depuis quelques semaines, le premier numéro de Lancet Global Health a été mis en ligne le 25 juin. Innovation pour le groupe Lancet, car cette revue est d’accès gratuit, basée sur le modèle auteur-payeur. Nous avions présenté le projet en janvier puis mars 2013. Pas d’abonnement et pas de papier (sauf le numéro un). La rédactrice en chef est… Continuer la lecture

Publié dans Vie et mort des journaux | Commentaires fermés sur Lancement de Lancet Global Health, première revue totalement Open du groupe Lancet

Question 1 (titre pourri, j’attends l’inspiration, désolée)

Tu te poses des questions sur le métier d’aide-soignante? Soskuld est là pour t’aider 🙂

Le blog de Soskuld, l’AS qui dessine, c’est là : http://soskuld.over-blog.net/

À bientôt pour de nouvelles questions! Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Question 1 (titre pourri, j’attends l’inspiration, désolée)

Au seuil d’une nouvelle saison

D’abord, ce que ce billet n’est pas. Il ne racontera pas l’histoire d’une patiente ou d’un patient particulier que j’aurais croisé. Il ne va pas non plus donner d’opinion. Oh, il y avait bien des récits avant de partir, celle … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans durian, humanitaire, Soins palliatifs | Commentaires fermés sur Au seuil d’une nouvelle saison

Vénus beauté

Debout sous la marquise de béton terne, je marque une pause. La lumière du jour, pourtant grise et pâle, inonde le parvis et m’agresse la prunelle. Mes vêtements froissés me pèsent, la pluie s’abat en douces rafales sur le grès mouillé devant moi. J’ai froid, j’ai peu dormi mais la garde se… Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Vénus beauté

La Netiquette des Forums

La Netiquette est l’ensemble de règles qui régissent la communication virtuelle entre personnes. C’est la politesse du Net.


Documents

/
,
,
Continuer la lecture

Publié dans Ethique médicale, Internet médical, le web grand public | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur La Netiquette des Forums

La Netiquette des Forums

La Netiquette est l’ensemble de règles qui régissent la communication virtuelle entre personnes. C’est la politesse du Net.


Documents

/
,
,
Continuer la lecture

Publié dans Ethique médicale, Internet médical, le web grand public | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur La Netiquette des Forums

Tous.

Les jeunes, les vieux, les chauves, les ex-communistes, les agriculteurs, les handicapés, les chômeurs, les chauffeurs-routiers, les hommes au foyer, les jockeys, les boulangers, les chevelus, les Manouches, les intermittents, les avec-papiers, les sans-papiers, les touristes, les diabétiques, les directeurs, un croupier, les filles à couettes, les angoissés, les boiteux, les déçus de tous bords, les sculpteurs, les insolvables, les médecins, les petits cow-boys, un chien une fois, les belles-mères, les célibataires endurcis, des dépressifs, les femmes enceintes, les femmes pas enceintes, les homos, les sportifs du dimanche, les sportifs du samedi, les sportifs du mercredi, les sportifs en salle et en plein air, les sportophobes, les grabataires, les menteurs, les huissiers, les cordistes campanaires, enfin, non, UN cordiste campanaire, les asthmatiques, les frileux, les consultants, les schizophrènes, les migraineux, les grand-mères, les festayres, les ados, les goutteux, les carreleurs, les kayakistes, les coiffeuses, les geeks, les croque-morts, les militants, les écrivains, les tuberculeux, les pilotes de ligne, les femmes de militaire, les filles de joie, les garçons de café, les filles de salle, les garçons-bouchers, les sauteuses à la corde, les membres de l’Association Cycliste de la Fanfare des Mères Chrétiennes, les bricoleurs acharnés, les obèses, les hôtesses de caisse, les techniciens de surface, les représentants en tisanes de houblon, les supporters de l’OM, les violonistes, les alpinistes amateurs, les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, les trafiquants de roudoudous, les blogueurs, les végétariens, les aiguiseurs de couteaux, les indifférents, les gaveurs de canard, les romantiques, les patineurs, les sucreurs de fraises, les fumeurs, les historiens, les soeurs de la congrégations de Mère-Marie-Des-Pompons-De-La-Clé-Du-Tabernacle-Entre-Ouvert, les apatrides, les psychanalystes mais pas souvent, une palynologue, les assistantes maternelles, les charpentiers, les maigres, les aigris, les éboueurs, les obsessionnels, les porteurs de cartable trop lourd à l’ère de la clé USB, les cavaliers, les loosers, les twitteaux, les sauveurs de l’humanité et du règne animal et des plantes aussi, les mères débordées, les maçons usés, les piliers de bistrot, les manipulateurs, les gobeurs de pilule en tous genres, les lettrés, les illettrés, les boutonneux, les expatriés, les champions de MarioKart, les musiciens Péruviens de Los-Gratouillos-de-la-Estaciòn-del-Chatelet-Leal, les arrogants, les aveugles, ceux qui ne veulent pas voir, les renfrognés, les ponctuels, les bordéliques, les commentateurs de presse locale, tous ceux-là, je les soigne, et, Messieurs et Mesdames, puisque vous me le demandez souvent, je vous réponds: oui, « je fais aussi les enfants ».

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Tous.

Brève convaincante.

– Pour mon diabète, le cardiologue a réussi à me décider: je vais finalement aller voir un endoctrinologue.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Brève convaincante.

Kilomètre vertical Chamonix 2013

Ce truc est un truc de dingue ! Je crois que je n’ai jamais fourni un effort d’une telle intensité. Courir de 1000 m d’altitude à 2000m sur seulement 3,8 km de distance, je vous laisse imaginer le pourcentage de pente de 20 à 35 % ! Durant l’épreuve je n’étais qu’un pauvre chti freluquet […] Continuer la lecture

Publié dans course à pied, retex course, sport | Commentaires fermés sur Kilomètre vertical Chamonix 2013

Les MOOC

J’ai découvert assez récemment les MOOC (Massive Open Online Course ou Cours en ligne ouvert et massif). L’idée est de suivre un enseignement sur un sujet précis, à distance, via internet. Les possibilités techniques offertes par la toile sont impressionnantes. On peut assister à un cours sur vidéo, discuter avec les enseignants et les autres […] Continuer la lecture

Publié dans médecine, statistiques | Commentaires fermés sur Les MOOC

Peer review : honnête, transparent, scientifique ? Réponses très variables à ces questions

BMC Medical Research Methodology a publié un bon article sur le peer review, enquête électronique faite par des chercheurs de sciences sociales, de SIngapour, Hong Kong et Shandong. Ils ont eu 1 340 réponses de chercheurs universitaires provenant de 26 pays. Bonne sélection des chercheurs, mais taux de réponse très bas (28 000 envois). Ils n’ont pas confirmé leur hypothèse… Continuer la lecture

Publié dans Peer review | Commentaires fermés sur Peer review : honnête, transparent, scientifique ? Réponses très variables à ces questions

Régimes sociaux : des perspectives à long terme préoccupantes pour la Cour des comptes

La Cour des comptes a publié le 27 juin son rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques. L’institution juge significatif le risque de moins-values fiscales et prévoit un dérapage du déficit public 2013 supérieur aux prévisions, aux alentours de 4 %. En revanche, « les objectifs de dépenses apparaissent réalisables », souligne son premier président, Didier Migaud. Afin de respecter les engagements pluriannuels … Continuer la lecture

Publié dans La Sécurité sociale | Commentaires fermés sur Régimes sociaux : des perspectives à long terme préoccupantes pour la Cour des comptes

L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

Le SNADEOS CFTC a mis en ligne sur son site le compte rendu de la rencontre entre les organisations syndicales d’agents de direction et le ministère le 17 juin 2013. Un projet d’arrêté portant sur les conditions d’inscription à la liste d’aptitude des régime général et RSI et la plupart des régimes spéciaux, a constitué l’unique mais important objet de cette réunion. Autres documents publiés cette semaine par ce syndicat : le protocole … Continuer la lecture

Publié dans L'emploi à la Sécu | Commentaires fermés sur L’actualité syndicale de la semaine dans la Sécu

Retraites complémentaires : les régimes Arrco et Agirc réduisent leur déficit en 2012

Les régimes complémentaires Arrco et Agirc peuvent remercier les marchés financiers. Les excellentes performances de leurs placements financiers en 2012 ont permis de limiter leurs pertes l’année dernière. Le résultat net global de l’Agirc est déficitaire de 1,6 milliard en 2012 contre 1,77 en 2011, malgré des ressources en baisse et des charges en forte hausse, mais bien aidé par les 521 millions de produits financiers. Au 31 décembre … Continuer la lecture

Publié dans Retraites | Commentaires fermés sur Retraites complémentaires : les régimes Arrco et Agirc réduisent leur déficit en 2012

La Responsabilité Sociétale d’Organisation ou RSO. L’exemple de la Sécurité sociale

Sihem ANNE ESSAYAH, Responsable projet DRHBL au sein de l’Assurance Maladie Marne, vous propose cet article sur la RSO. Au sein de la branche d’activité Sécurité sociale, parmi les plus importantes en France, tant par ses effectifs – près de 160 000 salariés – que par ses enjeux socio-économiques, la démarche de responsabilité sociétale, déclinaison du Développement durable par l’organisation, est connue sous le sigle R.S.O. Cette démarche … Continuer la lecture

Publié dans La rubrique des abonnés | Commentaires fermés sur La Responsabilité Sociétale d’Organisation ou RSO. L’exemple de la Sécurité sociale

Le JAMA veut publier des essais médicamenteux, après les avoir tous perdus : changement de politique en reconnaissant une erreur

Bel éditorial (online first June 20, accès gratuit) de Howard Bauchner dans le JAMA pour revenir sur une politique mise en place en 2005 : avoir une analyse par un statisticien indépendant pour publier des essais supportés par une industrie. Le BMJ a aussi cette politique et, depuis quelques années, les essais industriels ont disparu du JAMA et du BMJ… Continuer la lecture

Publié dans Méthodologie de recherche, Rédaction des journaux | Commentaires fermés sur Le JAMA veut publier des essais médicamenteux, après les avoir tous perdus : changement de politique en reconnaissant une erreur

Coquelicots

Après les consultations, les longues soirées de juin permettent parfois de s’échapper à quelques centaines de pieds au dessus de la campagne francilienne,des vols paisibles à la verticale d’un paysage verdoyant et cette année particulièrement … rougeoyant… Carpe Diem Continuer la lecture

Publié dans avion, coquelicot, Perso | Commentaires fermés sur Coquelicots

Folle journée, fin de journée

Du rouge sur les immeubles, du rose sur les cimes immobiles. Je rentre chez moi, folle journée.
J’explique au senior  – qui fait avec moi la contre-visite et qui s’étonne de ne pas me voir quitter le service – que j’ai besoin de ce temps où je range les dossiers, actualise les transmissions et traîne devant l’ordinateur. Elle me souhaite une bonne soirée. Elle est de garde, elle a déjà une heure de retard. Fin de journée.
Un temps pendant lequel, enfermé dans le bureau des internes, je prends le temps de redescendre. En douceur. Un temps pour faire le point et rejouer le match. Encore une façon de sceller un pacte avec mes patients : vous restez dans le chariot de visite cette nuit, on se revoit demain. Je prends ensuite le tramway, ouvre un bouquin et me laisse glisser dans le rouge d’un soir d’été. 
Quelques jours et je termine mes deux premiers mois dans le secteur nourrissons du service de pédiatrie d’un CHU. 
Du rouge sur les immeubles, folle journée. Je ferme les yeux.
Un couple qui confie son enfant « à particularité » à l’état. Des parents épuisés qui se noient dans une culpabilité terriblement érosive.
Du rouge sur les immeubles. Quelques moteurs dans la tiédeur ouatée de cette fin de journée, folle journée.
Des parents qui consultent parce que leur fille vomit depuis un mois. Un regard en coucher de soleil. Photophobie. Vomissements en jet. Augmentation du périmètre crânien. Scanner en urgences le matin de mon astreinte. Hématome sous-dural bilatéral. Direction la réanimation. Le sang cogne contre mes tempes, contre ses tempes. Neurochirurgie. L’innocence secouée à l’aube d’une vie chaotique. Cette après-midi, elle est de retour dans le service. Le procureur a pris une décision.
Du rouge sur les immeubles. Je lève la tête. Le ciel s’embrase, ouvre une fenêtre de feu sur les toits gris de l’avenue. Folle journée, ou journée banale.
Du rouge sur les immeubles.
Des dossiers qui sommeillent dans la pénombre du bureau des internes.
Du rose sur les cimes immobiles.
Je rentre.

Continuer la lecture

Commentaires fermés sur Folle journée, fin de journée

Cancer :traitement personnalisé, les premiers pas du ‘sur mesures’

La possibilité de traiter chaque patient atteint d’un cancer avec un traitement ‘sur mesures’ n’est pas encore une réalité opérationnelle, mais les études progressent, et la France tient la tête dans ce domaine. Le cancer du sein d’une femme n’est pas le cancer du sein de sa voisine dans la salle d’attente du centre où …

Lire la suite »

Continuer la lecture

Publié dans AcSé, cancer, crizotinib, Safir 01, sein | Commentaires fermés sur Cancer :traitement personnalisé, les premiers pas du ‘sur mesures’

Médecins : le montant des dépassements de tarifs marquent le pas en 2012

Les médecins libéraux pratiquant les dépassements tarifaires sont toujours plus nombreux. Selon les données dévoilées le 26 juin par la CNAMTS, et relayées par Les Echos, ils seraient un peu plus de 23 000 spécialistes dans ce cas à fin 2012, soit 42,4 % d’entre eux. Pour certaines spécialités, il devient difficile, voire impossible, d’être soigné par un médecin libéral qui respecte le tarif conventionnel. Près de 56 % des … Continuer la lecture

Publié dans maladie | Commentaires fermés sur Médecins : le montant des dépassements de tarifs marquent le pas en 2012

Données de santé : Celtipharm porte plainte auprès de l’Autorité de la concurrence à l’encontre de la CNAMTS et du GIE Sesam-Vitale pour « abus de position dominante »

Spécialisée dans la collecte et l’analyse de données de santé, cette société souhaite réaliser des études sur la consommation de médicaments à partir des feuilles de soins électroniques transmises par les pharmaciens à l’Assurance maladie. Elle a obtenu l’accord de la CNIL mais la CNAMTS et surtout le GIE Sesame-Vitale refusent de lui transmettre les clefs de déchiffrement indispensables à l’analyse des flux de données chiffrées, assure … Continuer la lecture

Publié dans TIC santé / e-administration | Commentaires fermés sur Données de santé : Celtipharm porte plainte auprès de l’Autorité de la concurrence à l’encontre de la CNAMTS et du GIE Sesam-Vitale pour « abus de position dominante »

Contrat d’accès aux soins : le cap des 5200 signatures franchi au 27 juin selon la CNAMTS

L’UMESPE, branche spécialiste de la CSMF, chiffrait lundi dans un communiqué à 4 667 le nombre de médecins signataires du contrat d’accès aux soins, dispositif de régulation tarifaire mis en place par l’avenant 8 à la convention médicale. Selon ses propres sources, le syndicat indique que plus de 33 % des radiothérapeutes, internistes, endocrinologues, anapaths, pneumologues et médecins à exercice particulier (MEP) … Continuer la lecture

Publié dans maladie | Commentaires fermés sur Contrat d’accès aux soins : le cap des 5200 signatures franchi au 27 juin selon la CNAMTS

Vase

N’en jetez plus, la coupe est pleine. Et non, ce n’est pas une cup de Gécé … C’est beaucoup moins drôle. C’est un blog. D’une jeune consœur. Que ce soit clair : je me permets dans mon propre blog de … Lire la suite Continuer la lecture

Publié dans Coups de gueule | Commentaires fermés sur Vase

Mon répondeur chez le psychiatre

Les répondeurs automatiques qui vous donnent les choix 1, 2 ou 3, après avoir tapé dièse ou étoile, sont une conséquence du coût élevé du travail, de la consommation de masse et de la financiarisation de l’économie. Le système semble bien … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans médecine, télé-assistance, télé-médecine, télé-psychiatrie | Commentaires fermés sur Mon répondeur chez le psychiatre

La descente aux enfers de PLOS ONE est le premier accident de l’Open Access

Depuis la diffusion des facteurs d’impact 2012, le 19 juin 2013, nous recevons des messages enthousiastes des gagnants, et les perdants sont muets. Les Lancet de spécialité ont envoyé des messages aux lecteurs pour bien montrer leur progression. Le groupe PLOS ne se fait pas entendre, normal car le facteur d’impact de PLOS ONE a baissé pour la 2ème année… Continuer la lecture

Publié dans Facteur d'impact, Open access | Commentaires fermés sur La descente aux enfers de PLOS ONE est le premier accident de l’Open Access

Marre-mots #3

Tétarde devant Roland Garros.

« Maman, moi aussi ze voudrais une tapette pour jouer au pénis ! »

 

Heu… Faut qu’on parle.

 

Pardon.

Continuer la lecture

Publié dans Marre-mots | Commentaires fermés sur Marre-mots #3

Madame Pasdbol (2)

Madame Pasdbol a arrêté de boire. D’un coup. Un jour je suis allée la voir, elle était fortement alcoolisée et se disait malade. J’ai profité de l’occasion pour la traîner chez le médecin le plus proche, malgré ses protestations, malgré le fait qu’on était un 31 décembre et que j’avais autre chose à foutre que de trimballer une veuve alcoolique à la recherche d’un médecin sympa qui accepterait de finir sa journée (et son année) sur la consultation d’une dame trébuchante et bégayante.
Coup de bol, on a trouvé un médecin qui a dit les choses calmement et a laissé la porte ouverte à la discussion. Deuxième coup de bol, si Madame Pasdbol a commencé par tout nier en bloc, cette visite a quand même eu l’effet d’un électrochoc, et elle a arrêté de boire.
Voilà. Ça c’est fait .
Je pensais que ça serait simple.

Ma mère, quand elle a arrêté de boire, c’était juste avant d’apprendre qu’elle avait un cancer. Forcément, c’était pas un sevrage joyeux, mais elle a tenu bon. Elle a combattu l’alcoolisme, la dépression et le cancer de front. Elle a gagné des batailles, mais elle a perdu la guerre. N’empêche, elle s’est battue. Et son cancer, elle l’a vécu à jeun. Pendant neuf mois, elle n’a pas bu, et j’ai découvert qu’avoir une maman sobre était une chouette expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. Une mère qui parle, qui rit, qui vit normalement. Malgré la maladie, malgré la chimio, malgré la fatigue. Une maman malgré tout. Puis elle est morte.

Mon père, lui, n’a jamais vraiment arrêté. Il y a eu des phases d’alcoolisation massive, d’autres un peu plus calmes. Mais l’alcool était toujours présent. À tous les repas. Avant, pendant, après. Il avait pas l’alcool joyeux mon père. Il devenait même sacrément con quand il buvait. C’est salaud ce que je dis, c’est tellement facile de taper sur un mort. C’est peut-être salaud, mais c’est vrai.  Et si je le dis, c’est parce que je sais à quel point mon père pouvait être un type fantastique quand il n’avait pas bu. Mais peut-être que lui ne le savait pas. D’ailleurs, c’était peut-être pour ça qu’il buvait? Peut-être que si on lui avait dit qu’il était fantastique il n’aurait pas eu besoin de boire?
Et puis bon, belote et rebelote, le cancer est passé par là. Mon père a bu encore un peu, et puis, quand la tumeur a complètement bouché son oesophage, il a arrêté. Du coup, les dernières semaines, il est redevenu fantastique. Mais vu qu’il était fatigué, et mourant, il en a pas trop profité, et nous non plus. C’est con.

Avec Madame Pasdbol, je croyais naïvement que le sevrage aurait le même effet. Je me disais qu’elle allait se transformer en Madame Jaidelachance. J’étais contente pour elle, et puis pour Georges et Amélie aussi, parce qu’ils allaient découvrir une super mamie.
Raté.
Madame Pasdbol reste Madame Pasdbol, avec ou sans alcool. Une victime. Mal mariée (c’est pas grave elle est veuve). Mal installée. Qui a des dettes (la faute à son mari bien sûr). Qui est seule (la faute à sa belle-fille qui ne vient pas la voir). Qui est malheureuse.

Alors elle se plaint. De tout. De tout le monde. Elle se plaint et je lève les yeux au ciel. Parce que je ne peux plus mettre ses divagations sur le compte de l’alcool. Parce que je sais qu’elle ment. Parce que j’ai assez de mon histoire familiale pour dire du mal de mes parents (et j’assume).
Et surtout, parce que je n’ai pas envie qu’elle salisse les quelques jolis souvenirs que j’ai de mon père. Les souvenirs des derniers mois, de ses yeux fatigués mais rieurs, de nos longs moments en tête-à-tête.
Ces moments-là m’appartiennent. Je ne la laisserai pas les salir avec ses plaintes et ses reproches.
Et elle a beau être gentille (malgré tout), elle a beau être la mamie de mes enfants, elle a beau avoir été l’épouse de mon père, elle n’est ni ma mère ni mon amie, et j’ai pas envie de la consoler.

Je veux garder le souvenir du combat de mes parents. Je veux garder leurs regards, leurs voix, nos derniers moments ensemble.

Et je ne laisserai personne venir gâcher le peu de lucidité joyeuse qu’ils auront connue.

Continuer la lecture

Publié dans alcoolisme, cancer, famille, mort | Commentaires fermés sur Madame Pasdbol (2)

Une illusion et une difficulté clinique

Vous avez peut être du évaluer la taille d’un patient couché dans un lit. Ce n’est pas un exercice trivial. Rares sont ceux qui peuvent donner la bonne taille. Je n’avais plus pensé à ça depuis fort longtemps. J’ai joué … Continuer la lecture Continuer la lecture

Publié dans couché, debout, illusion, médecine, taille | Commentaires fermés sur Une illusion et une difficulté clinique

Coût des médicaments : une étude polémique pointe la gabegie française à 10 milliards d’euros

En France, le coût des médicaments reste très élevé. Et pourtant, il serait possible d’économiser 10 milliards d’euros en trois ans, sans diminution de la qualité des soins, selon une récente étude présentée lors d’une conférence de presse le 24 juin par Michèle Rivasi, députée écologique européenne, entourée de Serge Rader, pharmacien lanceur d’alerte et du célèbre professeur Philippe Even, auteur d’une récent ouvrage polémique sur les … Continuer la lecture

Publié dans Actualité santé | Commentaires fermés sur Coût des médicaments : une étude polémique pointe la gabegie française à 10 milliards d’euros